Les tests d’efficience intellectuelle

Explications sur les tests de QI

 

En France, les tests les plus utilisés par les psychologues cliniciens & les psychologues scolaires sont les échelles de Wechsler (tests de Wechsler, mais aussi K-ABC qui est sur la même échelle).
Ce qui n'est pas toujours le cas ailleurs, notamment au Etats-Unis, où l'échelle de Cattell est encore très utilisée dans les tests d'évaluation du QI, tout comme la NEMI (version actualisée du test Binet-Simon, rebaptisé NEMI en 1966) :!:

 

La limite inférieure mesurable sur l'échelle de Weschler est de 40 & la limite supérieure de 160, avec un écart-type de 15.

 

Attention : ne pas confondre l'échelle standard (de Wechsler) avec la fameuse échelle de Cattell qui va, elle, jusqu'à 200 & dont l'écart-type est de 24 (:arrow: pour plus de précisions sur ces 2 échelles, consultez ce billet)

 

 

Il existe 3 versions des tests de Wechsler, selon l'âge de la personne qui passe le test :

- le WPPSI-III qui est la forme pré-scolaire du test. Il s'adresse aux enfants de l'âge de 2 ans & 6 mois, à 7 ans & 3 mois

- le WISC-IV qui concerne les enfants de 6 ans à 16 ans & 11 mois (voir ICI mon article sur le Wisc)

- le WAIS-IV qui s'adresse aux jeunes & aux adultes, de 16 ans à 79 ans & 11 mois

 

 

Ces tests sont très régulièrement ré-étalonnés pour autoriser une interprétation clinique plus fine :up:

 

Les tests de Wechsler sont composés de subtests (la WAIS est par exemple composé de 15 subtests. Voici un lien qui vous permettra d'avoir une idée plus précise de la Wais, test pour adultes...

 

Le principe est le même pour le Wppsi, le Wisc ou la Wais : chaque épreuve comporte des items de difficulté croissante. De la réussite de ces items dépendra le calcul du score brut, transformé par la suite en note standard d'après les tables normatives correspondant à son âge.

 

Plus qu'un simple chiffre, le test d'efficience intellectuel permet de définir un profil psychologique de la personne, mettant en avant ses atouts, ainsi que ses difficultés dans différents domaines.

 

4 valeurs seront alors déterminées, que l'on appelle des "indices" :

- l'ICV, c'est à dire l'Indice de Compréhension Verbale

- l'IRP, Indice de Raisonnement Perceptif

- l'IVT, Indice de Vitesse de Traitement

- l'IMT, Indice de Mémoire de Travail

 

Puis sur la base ces 4 indices, lorsqu'ils le permettent (comprendre, lorsqu'ils sont homogènes) le QI total est calculé. Il n'est en aucun cas une moyenne arithmétique, comme on le suppose généralement, mais un score global compensé entre ces indices :roll:

 

Homogène ? hétérogène ?
Beaucoup se demandent ce que cela veut dire...
Simplement que l'on considère classiquement que 12 à 15 points d'écart entre ces 4 indices définissent une hétérogénéité qui ne permet théoriquement pas, dans ce cas-là, le calcul d'un Quotient Intellectuel Total (car celui-ci serait alors biaisé & minoré par l'indice le plus faible).

 

Maintenant, en réalité les bilans véritablement homogènes (homogénéité entres les 4 indices !) sont rares. Les psychologues sont très couramment confrontés à des bilans hétérogènes qu'ils doivent analyser.

 

Tout est donc fonction du degré d'hétérogénéité. Un bilan "faiblement" hétérogène ne signifiera pas la même chose qu'un bilan présentant par exemple un écart de plus de 40 ou 50 points entre 2 indices !

 

Cela peut donner un ICV à 155 & un IRP à 100 :dots:
Il est bien évident que dans une configuration pareille, le calcul du QI total ne serait pas l'exact reflet des capacités intellectuelles de la personne, puisque tiré vers le bas par cet énorme écart entre 2 indices & par un IRP très faible (bien que dans la norme) comparativement à l'ICV.

 

Dans des situations d’hétérogénéité très importante comme le cas précité (tant pour un enfant qu'un adulte), le psychologue orientera, s'il est réellement connaisseur, vers la recherche d'une explication de ces disparités.
Elles peuvent être d'ordre psychomoteur, ou encore mettre en évidence un trouble annexe, type Dys ou TDA, TDA-H :-|

 

Mais il faut bien garder à l'esprit que dans le cas d'une différence d'une 20aine de points entre 2 indices, il est en pratique fréquent de voir qu'un QI total est tout de même donné.

 

courbe

 

 

- 0,13% de la population présente un QI total inférieur à 55

- 2% de la population présente un QI total inférieur à 70

- 95% de la population présente un QI total compris entre 70 & 130

- 2% de la population présente un QI total supérieur à 130

- 0,13% de la population présente un QI total supérieur à 145

 

 

A noter que certains psychologues (notamment au Canada, mais aussi en France) préfèrent exprimer les résultats d'un bilan psychométrique en percentile, au lieu de donner un score de QI Total :idea:

 

Par exemple, un QI (sur échelle standard) de 131 correspond au 98ème percentile.
Mais, ce 98ème percentile, s'il est donné sans décimale correspond aussi à 131, 132, 133 & même 134...

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

7 commentaires à “Les tests d’efficience intellectuelle”

  1. OS dit :

    Hello !

    Si je puis me permettre, dans l’interprétation du graphique une petite faute de frappe : au niveau du premier item de la liste ce n’est pas « un QI total supérieur à 55″ mais « inférieur » ;-)

  2. Marie-Laurence dit :

    mais elle ne l’est pas dans la section « définition » ;P

  3. Alain dit :

    Bonjour,

    Étonnantes les limites que vous évoquez pour le wais-III.
    Lorsque j’ai passé ce test chez une psychologue, elle m’a cité 150 comme étant la valeur maximale.

    Dans un autre article, vous mentionnez la notion d’écart verbal-performance, mais je dirais dans le sens inverse de mes résultats :
    IQV : 133
    IQP : 148

    Étant dans un état confus le jour du « débriefing », je n’ai pas abordé cette notion d’écart, ni quoi que ce soit d’ailleurs : « Au revoir madame, merci ».

    Elle m’a précisé également que je « plafonnais » à la majorité des sous-tests performances.

    Avez-vous une idée des tests existants permettant de mesurer complètement le QI performance ?
    Des éventuelles significations d’un écart IQV – IQP ?
    De bouquins intéressants à me conseiller sur le sujet ?

    Cordialement.

    Alain

  4. zebrounet dit :

    Bjour Alain :)

    Etonnantes je ne sais pas, mais elles sont celles trouvées comme réf. dans différents ouvrages, notamment de J. Siaud-Facchin (de mémoire) & d’autres au fil de mes lectures. En tout état de cause, 150 n’est pas la mesure maxi, ça c’est certain (sur l’échelle de Weschler ! attention à ne pas confondre pour ceux qui ne liraient que ma réponse, sans voir la réf. au WAIS-III !) ;)

    Il existe très certainement des individus qui peuvent totaliser un score de + de 160 (on parle bien de QI total, & non de QI Perf ou Verbal), mais les tests actuels ne permettent pas de mesurer ces scores au delà de cette limite. Ainsi plus l’on s’éloigne de la moyenne (qui est donc de 100 sur l’échelle de Weschler) & moins la mesure semble fine & précise. Dans le sens inférieur comme supérieur, du reste.
    Je ne peux que vous conseiller de vous rapprocher du psy avec lequel vous avez fait votre bilan pour évenuellement passer d’autres types de tests. Le WAIS est un test, parmi tant d’autres, ne l’oublions pas. Et même s’il est THE test, il y a bon nbre d’autres tests + ciblés que le psy pourrait vous proposer pour explorer vos capacités dans un domaine précis.

    Bien sûr le QI Perf. peut tout à fait être supérieur au QI Verbal, c’est même fréquent. Je le note d’ailleurs dans mon billet. Les 2 cas sont possibles (Verbal > Perf comme Perf > Verbal), & ils n’auront d’ailleurs pas la même signification. Mais ceci est à voir dans chaque cas avec le psychologue qui a procédé à la passation, à l’analyse & à l’interprêtation.
    Personne d’autre ne pourrait décemment se prononcer sur le pourquoi & le comment de votre cas très précis !

    Pour les ouvrages, vous trouverez une page consacrée aux livres de réf. selon moi, en cliquant sur l’onglet « Biblio » en haut à droite de votre écran :)
    A. Adda & J. Siaud-Fachin ont consacré une partie de leurs ouvrages à ces différences entre sphère verbale & performance. Mais cela reste des généralités & ne vous éclairera pas sur votre propre bilan.

    Je pense pour ma part que lorsqu’on se pose des questions qui ne sont pas d’ordre général, mais au contraire très spécifiques, il ne faut pas hésiter à demander l’aide d’un psy (que ce soit celui de la passation, ou un autre, si pour une raison ou une autre vous n’êtes plus en contact). D’autant que vous écrivez que l’entretien de restitution ne vous a pas permis de poser les questions qui aujourd’hui, vous trottent dans la tête ;) (ce qui est normal, qd on est abasourdi par le compte-rendu & que plein de choses se bousculent d’un seul coup dans notre esprit !!!)

    En espérant que ma réponse vous aide,

  5. Alain dit :

    Bonjour Zebrounet,

    Ayant « égaré » mon pc portable à l’époque, c’est avec plus de 2,5 années de retard que je vous remercie :-D
    D’autant plus étrange que je suis retombé par hasard sur ma question et par conséquent votre réponse.

    Alain

  6. caroline dit :

    Bonjour,

    il y a 20 ans, j’ai passé un test avec une psychologue, où on m’a dit: « sureffcience intellectuelle verbale » :
    10 ++.

    Ça veut dire quoi 10++ ? Ça correspond à quel chiffre?

    – logique maths, j’ai eu : 5
    – chiffres: 8
    – Spacialisation :9

    Ça veut dire quoi?

    Merci

    Merci.

    Caroline

  7. zebrounet dit :

    Oops ! Très juste ;)
    La faute de frappe est corrigée !

    Merci :)



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article