Intelligents, trop intelligents. Les « surdoués » : de l’autre côté du miroir

Intelligents, trop intelligents. Les « surdoués » : de l'autre côté du miroirJ'en ai déjà parlé ici & , un nouveau livre sur les surdoués est paru récemment :!:

 

"Intelligents, trop intelligents. Les « surdoués » : de l'autre côté du miroir" est signé Carlos Tinoco, normalien, agrégé de philosophie & enseignant...

 

Présentation de l'éditeur :

 

Les « surdoués » fascinent : depuis trente ans, ils font l’objet d’une abondante littérature. Enviés pour leurs facultés, plaints pour leurs souffrances aujourd’hui reconnues, ils demeurent une énigme. Certes, on a identifié les caractéristiques psychologiques qui les réunissent : très fort désir d’autonomie, hypersensibilité, faible résistance à l’ennui, propension aux réflexions existentielles... Mais en dresser l’inventaire nous cantonne à une simple description, sans expliquer comment ces caractéristiques s’articulent aux capacités intellectuelles elles-mêmes. Reste alors à analyser le problème essentiel : pourquoi sont-ils « surdoués » ? Ce livre propose un renversement de perspective. Et s’il fallait, non pas considérer les aptitudes supérieures des « surdoués », mais plutôt se demander ce qui inhibe l’intelligence « normale » ? Et s’il n’y avait pas de « dons » particuliers, mais un type de positionnement psychique, un certain rapport au monde, qui produirait des résultats remarquables sans relever pour autant d’une faculté cérébrale ? En bout de ligne, que signifie vraiment « être intelligent » ?

Poser cette question, c’est prendre le risque de porter sur nous-mêmes, mais aussi sur la société et les institutions, un nouveau regard. C’est une démarche audacieuse, tant philosophique que politique, et salvatrice en ce qu’elle redonne à l’humain toute sa profondeur.

 

Mais l'auteur est également psychanalyste, & cela s'en ressent malheureusement beaucoup à la lecture du fameux ouvrage :-|

 

Si j'ai dans l'ensemble vraiment aimé la première partie (intitulée A la recherche des « surdoués »), la seconde moitié (Rencontre avec la folie du monde) m'a nettement moins emballée, pour être honnête :-?

 

La première partie est intéressante, bien qu'assez peu révolutionnaire en réalité.
Elle retrace le parcours & les quelques anecdotes choisies de C. Tinoco, elle fait le point sur ce qu'est ou n'est pas le surdouement (je suis d'ailleurs heureuse de lire ce mot tout au long du livre, alors qu'il m'a quelques fois été reproché par des gens hostiles à l'idée de haut potentiel intellectuel ;) ).

 

Il revient aussi dans ces pages sur l'histoire de la douance en France & rend hommage à Arielle Adda & Jean-Charles Terrassier, chose suffisamment rare ces temps-ci dans les livres qui sortent sur la question pour être soulignée :up:

 

Une belle première partie donc. Claire, bien écrite, très agréable à lire. Et si je ne suis pas d'accord en tous points avec sa vision & son interprétation des choses, je pense que ses arguments & son ressenti méritent de s'y pencher ; ils peuvent faire réfléchir & constituent en conséquence une lecture vraiment intéressante à ce titre.

 

Intéressante, mais n'ayant néanmoins, comme je l'évoquais un peu plus haut, rien d'extraordinaire non plus. C'est à dire que je cherche encore le "renversement de perspective" promis par l'éditeur !? :hypno:

 

Renversement qui, me semble-t-il, tient au seul postulat que l'auteur développe & qui consiste à affirmer que ce ne sont pas les personnes HPI qui sont décalées, mais seulement les personnes non-HPI qui souffrent finalement d'une inhibition de l'intelligence que tout un chacun possède.
Or, si on n'adhère pas totalement à cette idée (ce qui est mon cas), le "renversement" n'est plus qu'une faible oscillation...

 

 

La seconde partie, beaucoup plus lourde & tortueuse ne m'a pas laissé un aussi agréable sentiment.

 

Bien trop axées doctrines psychanalytiques pour moi, je n'ai pas été fascinée par ces pages qui mettent en avant de nombreux cas de patients de l'auteur, expliqués à la lumière de ses idées & interprétations, somme toute assez personnelles.

 

Étayer sa théorie "renversée" (pas forcément renversante !) par ces exemples ne m'a ni passionnée, ni convaincue.

 

Et surtout, l'aspect plaidoyer en faveur de la psychanalyse, extrêmement présent dans ce livre, m'a souverainement déplu. L'ouvrage transpire la pensée psychanalytique par tous les pores ; on y retrouve les codes, les concepts de psychanalyse comme le fantasme de la toute puissance, la castration, l'érotisation anarchique, la jouissance, etc.
Carlos Tinoco allant jusqu'à écrire un chapitre-conclusion nommé "Pourquoi la psychanalyse". Effectivement, pourquoi ??? (mais mon pourquoi ne sonne pas de la même manière) 8-O

 

C'est dommage, vraiment dommage & même frustrant je dirais.
Car certaines remarques sont extrêmement justes & appréciables, notamment sur la (sur)stimulation de la part des parents & ses incidences, sa compréhension de la pensée en arborescence ou encore ce passage, que l'on retrouve page 319 :

 

Il est crucial pour l'enfant « surdoué » d'apprendre à repéré le caractère pathologique du positionnement & du discours d'un individu, & de comprendre que cela n'implique pas que cet individu soit un malade incurable. Quand un enseignant tient un propos absurde, adopte une position clairement dysfonctionnante, cela ne signifie pas qu'il s'agit d'un crétin avec lequel il n'y a rien à faire. Peut-être sa rigidité sera telle que la relation sera impossible à déplacer, mais l'enfant peut quand même essayer. Il peut apprendre, là aussi sur le plan relationnel, à sortir du cadre, à inventer des attitudes d'élève imprévues par l'enseignant & à observer ce qui se produit.

 

En conclusion, un avis mitigé sur cet ouvrage qui, s'il est intéressant, ne bouleverse tout de même pas les esprits.
Il n'apporte pas de véritable idée novatrice en terme de connaissances ou de compréhension du haut potentiel intellectuel, & il est beaucoup trop teinté psychanalyse. Mais il est un témoignage émanant d'un jeune adulte identifié HQI tout petit !!!

 

Et en cela déjà, c'est un bouquin à lire, à condition tout de même de bien maîtriser le sujet (ce n'est pas LE livre à avoir pour débuter... pour plus d'infos à ce sujet, voyez cette page).

 

Personnellement il m'a essentiellement amenée à me questionner sur l'avenir du zébrillon, sur ce qu'il pourrait peut-être un jour ressentir, comme sur le regard qu'il pourrait avoir sur ces particularités, sur cette enfance décalée.
Et c'est beaucoup plus que bien des livres grand public, creux, parus ces dernières années sur le surdouement :)

 

En résumé : un livre intéressant à bien des égards, mais à la pensée psychanalytique trop marquée à mon goût.

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

14 commentaires à “Intelligents, trop intelligents. Les « surdoués » : de l’autre côté du miroir”

  1. Dana dit :

    Merci. J’ai déjà passé la commande tout de même; espérons que je ne serai pas trop déçue :)

    Mais si je comprends bien, il n’explique pas pourquoi un enfant surdoué résisterait à l’inhibition?

    À mes yeux, des facteurs environnementaux peuvent être déterminants (peut-être pas toujours), mais je ne pense pas que ça suffise à tout expliquer.

    (j’ai eu un problème de connection au moment de poster; j’espère que ça ne produira pas de doublons…)

  2. Delphine dit :

    Merci pour cette analyse. Je vais peut être m économiser la lecture, du coup … :)
    Le titre était effectivement bien accrocheur.

  3. Écrire «j’aime, j’aime pas est juste émettre une opinion: ça ne vaut pas mieux, AMBHA, que les conseils en placement financier. Delphine, dépensez votre argent et soyez juge de ce que vous faites, responsable (c’est à dire capable de répondre − par vous-même − à qui vous interrogera)

    Ce livre? Ce qu’il a de bon, m’augmente !

    • A. Zebrounet dit :

      Oui, c’est une opinion Jean-Christophe : la mienne ! ;)
      Et en effet, j’invite tous les visiteurs de ce blog à se faire leur propre avis, comme précisé sur ma page Biblio : « Il ne s’agit là que d’avis personnels, à vous de vous faire votre propre opinion sur chacun de ces livres » :!:

      D’autre part, je ne dis en aucun cas que ce livre est à éviter, bien au contraire : « en cela déjà, c’est un bouquin à lire, à condition tout de même de bien maîtriser le sujet », « un livre intéressant à bien des égards ».
      Mais je donne mon sentiment argumenté (contrairement à ce que vous laissez entendre ds ce commentaire, je ne me contente pas d’écrire « j’aime, j’aime pas » :-? ) sur le fond de ce livre qui est, je le répète, ts lourdement teinté de pensée psychanalytique.

      Alexandra

  4. Fran dit :

    Bon ben ce ne sera pas pour tout de suite, du coup (j’ai encore pas mal d’autres choses en réserve à lire et si ce livre ne mérite pas de passer devant les autres… :-P )
    Merci pour votre analyse :)

  5. Ingrid dit :

    Merci pour votre point de vue. Moi qui déteste la psychanalyse, je vais me passer de ce livre LOL

  6. laetitia dit :

    bonjour,
    Je l’ai commencé, car mon mari l’a recu , et comme nous découvrons le sujet (en fait, c’est surtout grace à vous qu’on apprend!)… Je n’ai lu qu' »on se calme » d’olivier Revol. Je l’ai vite trouvé difficile d’approche…Et c’est vrai que du coup, je ne l’ai pas encore fini, alors que j’ai dévoré celui d’Olivier Revol. Peut etre faudrait-il que je lise d’autres livres pour débuter et revenir à celui-ci ensuite….

  7. Fabienne dit :

    Merci pour cet avis, intelligent comme d’habitude !
    Mais, pour le coup, je vais essayer de le trouver pour le lire. J’ai été déçue par d’autres livres portant sur le sujet :-? (notamment ceux de KERMADEC & celui de PETITCOLIN). Et puis j’aime bien l’idée de changer de point de vue :-D

  8. laux dit :

    je viens de le recevoir et lu quelques pages, alors s’il y a de la psychanalyse cela m’encourage à le lire car je m’intéresse moi aussi à l’approche psychanalytique des personnes HP et je cherche à mettre un sens à ce développement du haut potentiel qui se met en place très tôt voire sur une ou 2 générations pour je pense de bonnes raisons que je cherche à élaborer.Je reviendrai quand je l’aurai lu pour la suite…..

  9. Marquer dit :

    J’ai presque fini de lire le livre de Carlos Tinoco. J’en suis enthousiasmé. Pour moi la réflexion la plus éclairante sur les « surdoués ». Tous les chapitres m’ont passionné, la première partie comme la deuxième. D’autres livres sur cette question m’ont passionné – j’en lis depuis « les surdoués » de Rémy Chauvin, et bien d’autres depuis – celui de Carlos Tonino me parait être celui qui va le plus loin dans la compréhension de ce phénomène. J’en recommande la lecture à tout le monde.
    Et merci à l’auteur.
    Jean-Paul Marquer

  10. monique dit :

    j’ai commencé ce livre,première partie,je le trouve très stimulant d’un tout autre niveau de réflexion que bcp sur le sujet, mais contrairement à vous c’est le fait qu’il soit psychanaliste qui m’a fait le choisir. J’attends bcp de la suite .J’ai du mal à comprendre la réticences,résistances à propos de ces concepts,tout dépend de l’usage que l’on en fait.

  11. CRIS dit :

    J’ai lu « TROP INTELLIGENT POUR ÊTRE HEUREUX », je l’ai relu alors que je consultais une psychologue. C’est ce premier livre sur le surdouement qui m’a fait consulté. J’ai pleuré (beaucoup) car je suis à la retraite et j’ignorais encore mon surdouement. J’ai pleuré car je me suis reconnue et qu’enfin j’ai trouvé l’origine de mes difficultés.
    Je conseille ce livre………….très facile à lire………………

  12. Karine dit :

    Ni pour ni contre la psychanalyse. Un éclairage sous cet angle me semble intéressant à prendre, afin d’élaborer une connaissance plus riche sur le sujet. Ayant déjà lu les ouvrages grand public , celui-ci me tente bien. merci pour cette analyse Alexandra



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article