Moi, surdoué ? Vous plaisantez ! (Migrosmagazine.ch, août 2012)

© Illustration Oreste Vinciguerra

Un article sur le haut potentiel intellectuel chez l'adulte, publié sur le site suisse Migrosmagazine lundi 20 août 2012 ;)

 

Son titre : "Moi, surdoué ? Vous plaisantez ! " :up:

 

C'est pourtant ce que découvrent régulièrement des adultes, à 30, 40, 50 ans : ils sont surefficients intellectuels !!!

 

Et d'un seul coup, ils regardent sous un angle tout à fait nouveau ce qu'ils ont vécu ; leur vie entière prend subitement une autre allure...

 

 

Les Tribulations d'un Petit Zèbre, le livre du blog !

 

 

 

Et vous ? pourriez-vous être l'un de ces adultes surdoués qui s'ignore ? :-D

 

De nombreux adultes découvrent tardivement leur haut potentiel. Après des années de mal-être, ils se sentent enfin reconnus et soulagés.

Décalé, bizarre, bête, ou même fou. Ce sont les mots qui reviennent le plus souvent lorsqu’on demande à un adulte tardivement diagnostiqué surdoué comment il se sentait face aux autres avant de savoir. Avant la découverte de ce qu’on appelle surdouance, ou haut potentiel. Cette intelligence hors norme qui se caractérise par une curiosité insatiable, un traitement des informations en arborescence, c’est-à-dire par ramification rapide d’association d’idées. Mais aussi par une hypersensibilité, une empathie et une réceptivité sensorielle exacerbées. Un descriptif qui renvoie davantage à l’image du petit génie qu’à celle d’un adulte peu sûr de soi. Ce don peut toutefois se révéler bien encombrant lorsque le principal intéressé en ignore tout.

« On se moquait de moi, on disait que j’étais bête »

Non, être surdoué n’est pas toujours un gage de bonheur, même si certains vivent très bien cette différence. Ni forcément de réussite. Car comment devenir un adulte bien dans sa peau lorsqu’on a passé sa scolarité à s’ennuyer, que l’on se sent déconnecté des autres, dont on ne partage pas les centres d’intérêts, et que cette différence donne lieu à des railleries? «On se moquait de moi, on me disait que j’étais bête car je comprenais souvent différemment les choses», se souvient Sophie, 30 ans, qui a eu la confirmation de sa surdouance il y a quelques mois, et dont le témoignage est à lire ci-contre.

 

© Illustration Oreste Vinciguerra

 

Surdoué, ça veut dire quoi?

L’idée générale veut que toute personne surdouée présente un QI hors norme. Si les hauts potentiels se distinguent par un quotient intellectuel largement au-dessus de la moyenne (130 au minimum, contre 100 pour le commun des mortels), « posséder un QI élevé, n’est pas tellement être quantitativement plus intelligent, mais surtout avoir un fonctionnement intellectuel qualitativement très différent », précise Jeanne Siaud-Facchin, auteure de "Trop intelligent pour être heureux ? L'adulte surdoué" & "L'enfant surdoué : l'aider à grandir, l'aider à réussir".

Chez une personne surdouée, le nombre de connexions neuronales est beaucoup plus élevé. Le cerveau est ainsi dans un état permanent d’hyperactivité. Jeanne Siaud-Facchin parle de «tempête sous un crâne». Le cerveau droit étant privilégié, les surdoués se caractérisent par un traitement global et en images de l’information. Cette particularité est aussi le gage d’une intelligence intuitive, d’une grande créativité et d’une forte implication émotionnelle.

 

POUR lire l'ARTICLE dans son INTÉGRALITÉ :arrow: c'est ici !

 

 

:idea: la psychologue Jeanne Siaud-Facchin est donc l'auteure des ouvrages suivants, que l'on ne présente plus :
♦ "Trop intelligent pour être heureux ? L'adulte surdoué"
♦ "L'Enfant surdoué. L'aider à grandir, l'aider à réussir"

 

     
Cliquez pour ouvrir        Cliquez pour ouvrir

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

3 commentaires à “Moi, surdoué ? Vous plaisantez ! (Migrosmagazine.ch, août 2012)”

  1. bravo pour vos publications d’articles qu’on ne trouverait pas soi-même, ou qu’on n’aurait pas le temps de chercher…Cet article résonne comme les livres de Jeanne Siaud-Facchin ou Monique de Kermadec, et semble pour une fois reprendre l’essentiel de la problématique des surdoués sans air méprisant ou parti pris!
    j’ai fait référence à votre précédent billet sur le plus jeune bachelier de France sur un billet de mon blog…car ça résonnait aussi avec mon sujet « la curiosité » et donc l’envie d’apprendre…merci

  2. Zebra3 dit :

    Bonsoir, c est tout à fait mon cas . J ai près de 40 ans et je viens de decouvrir par une amie que j en étais un. Bilan QI chez neuropsy pour confirmer : 140 . depuis 1 mois je revisite toute ma vie à l envers , c est hyper rassurant d un côté et de l autre c est toute une nouvelle vie qui s ouvre à s accepter différemment. Mon temoignage : si vous sentez que vous en êtes un , n hesitez plus , foncez chez un psy !

  3. Juliette dit :

    oui, oui, ca fait du bien de savoir, mais cela peut être long à retrouver son estime de soi et à se construire… en tout cas c’est mon expérience. pas terrible après une période un peu euphorique, faut arriver à retrouver ses marques ou ses vraies marques.
    bien à vous



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article