Les parias d’Aubenas, collégiens surdoués

Un nouveau roman dans lequel il est question de surdouement vient de sortir ! :)

 

Il est d'ores & déjà ajouté à la liste du billet que j'ai rédigé sur les surdoués dans la littérature 8)

 

"Les Parias d'Aubenas, collégiens surdoués", écrit par le Dr Patrick MISSE, nous emmène dans le mythique internat du collège privé de l'Immaculée Conception, à Aubenas, en Ardèche.

 

Voici la présentation de l'éditeur :

 

Un étrange nouveau directeur arrive à l’Immac d’Aubenas. Il va bouleverser le quotidien des élèves et en particulier celui des "Frères de sang" qui vont entrer en résistance avec humour et panache contre l’autorité de ce véritable dictateur. Au moment où la partie semble gagnée pour eux, apparaît un mystérieux homme en noir…
L’auteur nous entraîne dans une fiction passionnante inspirée des histoires vraies, souvent extraordinaires, de professeurs, de parents et surtout d’enfants dénommés imparfaitement "surdoués", "précoces" ou "à haut potentiel" et devenus de véritables "Parias". Pourquoi viennent-ils de la France entière se réfugier en Terre Ardéchoise ? Et surtout, que se passe-t-il entre les murs clos de ce collège ?

Préfacé par Madame Sophie CÔTE, fondatrice et Présidente d’Honneur de l’AFEP (Association Française pour les Enfants Précoces), ce "livre", dont le dessinateur PIEM a réalisé l’illustration de la couverture, devrait passionner le lecteur et lui permettre d’avoir un regard différent sur ces "parias" qui trouvent à Aubenas les moyens de s’épanouir enfin "normalement".

 


Cliquez pour ouvrir les détails du roman
"Les parias d'Aubenas, collégiens surdoués"

 

 

J'ai pris énormément de plaisir à lire ces 463 pages ! :-D Avec une mention spéciale pour les 3 schémas "différences" que j'ai trouvé merveilleusement bien pensés ! :up:

 

Les aventures de cette bande de jeunes internes à haut potentiel intellectuel sont fraîches, pleines de rebondissements, bien écrites ;) Mais surtout, en tant que parent de petit zèbre, on ne peut que sourire & être parfois très ému par les différents aspects de leur personnalité, dans lesquels on reconnaît forcément notre EIP :hearts:

 

Que ce soit dans leurs attitudes, leurs réflexions, leurs centres d'intérêt, leur parcours ou encore leurs peurs... on retrouve un peu (beaucoup ?) de notre propre enfant dans chacun des personnages, différents mais complémentaires :!:

 

N'hésitez donc pas à embarquer dans l'aventure de ces albatros ( ;) ) éminemment attachants.
Le roman est non seulement très plaisant, mais il permet en plus de connaître & de comprendre de l'intérieur ce qu'est la douance chez des adolescents, au delà des stéréotypes habituels :round:

 

Un petit mot sur l'auteur, Patrick Misse...

 

Né à Oran en 1956. Rapatrié à Béziers, il se passionne dès l’enfance pour la lecture et la narration d’anecdotes humoristiques.

Interne des hôpitaux, Médecin ophtalmologiste, lauréat de la Faculté de Montpellier, Prix de thèse Fontaine et Midi Libre, il s’est installé à Sète, sa ville de cœur, où il exerce depuis plusieurs années.

Les circonstances de la vie l’ont amené à s’intéresser à des enfants incompris, souvent en souffrance, injustement rejetés. Intervenant dans des congrès, il a recueilli des témoignages poignants qui seront à l’origine des "Parias d'Aubenas", un premier roman dont les héros sont ces enfants dits "précoces".

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

12 commentaires à “Les parias d’Aubenas, collégiens surdoués”

  1. Fredauboulot dit :

    Merci pour l’info. Je vais de ce pas trouver ce livre.

  2. Je compte le finir sous peu.. mais je suis également emportée par leurs aventures…

    Par leurs aventures et leurs tourments…

    Déjà que je n’était pas pressée d’y être (confrontée à la réalité du collège)… mais là…

    En tout cas, on se plait et on tremble avec Charlotte, Yan, Misouo, Loïc et les autres… on rêve d’avoir le Professeur Luminy et on imagine très bien Marianne…

    J’adore

  3. pascale dit :

    je l’ ai commandé hier sur Am… 8)

  4. Misse patrick dit :

    « On rêve d’avoir le professeur Luminy » Il existe (hélas à la retraite) et est encore plus extraordinaire que dans le roman! Il avait même un code avec ses élèves en inventant des mots à partir de racines grecques et latines. Voici l’Hommage que j’ai rendu à Francis, ce professeur inconnu qui nous a téléphoné un jour au cabinet juste pour nous dire alors que nous mourrions d’angoisse : « Votre fils a souri », ce professeur « singulier » qu’on ne peut mettre au « pluriel », cette lumière que j’ai nommé Luminy dans le roman, cet inconnu devenu, en quelques années, presqu’un frère:

    Hommage à Francis Stumbauer:

    En cette rentrée 2011, où la morale est d’actualité, permettez-nous un petit retour en 2005. Cette année là, nous avons reçu, en tant que parents, cette fiche d’information admirable, émanant du Professeur Francis Stumbauer.

    Je vous en prie, prenez le temps de la lire.

    Cette fiche à elle seule résume le dévouement et l’engagement total d’un professeur envers ses élèves et leurs parents.
    C’est une leçon d’éducation en elle-même.

    Nous l’avions déjà reçue l’année précédente, en cinquième puis la suivante, en troisième.

    Depuis, nous avons toujours admiré ce professeur émérite qui a toujours été présent et disponible à la fois dans notre esprit et dans notre cœur.

    Je voudrais lui rendre Hommage en ce jour de rentrée.

    Avec toutes nos amitiés, Francis

    Merci

    Généreuse et Patrick

    lien url vers la fiche d’information:

    https://fbcdn-sphotos-f-a.akamaihd.net/hphotos-ak-snc7/s720x720/304129_2190642019578_2476723_n.jpg

    • Comme cela doit être rassurant , en tant que parent, de recevoir une telle lettre d’information Patrick…

      Parce que j’imagine les angoisses sans nom auxquelles ont doit être soumis en laissant un enfant au plus mal dans un internat, si bon soit-il…

      Et puis dans le roman, il a un bien joli nom d’emprunt ce professeur….

    • carrier valérie dit :

      Bonjour Monsieur, je vous contacte par ce biais suite à des recherches entreprises sur internet pour retrouver les coordonnées de M. STUMBAUER qui fut mon professeur et Directeur d’établissement à ST CAMILLE à ST JUST EN CHEVALET de ma 5ème à ma 3ème dans les années 80.

      Ne l’ayant jamais oublié, je l’ai revu il y a 17 ans à Lyon et ma vie professionnelle et personnelle m’ayant amené à beaucoup de changements je n’ai plus donné signe.

      Hors la semaine dernière, alors que je parlais de LYON, je suis retourné sur internet pour retrouver les coordonnées de Francis, et j’ai été sous le choc d’apprendre son décès il y a un peu plus d’un an.

      Ca ne changera rien, mais pouvez vous me dire s’il était malade, sa mort avait l’air inattendue. Il était jeune pour partir et je pense, avait encore tellement de choses à apporter aux autres tant il était dévoué.

      • A. Zebrounet dit :

        @carrier valérie Il est malheureusement décédé d’une attaque cardiaque :(

        Peut-être avez-vous entendu parler de Sébastien (Bossi Croci), qui vient de publier ce très beau témoignage :
        -> http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2015/10/19/trois-premiers-livres-par-trois-jeunes-auteurs-hpi-emilie-boguet-sebastien-bossi-croci-tiana/
        -> http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2015/11/03/sebastien-22-ans-surdoue-la-precocite-nest-que-rarement-synonyme-de-bonheur-lexpress-novembre-2015/

        Il en parle dans son ouvrage & lui rend hommage :up:

        • carrier valérie dit :

          Merci infiniment pour votre prompte réponse. Je m’en doutais et me dis que s’il n’avait pas été seul chez lui, il aurait pu être sauvé, peut être.
          Je vous remercie aussi pour m’avoir orientée vers le témoignage de Sébastien Bossi Croci, mais depuis une semaine j’ai tout épluché (sur internet) sur M. STUMBAUER, et je l’avais lu.
          Par ailleurs je vais acheter le livre « Les Parias D’aubenas » très prochainement.
          Merci encore et je regrette vraiment de ne pas m’être réveillée avant pour le revoir.
          Bien cordialement,
          MME CARRIER

  5. J’admire également le souci du détail.
    Laisser son numéro de portable en indiquant le réseau.. à une époque où cela pouvait avoir toute son importance….

    Laisser son mail et assurer qu’il sera lu…

    Déculpabiliser les parents qui n’auraient pas de réponse « suffisamment » rapide pour qu’ils n’hésitent pas à rappeler, à insister, à utiliser un autre moyen de communication…

    D’un autre côté, on ressent, on palpe, dans cette lettre d’information, l’urgence des situations, la criticité des états des élèves confiés à l’établissement, la douleur et l’angoisse des parents, celle des enfants…

    Je retrouve là bien l’ambiance du livre… c’est plein d’espoir, on se dit « quelle chance qu’un tel établissement existe pour accueillir des enfants si traumatisés par la vie, par l’école, par eux-même ».. et on espère secrètement ne jamais avoir « besoin » d’envoyer notre enfant dans cet établissement…(même si je suppose que certains y vont en première intention, sans souffrances exacerbées) parce que l’on pressent le mal-être de la plupart d’entre eux et que l’on espère que notre zébrillon y échappera….

    • pascale dit :

      je viens d’ achever la lecture du roman … J’ adhère totalement à votre commentaire , ces sentiments m’ ont accompagnée durant toute ma lecture .

  6. lm dit :

    J’ai été à L’immac pendant trois années parce que j’ai été celon certains medecin un enfant intellectuellement précoce. J’y ai passé les meilleurs moments de ma scolarité, avec des proffesseurs merveilleux qui sans eux je ne serai rien aujourd’hui. J’ai également vécu l’arrivé de ce nouveau directeur.

    Merci à ceux qui on révélé l’histoire de ce lieu qui fut pour nous un espoir, une chance de nous en sortir.

  7. Sabine dit :

    Je suis triste, triste de m’être trompée, j’ai lu le livre, j’ai adoré, mais j’ai tout misé sur le côté « roman », je viens seulement de vous lire, je m’étais trompée……..



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article