Conseils pour la scolarité des Enfants Intellectuellement Précoces / Haut Potentiel

Conseils pour la scolarité des Enfants Intellectuellement Précoces / Haut PotentielLe site de la République & Canton de Genève (www.ge.ch), en Suisse donc, vient de mettre en ligne un formidable document contenant des explications & conseils sur la scolarité des enfants surdoués :up:

 

Intitulé "Conseils pour la scolarité des Enfants Intellectuellement Précoces / Haut Potentiel", ce PDF de 9 pages a été réalisé en juin 2013 par le Dr Nora Milliez (pédopsychiatre & assistante chef de clinique du Dr Revol), Muriel Laurier (enseignante spécialisée du 1er degré) & Laurence Bossy (enseignante au collège/lycée hospitalier Elie Vignal de Bron avec le concours du service 502 du Dr Revol (chef du service pédopsychiatrie de l'hôpital Neurologique de Lyon. Centre référence des troubles des apprentissages) :-D

 

Les Tribulations d'un Petit Zèbre, le livre du blog !

 

 

Un document extrêmement bien fait à destination des enseignants se questionnant sur ces élèves à besoins éducatifs particuliers que sont les enfants à haut potentiel intellectuel ; mais également un document pouvant servir à mon sens aux parents d'EIP pour ouvrir (ou faciliter) le dialogue avec l'équipe enseignante !!! ;)

 

Conseils pour la scolarité des Enfants Intellectuellement Précoces / Haut Potentiel

Cliquez pour ouvrir (au format PDF)

 

 

:idea: Oliver Revol est l'auteur de ces 4 livres qui qui un régal à lire :smile: :

- "100 idées pour accompagner les enfants à haut potentiel" (ma critique dans ce billet)
- "On se calme ! Enfants agités, parents débordés" (ma critique dans ce billet)

 

    
Cliquez pour ouvrir      Cliquez pour ouvrir

 

 

- "J'ai un ado... mais je me soigne"
- "Même pas grave ! L'échec scolaire, ça se soigne"

 

    
Cliquez pour ouvrir      Cliquez pour ouvrir

 

 

 

✔ Et voici quelques articles du blog pour mieux comprendre de quoi il s'agit lorsqu'on parle d'enfants intellectuellement précoces (ou zèbres, ou (T)HPI, ou surdoués... tous ces mots ne sont que des synonymes ;) ) :

 

- "Florilège d’idées reçues sur les enfants intellectuellement précoces"

 

- "Les 6 profils d’enfants intellectuellement précoces"

 

- "Je soupçonne un Haut Potentiel Intellectuel chez mon enfant, par où commencer ?"

 

- "Et si elle était surdouée ?"

 

- "Codes implicites"

 

- "Questionnements parmi les plus répandus à propos de surdouement, tests, sauts de classe, …"

 

- "Quels livres choisir sur le surdouement ? Et pour quel public ?"

 

- "Être parent d'enfant intellectuellement précoce..."

 

:-·* *¨¨*•..•*¨¨* *·-:

 

✔ Par ici, puisqu'il est question de grands adolescents, on peut glisser sur le thème des (jeunes) adultes (T)HPI ;) Quelques liens :

 

- "Florilège de préjugés autour de la douance & des adultes à Haut (ou Très Haut) Potentiel Intellectuel"

 

- "Moi, surdoué ? Vous plaisantez ! (Migrosmagazine.ch, août 2012)"

 

- "Adulte surdoué, questionnements à propos du test"

- "Ces drôles de zèbres (France Culture, novembre 2015)"

 

- "Rencontre avec Alexandra Reynaud : « Je suis Haut Potentiel & Asperger » (Marie-France, novembre 2016)"

 

- "Coming-out intellectuel… faut-il parler de son surdouement ?"

 

:-·* *¨¨*•..•*¨¨* *·-:

 

✔ Les billets qui vous parlent spécifiquement des tests :

 

- "Qui consulter pour un bilan psychométrique ?"

 

- "Coût d’un bilan psychologique ?"

 

- "Comment est construit un test de QI ?"

 

- "Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Wisc" (test psychométrique pour enfants en âge scolaire)

 

- "Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Wais" (test psychométrique pour grands ados & adultes)

 

- "Le chiffre rond !?"

 

- "Petit lexique en lien avec le surdouement à l’usage des néophytes"

 

:-·* *¨¨*•..•*¨¨* *·-:

 

✔ Enfin, sur ce billet, ma sélection perso des meilleurs ouvrages, selon les attentes & la position de chacun :

 

- "Quels livres choisir sur le surdouement ? Et pour quel public ?"

 

:-·* *¨¨*•..•*¨¨* *·-:

 

En mars 2017 : Asperger & fière de l'être

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

49 commentaires à “Conseils pour la scolarité des Enfants Intellectuellement Précoces / Haut Potentiel”

  1. Pauline dit :

    En effet, ce document est une très bonne base pour les parents et les enseignenants. Encore faut-il que ces derniers ne se sente pas  » agresses » quand des parents concernes le leur feront découvrir! Encore merci pour tous ces articles.

  2. elise dit :

    Ce dossier est juste parfait!!!
    je vais le transmettre à la maitresse de mon fils, je suis sure que ça va l’aider!

    merci bcp !

  3. gutta dit :

    merci!
    je vais transmettre à la directrice de fiston qui par chance est très ouverte et qui cherche des solutions!

  4. Miky dit :

    Lien envoyé aux maîtresses de nos enfants ; elles s’en inspireront, j’ai confiance en elles.
    Moi-même, je l’utiliserai sans doute à l’occasion de notre session d’approfondissement BAFA « Enfants singuliers, Animateurs attentionnés » où nous abordons tous les profils exceptionnels et très largement les zèbres. Merci pour cette précieuse info.

  5. Agnes dit :

    Je trouve egalement le document tres bien fait. Parfois je me demande comment les pauvres enseignants font quand ils ont dans leur classe des enfants de tous les bords (intellectuellement et socialement) comment peuvent ils tout connaitre et appliquer. Ca doit etre un casse-tete epouvantable…

  6. Rocio dit :

    Merci pour ce document. J’aimerais le transmettre à la maîtresse de mon fils mais je n’ose pas car vue comme elle a réagi précédemment, elle le prendrai comme une intrusion dans son terrain. On va tenir bon jusqu’en juin, après on va prier pour qu’en primaire les enseignantes soient davantage informées et intéressées.
    Néanmoins, comme dit Agnès, je me demande comment les enseignants vont arriver à gérer les EIP, allez, 2 par classe, les hyperactifs, les élèves en difficultés d’apprentissage, les dyslexiques, les capricieux, les démotivés et tant d’autres « spécificités ». Ce système n’est pas prêt à traiter chaque individu dans son spécificité, mais un groupe homogène et cela n’existe dans aucune classe.

    • Sebas dit :

      Oui je partage votre sentiment cependant ces conseils et precaunisations sont à mon sens à appliquer largement à tous les élèves … être valorisé mis en confiance positiver ne peuvent que tirer vers le haut toute une classe… s’appuyer sur les compétences rt les atouts de tous mais quelle richesse….
      A utiliser sans modération.
      Ne pas hésiter à l’afficher dans un couloir de l’école ou dans un lieu accessible. ..

  7. Dumbo dit :

    Excellent guide, très clair, très sobre et qui appuie bien sur les risques de mé-compréhension de cette situation particulière (je pense en particulier que l’enfant HP a besoin d’être félicité et encouragé, alors qu’on pourrait vite conclure que quelqu’un de « doué » le sait et n’a pas besoin qu’on le valorise).
    On ressent bien en effet à travers ces lignes directrices que le travail de l’enseignant n’est pas facile, car il doit jongler avec le type de travail à proposer à l’enfant, l’organisation de ce travail, l’affectif de l’enfant, de ses parents… sans oublier tous les autres enfants !
    On peut espérer à des jours meilleurs, dès que les enfants seront systématiquement « dépistés » et les enseignants formés – parce qu’on ne peut franchement pas exiger d’eux une attitude magique, au feeling, s’ils ne savent même pas comment fonctionne l’enfant !

    Et si il n’y avait qu’une chose à retenir :
    « Utiliser l’humour «bienveillant» pour dédramatiser une situation »
    => mon credo dans la vie :D

    Merci encore pour ce lien, je vais le conserver précieusement :)

  8. Hélia Vasquez Araya dit :

    Bonjour
    J’ai eu la chance de lire un livre que sortira en librairie le 16 avril. Voici la présentation qui en fait son auteur :

    https://www.youtube.com/watch?v=KzC_A8Djfck

    Il bouleverse complètement le point de vue sur ce qu’il appelle le « surdouement » .

    Je conserve votre site parmi mes favoris car le sujet m’intéresse beaucoup. Merci

  9. Sophinette dit :

    Bonsoir à tous et merci pour ce document que je vais de ce pas transmettre à mes collègues enseignants.
    Il n’est pas toujours facile, en effet, de gérer tous les profils d’élèves présents dans une classe alors que les psychologues scolaires sont de moins en moins représentés tout comme les réseaux d’aide.

    Malgré tout nous tenons bon et nous essayons de recevoir les parents mais sans avoir toujours la formation et les qualifications pour « entendre et comprendre ».

    Des sites comme celui-ci nous aident et je pense qu’il faut communiquer afin de s’enrichir mutuellement…
    Bonne soirée

  10. mimo dit :

    :up: Impec ! 8)
    Merci beaucoup pour ce précieux document ! Je l’ai transmis à la maîtresse de mon fils (on en reparle à la rentrée) et je vais l’enregistrer et le conserver précieusement pour les futures rentrées et futur(e)s maîtres et maîtresses en fonction de leur réceptivité sur le sujet…. ;)

    Merci et bon week-end de Pâques !!

  11. Nath dit :

    Bonjour,
    mon fils , eip, doit entrer en 6ème à la rentrée. Un établissement propose une classe particulière pour les enfants EIP. IL a émis le souhait d’y aller et sur le papier, c’est alléchant. Sa sœur, en 6ème cette année, EIP également est dans un établissement classique et s’épanouit très bien. Alors, les classes EIP, fausse bonne idée ou vrai plus ? je ne sais pas et c’est pour cela que j’aimerais d’autres points de vue.

  12. geraldine dit :

    Cette approche est celle choisie par l’école Galilée à Saint Maximin ! Avec pour résultat une très bonne ambiance entre les différentes classes de l’école, car chaque élève a la scolarité dont il a besoin, et une très bonne intégration des « anciens » au collège.
    Dommage que certains parents pensent que la précocité excuse tout. Ce n’est pas rendre service à l’enfant… qui devra forcément vivre dans une société un jour, et dans une société il y a des codes, que les enfants, tous les enfants, doivent apprendre.

  13. Nath dit :

    Bonsoir,

    j’avoue que j’espérais des témoignages de parents passés par des classes EIP… Merci à Géraldine.
    Nous avons rencontré la chef d’établissement et franchement, ça fait envie. La seule reconnaissance de la précocité est un plus je trouve.
    Si ça ne tenait qu’à moi, j’aurais déjà posé le dossier d’inscription, mais voilà, nous sommes deux parents : moi plutot impulsive, mon mari plutot à tout analyser et à prendre son temps.
    Les « moins » : c’est privé, donc payant, c’est plus de transport, de la cantine.
    Les « plus » : la spécificité des enfants précoces est prise en compte. Et l’objectif n’est pas élitiste, juste permettre aux élèves de s’épanouir, d’arriver à s’adapter aux autres, aux règles, d’avoir des méthodes de travail afin d’arriver au lycée dans de bonnes conditions.

    Si nous voulons l’inscrire, il faut déposer son dossier la semaine prochaine. C’est compliqué je trouve. Trouver le bon équilibre, a-t-il besoin de la rigueur d’un établissement privé ( horaires fixes, perm obligatoires) ou sera-t-il plus épanoui dans un collège publique avec sa soeur.

    J’ai tellement peur qu’il n’arrive pas à gérer son travail perso, qu’il dérape à faire trop d’humour mal venu en classe… est-ce que je dois rougir de tant manquer de confiance en lui ? Les années passées ont été si compliquées avec l’école et les règles.

    Merci pour ce blog.

  14. Manon dit :

    Bonjour,
    je vous remercie pour tous vos articles, vraiment très agréable à lire. Mon petit garçon de 7 ans et demi est en train de passer les tests et il est très certainement précoce. En tout cas, je le reconnais et me reconnais dans beaucoup de vos témoignages. Et je découvre tout d’un coup le monde des petits zèbres ! Tout s’éclaire ! J’ai l’impression de comprendre mon petit garçon mais aussi certains de mes élèves…
    Et oui, je suis également enseignante en collège. Je suis surprise et soulagée de lire les témoignages positifs des parents qui reconnaissent la difficulté de notre métier. Il est vrai que nous ne sommes pas formés pour reconnaître et aider tous ces enfants différents. Mais je tiens à vous rassurer, tout comme vous, nous cherchons tous (en tout cas pour beaucoup) le bien-être de vos enfants. Les temps changent et l’éducation nationale évolue, elle progresse et dans le bon sens. Peut-être un jour, nous proposera-t-ton une formation pour aider au mieux tous ces enfants différents. En attendant, les plus motivés, les plus concernés d’entre nous se forment eux-même.
    Notre métier est passionnant, notre rôle est d’aider chaque élève et avec l’expérience, on arrive petit à petit à les amadouer, à travailler avec tous (ou presque). Et n’oublions pas que c’est la différence de chacun qui fait la force de la classe !
    Merci encore pour votre blog et vos témoignages.

  15. Anonyme dit :

    Je suis donc la seule enfant à lire ce blog ?

    • Cam dit :

      Comme l’a précédemment dit Blue, non tu n’es pas la seule enfant à lire ce blog. Moi aussi je le lis. Par contre, je ne sais pas ce que tu entends pour le terme « enfant » (quelle tranche d’âge précisément), mais je me considère comme tel.

  16. superbes rayures dit :

    Vraiment ce document est très bien fait il est claire il résume au mieux c’est un support de travail qui va intéressé beaucoup de gens. Je pense le faire lire a mon zèbre et certaines personnes de mon entourage.
    Comme Manon je voudrais dire merci aux tribulations d’être là.
    Bonne vacances 8)

  17. Blue dit :

    Non Anonyme. Non tu n’es pas la seule enfant même si les apparences laissent parfois à croire le contraire.

  18. Orieta dit :

    Merci beaucoup pour ce document si bien rédigé, c’est clair et précis . Il me servira tres certainement de base de discusion avec les enseignants de mon enfant.

  19. patrick misse dit :

    Merci pour cet excellent document que je vais transmettre

  20. juliette C. dit :

    Il est certain que tous les enseignants ne sont pas ouverts: je cotoie ce milieu depuis de nombreuses années …et les idées préconçues sont multiples tant chez les parents que dans le corps enseignant. Si vous saviez le nombre de parents qui sont persuadés que leur enfant est surdoué et le nombre de mes collègues qui pensent que le surdoué est performant ds ts les domaines ou il ne l’est pas…
    Je distingue encore deux cas de figure: l enfant précoce et l’enfant surdoué.
    Le premier est des plus faciles à gérer: il suffit de l ‘alimenter un peu plus que la moyenne pour faire simple et de manière caricaturale! Mais pour le vrai surdoué…notre fille, surdouée et détectée tardivement, âgée de bientôt 22 ans, survit ds un monde incompatible pour son fonctionnement. Elle est pourtant en master 1 après un passage en prépa douloureux qui lui a demandé se s’insérer ds des cases… La soutenir nous demande une énergie incalculable et des larmes de part et d’autre. C’est un véritable handicap pour eux de se gérer.
    J’ai également eu un enfant précoce ds ma classe l’an passé: mon challenge n’a pas été de l’instruire( facile!) mais de m’adapter à lui, son fonctionnement, son relationnel, ses crises existentielles…et il n’avait que 8 ans!!!
    Alors un conseil, si votre enfant correspond au profil du dr Revol, faites vous aider par une tierce personne digne de compétences car là encore une psy a dit à ma fille lors d’une crise au collège: « mais ac ton attitude, tu n’auras pas de copine » alors que ses efforts infructueux pour s’adapter, l’avait conduite à une période de déprime!
    Ce petit billet peut paraître déprimant mais toutes les facettes du surdoué ne brillent pas.

    • sandrine L dit :

      Bonjour,
      votre commentaire me fait du bien, mon fils vient d’être décelé précoce à l’âge 16 ans!!
      C’est son échec scolaire en classe de seconde qui nous a fait réagir.
      Il n’y arrive plus, et surtout on s’aperçoit qu’il ne sait pas apprendre et encore moins s’organiser.
      Le redoublement de la seconde est demandé, je ne suis pas sûre que ce sera bénéfique mais personne pour nous guider encore moins le proviseur qui ne prends absolument pas en compte sa précocité, nous le rencontrons encore ce soir pour batailler. Mon fils ne veut pas redoubler, il prends ça comme un échec, on essaye de lui faire confiance mais comment l’aider, pas facile.
      Si vous avez des pistes , n’hésitez pas à me contacter
      merci et bon courage à votre fille

  21. cocotte dit :

    Bonjour,
    étant moi même un adulte surdoué, avec un enfant précoce, enseignante de surcroît je m’évertue de plus en plus à faire attention à mes élèves.
    J’ai même décidé de me spécialiser progressivement dans ce domaine pour aider ces élèves, dont une partie se retrouve en échec scolaire.
    Merci encore

    • palaiseau dit :

      Bonjour cocotte,

      est-ce que tu connaitrais des livres (sur les enfants précoces) qu’on peut montrer à un instituteur ? J’ai acheté une dizaine de livres (Terrassier, Facchin, Ada, …) mais tous cassent du sucre à un moment ou un autre sur le dos des enseignants (leurs préjugés courants, leurs défauts qui font mal aux élèves précoces, …).

      Je voudrai donner aux instits un livre qui explique un peu les différents types d’enfants précoces.

      Papa de 2 enfants, tous les deux dans les 0.2%, CP (6 ans) et CE2 (8 ans). :-/

  22. marina dit :

    merci pour cette brchure très claire! je retrouve pleinement mon fils!
    nous avons été faire les test chez un psy spécialisé nous aurons les résultats la semaine prochaine..
    par contre ça se passe mal avec sa maitresse malgré mes rv pour lui expliquer…
    du coup je ne sais plus quoi faire.. le changer d’école, le mettre dans une école spécialisée..
    je ne sais pas vers qui me tourner je suis dans le val d’oise, si d’autres sont passés par la merci de m’éclairer

  23. hion dit :

    Merci pour cet article car je retrouve mon fils dans énormément de points!!! Et en ce moment l’école devient plutôt une tare pour lui 7 ans car à ces dires la maîtresse ne fait que répéter je m’ennuie du coup je bouge car c’est dur d’attendre cest long…. Que faire pour la maîtresse car chez nous c’est bien ! Cela va me permettre de l’aider du moins je l’espère.

    • Caroline dit :

      Nous avons eu les meme difficultés , les seules années positives étaient les classes à double niveau. Nous on a été confronté une année sur deux aux problèmes avec les prof. La dyslexie de notre fils entraimant un retard en français et dans toutes les disciplines littéraires le message a du mal à passé car ils sont restés sur l’image du surdoué qui passe son bac à 14ans. Si il est si précoce pourquoi faire des aménagements ? En 5 eme cette année notre fils a été pris en grippe par la prof de math qui ne comprend pas comment le résultat peut être bon sans utiliser la calculatrice … On pense soit à le changer d’école ( du privé au public) soit demander le CNED.

  24. sandrine dit :

    Bonjour,

    Je me tourne vers vous car je suis perdue… cela faisait plusieurs années que nous nous posions des questions sur une précocité potentielle. Cette année, suite à un déclic (une amie qui venait d’entreprendre les démarches de test pour son fils et qui nous a dit être très contente d’avoir fait ce bilan), nous avons décidé de faire tester notre fils : la précocité étant une piste par rapport aux colères qui nous déstabilisent et qui prennent (prenaient ?) des proportions énormes pour des « broutilles » (chose à laquelle vous avez déjà pu être confrontés, non ?).
    Pour pouvoir avancer, nous avons donc décidé de faire un bilan et pour écarter ou non la précocité… Résultat, pour la psychologue qui a fait passer les tests, notre fils est effectivement un petit zèbre, elle n’a aucun doute là dessus….
    Nous avons rencontré l’instit de notre fils vendredi dernier pour lui présenter les résultats et voir avec lui s’il pouvait envisager des choses pour l’aider, depuis je dors très très mal.
    Quand nous sommes arrivés, l’instit ne nous a absolument pas demandé pourquoi nous souhaitions le voir, il a commencé à « démonter » notre fils. Nous lui avons transmis un courrier de la psychologue expliquant les résultats (sans aucune donnée chiffrée), il n’a même pas balayer le document. La seule chose qu’il a été à même de nous répondre c’est « moi aussi j’ai 2 enfants précoces à la maison ». Il a continué à ne dresser que des points négatifs sur notre petit bonhomme de 8 ans et demi (CE2) et quand nous avons abordé de l’ennui en classe, il nous a juste répondu qu’il ne voyait pas en quoi il pouvait s’ennuyer dans la mesure où il ne fait déjà pas ce qu’on lui demande…
    C’est la première année où on nous dresse un bilan si négatif (jusqu’à présent on a toujours eu des très bonnes appréciations, sauf pour le coté perfectionniste qui le ralentit dans l’exécution de certaines tâches, où en grande section avec une des ses 2 instits – période à laquelle nous avions eu des doutes sur de la précocité)… L’instit ne nous a, à aucun moment, parlé d’envisager des solutions qui aille dans le sens de notre zèbre. Il considère que c’est uniquement à notre fils de faire des efforts, il ne compte absolument pas aller au-delà des apprentissages du CE2, il nous a rétorqué que pour lui cela ne ferait que glisser le problème vers d’autres classes…
    Bref, comme vous pouvez sûrement le sentir, nous sommes face à un instit qui ne se remettra pas en question et ne cherchera pas à prendre en compte les particularités de notre fils.
    Notre petit zèbre est extrêmement anxieux et clairement cela s’accentue cette année… je sais qu’il ne se sent pas bien. On nous a conseillé d’aller voir la directrice, de le changer de classe dès maintenant (pour forcer le passage en CM1), de le laisser cette année au risque de le démotiver totalement car il n’est pas encouragé par son instit..
    Je suis perdue et j’ai peur de ne pas faire ce qui sera le mieux pour lui.
    Qu’avez-vous fait face aux réactions négatives des instits que vous avez pu rencontré ?
    Merci des réponses que vous pourrez m’apporter,

    Sandrine,
    maman d’un petit zèbre de 8 ans et demi, « diagnostiqué » il y a un mois
    maman d’une petit puce de 6 ans…. zébrounette ???

    • Arwen dit :

      Bonjour Sandrine,

      ça me fait toujours mal au cœur quand je lis ce genre de témoignages, c’est tellement injuste alors que l’on cherche seulement un peu d’aide et de compréhension de se faire démolir et descendre ainsi … Bon, il est clair que vous êtes face à quelqu’un d’obtus et que ce n’est pas de ce côté qu’il faut chercher aide et compréhension…
      Je n’ai pas vraiment d’aide ou de solution, mais juste mon témoignage perso : je crois profondément que c’est l’ensemble de nos expériences individuelles qui nous enrichit tous collectivement :)

      Cette année a été marquée par une rentrée de septembre peu ordinaire dans notre famille !!!
      Nos 3 loulous ont en effet tous effectués un saut de classe. Je peux en parler un peu plus sereinement maintenant que les 1ers bulletins sont tombés : tout va bien !!
      Pour votre problème, je ne parlerai que de mon petit dernier, et en plus c’est par lui que « les problèmes  » sont arrivés !!
      Après des années de maternelles difficiles (toujours puni, toujours en opposition et turbulent en plus de ça !! Que des points négatifs du point de vue de l’école en tout cas!!), il fait une magnifique 1ère primaire (nous sommes en Belgique!). Au début de sa 2ème, c’est la catastrophe : ne fait plus rien, s’agite tout le temps, embête en permanence ses camarades, vous voyez le tableau :(
      Heureusement pour lui, sa maitresse est la même que l’année précédente, elle a de l’expérience et est profondément bienveillante ; alors elle s’interroge … m’interroge et on finit chez une neuropsy . Verdict : enfant thqi.
      Après explication au loulou, il se calme et finit son année tranquillement avec la promesse de sauter la 3ème et quelques petits aménagements de sa maitresse.
      Aujourd’hui, à 8 ans, il est donc en 4ème (CM1) et on ne remarque même pas le saut de classe, il est motivé comme jamais et bien plus serein…
      Mais, je ne suis pas dupe : ça ne va pas durer très longtemps et déjà, il montre des signes d’ennuie en maths … On sera bientôt de nouveau coincés et je redoute déjà ce moment…

      Deux petites remarques :
      1. Personne parmi les enseignants n’avait suggéré la possibilité d’un haut potentiel avant les résultats. Seuls un surveillant et une ou deux connaissances en étaient convaincus …
      2. Le directeur de l’école préférait attendre pour effectuer le saut de classe (quoi ? qu’il démolisse l’école brique par brique !!!?). On avait déjà attendu de novembre à septembre… Je me félicite aujourd’hui de ne pas l’avoir écouté … Son argument était : ce sera plus facile pour lui de sauter la 4ème. Argument qui montre bien que l’on est en face de personnes qui n’y connaissent rien : le but du saut de classe n’est pas la recherche de la facilité : que du contraire …
      En conclusion, au vu de ma propre expérience mais aussi de beaucoup de temps passé à lire sur le sujet, je dirais qu’un zèbre se met à « déraper » très fort à l’école quand l’enseignement qu’il reçoit n’est pas un minimum en adéquation avec ses capacités. Et le problème terrible qui en découle est que l’école ne voit plus que ces « dérapages » incessants, sans même plus se poser de questions sur les capacités (voir même dans certains cas extrêmes en allant jusqu’à les nier :( )

      Voilà, je vous souhaite de trouver une solution et en tout cas, je vous encourage à vous faire confiance !!!
      Bon courage

      Arwen

      • sandrine dit :

        Merci à vous,
        Cela me conforte et me réconforte dans ma vision des choses.
        Nous avons repris rendez-vous avec la psychologue qui a fait passer les tests à notre fils pour faire un point. En parallèle nous prenons rendez-vous avec la directrice de l’école pour voir ce que l’on peut envisager….
        Affaire à suivre.

        Sandrine

  25. Clo dit :

    Bonjour,
    Je tenais à témoigner d’un entretien que j’ai eu hier soir avec la maitresse de mon fils de 4 ans, très positif !!
    Cette jeune maitresse, qui exerce depuis 2 ans seulement, est celle qui nous a alerté concernant notre petit, et qui en chaine a déclenché le questionnement et la détection de notre fille ainée aussi.
    Elle a suivi une spécialisation sur les dys et est très sensible au sujet des HPI.
    Elle prone la différencation dans la classe, par le bas ou le haut, comme une obligation de l’instituteur, « si on n’applique pas cela, on ne doit pas choisir pas ce métier ». Actuellement dans la classe de mon fils, elle a constitué 4 groupes de travail à des niveaux différents.
    Comme elle m’a dit, c’est évident que ça fait faire beaucoup plus de travail de préparation, c’est plus compliqué, « mais on est là pour s’occuper des enfants non ? »
    Bref, ça fait du bien d’entendre ce type de discours, ça donne espoir !!!
    A 13h15 nous avons le 1er rdv sur ce sujet à l’école de notre fille avec la directrice, la psychologue et la maitresse (une ancienne qui nous a déjà dit qu’elle n’y connaissait rien en enfants précoces). A suivre…

    • Clo dit :

      Bon ben pour la grande, c’est pas gagné :-? Résumé de ce qu’on nous a dit : le bilan ne veut rien dire, elle ne termine pas son travail dans le peloton de tête donc elle est lente, elle n’est pas mure pour un saut de classe. Si il y a un malaise, c’est qu’elle doit avoir un problème psychologique mais ça ne peut pas venir de ça. Tout va bien à la maison ?
      ……..

      • Clo dit :

        Suite de l’épisode « école de ma fille ».
        La psychologue scolaire a demandé en supplément un autre test projectif effectué par une autre psy si possible pour évaluer l’équilibre psychologique de notre Puce afin de contre carrer les sous entendus de la maitresse et la directrice comme quoi elle serait perturbée mais pas de pb lié à cette idée « absurde » de HPI. Cette autre psy, recommandée par l’AFEP, a confirmée un très bon équilibre et la très grande maturité de notre petite chérie. Elle a confirmé aussi qu’il fallait absolument mettre en place des aménagements pédagogiques car la menace de désintéressement (arrêt de l’envie d’apprendre) est importante. Bilan du test envoyé à la psy scolaire qui doit discuter avec ma fille ce matin justement.
        Par contre, depuis que les résultats des tests fin Avril ont été donnés, notre fille se sent mieux : arrêt des gratages la nuit, diminution des maux de ventre les matins d’école, moins nerveuse de façon générale et surtout elle est à nouveau gaie et solaire :-D . Je crois que cette reconnaissance a été un énorme soulagement pour elle.
        A suivre…

  26. Memepasmal! dit :

    Bonjours à tous,
    Un lien que j’avais envie de partager,J’AI PAS BESOIN D’APPRENDRE,J’AI COMPRIS :-D
    http://www.dysmoi.fr/eip-jai-pas-besoin-dapprendre-jai-compris/

    Les tribulations apparaissent dans ce lien,merci Alexandra.

  27. Rasek dit :

    Cela fait 11 ans que mon fils a été diagnostiqué précoce (à 6 ans). On s’en est pas mal sortis (deux sauts de classe grâce à des psy très bien) ,des tribulations évidemment au collège et au lycée, je vous passe les détails Au bout du compte,il a eu son Bac S mention Bien ( il a loupé d’un point le TB parce qu’une démonstration en maths-coef 9- lui semblait illogique, donc il l’a pas faite). Nous avons actuellement un très gros problème (et personne ne parle de ça pour les précoces, pourtant, c’est un sacré soucis !) : Il NE PEUT ABSOLUMENT PAS ARRIVER à répondre aux questions du code de la route !!! Comment peut-il arriver à entrer dans la logique de ces questionnaires???? Lui c’est, oui mais il y a ceci ou cela . Ou bien : je vois bien ce qu’on me demande de répondre mais 1° le piège pourrait consister en ceci 2° dans l’absolu aucune réponse ne convient parce que etc…Il n’y arrive pas. Les questions sont souvent pour lui complètement débiles (on me prend pour un imbécile), illogiques…ça fait un an que ça dure et il s’énerve de plus en plus. Que faire ?

    • Zebreux dit :

      Bonjour
      J’avais ressenti exactement la même chose…comme dans beaucoup d’autres  » événements », je me suis mise dans la peau d’un personnage pour y arriver. Ça fonctionne très bien pour moi (toujours). De plus, le jour ou j’ai passe le code, il y avait 10 autres candidats de la
      Même auto-école et j’avais été la seule a l’obtenir (avec 5 fautes, pourtant je restais a 21 fautes en moyennes durant l’année) et étant en conduite accompagnée, j’étais la plus jeune.J’avais du trafiquer mes résultats aux essais pour que l’on m’autorise a le passer (pas de boîtier dans cette autoécole, c’était facile de cocher lors de la correction)
      Bref, rien de très glorieux, mais je peux dire (16 ans plus tard) que je ne regrette pas, je suis une excellente conductrice LOL
      Tenez nous au courant !!!

  28. neil7 dit :

    Bonjour,

    Je suis un peu perdue.
    Nous venons d’avoir les résultats du wisc IV de notre fille CM1 pour savoir si notre fille devait absolument sauter une classe. (elle n’en a jamais encore sauté).

    Nous savions que notre fille avait des facultés, mais les résultats très élévés nous font douter de notre assurance qui consistait à refuser tout saut de classe, et à dire vrai, nous donne le vertige.
    Nous nous demandons s’il faut mettre des mesures en place ou au contraire ne rien changer vu que notre fille semble épanouie (socialement intégrée, sportive …)
    Jusqu’à maintenant elle a eu la chance de tomber dans notre école de village sur une équipe enseignante géniale, qui lui préparaient des feuilles d’exercices spécialement pour elle et lui laissaient lire des romans pendant la classe pour ne pas s’ennuyer pendant que les autres élèves étudiaient.
    Faut-il vraiment qu’elle saute cette classe et arriver au collège à la rentrée prochaine ? jusqu’à maintenant notre fille partageait notre point de vue, mais nous nous demandons si c’est parce que nous lui transmettons nos angoisses car elle essaie souvent d’exprimer un point de vue qui ne nous remette pas en question sur biens des sujets….
    Faut-il lui trouver une école ou un collège plus « adapté »?
    elle a obtenu un QIT de 156
    IQV : 154
    IRP : 151
    IMT : 145
    IVT : 121

    Mon mari et moi sommes des personnes un peu flippées par les grands changements, conscients de notre propre vécu que facilités scolaires ne riment pas avec brillantes carrières professionnelles. Ce qui nous tient le plus à coeur c’est de l’accompagner au mieux, sans brider ses capacités et sans qu’elle se sente non plus comme un animal de foire.
    Alors nous sommes preneurs de tous conseils ou toutes paroles réconfortantes pour nous guider.

    • A. Zebrounet dit :

      Bonjour :)

      Il n’y a pas de « il faut » / « il ne faut pas ». Chaque cas est unique & chaque enfant est différent :up:
      Et une décision de saut de classe est tjrs ts compliquée à prendre pour les parents, c’est un pari sur l’avenir.

      Ses scores sont effectivement très hauts (plafonnant presque dans chaque indice). Ce qui limite tt de même les « risques » de se tromper avec un ou des saut(s).

      Comment vit-elle sa scolarité ? C’est ça qu’il faut se demander :)
      S’ennuie-t-elle ? (il y a tt de même de gdes chances vu son profil cognitif) A-t-elle des amis auxquels elle ne voudrait pas « renoncer » en changeant de niveau.

      Qqs billets :

      – http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2016/05/10/la-peur-du-saut-de-classe-le-petit-journal-des-profs-mai-2016/

      – http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2016/08/24/comment-savoir-si-mon-enfant-doit-sauter-une-classe%e2%80%89-la-croix-aout-2016/

      – http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2016/09/24/je-saute-une-classe-ca-passe-ou-ca-casse-letudiant-trendry-septembre-2016/

      – http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2010/11/06/le-saut-de-classe-en-questions/

      – http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2013/09/14/le-saut-de-classe-pour-un-enfant-doue-le-journal-des-femmes-septembre-2013/

      – http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2015/04/03/faut-il-lui-faire-sauter-une-classe-femmeactuelle-avril-2015/

      – http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2013/12/08/etude-le-saut-de-classe-a-lecole-primaire-genevoise-decembre-2013/

      – http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2015/10/09/une-eleve-qui-a-un-fort-quotient-intellectuel-doit-elle-sauter-une-classe-france-info-octobre-2015/

      – http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2015/04/26/questionnements-parmi-les-plus-repandus-dans-vos-courriers-a-propos-de-surdouement-tests-psychometriques-sauts-de-classe/

      Alexandra

  29. neil7 dit :

    Bonjour,

    Merci énormément pour tous ces billets.
    Ils nous sont d’une grande aide. Nous avons moins l’impression de devoir prendre une décision à l’aveugle et moins peur de nous « tromper ».
    Ceci est d’autant plus vrai qu’on a probablement 2 autres petits zébrillons aux profils cognitifs semblables (mêmes facultés) mais totalement différents sur le plan émotionnel.
    C’est très rassurant pour nous d’avoir une source d’informations neutre comme votre blog.

  30. Bri dit :

    Bonjour,
    nous venons d’avoir les résultats des test WISC de notre fille de 7 ans qui s’avère être un petit zèbre QI de 137, je m’y attendais un peu mais je ne m’autorisais pas à y croire…du coup maintenant j’ai du mal à y croire….
    La psychologue nous a dit de ne pas forcément en parler à l’école, mais d’expliquer qu’elle peut fatiguer plus vite ce qui pourra expliquer son agitation à des moments.
    Pensez vous qu’il faille le dire à la maîtresse ou devons nous attendre de voir l’évolution du comportement de notre petite?
    On ne nous a jamais parlé de saut de classe mais la psychologue a dit que si cela se présente il faudra accepter….
    Merci d’avance de vos réactions..

    • mariemaman dit :

      Contexte similaire ici.
      Quand nous avons commencé à aborder le sujet, sans même aller jusqu’à révéler la démarche de test et les résultats, nous avons vite vu que la maitresse n’étais pas du tout réceptive, voire même braquée. Alors qu’à l’inverse, l’enseignante qu’elle aura très probablement l’année prochaine, nous en a déjà parlé car elle repéré les signes et nous n’avons eu qu’à confirmer.
      Bref, digérez la nouvelle, prenez votre temps, tâtez le terrain, voyez comment le dialogue s’instaure. Le but étant que ce « coming-out » soit constructif pour l’enfant, pas contre-productif … et malheureusement, il faut le savoir, cela arrive :-(
      Alexandra a fait des articles à ce sujet sur ce blog, et explique comme on est parfois déçu après la « révélation ».
      Bonne chance et bonne continuation. avec votre fille !

  31. En plein questionnement dit :

    Bonjour,

    l’instit de mon fils a reçu ce document par sa hiérarchie :
    http://cache.media.eduscol.education.fr/file/eleves_intellectuellement_precoces_/99/4/Module_formation_EIP_268994.pdf
    Il me semble que , pour une fois, c’est un document au niveau national, et non pas publié par une académie en particulier ! :-D

    Malheureusement , l’instit de mon fils n’a rien changé à sa façon de faire (malgré l’insistance de la psychologue scolaire) et il va falloir aller batailler à la rentrée prochaine pour se faire entendre …. :-x

    • Et ce n’est malheureusement sans doute pas fini… car après une forme de reconnaissance nationale, on assiste à un retour en arrière orchestré par quelques uns :arrow: http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2017/02/03/quest-ce-qui-fait-avancer-une-cause/

      Je vous souhaite bcp de courage, car il vous en faudra ! Comme je le souligne dans mon premier livre (:arrow: http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/tribulations-enlivre/), RIEN ne vous sera donné / offert. Il vous faudra aller chercher chacune des solutions. Mais cela en vaut la peine :up: :)

      Ne baissez pas les bras ;)
      Alexandra

      • En plein questionnement dit :

        Non, je ne baisserais pas les bras, puisque mon fils va mal, donc pas question de le laisser s’enfoncer. Sans compter qu’il y a le petit frère qui arrive derrière et ça va déménager avec lui aussi !



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article