Table de conversion percentile-score de QI

Table de conversion percentile-score de QI (création Les Tribulations d'un Petit Zèbre)

Table de conversion percentile-score de QI (création Les Tribulations d'un Petit Zèbre)

Il y a une tendance en France, chez certains praticiens, à exprimer les scores dans un intervalle de confiance (généralement placé à hauteur de 95%) :!:

 

Parallèlement à celle-ci, de plus en plus de psychologues choisissent - comme leurs homologues canadiens - d'exprimer les résultats d'un bilan psychométrique en rang centile (= en percentile), au lieu de donner un score chiffré de QI Total :-|

 

Ils considèrent ce QI chiffré comme une donnée brute, quand d’autres soutiennent qu'il est une donnée interprétée, puisqu'il s’agit d’un score standardisé obtenu à partir de l’analyse & du traitement d’autres données. Score permettant essentiellement de comparer le sujet en le situant sur une courbe obtenue grâce à un échantillon de population.

 

Le souci : la plupart des gens ne savent pas interpréter correctement l'information contenue dans un rang centile. Je le constate très souvent, puisque de nombreux lecteurs m'écrivent pour me demander à quoi correspondent ces fameux percentiles...

 

Courbe de Gauss avec percentiles (© création originale Les Tribulations d'un Petit Zèbre - cliquez pour agrandir)

Courbe de Gauss avec percentiles (© création originale Les Tribulations d'un Petit Zèbre - cliquez pour agrandir)

 

A chaque valeur de QI correspond un rang percentile. Ce dernier permet de situer directement le sujet dans l’échantillon d’étalonnage sous la forme d'un pourcentage.
Plus le rang centile est élevé, plus la donnée a une valeur élevée ou meilleure est la performance. Par exemple un QI de 105 correspond au percentile de 63, ce qui signifie que 63% des sujets font moins bien :dots:
La norme étant située entre 85 & 115.

 

Voici donc un petit tableau qui devrait clarifier les choses :)

 

QI Total

Rang percentile

Note subtest

Écart-type

Dénommination

160

99.997

 

+4.0

(plafond de l'échelle de Wechsler)

159

99.996

THQI

158

99.995

THQI

157

99.993

THQI

156

99.991

THQI

155

99.989

THQI (statistiquement une personne sur 8000)

150

>99.9

THQI

149

99.942

THQI

148

99.928

THQI

147

99.911

THQI

146

99.89

THQI

145

99.865

19 (plafond)

+3.0

THQI (soit un peu plus d'1‰)

144

99.835

Haut Potentiel (HQI)

143

99.798

Haut Potentiel (HQI)

142

99.754

+2.75

Haut Potentiel (HQI)

141

99.702

Haut Potentiel (HQI)

140

99.64

18

+2.67

Haut Potentiel (HQI)

139

99.567

Haut Potentiel (HQI)

138

99.48

Haut Potentiel (HQI)

137

99.261

+2.50

Haut Potentiel (HQI)

136

>99

Haut Potentiel (HQI)

135

98.962

17

+2.33

Haut Potentiel (HQI)

134

98.778

Haut Potentiel (HQI)

133

98.565

+2.25

Haut Potentiel (HQI)

132

98.321

Haut Potentiel (HQI)

131

98.042

Haut Potentiel (HQI)

130

97.725

16

+2.00

Haut Potentiel / HQI (soit 2,2%)

129

97.366

Intelligence supérieure

128

96.96

+1.75

Intelligence supérieure

127

96.505

Intelligence supérieure

126

95.994

Intelligence supérieure

125

95.425

15

+1.67

Intelligence supérieure

124

94.792

Intelligence supérieure

123

94.091

+1.50

Intelligence supérieure

122

92.471

Intelligence supérieure

121

91.543

Intelligence supérieure

120

90.532

14

+1.33

Intelligence supérieure

119

89.435

Intelligence supérieure

118

88.248

+1.25

Intelligence supérieure

117

86.971

Intelligence supérieure

116

85.6

Intelligence supérieure

115

84.134

13

+1.00

Intelligence supérieure

114

82.575

Moyenne haute

113

80.921

+0.75

Moyenne haute

112

79.175

Moyenne haute

111

77.337

Moyenne haute

110

75.412

12

+0.67

Moyenne haute

109

73.401

Moyenne haute

108

71.311

+0.55

Moyenne haute

107

66.913

Moyenne haute

106

64.617

Moyenne haute

105

62.267

11

+0.33

Moyenne haute

104

59.871

Moyenne

103

57.437

Moyenne

102

54.974

+0.25

Moyenne

101

52.492

Moyenne

100

50

10

0.00

Moyenne

 

 

N'oublions pas que les normes sont fondées sur des groupes considérés comme étant représentatifs de la population, en fonction de leur classe d'âge (à noter que pour le Wisc, il y a un intervalle de 3 mois) mais aussi de leur niveau d'étude (pour le Wais uniquement).

 

Cependant, plus on s'éloigne de la moyenne, moins les scores sont précis pour une raison évidente : les très haut QI sont rares (tout comme les personnes très déficientes), y compris dans la distribution du QI des échantillons d'étalonnage. C'est là toute la difficulté d'étalonner les tests dans les sections ≥ 130 ou ≤ 70, portions qui ne représentent chacune que 2,2 à 2,3% de la population :-|

 

A la question qui revient souvent : "les psychologues doivent-ils transmettre le chiffre de QI aux parents ou à l'intéressé ?" Ma réponse est définitivement oui ! Même si tout est affaire d'état d'esprit des parents qui reçoivent ce chiffre...

 

Je sais combien ça peut être perturbant pour certains, lorsqu'ils m'écrivent par exemple pour me demander de l'aide &/ou des explications. Mais je ne suis pas d'avis qu'il faille que les psy gardent le(s) chiffre(s) pour eux (que l'on parle du QI Total comme des autres scores, indices comme subtests).

 

Pourquoi & au nom de quoi le devraient-ils du reste !?

 

Il est par contre certain selon moi que les psychologues devraient bien mieux expliquer & dédramatiser lors des entretiens de restitution ! Ça c'est incontestable, car nombreux sont les cliniciens à ne pas suffisamment répondre aux questions que se posent légitimement les familles :(

 

Je pense qu'il ne faut pas être obsédé par le(s) score(s). Mais, le chiffre (ou plutôt la hauteur du score) compte tout de même, soyons honnêtes :!:

 

Entre quelqu'un (enfant comme adulte) qui a un QI Total de 150 avec des indices homogènes & un autre de 110 (avec une hétérogénéité, ou une homogénéité avec des scores autour de 110 / 115)... il y a des comportements qui diffèrent, profondément 8-O

 

De la même manière qu'ils différeront entre un (T)HPI sans troubles associés, & un (T)HPI avec comorbidités (comme un ou des troubles de l'apprentissage, un TDA/H, un TSA).

 

Pour moi, le chiffre sert à matérialiser ce qui est relativement impalpable & abstrait pour les non-connaisseurs.
Il est donc indispensable à ce titre ; mais ne doit en aucun cas "symboliser", encore moins réduire, l'enfant (ou l'adulte). Avant le bilan, l'individu était déjà ainsi, & on ne doit pas oublier QUI il est au détriment d'un chiffre de QI :up:

 

 

:idea: quelques billets complémentaires à celui-ci :
- Petit lexique en lien avec le surdouement à l’usage des néophytes

 

- Distinction importante entre échelle de Wechsler & échelle de Cattell

 

- Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Wisc-IV (test psychométrique pour enfants en âge scolaire)

 

- Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Wais-IV (test de QI pour grands adolescents & adultes)

 

- Comment est construit un test psychométrique standardisé ?

 

- Questionnements parmi les plus répandus dans vos courriers à propos de surdouement, tests psychométriques, sauts de classe, …

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

122 commentaires à “Table de conversion percentile-score de QI”

  1. sandy dit :

    Valérie, si vous voulez un chiffre de QIT, en attendant un rdv chez le psy, vous pouvez le calculer grâce au QI abrégé de Jacques Grégoire. Il vous faut les notes aux subtests similitudes, matrices, séquences lettres chiffres et symboles. Il suffit de les additionner et de les reporter dans le tableau 35 de son livre (l’examen clinique de l’intelligence de l’enfant ).
    Cela vous apportera une réponse mais attention, encore une fois, ce n’est qu’un chiffre .cela n’enlève en rien l’analyse d’un spécialiste qui vous donnera de plus amples précisions.

  2. valérie dit :

    ok merci beaucoup

  3. crapougnaute dit :

    Bonjour,
    Ma fille en seconde a quelques difficultés, stress en situation d’évaluations qui lui font perdre des points. Ses enseignants trouvent qu’elle cherche toujours trop loin. Une psychologue me propose de lui faire passer un wics4. elle a 15 ans. Est ce judicieux ? Si les résultats ne sont pas bons, cela ne va-t-il pas démobiliser ma fille ? Que ferons nous une fois les résultats obtenus ? en quoi cela peut-il l’aider ?
    Autre question, le tarif est onéreux, y’a-t-il moyen de faire passer ces tests en étant partiellement remboursé ?
    Merci

    • apnice dit :

      Bonjour,
      Je me permets de vous répondre au sujet de prise en charge du test suivant mon cas, je ne sais si vous l’avez déjà fait, sinon voici peut être une piste :
      Nous avons la « Maison des ados » dans notre ville (Nice) avec une équipe de Psy, Pédopsy… très bien qui accueillent les ados gratuitement. Mon fils est venu ici pour une consultation à la fin de sa classe de 3ème, Ensuite on lui a proposé un suivi avec un Pédopsychiatre à l’Hôpital des enfants. Comme le problème de mon fils est lié à la précocité d’après la Pédopsy, elle a proposé de faire le test. Quand c’est l’hôpital qui propose le test, le coût est pris en charge par l’hôpital.
      Voilà ce que j’ai fait, j’espère que cela peut vous donner des idées.

  4. Kidi dit :

    Bonjour Crapougnaute,

    Au vu de son âge, le test WISC-IV semble approprié. Afin de refléter au mieux le potentiel de votre fille, une préparation et un conditionnement peuvent être envisagé. Vider son esprit par la méditation peut être un bon moyen.

    Les résultats permettent de mieux appréhender la personnalité de son enfant et donc de mieux préparer son avenir. De mon point de vu, une chose primordiale pour ces profils reste l’écoute; et même si cela peut s’avérer compliqué de part le flux d’informations généré.

    N’hésitez pas à faire passer ce test à votre enfant et ce même s’il est onéreux, il s’agit de son futur.

    Afin d’étayer mes dires, je vais me permettre de prendre mon exemple qui n’est peut-être pas une généralité.

    A l’âge de 11 ans mes parents m’ont fait passé le WISC-III et la conclusion était la suivante: Le niveau d’efficience intellectuel de votre enfant est très supérieur à la moyenne des enfants de son âge (entre 14 ans, 10 mois et 16 ans, 10 mois). Pour autant mes parents ne m’ont pas traité en tant que tel et aujourd’hui j’en paye le prix fort,
    Au niveau scolaire, je me suis toujours ennuyé et n’ai donc pas assisté au cours. Cependant mes résultats étaient bons (15-18) mais aléatoires puisque je me présentais aux contrôles à mon desiderata. Au final, je suis sorti du cursus scolaire et je ne rentre pas dans le moule de la société.
    Le bac+5 n’est qu’un bout de papier à mon sens et je me refuse à perdre du temps pour le passer.
    Aujourd’hui les employeurs ne me comprennent pas, ne m’entendent pas et malgré mon statut d’ingénieur, je me retrouve sur des postes peu stimulants; ce qui me force à changer d’entreprise tous les 6 mois. Cette fois, il est fort probable que ma recherche d’emploi soit longue et fastidieuse.
    Avec du recul, je me dis qu’il n’est pas donné à tous responsables de gérer ce genre de personnes et je me sens seul. Le bouton off n’existe pas et les gens que j’ai côtoyé ne sont pas capables de tenir la conversation (trop longue, trop poussée des retours que j’en ai eu).

    Alors si vous pouvez éviter cette situation à votre progéniture, je vous en conjure faites le. De plus, le quotient émotionnel des mieux-doués ou surdoués est souvent très élevé et les émotions nous subjuguent.

    Concernant les remboursements potentiellement liés, aucune idée. Pour ma part, nous avons payé plein pot (800 francs à l’époque).

    En espérant que ce commentaire puisse vous aider,
    Kidi

    • kat dit :

      la même pour moi

      sauté des classes, ennuie à l’école et des fois même des problèmes à communiquer à d’autres ce que je vois et comment je le perçois.

      C’est difficile d’être intelligent, surtout comme femme.

  5. Melle Maelle dit :

    Y’a-t-il une différence de calcul du QI total entre le WPPSI et le WISC?

    Je m’explique, ma fille de 4 ans et demi vient de passer les WPPSI III (?) et obtient des notes composites supérieures à celle de mon fils qui avait passé le WISC IV. Néanmoins, son QI total est moins élevé.
    [Pour info,
    QIV: 139
    QIP:138
    Vitesse de traitement:140
    Qi total: 140]

    • A. Zebrounet dit :

      C’est tt à fait normal, le psychologue travaille avec des tables, & pour les enfants, la classe d’âge change tous les 3 mois :up:

      Voyez ce billet :arrow: http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2013/12/29/comment-est-construit-un-test-de-qi/ ;)

      Alexandra

      • Melle Maelle dit :

        Est-ce que vous pourriez développer votre réponse, je ne suis pas sûre de comprendre. Les notes composites ne tiennent-elles pas déjà compte de la classe d’âge?

        On m’avait expliqué pour son frère, qu’étant donné ses résultats assez élevés dans chacun des subtests, il était normal que son QI total soit supérieur aux notes composites. Etant donné que les notes composites sont globalement encore plus élevées pour ma fille je me serait attendu à ce que le QI total soit également supérieur à celles-ci

  6. Elo dit :

    Bonjour,

    Je vous contacte un peu perdue car mon fils de 8 ans qui est en classe double CE2 – CM1.
    Mon fils n’a pas de problèmes dans ses apprentissages. Il a de très bons résultats scolaires mais côté écriture c’est moyen : ses cahiers manquent souvent de soin et il parait par moment dans la lune …

    A la demande de sa maîtresse qui se posait des questions au sujet de mon fils, la psychologue scolaire l’a rencontré et lui a fait passer les tests WISC-IV car suspicion de précocité. Pour information, ma fille, 6 ans est EIP avec un QIT de 134 homogène.

    Lors des tests mon fils a obtenu les notes suivantes:

    Compréhension verbale : 148
    Raisonnement Perceptif: 114
    Mémoire de travail : 118
    Vitesse de traitement: 108

    Cette psychologue a senti mon fils stressé à l’idée de se tromper et a soupçonné un problème orthoptique qui pourrait expliquer certaines notes « moins élevées ». En effet, elle a remarqué que mon fils avait un mauvais balayage visuel, et qu’il repassait plusieurs fois sur certains items ce qui lui a fait perdre du temps lors des tests.
    Elle nous a conseillé d’amener notre fils voir un orthoptiste.

    Le bilan orthoptique a d’ailleurs confirmé que mon fils forçait principalement qu’avec l’œil gauche, son œil droit étant plus faible… entraînant un mauvais balayage visuel et par voie de conséquence un décrochage attentionnel dû à une fatigabilité visuelle.

    Elle nous a quand même donné un QIT de 130 disant qu’il n’était pas valide.

    Du coup je m’interroge sur ces écarts dans les notes… Mon enfant est il EIP, pas EIP ?
    Est ce? ce problème de vision QUI a fait chuté certaines notes ?
    Va t-on découvrir que cela cache autre chose ?

    J’avoue que cela m’angoisse et aimerais avoir votre retour d’expérience sur le sujet.

    Merci par avance pour votre aide.

    • Memepasmal! dit :

      Consultez un neuro,qui vous donnera plus d’indices sur une éventuelle dysgraphie,ou tda(trouble déficitaire de l’attention)

      Sans aucun doute votre Loulou est HP,et peut être que l’écart dans certains items expliqué par un neuro vous aiguillera vers d’autre remediation et surtout des préconisations d’aménagement en classe si cela devient trop pesant.

      Bon courage,

    • rainbow dit :

      Votre enfant est sans nul doute EIP même si son profil est hétérogène. Un bilan complémentaire (tests de personnalité…) peut permettre de déterminer si ces disparités de résultats sont la conséquence d’éventuelles DYS (dyslexie, dysphasie, dysgraphie, dyscalculie….) et/ou TDA/H et/ou de problèmes visuo-moteurs.
      Mes enfants ont des scores très élevés en verbal mais sont très moyens (normaux) en vitesse de traitement. Tous deux sont dysgraphiques et se servent d’un ordinateur à l’école pour écrire. Tenir un stylo, manger avec une fourchette et faire leurs lacets de chaussures est pour eux quelque chose de très compliqué et n’est absolument pas naturel ni automatique, même ado. C’est quelque chose qu’il faut apprendre à compenser car cela ne se corrige pas, même si en consultant des ergothérapeutes cela s’est un peu amélioré. L’amélioration n’a toutefois pas suffit pour obtenir une écriture qui leur permette de suivre en classe. D’où l’ordinateur portable…. Un neuropédiatre peut vous aider à y voir plus clair, ainsi qu’un ergothérapeute, qui bien que n’étant pas médecin, sait reconnaître les résultats des tests et saura, le cas échéant, vous adresser à un médecin qui pourra vous le confirmer en consultation.

  7. Jeanne dit :

    En Belgique non plus, les psychologues ne donnent pas LE chiffre. On reçoit les chiffres des différents tests, le graphique, le pourcentage et un long bilan oral comme écrit. Je parle de trois expériences différentes pour trois enfants différents et dans trois structures différentes. Chaque fois cette même procédure (5 rdv, un premier entretien, trois pour les tests avec également tests sur les intelligences multiples, puis un long débriefing et remise d’un compte-rendu détaillé. Le tout d’une grande aide pour mes trois enfants. Aucun besoin d’un score global. Pour quoi faire? Les comparer?

  8. lucile dit :

    Bonjour,
    je suis psychologue et maman d’un petit zèbre… je ne pratique plus mon métier de psychologue et me réfère volontiers à mes « confrères » pour nous accompagner…
    Le débat rempli les université tout autant, nous-mêmes sommes sommés de répondre « donner ou pas les chiffres? » personnellement je les donnais MAIS : je réalisais un rapport d’une dizaine de page par Wisc, car chaque score était expliqué, l’interêt du percentile, les marges d’erreur…le sens de telle score ou de tel autre, le sens que on attribue à deux subtests qui semblent allé dans le même sens etc…et enfin : LA VALEUR PONCTUELLE DE TOUS LES CHIFFRES !
    il y a des enfant HP qui rattraperont leur classe d’âge avant l’âge adulte, il y a des enfants avec de mauvais scores qui seront décelés HP plus tard… etc…car le wisc ne mesure pas que les compétences cognitives de type logiques ou verbales… c’est bien plus riche que cela. On admet que les scores sont valables pour 2 ans… ne refaites pas passer de bilan sans raison (difficultés nouvelles ou qui se pérennisent) tous les 2 ans; mais sachez malgré tout que votre enfant a 127 n’est pas 127 toute sa vie, cela ne le définit pas, cela donne une image de son fonctionnement cognitif au temps T… d’où le problème avec les chiffres, soyez honnête et dites moi combien d’entre vous ont une image « score » du QI de son enfant quand il en parle, moi-même alors que je suis formée, il m’arrive de le faire… c’est tellement faux pourtant!

    • Bridgette dit :

      @lucile
      Très intéressant votre commentaire Lucile, mais il y a quelque chose que je ne comprends pas…. Que voulez-vous dire par « il y a des enfant HP qui rattraperont leur classe d’âge avant l’âge adulte » ?

      • lucile dit :

        les tests de QI de Wechsler sont « construits » à partir d’un courbe de gauss qui représente précisément une classe d’âge, je ne sais plus (j’ai raccroché mes gants il y a bientôt 5 ans) mais pour les enfants c’est un trimestre ou un semestre : mettons que votre enfant ai 6 ans et 2 mois, sa classe âge est entre 6 ans et 6 ans et 3 mois… dans sa classe d’âge on attend que pour chaque subtest (épreuves) l’enfant ai tel ou tel score ce qui le classe dans la moyenne (le gros ventre de la courbe de gauss)… si votre enfant a des scores »au dessus de la moyenne de sa classe âge » (là où la courbe diminue car elle comprend moins de gens), voir selon les scores qu’il présente un profil cognitif « précoce » (et autres synonymes), c’est parfois possible de découvrir qu’il a « exactement » le profil de la classe d’âge supérieure (voir plusieurs), il a par exemple le profil d’un enfant moyen de la classe d’âge 7 ans et 6 mois… quand un enfant « rattrape sa classe d’âge » c’est quand il revient en conformité avec ce qui est attendu dans la norme (au sens statistique du terme) de sa classe d’âge, dans le gros ventre de la courbe de gauss… en fait clairement à chaque classe d’âge sa courbe de gauss, réussir tant de cube à 6 and et 2 mois et tant à 15 et 6 mois … etc…. et vous êtes dans la « norme » faire moins ou faire plus c’est être dans les parties basses de la courbes et donc « hors norme »! … je suis heureuse d’être du côté des « mamans » et de pouvoir apporter mon expertise… n’hésitez pas…

        • Bridgette dit :

          @ Lucile,
          Merci pour ces précisions. Grâce à vous, je crois avoir compris le principe. Maintenant ce que j’aimerais savoir, puisque vous m’invitez gentiment à faire appel à votre expertise de psy, c’est si dans votre pratique professionnelle, vous avez réellement croisé des enfants pour lequel une précocité était décelée lors d’un test de Wechsler, et qui lors d’un test ultérieur (et suffisamment éloigné dans le temps du premier pour être valide) ne présentaient plus cette précocité, c’est-à-dire pour reprendre vos termes, avait rattrapé leur classe d’âge.

          • lucile dit :

            Ma pratique fut trop courte pour cette étude longitudinale, et les rares enfants que j’ai re-testé allait plutôt dans la confirmation ou le sens inverse, mais ce n’est pas exclu car dans les différents facteurs par exemple il y a l’intelligence sociale.
            Imaginons un « être » avec des compétences logico-mathématiques très fortes et verbales impressionnantes, imaginons, maintenant que c’est être en grandissant se marginalise (ce qui est fort probable chez les zèbres isolés, les adultes à haut potentiels se sentent parfois tellement différents qu’il s’excluent du monde, ou augmentent leurs consommations de toxiques). Il aurait donc toujours les « compétences » cognitives analytiques mais ne serait plus connecté aux évolutions sociétales, vois aurait « abîmé » certaines parties de son cerveau… il pourrait donc « rattraper » sa classe d’âge… au contraire, on peut imaginer que certains se « normalisent » par soucis d’intégration, ne donnant plus à leur superbe machine de quoi travailler, travaillant à vide elle pourrait finir par se détraquer…
            il y a aussi les troubles psychiques qui peuvent altérer les compétences décelées enfant et qui chutent avec l’apparition d’une dépression, d’une schizophrénie… bref, tout est envisageable, n’oubliez pas que le QI est un « super score » qui rend compte de nos compétences cognitives à tous niveau, de notre adaptation sociale à notre compréhension de l’espace et du temps, à notre compréhension conceptuelle…etc. qu’un seul de ces facteurs chute et c’est toutes les données qui varient…

  9. Thirty-one dit :

    Je ne savais pas qu’on pouvait accorder tant d’importance à ces scores. J’ai essayé de me souvenir et je ne connais toujours pas le mien, je suis un peu dans le déni… Mon enfant de 4 ans n’a pas passé de bilan et n’en passera pas à priori puisque bien dans ses baskets ( scolaires) , une classe vient d’être sautée et sa neuropsy. ne voit pas l’utilité de l’embêter avec ça …. Je ne sais pas si j’aurais toujours ce nombre en tête ceci-dit, je ne pense pas .

    Rattraper sa classe d’âge à l’âge adulte? Je ne comprends pas non plus.

    • lucile dit :

      Voir la réponse au-dessus, mais c’est pareil pour les adultes, et même mieux, c’est aussi par sexe! une femme de la classe d’âge 50 ans, on attend tel et tel score (car c’est ce qui représente la « norme » encore une fois, telle qu’elle est réévaluée, d’où l’importance de passer le test le plus récent!), mais un homme de 50 a peut-être d’autres normes, idem à 20 ans, à 80… même si là, ça vous parait évident (le vieillissement cognitif et bal bla bla, et l’immaturité, la ménopause…), en fait notre cerveau et notre psychisme sont des petites bêtes « normées », et c’est justement ce qui nous permet de déceler les gens qui présentent un écart à la norme, comprendre où et pourquoi, et les accompagner au mieux…. j’espère que je suis claire, si jamais un de ces 4 je proposerai à la zébrette en chef de répondre à vos questions sur la « construction » du test pour mieux comprendre son interprétation, sa sensibilité, mais aussi son caractère peu prédictif…

  10. COURENQ dit :

    bONJOUR
    Je suis à la recherche de tout ce qui est publié sur la WPPSI 4. Je pense qu’au Canada il a dû y en avoir déjà! mais je n’ai rien trouvé de bien intéressant. Peut-être que les associations là-bas ont déjà réfléchi sur ce nouveau test et échangé .
    Je suis psy et je viens de découvrir la nouvelle WPPSI avec des améliorations et des choses moins bien. J’ai peur par exemple qu’elle peine à détecter les EHP car la part de la réflexion y est selon moi, bien moins importante que dans la WPPSI 3.
    Je voudrais l’avis d’autres psy, pouvoir échanger avec eux. Avez vous des avis à ce sujet ?



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article