Être parent d’enfant intellectuellement précoce…

Être parent d'un enfant surdoué, c'est tout de même quelque chose de formidable, même si les obstacles sont nombreux sur le chemin (mais les obstacles ne sont de toutes façons pas le propre du surdouement, ils font partie de la vie, tout simplement !) :up:

 

Peut-être essentiellement "formidable" quand on est soi-même zébré !? C'est possible... sans quoi j'imagine que c'est sans doute plus difficile à accepter & à vivre :-? (mais ce serait là un autre sujet, dont je ne peux pas parler, puisque moi-même THQI)

 

Cependant, même en étant soi-même HP, on a parfois envie de s'arracher les cheveux !!! :-x
Car le jeune zèbre est un animal qui demande beaucoup d'attention, d'entretien & surtout, d'énergie. Non content de ces exigences, cerise sur le gâteau, il ne supporte pas les contraintes.

 

En clair : il est une tornade à lui tout seul, & ça n'est pas de tout repos !

 

Les Tribulations d'un Petit Zèbre, le livre du blog !

 

 

 

A la maison il veut tout faire, tout lire, tout voir, tout comprendre & tout entendre des conversations.
Il ne sait pas temporiser, tout doit arriver dans l'instant. Il gère très mal le refus ou la nécessité d'attendre, & ce quelle que soit la situation : que l'on soit au téléphone, en train de travailler, sous la douche, il faut immédiatement être en mesure de répondre à ses demandes.

 

Il est très accaparent, pour ne pas dire omniprésent. Nulle discussion ne peut avoir lieu sans lui : il a un avis sur tout & chaque sujet s'accompagne de son lot de commentaires & de questions.
Impossible d'y déroger...

 

Il y a aussi un côté plus ennuyeux : les pourparlers !
Si je devais choisir une maxime pour définir en quelques mots le petit zèbre, je crois que ce serait sans hésitation :

 

"Ça se discute"

 

 

Car TOUT se discute, tout le temps ! Au sens propre, comme au sens figuré :-D

 

Que ce soit discuter en vue d'échanger des idées... pour ne pas dire certaines fois, vous harceler de questions souvent délicates (en toutes circonstances : devant un film, en voiture, au supermarché, en se lavant les dents). Mais aussi & surtout discuter pour invariablement tout remettre en question, négocier, argumenter encore & encore !!! (ça aussi, en toutes circonstances... LOL ).
Le moindre petit point, même le plus insignifiant & banal, se verra contesté & la faille sera systématiquement cherchée (& bien souvent, trouvée :dots: ).

 

Ce qui laisse parfois en fin de journée une très lourde impression d'être perpétuellement en négociation pour tout & pour rien, & c'est usant !
Vraiment très usant.

 

Et si d'aventure vous affichez le moindre petit signe de fatigue, un semblant de baisse de morale (voire un gros rhume !), dites-vous bien que le jeune zèbre saura tirer avantageusement partie de la situation. Il n'aura aucune pitié & redoublera à coup sûr d'efforts pour gagner du terrain sur les acquis sociaux de la maison !!! :mrgreen:

 

Il a 5 ou 6 ans mais semble bien par certains côtés, dans le verbe comme dans l'attitude & le ton, en avoir 13 ou 14 ! Si on fermait les yeux, on croirait être en face d'un adolescent avant l'heure, avec en prime le sentiment déstabilisant d'avoir pris 10 ans sans même vous en apercevoir 8-O

 

 

Les réflexions sont celles d'un ado excessif & râleur, qui lève les yeux au ciel quand on le reprend & qui part en claquant les portes. Mais finalement, ce sentiment (d'avoir en face de soi un pré-ado ou un ado, quand ce n'est biologiquement encore qu'un jeune enfant) s'explique de manière très rationnelle. Ce n'est pas subjectif, c'est réel & souvent, cela se voit noir sur blanc sur le détail du compte-rendu du WPPSI ou du WISC.

Un enfant de 6 ans qui plafonne sur une grande majorité de subtests obtient des scores moyens (c'est à dire 100, la moyenne étant à 100 & le seuil de précocité à 130) d'enfants de 12 ans... ou plus. En somme, c'est comme si vous aviez dans certains domaines un ado de 12 ans, coincé dans un corps & une gestuelle de 6 ! (c'est une image, car un THQI de 6 ans n'est pas un ado, même si son mode de réflexion se rapproche plus d'une maturité de 12 ans que d'un enfant de son âge biologique).

Bienvenue au pays magique de la dyssynchronie... ;)

 

Les questions existentielles fusent, depuis son plus jeune âge, & vous avez pris l'habitude de discuter origines de l'Homme,  Big Bang & autres questions philosophiques aussi bien en faisant un créneau qu'en choisissant des poires chez Carrefour !
Jamais un moment de répit, & des questions toujours plus pointues, plus poussées qui nécessitent souvent de grandes conversations (le petit EIP adore les grandes conversations, & quand par malheur elles se tarissent, il ne manque jamais de relancer le sujet avec une nouvelle piste de réflexion...).

 

Ses questionnements incessants vous ont permis de devenir champion des recherches encyclopédiques sur des sujets relativement éloignés des préoccupations des enfants de votre entourage.
De la même manière, vous êtes aujourd'hui incollable sur tout ce qui a trait, pèle-mêle, aux dinosaures, à l'ère glaciaire, à la création de l'Univers, aux insectes, à l'espace, à la faune d'Amérique du Sud, à la robotique, à l'Egypte ancienne, à la création des films d'animation 3D, etc.

 

En dehors de la maison ?! Son énergie est tout aussi grande, & son emploi du temps du mercredi est digne d'un agenda de ministre.
Au début, vous l'aviez volontiers inscrit à 1 ou 2 activités dans l'espoir de le fatiguer un peu (... si si, soyons honnête, c'était l'objectif inavoué ! :smile: ), mais très vite, vous avez été pris à votre propre piège ! Et, loin de le calmer, ça lui a au contraire ouvert d'autres perspectives & d'autres envies. Aux premières activités sont alors venues se greffer 2 ou 3 autres choses, histoires de faire de vous un esclave-taxi !!!

 

Chaque mercredi vous courrez d'une activité à l'autre pour le plus grand bonheur de votre zébreau que vous imaginez comblé... quand lui trépigne & ne pense qu'à une chose : parvenir à vous convaincre d'accepter de caler une énième activité supplémentaire dans le petit intervalle libre d'une heure qu'il a, juste entre le kung fu & le violon ! (ce qui vous désespère quand il lance l'offensive... car le zèbre est aussi très tenace & obsessionnel, & il ne lâche pas facilement ! Le combat s'annonce rude & fatiguant...) :oops:

 

Il est terriblement désordonné & il perd tout, tout le temps ! :-x

A l'école, chaque semaine il paume crayons, gomme, stylos... voire même (ne me demandez pas comment !) ardoise !? Après avoir essayé la technique du "je vais lui expliquer qu'il faut prendre soin de ses affaires, qu'il faut être ordonné, que c'est pour son bien qu'il doit le faire" (technique qui fut un échec cuisant), vous vous êtes résigné à constituer un véritable stock de fournitures qui serviront tout au long de l'année scolaire :hypno:

Ce qui a le don de vous énerver prodigieusement, car avec les années, vous avez appris à être ultra-ordonné & organisé (à la limite de la maniaquerie psychopathologique) pour contrer de manière tout aussi radicale qu'exagérée ce gros défaut que vous aviez, vous aussi, étant enfant.

 

Car le zèbre a beaucoup de mal à être modéré :oh:
Être dans un juste milieu, trouver un point d'équilibre est un tour de force pour lui ! Tout est excessif chez lui, il penche naturellement pour les extrêmes & ne semble pas savoir où situer "la norme". Il est toujours "trop" ou "pas assez".
Il est bordélique, ou il vire au contraire ultra-maniaque. Il a une grosse tendance à la procrastination, ou à l'opposé il endosse le costume d'hyperactif qu'on ne parvient plus arrêter.
Et comme le zèbre a une immense lucidité qui lui permet non seulement de détecter les points faibles chez les autres, mais aussi sur lui-même, il sait que ces choses lui sont néfastes. Il en a conscience & quand il se force à rectifier certains comportements gênants, c'est en tombant inévitablement dans l'excès inverse (ce qui n'est pas forcément un mieux, selon les cas...).

 

A l'école, il dérange souvent, il énerve parfois. Tant les enseignants, qui ne trouvent plus leurs repères habituels face à un élève aussi hors norme, que les autres enfants, qui ressentent quelque chose de non conforme, sans savoir exactement ce qui diffère chez lui :!:
Avec un peu de chance il parvient plus ou moins à se fondre dans la masse & se faire accepter des autres ; dans le cas contraire il devient la tête de turc de ses camarades & l'élément gênant pour l'instit.

 

Chaque soir les devoirs sont une épreuve que vous redoutez, & qu'il appréhende certainement tout autant, si ce n'est plus...

Il ne supporte que très difficilement d'avoir à se replonger dans ce qu'il a déjà largement intégré dans la journée. Pour lui, revoir une leçon ou un exercice est du temps perdu. Il se braque, s'oppose, crie, tape des pieds & met toute son énergie à vous démontrer que c'est inutile, parce qu'il sait déjà, parce que ce sont les imbéciles qui ont besoin d'apprendre ce qui a déjà été vu en classe, longuement.

Vous ne cédez pas, car pendant que votre jeune zèbre gesticule devant vous en plaidant sa cause, vous repensez à vos lectures sur la nécessité d'apprendre à travailler & à fournir des efforts, vous revoyez le psy illustrer par de tristes exemples le haut potentiel gâché d'enfants n'ayant jamais appris à se plier à cette discipline scolaire indispensable pour la suite de leurs études.

Là encore vous mettez en place différentes stratégies pour amadouer votre enfant HP & l'amener en douceur à accepter ce moment qui lui semble totalement injustifié (& donc inacceptable, puisque sans fondement logique selon lui !!!). Et ce n'est pas facile tous les jours car ce qui fonctionne un soir s'avérera inefficace le lendemain.

 

Ce petit exercice d'équilibriste présente néanmoins un avantage considérable : ça force l'inventivité ! :-P  
Essayer chaque soir de trouver comment faire passer l'idée qu'il faut faire ses devoirs, qu'il n'a pas le choix, même si ça lui semble absurde & inutile. Cent fois sur le métier remets ton ouvrage...

 

Ça peut faire sourire, dit comme ça c'est sympa & drôle... Mais on arrive parfois à des situations aussi ingérables qu'épuisantes nerveusement, pour les parents, comme pour l'enfant.

Certains enfants surdoués sont - à tort - taxés d'hyperactifs (attention, d'autres le sont réellement ! Il est parfaitement possible de cumuler TDA / TDA-H avéré & surdouement. Mais dans certains cas, aux yeux d'un non-connaisseur, les symptômes faisant penser à une hyperactivité sont confondus avec le propre de la douance & de la fulgurance intellectuelle).

 

Les parents d'enfants à haut potentiel intellectuel sont souvent crevés d'avoir à gérer chaque jour cette énergie débordante & les EIP sont éreintés par ces tensions à la maisons, comme par la dépense d'énergie considérable qu'ils fournissent quotidiennement pour se camoufler & ne pas trop dépasser du moule (scolaire, social).

 

Les grands-parents ont beau tenter d'être rassurants avec des phrases du type :

 

"Mais tu étais pareille à cet âge-là, il va se calmer, tu verras"

 

 

Ça ne vous rassure pas le moins du monde ! Au contraire, cette vérité qui vous saute au visage à chaque fois que vous l'observez ("Il est comme moi, c'est indéniable & palpable") aurait plutôt tendance à vous faire paniquer.
Car vous savez, vous, ce par quoi vous êtes passé pendant l'enfance  & l'adolescence, vous savez la réalité de votre mal-être à l'école, parmi les autres. Toutes les manipulations pour vous travestir, pour cacher la réalité à vos parents, pour ne pas les exposer à votre souffrance qui vous semble infinie.
Et vous craignez aujourd'hui que ce ne soit votre zebrounet qui soit à son tour concerné & souffre seul & en silence pour vous préserver. La seule évocation de cette éventualité vous rend malade :beurk:

 

Mais revenons à nos moutons, inutile d'extrapoler & de partir dans des délires qui relèvent plus de craintes que d'une réalité tangible...

 

Voilà ce qu'est dans les grandes lignes le monde d'un petit surdoué & de sa famille. Pas toujours simple, mais en ébullition constante.

 

L'émulation intellectuelle est journalière & compense finalement très largement les moments plus durs que l'on peut traverser avec ces petits personnes ! :idea: :hearts:

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

289 commentaires à “Être parent d’enfant intellectuellement précoce…”

  1. Val dit :

    Bonjour,

    auriez vous des conseils à donner , des références à lire….concernant la gestion de l’énooooorme besoin de sucre des HPI.

    C’est un vrai problème, mes 2 HPI (mon fils de 13 ans et mon mari) sont en quête de sucre rapide en permanence, tous 2 en surpoids, et mon fils me dit clairement que son cerveau ne travaille pas sans sucre.

    Merci de votre aide

    • A. Zebrounet dit :

      Euh… non, honnêtement. Rien ne correspondra ds l’ensemble des livres publiés sur le surdouement comme des articles partagés ou écrits sur ce blog :(
      Et ce n’est d’ailleurs pas quelque chose que j’ai svt entendu / lu (ou constaté) chez mes lecteurs. C’est pq je ne pense pas qu’il faille ramener ce comportement au HPI (ce n’est pas « propre » à la douance, c’est ce que je veux dire) :!:

      L’aide d’un psychologue serait sûrement bénéfique pour eux, & il me parait intéressant dans votre message de noter qu’il s’agit du duo père / fils. Je vous souhaite en ts cas de parvenir à trouver un(e) thérapeute qui puisse comprendre pq ils aiment tant le sucre & solutionner la question du surpoids :up:

      Alexandra

      • JM dit :

        Bonjour
        Intéressant.
        je rentre dans le monde des zèbre et lis des portraits de ma famille à chaque page de ce blog…
        Concernant la recherche du sucre, je connais, et je ne suis pas sûre que ce ne soit pas en rapport avec les rayures. La sensibilité (plutot maitriser) aux adictions, les besoins sensuels exacerbés, semblent faire parti des lot.
        Je retrouvé des papiers de bonbon dans la chambre de mon zèbre aîné, tous les jours et je résiste a l alcool en mangeant des gâteaux.

  2. Elisa dit :

    J’ai emmené mon fils en consultation au CMPP le plus proche de chez moi pour des problèmes de comportements en classe et des résultats scolaires non conforme à l’intelligence qu’il montre au quotidien. Il a parlé très tôt, enrichissant quotidiennement son vocabulaire et ne se trompant quasi jamais en utilisant un nouveau mot.
    Nous venons d’avoir les résultats du bilan, il est surdoué, mais a des résultats très disparates dans les différents indices, presque le max pour la compréhension verbale mais en dessous de la moyenne pour la vitesse de traitement. Auparavant, il lui avait été diagnostiqué une difficulté orthoptique, la psy nous a dit qu’il faudrait sûrement qu’il fasse des séances pendant plusieurs années.
    Je reconnais mon fils dans votre description : les questions incessantes, la négociation sur tout avec des arguments hyper pertinents (complétement usant), les angoisses, le refus de faire les devoirs…
    Le passage sur la négociation me rassure particulièrement, car j’avais de plus en plus l’impression d’être une mauvaise mère incapable d’éduquer son enfant et ceci renforcé par des remarques dans ma famille et par les parents d’élèves de l’école de mon fils. Ce n’est pas le cas ( du moins sur ce point), ouf!
    La psy nous a dit aussi que mon enfant avait particulièrement besoin de cadre , ce qui est un gros problème pour nous en raison des négociations sur tout et tout le temps…On doit la revoir encore une fois ainsi que la pédiatre, on verra.

  3. Zebreux dit :

    J’adore relire cet article, il me fait tellement rire LOL !!!
    Merci Alexandra

  4. titounet dit :

    Merci tout d’abord d’avoir écrit ce billet, si réelle a mes yeux.

    Je vis cela avec mes deux enfants l’un vient de passer les tests il y a peu THQI et l’autre trop jeune pour l’instant, on attend qu’il est 6 ans.

    En lisant j’avoue que je souriais car cela me rappelle mes loulous au quotidien, épuisant nerveusement pour moi qui a priori n’est pas HP, mon mari l’est par contre.

    Rassurant pour moi de constater que je suis pas la seule à vivre ça, avoir l’impression de mal faire parce que effectivement « ca se discute » et aussi présent tout le temps.

    Essayer d’expliquer à l’instit que mon fils n’est pas insolent mais simplement en quête de vérité, lorsqu’il l’interrompt en classe pour lui dire qu’elle s’est trompée

    Me prendre la tête avec d’autres parents qui trouvent mes enfants parfois trop « indisciplinés » alors qu’en fait, ils ne savent pas attendre tranquillement.

    Merci Alexandra, si je pouvais faire lire ce blog aux instits et aux parents de l’école, je crois que nous avancerions à grand pas et on arrêterait peut etre de me dire que je ne sais éduquer mes enfants, trop laxiste..

    merci d’exister cela fait du bien

  5. Ninvité dit :

    Encore un mercredi épuisant qui se termine… Merci pour cet article qui me fait sourire, tant il est criant de vérité !
    Chaque jour sans école est une torture pour mon fils de 6 an 1/2, et, en conséquence, pour toute la famille !
    Je n’ai pas encore envie de lui faire passer les tests, mais depuis que j’ai appris que j’étais HQI il y a 3 ans, je me doute fortement que lui aussi… :roll:
    Je ne sais pas comment l’aider à s’ennuyer moins, il est sur notre dos à tous en permanence, provocateur, ne veut absolument pas s’occuper seul, préférant nous pousser à bout plutôt que de faire un truc de façon autonome et je suis à court d’idées et d’énergie !!! :-x
    Je vais continuer à parcourir le blog, et peu-être l’inscrire à une nième activité ?!
    Merci :)

  6. Lélé dit :

    C’est la lecture qui nous a délivrés de cette période délicate de la petite enfance.
    Dès le moment ou l’univers de la lecture s’est ouvert à nos enfants, nous avons trouvé un meilleur équilibre familial.
    Avant cela, nous essayions d’être toujours en mouvement, ou d’inviter des amis. La présence d’un autres enfants était toujours positive.
    Je ne veux pas dire par là que nous évitions d’être ensembles, mais nous avions l’impression parfois d’étouffer sous la pression.
    A l’époque, je ne connaissais pas le HP et notre entourage nous voyait comme des gens bizarres incapables de profiter d’un we de détente. Ça me culpabilisait parce que j’avais l’impression que les autres y arrivaient et pas moi.
    Maintenant je repense à cette période avec plus de bienveillance pour nous tous. On a fait de notre mieux!

    • Ninvité dit :

      Merci Lélé pour ce commentaire, que je lis comme une réponse au mien (de commentaire)
      Oui, la lecture va nous faciliter la tâche (je compte bien dessus !) mais pour le moment il ne veut que lire avec moi ! :-D
      Bon, j’attends les recommandations de l’orthophoniste de mon grand pour consulter la psy qui va bien, déjà voir si mes soupçons sont justifiés ou pas…
      Pour ce qui est des copains, c’est parfois difficile, il me dit qu’il ne sait pas qui il veut inviter, alors que quand les copains de son grand frere sont là il s’incruste sans problème…
      En tout cas je suis devenue accro au blog, qui agit plutôt bien sur ma bienveillance ! :-D

  7. Claire G dit :

    Que c’est bon de vous lire! Mon quotidien ressemblait jusque là étrangement à celui que vous décrivez.
    Mais cette année mon petit zèbre vient de rentrée au collège…dans une classe d’enfant HPI, il est heureux! Et je respire enfin un peu le mercredi.
    Merci pour ce blog « rassurant » pour les parents un peu déroutés par leurs petits zèbres

  8. HENNEBUTTE dit :

    Je m’écarte un peu du sujet, dans lequel je retrouve à 100 % mon petit fils de 15 ans1/2…un THP qui a longtemps voulu cacher sa surdouance…en raison de maltraitances dont il était victime durant 3 ans au collège mais aussi car son père (parents séparés), ne veut pas entendre parler de ces innombrables différences et difficultés liées à son haut potentiel…pour lui, en gros, il doit rentrer dans le moule car la vie ne lui fera pas de cadeau, et la réussite ne passe que par le travail…mais comment motiver un enfant quand l’un des parents joue les pères ultra autoritaires, avec qui il n’y a pas moyen de discuter, qui refuse de s’informer sur la surdouance…
    avez vous des conseils à nous donner ? je ne vois pas souvent cette particularité dans les commentaires ou dans les thématiques traitées sur les surdoués. Merci

  9. mel dit :

    bonjour
    quels conseils pourriez vous me donner au sujet des devoirs a la maison. c est une galere pour moi et pour lui.beaucoup de conflits a ce sujet. j en puex plus et lui aussi . notamment la lecture de livre demandé par l ecole. il n a pas de plaisirs a apprendre. pourtant jusqu en ce1 il aimait ca.
    merci

  10. Caroline dit :

    Bonsoir
    Dans un autre de vos billets, vous parlez de votre maman qui a été éconduite par le pédiatre. Depuis la petite section, nous sommes éconduits par l’éducation national… Je suis passée pour une mère laxiste, vu qu’il n’écoutait rien, pour une mère sur le dos de son fils, vu qu’il appris à lire seul en moyenne section (ce n’est pas possible), pour une mère abusive quand en grande section j’ai demandé si la maîtresse ne pouvait pas faire écrire une ligne de punition à mon fils plutôt que de l’exclure lorsqu’il était gênant, ce qui augmentait son angoisse et qui, au lieu de le faire réfléchir à sa bêtise, le poussait à en rajouter jusqu’à ce qu’on cède, s’énervant lui même, énervant les autres…
    Je n’ai pas osé faire comme vous, lui expliquer tout ce qu’il me demandait pour qu’il ne passe pas plus qu’à l’heure actuelle pour un « je sais tout »… et qu’il garde un peu d’intérêt pour l’école.
    A 5 ans (moyenne section) il m’a demandée ce qu’était un angle…je lui ai fait un geste de chapeau pointu avec les mains…Il a enchaîné sur: il y a un angle dans le triangle, le temps que je dise qu’il y en avait 3 pour tri il m’a dit qu’il y en avait 4 dans les rectangles et dans les carrés et que dans les ronds, il n’y en avait pas ! Et l
    En tout cas c’est sûr que j’angoisse pour la suite, qu’il se sente rejeté comme je l’ai été…Quand à l’usure et à la fatigue nerveuse, je suis bien contente quand l’école reprend ! Depuis tout petit, 10 mois à peine, il n’a jamais obéit spontanément à une demande si ca ne correspondait pas à son envie du moment alors à bientôt 8 ans, je ne vous pas de tableau, même si cela s’est amélioré.
    Pour les devoirs du soir, il aime faire du sport et peut recommencer plusieurs fois le même geste pour se perfectionner, je lui dis que c’est la même chose, que le cerveau a besoin de se muscler (métaphoriquement parlant) et pour l’instant ca marche.
    Bon courage,
    Caroline.

    • carole dit :

      Bonjour Caroline,
      Ton témoignage ressemble tout à fait à mon quotidien… Enfin plutôt ressemblait. Il y a un an nous avons pris la dure décision de déménager, avec tout ce que cela implique, pour quitter l’éducation nationale qui n’avait qu’une réponse : ne pas considérer les enfants EIP, et rejoindre une école privée d’intégration. Nos deux enfants de 7 et 9 ans sont des THQI : plus de 150 tous les deux. Ils sont environ 4 ou 5 EIP par classe et leurs maitresses sont formées à les gérer. Alors si tu peux te le permettre financièrement, renseigne toi pour changer ton enfant. Il s’épanouira comme jamais, et toi aussi par la même occasion. Nous ne regrettons en rien notre choix, car nos enfants sont enfin reconnus comme ils auraient dû l’être depuis le début de leur scolarité. Courage !

      • Caroline dit :

        Bonjour
        Je n’ai pas d’école de ce type là par chez moi mais je l’ai changé d’école en janvier.
        Nous avions pris rendez-vous en novembre avec la maîtresse car il s’ennuyait à mon sens (il disait que non mais il était très énervé le soir, sautait partout, répondait, ne voulait plus aller à l’école) et elle nous a quand même dit que la vie était faite d’ennui et qu’il n’avait qu’à s’ennuyer, que c’était comme ça, qu’elle ne ferait rien de plus et qu’il n’avait qu’à profiter de cette année pour améliorer ses relations sociales.
        Citez moi un enfant de 8 ans capable d’améliorer ses relations sociales quand il ne fait rien d’intellectuellement intéressant de la journée ? Le niveau était tiré vers le bas, il régressait par rapport à ses acquis de CE1. La nouvelle école proposait une période d’essai d’une semaine il m’a dit oui tout de suite pour tester. Une matinée et son choix était fait. La pédagogie tient de Freinet, il travaille son autonomie, la vie de classe est bien plus riche et il a plus travaillé en 3 semaines qu’en un trimestre. Rien d’extra ordinaire en soit mais quand on part de 0 cela semble presque l’Everest.
        Bonne continuation !

  11. soso dit :

    Cet article est impressionnant de vérité!!!!
    Il fait se sentir moins seul, mais rien qu’à le lire… on se sent usé, et fatigué de ces journées interminables de questions, remarques et autres réflexion que ne semblent pas à la base devoir être l’intérêt d’une enfant de 9 ans…
    Personnellement elle m’use, et je culpabilise totalement d’avoir du mal à supporter ce discourt incessant lorsque je rentre du travail.
    Certe, la patience est d’or pour ces enfants, mais plus facile à dire qu’à faire….
    D’autant qu’il est rare de pouvoir en parler sans avoir peur du jugement, car seuls les parents concernés s’y attardent en général, et on a du mal à se sentir compris…
    Personnellement, j’évite d’en parler, et parfois j’aurais vraiment envie de rencontrer des parents dans mon cas afin de parler (et de se plaindre)librement!!!
    J’ai aujourd’hui le sentiment que dans notre société, on n’a pas le droit de se plaindre quand on a un enfant HP….Car pour le commun des mortels, c’est une chance, pas un problème.
    Merci pour ce blog!!!!!!!!!!!!!!!!!

  12. Lili dit :

    Bonsoir,
    Je rejoins tout à fait Soso … Le fait de se sentir moins seule en lisant cet article aide beaucoup. Tout cela est épuisant … Mais toujours la même question, vers qui se tourner, à qui parler de ces difficultés à gérer les conflits, ces tensions permanentes sont éprouvantes . Mes enfants ( 2 garçons de 9 et 6 ans et demi) n’ont pas été diagnostiqués HP mais ont tous les « symptômes » et ont effectué un saut de classe l’année dernière ( heureusement pour l’équilibre de chacun). Je me sens seule avec en permanence une culpabilité de ne pas avoir fait ce qu’il fallait pour éviter ou gérer une crise ( lors des devoirs ou entre frère ). Tout devient vite compliqué même si je suis très à l’écoute… Je me demande si un diagnostique posé ne pourrait pas nous permettre de mieux avancer mon mari et moi dans l’accompagnement de nos enfants… car pour l’instant j’ai l’impression de gérer seule et c’est encore plus épuisant ! Un grand merci pour votre blog qui m’aide beaucoup et dans lequel je retrouve notre quotidien !

  13. Flo dit :

    Je rejoins SoSo, merci pour ce blog…
    Je suis en cours d’évaluation pour mon enfant de cinq ans les tests se finisse la semaine prochaine mais la psychologue ne met pas trop de doutes quant au résultat.
    L’intérêt du diagnostic pour les enfants HP et aussi des parents c’est de mieux comprendre la situation et grâce a ce genre de blog de découvrir que nous ne sommes pas seuls …
    J’ai acheté hier un livre pour accompagner mon enfant HP mais je pense que les conversations de parents sont très intéressantes et peuvent profiter à chacun….et c’est en lisant ce blog et ce livre que je m’aperçois que peut-être je suis une adulte hp?… Et je me pose des questions quant au statut de mon père ? Que beaucoup de monde a du mal à comprendre…
    Comme je suis qu’au démarrage de ce long parcours qu est la compréhension d’un enfant HP et don éducation,son bien etre…et notre bien etre!!!;)je suis a l écoute pour toute personne qui pourrait me donner des conseils
    Merci pour c blog !

  14. mélopée dit :

    Bonjour à toutes et tous, difficile de ne pas être redondant…. je prends connaissance de ce blog et des commentaires et je me retrouve ainsi que ma fille dans la quasi majorité des messages. La première fois que j ai entendu Jeanne siaud fachin dans une émission radio, je me suis immobilisée et mise à pleurer tant j avais enfin l’impression de comprendre ce qui me tourmentait depuis toute petite. Ca a été un choc et depuis je butine à droite à gauche pour trouver des informations, et douter et douter encore de faire partie de la tribu, parce qu évidemment cerise sur le gâteau, on a trop d humilité et de doute par nature pour oser y croire. Bref on se torture encore !!
    Je vais tenter d apporter modestement un petit bout de ma pierre à l édifice de ce blog. Lasse du doute que j entretiens depuis qqs années, j ai enfin passe des tests à l automne. Et … les résultats ont été des plus inattendus….. je m attendais à enfin trancher la question par un oui ou un non je suis hp. Hé bien non! Les résultats sont trop disparates pour être interpretables ! En d’autres termes, j ai de très hautes performances associées à de médiocres résultats dans une même famille d exercices de qui est tres rare. Les résultats élevés ne seraient pas le fruit du hasard car répétés, c’est plutot les couacs qu’il faut chercher à comprendre. État psychologique, doute, recherche du compliqué au lieu de faire simple, regard du psychologue en face qui fait perdre les moyens, problèmes de vue, tout un faisceau d explications peut exister, je ne vais pas vous ennuyer avec mon cas individuel.
    La raison de ce billet, c’est de dire qu au regard de mon expérience il ne faut pas attendre tout des test. J’ai ete d’abord déçue de cette incertitude, et puis finalement je réalise qu au fond de moi je sais que ma fille est précoce depuis toute petite et je comprends que je le suis , hp devrais je dire. C’est en filigrane ce que je comprends des tests, mais surtout ce que je ressens. Et en en ayant ensuite parle à des proches de confiance, ils m’ont ont regardée, interloqués, car pour eux c’était évident depuis toujours !!!
    Merci à toutes de vos posts qui me font sentir moins seule dans le quotidien si épique avec ma fille.

  15. Michaella dit :

    Que de vécu je relis là !!! Mon fils de 8 ans semble bien rentrer dans la crise d’adolescence dans sa relation conflictuelle et contestataire avec les adultes … Si j’applique les 4 ans d’avance en matière de langage et compréhension diagnostiqués lorsqu’il en avait 3, on est en plein dedans. Dur dur en école primaire, le personnel apprécie guère … et surtout ne comprend pas

  16. Céline dit :

    Bonjour à toutes, et merci pour ce blog qui m’a fait du bien ce matin :) Ma fille a 5 ans, et elle est sans aucun doute HP ; je le suis certainement moi-même également… Nos rapports ont toujours été plutôt compliqués, on s’adore et parfois on ne se supporte pas (enfin devrais-je dire, même si c’est moche, je ne la supporte plus). Comme en ce moment, où depuis une quinzaine de jours, j’ai l’impression d’avoir affaire à une adolescente. Elle conteste presque tout du matin jusqu’au soir, et puis elle m’accapare. Il faudrait que je m’occupe tout le temps d’elle, mais je n’en ai ni le temps ni l’envie :( alors j’aimerais demander aux mamans ici présentes, qui sont elles-mêmes HP, si justement le fait d’être HP ne complique pas encore plus les choses ? Elle n’a pas de patience, je n’en ai pas non plus ; elle a peur de beaucoup de choses, moi aussi ; elle a besoin de calme, moi aussi ; elle est explosive, moi aussi :( qu’en pensez-vous ? J’ai l’impression d’être une mauvaise mère, et de ne pas arriver à l’aider comme elle le voudrait..

    • Marie dit :

      Bonjour,
      Vous dites que votre fille est sans aucun doute HP. Mais a-t-elle passer un test pour le confirmer ?
      Soit elle est HP soit elle n’est pas HP.
      L’intérêt de passer des tests permettra de savoir s’il s’agit bien de HP ou d’un autre trouble ou les deux. Bon courage

  17. Mélopée dit :

    Bonjour Céline, je retrouve parfaitement ma relation avec ma fille, avec qui à trois ans et demi je suis déjà à bout darguments la plupart du temps! Du coup, je perds mon calme, crie pour mettre fin aux discussions. Je suis tres souvent a bout. Puis je culpabilise quand je me couche!,
    Nous avons sous notre toit la grande de mon mari, douze ans, et jamais cela ne s’est passé comme avec ma fille. Avec elle tout coule, avec ma fille tout accroche.
    Pour donner mon sentiment sur ta question, ma fille et moi sommes identiques également et ça monte dans les tours des deux côtés. Mais si je n’étais pas comme elle, je ne comprendrais pas à quel point sa façon de manifester ses émotions cache autre chose. De l’angoisse, ou de l’agacement parce que rien ne va assez vite pour elle, ou de la colere parce que nous avons mal compris ce qui avait en effet un sens, etc. Je gratte, je cherche à comprendre, alors que notre entourage n’y voit que du caprice de sale gosse. C’est comme ça que je pense l’aider. Le hic c’est que dans la vie extérieure tout le monde n’est pas dispose à faire ces efforts et il faut aussi lui apprendre à s adapter.
    Quand elle avait deux ans, elle a eu lors d’un trajet en voiture un comportement odieux plusieurs heures. Cris, refus, débattement etc. Je m’étais mise à hurler après deux heures de patience « maintenant tu te calmes ». Je ne reconnaissais pas ma voix. Ellle m’a répondu calmement : toi tu te calmes. 2 ans… et elle avait raison! J’attendais d’elle ce que je ne savais pas faire… j ai appris maintenant à décoder chez elle le miroir de mes propres comportements, et en général ça désamorce beaucoup.
    Je suis preneuse d’autres conseils ou témoignages!

  18. Isa dit :

    Mon fils réagit aussi comme ta fille. A 5 ans il passait régulièrement 5 minutes à se calmer dans un endroit calme avant d’être de nouveau « normal ». Bien souvent ces enfants ont peurs. La moindre chose type épidemie en Afrique les terrorisent. Si il n’arrive pas queluqe chose c’est la fin du monde. Alors quand le ton monte et la crise s’Annonce un calin et demander ce qui se passe, peut éviter le drame. Maintenant il a 12 ans mais la méthode du calin reste très efficace et la seule À marcher dans 90% des cas. Essaye.

  19. Mélopée dit :

    Merci Isa, je constate qu’en effet cela marche de mieux en mieux, le calin, depuis peu d’ailleurs car avant elle ne savait pas se poser une minute en détente sur moi. Cela dit pour qu’elle retrouve son calme dans un espace neutre, ce n’est pas 5 mn qu’il lui faut, mais plutôt 45 mn et jusqu’à parfois 1h30 ! alors quand il y a deux crises dans la soirée, il reste peu de temps pour autre chose. Mais bon, ca s’améliore. Je vais tenter de décoder davantage ses peurs, tu as raison, je reste peut être trop terre à terre pour interpréter la révolte…. Bonne journée !

  20. Lesas dit :

    Soyez heureuses car vos enfants expriment leurs émotions et c’est très bénéfique pour eux et cela permet au parents de toujours savoir où en est son enfant émotionnellement ( Même si c’est épuisant, je le conçoit !) Personnellement, j’ai un petit zèbre qui n’exprime rien, il est dans le déni mais quand je vois la « fumée sortir de ses oreilles », je m’inquiète mais je me sens totalement impuissante. Comment l’aider ? J’ai beau lui dire qu’il a le droit d’être en colère, rien n’y fait.

  21. Isa dit :

    Ca peut en effet durer plus longtemps Mélopée. Dans les cas de crises extrêmes, il m’arrivait de l’envoyer prendre une douche. 10 minutes seul à jouel sous la douche et après tout est oublié. Au lieu de perdre plus d’une heure tu t’en tires avec 15 minutes…

    Il faut mettre des mots sur le recenti (colère, peur) et relativiser les risques en expliquant factuellement comme si on parlait avec des adultes détail macabre en moins pour les épidemies et les attentats. Ca les rassure un peu et surtout ca les incitent à parler de leur crainte la fois suivante car ils savent qu’ils seront rassurés. C’est fatiguant ces explosions de sentiments mais vers 7-8 ans ca c’est arrangé pour mon fils, car il pouvait mieux exprimer ce qu’il ressentait.

    Lesas suivant son age parfois un dessin aide (jusqu’ à 7 ans pour mon fils). As-tu dejà essayé de lui dire de dessiner comment il se sent dedans? Dessiner est aussi une manière d’extérioriser et d’exprimer ce qui se passe dedans. Généralement mon fils dessinait des gribouillis avec des traits dans tous les sens. Après tu peux regarder avec lui et lui dire « et bien ca explose dans toi et ca part dans tout les sens ». Parfois il explique, parfois pas mais généralement il se calme après le dessin.

  22. Flo dit :

    Hello tt le monde.
    J avais posté un commentaire plus haut et depuis nous avons terminés les tests:oui mon fils de 5 ans est hp!et pas qu un peu… Il a 146 de QI ds certains domaine et 115 dans d autres…on me dit à côté que quand il y a plus de 30 de différence entre certain il ne faut pas faire la moyenne???bref si duels un peut m aiguiller? Car la psy qui a fait le bilan à encaisser mon chèque mais pas donné de piste quand à la suite….quoi faire?est ce que ça change la donne quand à la scolarité que nous voulions qu il prenne?faut il les mettre dans des établissement spécialisé pour leur permettre de se développer en rythme avec les autres ca le problème est que dans la voie normale de l éducation nationale c est l incertitude d avoir des enseignants à l écoute et au courant…,?!…
    Les sauts de classe,voie classique des enfants hp ne provoqueraient ils pas un fossé entre l état émotionnelle de son enfant et ceux des autres plus âgés…. Car je vois que mon fils veut Tjs etre en compétition av les autres sur tout ( la vitesse de course,la taille….)et qu émotionnellement il ne comprendrais pas que les autres enfants plus gd n aient pas envie de partager jeux ou conversation rien qu a cause de leur différence d âge ??…les mamans d enfants hp plus âgés pourraient peut être m aider?

    A côté de ca ,je réponds à Celine,qui est en conflit perpétuel avec sa fille….c était pareil avec moi et mon mari il ya 1 mois!er c est pour ça que j ai consulté un psy qui l à aiguiller vers la précocité et ke passage de tests .pour la soulager je dirai que c est une période obligatoire dans l acceptation de la différence de l autre en face de sou…moi,à partir du moment où on a supposé qu il doit hp j ai pris autrement les conportements excessif de mon fils….au lieu de me braquer contre lui,je détournais mon obligation et faisait en sorte qu il fasse ce que je lui demande (monter pour prendre le bain par etc…) sous forme de challenge: « c est moi la plus rapide pour arriver à la salle de bain…! Et je prends surtout moins à cœur des oppositions….je le laisse se braquer contre nous et détourne l attention sur autre chose comme ça il se sent tout bête et seul dans son coin…quelques pistes…de maman a maman…mais c est sur qu il faut relativiser….et se dire que leur cerveau bouillonne donc si nous ossi on se mets à fulminer ( moi ossi je criait beaucoup pour me faire entendre…) c est l explosion de tout le monde assuré!et c est tellement moins consommateur d énergie que de parler normalement apres un temps de calme et réflexion que d hurler dans l instant t provocateur…, moi souvent,je lui reparlais des événements passe et lui demander ce que son cœur ressentait et l intérêt de réagir moins violemment pour tout le monde….tout est discussion et tout est psychologie…..en tout cas c est dur d etre parents !

  23. Flo dit :

    Oups je me sui lâché sur mon post!!j avai besoin de parler…

    • Memepasmal! dit :

      Coucou les maman et les papas,cela fait déjà un bail que je manie le « contourner »pour obtenir de la coopération de mon ptit loup :-D ,jamais de front pour éviter les colères,-« tu veux pas te laver les dents,pas utile »,,,,ok tu sentira mauvais de la bouche et tes copains s’enfuiront,,,,,,,-« tu veux pas faire tes devoirs?pas utile »,,,,,,ok,t’expliqueras ça à ta maîtresse qui t’affichera devant tes copains en classe.
      Tu veux pas mette ton blouson alors qu’il fait super froid dehors,,,,ok,ne vient pas pleurer si t’as mal à la gorge…..-« tu veux pas m’aider à mettre la table,ca te soûl? »,,,,ok,je note,la prochaine fois ne viens pas me demander de t’emmener chez un copain,,,,,, »LE TU VEUX PAS,OK C’EST TOI QUI DÉCIDE ,MAIS NE SOIT PAS ÉTONNER DES CONCEQUENCES,,,C’EST TOI QUI CHOISI ,,,,JE SUIS LÀ POUR T’AVERTIR CE QUI RISQUE D’ARRIVER……je vous assure que ça marche,,,,,maintenant je vous avoue qu’à l’école,personne contourne,et ca se gâte,,,,,,,il apprend qu’avec le monde extérieur il faut qu’il redouble d’effort pour ne pas parlementer pendant des heures,,,,y a des règles,c’est pour tous le monde pareil.

      Pour la provoc :-x je ne relève plus,,,il n’a plus d’accroche car pas de réponse,,,,mais au fond de moi,,,,je bou……en espérant que ça lui passe.

      Ps:pardon d’avance pour les fautes

      • Flo dit :

        Quand tu dis qu a l école personne ne contourne et ca se gâte….qu a tu vécu et comment faire pour passer au travers en le sachant d avance…et surtout comment toi tu a passé ces épreuves??et a quel âge pour ton zèbre?….les expériences de chacune servent à d’autres…
        Et franchement j aimerai rencontrer d autres parents ….ce blog ne fait il pas de rencontre ou…si quelqu un sait me diriger vers un site ou association ???

        • Memepasmal! dit :

          la primaire en public a été catastrophique avec un turn over de remplaçante sur une année,ce que l’on communiquait avec une ne suivait pas avec la suivante,chacune avec ses préjugés sur les HP,d’autant que mon ptit loup est tda et dys orthographique « la double peine » :-P

          Nous avons fait intervenir sa psy lors d’une réunion pédagogique,un grand soulagement pour nous tous,,il avait 8 ans,,,,mais,,,,,,difficile de faire admettre des aménagements et une pédagogie différenciée pour un ptit bonhomme qui a l’apparence d’un élève mal élevé (coupe la parole,répond sans lever le doigt,fait justice dans la cours de récréation,parlemente sur certaine règle en classe car pas juste pour lui,reprend la maîtresse qu ne donne pas la bonne définition d’un mot :-x )les punitions a répétitions (inadapté et souvent injuste)l’humiliation verbal n’ont fait qu’accroître sa mésestime de soi,son manque de confiance,son anxiété,j’ai trouvé un grand soutient auprès d’une association dys,rencontre de parents.

          Malheureusement,on a encore du chemin à faire,la communication reste toujours difficile à l’E.N,nos enfants sont à fleur de peau,et nous aussi :)

          • Flo dit :

            Merci pour ta reponse,
            Selon toi,avec le recul changerai tu de voie pour ton fils dans une école spécialisé ou les choses sont validés et mieux comprise par l enseignement???au vue des témoignages et comment certains professeur réagissent face a nos zébulons je me demande si la voie classique du publique ou privé est un Gaga de réussite ???
            Quel âge a ton fils maintement et comment ses né il dans sa scolarité ?
            Éncore désole pour les fautes de frappes,j écris vite et mon téléphone ne s exprime pas comme moi…

            • Memepasmal! dit :

              Il a 13 ans,changement de College début de cette année pour du privé dont la réputation prônait l’accompagnement des enfants à besoins particulier,QUE DE LA POUDRE AUX YEUX,les profs appliquent leurs recette unique pour tous,manquent de formations m’explique le prof principal,PAP non appliqué ,3rdv depuis ce début de rentrée,aucune communication entre profs,une directrice absente,et une directrice adjointe dépassée.
              Rdv auprès du médecin de promotion de l’académie pour une énième réunion pédagogique,on verra bien la suite,mais pour le moment c’est dur dur :-x
              Bonne journée :-D

              • Cflo dit :

                Bonjour, merci pour ta réponse. Et bien, ça n’encourage pas vraiment d’aller vers les enseignements particulier… Et ça fait même peur ! De se faiil faut déjà se dire que le parcours d’un enfant HP en scolarité est un parcours du combattant…. Nous, nous avons déjà fait le changement de public en privé en cette grande section de maternelle car l’année dernière la maîtresse qui était aussi là directrice n’était pas du tout communicative… Et parler beaucoup d’insolence, déjà ! Là cette année l’institutrice a l’air ouverte. Et depuis les résultats des tests j’ai demandé un rendez-vous particulier avec elle que j’aurais dans 15 jours. On verra bien…

  24. Memepasmal! dit :

    Un truc qui me reviens,,,il avait 4 ans son frère 7 ans,,,,,ils m’ont fait l’enfer en voiture pendant un trajet de 15 mn,chamaillerie,hurlements,coups dans le dossier car l’un empiétait sur l’autre sur leur espace….une boule au ventre m’est monté jusqu’à la gorge….je me suis arrêté sur le bas côté,descendu de la voiture,détaché les ceintures,,,tout le monde descend…….mes deux garçons sur le trottoir et moi faisant mine de reprendre le volant,,,,,,regard ébahi d’une passagère qui devait certainement se demander si j’allais les abandonner là!!!!bien sûr que non!!!!ultimatum,vous remontrez dans la voiture qu’une fois calmé,,,,,,,,je me souviens de ce soulagement de retrouver mes petits calmé et interloqué de ce qui venait de ce passer……cela ne s’est plus jamais reproduit.

  25. Isa dit :

    Après 12 ans passé à croire que l’école pouvait aider, qu’un psy pouvait aider j’ai fini par comprendre que seul les parents peuvent aider le reste c’est du blabla. Comme le disait la premiére psy l’école a trop d’élève et ne peut pas enrichir le programme pour votre enfant alors c’est à vous de le faire. Ok visite au musée, bibliothèque tout les week-ends (4 kilos sur le bras au retour), pas de discussions sur les devoirs « tu les fais et oui je sais c’est bête. L’école est ennuyeuse mais c’est la vie », on commence en s’amusant dans les expos en lisant des encyclopédies ensemble et ca marche. Nous sommes en Allemagne (fils bilingue à 12 ans et 2 ans d’anglais déjà il le parle très bien déjà). Au passage au collègue il s’est épanoui car il s’ennuie moi ca va plus vite mais il a du apprendre à être bon car lui il peut là oú d’autre ne peuvent pas. C’est pas 10 fautes ok c’est 0 qu’il doit viser. Je fais aussi le coaching scolaire depuis 6 ans seule solution ;) Isa

  26. Isa dit :

    Encore une petite histoire vécue. A l’entrée au CP la maitresse de mon fils écrivait dans le carnet de correspondance « Insolent, je ne sais pas quoi faire avec lui,.. ». Ca doit vous rappeller des choses. Alors on a pris rendez-vous pour une réunion feedback. En tant que manager j’ai fait de nombreux séminaires de porfamtion pour gérer des conflits avec des adultes ici en Allemagne mais la méthode est la-même avec des HPs. Rendez pris, nous y sommes allés avec notre petit bonhomme de 6 ans. La maitresse explique le comportement de notre fils en évitant bien de le regarder (en effet beaucoup d’adultes ne s’adressent pas aux enfants, inconsciemment il les croit incapable de parler pour eux). Quand elle a eu fini, nous avons dit que maintenant c’était à notre fils d’exprimer ce qu’il ressent à l’école. Là après même pas quelques secondes elle tente de lui couper la parole. On lui dit alors de se taire et de l’écouter parler comme on la tous écouter avant. LÀ je dois dire qu’elle a fait des yeux tout ronds mais elle a écouté. Quand mon fils a eu fini (il lui a dit que sa classe était trop bruyante, qu’il s’ennuyait,..) , elle s’est adressé directement à lui en le regardant pour lui dire qu’elle ne souhaitait pas dans sa classe qu’il parle sans lever la main, que ca la dérangeait..etc. Là mon fils lui a répondu: « Je peux essayer quand même ». Je n’oublierai jamais cette phrase. Elle a souri et lui a dit que non pas avec elle. Après cette réunion je l’ai revu 6 mois plus tard. Et bien elle était surprise elle-même de me dire qu’en fait elle était très satisfaite du travail de mon fils et de sa participation en cours ;).
    Un HP est très sensible aux autres et peut parfaitement comprendre, qu’une personne est dérangée par son comportement alors il le modifie mais il faut que l’adulte le lui dise à lui en tant que personne et pas à ces parents. Depuis j’ai refait l’exercice deux fois avec des profs « perdus » avec mon fils. Je leur ai juste dit de parler avec lui quand quelque chose les dérangent comme il le ferait avec un adulte et ca marche. Bon ce qui marche pour nous peut ne pas marcher ailleurs mais pour nous c’était très efficace. ;) Isa

    • Flo dit :

      Très intéressant ton échange…et c est vrai qu ils sont des enfants mais ont besoin qu on leur colique comme des grands…
      E

    • Joelle dit :

      Je ne comprends pas non plus que des adultes ne parlent pas directement aux enfants et s’adressent systématiquement aux adultes. Les enfants comprennent et ressentent aussi les choses et on ne leur demande pas leur avis. Combien de parents échangent réellement avec leur enfant ? Comment s’est passée la journée, comment vont les copains, quelle matière intéressante a été vue … Et les profs aussi n’interagissent pas avec leurs élèves …. À croire qu’ils ont peur d’être décontenancés … Moi je trouve ça enrichissant et constructif … On apprend aussi des enfants , de leur vision des choses … On a tous à apprendre de tous …

  27. C. dit :

    J’ai l’impression de voir retranscrit mon quotidien d’il y a quelques années !
    Mais aujourd’hui, à 14 ans 1/2, j’ai un zèbre ado bien dans ses baskets, au lycée et qui pratique le rugby à haut niveau. C’est d’ailleurs ce sport qui lui a permis de se révéler et de se sentir bien intégré à un groupe !

  28. Ju dit :

    Bonjour. Fêtes de Noël riment avec réunions familiales, et donc incompréhensions de nos parents face aux réactions de notre garçon de 9 ans, testé et reconnu HP à 5 ans. La majeure partie de notre entourage s’accorde à dire que les problèmes de comportement, les réactions disproportionnées au moindre évènement ou frustration, viennent de notre manque d’éducation (…grrrr). Nous revendiquons que personne ne peut savoir ce que nous vivons au quotidien (nous avons 2 autres enfants dont un reconnu HP aussi, et un autre trop jeune pour faire les tests mais montre toutes les dispositions), qu’un enfant HP est différent et que bien que suivant son/leur éducation de près (sociale, à l’école…), nous devons nous adapter, composer… Nous ne sommes pas du tout entendus (sans blague :-) ), passons pour des allumés, et surtout personne ne comprend notre fils qui subit les réunions familiales plus qu’il n’en profite (alors qu’il s’en fait une joie à l’avance!). Il a droit à des remontrances, des exclusions du groupe (va te calmer dans ta chambre…), des sermons sur ‘quand tu seras sage’….j’en passe. Sans compter les discussions ou nos propres parents nous expliquent qu’on ne s’y prend pas bien, qu’on est trop laxistes, que eux savent et que quand on est pas là c’est bien mieux (cool!). Bref, nous avons tenté d’expliquer à maintes reprises, mais comme les explications ne viennent pas de nous, nous ne sommes pas entendus. Existe t’il des articles/livres/publications pour expliquer à l’entourage comment fonctionnent nos zèbres, pourquoi nous nous adaptons, pourquoi nous ne pouvons pas appliquer des méthodes d’éducation ‘classique’. D’avance merci!

    • Memepasmal! dit :

      Bonjour ju,votre post m’a fait sourire,ce noel a fini en pleure comme chaque année accompagnné de mes beaux parents qui ne comprennent pas et n’acceptent pas notre deuxième fils tda/hp,on a eu beau leur expliquer par tous les moyens qui existe,média,livre etc…….,ils remettent toujours en cause notre façon d’être et surtout le plus dure la façon d’être de notre fils de 13 ans qui se sent attaqué par son grand père des qu’il ouvre la bouche :( ,cette année,ce grand père a poussé le bouchon trop loin! A la limite de la méchanceté,,,,,,,ignorence et bêtise se sont encore invités à notre table, imposant leur vérité,leur RÈGLE :down:, leur grand âge est forcément égal au SAVOIR,nous pauvre jeune con ne savons plus éduquer nos enfants,,,,,,la neuroscience pour eux n’est qu’une excuse pour dédouaner les parents d’une MAUVAISE education,,,,,,, »ON DOIT LES MATER!! »
      On ne changera pas un viieillard qui prône l’éducation à coup de claque,aux idées bien arrêtées,à l’esprit réduit tel un petit poid,,,,,mais dorénavant nous changerons le choix de notre assemblée pour que ce jour soit le JOUR illuminé d’amour et de bienveillance ;) ,
      Cordialement.

      • Ju dit :

        Bonsoir, merci Memepasmal!…si votre réponse ne me laisse que peu d’espoir, elle a au moins le mérite de me faire sentir moins seule :-) Bon, je savais qu’on en viendrait là un jour: la grande explication avec les grands-parents qui entendent mais n’acceptent pas ce qu’on leur dit. Le quotidien est déjà un challenge, mais être accusé(e) d’être la cause du problème c’est encore une étape (évidement le problème vient de moi et pas du papa (leur fils) :-). Heureusement celui ci me soutient!!). Cela dit, mon 6ième sens m’avait déjà informé de cette considération à mon égard :-)
        Je ne lâche pas l’affaire, je pars en croisade contre les idées reçues sur nos zèbres (ben oui au début, quand on a annoncé le verdict des tests passés après des années de galères sans savoir pourquoi notre fils était aussi compliqué, c’était la classe d’avoir un petit fils surdoué! Déjà à ce moment le dialogue était biaisé: notre première réaction avait été d’expliquer que c’était pas vraiment un diagnostique qui allait nous faciliter la vie, mais cette partie du message n’avait pas été entendue!).
        Donc si quelqu’un a connaissance d’un support super bien monté, si possible fait par une pointure en la matière (histoire de leur en mettre plein la vue et que les éléments présentés soient incontestables), je suis preneuse :-). Merci!

        • Memepasmal! dit :

          ju,en support vidéo,il y a ceux d’Arielle Adda(Alexandra en a mis pas mal,sinon voir sur le net)
          Il y a aussi ceux d’OLIVIER REVOL,(qui me parle plus,mon fils est en plus tdah)

          En support écrit JEAN CHARLES TERRASIER une pointure aussi,,,,Jeanne siaud Facchin dans l’enfant surdoué,l’aider à grandir,l’aider à réussir.

          Il y en a tellement,,,,,Alexandra a mis un ensemble de livre avec ses critiques mais je ne sais plus dans quelle catégorie?
          Si la fée Alexandra passe ce soir,vous aurez plus d’info.
          Bonne soirée

        • A. Zebrounet dit :

          @Ju , pour la sélection de livres dt parle Memepasmal :arrow: http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2013/12/16/quels-livres-sur-le-surdouement-pour-quel-public/ ;)

          Pour les vidéos d’Arielle Adda (avec le récapitulatif de ttes les vidéos antérieures) :arrow: http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2015/11/21/video-arielle-adda-pour-le-college-latin-traumatismes-chez-les-surdoues-novembre-2015/ :)

          Alexandra

        • Zebreux dit :

          Bonjour,
          Je pense que les explications aux grands parents ne changeront rien, ils ont décidés de fermer les écoutilles. Par contre, expliquer la situation a vos enfants (sans dire que ce sont de vieux cons…) a plus de chance de fonctionner, non ? Vos grands parents vous aiment très fort, ils savent beaucoup de choses…mais certains concepts n’étaient pas mis en lumière de leur temps et c’est difficile pour eux de se mettre a jour…
          Et vous aussi, peut être…arrêter de vouloir les convaincre et de perdre (gaspiller )de l’énergie. Vous dites « oui, vous avez raisons » avec un grand sourire détendue ( et compatissez intérieurement avec l’éducation qu’à eu votre mari…)
          Je ne sais pas…
          Bon courage en tous les cas et préservez vous

          • Ju dit :

            Merci à vous 3 pour vos réponses et conseils! J’ai pas mal de bouquins qui sont référencés dans votre rubrique biblio Alexandra, je vais en passer à mes beaux-parents avec mes annotations…on verra si ils les lisent. J’ai aussi découvert quelques bouquins qui m’intéressent bien, je vais agrandir ma bibliothèque :-)
            Quand aux vidéo, ça sera le premier support qu’ils auront à disposition.
            Encore merci: j’aurais pu trouver tout ça en cherchant moi-même, mais une grande lassitude m’était tombée sur les épaules, j’avais besoin d’un coup de pouce :-) C’est bon, j’ai retrouvé du poil de la bête! Bonne continuation à tous et toutes, j’espère vivement que les fêtes de fin d’année se passeront dans la joie et la lumière – à bientôt certainement.

  29. Zebreux dit :

    Désolée pour toutes les fautes :-x :-x

  30. Flo dit :

    Bonne fêtes de noël à tous…
    Décidément les fêtes ne sont pas évidente dans toutes les familles…enfin plutôt le regroupement de certains adultes qui ne savent pas mettre de »l eau dans leur vin »pour parler a l autre…bref dans ma famille c compliqué également …chacun met son grain de sel la il ne devrait pas et personne ne reste à la place qu il devrait….
    Et pour couronner le tout mon zébulon ne respecte en rien tout ce que je lui demande…on dirait qu il repart dans l opposition comme avant qu on le découvre hp!j ai pris une semaine de congés (car nounou en congé !)et j ai l impression qu il fait tout pour me pousser à bout…quoi faire ??
    la situation avec ma famille est tendue ,et je pense que mon fils le ressent du coup,pour le faire savoir ou pour montrer qu il est la il est infecte…et provoque des situation où on est obligé de « monter le ton « ou finir par des privations de plaisir(pas de trotinette ,dessin animés etc…) je sui en congés et je fatigue deja rien que de m entendre toujours « râler et le reprendre dans ses mécontentements…comme je lui dis il s appelle monsieur boudin en ce momen….comment faire ou changer le thème des vacances?…et pourtant je discute beaucoup avec lui et essaye de lui faire comprendre qu il peut éviter toute une suite de comportement dans les situations qui évitent d arriver au même schéma de la punition mais la il est vrai que je sèche….et a cours d idées…..

    • Jo dit :

      Et pourquoi ne pas pas essayer la « valorisation »: tu lui indiques juste que tu sais qu’il est capable de meilleures choses; tu le flattes un peu….tu lui dis que tu le connais et que son comportement est trop prévisible qu’il pourrait justement se distinguer en faisant qqchse de constructif …là çà pourrait en épater plus d’un … il va se prendre au jeu pcq tu lui lances un défit…. il faut renverser la machine même si c’est plus facile à dire qu’à faire mais tu as tt à y gagner…parce que là on dirait qu’il te cherche et il prend le dessus…il ne faut pas le mettre sur un pied d’estale mais l’encourager à mieux se comporter pour lui même (se faire respecter, avoir des amis, une bonne ambiance plus paisible qui favorisera des petits moments de bonheur)….peut être qu’il a besoin d’air en ce moment et çà le frustre…allez vous baladez et profitez en pour refaire le monde… voilà qques petits conseils…

      • Flo dit :

        Merci beaucoup jo
        Je vais tenter de le tourner comme ca…tu as raison !ça fait du bien d avoir des conseils d autres parents la ou on n est pas soi meme objectif car débordés d émotions…
        Ca me fait vraiment beaucoup de bien d échanger avec vous et a chaque fois que je me sens déboussolé je lis quelque billets ou commentaire et ca m apaise …je vous souhaite à tous,parents ,de passez une annee 2016 plus clémente que l annee précédente et que les obstacles à affronter vous fasse grandir et vous rendent plus forts!

    • Terry dit :

      Bonjour Flo,

      je te lis et compatis car je suis dans une situation similaire et ne sais plus comment en sortir. J’ai deux enfants TDA avec le H, et précoces (diagnostiqués tous les deux). Entre mes parents qui pensent que je délire avec mes histoires car ils sont certes agités mais tellement sages quand ils sont avec eux (je dois sûrement être la méchante sorcière), mes beaux-parents qui pensent que je les drogue, et les enfants qui n’écoutent pas, sont de plus un plus irrespectueux (sauf quand ils ont besoin de quelque chose), me tiennent tête, bref, réagissent comme deux ados alors qu’ils n’en ont pas officiellement l’âge…tout est conflit à la maison en ce moment. Et je ne sais pas comment inverser la boucle.

      La valorisation, les discussions, j’ai essayé. Cela fonctionne un temps assez court. Les punitions aussi mais j’ai l’impression de les punir trop souvent.

      Bref, je suis consciente de ne t’apporter aucune solution. Mais au moins tu sais à présent que tu n’es pas seule.

      Alors si quelqu’un à des idées pour me dire comment on fait pour tenir…je voudrais arrêter d’être fatiguée, de pleurer car je me sens à bout et surtout surtout leur montrer à quel point je les aime et apaiser notre cocon familial…je prends!!!!!

      • lesas dit :

        Courage!
        Dites vous que si l’adolescence commence plus tôt, elle finira peut-être aussi plus tôt. Je connais plusieurs ados qui sont devenus adorables à 13 ans…

      • Flo dit :

        Terry,je te comprends moi ossi c est pas tous les jours facil et parfois on n essaye pas de réfléchir à comment réagir. Face à nos petits ..on réagit!si je peux te donner un conseil:pour mieux gérer les conflits et moins pleurer…il faut deja etre en accord avec soi meme!quand on est bien,on sait mieux réagir et on a les idées plus claires…moi je me prends une après midi par semaine pour faire ce que j ai besoin de faire pour faire vivre la famille mais aussi pour prendre du temps pour moi!!!sport,ballades ,acuponcture?peinture,shopping,yoga?psy??,dodo…car oui il ne faut pas avoir honte de le dire on est tous crevés !!et il faut arrêter de croire que ce ne sont que les « fous « qui vont voir un psy…parfois ca fait du bien de se « lâcher et de déballer son linge sale a un autre sans jugement et que l autre vous reponse objectivement! » Ca peut aider à voir plus claires dans certaine situations et moi c est grâce a ma therapeute que j ai fait les tests pour mon fils et que tout ca a commencé.d ailleurs tout le monde a deja ete voir un psy ou thérapeute mais personne n ose en parler …voila les ptits conseils à moi..chacun doit trouver son exutoire afin d etre au mieux pour sa famille sinon on craque !

        • Terry dit :

          Bonjour Flo,

          merci pour ta réponse. J’ai changé de travail il y a deux mois et j’ai du reprendre à temps plein. J’avais mes mercredis pour rester avec les enfants, m’occuper d’eux (et des devoirs) mais aussi partager des moments…à présent, c’est différent mais vu leur âge, tout le monde me dit que ça leur fait du bien de s’autonomiser. Mais tu as raison, mieux on se sent et mieux on fait face et mieux on réagit positivement. Je n’ai pas encore trouvé la façon de tout conjuguer sereinement. Je suis moi-même hyperactive, sans TDA et précoce. C’est d’autant plus difficile pour moi même si l’on pourrait penser le contraire car je sais ce que mes enfants vivent au quotidien…j’ai d’autant plus peur pour eux aussi et la surprotection n’est pas la meilleure des solutions.
          Je vais tacher de poser tout cela à plat et de trouver un équilibre. Merci en tout cas et bonne année 2016!

  31. Gaston dit :

    Vive les vacances! LOL
    Ici 3 enfants, donc ils prennent le relais tour à tour pour nous pousser à bout! Pas un jour de répit!
    Lors des réunions de famille, nous parents sommes sous pression, donc les enfants le sentent et montrent bien sûr le pire d eux mêmes! Nous passons bien sûr pour les pires parents de la terre! Ici ca n est pas les beaux parents le problème mais plutôt mes propres parents, ils ne supportent pas la désobéissance et l insolence… Ils ont élevé 3 filles sages, et leurs petit enfants ne sont pas à cette image!
    Allez bientôt la fin des vacances, on se reposera au travail lundi! :roll:

  32. Celine dit :

    Merci de m’avoir fait rire avec cet article tellement proche de notre quotidien. Le fiston du haut de ces 5 ans me fait souvent rire et parfois pleurer…..ces reflexions sont toujours pertinentes parfois destabilisantes. Il a changer il est devenu plus posé et les tornades dont il avait le secret sont moins en moins fréquentes. Par contre sa capacité a montré aux adultes leurs failles est toujours au top!!!! Il est vrai que des fois j’ai l’impression d avoir un ado pouvu que ca ne dur pas trop de le temps ( je suis en colère contre vous les adultes, vous ne m’écoutez jamais).

  33. Aurélie dit :

    Piouf, ça fait du bien de voir que je ne suis pas la seule à galérer niveau comportement des loustics. Je relis cet article de temps en temps histoire de me donner un coup de fouet…et ça marche! Schtroumpfette est THQI, a 11 ans, et est passée en 5e bilangue à la toussaint après 7 semaines seulement en 6e. Du coup entre toussaint et noël ses tendances dictatoriales se sont un peu calmées, il y avait plus de trucs à faire, du travail à rattraper…ben voilà c’est fait et c’est repartit comme en 40! J’ai de la soupe à la grimace à tous les repas, du chantage affectif à toutes les sauces, l’impression d’avoir 115 ans à chaque fin de journée alors que la dernière fois que j’ai vérifié j’en ai toujours que 34, et je peux passer (à ses yeux et en moins d’un quart de seconde) de la « mère la plus géniale du monde » à « un monstre tyrannique et sans cœur » (dixit le fruit de mes entrailles) l’élément déclencheur étant toujours (et pour l’exemple) un « chérie c’est à ton tour de mettre la table STP ». Le Schtroumpf est HQI, a 8 ans est en CE2/CM1 (oui on fait du tout en un chez nous comme le shampoing;)) et se dit depuis quelques mois « tiens si ma sœur le fait, je vais le faire aussi ». Résultat des courses: la vie familiale navigue en eau troubles, c’est soit le joyeux pays des bisounours soit la guerre des tranchées en un éclair. Et je suis seule (je suis célibataire quasiment depuis toujours) face à ces mutants, non pardon, ces merveilleux petits êtres en mutation. Comment vous dire que par moment j’en ai plein les bottes?! Une famille larguée et pas d’un très grand secours quand il s’agit de m’épauler niveau autorité (ma mère est THQI elle aussi mais ils en font ce qu’ils en veulent, mon père est dépressif et ils le piétinent, quand à leur père à eux il est très peu présent et leur passe tout pour « compenser ») donc c’est bibi qui se farcie les rôles des good cop et bad cop en permanence, tantôt dresseur de fauves, tantôt défenseur de la veuve et l’orphelin… Manque de bol, pas de pot cette année le fiston se retrouve dans la classe d’une instit sympa mais totalement à l’ouest niveau douance (j’ai eu droit à tous les clichés, en français dans le texte), le regard des autres qui n’est pas toujours super agréable entre jalousie et incompréhension autant envers les enfants qu’envers moi: oui, nous sommes bizarres, hors norme…et fiers de l’être non mais! Comme tous les parents j’essai de faire au mieux sachant que de toute façon je ne ferai jamais assez bien, évidemment je me documente sur tous les sujets (les ados, les surdoués, les ados-surdoués, les enfants, les surdoués, les enfants-surdoués, les parents solos, l’autorité chez les parents solos, l’absence d’autorité chez les parents solos, tout est de la faute des mères, ma mère ce héro, comment boucler des fins de mois qui commence le 10 etc etc). J’en viens à la conclusion que nous avons tous du mérite en tant que parents et en tant que personne, que nos enfants soient doués ou pas, sinon nous ne serions pas là à nous triturer les méninges pour essayer de faire de notre mieux pour les aider à grandir. Et cela fait du bien de voir, comme ici, que nous ne sommes pas seuls, que d’autres ont les mêmes « problèmes », les mêmes interrogations, ça aide à relativiser et à repartir du bon pied. Je vous souhaite une heureuse année 2016 à tous.

    • Bonjour,
      Bonne année à tous. Aurélie, j’adore votre message. Grâce à vous, j’ai bien rigolé ce matin. Parce-qu’il y a des jours à 9H du matin, je pourrais déjà pleurer et me recoucher !! Mon hqi traîne les pattes pour aller au collège. J’ai moi aussi fait une demande de passage anticipé en 5ème, refusée. J’ai pris mon bâton de pèlerin et contacte chaque professeur. Il y en a des supers qui sont exceptionnels, mais je suis restée choqué par la réaction de certains. Ce qui est étonnant, c’est que ceux avec les pires réactions, c’est ceux que mon fils aime le moins. Il ressent bien les choses. Sinon, nous aussi on gère les tornades émotionnelles. C’est pas facile. Chez mon fils « ça ne sert à rien » est devenu une réponse automatique. Que de temps perdu à répéter les mêmes choses, tous les jours… Depuis des années, oui… depuis des années ! Bon courage, ne doutez pas de vous. Vous n’êtes pas seule, on est des milliers dans ce cas et grâce à Alexandra (encore merci), on peut un peu déverser le trop plein sur ce blog.

    • Memepasmal! dit :

      :-D bonjour aurélie,j’ai moi aussi bien rie en vous lisant,la vie à deux avec des hp n’est guerre mieux :roll: ,papa cool(l’autruche),maman fouettarde(suricate :-D )rien n’est simple,sur une semaine quand on a 2 jours d’accalmie je m’attend au tsunami le reste de la semaine.
      Bien venue au club des mamans qui vieillissent plus vite que la moyenne avec des enfants singuliers. :-x

      • Flo dit :

        J adore Vos commentaires, que ce soit Aurélie, Sylvie ou même pas mal… Je vous comprends car moi aussi j’ai une vie pas facile avec tout ça… Merci Aurélie pour ta ptite note d humour dans ton cri de désarroi …ça fait du bien de ne pas se sentir seule !!!…

    • Aurélie dit :

      Merci les filles pour vos messages, ça fait du bien! Sylvie, bon courage pour la croisade du passage en 5e. J’ai la chance d’être dans une académie qui bouge (Bordeaux) et d’être épaulée par une psy spécialiste de la douance qui travaille avec l’AFEP et Eduscol. La chance aussi que Schtroumpfette ait un « profil scolaire » et la volonté d’un bulldozer en pleine charge, je n’ai donc pas eu à trop lutter pour son glissement. Avec l’instit du fiston j’use de la technique du « corbeau et du renard » « si votre ramage se rapporte à votre plumage… », je brosse dans le sens du poil. Certes, si le léchage de bottes laisse un goût pas très plaisant dans la bouche, ça se révèle efficace, car l’engin a décidé (et quoi qu’en dise son bilan d’abord!) qu’il n’a pas un profil plus scolaire que ça lui. Oh il a d’excellents résultats, voui voui voui, seulement dans les trucs qu’il aime d’ailleurs, parce que le reste, il s’en tamponne d’une force… « La grammaire? La conjugaison? L’orthographe? Mais môman réveille toi d’ici 10 ans tout ça c’est obsolète » charmant bambin! Et sinon la gifle, avec ou sans élan? Il ne jure que par ses jeux vidéos (merci papa) et par sa batterie (merci boules Quies) Ce qui pêche le plus à l’école c’est son comportement. Il n’est pas insolent à proprement parler mais les règles de vies de la classe glissent sur lui comme l’eau sur les plumes d’un canard. Il s’occupe plus du cahier des autres que du siens, s’étonne qu’il y ait un temps impartit pour copier les leçons (« ah bon?? ») et ne comprend pas pourquoi il doit utiliser un stylo alors qu’on est à l’aire du numérique (« non mais allô quoi »). Dans la cours de récré ça se complique, il se transforme en GI Joe à chaque fois qu’il s’estime victime d’une injustice (« Tu m’as dit un gros mot? J’en connais moi aussi tu vas voir » ou « Tu m’as poussé? Tu connais Jacky Chan? », « Des règles? Où ça des règles? »). Il a un délicieux petit parfum soixante-huitard ce gamin. C’est amusant, avec du recul (beaucouuuup de recul), autant Schtroumpfette n’est casse-pied qu’à la maison (et encore il y a de l’espoir, j’entrevois le bout du tunnel « oui là de la lumière au loin ») autant le fiston c’est à l’école qu’il se lâche le plus, et lui n’est qu’au début de sa crise d’ado anticipée (« qui a éteint la lumière?!), ce qui va nous jouer des tours je le sent bien, parce que l’éducation nationale préfère les gentils petits n’enfants silencieux à ceux capables de tenir conférence sur l’art de la répartie cinglante.
      Bref chers parents, tenons bien la barre, tenons bien le vent, on va y arriver!

      • Bonjour à toutes et à tous,
        Ah! Chez moi c’est « société tu ne m’auras pas », ça vous rapelle rien ? une chanson, non ? Sinon, j’ai de bons retours de la part des professeurs de mon fils, mais pas tous. Notamment la réaction d’un espèce de T-rex qui a dûe passer les âges pour se retrouver parmis nous. Bizarre, bizarre…. Concernant le saut de classe, aucun espoir (ou très peu), mais des aménagements presque partout. On verra à l’usage… Sinon il y a le cned….(j’ai le dossier sous le coude).
        Bonne journée.

      • laurette dit :

        Merci pour vos commentaires à tous… ils me font tellement de bien, et m’ont fait sourire… j’ai l’impression d’être chez moi avec mes 3 enfants.. Aurélie, la description que tu fais des comportements de ton fils me fait tellement penser au mien… (qui est ado maintenant)…Ouh ils sont redoutables ces petits et ces plus grands… il y a de quoi de temps en temps douter de sa capacité à être même un parent….
        Merci pour ce site, qui est devenu depuis l’année dernière ma boussole quand je suis dé-boussolée

  34. Seren dit :

    Merci !
    Nous sommes en pleine découverte du pays des zebres et que ça fait du bien de vous savoir TOUS là !
    Merci pour ce blog, c’est ma lanterne quand la nuit est trop noire.

  35. rainbow dit :

    Chez nous c’est pareil, mais multiplié par deux, car la petite soeur zébrette n’est pas en reste. Multiplié par trois si j’ajoute la dimension « dispute » entre le frangine et la frangine.

    Depuis que notre ainé a 4 ans et que sa cadette a suivi 3 ans plus tard, nous sommes passés par les stades très pointus de discussions suivants ( et ce, comme le dit zébrounet, du saut du lit à l’extinction souvent tardive des feux en passant par la caisse du super marché ou dans la salle d’attente chez le dentiste):
    -Le Big Bang et l’entropie universelle
    -l’utilité et le « sens » de l’existence
    -l’utilité ou non d’une croyance religieuse
    -les trous noirs et les distances supra luminiques
    -les dinosaures, les ères géologiques et les extinctions majeures
    -la mythologie grecque
    -la mythologie romaine
    -la mythologie égyptienne
    -les croyances nordiques
    -l’univers de JRR Tolkien
    -l’univers de Harry Potter
    -l’univers de Starwars
    -la relation évidente entre les 3 univers précédemment évoqués
    -la physique quantique et la fission nucléaire
    -les énergies alternatives
    -la chimie moléculaire
    -la botanique au sens large
    -la reconnaissance des champignons
    -le tardigrade
    -les monotrèmes
    -la phylogénie du vivant et ce qui a précédé (Darwin, Buffon…)
    -la minéralogie
    -la tectonique des plaques
    -la planétologie
    -la création de l’informatique
    -la micro-informatique
    -les jeux vidéo
    -la science-fiction (à ne pas SURTOUT pas confondre avec l’héroïc fantasy)
    -la cuisine et la chimie c’est un peu pareil
    -la cuisine « anatomique » ou comment disséquer un lapin avant de l’accommoder à la moutarde
    -les échecs
    -les voitures et les puissances de moteurs
    -l’électricité
    -l’aquariophilie
    -l’astronomie
    -les effets spéciaux au cinéma
    -le cinéma de SF et d’Héroic fantasy
    -le reste du cinéma
    -l’univers des geeks
    -le viet vo dao
    -minecraft
    -pourquoi apprend-on si peu de choses intéressantes à l’école primaire?
    -faisons la liste de toutes les pseudo-sciences et les arnaques pseudo-scientifiques marketing du quotidien tu veux bien maman ? (au super marché)
    -la bio-éthique, le progrès médical, le virus ebola, les coeurs artificiels, la vaccination
    -les grands inventeurs, découvreurs, scientifiques…
    -les supers héros

    En même temps, comme ils s’intéressent à tout, ils regardent aussi bien « TPMP » que « The big bang Theory » en passant par des émissions de cuisine, de variété ou des reportages sur National Geographic. Ils discutent sans arrêt de leurs lectures, chipotent à table, se disputent et l’ainé procrastine effectivement un max pour faire ses devoirs….

    Ce qui laisse peu de temps pour essayer d’avoir une activité personnelle en plus du travail et des tâches ménagères. Quand je parviens à lire une ou deux pages d’un livre qui m’intéresse MOI et pas forcément eux, il est souvent très tard…

  36. Séverine dit :

    Bonjour,

    J’avoue ne pas trop savoir par ou commencer ….Mon fils Baptiste a 13 ans vient d’être détecté comme « précoce » par le psy qui le suit depuis plusieurs semaines. Effectivement il rentre parfaitement dans la case du surdoué « provocateur »…vous imaginez donc comme il est difficile de vivre avec un tel individu, autant pour nous à la maison qu’à l’école.
    Ma grande inquiétude du moment, porte sur les limites entre ce tempérament si particulier et la paresse xxl de mon fils, qui m’insupporte à un point …Si vous rencontrez les mêmes problèmes mais que vous avez su trouver une alternative à la punition, confiscation de téléphone etc -qui définitivement ne fonctionne pas-, n’hésitez pas !

    Merci.

  37. Colette dit :

    Bonjour à tou(te)s,

    Ca me fait du bien de lire des articles comme celui-ci, car cela m’aide à comprendre ma fille, qui a 4 ans.
    Une amie m’avait conseillé de faire le test de précocité pour ma fille il y a déjà deux ans. Et je l’ai fait il y a quelques mois, car avec mon mari nous avions l’impression de ne plus pouvoir gérer ou communiquer avec notre fille. Verdict: HP ;)

    Bon, elle n’écoute pas, discute tout, négocie, pose des questions, vit dans son monde etc. Cela ne me dérange pas, ça reste gérable, il suffit de lui expliquer et lui donner une bonne raison pour écouter et cela fonctionne assez bien.

    Par contre, nous avons un GROS souci au niveau vestimentaire. Elle est hyper-sensible et pleure TOUS (absolument TOUS) les jours depuis plus de deux ans pour s’habiller. Les crises vont tellement loin qu’elle s’est déjà uriné et vomi dessus par énervement.

    Nous avons essayé d’expliquer, lui laisser choisir ses vêtements, la laisser s’habiller seules, la respiration, la motivation par « bon points », les punitions et maintenant nous sommes tellement épuisés et angoissés tous les matins que nous perdons de plus en plus souvent notre sang froid (je n’en suis absolument PAS fière) et je me suis déjà retrouvée à lui hurler dessus pour qu’elle s’habille. Je l’ai même mise dans le voiture toute nue deux fois, ce qui l’a choqué et elle m’a supplié de l’habiller juste avant d’arriver à l’école, mais le lendemain elle a recommencé.
    Nous avons acheté des vêtements dans des matières souples (généralement des joggings), puisqu’elle ne supporte pas quand ça serre, mais au fond je ne pense pas que ce soit les vêtements en eux-mêmes le problème, d’ailleurs, les chaussures lui posent problème aussi.

    Je ne sais plus quoi faire pour ne pas m’énerver et l’aider à surmonter son angoisse. Est-ce que quelqu’un d’autre a déjà vécu ce problème ou avez vous des idées ou conseils?

    Merci de votre aide :)

    • rainbow dit :

      Bonjour Colette,
      Il est assez fréquent que les HP souffrent d’hyperesthésies. En clair, leurs sens ont une sensibilité plus accrue. Ils sont plus sensibles aux stimuli sensoriels. Ma zébrette par exemple, a un odorat excessivement développé et peut être prise de nausées au super marché lorsqu’un employé passe une serpillère ou après la lessiveuse de rue car les odeurs de ménage et surtout « d’eau sale » la dérangent.

      Elle ne supporte pas les étiquettes des vêtements (mon fils, mon mari et moi non plus du reste) car cela « gratte ». Les vêtements moulants, certaines coutures mal finies, les tissus synthétiques sont aussi très mal tolérés. La laine, ça gratte et ça pique, les coutures des culottes lui irritent les hanches, les coutures des chaussettes lui blessent les pieds. De fait elle préfère l’été quand elle est pieds nus.

      Il y a aussi chez elle une autre dimension à prendre en compte : elle déteste s’habiller « en fille » depuis toujours. Depuis toute petite, dès ses un an, quand elle a su marcher, elle n’était pas contente et pleurait parfois sur le choix des chaussures que nous lui achetions.
      En petite section de maternelle, sachant parfaitement s’exprimer, elle m’a accusée de l’habiller « comme un petit cochon » car je lui faisais porter des vêtements roses. Elle trouve que les petites filles sont déguisées en poupées roses à paillettes. Elle déteste les robes et les collants, les chemisiers fleuris qu’elle trouve « gnan-gnan » les chaussures brillantes avec des fleurs et des strass qu’elle trouve ridicules.
      Elle ne porte pas de barrettes, de serre tête ou de bijoux. Elle tolère un élastique pour faire une queue de cheval si l’élastique n’est pas rose ou mauve. Elle déteste les queues de cheval hautes car ça fait trop « fifille ».
      Sa tenue de prédilection: jeans droits et pas moulants (si possible avec élastane et taille réglable ), T-shirts achetés au rayon garçon où il n’y a ni paillette ni dentelle ou autre fanfreluche et où l’on trouve plus facilement un motif de super héros, de starwars, de robots… Aux pieds, des baskets, colorées voire fluo ( mais pas roses !) ou noires ou blanches selon l’humeur. Blouson façon parka bleu marine, veste en jean au printemps, casquette en maille façon surfeur l’hiver ou panama l’été. Sandales noires ou kaki de marque allemande (type sandales de milieu médical) ou sabots en résine l’été.
      Je vous rassure, elle est très féminine mais ne veut pas (après de nombreuses discussions) être obligée de se plier à l’idée que les adultes se font de l’apparence vestimentaire de la petite fille. Elle ne souhaite pas particulièrement être habillée en garçon, elle veut de l’unisex, un peu comme quand on était mômes dans les années 70…

      Et puis, dernière chose très importante qui n’a rien « d’idéologique »mais qui est d’ordre neurologique. On le constate davantage chez notre fils ainé mais chez notre cadette aussi dans une moindre proportion: Ils sont tous les deux dyspraxiques, ils ont du mal a coordonner leurs mouvements, notamment les mouvements fins comme l’écriture. Notre fils ainé, âgé de 12 ans et en classe de quatrième, sait à peine faire ses lacets depuis la rentrée après de nombreux entrainements et boutonner une chemise est pour lui une tâche pénible.
      L’un comme l’autre mettent souvent non seulement leur t-shirt devant/derrière MAIS EN PLUS à l’envers ! ILS NE LE FONT PAS EXPRÈS. En plus, leur zébritude amplifie la difficulté de l’habillement qui est somme toute une tâche répétitive et bien peu intéressante. Il n’est pas rare que notre fils enfile la manche d’un t-shirt comme un pantalon en pestant contre le « débile qui a conçu ce pantalon ».
      Pour ne pas être en retard, nous les aidons à s’habiller, mon mari et moi. On essaie de leur inculquer (surtout à l’ainé) une logique dans l’habillement. Il est arrivé que le slip soit enfilé par DESSUS le pantalon. On se moque alors gentiment en disant: tu as enfilé ton costume de Super man aujourd’hui ?
      Il n’empêche que cela peut être très dur pour eux psychologiquement d’être incapables de réaliser ces gestes quotidiens qui nous semblent si simples, et plus dur encore si maman et papa pensent qu’il le font exprès avec les réprimandes et les disputes qui en découlent. J’ai été à votre place, mon mari aussi. On criait (bon ok j’avoue on crie encore parfois) on rageait, on punissait, mais en fin de compte quand un médecin nous a expliqué leur dyspraxie (souvent associée à la douance) et que nous avons rencontré d’autres parents de DYS, nous avons compris que nous faisions fausse route et nous nous en sommes beaucoup voulu, surtout mon mari qui pensait qu’affermir son rôle de père par des punitions arrangerait les choses. De fait, il n’en était rien et les choses se sont considérablement améliorées de façon radicale quand nous avons fait notre mea culpa auprès de notre fils ainé à l’âge de quatre ans en disant que nous n’avions pas soupçonné et donc pas compris quelles pouvaient être ses difficultés.

      Donc, on les aide toujours et tous les jours à s’habiller, à faire leur lacets, on répète TOUS LES JOURS les mêmes choses et TOUS LES JOURS c’est nécessaire. Notre fils mange difficilement avec une fourchette et préfère les doigts, aucun des deux n’est capable d’écrire avec un stylo, ils le font par ordinateur, il faut vérifier qu’ils se rincent bien les cheveux et les encourager le jour ou tout est mis dans le bon ordre et dans un temps relativement supportable pour un emploi du temps ordinaire (une demie heure maxi d’habillage c’est bien, mais peut mieux faire).

      Il n’y a pas de secret, mais je crois qu’il faut dialoguer avec eux pour comprendre ce qui ne va pas ou se faire aider par un professionnel compétent de la douance, contacter les associations…s’informer et essayer de comprendre même quand ça nous dépasse (et croyez moi, ça me dépasse toujours même après plusieurs années de « pratique »)

      Bon courage à vous et à votre zébrette.
      PS :À Votre place, (et c’est d’ailleurs ce que j’ai fait et ma fille était même plus jeune que la votre) il y a eu conciliabule familial pour essayer de réfléchir aux vêtements les plus adaptés, voir si coutures et étiquettes pouvaient être simplement coupées sur ceux déjà dans le placard et faire du shopping ENSEMBLE pour trouver les habits de tous les jours les plus adaptés…

    • fift dit :

      Bonjour Colette,

      Papa d’un garçon de 4 ans, détecté HQI il y a 2 mois (il y a peu de pères d’ailleurs dans les intervenants, non ?), je retrouve assez les colères de notre fils au moment de s’habiller, mais surtout de mettre ses chaussettes et ses chaussures.
      Comme le dit Rainbow, je suppose qu’il est très sensible aux matières qui grattent, qui serrent ou d’une manière générale qui provoquent une gêne.
      Au début, nous avons nous aussi souvent perdu notre sang froid.
      Finalement, nous avons accepté de suivre son « rituel », primordial pour lui. Bien tirer les chaussettes, s’assurer qu’il n’y a aucun (vraiment aucun !) pli sous le pied, bien tirer la languette de la chaussure, passer l’index entre la languette et le pied ainsi qu’entre le talon et la chaussure et surtout ne pas trop serrer les lacets ou le velcro.
      Depuis cela va nettement mieux, mais c’est encore un point un peu sensible. En fait, c’est un peu un indicateur de son état psychologique : on sent très bien que dès qu’il commence à se crisper au moment de mettre les chaussures, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas ailleurs.

      Le plus compliqué je pense, a été d’arriver à déterminer ce rituel et de détecter quels sont les gestes que nous faisons (ou ne faisons pas !) qui le perturbe.

      Bon courage, et puis, de notre côté, quand tout va bien, c’est tout de même super …

    • Memepasmal! dit :

      Bonjour Colette,nous avons vécu cette situation difficile pour toute la famille,comme beaucoup,l’étiquette,le pull en laine,la couture du pantalon,le scratche ux chaussures trop serré,la chaussette qui fait boule au boule du pied , le bonnet qui pique,l’écharpe qui sert le coup,le blouson qui empêche de bouger……..bref ,de quoi perdre son latin quand l’heure toune et que tout le monde à ses obligations. :-D ,il a 13 ans ce jour,et est toujours aussi……..SENSIBLE,voir +++++ quand fatigue,stress,ou tout simplement de mauvaise humeur, :-? ,,,,on,enfin,JE essaye de détourner l’attention pour avancer,j’avoue que c’était plus simple de détourner l’attention quand il avait 4 ans,,,a 13 ans il râle et m’envoi bouler d’une force :-x Il n’a rien à se mettre,y a rien qui va,trouve pas son pantalon qu’il met trois semaine d’affilée(normal je suis passé par là :roll: ( alors que son placard est plein :twisted: )

      Bref,sinon,c’est sympa l’ado :up:

    • Konrad dit :

      Bonjour,
      Quand j’étais enfant, je voulais moi aussi de l’unisex. En fait dans mon esprit, j’étais MOI avant d’être un garçon ou une fille (enfin une fille en l’occurrence). Cela me mettait EN RAGE que mon sexe doivent déterminer pour certains l’ensemble de mes goûts, choix, travaux.
      Je rêvais d’être neutre (après avoir passé quelques année à attendre que mon zizi ne pousse :-) )
      Et jusqu’à plus de 20 ans, je ne mettais aucun adjectif au féminin quand cela me concernait. J’étais CONTENT mais jamais contente. Puisque la langue française n’avait pas de neutre, et qu’il est souvent associé au masculin. Non pas parce que je voulais etre un homme, mais pour réduire le poids de déterminisme sexuelle qui m’oppressait.
      Aujourd’hui je suis une femme épanouie dans ma sexualité. J’aime le père de nos 3 enfants. Je mets des vêtements féminins et à presque 40 ans je me suis mise aux talons !!
      Si ma mère était désespérée de ne pouvoir m’affubler de robes à volants et de col froufrouteux,(j’ai réussi à faire ma première communion en bermuda ;-) ) je suis à mon tour maman d’une fille (après 2 garçons) qui ADOOOORE les bijoux, le rose, les jupes qui tournent, les princesses… N’est ce pas drôle.
      Je passe mon temps à lui autoriser à jouer dans tout les registres, elle a le DROIT d’aimer le rose mais les garçons aussi peuvent aimer le rose. Je lui souhaite de s’autoriser tous les comportements selon son humeur, être tour à tour rude, bagarreuse, enjôleuse ou manierée… Bref de vivre la vie pleinement sans se cantonner dans une catégorie de comportement prévus par d’autres. Y parviens-je… Pas sure. On verra. Elle n’a pas 5 ans.

      Enfin concernant le sujet qui vous préoccupe, connaissez vous le marque UNIQLO, ces vêtements quasi unisex d’origine japonaise sont généralement dans des matières très très douces qui pourraient peut être aider votre enfant à se sentir enfin bien dans son corps. Car c’est essentiellement cela l’enjeu pour elle.

      bonne chance avec vos expérimentations.

      • Rainbow dit :

        Oui, Konrad, c’est exactement ça ! J’étais comme vous petite. Je me considérais d’abord comme une personne avant d’être une « fille ». J’aimais bien les robes, mais pour les grandes occasions, sinon moi aussi je préférai le jean/baskets. Je me suis féminisée vestimentairement parlant quand j’ai rencontré mon mari, mais je n’ai jamais pu abandonner le jean !
        Pour en revenir à la zébrette de Colette, je pense aussi, sans faire de la psychologie de bas étages, que l’habillement cristalise en quelque sorte une angoisse ou un stress comme le suggère fift avec l’histoire des chaussettes et du rituel (les rituels sont là pour rassurer c’est bien connu). Mais peut-être outre l’hyperesthésie ( étiquettes qui piquent) y a t-il une dyspraxie sous-jacente voire ( c’est arrivé à mon ainé en maternelle puis en CP) une situation d’ennui intense en classe puis de harcèlement de la part des camarades qui ne comprennaient pas cet hurluberlu et qui « attaquent » toute différence.
        Car à quatre ans le raccourci est vite fait : on s’habille alors on va à l’école où je vais encore m’embéter ou être embétée par les autres. Est-ce autant un problème pour elle de s’habiller le week-end pour faire une açtivité qui l’enchante ou pendant les vacances?
        Si vous ne trouvez pas la réponse de vous-même, ce n’est pas une honte, un psychologue pourrait peut-être vous aider à déler les noeuds et trouver la source du ou des problèmes. Attention toutefois à en trouver un qui comprend la précocité intellectuelle et évitez à tout prix les CMP….
        Encore une fois bon courage Colette pour Vous et votre zébrette. Gardez à l’esprit que vous devez être son soutien psychologique inconditionnel, la maison son refuge….

  38. hyponamus dit :

    Bonjour,

    Pour ma part, cet article me rappelle plutôt des souvenirs et des situations que finalement j’aimerai bien vivre encore…Mon fils a 13 ans, sa zébritude a été décelée cet été mais n’est plus le zèbre décrit dans l’article depuis presque 2 ans et de plus en plus de manière inquiétante. Tout l’ennui en premier lieu le collège, il n’a plus d’envie, ne posent presque plus de questions, continu ses activités extrascolaires mais sans énergie, ses notes dans certaines matières passent de très bonnes à très moyenne ce qui le désespère sans qu’il trouve l’énergie et l’envie d’y remédier, des maux de ventre et de tête récurrent qui me rappellent vaguement la dernière année de maternelle où sa maitresse l’avait pris en grippe parce qu’il n’arrivait pas rester assis pour faire les exercices… c’est un mur, impossible pour lui de livrer ses angoisses, ses souhaits. J’ai eu un échange sur ces certains de ces sujets avec le collège, et je crois qu’il n’en n’ont pas grand chose à faire… mon zèbre peut plus mais ne fait pas d’effort ! et ils ne peuvent pas s’occuper de lui en particulier !
    Quoi faire ! je le sens en décrochage, mal dans peau et ne se confie à personne y compris la psychologue qui le « suit » depuis quelques semaines.
    Merci pour vos conseils ou vos expériences

    • Gwen17 dit :

      Bonjour HyPonamus
      Votre expérience ressemble beaucoup à la mienne…
      Maman d’une zèbre de 17 ans diagnostiquée l’an dernier, le parcours a été et reste chaotique !
      Son hypersensibilité et son hyperemotivité ont toujours pris le dessus notamment dans sa relation aux autres, ce qui a inhibé ses autres capacités en plus de l’ennui en classe et de son incapacité à travailler.
      Encore aujourd’hui elle ne sait pas.
      Elle est en terminale et le bac pointe le bout de son nez…finalement après bien des questionnements j’ai décidé de la coacher même si cela va être dur pour elle et moi !!!
      Je crois que nous avons trop « lâcher  » dans certain domaine et ces enfants ont besoin de cadre et de repères même si cela est coûteux en énergie. Petit à petit il faut rebooster leur estime de soi et enfin leur prouver que la vie n’est pas fait que d’échecs et d’incompréhension mais que l’effort finit toujours par payer.
      Par contre je regrette de l’avoir su très tard, je pense que nous serions passé par des cours particuliers avec des profs sensibilisés aux HP pour qu’elle apprenne une méthode de travail plus adaptée à son fonctionnement.
      Récemment j’ai lu le livre de Christophe André  » imparfaits, libres et heureux: pratique de l’estime de soi », et pour moi il donne des pistes pour aider les HP en difficulté . J’ai appris beaucoup de choses et j’essaye de mettre cela en pratique quotidiennement .
      Alors c’est vrai que que ce n’est pas toujours facile un HP ado en difficulté mais leur façon de voir la vie, les autres ( ou l’éducation nationale !) pose réflexion sur notre société et c’est cela qui nous fait avancer et fait qu’ils arriveront à changer ce qui ne tourne pas rond sur la planète !!!

  39. Jean dit :

    Pour ma part,j adore être père d’EIP.Je le regarde vivre et je vais d étonnement en étonnement.Sa capacité d analyse,sa tranquilité et sa gestion du stress face aux évènements sont pour moi une source d analyse permanente.Encore en CM2 l année dernière,il a sauté sa sixième pour entamer le collège directement une cinquième.Après un été pleins de questions pour sa mère et moi,il a brillamment commencé et terminé le premier trimestre avec les félicitations et prend le même chemin pour le second.Il a 2 amis EIP comme lui et en bonne entente avec les parents nous nous arrangeons pour qu ils se voient régulièrement.A l école le relationnel est plus compliqué avec les autres élèves mais il nous dit en faire abstraction et en avoir assez de faire semblant.De plus dans ce collège privé comptant que 2 classes par année les professeurs sont assez bienveillant quant à sa particularité.Nos discutions sur les choses qui deviennent réellement intéressante et je ne peux qu être curieux de voir ce que pourrait être son avenir.Le plus extraordinaire est que juste derrière nous avons la seconde,âgée de 8 ans,diagnostiquée elle aussi EIP et qui suit exactement le même chemin.Alors oui,être Parent d EIP est juste fantastique.
    Bien à vous
    Jf

  40. toutouf dit :

    Bonjour
    Ce blog est vraiment intéressant et déculpabilisant. Parents d’une petite fille de 9 ans encm1 nous ne savons plus quoi faire. Déjà un saut de classe mais elle s’ennuie en classe. Un2eme saut de classe nous effraie mais elle se sent prete pour le collège. Aucune adaptation en classe. Que faire?
    Merci si vous pouvez nous aider à y voir plus clair.

    • Rainbow dit :

      Nore fille a un an d’avance et est en CM2. Comme elle est de la fin de l’année, elle attaquera la sixième à 9 ans. Elle aura ses dix ans peu avant Noël. Votre fille doit sans doute être née en début d’année pour être en CM1 avec un an d’avance à 9 ans. Ma fille s’ennuie prodigieusement en primaire. Elle attend la sixième avec impatience depuis deux ans ! Ma crainte est qu’elle ne soit déçue aussi par la sixième tant elle attend du collège qu’il lui apprenne ENFIN quelque chose d’intéressant…. Dans le cas de votre fille un deuxième saut de classe ne me semble pas abérant quant on sait qu’au sein d’une même classe, par le jeu des dates de naissance et des inscriptions scolaires, deux enfants peuvent avoir quasiment un an de différence.

      • Toutouf dit :

        Merci de cette réponse qui nous encourage dans le sens d’une demande pour un deuxième saut de classe. On a de plus en plus de difficultés à déposer notre fille à l’école le matin (pleurs, maux de ventre …) et elle se projette déjà en CM2 en ayant vu que cette classe n’est qu’une répétition du CM1.
        De son côté, quand nous avons évoqué la piste de la 6ème pour l’an prochain, elle se sent prête et pas du tout angoissée de notre démarche.

        Encore merci pour l’existence de ce forum qui aide à poser les choses et à réfléchir sur nos enfants.

  41. Isa dit :

    Colette,
    pour le soucis pour s’habiller que tu évoquais en Février, je pense que le problème peut venir le matin de passer d’un sentiment hyperconfortable d’un point de vue habillement à des trucs moins DOUX, froids…. Mon fils de 13 ans m’a expliqué un jour qu’il avait choisi son doudou à 2 ans car la poche de la saloupette était toute douce. J’y aurais jamais porté attention mais vérification faite c’est vrai. La dîte poche de salopette a d’ailleurs été recousue sur la saloupette de remplacement du doudou toujours en service…. Le fait est que dès qu’il a un vêtement neuf ou que je m’Achète quelque chose, il me fait toujours remarquer quand c’est « tout doux ». Ta fille a surement quelque chose de vestimentaire ou jouet qu’elle aime, demande lui pourquoi. Ca peut être lié au toucher ou à l’odeur. Suivant sa réponse tu peux essayer de reproduire ca dans ces vêtements (matières modernes douces, eau de toilette…).
    Il existe des joggings en coton très doux à l’intérieur, des écharpes, des polaires. Tu pourrais tester si le fait d’avoir un vêtement doux pour la journée peut suffir à compenser la perte de confort ;)

  42. Nathou dit :

    Bonjour,

    J’ai m’impression que vous décrivez ma vie de parent!! lol!! Le créneau en parlant du big bang et des origines de l’homme ,c’est exactement ca!! Mon fils a 6 ans et demi et ca fait un mois environ qu’il a été diagnostiqué (par une psy privée, conseillée par l’ANPEIP et AFEP) avec un profil hétérogène (ICV=152 – IRP: 119 – IMT 145 et IVT: 112).

    Le souci pour nous aujourd’hui, ‘est l’école, car contrairement à beaucoup d’enfants précoce (d’après ce que j’ai pu lire) , mon fils est très lent à l’école, et pas forcément demandeur de nouveaux exercices supplémentaires, comme conseillé par la psy (chose que la maitresse serait prête à mettre en place). les tests ont en effet révélé qu’il manquait beaucoup de confiance en lui et peur de l’échec, d’où le fait qu’il ne cherche pas plus à « apprendre » en classe, même si on voit qu’il en aurait envie.

    Que me conseilleriez vous par rapport à votre expérience? D’insister auprès de la maitresse pour qu’elle donne absolument ces exercices d’approfondissement? Ou bien laisser couler pour le pas le déstabiliser?

    Merci par avance.

    • Clo dit :

      Bonjour,
      Nous nous retrouvons un peu dans la même situation avec notre fille de 7 ans et demi, c’est à dire qu’on se sent plutôt seuls… Bilan restitué le 16 Avril, profil hétérogène aussi (ICV=138 – IRP: 121 – IMT 112 et IVT: 118) et un mélange de peur de l’échec et pour elle l’envie de ne pas se faire remarquer (c’est le côté fille :) intégration sociale hyper importante). En revanche, elle montre des signes de malêtre déjà : mal au ventre tous les matins d’école depuis Janvier, 2 à 3 fois par semaine au lieu d’aller en récréation elle va à l’infirmerie car mal au ventre, elle préfère rester tranquille à discuter avec l’infirmière (elle n’a jamais mal au ventre le we ou pendant les vacances), certains jours elle n’a pas envie d’aller à l’école alors qu’elle a tjs adoré y aller jusqu’à peu, elle se gratte au sang et grince des dents pendant son sommeil agité… La neuropsy qui l’a bilantée, référencée par l’ANPEIP, a conseillé le saut du CE2 et passage direct en CM1, ou au minima un enrichissement des exercices (pas de trvail supplémentaire mais du travail différent) jusqu’à la fin de l’année pour voir. Une autre psychologue, référencée par l’AFEP, à laquelle j’ai présenté le bilan et la situation, a aussi recommandé le saut de classe. Vendredi nous avons rdv à l’école avec la directrice, la maitresse et la psy scolaire. Je suis curieuse de voir comment elles vont gérer la chose, je vous dirai ce qu’il en ressort.
      Concernant l’enrichissement du travail, ou l’adaptation par le haut, je vous conseille ce livre entre autres : « Accompagner l’enfant surdoué » de Tessa Kieboom (voir le billet d’Alexandra dans la partie « Mais quels livres choisir sur le surdouement ?pour quel public ? »). ça me semble pertinant.
      Bon courage !

      • Nathou dit :

        Merci pour les conseils ( surtout pour le livre) Donnez moi des news en effet, c’est bien d’echanger sur nos experiences!

        Bon courage a vous aussi!

  43. Rachel dit :

    Bonjour,

    J’ai besoin d’aide.
    Ma fille de 15ans a été déceler HQI.
    Elle est en échec scolaire et son lycée ne comprend pas ça souffrance et moi je sais plus quoi faire.
    Elle est suivie par un psychologue.
    Les parents d’enfants HQI n’ont aucune aide de l’extérieur, contrairement au enfants dit  » normal « .
    Je sais plus quoi faire

    • Memepasmal! dit :

      Bonjour,
      Demandez un rdv avec le Medecin scolaire en urgence,contactez le Referent eip de l’académie de votre département.vous avez un organigramme sur la dsden de votre secteur.voir internet.
      La thérapie cognitif par un neuropsy nous a sorti de notre tunnel bien sombre,j’espère que vous trouverez l’aide et le soutien dont votre enfant à besoin.amicalement

  44. helene dit :

    Bonjour,
    merci pour tous ces articles!
    celui-ci m’a particulièrement touchée…
    vous avez décrit ma vie, celle de mon compagnon, et le début de celle de mon fils de 6 ans et ma fille de 3 ans en prend le chemin je crois… c’est l’anarchie à la maison en ce moment ;) !
    Et personnellement, je me suis toujours trouvée « différente »: pas les mêmes centres d’intérêts, ni les mêmes envies ou besoins, difficultés de communication… nous n’avons pas passé les tests nous parents, mais est-ce utile? à bientôt 40 ans j’ai toujours une soif inextinguible d’apprendre…
    je n’ai pas envie que mon fils en souffre comme nous avons souffert mon compagnon et moi.
    Merci encore, je vais bien lire vos conseils et essayer de faire au mieux!

  45. Basi dit :

    Je reviens vers cet article, à la recherche de réponses … Encore et encore …
    Je ne peux en effet m’empêcher de penser « et si j’avais fait ça, ou ça il y a quelques années, est ce que mes filles seraient plus épanouies aujourd’hui ? » et la réponse que j’imagine est peut-être , oui … Culpabilité quand tu nous tiens .
    À un âge où elles avaient envie de découvrir le monde, où tout était encore plus ou moins innocence, j’aurais dû les emmener à la conquête du monde, des musées, etc … Mais le quotidien, le boulot, la maison, tout ça … On remet à plus tard … Et puis arrive ce moment où elles n’ont plus d’intérêt pour grand chose, se sont heurtées à la triste réalité du monde d’aujourd’hui … Et se réfugient derrière leurs écrans, seul gage de non-ennui .. Et encore
    Bon à l’époque même si j’avais déjà poussé quelques portes je n’avais pas obtenu beaucoup de réponses et je ne savais pas tout ce que je sais aujourd’hui … Mais bon…
    Mon aînée a maintenant 16ans, va mieux depuis qu’elle sait qu’elle est HP, gère un peu mieux les frustrations.
    Ma cadette a 11 ans et est en pleine crise . Bien qu’elle ait passé les tests l’an dernier, son estime d’elle même est au ras des pâquerettes, elle s’ennuie énormément mais paradoxalement ne s’intéresse à rien où alors se met une tel pression pour que tout soit parfait, que cela tourne vite au vinaigre . Aller à la rencontre d’autres via des stages/clubs est un vrai defi tant elle a peur de l’inconnu. En pleine opposition on a bien du mal à lui faire entendre raison. Quant à l’école ça la « saoule » tellement qu’elle ne travaille pratiquement plus … Or tout n’est pas acquis !
    Bref retour par la case psy … Espérant que l’arrivée en secondaire sera source de motivation … Ce qui n’est pas gagné d’avance …
    J’essaie de rester zen en me disant que l’aînée est passée par là au mm âge (ça à duré près de 4 ans .. Le temps qu’elle puisse aussi choisir une option scolaire qui lui correspond un peu mieux en fait) .

    Y a t’il d’autres parents dont les enfants HP ne s’intéressent pas à grand chose ? Où en êtes-vous avec eux ?

    Merci

  46. Julie dit :

    Bonjour,

    merci pour ce billet ! J’ai bien rigolé sur certains passages, notamment sur la partie « vous avez appris à être ultra-ordonné & organisé (à la limite de la maniaquerie psychopathologique) » car c’est exactement ça ici !!
    nous nous retrouvons quasi-complètement dans cette description pour nous & notre zebrette de 5 ans (limite thqi à 143) , les questions se sont un peu calmé ces derniers temps mais les négociations sont lot quotidien et les émotions vraiment difficiles à canaliser, le livre « la couleur des émotions » nous ayant bien aidé ces derniers mois cependant.

  47. JB dit :

    Bonjour,

    J’aimerais contribuer au débat sur le comportement du zèbre.

    Avant de faire tester ma zebrette de 7 ans, je me suis documenté sur le sujet.
    En faisant le bilan, ma zebrette n’est pas curieuse de nature, ne pose pas de problème de comportement, n’est pas hyper émotive, et a des copines.
    Elle range naturellement sa chambre, n’a pas besoin de notre attention perpétuelle pour s’occuper et il n’y a aucun besoin de parlementer non plus.

    J’ai eu quelques doutes sur son niveau à la vu des « expériences » des différents parents , mais j’ai quand même voulu en avoir le cœur net.
    J’ai bien fait, ma zebrette est diagnostiquée avec un THQI à 145.

    Tout ceci pour, peut être, rassurer certains parents mais surtout pour donner une autre image de nos petites têtes (bien faites) blondes.

    Parfois c’est juste du bonheur.

  48. Snoopy49 dit :

    Bonjour,
    Voilà un an pile que la psychologue m’annonçait que mon fils était un enfant précoce.
    Après beaucoup d’hésitation pour aller la voir, car comme beaucoup de parents, nous nous sentions responsables, mauvais parents, de ne pas comprendre pourquoi notre enfant de 9 ans, alors en CM1, était toujours en colère, ne travaillait plus à l’école bien que considéré comme intelligent, ne s’entendait pas avec les autres enfants de sa classe bien que sociable, il se qualifiait de fou …
    Mon zouzou a donc passé les tests avec beaucoup de sérieux car nous lui avions expliqué que c’était pour mieux comprendre comment il fonctionnait. Il y a un an donc la psychologue à annoncer à notre zouzou qu’il était précoce en lui expliquant pourquoi. Cela a été l’occasion pour moi de m’immerger dans la lecture d’ouvrages sur le sujet.
    Si j’ai eu l’impression de redécouvrir mon fils, cela m’a aussi, sur le coup, fait sentir responsable de ne pas nous être interroger plus tôt.
    Aujourd’hui, les grosses tensions ont disparu et nous arrivons à désamorcer les tensions par l’humour, le plus souvent. Il a réalisé une classe de CM2 très correcte par rapport aux autres années.
    Comme il va entrer en 6e en septembre, je commence à me poser des questions mais je sais maintenant où trouver des réponses notamment avec ce blog qui a été l’une de mes première trouvaille et lecture sur le sujet.
    J’ai l’impression qu’avec ces enfants, la vie est tout de suite plus INTENSE!
    Merci encore pour ce blog!!

  49. marie dit :

    Bonjour,
    Ca fait un bout de temps que je suspectais le hp de mon fils qui nous a été confirmé au printemps dernier, il était alors en GS une année très très chaotique pour lui. Aujourd’hui il a 6 ans et a fait sa rentrée en CP classe partagé avec les CE1 (6 cp et 19 ce1). Jusqu’à présent il refusait de lire peut être que maintenant il va s’y autoriser.
    Et le gros hic c’est au niveau de son comportement, il rentre manger le midi et c’est 1 heure de décharge, il jette tout ce qui lui passe par la main, cousin, jeux, le jaune de l’oeuf dur…. C’est épuisant. C’est l’ébullition émotionnelle permanente que mon conjoint ne supporte plus…
    Une aide ?

    Merci

    Marie

    • Colette dit :

      Cela fait un moment que je suis plus revenue sur le forum… Et beaucoup de choses ont changé à la maison. Ma fille est devenue « grande ». Les crises (comme expliqué plus haut) ont continué jusqu’au printemps. Puis d’un coup – presque du jour au lendemain – elle a arrêté. Je ne sais pas l’expliquer et elle non plus.

      Donc malheureusement, le seul conseil que je peux donner est d’être patient. Avec mon mari nous avions tout essayé, et étions désespérés. Puis un beau jour, ma fille a décidé qu’elle en avait assez de nous rendre dingues (ou tout simplement elle en avait marre aussi). Je pense que leur cerveau a un fonctionnement particulier. Ils réagissent de manière très forte parce qu’ils n’arrivent pas à exprimer ce qu’ils ressentent, et parfois je pense même que leur cerveau va trop vite pour eux – du coup les réactions sont exagérés et démesurés.

      Désolée de ne pas pouvoir aider réellement – mais tenez bon! et aimez les! ils en ont besoin….

    • Isa dit :

      Marie,

      mon fils à 13 ans va parfois volontairement, juste comme ca, faire 15 minutes de vélo à fond juste parce qu’il sent qu’il en a besoin. Après il revient, creuver, vaner mais heureux. Propose à ton fils de poser son sac et de faire des tours de jardin ou de maison en courant aussi vite que possible, puis de revenir quand il en peut plus pour manger.

      Isabelle

  50. Memepasmal! dit :

    Oh la la!,ça me fait tout drôle de relire ce billet pour lequel j’avais donné par ci par là,les réactions de mon Loulou.

    Ça fait juste un an,il a 14 ans ce jour :-x ,benh…c’est toujours aussi ,comment dire le mot juste….

    VOLCANIQUE :-D ,avec son Frere,avec son père,et moi…..(j’ai un méga.eczema :-? ) tellement je fais tampon, à jongler entre tous!

    Je sais pas si c’est dû à son hp ou tdah,il DISCUTE VRAIMENT TOUS! Tout le temps,À ME REPRENDRE SUR UN MOT QU’IL A ENTENDU MAIS QUE JE SUIS SUR DE NE PAS AVOIR DIT 8-O ,à me rendre chèvre! « BÉÉÉÉ,nan je t’assure j’ai jamais dit ça ! »
    Bon pour être honnête ,il m’arrive parfois de penser une chose et de dire un mot qui n’a rien à voir avec ce que je pensais :-P ,mais pas toujours! Enfin,si c’était qu’avec moi,,,,,avec son Frere aîné qui a 17 ans connait la vie mieux que nous :-D ,s’énerve et sa fini en pugilat .

    Ah,finalement c’était bien avant,avec 2/3 ans de moins 8) ,on se plaint toujours LOL mais on les aimes nos petits cœurs



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article