Le blog cité dans « L’enfant à haut potentiel » (MAIF, juin 2011)

Quelle surprise de lire que mon blog a été cité en référence dans cet article-dossier de la MAIF, intitulé "L’enfant à haut potentiel" :!: :-D

 

Doué, surdoué, précoce, prodige, génie... autant de termes, autant d'interprétations. Ces appellations faussent la compréhension de cette forme particulière d'intellect. Mais, qui sont ces enfants à haut(s) potentiel(s), comment vivent-ils leur différence, quels sont les bons comportements à adopter en tant que parent et enseignant... Plein feu sur un trouble qui fait débat.

Selon les chiffres de l’Education Nationale, 2,3 % des scolaires de 6 à 9 ans seraient des enfants à haut(s) potentiel(s), soit plus de 200 000 en France. Cela représenterait un enfant par classe. Ces jeunes individus peuvent montrer des motivations et des centres d’intérêts qualitativement différents de ceux de leurs camarades. Leur soif d’apprendre se manifeste très tôt pour des matières comme les sciences, la philosophie, la métaphysique, les mathématiques,... sans pour autant briller par des résultats spectaculaires, à l’école.

 

 

POUR LIRE l'INTÉGRALITÉ de l'ARTICLE :arrow: c'est ici !

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

10 commentaires à “Le blog cité dans « L’enfant à haut potentiel » (MAIF, juin 2011)”

  1. Fabrice dit :

    Ces articles sont très lus par les enseignant. Ca fait un moment que je me dis que ce serait bien qu’ils publient quelque chose.

  2. Marine dit :

    C’est ce que je me suis dit également en lisant l’article.

    Par contre, l’intervention de Marcel Rufo qui y est jointe me laisse perplexe et furieuse.

    Ainsi selon lui, les parents ont des ambitions démesurées. Effectivement, il dit « certains parents » mais on sent bien qu’à partir du moment où on a fait sauter une classe à son gamin, on est classé dans cette catégorie.
    Mais il conseille également à « ces enfants » de rentrer dans le moule, je le cite : «  »Vous êtes singuliers, alors devenez banals. Vous êtes passionnés, hyper actifs, curieux et c’est merveilleux. Maintenant, apprenez à vous ennuyer ! »
    Quel phrase horrible! Et quel dommage à côté d’un article pas mal fait.

    • Zebrounet dit :

      Oui effectivement, même indignation de mon côté pour les propos de M. Rufo ! (à lire ici : http://www.maif.fr/enseignants/actualites/trois-questions-a.html).
      Mais je sais qu’il n’a pas une position très ouverte sur la question du surdouement… je l’ai déjà entendu sur un plateau TV tenir des propos tout aussi lamentables (sur la 5 peut-être !?). A ce niveau-là, il est à mon sens aussi largué que D. Pleux !!! :-?
      C’est regrettable en effet !

      Par contre, une phrase du Dr S. Tordjman est très intéressante à mon sens & ts révélatrice d’une « mode » certainement dûe à une très (trop) grande vulgarisation de la douance : « Dans mon centre hospitalier, plus de la moitié des familles que l’on reçoit sont persuadées à tort, d’être parents d’un enfant à haut(s) potentiel(s). Comment en est-on arrivé à ce stade là ? Savent–ils que 30 % des sujets présentant ce trouble n’arrivent pas jusqu’au bac ? »
      J’aurais bien aimé que le dossier de la MAIF aille plus loin sur ce point !

      • Marine dit :

        Je ne connais pas D.Pleux (mais vu votre commentaire, j’imagine!)

        Ce qui est marrant c’est la contradiction entre les propos des deux : S.Tordjman qui parle de « trouble » et M.Rufo qui conseille de ne surtout pas considérer le haut potentiel comme un trouble….

        S.Tordman qui dit « 30 % des sujets présentant ce trouble n’arrivent pas jusqu’au bac » et lui qui dit « Je peux vous dire que je suis ces enfants depuis de nombreuses années. Je les vois évoluer, s’épanouir, s’ouvrir au monde. Pour ma part, 90 % d’entre eux s’en sortent parfaitement bien et deviennent des citoyens intégrés, passionnants et épanoui »

        Un enseignant qui débarque et qui n’y connais rien, lequel va-t-il croire ? Bien peur que la surmédiatisation de cet individu fasse pencher la balance du mauvais côté. Vraiment il fait bien du tort à nos enfants cet imbé…

        • Zebrounet dit :

          Raaaah… Didier Pleux, tt un roman :-P
          Un aperçu du bonhomme & de sa perception des enfants doués ici : http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2010/03/21/desinvestissement-sens-de-leffort/

  3. merelila dit :

    Bonjour,

    Je suis allée voir les propos de Rufo qui dit :  » Pourquoi cette impossibilité à cueillir le monde alors qu’on le comprend mieux que quiconque ?  »
    Je crois que justement, quand on le comprends trop bien, on comprends ses incohérences et son manque d’efficacité, et ça doit paraitre tellement incroyable qu’on ne comprends plus rien, non ?

  4. fannetteworld dit :

    Je suis embêtée de lire que la surdouance est un trouble… Non, 30% des enfants avec un haut potentiel ont des troubles qui « s »ajoutent » à cette précocité mais ce sont des troubles qui existent en dehors de toute précocité également…
    La précocité n’est pas un trouble, elle est un « atypisme » pour reprendre le terme à la mode (encore des effets de mode… :-)) mais au-delà de cet effet de mode, le mot me paraît assez clair : atypique, qui ne rentre pas dans les clous, dans les moules, dans les cases… Et comme toute différence, elle gêne, fait peur, attise les convoitises et les suspicions (c’est un vrai précoce? comme : c’est une vraie blonde?…
    …. je ne sais plus où je voulais en venir…
    Bref, il existe des précoces heureux mais sans grand avenir scolaire, des précoces excellents à l’école mais malheureux, des qui vont mal et se sentent mal à l’école, des qui vont bien dans leur tête et vont bien à l’école (ouf…). Encore une fois, il est impossible de par cette atypicité de les mettre tous dans le même panier! Et je suis effarée que des gens soit disant intelligents (et qui ont malheureusement pignon sur rue) ne soient pas capables de voir plus loin que le bout de leur nez…
    Stéphanie
    PS : J’aime beaucoup que ta réflexion merelita….

  5. Rainbow dit :

    Je crois que Marcel Rufo ferait bien de laisser la place « aux jeunes » :smile: . A force d’être reconnu et d’être cité en référence, il tient des propos un peu à tort et à travers sans se remettre en question ou remettre en question les « théories » sur lesquelles il s’appuie. A mon humble avis, il a perdu de vue, sur le chemin de la célébrité, le sens de la démarche scientifique. Et la démarche scientifique prône une continuelle remise en question. Ce qui fut vrai un jour, sera démenti un siècle plus tard, c’est vrai pour la Terre plate devenue ronde, la découverte des microbes par Pasteur dont l’existence même était niée par le corps médical de son temps, même la théorie de la relativité serait actuellement remise en cause….
    Chaque époque voit apparaître ses « têtes d’affiche » et ses « maîtres à penser » et avec juste raison et bienfaits, mais une époque finit toujours par être révolue…
    Ce n’est pas parce qu’un grand Monsieur comme Rufo pense ce qu’il pense qu’il a forcément raison aux jours d’aujourd’hui. :-D
    De nouvelles idées ont vu le jour ces dernières années, portée par d’autres thérapeutes tels qu’Adda, Terrassier ou Siaud -Facchin pour la France. Au delà de nos frontières aussi, d’autres thérapeutes sont du même avis qu’eux et l’avis de Marcel Rufo, pour l’instant amplifié par sa visibilité médiatique, passera de mode.
    Je me mets à la place de l’enfant en souffrance qui doit apprendre à s’ennuyer, à faire comme les autres,à ne pas quitter son village. C’est dur de faire médecine au fin fond de la Creuse ou de l’Aveyron, les facs sont dans les grandes villes…. :( ) ou alors les enfants à haut potentiel de la campagne doivent devenir agriculteurs, gardes forestiers ou guides de randonnée? :smile: Je force volontairement le trait parce que ça ne tient pas la route. Et si l’on extrapole, que dire aux jeunes homosexuels: « apprenez à faire comme les hétérosexuels? », « faîtes des bêtises avec les copains en dehors de l’école? » et « devenez banals? » 8-O 8-O 8-O
    Ce qui est inquiétant dans ce genre de propos c’est qu’ils sont cités comme « référents » ou « conseils avisés » et qu’ils condamnent les enfants dont les parents prendront acte à se conformer et à se résigner, voire à rabaisser leurs propres ambitions de vie (pas seulement de carrière) à la moyenne ambiante. Ce sont des propos étouffants d’un point de vue psychologique, aussi férocement que des propos de racisme ordinaire.

  6. christelle dit :

    Je suis la mère (maintenant âgée) d’un enfant qui fut déclaré « précoce ou surdoué » dès son école primaire, testé à notre insu par l’éducation nationale. On nous a dit, scolarisez votre enfant dans un internat (éloigné de notre domicile et le seul en France à cette époque) pour enfants de ce type », j’ai refusé, mon mari n’ayant que de mauvais souvenirs de son enfance en internat et moi ne me voyant pas séparée de mon enfant unique. Cet enfant a été précoce dans l’apprentissage du langage, j’ai encore une bande magnétophone où on l’entend parler à ses 12 mois de vie, il parle déjà si bien, par contre il a marché seulement vers 16 mois, tout était concentré dans le langage, il babillait, il voulait tout savoir, il a appris à lire pratiquement seul, nous fréquentions la splendide bibliothèque d’Epinal qui fut sa découverte numéro un, j’en garde de beaux souvenirs de bonheur famililal partagé. Sa vie scolaire ne fut pas heureuse, il fut souvent jalousé, martyrisé par les camarades de classe, des jaloux et parmi les enfants on trouve déjà la méchanceté de certains adultes, j’ai en mémoire deux gamins en particulier, féroces à ce sujet. J’ai fini par comprendre que l’enfant précoce est un enfant jalousé toute sa vie, car après l’épisode école primaire et le collège (lui heureux) ce fut le lycée mais , là encore mon garçon fut jalousé mais cette fois-ci par des professeurs parents de petits voyous ou cancres , une prof principale a ainsi essayé de couler mon enfant jusqu’à ce que j’intervienne pour lui parler, pour la comprendre et qu’elle m’avoue ses frustrations de mère, elle se défoulait sur mon fils par jalousie envers lui, tandis que son fils, lui, était mis en internat pour gamin récalcitrant.. Si je n’étais intervenue, cette prof aurait gâché la scolarité de mon fils mais à partir de l’instant où je lui ai interdit de par exemple choisir son destin professionnel, elle lui a fichu la paix et mon fils a pu passer son baccalauréat sans aucun problème, la prof s’est tenue tranquille.
    Veillez sur vos enfants comme je l’ai fait.
    Mon fils est devenu adulte, est devenu enseignant .. et à 40 ans il continue d’être jalousé mais cette fois-ci par des collègues ou par des parents d’élèves de toute façon à attitude antipathique envers le système éducatif, par envie ou jalousie de ceux qui ont le Savoir au lieu de les remercier de l’offrir aux enfants.
    je peux résumer : un enfant surdoué sera souvent jalousé stupidement, et ça continuera dans sa vie professionnelle.
    Ces êtres ont une logique que nous n’avons pas, ils savent tout faire (mon fils est un génial bricoelur, il sait tout faire et personne ne le lui a appris, il voit de suite ce qu’il y a à faire, il a retapé ainsi notre maison quand il n’avait que 15 ans, puis a retapé sa maison, son père mon mari, lui, ingénieur, ne sait absolument rien faire manuellement et remontera un meuble à l’envers par exemple.
    l’être surdoué, est avant tout attentif à la vie, aux autres, doué d’un puissant coeur ouvert, d’une fine perception des Autres, à la limite de la divination.., d’une écoute vraie, humble, ces êtres ne sont absolument pas prétentieux, au contraire ils peuvent douter d’eux et c’est le but de ceux qui les jalousent.. (ceux qui jalousent n’ont envie que de détruire ). Protégez bien vos enfants, mon fils fait ma joie encore et toujours, discuter avec lui c’est recevoir beaucoup.
    Je me souviens d’une conversation extraordinaire que lui et moi avons eue, un jour dans ma cuisine vosgienne, quand il n’avait que 5 ans : j’étais occupée à préparer le repas, tablier sur le ventre, toute à mon affaire quand j’ai vu arriver mon fils qui a levé vers moi ses si beaux yeux pour me dire « connais tu les Ming maman ? » et moi de répondre de façon désinvolte « ce sont des nouveaux voisins ? tu t’es fait un nouvel ami en école maternelle ? » il m’a regardée, déçu mais déçu de mon ignorance, et à cause de ce regard soudain déçu, j’ai arrêté de travailler pour l’écouter mieux que ça et j’ai soudain saisi qui il voulait me dire !!! j’ai presque eu peur de lui, je vous assure que oui, j’ai presque eu peur de lui, j’ai pensé « mais d’où il sait qui sont les Ming ! qui lui en a parlé ? (personne ne l’avait fait, vous pensez bien qu’en maternelle on dessine et on fait de la pâte à modeler, on ne discute pas de la civilisation chinoise !!), j’ai regardé mon fils, je me souviens encore comment je l’ai regardé, comme un …extra terrestre !! Soudain j’ai compris qu’il avait appris à lire SEUL, j’ai compris qu’il avait ouvert nos livres situés dans notre bibliothèque mais je ne m’intéressais absolument pas à cette civilisation, il avait dû ouvrir le dictionnaire ou je ne sais quoi, en tout cas il avait ouvert nos livres et lu et compris et pouvait m’en parler.(il m’a raconté la finesse des porcelaines de la dynastie Ming et qui étaient les Ming !!) J’ai reçu comme un coup sur la tête, j’en ai parlé à un ami médecin vietnamien acupuncteur qui m’a dit « oh mais c’est une ancienne âme cet enfant », boum en plus j’avais un enfant « ancienne âme », De ce jour j’ai compris que j’avais un enfant éveillé, attentif, plutôt intelligent mais je n’ai pas mis sur lui l’étiquette « surdoué », pas du tout, c’est l’éducation nationale qui l’a fait et ensuite j’ai été convoquée à l’école pour qu’on me dise qu’il fallait que j’enferme mon fils en pensionnat, à l’époque le seul à pouvoir s’occuper d’enfants comme lui, j’ai refusé, des fois je le regrette, j’ai vu mon fils beaucoup s’ennuyer en classe, il avait un esprit d’adulte éclairé dans un corps d’enfant fragile, il n’a pas sauté de classe, il a suivi un cursus normal mais a souffert, en particulier en Seconde quand on a déménagé, qu’il a perdu ses bons amis et qu’il s’est retrouvé parmi des jeunes odieusement jaloux de lui, là je l’ai vu souffrir et c’est cette année là que j’ai discuté avec la prof principale qui était jalouse de lui, c’est elle qui entrainait les jeunes de sa classe à le prendre pour tête de turc, je vous assure que sans élever le ton je l’ai mise au pas, cette femme de peu, si médiocre de comportement adulte, si nocive. Je lui en veux encore, elle était mesquine et frustrée mais l’entretien que nous avons échangé a calmé la situation, cette femme avait rendu mon fils physiquement malade !
    attention à bien protéger vos enfants, appréciez leur présence, vrai cadeau de vie pour vous les parents mais choisissez bien les écoles et vérifiez qu’on n’y persécute pas votre gamin par jalousie, vérifiez bien ce détail et si c’est le cas mettez le dans les nombreuses écoles qui existent pour eux aujourd’hui, dans le temps de la jeunesse de mon fils elles n’existaient pas sauf un pensionnat dans lequel on n’a pas voulu le mettre, on était sa seule famille, on n’allait pas le rendre malheureux par cette séparation. Nous n’avons pas eu de grandes ambitions pour lui autres que son bonheur et qu’il choisisse lui -même son parcours, il a choisi l’enseignement HELAS car aujourd’hui le cirque continue, aujourd’hui ce sont certains collègues qui prennent le relais des gamins jaloux de jadis et je trouve qu’ils ont justement un comportement immature.. et ça me fiche en rogne ! Pleinement homme et adulte il pourrait se défendre mais justement en tant qu’homme intelligent il ne répond pas à l’agressivité jalouse, à la mesquinerie primaire, il laisse pisser le mérinos, c’est pas bon, il se ferait craindre s’il rendait « oeil pour oeil », dent pour dent, mais non il dit « pauvres gens, ils ont bien assez à faire avec eux-mêmes, ils ne se supportent pas alors se défoulent sur autrui », il a de la compassion pour les imbéciles, ça me scie, moi si j’étais lui je mettrais la raclée verbale, et bien pas lui ! Lui est bon et généreux et le sera toujours, donc toujours bouffé par autrui, je suis sa mère et j’ai de la peine de voir une si belle âme si maltraitée souvent, on vit dans une société médiocre qui a pour politique « le nivellement par le bas », quand quelqu’un d’autre propose une autre façon de faire, on essaie de le détruire ou le copier et s’approprier ses savoirs en taisant d’où ils proviennent ; j’ai donc mis au monde un enfant pour qu’il se fasse dévorer par ce monde stupide ?



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article