Agir contre le harcèlement à l’école

J'ai été contactée par la personne en charge de la campagne "Agir contre le harcèlement à l'École" mise en place par le Ministère de l'éducation nationale, & j'ai accepté de relayer ces informations car le sujet me semble très important :!:

 

Si cette campagne est valable pour les enfants, c'est encore plus vrai pour tous ceux qui sont hors de la norme... Ils sont des cibles plus faciles encore & sont, on le sait, très souvent l'objet de moqueries, d'agressions, de jalousies. Je pense notamment aux enfants surdoués & aux Aspies, mais aussi à tous les enfants présentant une forme de handicap :oops:

 

 

Voici donc quelques éléments de réflexion pour combattre ces agissements, pouvant parfois mener un enfant à une phobie scolaire, une déscolarisation, voire une tentative de suicide :(

 


Les injures - Agir contre le harcèlement à l'École par STOPharcelement

 

 


Les claques - Agir contre le harcèlement à l'École par STOPharcelement

 

 


Les rumeurs - Agir contre le harcèlement à l'École par STOPharcelement

 

 

POUR plus d'INFOS :arrow: www.agircontreleharcelementalecole.gouv.fr

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

2 commentaires à “Agir contre le harcèlement à l’école”

  1. Rainbow dit :

    Cela n’engage que moi, mais la meilleure façon de lutter contre le harcèlement à l’école ainsi que les discriminations, nécessiterait bien davantage qu’un site internet sur le sujet (j’ai vu au journal de 13h que le ministère de l’éducation avait mis une sorte de brochure explicative en ligne du genre: « comment reconnaître que votre enfant est harcelé à l’école si vous ne vous en êtes pas encore rendu compte », je force le trait volontairement).
    Cela fait des années que les associations de parents d’élèves et que les syndicats d’enseignants réclament: Plus de moyens, plus d’argent pour mieux encadrer les enfants, plus de surveillants, plus de pions, plus de profs, plus de classes avec moins d’élèves, plus de soutien, plus d’aide, plus d’écoute… Mais les gouvernements successifs, quels que soient leur sensibilité ont réduit les crédits pour l’école, même si on nous démontre par A + B que l’on paie plus cher par élève aujourd’hui qu’il y a 20 ans (mais TOUT coûte plus cher n’est ce pas?)
    C’est aussi pour ça que l’école ressemble de plus en plus à une jungle….. Alors bien sûr, en tant que parents on peut agir, mais nous qui ne sommes pas PHYSIQUEMENT dans l’école 6 heures par jour, que pouvons nous faire pour aider nos enfants si L’ETAT ne s’en charge pas? Moi ça me désespère, surtout quand on entend les témoignages poignants de tous ces enfants traumatisés au journal de 20 h…..

  2. Papillon dit :

    Bonjour,

    Je rejoins sur certains le témoignage de Rainbow et pour ne parler que notre propre expérience en 2011
    Les surveillants ne font pas de véritables rondes. en effet ses surveillants souvent sont employés pour financer leur études et de part les faibles salaires et leur manque de formation et de motivation, les maltraitances se déroulent sans même qu’ils s’en rendent compte.
    La maltraitance sur mon enfant survenait surtout à l’internat
    Uns surveillante de jour, interpellée par la situation alerte les responsables qui ne réagissent pas. Mon fils va de plus en plus mal jusqu’au jour ou il fait une poussé d’eczéma géant au visage et craque dans le bureau de l' »infirmière. Entre temps, la surveillante qui a constaté que les responsables ne ne prennent aucun mesure alerte la DASS qui débarque au collège 24 h après .
    Tout sera enfin révélé et réglé en quelques heures. Je ramène mon fils à la maison.
    Je dois préciser que l’interne maltraitant était plus âgé et connu pour ses troubles du comportement (suivi psychiatrique) et ils n’ont rien trouvé de mieux que de le placer avec des élèves doux, tranquille et plus jeune. Le camarade de mon fils à quand à lui subit des sévices encore plus violent.
    J’ai du dé scolarisé mon fils afin qu’il se remette de ce traumatisme avec un suivi psychologique, beaucoup d’amour et de tendresse pour lui permettre d’évacuer aussi tout ce qu »il a subit en silence.
    Pour ma part, seul l’établissement est responsable de ces faits car ils ont faillit à leur mission en faisant preuve d’un laxisme intolérable. J’ai ramené mon fils malade le même jour dans l’urgence Cet établissement n’a jamais par la suite pris de nouvelles et se sont contenté de nous appeler pour nous dire que si nous ne venions pas récupérer les affaires de l’internat ils jetteraient tout à la poubelle !
    Ainsi plus tôt que de faire des actions à grand spectacle que l’éducation nationale forment, donnent des moyens, contrôle, et sanctionnent lorsque leurs responsables d »établissement faillissent à leur mission.
    PS : Mon fils est dyspraxique.
    Cette surveillante qui a eu le courage de dénoncer c’est bien fait taper sur les doigts … les responsables n’ont pas du tout apprécié son intervention.
    J’ai travaillé 3 ans au sein d’un établissement et j’en suis sortie très décues. Les plaintes sont négligés, les enseignants font corps avec les responsables impliqués, les parents sont très la reçus et pour certains, je crois qu’on ne devraient pas leur permettre de travailler avec des enfants. Ils ne montrent pas le bon exemple de part leurs comportements.
    Je peux vous assurer que l’on peut dire beaucoup de choses sur les élèves mais ce sont les seuls qui m’ont laissé les plus beaux souvenirs. Même les plus difficiles, les faiseurs de troubles … Je ne regrette ni l’équipe éducative ni enseignantes si ce n’est certains véritablement engagés et passionnés de leur métier. C’est à dire peu, trop peu.
    C’est toute l’éducation nationale qu’il faut revoir.
    Le harcélement à lécole c’est juste l’arbre qui cache une jungle …
    Merci d’avoir pris le peine de lire ce témoignage.



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article