Élèves surdoués : l’école peut mieux faire (Le Figaro, janvier 2012)

Le Figaro publie aujourd'hui, 03 janvier 2012 (jour de reprise des cours pour tous les élèves), un article sur la scolarisayion en France des enfants surdoués... :-|

 

Un symposium international insiste sur le parcours scolaire aléatoire de ces enfants.

« Mais, madame, ce n'est pas ici qu'il faut venir chercher des enfants comme ça », n'a pu s'empêcher de répondre un chef d'établissement d'un quartier difficile de Nice à la présidente d'honneur de l'Association nationale pour les enfants intellectuellement précoces (Anpeip), Monique Binda, venue lui proposer une opération de sensibilisation. Anecdote révélatrice des fantasmes qui persistent autour des surdoués.

Pour faire avancer les choses, l'Anpeip a réuni récemment à Nice les meilleurs experts francophones, avec le soutien de la municipalité, très engagée dans ce dépistage, et l'intérêt manifeste de nombreux enseignants ou intervenants auprès des jeunes enfants. Car contrairement aux idées reçues, un enfant surdoué peut se trouver dans n'importe quel milieu. Encore faut-il que ses parents ou un enseignant soient prêts à déceler le potentiel de l'enfant au-delà de ses seules performances. Car ses résultats scolaires peuvent vite s'effondrer si on le maintient dans un carcan éducatif qui ne correspond pas à son mode de fonctionnement.

 

 

POUR LIRE l'INTÉGRALITÉ de l'ARTICLE :arrow: c'est ici !

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

2 commentaires à “Élèves surdoués : l’école peut mieux faire (Le Figaro, janvier 2012)”

  1. gene dit :

    wilfried est repartit au collège en se demandant qu’est ce qu’il va y faire . Sur son bulletin du 1er trimestre , il y avait marqué : des inégalités dans le travail , peut mieux faire . Justement la phrase qu’il fallait pas , lui qui fait tant d’efforts pour s’adapter à cette fichue méthode scolaire !!! Il m’a fallu des heures pour lui expliquer que certains profs n’avaient pas encore compris son fonctionnement et donc ne pouvaient pas reconnaître ses efforts . Comment expliquer à une prof de math que l’année dernière , il ne voulait même pas entendre parler de sa méthode et qu’au 1er trimestre , on est quand même à 17.5 de moyenne . commentaire de la prof: bon travail . rien d’autre . Pour lui c’est une non reconnaissance !! grrr l’éducation nationale m’énerve . Il y a tout de même de l’espoir , ma cousine qui est prof d’anglais , va faire un stage sur les HPI mais elle est sensibilisée avec Wilfried . Espérons que ça va évoluer un peu plus vite .

    • Zebrounet dit :

      Tt ça me rappelle des souvenirs de mes propres années au collège :(
      Je comprends parfaitement la déception de Wilfried comme doit avoir le sentiment que personne (dans ceux qui comptent ! à savoir ses professeurs) ne reconnait tous les efforts que cela lui demande d’être à peu près « dans le moule » (& dieu sait si l’effort est intense pour se fondre ds la masse, sachant qu’on n’y parvient jamais totalement).
      D’ailleurs un article paru ds le Figaro il y a qqs semaines mettait bien en lumière ce besoin de reconnaissance des HQI : http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2011/11/30/dossier-sur-les-adultes-surdoues-le-figaro-sante-novembre-2011/ (l’article qui se trouve en bas de page sur le besoin d’approbation) :!:

      Je crois qu’il faut essayer de passer au dessus de tt cela, d’accorder moins d’importance aux regards & aux avis des autres pour avancer sans être conditionné par leurs réactions (ou leur incompréhension des efforts nécessaires à une personne surdouée pour être ds le monde malgré un certain nbre de difficultés). Plus facile à dire qu’à faire malheureusement… même à l’âge adulte, c’est tjrs un problème ; alors à 12 ou 13 ans… pas évident :-x



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article