Le livre

 

Quand le livre du blog paraît :))

 

 

Les Tribulations d'un Petit ZèbreJe suis vraiment très heureuse de vous annoncer la sortie de mon premier livre :-D

 

"Les Tribulations d'un Petit Zèbre, le livre du blog !" paraîtra fin juin 2016, aux éditions Eyrolles :up:

 

Une belle aventure qui m'a beaucoup occupée ces derniers mois !

 

Je tiens quotidiennement, depuis maintenant près de 7 ans & ½, ce blog. Et le livre se veut être dans la même lignée.

 

J'espère qu'il sera utile à de nombreux parents de petits zèbres, comme aux adultes qui ignorent encore ou découvrent sur le tard leur douance :smile:

 

Arielle Adda & le Dr Gabriel Wahl m'ont tous deux fait l'immense honneur de préfacer le livre :hearts:

 

Quand parait le livre

 

La présentation de l'éditeur :

 

Le mot « zèbre » a été créé par la psychologue Jeanne Siaud-Facchin pour désigner les enfants intellectuellement précoces, c'est à dire à haut quotient. Aujourd’hui couramment utilisé par la communauté de surdoués, il souligne sans la stigmatiser la différence dont peuvent souffrir les personnes dont le quotient intellectuel est supérieur à 130.

Alexandra Reynaud est la maman d’un petit zèbre dont le THPI (Très haut potentiel intellectuel) est découvert lorsqu’il a quatre ans. Son blog Les Tribulations d'un Petit Zèbre, témoigne du quotidien et du parcours de son fils, et devient une référence sur le sujet du surdouement.

Cet ouvrage retrace l'histoire de son fils Elijah depuis le diagnostic posé en 2008 jusqu’à aujourd’hui : ses passions, sa formidable soif de découverte, ses joies, sa sensibilité. Mais aussi ses peines, ses difficultés au sein de l’institution scolaire face à certains enseignants ou enfants qui ne comprennent pas ses différences et sa douance.

 

Quand parait le livre "Les Tribulations d'un Petit Zèbre", aux éditions Eyrolles :))

 

 

Je mesure la chance que j'ai d'être publiée par une maison comme Eyrolles. D'autant plus chanceuse que je fus approchée, au même moment, par trois grands éditeurs :)

 

J'ai adoré travailler avec cette équipe & remercie vivement Élodie Dusseaux, Stéphanie Ricordel, Anne Bazaugour, Marthe Poulain, Aurélia Robin... & tous ceux qui ont œuvré sur "Les Tribulations d'un Petit Zèbre, le livre du blog !" (pour le format numérique :arrow: c'est ici) ;)

 


Cliquez sur la couverture pour ouvrir les détails
du livre "Les Tribulations d'un Petit Zèbre"

 

 

Un grand merci à eux donc ; & à toutes les personnes qui me liront au travers de ce témoignage :round:

 

Quand parait le livre "Les Tribulations d'un Petit Zèbre", aux éditions Eyrolles :))

 

 

:idea: vous retrouverez les toutes premières critiques du livre :
- sur le blog du Cheval à Rayures, par ici
- sur le blog Apprendre à éduquer, par là
- sur le site Nos Juniors, de ce côté
- sur les blogs Mon nid & Appelez-moi madame, dans ce billet
- sur le blog BBB's Mum, sur cet article

 

Avis d'un lectrice

 

 

Le 06 juillet 2016, la psychologue Monique de Kermadec m'a fait la surprise de ce très beau commentaire, qui m'a terriblement touchée :round:  :

 

Les Tribulations d'un Petit Zèbre

 

 

Quand parait le livre

 

 

14 commentaires à “Le livre”

  1. Alain dit :

    Bonjour Alexandra,
    Une très bonne nouvelle que cette reconnaissance (enfin) de ton travail. Je vais le recommander aux parents des petits zèbres que nous avons à l’école.
    Cordialement.
    Alain.

  2. Valérie dit :

    Bonjour,
    Je vous admire, pour le travail qui est certainement top comme d’habitude :-) mais aussi pour le courage de briser l’anonymité relative. Quand on vous suit on ne peut s’empêcher d’avoir l’impression de vous connaître un peu et de vous trouver sympatique – ou pas 8) – donc d’avoir envie de vous connaître un peu plus – ou pas :-D et donc de lire votre livre… je m’en réjouis d’avance :up:

  3. Cindy dit :

    Bonjour!
    J’attends avec impatience de pouvoir me procurer votre livre! J’ai lu et relu votre blog et c’est un peu grâce à vous que j’ai sauté le pas pour consulter un psychologue pour faire tester mon fils il ya quelques mois. L’annonce de sa précocité n’a donc pas été une surprise, mais les déconvenues se succèdent depuis… La précocité est un sujet tabou, je me sens obligée de prendre des pincettes et de peser mes mots à chaque fois que je dois en parler à l’école. Je crois malheureusement que le corps enseignant reste hostile face à cette différence et j’ai parfois honte d’en parler (pourtant je suis moi-même enseignante!). Je me sens un peu perdue avec tout ça, je ne sais pas trop comment agir, que faire, qu’expliquer… Heureusement vos billets et les commentaires des internautes sont un précieux soutien! Continuez tout ce que vous faites et encore un grand MERCI!

  4. Alain dit :

    Re,
    Ne voyons pas le verre à moitié vide, choisissons le verre à moitié plein (même si c’est difficile). Il existe aussi des enseignants (dont je fais partie bien-sûr…lol) qui prennent la spécificité des enfants en compte voire même qui vont expliquer aux parents ce qu’est la précocité.
    Courage donc, la lutte ne fait que commencer.
    Cordialement.
    Alain.

    • Cindy dit :

      Alain,
      Vous avez raison, il faut positiver. Il y a des enseignants formidables, je le crois sincèrement.
      Cindy.

  5. Lili dit :

    trouvé! Je viens de l’acheter! J’ai hâte de me plonger dedans!
    Merci Alexandra de nous offrir ce plaisir partagé se lecture.

  6. Bergamote dit :

    Bonsoir,
    Je viens de terminer la lecture de votre livre Alexandra et je suis très émue, même bouleversée. Je lis votre blog depuis des années. Merci pour ce témoignage si fort. J’ai eu l’impression de retrouver un peu notre famille. Les galères, les bonheurs….
    Un conseil à tous : lisez cette pépite. Quand on se plonge dedans, on ne peut plus s’arrêter avant de l’avoir terminé.
    Bonnes vacances à tous. 8)

  7. Bridgette dit :

    Pour un coup d’essai, c’est joliment réussi !!! Félicitations pour votre livre Alexandra ! Je l’ai trouvé très agréable à lire. Le récit est bien construit, chaque chapitre débute par un épisode de vie pour développer ensuite une réflexion sur la douance en rapport avec cet épisode. Cela donne du rythme et du sens à la lecture, si bien que l’on arrive à la dernière page avec le sentiment d’avoir assimilé une expérience qui, si elle diffère de la nôtre, peut nous aider à mieux vivre nos circonstances à nous. En plus j’ai trouvé que votre récit était personnel mais jamais impudique, informatif mais jamais pédant, juste mais pas revanchard ! Et je vais m’arrêter là sinon vous allez attraper le melon ! Ou plutôt je vais faire ce qui m’est venue à l’idée en lisant les premières pages : féliciter votre maman qui a eu bien raison d’insister pour que son petit-fils passe le test ! Sans elle, pas de test, pas de blog, pas de livre, et des centaines de parents dans l’ignorance et le désarroi. Vive Mamie !!!..
    Ah oui juste une toute petite chose, un U manquant dans le mot autour du dernier paragraphe de la page 83 ;)

  8. marie dit :

    Bonjour Pourriez vous contacter la fnac afin qu’elle vous rende votre prénom (vous êtes Agnès)

  9. Delphine dit :

    Bonjour
    Aussitôt reçu, aussitôt lu. Je l’ai dévoré en quelques jours, moi qui lit peu et lentement. Ce livre est bouleversant parce qu’il relève d’une réalité que j’ai perçue comme tellement difficile… Mon fils vient d’être dépisté EIP, et quand je lis tous les écueils que vous avez rencontrés à l’école, j’en ai froid dans le dos. Une « chance » pour nous, à 9 ans et demi il vient de terminer son CM1 et avons obtenu son passage anticipé en 6ème sans difficultés. Mais je redoute tant l’entrée en 6ème, dans un immense collège public (nous n’avons pas pu faire de demande de dérogation, la décision ayant été prise les derniers jours de cette année scolaire) que je me demande si nous devons annoncer qu’il est un EIP ou pas ? Je comprends tout ce que vous écrivez quand vous parlez de cette sorte de dénigrement, « ou d’étiquette BCBG » quand il s’agit des enfants doués. Vous avez tellement raison quand vous écrivez que les enseignants soupçonnent que nous sur-entraînons nos enfants alors que nous ne faisons que répondre au flot incessant de questions et de besoins d’apprendre. Je suis perdue. Nous avons rendez-vous demain avec le collège, je ne sais quelle attitude adopter…
    Merci en tous cas pour ce très beau témoignage. Je suis de tout cœur avec vous. Bon courage à vous et votre fils.

  10. Memepasmal! dit :

    :hearts: j’ai aimé,j’ai sourie,j’ai pleuré,j’ai enragé…..en apnée pendant toute la lecture de ton témoignage dont j’admire la sincérité,des mots simples et vrais,ton sang froid face à des situations qui m’ont fait faire « Peter un boulon »,(exemple de rdv avec directrice et Medecin scolaire qui remettent en cause le diag d’un neuro. :evil: ) tu as su tres tôt t’entourer de bonne personne je pense entre autre à Arielle Adda,je souhaite faire cette rencontre humaine que tout parents devraient avoir à ses côtés…..
    Bon,à quand le suivant :up:

  11. Séverine dit :

    J’ai dévoré votre livre en quelques jours. La lecture est très agréable et l’alternance de « témoignage personnel » et données explicatives (toujours très documentées et référencées) donne une dimension vraiment intéressante à cet ouvrage, même si l’on n’est pas novice en la matière.
    Votre témoignage m’a bouleversée à 3 titres : par ce qu’a vécu votre petit garçon et ce que vous avez par conséquent vécu vous aussi. J’ose espérer que les mauvaises rencontres de pourtant professionnels de l’enfance était un coup de malchance et non une généralité… Je connais des personnes telles que vous en avez rencontré dans mon entourage professionnel, mais heureusement, ce n’est qu’une minorité. Enfant, j’ai eu plus de chance que votre zébrillon, alors même que personne ne parlait encore de précocité.
    Mais j’ai aussi été bouleversée par les souvenirs personnels que cela ramenait pour moi et l’analyse très fine que vous en faites (difficultés d’intégration parmi ses pairs au collège et pour moi jusqu’en 1ère, avec toutes les violences morales et physiques que cela implique). Et enfin, cela a mis des mots sur les angoisses que j’ai pour mes enfants (encore petits), que je sens aussi « fragiles » que je ne l’étais : malgré la connaissance relative que l’on a du sujet aujourd’hui, les choses n’ont pas tellement changées dans les cours d’école… Et si l’on peut espérer être protégés en primaire si l’équipe éducative tient la route (ce qui n’a malheureusement pas été votre cas), c’est réellement la jungle au collège pour nos petits que l’on voudrait pouvoir protéger.
    Le passage sur les propositions de redoublement m’a fait sourire (même si cela dénotait une méconnaissance profonde de la précocité) : en entrant en 6ème, j’avais 9 ans et demi : un saut de classe mais de fin décembre, et encore très « bébé » par rapport à mes congénères. L’année a été très compliquée d’un point de vue intégration sociale… Ma mère (qui ne connaissait encore rien de la précocité et ne le soupçonnait donc absolument pas pour moi) a demandé à mon professeur principal ce qu’il pensait du redoublement pour me laisser « grandir un peu »… il a éclaté de rire et a répondu qu’il aurait mieux compris qu’elle demande un passage anticipé en 4ème ! L’année de 5ème a été catastrophique…
    Merci pour votre témoignage, et tous mes voeux de bonheur à votre petit zèbre, notamment en ce qui concerne la rentrée en 2nde. J’espère que les vacances vont malgré tout être sereines pour vous tous. Par expérience (j’enseigne au lycée), il est vrai que ce sont plus souvent les filles qui ont des soucis d’intégration au lycée, les garçons sont généralement plus sympas entre eux à cet âge. Et il aura sans doute plus de chance de trouver l’ami qu’il attend depuis si longtemps (grâce aux options peut-être ?).



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article