Plus tard je serai…

Chacun d'entre nous a un jour du répondre à un adulte lui demandant joyeusement :

 

- Alors, qu'est-ce que tu voudras faire quand tu seras grand :?:

 

 

Personnellement cette question m'oppressait !
Primo, parce que je n'en savais rien 8-O  Devoir faire un choix impliquait de renoncer à tout un tas de choses qui m'intéressaient également.
Le fait d'avoir à choisir, me décider, trancher relevait réellement de l'impossible pour moi & je me rendais bien compte que c'était "anormal" (au sens littéral du terme ! La norme étant d'être capable de choisir sans difficulté particulière, sans en faire une montagne... :oops: ).
Autour de moi, les autres ne semblaient pas confrontés à ces angoisses & j'enviais ceux qui donnaient toujours une réponse ferme & spontanée à la fameuse question qui me faisait trembler !

 

Secundo, parce que j'acceptais mal ce que je percevais comme une forme d'intrusion dans mes pensées, dans mon petit monde.
Mais avec le recul des années, sans doute ce malaise était-il directement lié au fait que je sois moi-même, en y réfléchissant seule dans mon coin, indécise au point d'en être frustrée !!! Le fait qu'un tiers me confronte de nouveau à cet échec personnel, cette impossibilité de choix me dérangeait énormément, parce qu'au fond, je m'en voulais à moi de ne pouvoir y faire face.
Je crois que ce n'est pas tant la question qui me paniquait, mais plutôt le vide en perspective, le sentiment de puits sans fond qui étaient indissociables de ma non-réponse.

 

Le zebrounet a lui de très nombreuses idées sur le sujet & n'a jamais manifesté la moindre gêne vis à vis de la question.
Ses réponses, souvent peu conventionnelles, ont été très diverses au fil des ans, & selon les périodes.
Ainsi parmi les plus farfelues (mais dites très sérieusement :!: ), on a eu l'an dernier "soigneur de pingouins" :-D

Bon... pourquoi pas ! :-P

 

Et depuis quelques semaines, la réponse ne varie plus. Une seule chose revient très régulièrement sur le tapis :

 

- Plus tard je serai chercheur ! J'inventerai un remède qui donne la vie éternelle. Puis un autre permettant aux adultes de redevenir enfants, & aux enfants de devenir adultes quand ils le veulent, pour voir ce que ça fait.

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , ,

23 commentaires à “Plus tard je serai…”

  1. Reg dit :

    J’ai voulu tout faire… et je ne sais toujours pas quoi faire. Une véritable horreur, cette question, et chaque année, je donnais des réponses différentes.

    J’aime beaucoup le soigneur pour pingouins.

  2. fannetteworld dit :

    Mon petit Z : « charmeur de cobra »;
    mon grand Z : « ré-inventeur, pour réinventer tout ce qui a été inventé mais qui fonctionne mal et pour toi maman, je referai toutes les ouvertures faciles qui marchent jamais »
    C’est bon toutes ces idées, gardons-en plein!!!

    • Zebrounet dit :

      LOL Pas mal ! ;)

      « ré-inventeur, pour réinventer tout ce qui a été inventé mais qui fonctionne mal et pour toi maman, je referai toutes les ouvertures faciles qui marchent jamais »
      Le zébrillon a eu la même idée !!! :)

  3. Emma dit :

    J’ai eu « policier, pour annuler tes PVs ». Mais plutôt dans le genre habituel de paléontologue, astronaute, etc.
    En ce moment, c’est « vendeur de jouets (inventés par lui même) et dans mon magasin, il y aura un bar pour les parents pour leur permettre d’attendre sans s’ennuyer devant un chocolat chaud pendant que les enfants choisissent. Dans mon magasin, j’aurai aussi un musée pour exposer les fossiles que j’aurai découverts ».
    Voilà, ce n’est pas vraiment Toys’rus.-

  4. flo dit :

    Mon plus grand Z à commencé par vouloir être « gardien de phare ». Puis être astronaute pour aller sur la planète Mars et revenir. Maintenant il veut faire un métier « …à la campagne ». Son But être tranquille loin des hommes et du monde.

    Ma petite Z voulait faire fée clochette et après un temps de réflexion m’a avoué que le plus dur sera d’apprendre à voler.

  5. mouajeu dit :

    Cette semaine, mon grand veut être « pirate de l’informatique » pour aller voler des secrets.

  6. Plum dit :

    Bonsoir,
    je découvre à peine votre blog.
    Mon fils de 6 ans veut également être chercheur afin de trouver enfin un traitement contre la mort…
    D’après lui, il ne se sent pas de cette planète et il serait fort probable qu’il vienne d’ailleurs, en ce moment son choix est arrêté sur Pluton et il est persuadé que s’il pouvait aller y faire un tour il reviendrait avec le fameux remède car là bas c’est certain il le savent depuis belle lurette !
    Aller, je vais continuer à vous lire, cela atténue mes angoisses.
    Merci !

  7. Rainbow dit :

    Mon fils de 8 ans veut être paléonthologue depuis qu’il a 2,5 ans, depuis qu’il a choisi son premier dinosaure comme recompense à la pèche aux canards de la fête foraine. Chimiste ne lui déplairait pas non plus, ou microbiologiste. Ma fille de 5 ans hésite entre aventurière ( façon reportages documentaires ) et réalisatrice de cinéma (avec réflexions sur le casting, le sénario) et le traditionnel docteur pour soigner les gens.

  8. Toskarim dit :

    Joachim, 5 ans à l’époque : plus tard je serai paléontologue, mais seulement l’été. Moi : ha bon? et pourquoi seulement l’été ? Lui : ben je vais pas creuser dans un sol gelé, le reste de l’année je serai astronaute.

  9. pascale dit :

    Z de 8 ans ,depuis 2 ans 1/2 aussi : archéologue puis paléontologue et il dessinait dès qu’il l’a pu le camion et tout le matériel qu’ il emporterait , précisant ni femme ,ni enfant ,trop compliquer à gérer quand tu fouilles puis on a eu en sus chercheur en biologie pour l’ écologie , sauveur d’ animaux en voie d’ extinction ( larmes aux yeux dans la galerie de l’ évolution) et enfin la série maître du monde : trader , économiste au FMI ,président de la Chine ( moyennant un salaire annuel d’ un euro par habitant) et enfin , ouf, faut avouer que là , on s’ inquiétait , ingénieur aux arts et métier( plutôt les ponts et phares) , en biomécanique , inventeur de machines pour nourrir toute la population mondiale, astrophysicien . Y aurait il une volonté de tout maîtriser ???? et/ ou tout explorer ???
    Notre deuz ( zou pas ) est d’ un autre bois , 4 ans : lanceur de couteau , forestier , berger , apiculteur ,musicien et poète , chasseur de loup ( seulement les méchants) . :-D

    • Rainbow dit :

      Le mien aussi a pleuré dans la galerie des animaux en voie d’extinction du muséum national d’histoire naturelle LOL et il a aussi envisagé au même âge de ne pas avoir de femme ni d’enfants afin d’avoir davantage de temps à consacrer à la recherches de fossiles de dinosaures au fin fond du désert de Gobi LOL LOL LOL .
      Quand à sa petite soeur, à 5 ans, elle envisage en ce moment de devenir agent secret et comme elle sait que la sélection sera sans doute rude, elle a attaqué un art martial vietnamien afin je cite « de mettre plus de chances de mon côté pour le recrutement  » ! Sinon, elle envisage aussi d’être cameraman pour le « national géographic » ! LOL

  10. Tigerlily dit :

    ah le grand mien voulait être instit pendant un moment, puis chercheur (mais papa et maman le sont alors c’est moins aventureux pour lui je pense), et maintenant « architecte de maisons en bois » ! Pas eu plus d’explications ! Ma fille veut être instit-danseuse, astronaute à ses heures.
    Mon grand frère voulait être à 6 ans pompiers-policier-coleur (tout en même temps oui oui !). Mo_i j’étais comme toi, Zebrounet, je me suis décidée à 17 ans. Parce qu’il y avait tellement de choses qui me passionnaient que je trouvais injuste de devoir choisir…

  11. Stéphane dit :

    moi j’avais un livre en couleurs avec plein de métier dedans, sauf soigneur de pingouin, mais bon je savais pas quoi choisir, alors je disais : acteur, comme ca je ferais tous les métiers; C’est simple la vie quand on y pense pas.

  12. stef dit :

    Un jour mon fils m’a dit « remplisseur de châteaux d’eau »… Et plus récemment vers 9 ans : « quand je serai grand je serai inventeur, comme ça j’inventerai un métier et je ferai ça ! » :-D

  13. Dan-hibou dit :

    Lecture jubilatoire du billet et des commentaires; d’une part parce que je m’y reconnais et d’autre part pour l’inventivité, le tout me ravissant LOL

    La difficulté de choisir reflète, me semble-t-il, l’impossibilité devant laquelle nous place la multiplicité de nos intérêts, intérêts ne pouvant correspondre à une consécration exclusive.

    Je comprends mieux pourquoi j’avais tellement envié l’opportunité que relatait une personnalité bien de chez nous lors d’un entretien: la poursuite d’études supérieures pluridisciplinaires… Déjà, faut avoir le fric pour se le permettre…

    Par ailleurs, nous vivons dans un monde où ce qui définit la valeur de l’humain est généralement le travail. Je pense qu’y a pas un HPI qui peut se sentir à l’aise avec ça …non?

  14. babbaluci dit :

    Pour ce que ça vaut. Brillant élève (mais jamais « appliqué » plus de quelques minutes), jusqu’à l’âge de 10 ans je ne m’étais jamais posé la question. J’étais prêt à suivre bêtement un oncle curé au séminaire heureusement, ma mère s’y est opposée. Mon père voulait absolument que j’apprenne un « métier » pour travailler le plus vite possible et je me suis retrouvé dans une école professionnelle. Grâce aux (plusieurs) profs et à ma mère, compromis : études techniques. Trop fort! Il m’arrivait d’aller au tableau pour expliquer au prof de math ou de physique en quoi il s’était trompé :-x Bizarrement, c’est ceux qui ne se trompaient pas qui me trouvaient sympa. Les autres … ont essayé plusieurs fois d’avoir ma peau mais n’y sont pas arrivés. J’abrège. Nanti d’un beau diplôme de technicien chimiste et sans boulot. Eh oui, déjà la crise (en 1966!). Me v’là parti en usine dans le petit royaume d’à côté. Après 3 années de galère, passionné depuis toujours, entre autres, de l’histoire de l’humanité, la fac’. Consternation! Sauf exception, l’unif’ est (était?) remplie de vieux croutons qui ressassent le même syllabus depuis … des siècles? J’en garde le souvenir d’un prof qui avait trouvé mon travail (terminé à 4 h du mat’) sur Guillaume d’Orange brillant mais que j’étais « toursiveux » (c’est du wallon=tortueux, retors, parce que j’avais réussi à contourner toutes les difficultés, tout en donnant le change). Après 1 an et demi, exit l’unif’. Entretemps marié + 1 enfant, il fallait que je trouve qqch. J’avais toujours été fort en math, en avant! Me v’là prof de math. Fort en math, et même en physique et en chimie, vous savez, on trouve toujours rapidement des solutions, parfois originales. Les profs s’étonnent : mais comment t’as trouvé ça? Bin :-? Je suis sensible à la beauté profonde de la mathématique, les élèves, bof :( Je ramé pendant une dizaine d’années, de petites déprimes en maladies psychosomatiques, en détestant les bosseurs, les préférés des collègues (parce que des copies-collées?) et en essayant plutôt de remonter à la surface les « cancres » du fond. Que trois en dix ans. Trois dont au bout de plusieurs semaines, j’ai réussi à attirer l’attention et vu dans le regard s’éveiller l’intelligence. Qui ont rapidement rattrapé même les bosseurs. A chaque fois transféré ailleurs, j’ignore ce qu’ils sont devenus. Si cette histoire vous a plu, la suite au prochain épisode.

  15. babbaluci dit :

    Désolé, je sais que c’est dans la rubrique « plus tard je serai …  » J’ai juste voulu donner à ces ptits zèbres et à leurs parents un petit exemple vécu de « plus tard, j’ai été …  » Pour constater qu’aucune de ces activités ne semble les avoir inspirés : (parcours scolaire chaotique, ça c’est connu), mais technicien chimiste sans boulot, ouvrier d’usine, employé, futur historien avorté, prof de math …
    le tout agrémenté de périodes de chômage, souvent provoquées par « rupture de charge ».
    (à suivre, si affinités)

  16. babbaluci dit :

    Merci, Rainbow (quel joli nom !) donc, suite et happy (?) end.
    Bientôt 40 ans, 2 enfants, la même femme (c’est elle le pilier de la famille) et encore nulle part. Je me suis engagé (à fond, bien sûr) dans une association de défense de l’environnement en tant que chômeur bénévole. Spécialement dans la lutte contre les dépôts illégaux dans les décharges réglémentées (les officiels fermaient les yeux) et la pollution par les déchets plastiques. Vers la fin, le directeur de l’association me félicite pour mon activité pratique et pour la série d’excellents articles sur les collectes sélectives des déchets et le recyclage des bouteilles en plastique. Hélas ! Il ne peut renouveler mon bénévolat ni encore moins m’engager (c’était mon espoir secret). 40 ans passés et toujours nulle part. Grosse déprime de plus d’un an. Pour ma petite famille, j’ai enfin accepté de voir un psychiatre qui a stabilisé mes cycles maniaco-dép. au lithium. Toujours aussi fort en math, on me propose une formation en comptabilité, « avenir assuré ». Pourquoi pas ? Formation intensive, stage, après quelques interim +/- réussis, je me suis lancé dans l’aventure de l’indépendance. Les miracles existent. En moins d’un an, la loi des probabilités jouant pour une fois en ma faveur, j’ai eu assez de clients pour en vivre, mais l’incroyable, l’inimaginable, c’est qu’enfin j’étais seul maître à bord. Décider seul de mon emploi du temps, de mon organisation, m’enfin plutôt désorganisation mais c’est la mienne, quel bonheur ! 25 ans que ça dure. « Bien sûr, j’en bavé, pas vous ? » à certains moments (les contrôles fiscaux, l’angoisse !). Mais, enfin pouvoir me mouler dans le coule d’une vie « normale ». Ne pas craindre tout le temps les questions (les collègues de ma femme, grands spécialistes) genre : « Et qu’est-ce que vous faites dans la vie ? » Euh ! Assis entre 2 jobs et une formation … Me voilà à 66 ans, retraité à temps partiel, 3 petits enfants que j’adore. Les deux gamins me semblent « normaux ». La petite dernière, 9 mois, a un air sérieux et un regard perçant qui m’inquiètent un peu. Moi, zèbre ? Beaucoup de symptômes et des rayures peut-être mais en tout cas la trajectoire d’un électron libre (et aussi les revers et les bleus, mais à quoi bon raviver?). Mon rêve? « Un jour, je serai … écrivain! »

  17. babbaluci dit :

    Tout ça pour ça? Toutes ces « tribulations » pour enfin endosser le costard-cravate gris terne d’un comptable retraité? Quel exemple pour les ptits zèbres! « C’est ma vie, je n’y peux rien, c’est elle qui m’a choisi » (Salvatore Adamo). Je suis né à Palermo en 1946. Deuxième enfant, mais premier garçon (ça a son importance) d’une famille pauvre de 6 enfants, mon père malade, j’étais censé être le soutien de la famille. D’où mon parcours zigzaguant entre ma « vocation » d’apprendre et faire des études sup’ et la nécessité de gagner au plus vite la subsistance de la famille. D’où ma « motivation » à réussir des études qui ne me motivaient pas. D’où mon émigration (puis de toute la famille) dans le petit royaume d’à côté de chez vous. Plus tard, c’est pour ma propre petite famille que je me suis « sacrifié ». Les seules fois où j’ai pu choisir librement : l’unif’ et l’environnement, se sont révélées des culs-de-sac. Et enfin, ce que j’ai endossé, modestement, c’est plutôt une armure de paladin pour la défense des petits contribuables contre les abus de l’Etat (alors que les « gros » passent entre les mailles).
    P.S. Il fallait lire : « J’avoue, j’en ai bavé, pas vous? » (Serge Gainsbourg).
    « mouler dans le coule » jeu de mots (?) entre couler, moule et cool (of course!).
    P.P.S. Soyons francs : je n’ai jamais été dépisté, testé ou diagnostiqué et je ne le serai jamais. D’où parfois l’impression d’être un intrus, un simulateur, redoutant la découverte du subterfuge, dans ce blogue (que je trouve « génial! », Zebrounet) comme dans la vie. Je continuerai à apporter mon témoignage ou mes petits commentaires « pour ce que ça vaut », même si je me fais parfois « modérer » (alors qu’on ne peut brider un zèbre :roll: )



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article