Après-midi au laser game pour les 10 ans du zébrillon

laser_gameAprès les épisodes un brin mouvementés du mois de janvier (évoqués ici & ), le calme est enfin revenu tant au collège que dans les cœurs.

 

Le week-end dernier, le zébrillon fêtait ses 10 ans avec ses copains au laser-game :-D

 

Il y avait invité ses amis de longue date, ainsi que deux copains de classe :)

 

Parmi ces fameux copains du collège l'un, que l'on nommera A. , vit juste à côté de chez nous. Aussi je m'étais proposée de le prendre dans la voiture, afin d'éviter à sa mère (qui a un bébé) de se déplacer.

 

C'est donc accompagnés de A. que le zebrounet & moi sommes arrivés sur les lieux. Au même moment, les vieux amis arrivaient sur le parking. Nous sommes donc entrés tous ensemble dans le laser-game où était déjà le 2nd copain de classe, que l'on nommera D. :-P

 

Il nous attendait, aux côtés de sa mère. J'allais donc les accueillir, histoire d'échanger quelques mots & alors que la maman nous saluait en partant, une copine (la mère de la meilleure amie du loustic, qui a elle-même un an d'avance & est cette année en CM2) me dit :

 

Ah ! Tu as aussi invité D. !?

 

Moi, très étonnée qu'elle connaisse le fameux D., puisqu'il est en 6ème avec le mien... & que sa miss n'est encore qu'en primaire !??

 

Ce à quoi elle me répond qu'il était dans la classe de sa zébrette en Grande Section ! Elle, de son côté venait de sauter la MS, & lui, ce petit actuellement dans la classe de mon zebrounet, a sauté le CP l'année suivante :roll:

 

Je constatais avec surprise que, de toute la classe, mon loustic avait invité les 2 camarades qui avaient, comme lui, des années d'avance (une année pour eux & deux années pour lui) :!:

 

MineCraft cake

 

La fête se déroula à merveille. Les enfants se régalèrent dans les 400m2 de labyrinthe, adorèrent mon gâteau MineCraft & tout le monde passa un excellent moment, avec beaucoup de rires :-D

 

Bref, un bel après-midi, facile & joyeux.

 

En repartant, alors que A. & mon zébrillon papotaient à l'arrière de la voiture, je leur lance en regardant dans mon rétro intérieur :

 

Je ne savais pas que D. avait lui aussi sauté une classe !

 

Et là, hagards, ils me regardent sans comprendre. Je répète donc... & je vois les 2 zigotos exploser de rire ! :-?

 

Le zébrillon m'explique que je dois me tromper ! Que ça ne peut pas être ça & que D. n'a pas pu sauter de classe. A. acquiesce à côté de lui & tous deux semblent catégoriques sur ce point : c'est exclu qu'il ait un an d'avance.

 

Mais je vous assure enfin ! Je le lui ai d'ailleurs demandé dans l'après-midi & il me l'a lui-même confirmé : il a sauté le CP.
Mais j'aimerais bien comprendre pourquoi vous êtes si persuadés qu'il "ne peut pas" avoir sauté une classe ??? :-|

 

Les 2 me sortent alors une liste d'arguments longue comme le bras, pas toujours très objective (ce que je ne manque pas de leur signaler) : il ne travaille pas très bien, est particulièrement dissipé en classe, a beaucoup de mots sur son carnet parce qu'il fait le pitre, il fréquente aussi les pires de la classe, il ne leur a jamais rien dit, & pourquoi l'aurait-il caché avec qu'il savait q'A. avait 1 an d'avance & le loustic 2 ans, etc.

 

Je leur ai rappelé qu'ils étaient bien placés pour savoir que ce n'était pas toujours agréable & facile à vivre d'être le plus petit (A. est très petit en taille) ou le plus jeune d'une classe. Et qu'il est fort à parier que D. a voulu taire cette année d'avance pour ne pas subir ces désagréments. Ce que l'on peut comprendre aisément :oops:

 

Finalement, ils avaient surtout le sentiment qu'il ne leur ressemble pas tout à fait, ont-ils fini par me dire après quelques minutes d'échanges.
Je remarque pourtant qu'inconsciemment le zébreau s'est suffisamment senti en confiance avec lui pour l'inviter à son anniversaire. Il m'a précisé que même si les relations qu'entretenait D. avec certains casses-pieds de la classe lui déplaisaient, il aimait bien parler avec lui sur Skype ! ;)

 

Ce jeune D. est-il un zèbre qui a décroché scolairement parlant ? Essaie-t-il simplement de se fondre au maximum dans la masse en jouant les clowns & en collectionnant les mots de professeurs ?

 

Ne le connaissant pas du tout, je n'en sais rien. Je ne peux que faire des suppositions mais en tous cas j'ai trouvé amusant que, sans le savoir, le zébrillon se soit entouré des 2 camarades ayant eu, comme lui, un parcours accéléré :-P

 

Ce n'est pas la première fois que je remarque que les enfants HP se reconnaissent entre eux, & ce, même s'ils ne s'en rendent pas forcément compte de manière consciente.
Attention, ils ne deviennent pas pour autant automatiquement les meilleurs amis du monde ! Ils n'ont parfois absolument aucune affinité. C'était arrivé en CE1 par exemple, avec un garçon THQI à l'opposé du petit zèbre. Cet autre enfant HP était très agité, dans une forme d'agressivité physique qui ne correspondait pas du tout au tempérament du mien. Mais s'ils n'étaient pas proches durant cette année scolaire, ils s'étaient très vite identifiés l'un l'autre, à ma grande surprise à l'époque :round:

 

En tous cas cet aprèm au laser-game a permis au loustic de resserrer des liens qu'il avait commencé à tisser avec ces 2 copains & de modifier quelque peu le regard qu'il porte sur ses amis collégiens, en intégrant le fait que non, il n'est pas seul à se sentir différent au sein de la classe :up:

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

20 commentaires à “Après-midi au laser game pour les 10 ans du zébrillon”

  1. fab dit :

    vous parlez du laser game de Vaulx en Velin?
    si oui on est voisine
    je suis a Genas
    d’ailleurs si certains d’entre vous habitent Genas? mon zebrillon à 6 ans

  2. Agnes dit :

    contente que ca se soit bien passe. Par contre ce qui me depasse c’est ce regroupement par enfant qui ont saute ou pas une classe, comme si l’age avait quelque chose a faire avec HQI ou THQI et qu’ils se regroupent parce qu’ils sont HQI ou THQI et qu’ils ont suate des classes… ils reproduisent eux meme ce systeme de « segregation » comme si un an ca faisait une difference. et quel est le probleme si le gamin (A) a saute une classe ou pas! Peut etre que c’est typiquement francais. Ici les gamins se melangent par affinite, pas par annee d’avance ou de retard. Les gamins en classe montessori ont parfois jusqu’a 5 ans d’ecart (3 ans en commun plus ceux qui sont nes en debut d’annee scolaire et donc sont plus ages et ceux en fin d’annee qui sont les plus jeunes) et les grands sont avec les petits, les THQI avec les autistes et ca tourne. Les gamins aux scouts ont aussi beaucoup d’ecart… bref je suis depasse par cette separation, Encore une fois c’est peut etre typiquement francais.

    • A. Zebrounet dit :

       » Par contre ce qui me depasse c’est ce regroupement par enfant qui ont saute ou pas une classe, comme si l’age avait quelque chose a faire avec HQI ou THQI et qu’ils se regroupent parce qu’ils sont HQI ou THQI et qu’ils ont suate des classes… »
      Non pas du tout ;) Tu n’as pas saisi ce que je voulais dire.
      Ce n’est pas ce qu’il fait ni ce que j’ai voulu faire passer comme idée ou comme raisonnement. Il avait justement invité ce copain sans penser une minute qu’il pourrait être EIP ou qu’il ait sauté une classe.

      « Ici les gamins se melangent par affinite, pas par annee d’avance ou de retard. »
      Oui, de même ! Et c’est ça qui est drôle -> les affinités qu’il a avec ce petit D. dépassent l’analyse consciente qu’il pourrait en faire en disant « il est HP / il ne l’est pas » ou « il a de l’avance / du retard » :)

      Le zébrillon a des amis de tous âges : il Skype tous les jours avec des geeks comme lui de 17 / 18 ans, il est le + jeune du collège & a des copains autant en 6ème qu’en 3ème. C’est dire si l’âge ne le préoccupe pas.
      Mais les centres d’intérêt font souvent, sans le vouloir, un travail de regroupement inconscient. Forcément, des enfants en primaire, par exemple, qui se passionnent pour le système solaire auront des affinités & iront l’un vers l’autre. Et ils n’en auront pas avec ceux qui parlent télé-réalité ou foot :roll:

      Nulle ségrégation là-dedans, mais une attirance intellectuelle fort normale !

  3. Bénédicte dit :

    Un grand merci à vous pour tout ce partage!
    Mes enfants sont encore jeunes mais vos articles sont très intéressants! Le temps passe si vite!
    Une grande fille de 7 ans 1/2 et un grand garçon de 4 ans, dans une famille totalement concernée par la zébritude.

  4. Fredauboulot dit :

    Contente de lire que ça va mieux au collège. :)
    Chez nous aussi, le laser game est en train de faire des adeptes. Le centre aéré les y a même emmené.

  5. Maïka dit :

    Oui c’est totalement fou comme les HPI se rencontrent !
    Je me suis rendu compte il n’y a pas si longtemps que toute ma bande d’amis proche était dans mon cas (5 personnes) ! Alors qu’on ne s’étaient mutuellement jamais rien dit !

  6. kyrilluk dit :

    L’episode ou les surdoues se reconnaissent me rappelle « la nuit des enfants rois »… :)

  7. Juliette dit :

    Alors moi aussi, je suis nouvelle dans la connaissance des hpi, ayant été testée récemment, après beaucoup d’hésitations, mais certainement pour mettre des mots sur des blessures personnelles et aussi pour mieux guider mes enfants. De la même façon, je me suis rendue compte que mes proches ou du moins ceux avec qui j’avais des affinités étaient aussi hpi.

    Donc, je suis dans une période où j’ai encore beaucoup de doutes sur ma démarche et sur la façon dont je vais vivre avec ce chiffre de QI, tendance THQI. Donc voici, un peu en vrac quelques réflexions et questions qui me préoccupent :
    Je suis quand même un peu effrayée de voir tous les commentaires de hpi qui font tester leurs enfants jeunes et qui semblent dire que c’est le système scolaire non adapté qui est le seul responsable des échecs potentiels des enfants HPI. Je ne vois pas de remise en cause de la famille et de son vécu pour expliquer les potentiels problèmes des enfants.
    Hormis le fait que les associations de parents ont certainement un rôle important à jouer dans des cas délicats de saut de classes, orientations non désirées par l’enfant, je crains d’un effet pervers et une tendance à un autre extrémisme en créant des ghettos à hpi en proposant des activités entre hpi et pour hpi par ces mêmes associations.
    Je m’interroge aussi sur la façon dont les enfants vivent ce QI et si de fait cela ne développe chez eux pas un sentiment de supériorité qui n’a pas lieu d’être.
    Je me demande si ce besoin de faire tester les enfants et de leur faire sauter une classe n’est pas la juste pour rassurer les parents par rapport à l’avenir de leurs enfants ou pour leur égo personnel.
    Je ne vois pas forcément beaucoup de tolérance aux autres avec qui il faut composer de toute façon et pour qui le système scolaire n’est peut être pas mieux adapté.

    Désolée si mes commentaires choquent, mais par avance merci à tous ceux qui voudront bien échanger sur ce billet.

    • A. Zebrounet dit :

      Bjour,

      Je crois que vous abordez ces questions pr le mauvais bout :)

      « Je suis quand même un peu effrayée de voir tous les commentaires de hpi qui font tester leurs enfants jeunes et qui semblent dire que c’est le système scolaire non adapté qui est le seul responsable des échecs potentiels des enfants HPI. Je ne vois pas de remise en cause de la famille et de son vécu pour expliquer les potentiels problèmes des enfants »
      On peut « voir » de tout… ou ne pas voir, si l’on n’en a pas envie.
      Perso, à travers tous les témoignages que j’ai chaque jour depuis des années je constate qu’il y a des réactions très différentes parmi les familles d’enfants HP, loin de la caricature que vous en faites par ces mots ;)

      « je crains d’un effet pervers et une tendance à un autre extrémisme en créant des ghettos à hpi en proposant des activités entre hpi et pour hpi par ces mêmes associations. »
      Là encore, ce choix relève de chacun.
      Moi par ex. je n’ai jamais adhéré à aucune asso, mon fils est THQI, a 2 ans d’avance, je suis moi-même THQI & Asperger, mais notre vie ne tourne pas autour de cela.
      On pourrait faire de même avec des familles pour qui les convictions religieuses sont importantes. Mais est-ce qq chose que l’on retrouvera chez une majorité de familles ? Non, seulement celles ayant fait ce choix, qui leur appartient.

      « Je m’interroge aussi sur la façon dont les enfants vivent ce QI et si de fait cela ne développe chez eux pas un sentiment de supériorité qui n’a pas lieu d’être. »
      Et c’est là que l’on voit que ce sujet est ts nveau pour vous. Un peu de lecture répondrait à votre question, abordée maintes & maintes fois par les plus gds spécialistes du surdouement -> http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2013/12/16/quels-livres-sur-le-surdouement-pour-quel-public/

      « Je me demande si ce besoin de faire tester les enfants et de leur faire sauter une classe n’est pas la juste pour rassurer les parents par rapport à l’avenir de leurs enfants ou pour leur égo personnel. »
      Un enfant (T)HQI est (T)HQI depuis tjrs (& le restera tte sa vie). Un bilan permet seulement de mettre en évidence la chose, que ce soit à 5 ans, à 10 ou à 30, la personne est la même avant ou après avoir obtenu des scores de QI.
      Vous vous trompez en considérant le besoin du coté des parents, car il est précisément du côté des enfants. Certains vt bien, & il est mieux de les bilanter à ce moment-là (avant que des soucis n’arrivent, sans qu’on n’en comprenne la cause), d’autres vt ts mal, parfois ts jeunes & st bilantés dans l’urgence de situations parfois dramatiques.
      De même pour le accélérations : voir la chose comme une satisfaction parentale c’est ne pas avoir conscience de la réalité de la souffrance des enfants HP (& plus encore lorsque les capacités st très hautes) face à un système scolaire fait pour convenir à la norme (établie à 100).

      Ainsi, un enfant qui a un QI total de 150 aura plus de 3 écarts-type de différence avec les enfants de la classe étant tout à fait normaux. L’écart est plus grand encore que celle entre un enfant normal (aux environs de 100) & un enfant intellectuellement déficient (QI < de 70), mai à noter que ds ce cas-là, il n'y a qu'une 30aine de points... Comment réagirait un enfant normal s'il était toute la journée dans une classe d'enfants intellectuellement déficients & que tout était adapté à leur rythme, à eux ? Il le vivrait très mal & aurait le sentiment de ne rien apprendre. C'est exactement la configuration ds laquelle se trouvent certains enfants doués. Pas tous, car tous n'ont pas 150 de QI, certains cumulent aussi des troubles associés (TDA, Dys, etc.) qui leur mettent des bâtons ds les roues & compliquent un peu plus leurs journées d'école. Mais globalement, ce parallèle permet de mieux mesurer combien il est difficile pour un enfant hors norme de vivre "au ralenti" dans un univers construit pour la majorité, dont il ne fait pas partie ! :(

      "Je ne vois pas forcément beaucoup de tolérance aux autres avec qui il faut composer de toute façon et pour qui le système scolaire n’est peut être pas mieux adapté."
      Ah ! C'est pourtant aux enfants (T)HQI (comme aux adultes (T)HQI) de se fondre ds les divers moules de notre société. Il me semble que la tolérance & l'adaptabilité imposée (nécessaire) est bien plus présente & palpable au quotidien ds ce sens là qu'envers les personnes hors norme...

      • Juliette dit :

        Bjr
        Merci sincèrement pour votre réponse matinale. Le chemin est certainement encore long pour un hpi (tendance THQI avec un trouble dys perceptible) découvert tardivement et en questionnement par rapport à ses propres enfants.
        Je m’interroge, doute, tout en essayant de considérer la question de différents points de vue, notamment aussi celle de l’enfant dans son environnement familial, qui a connaissance ou pas de ce qu’est le fonctionnement du hpi. Il y a encore certainement tellement à apprendre sur le fonctionnement cognitif (des hpi ou non) que les solutions proposées actuellement pour le bien être des enfants « hors norme » ne sont peut être pas optimales. Mon doute est là, peut être tellement présent que les souffrances dont vous parlez, je les ai vécues et les vis encore dans un monde du travail aussi inadapté aux gens « hors norme ».

        • Agnes dit :

          Bonjour Juliette,
          J’ai lu votre decouverte et vos interrogations. La question pour vous et pourquoi vous avez fait tester vos enfants.
          Je pense que le milieu familiale a plus a jouer que le milieu scolaire – c’est mon experience personnelle – et je n’espere rien de l’ecole simplement qu’elle ne detuise pas mes enfants.
          Mes enfants sont THQI, le savent (mais pas les chiffres), c’est beaucoup plus facile a gerer. Quand il y a un truc qui ne va pas, on peut expliquer qu’ils reagissent comme ca car ils sont THQI. A l’ecole (je suis aux US) ils sont en classe « normale » n’ont pas saute d’annee sont regroupes par niveau (en sport comme en maths) Ils ne se sentent pas superieurs, simplement differents comme un des copains en chaise roulante. Ils ont des classes differentes comme le copain en chaisse roulante.
          Les tests (faits par A. Adda) m’ont indique comment mes enfants fonctionnaient, rien d’autre, peut etre qu’en France ils servent a faire sauter des classes si c’est « la » solution. Bref je crois que vous avez raison le milieu familiale est tres important et pour moi plus important que n’importe quel autre.
          Bonne lecture et bonne decouverte!

          • Juliette dit :

            Bonjour et merci Agnès
            Je viens juste d’être testé. Pas les enfants, mais je les sais concernés. Pas de soucis d’apprentissage scolaire, têtes de classe. La plus grande en lycée moins impactée peut être car de fin d’année et elle a su trouver des activités et des centres d’intéret qui semblent lui permettre de s’épanouir. Le plus petit au collège est plus difficile à gérer et présente effectivement des signes d’ennuis sans avoir trouvé ses centres d’intéret. Mes interrogations et mes recherches sur le surdouement sont en lien avec moi (meilleure compréhension de mon fonctionnement et de mon « mal être » en lien avec mon histoire familiale -je ne suis pas sure que un saut de classe m’aurait apporté qc) et en lien avec le bien être des enfants (est ce important de les faire tester car trop tard pour des sauts de classe?).
            Par rapport à mes questions de mon 1er billet (et pardon à tous ceux que j’ai pu blesser) : ai je raté qc pour les enfants en découvrant cette douance tardivement, quelle est la bonne attitude à avoir ?
            Pour l’instant, je pose (ou j’essaie de poser) un regard nouveau sur (i) mes enfants en étant plus à l’écoute et en leur proposant de cultiver et apprécier leur différence potentielle tout en étant tolérant avec eux et les autres et (ii) sur les gens en général, hpi ou non.
            Effectivement, comme je l’ai écrit aussi ce matin, je m’interroge sur les bonnes attitudes à avoir car les connaissances sur le fonctionnement cognitif ne sont pas je crois arretées ainsi que les interprétations sur les test qi.
            J’avais juste envie de dire que hpi ou non le poids de l’insconscient familial est important (peut être pas bien dit) et que il me semblait que de fait on ne pouvait pas ramener les difficultés des enfants hpi (que je ne renie pas) à la seule structure scolaire.
            Merci à tous pour ces échanges.

            • Rayures*5 dit :

              Bonjour,

              Juliette je partage tes questionnements sur la place accordée à nos zèbres…qui restent des enfants avant tout. Notre société, certes, ne leur est pas bien adaptée. Mais à qui est-elle parfaitement adaptée?? Le système scolaire est ce qu’il est, nous devons faire avec ET avec nos histoires familiales. Il m’est évident aussi que celles-ci interviennent de manière cruciale dans le développement de la personnalité de nos zébrillons.
              Ma situation familiale en est une illustration… J’ai 3 enfants dont un (t)HPI et dyspraxique compensé (Aspi?), 2 plus petits avec des signes évidents, tbs anxieux mineurs chez le deuxième. Mon neveu est HPI avec tb de l’attention et dysgraphique , sa sœur sait lire seule en GS. Le neveu de mon mari a sauté une classe, très actif, son petit frère est agité++ avec tics+tocs et la petite sœur a marché à 9 mois, très en avance en langage. 3 familles différentes dans les principes éducatifs avec des résultats qui se ressemblent si ce n’est dans l’intensité et la nature des symptômes (preuve que l’éducation joue quand même un peu?). Influence de la génétique et de la psychogénéalogie mêlées, et aussi de la société…d’autres faits similaires à d’autres générations…impossible de savoir qui de l’œuf ou de la poule!
              Je voulais aussi vous dire que les sauts de classe ne sont pas toujours demandés par les adultes…Nous étions contre, mon mari et moi. C’est mon fils qui en a fait la demande lui-même, et a su argumenter jusqu’à nous convaincre…Les enseignants l’ont bien reçu pourtant trèès prudents sur le sujet. C’est là qu’il a été testé…Il n’a aucun sentiment de supériorité, sait que chacun a ses particularités et ses forces. Même histoire pour son cousin du même âge (ailleurs) sauf que lui se sent supérieur, mais ses parents aussi…
              Bon courage dans ta quête, je suis dans la même à travers mes loulous…et au passage bon anniversaire au loulou de A.Zebrounet, qui est donc de 2004 comme le mien!

              • Tigerlily dit :

                Juliette, je suis d’accord avec rayures*5, l’histoire familiale joue beaucoup et à toutes les générations. Je suis d’une famille avec parents EIP, 3 frères 3 soeurs, on est tous HQI ou THQI, Pour mes parents, nous élever en répondant à toutes nos questions étaient une évidence, avant même de comprendre (parce que problèmes à l’école pour les 4 derniers et donc bilans) qu’on était EIP. On a fait pareil à la généraiton suivante. 8 petits enfants de 4 couples différents, tous EIP sans aucun doute.
                Pour revenir aussi sur les sauts de classe : mes 2 enfants ont été bilantés suite à de gros problèmes à l’école : enfermement sur elle -même, agressivité et énormes colères pour la petite, passivité totale et désintérêt de plus en plus inquiétants pour le grand, refus de plus en plus marqué de l’école pour les 2. Nous avions commencé par élargir leur horizon (danse, musique, sorties scientifiques adaptées, etc) mais sans succès dans leur attitude vis à vis de l’école. C’est à la demande de l’école que la petite a été bilantée et à leur demande aussi qu’on a eu un début d’adaptation de son programme, très vite suivi d’une adaptation plus grande demandée par l’inspectrice d’académie. Depuis c’est le jour et la nuit, elle est heureuse d’aller à l’école, travaille bien, les institutrices se sont réconciliées avec elle et avec nous (parce qu’au début d’après l’une d’elle, ses colères étaient un signe qu’on ne lui donnait pas assez de fessées ! qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre…), et du coup le passage du grand dans la classe supérieure en cours d’année a été proposé par l’école, et il y a retrouvé une vraie joie d’apprendre (en plus il fait de l’histoire/géo, le bonheur !). Le saut de classe n’était pas un but de départ en arrivant en maternelle ! Plutôt un outil pour leur garder l’envie d’aller à l’école. Et je ne le crie pas sur tous les toits autour de moi, je ne le dis même pas du tout. Pour moi c’est leur histoire à eux, c’est entre eux, nous, et leurs instits.
                Nos enfants savent que leur cerveau marche différemment et que donc c’est pour ça qu’ils se sentent parfois différents (pas supérieurs ! différents) des autres enfants, comme sont ceux qui courent super vite par exemple. Mais il y a une chose qui est sure c’est qu’ils ne se sentent pas supérieurs du tout ! Il faut au contraire les rassurer tout le temps !
                Ma sœur a passé un test de QI à 28 ans, elle est THQI, la première chose qu’elle a dite en recevant son résultat, c’est : ouf, ce n’est pas que je suis folle !

  8. :-) Bon anniversaire à Z.
    et pareil ici…

    Des HP avec qui ça se passe mal….(mais les relations ne sont pas choisies).
    et des ami(e)s qui se révèlent HP ou qui mériteraient sérieusement d’être bilanté :-)

    La dernière en date.. Elle appelle une amie au tel. S’arrange un rv. La maman me parle au tel.. c’est bien beau que les gamines s’arrangent.. mais elles habitent à 30km l’une de l’autre. (je ne connais ni l’une ni l’autre). Elle me dit que sa fille est en ce1 (la mienne en cm2). Je veux la rassurer en disant qu’elles n’ont en fait qu’un an d’écart… et là… la maman se lâche et je découvre une petite fille qui a tout d’une Zébrette.. constatations non encore vérifiées mais appuyées par l’instit elle même…

  9. Rainbow dit :

    Contente d’apprendre que tout va pour le mieux de nouveau. Pour mon zèbre aussi, tout s’est arrangé et pour l’instant, tout le monde va pouvoir souffler un peu car c’est les vacances.
    Bon anniversaire à ton loulou !

  10. Philomène dit :

    Bonjour,

    Mon fils de 11 ans, testé et diagnostiqué ( même si ce n’est pas une maladie) surdoué est un enfant très solitaire.
    Il est passionné par beaucoup de choses et joue notamment au jeu minecraft comme votre fils.
    Peut-être pourraient ils communiquer ensemble via Skype?
    Bien cordialement
    Philomène



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article