Je soupçonne un Haut Potentiel Intellectuel chez mon enfant, par où commencer ?

Je soupçonne un Haut Potentiel Intellectuel chez mon enfant, par où commencer ?Je tiens ce blog depuis plus de 5 ans maintenant, & au fil des années, j'ai répondu un nombre incalculable de fois à cette fameuse & angoissante question : "Je soupçonne un Haut Potentiel Intellectuel chez mon enfant, par où commencer ?" :roll:

 

Je crois donc qu'elle mérite amplement un billet :-P

 

Mais avant tout, je voudrais rassurer les lecteurs, qu'ils soient parents ou adultes se sentant concernés pour eux-mêmes par le surdouement : cela n'a RIEN d'une maladie !!! Ce n'est pas non plus une tare, une croix à porter ou un malheur qui nous tombe dessus. Rien de tout ça ;)

 

Il ne faut donc pas paniquer, imaginer tout de suite le pire, avoir en tête l'image caricaturale du surdoué rejeté de tous, détesté des autres enfants & maltraité par les enseignants.
Le surdouement peut être (devrait toujours être !) considéré comme une qualité, comme quelque chose de positif. Sorte de carte "Chance" dans la vie :up:

 

Attention, il n'est pas question de sentiment de supériorité, ce serait parfaitement ridicule & déplacé, mais seulement de prise de conscience du fait qu'il s'agit là d'un atout à accepter & développer & non d'un fardeau à porter avec difficulté.

 

 

Plus encore lorsqu'il s'agit d'un enfant, la façon dont l'entourage (les parents, la fratrie, la famille proche & les enseignants) va considérer la douance de l'individu conditionnera dans une grande part la manière dont elle sera vécue.
Un regard positif, bienveillant & dédramatisé donnera toute la force & la confiance nécessaires pour bien vivre ce haut potentiel intellectuel. De même qu'un regard austère, critique, voire empli de déni ou de remarques indiquant "qu'on y croit pas", "que le psy a du se tromper", ne transmettra que de l'anxiété, un manque de confiance en soi & un mal-être.

 

Les Tribulations d'un Petit Zèbre, le livre du blog !

 

 

Il est donc capital de bien intégrer le fait qu'outre le surdouement en lui-même (& tout ce qui s'y rapporte effectivement dans le quotidien de la personne) il y a surtout la considération & l'entendement de cette particularité par l'ensemble de l'entourage.
On peut énormément souffrir d'un manque de compréhension émanant de la famille ou d'un enseignant. C'est la situation qui fait souffrir & apporte des difficultés, pas le haut ou très haut QI :!:

 

Une personne repérée comme étant HP suite à un bilan psychologique reste la même qu'avant ce bilan. Elle est née ainsi, le bilan ne change rien chez elle, il se contente de révéler ce qu'était déjà la personne & permet tout simplement de mettre en évidence ce qui la constitue.
Le bilan peut néanmoins changer le fameux regard porté sur elle. Et c'est là tout l'enjeu : trouver l'équilibre parfait entre prise en compte du surdouement (avec une authentique compréhension de ce qu'il est, de ce qu'il implique... sans tomber dans des excès du type "le surdouement excuse tout" !) & bienveillance rassurante. Le tout, dans l'idéal, dans un même état d'esprit chez tous les acteurs de la vie de l'enfant.

 

Mais il est vrai qu'il est souvent bien délicat de faire aller le mouvement dans un même sens, avec cohérence & mansuétude.
Autant lorsqu'il s'agit de la famille, cela peut se réaliser sans trop de soucis... quoique. Nombreux sont les couples à ne pas avoir la même conception de l'éducation, de la "place" accordée aux enfants & donc lorsque l'un d'eux se détache de la norme, il peut arriver que les parents ne s'accordent pas sur la manière de gérer ce statut d'enfant hors norme. Mais disons que le dialogue peut toujours, dans la plupart des cas, parvenir à s'établir pour avance petit à petit dans une même direction, au besoin avec l'aide du psychologue. Autant les choses se corsent quand il s'agit de s'assurer de la bonne compréhension côté enseignants ou famille éloignée, amis, etc.

 

Tout ce qui est en dehors du cercle familial resserré est évidemment plus difficile à maîtriser.

 

Ne nous leurrons pas : dans la réalité, il est impossible de tout contrôler, chacun ayant son libre arbitre. On ne pourra par conséquent jamais imposer notre vision de l'enfant à tous ses enseignants, à toute la famille, etc. Tout enfant, EIP ou pas, se verra immanquablement confronté à toutes sortes d'interlocuteurs, ne serait-ce qu'au cours de sa scolarité. Certains ouverts & concernés, d'autres obtus ou persuadés de connaître de qu'est un "vrai surdoué"...
C'est ainsi, & cela fait partie de la vie & de son apprentissage :-?

 

Qu'est-ce que le haut potentiel intellectuel ? Des éléments de réponse sur cette page de définitions 8)

 

Voilà pour la parenthèse nécessaire à mon sens quant à la manière de regarder son enfant après un bilan validant un haut potentiel intellectuel.
Mais avant d'en arriver là, beaucoup de familles se demandent concrètement comment savoir si l'enfant est surdoué.

 

Vous vous questionnez sur votre petit (ou votre plus grand), ou encore quelqu'un, autour de vous, vous a suggéré l'idée qu'il/elle soit hors norme. Que faire ?

 

Courbe normale de distribution de l'intelligence Les Tribulations d'un Petit Zèbre

Courbe normale de distribution de l'intelligence
Les Tribulations d'un Petit Zèbre

 

Dans un premier temps, il faut prendre contact avec un psychologue !

 

Mais attention, pas n'importe quel psychologue :hypno:

 

Pourquoi me direz-vous ? Parce que tous ne sont pas formés ni équipés pour faire passer des bilans psychologiques.
Par équipés, il faut comprendre disposer des batteries de tests officielles & dans leur version actuelle. Je ne le répéterai jamais assez : seule la dernière version est valable (& valide !) ; n'acceptez pas un bilan psychométrique dans une version antérieure (se référer à ce billet pour plus de détails) :-x

 

Les versions actuelles des échelles de Wechsler (largement majoritaires en France) sont :

 

WPPSI-IV (Wppsi dans sa 4ème version), depuis 2014
(enfants en âge préscolaire de 2 ans & 6 mois, à 7 ans & 3 mois)

 

WISC-IV (Wisc dans sa 4ème version), depuis 2004
(enfants en âge scolaire de 6 ans à 16 ans & 11 mois)

 

WAIS-IV (Wais dans sa 4ème version), depuis 2011
(adolescents & adultes de 16 ans à 79 ans & 11 mois)

 

 

Seul autre test officiellement reconnu (par l'Éducation Nationale) :

 

K-ABC-II (K-ABC dans sa version 2), depuis 2008
(enfants de 3 ans à 12 ans & 11 mois uniquement)

 

 

Par formés, il faut comprendre que dans la formation universitaire des psychologues, très peu de temps est alloué au surdouement (de même que dans la formation des médecins généralistes ou des psychiatres, des enseignants, etc. :down: ). Aussi il est indispensable de consulter un psychologue connaisseur & spécialisé dans ce domaine, sans quoi, le bilan pourra être mal fait (& mal analysé).

 

 

:idea: pour aller plus loin si la question des différents tests vous intéresse, je vous conseille cet excellent (& conséquent !) ouvrage, paru chez Dunod : "Guide clinique des tests chez l'enfant - 3e éd. : WISC-IV, Matrices progressives de Raven, EDEI, Figure complexe de Rey, NEMI-2, KABC-II", signé Bernard Jumel :up:

 


Cliquez sur la couverture
pour ouvrir le livre

 

 

Dans un 2ème temps, vous allez alors vous demander comment trouver ce psychologue spécialisé.

 

Et c'est une question de première importance ! Car rien ne signale, dans un annuaire par exemple, les psy capables de faire passer des bilans.
Comment distinguer alors ceux en mesure de le faire, de ceux qui n'y connaissent pas grand chose ?

 

Ce n'est pas simple ! C'est pourquoi il faut s'adresser à des gens qui, eux, ont des noms de professionnels sûrs.

 

Attention à la tentation du psy gratuit qui se traduit par la consultation d'un psychologue scolaire ou d'un psy en centre type CMP / CMPP.
Un enfant surdoué ne se résume surtout pas à un chiffre de QI ; il y a bien d’autres aspects, complexes & spécifiques. Aussi je vous conseillerais de ne jamais céder à l'appel de la gratuité. Si ces psy aident des enfants, ils font aussi de gros dégâts sur les EIP car ils ne sont que très rarement compétents en matière de précocité intellectuelle (pour plus d'infos, lisez ce billet).

 

La démarche la plus prudente est de vous rapprocher des antennes locales des associations de référence telles que l’AFEP ou l’ANPEIP qui pourront ainsi vous aiguiller, gratuitement, vers un cabinet de psychologues dans votre secteur géographique. Ces psy sont (théoriquement !) tous connaisseurs de la douance, & cela vous évitera bien des déconvenues ! :up:

 

Et si déception il y a (test dans une version obsolète, compte-rendu bâclé, etc.), surtout : faites remonter l'information à l'association qui vous a indiqué ce praticien.
Sans cela, les listes des associations ne peuvent pas être tenues correctement à jour :-o

 

Par ici, vous en saurez plus sr le coût d'un bilan :)

 

 

Dans un 3ème temps, les parents se demandent en quoi consiste un bilan. "Que va évaluer le psychologue sur mon enfant ?"

 

Un diagnostic de précocité intellectuelle se pose uniquement par un psychologue clinicien, après un bilan complet. Il faut savoir qu'un bilan psychologique comprend :
- d'une part un test psychométrique (qui est appelé "test de QI")
- d'autre part des tests de personnalité

 

En France, l'Education Nationale ne reconnait que 2 test de QI : l'échelle de Wechsler (que nous avons vue un peu plus haut, dans ses 3 versions selon l'âge de l'individu :arrow: Wppsi, Wisc, Wais) & le K-ABC.
Le test largement majoritaire dans les cabinets psychologiques demeure celui de l'échelle de Wechsler ; le K-ABC étant assez rarement utilisé dans la pratique.

 

Mais alors qu'est-ce qu'un test d'efficience intellectuelle ?
Plusieurs billets de ce blog vous éclaireront :
- les tests de QI (= tests psychométriques, aussi appelés tests d'efficience intellectuelle)
- comment est construit un test psychométrique ?
- toutes les questions autour du Wisc
- petit lexique en lien avec le surdouement à usage des néophytes

 

 

Dans un 4ème temps, une fois que le bilan est passé, l'analyse réalisée par le psy & l'entretien de restitution digéré ; le surdouement de l'enfant est avéré. Que faire ?

 

Beaucoup de parents m'écrivent en me demandant "Et maintenant ? je fais quoi avec ça ?" :oops:

 

Je crois que TOUS les parents d'EIP sont passés par cette phase. La sensation d'être livrés à eux-mêmes, avec un compte-rendu de bilan (aussi précis & détaillé soit-il), qui nous laissent un sentiment de flottement, de vide & de solitude au moment même où 1000 questions se bousculent dans la tête. Au moment aussi parfois où un des parents (voire les 2 !) réalise que, peut-être, ce portrait des EIP fait par le psy lors de l'entretien de restitution correspondrait à l'enfant qu'il/elle était... & que cela expliquerait bien des choses :hypno:

 

C'est une période délicate, peut-être plus encore pour les parents que pour l'enfant lui-même qui, en fonction de son âge, ne réalise pas forcément ce que son HQI ou THQI implique.
Les parents par contre ont souvent du mal à avaler la pilule en toute quiétude. Même si les histoires de chacun & les circonstances varient, on retrouve toujours la même impression de se retrouver seul, avec son enfant, face à un grand inconnu qui fait peur :!:

 

Voilà ce que je réponds dans ces cas-là aux lecteurs qui me demandent de l'aide : lisez ! Informez-vous, prenez le temps de découvrir ce qu'est réellement le haut potentiel intellectuel, oubliez les idées reçues qui accompagnent le mot "surdoué" dans l’inconscient collectif.

 

Il y a aujourd'hui des blogs (pas seulement celui-ci ! ;) ), des ouvrages, des émissions à écouter ou regarder. Les sources sont tellement nombreuses & de qualité qu'il serait dommage de passer à côté :)

 

Et je pense qu’appréhender un sujet en le maîtrisant, en le comprenant dans toute ses nuances est le meilleur moyen d'être apaisé & rassuré. Or un parent rassuré est rassurant, pour son petit ! :round:

 

Pour ces lectures, je vous encourage à consulter :
- ma page de sélection des meilleurs livres
- ma biblio (avec du bon & du "à éviter")
- ma rubrique "Au fil des pages"
- ma page à propos des surdoués dans la littérature

 

Je soupçonne un Haut Potentiel Intellectuel chez mon enfant, par où commencer ?

 

Dans un 5ème temps, dans la quasi totalité des cas, le bilan d'un enfant entraîne d'autres bilans dans la famille...

 

Que cela vienne du côté d'un parent, d'un grand-parent ou que les interrogations portent sur le reste de la fratrie, jamais je n'ai croisé de famille s'étant arrêtée au bilan d'un seul enfant LOL

 

Là où il y a un petit zèbre, il y a généralement une famille avec d'autres zèbres...

 

Parfois très bien camouflés, d'autres fois détectés dans leur jeunesse, mais sans en avoir été avertis (à autre époque, autre mœurs). Bref, les situations sont diverses, mais le questionnement, au delà de l'enfant bilanté, est une constante.

 

Moi-même, j'ai su que j'étais concernée par le surdouement le jour de la restitution du 1er bilan de mon zébrillon. Intuition validée par la suite par un 1er Wais (avant d'en passer un 2nd pour mon diagnostic du syndrome d'Asperger).
J'en parlais par ici :-D

 

Et quand on est adulte, les hésitations pour sauter le pas & passer un bilan auprès d'un psychologue sont à la fois grandes & légitimes. Ce n'est pas simple d'aller consulter en expliquant à 30 ou 40 ans "Je crois que je suis surdoué", surtout quand on ne s'estime pas si doué que ça... C'est à lire par là ;)

 

 

Voilà un petit aperçu du parcours type des parents qui se questionnent sur leur enfant, & qui pensent qu'il correspond à la description des enfants intellectuellement précoces.

 

J'espère avoir répondu aux questions les plus fréquemment posées & vous invite à lire les très nombreux billets de ce blog, bien d'autres thèmes y sont abordés, mais il me sera difficile de tout résumer en un seul billet :smile:

 

Enfin en conclusion, je conseille vivement la lecture de cet excellent petit ouvrage, tant pour les parents (qui se questionnent sur les EIP) que pour les adultes (eux-mêmes concernés par la douance) : "« Que sais-je ? » n° 3698 - Les enfants intellectuellement précoces" du psychiatre Gabriel Wahl :up:

 

Vous pourrez retrouver ma critique complète de ce livre, paru au printemps sur le billet qui lui a été consacré :)

 


Cliquez sur la couverture pour ouvrir
le « Que sais-je ? » sur les HPI

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

148 commentaires à “Je soupçonne un Haut Potentiel Intellectuel chez mon enfant, par où commencer ?”

  1. Nora dit :

    Un autre effet du bilan peut être une valorisation de l’enfant.
    Mon cadet a été testé il y a 5 ans, quand il avait 4 ans. C’est un petit zèbre très agité qui a canalisé pas mal l’attention. Mon aîné, jusqu’à cette année, même s’il a toujours été vif, n’avait pas attiré l’attention. Sa dyslexie l’avait pénalisé au CP, lui a fait perdre confiance en lui. Je l’ai fait tester cette année, suite à un très mauvais contact avec son instit de cm2. Ben le résultat est très bénéfique pour l’image qu’il a de lui même. Je le vois reprendre confiance en lui, sans prétention parce qu’il ne veut absolument pas que l’école et ses copains soient au courant. Mais il devait s’amaginer idiot et ce résultat lui a permis de comprendre qu’il ne l’était pas. Et il s’amuse maintenant, avec beaucoup de maturité, à décortiquer sa différence de réflexion.
    Donc ça peut être un soulagement! ;)
    Il m’en reste un troisième à faire tester pour avoir le tiercé dans l’ordre! ;)

  2. Agnes dit :

    Excellent billet ! Développement que j’explique 100 fois par an ! Merci à toi !

  3. Myriam J dit :

    Perso, je n’ai pas flippé à l’idée de » l’enfant rejeté de tous », puisque j’étais persuadé intérieurement que révéler la précocité permettrai à mon enfant de s’épanouir.
    Mon angoisse est arrivée plus tard , vis à vis du combat permanent avec l’entourage, le scepticisme, les clichés ont la peau dur, je m’en suis rendu compte rapidement.
    Soutenue par personne, ni même la famille qui ne s’intéresse pas à la précocité persuadée de savoir ce que c’est.
    Mon radar en marche je détecte rapidement les « oui,oui, on ne va pas la vexé, si ça lui fait plaisir » de la famille, ou encore les « oui,oui, mais on fait ce que l’on veut du système scolaire » sans parler des « oui,oui » du cmpp qui se révèlent obtenir des résultats mitigé, car pas formé sur la précocité.
    Au final, on me prend pour la mère poule qui veut tout contrôler, et garder ses enfants dans ses jupons. Pire encore, la mère donneuse de leçon persuadé d’avoir la science infuse en matière éducative.
    Snif snif, ce combat de chaque jour est tout de même très lassant.
    Soit je bataille comme antigone pour un idéal soit, je me mure dans un silence me désintéressant du sort des zèbres puisque je parle dans le vide.

  4. Eole dit :

    Merci pour ce billet, très riche pour les néophytes. Zèbre moi-même et mère d’un présumé zébrillon (et probablement d’une zebrette mais elle est encore jeune), je dois avouer que même si la diagnostic peut faire du bien, je me pose la question de l’utilité d’en parler à l’entourage, l’école etc… A la limite, à l’école je peux l'(entendre puisqu’il faut souvent adapter le cursus pour éviter l’ennui etc… mais quid des proches etc… car finalement, coller cette étiquette (même positive) de zèbre, c’est parfois aussi renforcer la différence.
    Les zèbres ont un cerveau qui carbure mais sont souvent en retard en terme de relation sociale, de gestion de l’émotion, hors, en mentionnant la « zébritude », on renforce auprès des autres l’idée du ‘cerveau performant’, ce qui n’est pas forcémenet dans l’intérêt de l’enfant puisque ce qu’il doit améliorer, pour moins souffrir de cette différence et de cette hyper émotivité etc..c’est l’autre facette, celle non cognitive, moins visible….

    J’ai rencontré des zèbres diagnostiqués de 8-9 ans qui n’avaient pas de bonnes compétences sociales, dont l’attitude des parents (avec bien entendu les meilleures intentions du monde) qui cherchant à nourrir le cerveau, rendaient leurs enfants assez infectes avec ses pairs, maladaptés et du coup en plus différent.

    Je ne dis pas qu’il ne faut pas tester, qu’il ne faut pas en parler à son enfant mais plutôt, comme pour une autre différence, qu’il ne faut pas peut être tout voir à travers de ce prisme… Un documentaire récent sur Arte il me semble (ou F5) m’a atterrée, on voyait une classe de HPI, pour moi c’était un ghetto où les compétences relationnelles des enfants n’étaient pas prises en compte…

    Actuellement, le zèbre suspecté s’en sort très bien à l’école (mais c’est le plus jeune de son année vu qu’il est né en décembre), adapte son niveau de langage en fonction de l’âge de l’enfant. Nous ne lui avons rien dit mais comme j’en suis aussi, on lui donne accès au chose qu’il l’intéresse et surtout on met l’accent sur l’aspect émotionnel, car personne d’autre ne le fera.

    Bref, c’est un vaste sujet… désolée du pavé mais merci pour le blog, toujours très intéressant.

  5. nathalie dit :

    Effectivement, que faire ? J’ai été très déçue par le flou et la banalité du contenu des différents bouquins et sites sur le sujet. En dehors de l’intérêt des témoignages et des réflexions que suscitent la diversité des histoires personnelles.
    Faut il faire sauter une classe, chercher un établissement spécialisé, faire faire de la musique, un sport collectif, une langue rare, insister pour un départ en colo, pousser vers une prépa, des études longues ? Il me semble que le concept de « Haut potentiel » n’apporte aucun début de réponse.
    Je n’ai donc pas fait passer de tests au petit frère.
    Je suis toujours un peu déconcertée quand je rencontre quelqu’un qui me demande, d’un ton enthousiasmé (proche) ou agressif (enseignant) si ma fille ne serait pas précoce. Que répondre « oui, et alors ? »

  6. Irène dit :

    Testée moi-même (++) après m’être reconnue dans le bilan de mon aîné (+++)….je me suis bien posée la question de « le dire » ou de ne « pas le dire » .

    J’ai opté pour ma part par « le dire » déjà par ce que nous sommes des habitués du suivi médical vu qu’il a une thyroïde qui refuse de fonctionner (« oui oui madame il en a bien une…mais elle est au point mort…à ce propos savez vous ce qu’est un idiot du village ? » m’a annoncé platement le professeur spécialisé de la question. La vie ne manque pas de sel LOL ) donc en plus de son endocrino, des prises de sang, de son levoThyrox à prendre chaque jour s’est ajouté un suivi psy, des rendez vous avec la maîtresse etc. ce que l’entourage n’a pas manqué de remarquer !

    Mais tout comme pour sa maladie je l’ai dit bien haut bien fort une fois. Pas la peine de s’éterniser. Je ne le cache pas, il est au courant puisque cela le concerne mais on ne peut pas dire que cela soit le principal sujet de conversation. Ni sa maladie d’ailleurs. On adapte le quotidien, on s’adapte, on essaie de faire au mieux :-D !

    Me concernant seuls mon mari et mon fils sont au courant…il n’est plus question de saut de classes, de jours sautés pour voir le psy, de réactions disproportionnées qui met mal à l’aise l’entourage…pour ma part il s’agit de déterrer le tout et en enfin mettre un terme à une forme de culpabilité de n’être pas…comme les autres :-?

    • Aurélie dit :

      Bonjour Irène,
      Je viens de lire votre commentaire concernant votre fils atteins d’hypothyroïdie. Ma fille, Louane, 8 ans a été diagnostiquée il y a 4 mois. Ce fut un choc…puis un soulagement…Louane a toujours étéb suivi au CAMSP, CMP, fait des bilans au CRA à Marseille, psy…bref la totale et à 8 ans, nous avions enfin une réponse et un traitement adapté (levothyrox). Nous assumons parfaitement et gérons je pense bien notre quotidien. Mais je fais face à un gros problème actuellement, louane à toujours été une élève  » moyenne » mais aujourd’hui en CE1 ( elle passe en CE2) c’est très très compliqué… elle ne retient plus rien de ce qu’elle apprend et à un très grand retard scolaire. Avez vous connu les mêmes problèmes? Peut être avez vous des conseils…
      Je me sens un peu désemparée, le fait d’avoir diagnostiqué très tardivement sa maladie, l’absence d’hormones a ralenti son développement intellectuel !!
      Merci de m’avoir lu, j’éspère avoir de vos nouvelles,n’hésitez surtout pas à me contacter par mail,
      Aurélie

  7. Cécé dit :

    Merci !
    Est-ce que cet article sera épinglé ? Ou référencé dans un des articles épinglé ? :-P

  8. Eole dit :

    Je suis bien d’accord avec Nathalie, je pense que cela soulage d’avoir une explication à certains comportements et besoins de nos enfants mais au delà de ça, je pense que l’adaptation doit être vraiment individuelle et surtout pour moi les aider au mieux c’est leur donner l’expérience de différents milieux, personnes, façons de penser, pour leur permettre, avec notre aide, de s’adapter car quand on est un zèbre, on se sent souvent martien, cela dit, il y a d’autres martiens pour d’autres raisons (couleurs, niveaux économique et social, maladie chronique etc…) et du coup ben les différences sont presques ‘banales’.

    Après, pour l’école je pense qu’il faut voir. Personnellement, enfant mes parents ont refusés les tests (j’avais 4-5 ans, ma mère est aussi une zèbre) et les sauts de classe, j’étais une des plus âgées de la classe mais j’y ai trouvé mon compte la plupart du temps dans une très bonne école et un milieu varié. A un moment je leur en ai voulu de ne pas m’avoir testée mais avec le recul, ce que je regrette le plus c’est de ne pas avoir rencontré d’autres zèbres (et vous savez qu’en général on se reconnait très vite), pour mon fils, si je vois qu’il n’est pas satisfait de ses amitiés actuelles (avec des enfants de son âge ou parfois 1-2 ans plus vieux), je verrais comment le mettre en contact mais actuellement il est content.

    Howard Gardner parle des intelligences multiples, je pense qu’il y a des zèbres multiples aussi!

  9. Perdue dit :

    Bon, je me retrouve bien dans vos comms, car je savais lire a 4 ans mais parce que mon frère âgé lui de 5 ans apprenait a lire en grande section à l epoque. Après en primaire j avais hâte à la rentrée pour avoir mes nouveaux livres… Je devorai mes livres de lecture et d histoireet après j attendais que ça se passe… ca s est compliqué en quatrième aucun travail, faut dire que j essayai de redoubler depuis la sixième puisque mon frere ayant des difficultés d apprentissage et ayant redoublé en ce2, ma mère nous a collés tous les deux dans le privé, parce que on est plus cadrés… Bref c est pas pour moi que je m inquiètes mais pour mon loulou de presque 4 ans qui présente les mêmes nsignes que vos ptits zebres. Et qui en plus a bcp de mal a gerer sa frustration, d ou les mises a la porte par la maitresse, qui lui dit egalement de se taire pour laisser les autres repondre parce qu elle sait que lui sait. Il lui a fait foiré ses evaluations des ps2 l an derniers, parce que lui ps1 et non évalué donc , s est invité et leur a soufflé toutes les reponses. En même temps il n est pas hors normes, ne sait pa lire, même s il reconnaît pleins de mots et qu il compte presque a l infini. Bref que dois je faire ?

  10. Belaparte dit :

    J’ose ! :-D je ne suis pas d’accord avec un élement de cet article, ou plutôt je propose une solution alternative: il faut le.dire, cet article tourne autour du test de « dépistage » et bien moi je pense qu’il n’est pas obligatoire. Le mieux si on soupçonne son enfant d’être surdoué est d’agir comme s’il l’était, sans passer par la confirmation d’un pro. Comme cela, on saute une étape, et si par hasard on s’est trompé (l’enfant n’est pas surdoué) on finira bien par s’en rendre compt et même si ce n’est pas le cas, il suffit juste de continuer à élever l’enfant en étant a l’écoute de ses intérêts. Pour prendre mon exemple, comme je me.reconnais dans 80% des témoignages de surdoués, je pense l’être bien que n’ayant pas « vérifié »

    • A. Zebrounet dit :

      Certainement pas ! Et ce que vous affirmez est très grave, car sans bilan, AUCUNE certitude, ni dans un sens, ni dans un autre :!:

      Élever « comme si » un enfant qui n’est pas HP est aussi maltraitant que nier le surdouement d’un haut ou d’un ts haut QI.

      • Belaparte dit :

        Je ne voulais pas lancer un grand debat, désolé :-? Ce que je veux dire c’st qu’un zèbre jamais testé n’est pas Forcément malheureux si son entourage le connaît bien.

      • sabine dit :

        Je suis d accord que nous ne pouvons faire de diagnostic sans un pro.
        Les résultats scolaires sont parfois trompeur et le comportement aussi.
        Il est important de faire un bilan et d en informer l établissement scolaire.
        Moi mon fils ne pouvais pas tenir un crayon convenablement et il ne supporte pas l echec, de ce fait il ne veut rien faire.
        Travailler avec sa tête est plus important pour lui. J ai fait appel à un graphologue.
        Maintenant c est mieux mais son comportement provocateur reste un problème.
        Pas facile d etre parents. :(

    • Desoph dit :

      Mon fils de 6 ans a été testé en début d’année THQI, nous l’avons fait car certain signe nous y faisait penser.
      Il était considéré par l’enseignement en grande difficulté, car il ne s’intégrait pas (restait seul dans son coin ou racontait des blagues a sa maitresse), Il a également été très souvent en cours de soutient pour tout ce qui touche le graphisme et l’écriture, les commentaires de l’école : il est de fin d’année, il est lent, il est rêveur, il ne sait pas écrire… Combien de fois il devait terminer ses écritures, ses dessins de la semaine le week-end. Nous avions consulté un ophtalmologue qui n’a rien décelé et qui indiquait qu’il avait une vue normale. Nous étions décidé a tout faire pour l’aider, pour faire disparaitre cette impression que nous laissait l’école (surtout la maternelle). Nous avons donc consulté une psychologue qui pratiquait les tests (le WISC IV) qui non seulement a confirmé notre sentiment mais à également permis de mettre à jour un problème de dysgraphie qui a été confirmé, il est maintenant aidé par une graphologue.
      Suite a ce test nous avons prévenu le psychologue scolaire et l’école primaire, et leur regard sur notre fils a changé, avec au départ une impression d’avoir une patate chaude dans les mains. Le temps aidant et permet d’apaiser, la maitresse qu »il aura à la prochaine rentrée tiendra compte de la différence de notre fils.
      Nous avons également fait tester sa grande sœur qui est également THQI, ce qui nous donnes pas mal de réponses aux différents évènement qu’elle a vécu. L’école primaire en tiendra également compte pour la prochaine rentrée.
      Les tests que nous avons fait effectuer ne sont pas là pour notre égo, par contre ils nous permettent de comprendre certaines réactions, et le rejet qu’avaient nos enfants de l’école. Si nous les avions pas fait, je ne sais pas ou nous en serions avec notre fils (surement à lui faire passer ses vacances a faire des feuilles et feuilles d’écritures et notre fille a lui imposer le cahier de vacance). Comme c’est si souvent indiquer sur ce blog le test permet de faire le point, autant pour nous que pour nos enfants et le moindre mérite et que cela a permis à tous de nous apaiser.

      Lorsque nous avons fait faire les test, nous recherchions des réponses a nos questions. Nous ne les avons pas fait pour nous vanter, pour exhiber nos enfants. Nous aimions nos enfants avant et nous les aimons toujours de la même manière. Et si les tests n’avait rien démontré, s’ils étaient dans la « norme » ce n’est pas pour cela que nous aurions changé. Comme tout parent qui aime ses enfants, on souhaite le meilleur pour eux, les aider a grandir, a découvrir le monde. Et pour affronter ce monde il faut les meilleurs armes (terme que je n’aime pas) et le test fait parti de cet arsenal à mon sens.

  11. Odile dit :

    Je cherche désespérément un psychologue compétent. Nous sommes à Briancon 05. :(

  12. Paulette dit :

    Merci pour cet excellent article.
    Ici on en est à la phase 4 : on fait quoi maintenant ?!
    Mon fils (9 ans 4 mois) m’avait toujours donné le sentiment d’être « différent ». Il y a 15 jours, test WISC IV passé par une psy agréée AFEP et un résultat QIT de 148. Je n’étais pas préparée à un tel résultat. J’avais juste l’intuition qu’il était « un peu » en avance. Choc violent pour moi (je ne pense pas être concernée personnellement par le surdouement).
    Je ne veux pas remettre en cause le bilan de la psy, même si cela me paraît tellement énorme ce résultat. Tellement énorme que oui, je l’avoue, ça me fait flipper.
    Je finis par me demander si mon loustic n’aurait pas appris assez rapidement à « faire semblant d’être comme tout le monde ». Je ne sais pas si c’est possible, si les enfants surdoués ont cette sorte de sixième sens qui leur dit « attention, ne montre pas trop tes capacités ! »
    Bref, je viens de mailer le CR de la psy à la directrice de l’école, en demandant juste le passage en double niveau CM1-CM2 à la rentrée. J’ai peur de le perturber en demandant un saut de classe, et aussi peur qu’il s’ennuie. Peur qu’il se fasse embêter par les « copains » (et j’ai appris que depuis la rentrée 2014, il avait été sujet à bcp de moqueries mais n’avait jamais rien dit). Peur qu’il soit malheureux. Peur …. de tout je crois !
    Alors, je lis, je lis, je lis, et j’apprends à connaître les zébrures de mon petit garçon :)
    Merci pour ce blog qui m’apprend bcp de choses,
    Bonne continuation à tout les parents de petits et grands zèbres.

  13. lg dit :

    Ce billet tombe à pic!
    je suis en plein doute, questionnement. Fiston présente des signes…plein de signes et j’en découvre certains autres à la lecture de ce blog et de l’ouvrage conseillé par le psy juste avant les vacances. Des petits détails que je mets sur le compte d’autre chose…
    suite à un CP catastrophe en terme de relation aux autres (mais paradoxalement « bon » du point de vue apprentissage, au vue du harcèlement, violences verbales et physiques subis toute l’année) et très particulier vis à vis de l’enseignante qui d’emblée reprochait qu’il soit seul lecteur dès septembre dans sa classe; fiston a passé le test. « Non concerné par un fonctionnement particulier »
    le bilan me semblait très « scolaire » genre tiré d’un ordi avec le prénom juste en remplacement de « patient X » mais, j’ai fait confiance, même si une petite voix dans ma tête me soufflait cependant que certains points n’étaient pas dans le vrai. Je ne pouvais mettre en doute la parole de cette psy conseillée par l’AFEP de mon département! Quelle prétention j’aurais eu ;-(

    Vous écrivez « Un enfant surdoué ne se résume surtout pas à un chiffre de QI ; il y a bien d’autres aspects, complexes & spécifiques. » Je crois bien qu’elle s’est cantonnée aux chiffres…n’a pas tenu compte de son histoire, scolaire d’abord, brutalement dégradée en entrant au CP, changement de classe en mars pour « renouveler l’environnement proche » et éviter « les monsieur je sais tout », « laisses nous le temps de réfléchir au lieu de répondre » et également, l’enseignante humiliante « pas la peine de savoir lire pour écrire aussi mal »… il a doucement glissé vers « je ne dis plus rien » « je me fais oublier en classe » et même caché qu’il savait lire l’heure depuis plus de 2 ans déjà etc etc.Il s’est éteint gentiment.
    Paulette écrit « Je finis par me demander si mon loustic n’aurait pas appris assez rapidement à « faire semblant d’être comme tout le monde ». Je ne sais pas si c’est possible, si les enfants surdoués ont cette sorte de sixième sens qui leur dit « attention, ne montre pas trop tes capacités ! » »
    je crois bien que ça fait partie du camouflage pour passer inaperçu ;-)
    La psy n’a pas non plus tenu compte du fait qu’il n’est dans un milieu francophone que depuis 4 ans au moment du test et pourtant…coté verbal…

    2 ans plus tard, après un changement d’école, j’observe bien que selon la relation avec l’enseignant il peut soit passer pour le lambda de la classe, soit attirer l’attention au max (on n’aide que les plus nuls ou ceux qui perturbent, c’est bien connu) mais les difficultés à gérer les émotions grandissent; c’est l’age me dit-on…

    je suis en plein doute car depuis 3 ans, la précocité est remise sur le tapis par divers professionnels plus ou moins en lien avec l’école (jamais par les enseignants toutefois). La dernière fois lors de l’équipe éducative, l’inspecteur de circonscription émet l’hypothèse…la réponse de l’instit fuse « j’en ai eu des fois dans mes classes et lui, non, c’est sur, il n’en est pas un » .

    je recontacte l’AFEP et là stupeur, la psy vue il y a 2 ans, n’est plus recommandée. Des tests ont été faussés (notamment problème de mise en confiance de l’enfant) et des enfants considérés comme non précoces l’ont été par d’autres psys…
    fortement ébranlée par cette nouvelle donne…ça ressemble bien à des familles qui veulent à tout prix que… non? sauf que je relis les tests, mes doutes reviennent…je décide de prendre RV avec un autre psy après rencontre avec des familles passées par lui et par une autre (il y a bien les chiffres des tests mais pour ces psys, le « reste » vient « pondérer », « moduler » le bilan global, je ne trouve pas le bon mot désolée, ) puis une conférence sur les idées fausses sur la précocité, finit de me convaincre.
    Après une heure de RV avec fiston et moi même, le psy pense qu’il y a de fortes probabilités pour que fiston ait un fonctionnement atypique, du cerveau…il me dit que nous citons spontanément dans ce qui nous amène chez lui, toutes sortes de signes sans qu’il ait besoin de nous les demander.
    prochain RV en septembre, il veut attendre 2 ans et faire repasser le test. Pour lui fiston a « sous performé » … il parle d’inhibition intellectuelle…

    difficile de faire confiance et de virer de ma tête ce que j’ai cru pendant 2 ans. Nous attendons…

    • lg dit :

      la suite…
      fiston a donc repassé le test et nous savons depuis vendredi qu’il est bel et bien concerné, « sans aucun doute possible » dixit le psychologue…
      2 ans de souffrances :cry: à cause d’une psy qui s’y connaissait soi disant…et en qui j’ai cru un certain temps…
      c’est un soulagement pour lui (et aussi pour moi qui commençait à me dire si ce n’est pas ça…qu’est-ce donc de « pire » :oops: ?).

  14. Anaïs dit :

    Merci infiniment pour ce billet :)
    Il m’as donné les renseignements que je cherchais.

  15. Ludo dit :

    Bonjour,
    Merci pour cet article et votre site. Nous n’en sommes qu’au début de votre blog mais nous sommes sûrs d’y trouver de nombreuses réponses.
    Notre question se pose davantage sur l’âge conseillé pour passer les tests.
    Notre enfant est âgé de 5 ans et de nombreux signes nous amène à penser qu’il puisse être precoce (saut de classe, hyperémotivité, gestion des émotions …). Il est aujourd’hui en CP et cela semble bien se passer à l’école ( il trouve de nouveau de l’intérêt pour l’école) mais ses excès, son manque de confiance et son comportement général nous pose question.
    Le fait de passer le test nous permettrait de mettre des mots sur tout cela et nous servirait surtout à mieux l’accompagner au quotidien.
    Pensez vous qu’il est vraiment nécessaire d’attendre strictement ses 6 ans pour faire ce test ?
    Merci pour vos réponses et conseils.

    • CarolineW dit :

      Bonjour,
      Il est difficile de répondre à votre place, c’est un choix qui vous appartient.
      Le chiffre de 6 avancé par les professionnels est, à mon sens , indicatif.
      Il situe la zone approximative.( quelle différence entre 5 ans et 11 mois et 5 ans et douze mois ? :) )
      Pour ma part si j’ai attendu ce moment pour faire tester mon fils c’est simplement lié à l’aspect coût: A 300 € le bilan, je ne voulais avoir à y revenir.
      Quoi qu’il en soit, me doutant depuis bien longtemps qu’il était rayé je me suis toujours comportée en conséquence.
      Rien ne vous empêche de toute façon de prendre un « simple » RV avec un psychologue spécialisé, il sera en mesure de vous conseiller.

  16. Géraldine dit :

    Je découvre avec curiosité votre blog. Je suis maman d’une petite fille de bientôt 5 ans qui est très vive, curieuse, qui « percute » rapidement, qui adore apprendre, avec une imagination débordante… Elle a développé le langage oral très tôt et très rapidement et notre entourage proche nous dit souvent qu’elle est très en avance pour son âge. De notre côté nous sentons bien, avec le papa, qu’elle est en décalage avec les enfants de son âge et avec nous. Cela créé régulièrement des tensions entre elle et nous (en vrai des grosses colères incontrôlables). Comme je suis enseignante (ne dit on pas que les cordonniers sont les plus mal chaussés?), j’ai en plus très peur qu’on me prenne pour « l’instit qui croit que ses enfants sont plus intelligents que les autres » et je fais un blocage complet. Nous avons souvent évoqué une consultation psy avec le papa mais sans savoir par quel bout prendre les choses et surtout à qui s’adresser. Votre article vient de m’apporter les informations nécessaires qu’il me manquaient. Merci beaucoup!

  17. Sophie dit :

    Je viens de découvrir votre blog et je sens que je vais le dévorer jusqu’à la dernière virgule ;)
    Je suis THQI (diagnostiquée il y a 25 ans et… plantée là, je vous passe les détails du calvaire ensuite) et je suis maman d’une petite fille de 9 ans au sujet de laquelle j’ai d’énormes présomptions…
    Son papa (non encore diagnostiqué parce qu’il s’en moque) est au minimum HQI (quoi qu’il en pense ;), c’est pour moi une évidence). Donc il y a de fortes chances pour que ma choupinette le soit elle aussi.
    Quand Je vois à quel point elle s’ennuie (pour rester polie) à l’école, le fait de lire que la « surdouance » serat un motif valable à la déscolarisation m’enchante au plus haut point… Là je suis en pleine recherche d’un psy valable, et c’est bien la galère… Mais je persiste, c’est trop important pour son bon développement et son avenir ! Je suis très bien placée pour le savoir ;)

    PS: je connais une famille qui n’a fait tester qu’un seul de ses enfants: la mienne !! C’est à mon sens l’une des multiples erreurs commises mais bon je vois bien quel point mes parentds pouvaient être chamboulés par la nouvelle me concernant… Mais c’était il y a 25 ans et à l’époque la surdoance était plus ou moins niée en France (plutôt plus que moins d’ailleurs)
    Je ferai certainement d’autres erreurs, mais pas les mêmes, ça c’est certain…

  18. Sido dit :

    Bonjour et merci pour la clarté du propos.
    Je soupçonne (comme Geraldine plus haut) ma fille de presque 5 ans de précocité, vu la spontanéité de ses remarques, la précision de ses analyses sur le comportement des autres, sa maturité à la fois affective et intellectuelle.
    Il ne semble pas qu’elle soit isolée des autres enfants (elle les dirige, visiblement), mais on constate un fossé entre elle et les autres, du point de vue du développement. Sa capacité à faire des déductions faisant appel à de nombreux champs est sidérante. Sa mémoire aussi. Pour autant, pas d’avance particulière en lecture.
    Je vois une psy vendredi, pour l’heure pas forcément pour la tester, mais pour se faire une idée sur l’opportunité de le faire.
    Cela plaidera pour convaincre l’école de lui faire sauter la GS. Nous pensons en effet que cela lui permettra de se confronter à un peu de contre pouvoir, ce qui fait défaut aujourd’hui à notre petite « commandante ».
    Ma soeur psychomotricienne me dit que le test ne fera que la conforter dans sa domination des autres. Moi je veux juste savoir. Elle me dit qu’au fond, je SAIS déjà.
    Nous avons pris la décision de savoir, officiellement. Mais son point de vue ne me semble pas idiot…

    Je pense avoir été une enfant singulière, isolée, avec des facilités. Dans un souci d’égalité entre les enfants, je pense que mes parents se sont voilés la face.

    Bref, merci pour ce blog, encore.

  19. Delphine73 dit :

    Merci pour ce blog qui fait du bien !
    Pour ma part, je suis maman de 3 filles et je souhaiterais donner un retour d’expérience (meme si c’est encore assez récent) sur le cheminement suivi par un enfant THQI aprés un saut de classe.

    Suite à un début de désinvestissement scolaire de la part de la 2ème (ennui), et après conseil auprès de l’ANPEIP, nous sommes allés consulter la psychologue recommandée par eux. Bilan : HQI avérée, mais pas de saut de classe conseillé en raison de l’hétérogénéité du profil cognitif. Malgré tout, aprés ajustement avec la maitresse (CP puis CE1), ça l’air de beaucoup mieux se passer à l’école.
    Cependant, l’ainée, excellente depuis toujours (et pas qu’à l’école d’ailleurs…), mais sans doléance particulière, à commencé à se poser des questions, et à demander elle aussi à passer un bilan. Résultats : THQI avec une parfaite homogénéité ! D’où un saut de classe un peu précipité, mais validé par tout le monde (enfant, parents et enseignant) de CE2 à CM2, décidé au dernier moment pour que cette accélération puisse se faire en primaire et pas au collège.
    La rentrée a de notre coté été assez chaotique. Notre fille a du remettre en cause (dans la douleur et les cris souvent !) tout son comportement à l’école depuis toujours : aucune attention en classe mais sage car lisait des magazines, aucune aptitude à travailler, aucune capacité à demander de l’aide, aucune capacité à accepter ses erreurs et donc à se corriger (accepter de ne pas avoir tout juste du premier coup comme avant…). Suite à ces difficultés, j’avoue m’être posé beaucoup de questions et avoir énormément douté du bien-fondé de notre démarche, « pourquoi brusquer les choses ? » et tout ça.
    Après quelques semaines à lui apprendre à apprendre, et après des premiers résultats encourageants pour elle (écouter en classe, refaire les exercices, apprendre de ses erreurs, se servir de sa leçon…), le bilan est finalement plutôt positif, et nous sommes maintenant sereins sur ses capacités à travailler (un minimum !) pour s’adapter. Effectivement, à mon sens, les gens qui s’en sortent le mieux plus tard ne sont pas nécessairement les plus intelligents, mais plutôt ceux qui disposent des meilleures méthodes de travail.
    J’avoue qu’aujourd’hui, je suis assez en colère contre les enseignants qui ne nous avaient jamais rapporté un « problème » comportemental. Il ne me parait pas très sain de laisser un enfant grandir dans une trop grande facilité intellectuelle (comme dans une trop grande aisance financière d’ailleurs !). Evidemment, de son coté, la maitresse n’a pas l’air d’être dans l’accompagnement de cet apprentissage, mais plutôt dans la déception d’avoir accepté dans sa classe (un peu obligée certes…) une enfant qui n’est pas le petit génie espéré, mais à qui elle doit (enfin devrait) fournir une pédagogie que ses prédécesseur n’ont pas su transmettre, donc pour elle une enfant immature….

    Mais, heureusement, nous sommes confiant dans les capacités de notre fille, et de son propre aveux, c’est quand même plus intéressant cette année en classe !

  20. happyfj dit :

    Bonjour j’ai 12 ans et je voulais vous dire à quel point votre article m’a intérésser. Je me sens différente des personnes de ma classe et je déteste l’école même si j’ai de bon résultats scolaires. Je me réfugie souvent dans les livres et je pense que JE M’APPELLE MINA vous interresera (mais peut-etre l’avez vous déjà lu?) J’ai eu tendance à m’isoler ces derniers temps mais j’ai eu la chance de rencontre une personne merveilleuse. Elle a appris à dessine et faire de la musique toute seule. Et je me suis souvent interrogé sur son intelligence. Enfin, je voulais juste vous remercié d’exister car vous m’avez bien éclairé et j’ai appris bien plus de chose en lisant votre article qu’en une semaine d’école.
    PS: Exuser mes fautes d’ortographes.

  21. Olivia dit :

    Bonjour, je suis la maman d’un petit garçon de 6 ans qui a beaucoup de soucis de nervosité, d’hypersensibilite, d’acceptation de l’opposition, d’exces…
    Il était deja allé voir un psychologue il y a presque 2 ans. Ce fut utile mais cela ne nous a malheureusement pas conduit sur le chemin de la solution… aujourd’hui j’ai recontacté la psy que nous avions vu il y a 2 ans car mon petit garçon ne va pas bien. Il s’enfonce dans l’exces, a 15h il veut changer de famille, a 18h nous sommes les meilleurs parents du monde. Il dit souvent qu’il ne veut pas exister, qu’il se sent « pourri » et que s’il fait beaucoup de bêtises c’est de la faute de son cerveau qu’il ne parvient pas à controler. Par ailleurs nous sommes épuisés car bien qu’il se soit calmé ses dernières annees il reste un petit garçon tres actifs (sur-actif a dit le médecin scolaire…) physiquement et encore davantage oralement. Un moulin à parole ! Cela fait 6 ans que nous n’avons plus le moindre espace dans nos têtes de parents ne serait-ce que pour s’entendre penser ! D’autant plus que sa petite sœur de trois ans, qui elle est très loin de la dépression en revanche, va tout même tres tres vite également. Mon fils a l’ecole est qualifié de tres lent par la maîtresse (pas devant lui, je vous rassure !) elle dit que ce n’est pas une histoire de capacité mais de bon vouloir et de « présence ». Car l’un des gros problèmes de mon fils est celui la aussi. Il est rarement avec nous, mentalement parlant. Il est dans son monde. Et souvent si on lui dit d’arreter de courir, il ne sait pas ce qu’on vient de lui dire et ne s’est même pas aperçu qu’il courrait… Du coup il est tout étonné de se faire disputer… Au regard de tout cela, la psy nous a conseiller de le faire tester, car pour elle, il présente les « signes négatifs » d’un enfant à haut potentiel. J’avoue que je suis sceptique car si mon fils parle tout le temps et est effectivement très intéressé par les question de mort, de vie, de naissance etc… A mon sens il n’a pas cette capacité de compréhension si rapidé décrite souvent dans les témoignage de personne à haut potentiel. Ce qui est plutôt choquant chez mon fils, c’est son incompréhension des choses sur tout un tas de sujets (notamment du quotidien) car il écoute deux mots dans la phrase et ce crée son histoire autour. Cependant il est vrai qu’il est tres mûr sur certains sujet (style la naissance) et pourtant si immature partout ailleurs ! est-ce que cela vaut vraiment la peine de le faire tester sachant que nous ne sommes pas non plus hyper riches et que le cnahp a un délai d’attente de 2 ans !!!
    Si quelqu’un peut m’eclairer… Merci par avance.
    Olivia

    • CarolineW dit :

      Bonjour Olivia,

      C’est une décision qu’il vous appartient de prendre.
      Dans la mesure ou tous les enfants surdoués sont différents seul un test psychométrique pourra vous apporter une certitude.
      Cependant la lecture de votre post me rappelle l’attitude d’un ami de mon fils, hyper-actif, et les livres d’O.Revol traitant du TDA .( la frontière entre grand potentiel et hyper-activité peut être très ténue quelquefois)
      En tout état de cause le bilan permettra de mettre en lumière le fonctionnement cognitif et affectif de votre enfant , de détecter un surdon et/ ou d’orienter vers un TDA ou DYS.

    • lili dit :

      Bonjour,
      Le bilan permet de faire un point et de rassurer tout le monde. Rassurer d’abord votre enfant et ensuite vous aider à mieux le comprendre et décoder son fonctionnement pour limiter les situations de conflits et soulager la famille. Pour notre ainée toujours dans l’excès, très en conflit à la maison, et très très émotive, analysant tous ses ressentis tout le temps, nous avons fait la démarche psy vers ses 4 ans. On a constaté un petit mieux sur la gestion de ses émotions mais pas de miracle et à force de recherche et « d’intuition » nous avons pris rdv au cnahp car nous voulions écarter l’idée d’une pathologie plus lourde type bipolaire…et comme nous avions des doutes sur la précocité, on s’est dit autant aller tout de suite dans un centre spécialisé. L’avantage chez eux, c’est qu’il font aussi passer des tests de personnalités supplémentaires pour évaluer aussi tdah, dépression, pb scolaire…donc on fait vraiment un bilan complet. Nous avons en effet attendu plus d’un an et nous avons dû y aller 4 ou 5 fois donc c’est un investissement (340 euros aussi) mais nous ne regrettons pas. Ca nous a rassurés sur le fait que tout allait bien, elle s’est vue aussi rassurée sur ses compétences elle qui se trouvait nulle et pas comme les autres et nous avons été orientés vers une prise en charge unique en psychomotricité qui a duré 6 mois. Maintenant elle est épanouie, moins dans le conflit et nous sommes très confiants sur ses capacités à grandir le plus sereinement possible. Ca nous a aidé à retrouver aussi confiance.
      Pour notre deuxième, les soucis sont venus de l’école surout à son entrée au cp alors qu’à la maison ras. Il n’est pas « prise de tête » comme sa soeur mais comme votre fils, il bouge tout le temps, est un peu dans son monde et ne s’en rend pas compte. Ayant déjà passé pas mal d’étape pour l’ainée, nous avons rappelé le cnahp et convenu avec eux de voir directement une psy spécialisée en « zebres » plus près de chez nous car nous nous doutions fortement du diagnostic mais il s’agissait avant tout de rassurer l’école qui l’avait étiqueté « hyperactif » alors qu’il est capable de rester concentré des heures sur un livre ou un sujet qui ‘l’intéresse’. Le prix a été sensiblement le même et le bilan nous a aussi éclairé sur un fonctionnement qui nous avait échappé chez lui (zebre aussi) car il est assez introverti alors qu’on l’avait rapidement identifié chez sa soeur. Autre voie, mais là encore, le bilan nous a apporté des mises en lumière qui nous aident à mieux l’accompagner dans ses difficultés ou son intégration à l’école.
      Donc OUI, le bilan ne révolutionne pas la vie, mais apporte une analyse extérieure qui aide.
      Bonne réflexion

  22. Corinne dit :

    Bonjour, merci pour ce blog et toutes les informations que vous nous indiquez.
    J’approfondi le concept de zèbre, car je suis en échec professionnel et en bilan de compétences à 47 ans.
    Dans les questions à l’entourage, un collègue m’a soumis le concept. Maintenant, il faut que je fasse les tests (ou pas) et que je relise mon histoire à la lumière de tous ces éléments.
    Ce qui m’inquiète est que je serais une nouvelle fois dans une minorité !!
    En effet, je fais déjà partie de la minorité homosexuelle… Comment vivre dans une minorité de minorité ?
    Je n’attends pas de réponse, mais connaissant déjà la discrimination de faire partie d’une minorité, est-ce que cela va se cumuler ?
    J’avais juste besoin de l’écrire. Merci

    • Bonjour Corinne,

      je dirais que ces deux minorités ne vont pas se cumuler si vous confirmez vos soupçons, dans le mesure où mettre un mot sur une sensation vague et tenace ne change rien aux faits.
      Quand on réalise le fonctionnement intellectuel des personnes HP (ou surdoués ou je ne sais quelle affreuse appellation encore, zèbre en effet c’est mieux, même si ce n’est pas encore « ça ») on ne découvre pas quelque chose qui n’existait pas avant. On trouve un mot pour nommer ce que l’on suspectait depuis toujours de manière instinctive . Et finalement c’est un soulagement intense de comprendre pourquoi on se sentait si souvent à côté de la plaque avec la plupart des gens, alors qu’avec de rares autres, on pouvait être « normal ».
      Courage ; comprendre et savoir ça fait plus de bien que de mal je crois :)

  23. shiro dit :

    Bonjour en fait j ai 15 ans et je me pose pleins de questions en fait je me demande si je ne serai pas un « zebre » comme vous dites et je suis tombée sur ce site en en ayant vu pleins d autres c est a peu près le seul qui me paraissait vraiment informé et capable de me répondre. Déjà j ai beaucoups mais vraiment énormément de mal a parler aux autres car souvent ils ne me comprennent pas et se moquent c est extrêmement désagréable, du coup je ne reste qu avec ma meilleure amie qui est dans la même situation (on pense exactement de la même manière mais bien sur différemment des autres) par exemple quand je vois les autres personnes de ma classe je me demande s ils ont quelque chose dans le cerveaux ne serait-ce que par leur sujets de conversation j ai toujours été très intéressée par la culture (en particuliers astrophysique mais aussi sur l histoire bref un peu de tout) et je les vois parler de télé réalité ou stars ou personnes connues mais sans intérêt particulier. Et encore un autre exemple j » étalai »(comme ils disent) en cour de physique mon savoir et mes recherches et derrière moi j entend mes camarades lachants des commentaires du style « mais ou tu as appris sa? » , « t es une intello, ou quoi? » , »elle est bizarre » une personne est même venue et m a dit « mais tu regarde quoi a la télé? » et je lui ai répondu que je regardais des documentaires, des reportages ou que je ne la regardais pas et elle m a dit en réponse  » t es vraiment bizarre toi! »

    Donc je voulais savoir si vous aviez des conseils a me donner désormais j essaye juste de faire semblant d être comme eux même ou alors je m isole avec ma meilleure amie (ce qui est le plus agréable d ailleur) je compte aller faire les testes dès que je rentre de vacances je voulais juste un avis de personnes vivant le HQI et le THQI .
    J j’espère ne pas vous embarrasser avec mes questions d « ados en pleine puberté » et je m excuse de la multitude de fautes que j ai faite mais étant sur mobile le clavier n est pas pratique! ^^’

    Bonne journée, Shiro.

  24. shiro dit :

    Rebonjour pour compléter mon commentaire plus haut je dirais que j ai comme « symptômes » (je ne sais pas trop comment appeler cela) le fait d être pas mal émotive mais depuis longtemps je me sens obligée de les garder en moi j ai aussi une certaine peur de l échec vraiment importante et je me sent vraiment mieux avec des adultes plutôt que les personnes de mon âge. Et j ai vraiment beaucoup de mal a aller vers les personnes de mon âge, j ai d ailleurs l impression d être différente d eux en me préoccupant de mon avenir (sa fait depuis la 5 eme que je sais ce que je veux faire donc sa fait 4 ans)ainsi qu en pensant et prévoyant beaucoups de choses comparé a d autres qui s en fichent et je ne sais pas si je pourrais venir en cour si ma meilleur amie n n’était pas la. . . J ai besoin d un avis si vous pourriez me répondre se serait vraiment très gentil j en serai très contente ^_^.

    Au revoir, Shiro. (Encore désolée pour mes fautes)

  25. shiro dit :

    Bonjour en fait j ai 15 ans et je me pose pleins de questions en fait je me demande si je ne serai pas un « zebre » comme vous dites et je suis tombée sur ce site en en ayant vu pleins d autres c est a peu près le seul qui me paraissait vraiment informé et capable de me répondre. Déjà j ai beaucoup mais vraiment énormément de mal a parler aux autres car souvent ils ne me comprennent pas et se moquent c est extrêmement désagréable, du coup je ne reste qu avec ma meilleure amie qui est dans la même situation (on pense exactement de la même manière mais bien sur différemment des autres) par exemple quand je vois les autres personnes de ma classe je me demande s ils ont quelque chose dans le cerveaux ne serait-ce que par leur sujets de conversation j ai toujours été très intéressée par la culture (en particuliers astrophysique mais aussi sur l histoire bref un peu de tout) et je les vois parler de télé réalité ou stars ou personnes connues mais sans intérêt particulier. Et encore un autre exemple j » étalai »(comme ils disent) en cour de physique mon savoir et mes recherches et derrière moi j entend mes camarades lachants des commentaires du style « mais ou tu as appris sa? » , « t es une intello, ou quoi? » , »elle est bizarre » une personne est même venue et m a dit « mais tu regarde quoi a la télé? » et je lui ai répondu que je regardais des documentaires, des reportages ou que je ne la regardais pas et elle m a dit en réponse  » t es vraiment bizarre toi! » Apres je suis aussi très émotive, j ai beaucoup de mal a aller vers les personnes de mon âge et me sens bien plus a mon aise avec les adultes j ai aussi très peur de l échec. Je me suis toujours sentie différente et en classe j ai tendance a me reposer sur mes facilité (13.5 de moyenne sans rien faire mais sa il vaut mieux ne pas le dire ‘_~) j arrive aussi a comprendre assez vite des choses compliquées (j ai il y a 2 ans étudié la physique quantique de mon côté hors cour) bon je vais arrêter la je n aime pas me vanter

    Donc je voulais savoir si vous aviez des conseils a me donner désormais j essaye juste de faire semblant d être comme eux même ou alors je m isole avec ma meilleure amie (ce qui est le plus agréable d ailleur) je compte aller faire les testes dès que je rentre de vacances je voulais juste un avis de personnes vivant le HQI et le THQI .
    J j’espère ne pas vous embarrasser avec mes questions d « ados en pleine puberté » et je m excuse de la multitude de fautes que j ai faite mais étant sur mobile le clavier n est pas pratique! ^^’

    Bonne journée, Shiro.(et Joyeux Noël au passage!)

  26. Eleonore dit :

    Bonjour à toutes et tous
    Merci pour cet article, et tous les mots postes, je suis maman divorcée de 2 enfants (zèbres devrais je dire) de 8 et 5 ans…Enfin pas facile de dire zèbre car devant mon divorce, il y a maintenant 3 ans, j’ai emmené mes enfants voir une psy afin qu’ils puissent parler de tout ce chamboulement. Et là on nous a annoncé que notre fils était à priori un zébre. Malheureusement, il n’a pas passé de test car son papa pense que c’est juste qu’il se débrouille bien et c’est tout; Et puis la en décembre notre zebre de 8 ans s’amusait à dessiner en classe, alors la maitresse lui donné des exercices de la classe supérieur (CM1) puisqu’il lui arrivait de répondre aux questions (en effet classe mixte CE2/CM1/CM2) à la place des élèves eux même. Du coup il est désormais en CM1. Mais pas facile car son papa reste toujours fermé à l’idée d’avoir un zebre.
    Et puis mon zebre est plutôt introverti et cache ses sentiments, du coup dernièrement il m’ a avoué qu’il voulait se faire exclure de l’école..;Tout cela parce qu’ il continu sur certains exercices à avancer plus vite et qu’il ne comprend pas sa différence….Pas simple à lui expliquer, j’ai donc pris l’exemple de voiture, en lui expliquant qu’il avancer à la vitesse d’une ferrari et ces copains à celle d’une toyota;…au moins cela fait rire….
    Maintenant je cherche des activités, exercices pour le motivé et lui permettre de s’épanouir;..
    Le souci est que suite à tout cela j’ai consulté pour sa sœur de 5 ans et là j’ai découvert que j’avais surement un zèbre mais avec d’autres caractéristiques;..du mal a ranger, discute beaucoup les ordres, hypersensibilité…
    Et alors le clou de tout cela, c’est qu’après avoir lu le livre de Jeanne Siaud-Facchin, je me suis dis que c’était marrant que certains trait me rappelle des choses de mon enfance… mais la pomme ne tombe jamais loin de l’arbre donc moi l’idiote de la famille n’ayant jamais brillé dans la famille, soupe au lait comme on me qualifiait..Je ne pouvais pas non certainement pas être un zebre… Tout au plus un joli cheval…et c’est tout. Mais après un rdv chez la psy pour faire le point sans les enfants…voilà qu’elle me demande de lire « trop intelligent pour être heureux, l’adulte surdoué » excusez moi du peu mais j’ai rigolé dans mon fort interrieur;.. Mais je l’ai commencé et puis je me suis arrête …Non??? pas possible…ce n’est que coïncidence…et puis après un énième rdv, la psy me dit qu’elle est elle même HPI et qu’à priori je le suis aussi…Donc nous sommes trois zèbres qui essayons de nous comprendre et nous accorder avec nos questionnement, nos sentiments…etc… Pas simple, surtout quand pas de bilan complet possible (le papa ne veut pas en entendre parler) mais je me suis affiliée à l’AFEP en ce début d’année 2015 afin de nous aider au mieux
    Bon week end à vous

  27. sarda mag dit :

    Bonjour,je suis maman de jumeau de 7 ans un garçon, et une fille qui a fait un test WPPSI III à 5 ans et 4 mois la conclusion était « très supérieur » car nous avons pas eue un chiffre de QI.
    Voyant ma fille avoir des périodes de tristesse d’insomnie des comportements très sensible je me suis donc posé avec elle pour discuter et à sa demande elle a voulue faire le test de QI celui à partir de 7 ans car elle se souvenait que la psy nous avait dit qu’au vue de ces résultats il faudrait lui faire faire le WPPSI IV chose que l’on a fait,j’avoue que le résultat qu’on aura la semaine prochaine me fait un peu peur car je sais pas comment agir avec elle car d’un côté on a une psy qui nous dit de la nourrir intellectuellement de la faire travailler à la maison et de l’autre la psy scolaire et la maîtresse qui nous dit qu’elle travaille bien mais qu’elle est pas surdoué,et qu’il ne faut pas la faire travailler à la maison ,donc qui croire , que faire je suis un peu perdue et puis il y a son jumeau donc faut gérer ça car même si lui ne s’en préoccupe pas j’ai le sentiment que ma fille qui est demandeuse de plus travailler et surtout du travail plus dur (chose que la maîtresse refuse )qui nous dit » je suis différente des autres mais pas de mon jumeau » elle ne veut pas sauter de classe car elle sait qu’elle sera avec son frère en CE2 alors une fois le résultat du test que faire ça fait 2 ans que je me bat contre un système scolaire car ils ont changés d’école suite à ces soucis et là j’avoue que je sais pas je suis qu’une maman mais je veux qu’ils soient bien épanouies heureux quoi! alors si vous avez des conseils je suis preneuse.
    Un grand merci d’avance

  28. Angélique dit :

    Bonjour,
    Je me retrouve bien sur ce forum, en effet, j’ai une fille de 18 ans que j’ai toujours soupçonnée d’avoir un haut potentiel. En primaire, elle était déjà très autonome et durant ses études, jamais elle n’a demandé de l’aide.
    Tout s’est compliqué en 1 ère année secondaire, elle était très isolée, les élèves de sa classe étaient moqueurs, distants, désagréables avec elle, surtout lorsqu’elle était plâtrée. Elle aimait participer aux cours mais les élèves chuchotaient toujours sur elle. Elle rentrait triste à la maison, déprimée. Des ennuis de santé sont apparus ensuite, opérations des genoux, hypothyroïdie, colopathie fonctionnelle et elle a manqué pas mal à l’école. Elle a rattrapé ses absences et a passé ses examens sans souci mais il y avait toujours la méchanceté des élèves sur ses absences et ils l’a qualifiaient d’élève fantôme. Ce qui l’enfonçait davantage. Venait s’ajouter à cela un immense ennui aux cours, une dépression, perte d’intérêt pour tout. Nous avons consultés plusieurs pédopsychiatres, qui ont diagnostiqué un décrochage scolaire, dépression, sentiment d’abandon d’un père absent et ont prescrit des neuroleptiques, antidépresseurs à 15 ans !! J’étais complètement effrayé, et j’ai refusé de lui imposer ça. C’est à avoir peur de passer la porte de ces soit-disant spécialistes, c’est alors qu’une psy de l’école l’a aiguillée vers le domaine de la coiffure, j’étais sceptique car je pensais qu’elle avait une telle facilité pour étudier, mais j’ai laisser à ma fille de faire ce choix. Cela fait 2 ans à présent, elle est à présent en plein doute, elle déteste le niveau de sa classe, même si elle a pu sauter une classe en cours généraux, avec ses patronnes, elle ne se sent pas respectée ni évoluée. Le psy de l’école lui a dit qu’elle était HP, mais elle ne sait plus quoi faire, tout se chamboule dans sa tête qui ne fait que penser, penser et encore penser ! Elle pense qu’elle a un parcours chaotique et se dévalorise. Elle aime dévorer des tas de bouquins, c’est sa passion. Elle aurait aimée être criminologue ! mais se décourage de passer le jury central pour reprendre des études ! Pourtant, je la sens capable de réaliser cela mais son estime d’elle-même en a pris un coup ! Elle n’a aucune amie, n’a pas fait sa jeunesse, se sent complètement exclue. Je cherche des pistes pour l’aider, merci pour vos informations.

  29. baslou dit :

    Bonjour ,

    Je suis la maman d’un enfant de 10 ans qui pourrait être zèbre d’après la psychologue.
    Le problème est qu’il refuse de passer les tests pour le moment.
    Son principal problème est qu’il s’angoisse sur beaucoup de sujets (le réchauffement climatique / les attentas / les maladies etc…). Comment peut-on l’aider à être moins angoissé? Comment l’inciter à passer ses tests?
    Merci de vos partages d’expérience

    • CarolineW dit :

      Bonjour Baslou,

      Pour les tests je l’avais présenté à mon fils comme des jeux trés rigolos et surtout un moyen de comprendre comment il fonctionne. Bien évidemment je n’ai jamais prononcé des mots tels Tests, Evaluation ….
      Aprés , pour les angoisses, ne connaissant pas votre fils , il est difficile de répondre.
      Mais, et c’est ce que j’ai toujours fait avec les mien, avec ces enfants si intuitifs je pense qu’il ne faut jamais tenter de diminuer, amoindrir l’objet de leur crainte.
      Bien les écouter, reformuler  » Tu penses donc que …. et tu crains …. » , c’est bien ça ?
      Se montrer à l’écoute:  » Bien sur, tu as raison, moi aussi je pense que, moi aussi qqfois j’ai peur que … »
      Et surtout rationalier l’objet de la peur : « Bien sur que cela peut se produire, mais le risque est minime parce que, compte-tenu de la configuration des plaques tectoniques , dans notre région il y a peu de tremblements de terre … » pour prendre cet ex .
      « Oui la terre se réchauffe et nous sommes tous en danger , tu as raison, mais …. Nous commençons à être sensibilisés et les gouvernements … »

  30. laetitia dit :

    bonjour , et merci pour ce blog qui est tres interessant .
    je vous ecrit ( et m excuse d avance car cela risque d etre un peu long ) , car nous rencontrons des difficultés scolaires avec notre fils et ne savons plus vraiment vers qui nous tourner .
    je vais essayer de vous en faire un bref resumé .
    point important , mon fils , a ce jour n a pas etait reconnu hp et ne l est peut etre pas ( d ou mes doutes et mes questionnements ) .
    mon fils s appel leo et il a , a ce jour , 6 ans ( et donc en cp ) .
    rapide presentation : tout petit , il etait un enfant tres eveillé et tres dynamique . il a marché a 11 mois mais n a parlé qu assez tard ( vers trois ans ) par , contre , quand il s est mis d un coup a parler , il a de suite fait des phrases completes , employant parfois des mots compliqués qui etonnés son entourage . ( mot que des enfants de son age n emploient pas habituellement et qui etaient places dans leurs contexte .
    des la maternelle , les soucis ont commences :
    l instituteur nous repeté regulierement que leo  » amusait » tout le monde , faisait le clown au lieu de faire ses coloriages et etait regulierement puni pour cela . a ce propos , il etait pour le coup tres aimé des autres enfants ( les faisant rire sans arret ) .
    la premiere année de maternelle terminée , il passe en seconde année ( toujours avec le meme instituteur ) . et rebelote … tres souvent puni , mis a l ecart par l instituteur ( qui pendant une semaine l a mis seul dans une piece separée pour qu il n empeche pas les autres de travailler ) etc …
    nous discution beaucoup avec leo afin d essayer de comprendre pourquoi il se comportait comme ca a l ecole , et un jour , il nous a dit naturellement : j en ai marre du coloriage , ce ne m interresse pas , alors je prefere m amuser ! ok ….
    a savoir , que leo est un petit garcon hypersensible ( je le suis aussi ) , et que pour le coup , beaucoup de chose le touche prfondement ! ( il s est tres vite sentit rejeté par l instituteur )
    il a beaucoup d empathie ( peut etre trop ) et de ce faite , depuis qu il est tout petit , est tres genereux ( un peu trop aussi :-) ) a un age ou dans la nature des choses , on ne partage pas trop , et bien lui au contraire , nous devions le freiner car il etait pret a donner n importe lequel de ses jouets ( meme celui qu il preferait ) a ses copains .
    l année derniere ( il avait 5 ans ) , l ecole a fait realiser par les eleves , un sac , avec leur dessin dessus .
    ce sac etait evidement payant pour nous les parents . ( nous en avons commandé un )
    lorsque je l ai recuperer a l ecole , il avait recu ce sac , qui contenait 3 ou 4 paquets de gateaux .
    léo etait soucieux et restait scotché dans la cour : je lui ai dit :  » allez leo , on y va !  » , il m a regarder d un air grave et m a repondu :  » mamant s il te plait , est ce que je peux aller donner un paquet de gateaux a oxcence ( un amis de sa classe ) , parce que tu comprend , c est le seul de la classe qui n a pas eu de sac !! j ai mal au Coeur pour lui !  » je lui ai repondu que biensur qu il pouvait aller lui donner , et que j etait fiere de sa generosité !
    avec son pere , nous etions content qu il ai cet etat d esprit , mais a coté de ca , cela nous a fait nous poser des interrogations , parce qu a l heure ou tous les autres enfants de sa classe , ne se sont meme pas poser la question et sont renter chez eux avec leur sac , leo etait peiné de voir son camarade sans sac !
    ceci n est qu une anecdote parmi tant d autre , mais leo est regulierement comme ca et donc tres vite angoissé .
    bref . je vais essayer d accelerer :-)
    ces deux premieres années de maternelle se sont donc passé assez difficilement ! toujours les memes choses decritent par l instituteur : enfant immature , ( on a d ailleur eu du mal a comprendre ce terme pendant longtemps ) tete en l air , fait trop le clown , bacle son travail ( MAIS pas de retard scolaire pour autant )
    nous ne nous sommes pas inquiété , car leo n etait pas en echec .nous nous sommes dit que nous allions attendre le cp et voir comment cela se passerait . , nous avons surement fauté la dessus .
    l année derniere ( derniere année de maternelle pour lui ) , il change d instituteur …
    les perpetuels memes problemes refont surface !
    immaturité , enfant souvent distrait , dans la lune , n arrivant pas a se concentrer , ne fait son travail que lorsque cela l interesse, et prefere jouait quand ca ne l interesse pas ( mais toujours pas de retard scolaire ) . les punitions fusent de nouveaux , privation de jouer a la recré , finir le travail precedent pendant que les copains font des experiences de sciences rigolotes etc .. ainsi que les convocations pour nous !
    a la demande de l instutrice , nous engageons un suivi avec la psychologue scolaire .
    leo a vu cette psy 3 fois , et a la fin , lors du bilan avec les parents , elle nous apprend qu elle lui a fait passer un test de qi ( 15 tests ) ( sans nous en parler auparavent ) .il avait alors 5 ans .
    nous etions etonnés car pas informés .
    elle nous en fait le resumé en nous montrant des courbes incomprehensives a nos yeux et nous dit que léo est dans la moyenne intectuelle des autres enfants ( 107 ) mais que par contre il y a un domaine ou il est largement superieur : le langage . ( cela ne nous a pas etonné , car comme je le disait plus haut , il a tres tot fait des phrases tres bien construites et surtout , il employé des mots compliqués pour son age ,don’t il avait tres bien integer le sens , ayant toujours fait notre etonnement ainsi que celui de l entourage )
    bref , pour leo , pas de problemes de precocité …
    l année se deroule tant bien que mal … lors de l evaluation scolaire de fin d année , nouvelle incomprehension pour nous ! leo ne sait compter que jusqu a 15 ( d après son evaluation et d après sa maitresse ) , a la maison , il comptait jusqu a 30 ( c est pas enorme mais c etait en decalage avec ce qu il montrait a l ecole ) et pour bien d autres choses c etait pareil , le travail qu il effectuait a l ecole , n etait pas ce qu il etait capable de faire .
    il faut savoir aussi , que leo , commencait a etre mal dans sa peau ! cela faisait maintenant 3 ans que l ecole lui mettait la pression , par rapport a son comportement , que les instits n hesitaient pas a lui dire sans arret qu il etait  » un bebe  » , ( meme devant nous ) , et il commencait a aller a l ecole a reculons !
    malgres tout cela , l instit nous disait , qu il n avait pas de retard scolaire mais qu il en aurait forcement en cp !
    rentrée de cp :
    nous laissons passer un mois pour voir le comportement de leo .
    au bout d un mois , premier entretien avec sa nouvelle institutrice : c est une toute petite ecole , seulement 3 classes ( de premiere année de maternelle jusqu au ce1) et donc tout les instits connaissent parfaitement le parcours scolaire de leo , et notre ressentiment etait qu il etait deja  » etiquetté  » .
    la maitresse nous dit donc , que leo , ne fait plus le clown , mais qu il a beaucoup de ma a se concentrer et que cela va lui causer de reels problemes .
    nous prenons donc la decision de l emmener consulter un psychologue .
    la psychologue que voit leo , ne soccupe essentiellement que d enfants/ ados qui rencontrent des problemes dans leur scolarité .
    j avais signalé a cette psy , que l année d avant , la psychologue avait fait passer des test à leo .
    elle donc pris possession de ces test , et en a etait tres etonné . elle nous a dit qu elle avait rarement vu dans sa carriere , quelqu un faire passer autant de test , et ces test la , a un enfant de son age . ( ne me demander pas ce qu il a passer comme test , je n en sait absolument rien ) .
    mais ce qui la marque plus encore , ce sont les comptes rendus de la psychologue scolaire .
    elle m en montre une partie , ou la psychologue scolaire ecrit : leo a toutes les capacities et les aquis requis . MAIS il sera en echec scolaire !
    la psy ne comprend pas comment cette dame peut dire qu il n y arrivera pas , alors qu il lui a montré qu il n avait pas de retard , qu il etait intelligent etc …
    bref , la psy me fait comprendre qu il ne faut pas prendre en compte tout ce qui a etait dit et fait avec la psychologue scolaire , car elle a trouvé beaucoup d incoherence dans ses comptes rendus .
    à l ecole c est la débandade ! , les cahiers d exercices de leo , reviennent sans arret avec des choses negatives ecrites par sa maitresse ! du genre : tu ferais mieux de travailler au lieu de t occupper des autres ou de jouer avec ton stylo !  »
    ses cahiers son maculés d encre rouge venant du stylo de cette maitresse , les mots qu elles y met sont toujours tres negatifs , voir tres rabaissant pour lui . ce qui nous chagrine profondement , c est que lorsque leo a bien reussi sa page d exercice , il n y a rien d ecrit … par contre , a la moindre erreur , il est  » matraqué  » !
    je montre ses cahier a la psy , qui est choquée par le comportement et les ecrit de cette maitresse .
    le problem , est que leo , a de plus en plus de mal a vouloir aller a l ecole , il se sent rejeté par le systeme scolaire , et vit tres mal cette situation ( il nous dit souvent : maman c est vrai que je ne suis pas comme les autres ? ( dire de sa maitresse ) , cela nous fait beaucoup de peine pour lui .
    leo , est un petit garcon , qui n a plus du tout confiance en lui ! la psy nous a dit qu il avait enorment peur de l echec et que c etait pour cela qu il ne faisait pas certains de ces exercices en classe , qu il preferait contourner le probleme , en jouant , elle nous a dit qu il avait besoin d etre enormement rassuré ( ce que nous faisont arret ) ,
    tout cela , nous l avont constaté pendant les temps de devoir .
    il se met en echec immaditement .
    pas plus tard , qu il y a 2 semaine , il devait ecrire le mot  » kangourou  » .
    il s est mis  » en panique  » et m a dit que c etait beaucoup trop dur , qui il n y arriverai pas , il refusait de l ecrire !
    connaissant ses capacités , j ai passé plus de 5 mins a le rassurer et lui dire que j etais persuader qu il savait l ecrire , et qu au pire , si il se trompé , qu il n y avait pas de mal et que c etait tout a fait normal car il etait en train d apprendre ! , il a fini par l ecrire , et correctement ! j ai vu dans son attitude un soulagement enorme ! mais quelle bataille pour ecrire le mot kangourou !!
    leo , ne supporte pas de se tromper ! lorsqu il se trompe , il s enerve , et peut mettre la feuille en bouillie et se refermer sur lui immadiatement .
    nous devons le rassurer sans arret .
    le problem est que sa maitresse fait tout l inverse ! elle est sans arret sur son dos , lui dit devant tout le monde qu il n est qu un tout petit bebe , le prive des recreation pour qu il finisse le travail qu il n a pas effectuer en classe .
    elle nous dit qu il est puni plus de 10 fois tous les jours ! parce qu en general , il se leve de sa chaise Durant les exercice , ou amuse les copains .
    nous avons rencontre cette maitresse lors d un entretien , et son comprotement nous a profondement choque !
    léo etait present , et a subit un interrogatoire tres sec de la part de celle ci .
    pendant une demie heure elle n a fait que le rabaisser ! il est incapable de faire un sport en collectivité ( ceci dit il fait du foot hors scolaire depuis le debut de l année et cela se passé tres bien ) , il est different des autes enfants , pour elle , il est une prise de tete toute la journée , etc etc , je vous en passé plein d autres !
    si bien qu au bout d une demi heure d acharnement , et avec la grande emotivité qu a leo , il s est mit a pleurer , il etait desemparer et perdu . et bien , elle a quand meme continue d enfoncer le clou , en lui disant sechement et froidement :
    « et ben voila , il pleure maintenant !!! tu vois leo , ca prouve encore que tu es un bébe !  »
    mon fils a etait inconsolable pendant deux jours ! il nous a demander si c etait vrai qu il etait different etc …
    3 jours après l entretien , a la maison , leo attrape un bout de papier et il y ecrit une phrase :
    la poule a mange le tigre  » ( surement une phrase vu a l ecole )
    il me montre fierment son papier , je lui dit que c est tres bien , il le pli soigneusement et le range dans son cartable .
    je lui demande ce qu il fait .
    il me dit qu il va le faire voir a sa maitresse pour lui montrer qu il est capable d ecrire .
    le lendemain je le recupere a l ecole , il est soucieux et pas bien . je lui demande ce qu il se passé et il me raconte que sa maitresse a refuse de lire son papier ( lui qui voulait lui prouvait qu il n etait pas un incapable comme elle pu le dire ) .
    il etait tres decu !

    enfin , aujourd hui leo se desinteresse de plus en plus de l ecole , il y va a reculons , il est toujours regulierment puni .
    j ai eu sa maitresse au telephone il n y a pas longtemps , et elle m a fait une nouvelle synthese du comportement de léo en classe :
    petit garcon tres intelligent ( ce serait bien qu elle lui dise aussi a lui ) , avec beaucoup de connaissance , notemmment sur la nature ( il a toujours adore ) il apprend la dessus , des choses a ses camarades .
    tres bon lecteur et imperturbable pendant les moments de lecture ( depuis qu il sait lire , il adore ca , et lit tout ce qui lui tombe sous la main ) par contre , concernant d autre domaines , comme les maths par exemple , il lache desuite prise ! il fait l exercice 2 mins et s arête . il faut que la maitresse soit derriere lui pour qu il le fasse , mais elle n a pas que ca a faire ! du coup , il papillone , se leve de table et finit par etre puni … etc

    je vais arreter bien que j ai encore beaucoup de chose a raconter .
    notre principal questionnement est le suivant :
    ( c est surtout notre entourage qui nous fait nous poser cette question , car il n arête pas de nous dire qu ils trouvent leo tres evolué pour son age etc …)
    serait il possible que le test passer par la psychologue scolaire soit faussé ?
    est dans ce cas , au vu de la description des problemes que je vous ai expliqué , pensez vous qu il serait necessaire de faire passer un autre test par une autre psy ? il a maintenant 6 ans … merci de tout Coeur par avance pour avoir pris le temps de me lire ? mais je ne sait plus quoi faire avec mon fils , qui est de plus en plus malheureux dans le milieu scolaire …

  31. Arwen dit :

    Bonjour,

    c’est toujours très émouvant de lire de tels témoignages ! ça provoque tellement d’échos.
    Pour répondre clairement à la question : mon expérience !
    Mon fils testé à 4 ans par le centre PMS (en Belgique ça doit correspondre au psy scolaire ) : 112
    Puis à 10 en libéral : 144
    Donc, oui, il faut passer un autre test à mon sens, il y a trop de choses qui font penser à la précocité et ce petit garçon va trop mal !!!!
    Bon courage

    Arwen

    • laetitia dit :

      merci beaucoup arwen , d avoir pris le temps de me lire et de m avoir repondu . tu me confirmes l idee , de lui faire repasser un autre test .
      et je pense que je vais le faire , car de toute facon , je me dis que si il y a un problem de precocite , nous pourrons en informer l instit qui prendra peut etre leo autrement .
      et si il n y a pas de precocite pour leo , et bien ce sera une piste d ecartée , et nous pourrons continuer a chercher ailleur la reponse quand aux difficulties qu il rencontre a l ecole .
      ton enfant a lui aussi eu des soucis a l ecole petit ?

      encore merci,

      • Arwen dit :

        Oui, je crois que le test permettra au moins d’orienter l’aide « au bon endroit », c’est à ça que ça sert !
        En fait, on vient d’apprendre récemment que nos trois enfants étaient HP.
        Le premier test de mon grand avait été fait parce qu’il avait des difficultés en langage oral (il confondait beaucoup de son, et on le comprenait très mal !). Or pour une prise en charge logopédique (= orthophoniste en Belgique) il faut un test de QI pour établir que ce n’est pas dû à un retard mental. Je me souviens que j’étais très contente de son 112 :)
        Les soucis d’école sont venus (en force) avec mon petit dernier : des années de maternelle vraiment dures (toujours puni, privé de récré alors qu’il a un besoin de bouger incroyable, je soupçonnais même de l’hyperactivité, des mots tous les jours de la maîtresse et moi qui rasais les murs, qui n’osais plus demander comment ça se passait sauf au petit qui ne voulait pas me répondre (sa phrase préférée à l’époque : « me t’r’appelle plus! »)
        On m’a envoyé au centre PMS (équivalent psy scolaire) qui m’ont quand même bien aidé rien qu’en me déculpabilisant ! Eux m’ont envoyé chez une psychomotricienne relationnelle. Il a fait quelques séances, mais franchement à 30 euros la séance non remboursée, on n’a pas trop insisté quand même ! :oops:
        Les choses se sont grandement arrangées à son entrée au primaire et il a passé un belle première année.
        Je croyais les problèmes derrière nous, jusqu’à cette dernière rentrée et son arrivée en 2ème (= CE1) : agitation extrême autant en classe qu’à la maison, la maitresse m’a même parlé d’insolence et surtout, comme c’était la même maitresse que l’année précédente, elle ne comprenait pas un tel changement de comportement. J’avais aussi été alerté par un surveillant qui le trouvait « triste, mal intégré »…
        Alors, ben, on est allé chez le psy et le bilan a révélé un THQI !!!
        Depuis, de savoir qu’il est « un peu » différent, ça l’a aidé et l’année a l’air de se passer correctement. On a pris la décision de lui faire sauter un classe à la prochaine rentrée et ça lui va. Il est vraiment apaisé ! ça reste une pile électrique, mais ça, c’est sa nature !!!
        C’est suite à ce bilan qu’on a fait tester les deux plus grands et donc pu constater l’écart important de résultat dont je faisais part.
        Ils sont tous les trois forts différents, mais le seul qui ne serait pas passé à travers les mailles du filet parce qu’il aurait rué dans les brancards, c’est le petit !
        Sans lui, on n’aurait jamais rien soupçonné pour les grands ! Est-ce un bien ou un mal ?
        Je ne sais pas ! l’avenir nous le dira peut-être ! :)
        Bonne journée

  32. laetitia dit :

    merci de m avoir fait part de ton histoire ! a priori , le fait d avoir fait ce test a quand meme aidé ton enfant . avoir une explication a donner a son enfant est tres important je crois .
    de mon coté , mon fils se sent different des autres (dans le regard de l école ) , il voit bien qu il est plus souvent puni que les autres , il voit que la maitresse le traite souvent de bébé , alors qu elle ne le dit pas autres etc etc …. mais je n ai pas d explication a lui donner , et lui meme ne sait pas pourquoi il se comporte comme cela . c est ce qui est dur pour lui . il se sent rejeté par l école et il le vit mal .
    nous aussi avions pensé a de l hyperactivité des sa premiere annee de maternelle . mais son instituteur de l époque nous avez soulagé en nous disant , que pour lui , il n etait pas du tout hyperactif car il arrivait a se concentrer et a rester calme quand une activité lui plaisait . il nous a dit  » c est juste un enfant plein de vie  » . nous cherchons depuis maintenant 3 ans , a quoi est du ce comportement qu il a a l ecole , sans avoir trouvé de reponse . meme la psy liberale qui le suit depuis le debut de l année ne nous donne pas vraiment de reponse . elle nous dit que le probleme vient de sa maitresse , car au lieu de l encourager , elle a une attitude rabaissante . il est vrai que le comportement de sa maitresse actuelle est inacceptable et que cela ne fait que renforcer le probleme . mais il y a autre chose , car avant d avoir cette maitresse , il a eu deux autres instituteurs , et il y avait deja des problemes ! : immaturité , agitation , faisait le clown , ou au contraire etait  » dans la lune  » etc … donc il y a bien un probleme depuis le debut , et qui a pris une plus grande ampleur avec le comportement de sa maitresse actuelle .
    je pense effectivement serieusement a le faire tester … pour au moins etre sur de ne pas passer a coté . et si jamais , il s avere que ce n est pas ca , et bien nous repartirons au point de depart car ni nous ( ses parents ) ni la psychologue qui le suit , ne comprenons pourquoi un tel comportement …. merci en tous cas pour la petite discussion . :)

    • Steph dit :

      Bonjour,
      Le comportement de l’institutrice est inacceptable ! ! !
      Visiblement les entrevues avec elles ont été plus que décevantes, peut-être devriez vous avoir une entrevue avec la directrice (si ce n’est pas elle !) en lui montrant les commentaires laissés, en répétant les phrases humiliantes et rabaissantes, et faisant part de l’absence totale d’encouragement…
      A défaut ou en plus de la directrice, vous pouvez faire un courrier a l’inspecteur d’académie.

      Avec ou sans HP / TDAH / handicap / … Chaque enfant doit être traiter avec bienveillance, doit être respecter pour ce qu’il est. L’Institut est clairement à côté de la plaque dans sa fonction !
      Intégrez tout ce que vous pouvez dans votre courrier, avec des photocopies, des témoignages de parents ayant pu entendre ces réflexions désobligeantes… Y écrire votre ressenti, celui de votre enfant qui souffre, des observations de votre psy… Faites un dossier.

      J’imagine qu’il vous est difficile de changer d’école.
      Je crois que le mieux pour les zèbres c’est la possibilité d’aller dans des écoles types « Montessori ». Mais ce n’est pas toujours évident géographiquement et financièrement.

      Bon courage

  33. marjorie dit :

    bonjour,

    je suis maman d’un garçon de 8 ans (peut-être petit zebre) et d’un de 4 mois. il y a 3 mois la maitresse me demande de faire faire un bilan orthophonique à mon fils (écriture lamentable, manque de concentration, confusion du son Pet B). A l’issu de celui-ci l’orthophoniste me dit qu’effectivement il y a cette confusion de son rien de grave mais qu’elle pense qu’il est précoce. Elle en réfère à la maitresse, et la au bout de 4 semaine toujours rien de sa part. Pendant ce temps mon garçon devient infernal à la maison des questions incessantes à m’en rendre folle, je prend donc la decision de consulter un psychiatre spécialisé dans les enfants précoces. Après avoir prit rendez-vous, j’en réfère à la maitresse qui me dit qu’en début d’année elle a émis l’hypothèse en réunion aves les autres professeurs qu’il était précoce. Depuis le début de l’année elle me dit souvent qu’il se dépêche de finir ces exercices et agite la classe ceux pourquoi il est souvent puni.

    Passons nous allons chez le psy je lui dit ce que pensais l’orthophoniste et hypothèse de la maitresse, il voit mon fils et me dit qu’il le sent très angoissé.Il en ai à sa 8ème séances et le psy ne me dit jamais rien, donc j’ai prit les devants en demandant s’il pouvait nous faire un point sur la situation, car mon fils chaque fois qu’il revient des séances à un comportements très particulier comme des tocs.
    Donc cela va faire 2 mois et personne ne me parle de test et mercredi peut_être je pourrai vous en dire plus, peut-être j’aurai du passer par un psychologue plus qu’un psychiatre.
    c’était juste pour savoir au niveau de vos parcours avec vos enfants si vous êtiez tombé sur ce cas.

    merci de vos réponses et aides qui est très précieuse pour moi

  34. marjorie dit :

    Bonjour et merci pour toute ces informations.

    Je me questionne beaucoup concernant mon fils de 8 ans, suite à bilan orthophonique demandé par la maitresse l’orthophoniste me signale qu’elle pense que mon fils est précoce, elle en réfère à la maitresse qui elle ne me dit rien. j’ai donc décicé de prendre rdv chez un psychiatre il y a maintenant 2 mois de ça. Au 1er rdv je lui expose le pourquoi il parle avec mon fils et la il me dit votre fils et très angoissé. Ensuite je discute avec la maitresse et elle me parle de ces tests, j’en parle ensuite au psychiatre qui me dit qu’il va y refléchir cela fait maintenant 8 séances et aucune infomation de sa part concernant l’état de mon fils.

    Ma question est il possible que le psychiatre pense qu’il est trop angoissé pour faire ces tests ?Est-ce possible?Dois je prendre l’initiative de les lui faire faire sans l’aval du psychiatre?

    pendant ce temps je me pose beaucoup de question car l’autre jour il rentre de l’ecole avec plein de feuilles ou il avait fait des calculs avec des millions milliards ce qui ne sont pas des choses de son niveau. Et maintenant il me dit souvent quand je lui dit qu’as tu fais en classe? alors qu’avant il me répondait rien, j’ai écouté la leçon des cE2 ( car il est en double niveau) c’est plus intéressant nous on fait rien.
    plus fort encore la maitresse me dit il y a 2 semaines j’ai depuis le début de l’année pensait qu’il était précoceset j’en ai discuté avec la directrice on est au mois de mai bientôt.

  35. Joelle dit :

    Bonjour,
    Je suis une adulte ‘zebrée’ qui vient seulement de découvrir ses rayures. J’ai travaillé pendant 20ans dans un environnement inadapté et suis tombée en dépression. Pour me changer les idées (plus envie d’être traitée de ‘malade’) j’ai lu un livre sur les enfant précoce par ce que je soupconnais très fort cela pour mon fils de 11ans. Et quand j’ai questionné ma psychiatre elle m’a laissée dans mon ‘délire’. Par moi même j’ai décidé d’aller passer des tests (prix chez un psychologue spécialisé dans la douance EUR200.00: anamnèse+test QI+restitution: le but est de tester le raisonnement mais aussi d’évaluer la personnalité et le fonctionnement de la pensée). Le psychiatre à mes yeux reste médecin à moins qu’il soit aussi concerné par cette ‘problématiqe’ de la douance. Etre au bureau m’angoisse très fortement parce que je m’y ennuie : la répétition des tâches, le non-sens, le manque de stimulation…peut etre votre fils éprouve de telles choses. Le premier rendez-vous c’est pour discuter avec la psychologue le deuxième doit -je pense- être pris comme un jeux (dans sa tête il doit se dire qu’il est capable de faire cette série de petit jeux, se calmer et prendre confiance en lui…moi çà m’a aidé). Et quand vous parlez de la classe mixte, mon fils déjà à son âge adorait écouter les cours des enfants de 11-12ans parce que çà stimulait ses petits neurones. Est ce qu’il y a une associtation qui s’enfage dans les HP dans votre région? Le mieux serait de vous tourner vers eux. Ou voir avec l’édcole s’ils font passer les tests. Certains troubles (disgraphie, discalculatie…) se posent quand les pensées sont fulgurantes et que la main ne suit pas ou la langue s’emmèle les pinceaux ou la logique mathématique n’est pas la même…Voilà j’espère que ces quelques pistes vous aideront…

    • marjorie dit :

      merci pour cette réponse, effectivement il y a une association et oui il a des problèmes d’écritures et difficulté de langage d’où la maitresse m’a conseillé de lui faire faire un bilan orthophonique. Quand au psychiatre il est spécialisé dans les enfants précoces c’est mon médecin de famille qui me la conseiller

  36. marjorie dit :

    Bonjour,

    Aujourd’hui j’ai eu une entrevue avec le psychiatre qui suit mon fils de 8 ans. Le verdict est pour lui sur à 100 % c’est bien un petit zèbre. Quand je lui ai posé la question concernant les tests, il m’a dit « pour l’instant je ne vous conseille pas de lui faire passer ces tests car il se cherche, ce n’est pas dans ces test qu’il trouvera qui il est vraiment et il n’y a pas le feu la précocité ne se perd pas »

    j’ai été soulagé de savoir déjà que l’on pouvait mettre un mot sur ce qui faisait qu’il avait un comportement à l’école et à la maison aussi envahissant.

    Maintenant pour ma part, je ne sais pas comment prendre le « pour l’instant je ne vous le conseille pas », car moi personnellement je ne savais et même je ne cherchais pas à savoir qui j’étais. Qu’en pensez-vous?

    • Ana dit :

      j’aurais trouvé judicieux de faire le bilan. ça peut toujours aider surtout qu’il a un probleme de langage. le wisc pourrais être révélateur.

  37. Shazam dit :

    Pourrait il faire aussi les activités du ce2?
    Mon fils de 8 ans et demi à suivi un double niveau ce2-cm1 (bilingue) sans problème. Il a toujours écouté le programme de la classe suivante, les années précédentes.

  38. Lola dit :

    Bonjour,
    Pensez-vous vraiment que les test WISC IV soient vraiment fiables? je me pose des questions, car depuis que j’ai découvert que mon fils avait un QI de 148 (avec le psy. JC Terrassier), j’ai l’impression que beaucoup de mes amis ont aussi des enfants précoces d’après ce qu’ils me disent (non testés mais parfois similitudes: curiosité, ennui à l’école…), bref finalement est-ce qu’on aurait pas de plus en plus de personnes intelligentes et qui réussissent ce genre de tests…
    Enfin est-ce une bonne idée l’école à la maison pour des EIP ? car j’envisage de faire cela pour mon fils demandeur… mais ces mêmes amis me le déconseillent.
    Merci pour votre réponse.

    • A. Zebrounet dit :

      Et bien je vous dirais que
      1° vous avez une IMMENSE chance d’avoir pu faire bilanter votre fils par qq’un comme Terrassier, qui comme Adda, est une légende & un AUTHENTIQUE CONNAISSEUR du haut potentiel intellectuel & du fonctionnement cognitif qui s’y rattache :-D
      2° vous le dîtes vous-même -> « j’ai l’impression que beaucoup de mes amis ont aussi des enfants précoces d’après ce qu’ils me disent (non testés… ». Ce qu’ils disent, oui ! Mais non testés aussi…

      Pour répondre à votre question, non il n’y a pas des enfants à haut QI (ou très haut QI, comme c’est le cas à 148 !) à tous les coins de rue. Pour vous donner une idée, au delà de 145 on parle, sur le plan statistique, d’à peu peu 1 pour 1000 (-> http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2013/01/04/table-de-conversion-percentile-score-de-qi/).

      Alors non, il n’y a pas plus d’enfants surdoués aujourd’hui qu’il y a 10 ans, ou 20 ans. De même qu’un enfant HPI avec 125 de QI hétérogène n’a pas grand chose à voir avec un enfant à 150 homogène… (je vous conseille la lecture de cet exc. bouquin paru récemment -> http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2015/03/25/que-sais-je-les-enfants-intellectuellement-precoces/) :up:

      Ce billet pourra peut-être également vous intéresser -> http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2013/12/29/comment-est-construit-un-test-de-qi/

      « Enfin est-ce une bonne idée l’école à la maison pour des EIP ? car j’envisage de faire cela pour mon fils demandeur… mais ces mêmes amis me le déconseillent. »
      Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, mais seulement des cas tous différents (aussi… les « conseils » des autres, bof… que connaissent-ils de votre enfant ? Le connaissent-ils mieux que vous ne le connaissez ? :) ).
      A titre perso, je ne suis pas pour l’IEF dans ma famille, mais j’avais fait un billet participatif sur la question, avec différents témoignages & différents points de vue -> http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2014/05/02/linstruction-en-famille-ief-avec-un-enfant-surdoue/ ;)

      En espérant avoir pu vous aider !
      Alexandra

  39. Lola dit :

    Merci beaucoup pour votre réponse détaillée, en fait j’essaie de glisser subtilement à certains amis la « précocité » de mon fils, en évitant en général de mentionner le QI car je ne pense pas cela soit nécessaire, pour leur expliquer mes choix (saut de classe et possible IEF l’an prochain), mais c’est vrai que j’ai l’impression qu’ils ne comprennent pas du tout.. pour eux c’est primordial l’école pour la socialisation.. et il ne comprenne pas bien que je puisse donner le choix à mon fils.

    J’ai déjà lu ces posts concernant le QI mais c’est vrai que j’ai un peu du mal à croire à ce chiffre si bas (env 2% de la population) car j’ai vraiment l’impression d’en croiser « souvent » dans mon entourage (car me disent que c’est pareil pour leur enfant…), mais bon c’est vrai qu’on n’est sûrs de rien tant qu’on n’a pas testé non plus.. peut-être est-ce difficile de voir la différence avec des bons élèves scolaires en fait…

  40. Bénédicte dit :

    Bonjour,

    Je me permet de venir vers vous car … (je vais essayer de faire simple).
    Suite à des difficultés avec ma fille ainée, son père (nous sommes séparés) l’a emmené voir une psychologue (au CHRU). Je n’étais pas trop d’accord, mais il s’angoissait et j’ai donné mon accord pour ces consultations.
    Au bout de 2 séances avec ma fille et une avec le père, la conclusion est: « bilan psychométrique pour fonctionnement intellectuel dans le cadre de difficultés oppositionnelles. suspicion de HPI »
    Déjà, je trouve la conclusion rapide… mais passons.
    Je ne nie pas la possibilité que ma fllle soit « HPI », ce n’est pas forcément une élève brillante (elle est en CE1), mais elle a toujours été hypersensible (une sorte d’immaturité émotionnelle qu’elle n’arrive pas toujours à maitriser) et à la fois très juste dans ses analyses du comportement humain, très mature dans sa compréhension de tout ce qui se passe autour d’elle et qu’elle verbalise parfaitement.
    Bon, bref, la question que je me pose est :
    Quel dégât pour elle si elle devait passer ces test et ne pas être diagnostiquée HPI?

  41. Bonjour Bénédicte,

    je pense qu’il est intéressant de passer les tests, même pour un enfant que l’on ne soupçonne pas forcément d’être à haut potentiel. Le fait qu’ils abordent plusieurs modes de fonctionnement cérébraux éclaire beaucoup sur le fonctionnement propre de la personne qui passe le test. On peut ainsi découvrir ses faiblesses et ses forces, et en particulier dépister des troubles associés en « dys » (dont les troubles de l’attention, avec ou sans hyper activité associée, font partie).
    Votre petite fille semble avoir le profil et si elle est HP je pense qu’il est bon de le savoir, car sa manière de percevoir le monde serait alors très différente de celle de la majeure partie des gens de son entourage. Par chance nous avons, mon mari et moi, beaucoup suivi notre instinct et accordé à nos enfants un cadre de vie qui leur convenait, mais j’aurais préféré apprendre ça bien plus tôt, surtout en ce qui concernait leurs troubles associés !
    Veillez toutefois à bien choisir la personne qui fera passer le test. Certains psychologues ne le font pas (très gourmand en temps) et d’autres peuvent le faire de manière trop scolaire, sans tenir compte de toutes les facettes de la douance chez l’enfant. De plus le professionnel doit vous proposer un entretien préliminaire, puis une passation de tests sur plusieurs heures, puis enfin une restitution avec explications.
    En ce qui me concerne je me suis tournée en un deuxième temps vers une neuro-psychologue, très au fait de la douance et de ses troubles associés, et j’en suis ravie !
    Bon courage :)

    • Le Touret en tuyau dit :

      Bonjour Dumbo,

      Pourriez vous m’en dire plus sur le neuropsy ? Mon fils, HP, est aussi multi dys. Un neuropsy a-t-il des compétences en rééducation ?

      En quoi vous a-t-il aidé ?

      Merci

  42. July dit :

    Bonsoir ,
    Je m interroge sur mon fils de 7 ans sur une éventuelle précocité ,
    Tout a commencé depuis son entree a l école , deja en PS de maternelle sa maîtresse nous disait qu il était hyperactif , mais je savais que non car quand un sujet l intéressait (TV spectacle cinema) il restait sage , puis la MS et GS nouvelle maîtresse mais Tjrs autant de convocation , cette fois ci c était pour nous dire que « mon fils ne savait pas se faire des copains , ne respectait pas les règles de la vie scolaires !!!  » mais niveau scolaire elle ne s inquiétait pas forcément il avait le niveau , puis CP et maintenant CE1 , il est Tjrs moyen mais n aime pas l école , les devoirs un calvaire tous les soirs , il est colérique et négocie tout a la maison , ne respecte pas les règles ça devient dur à la maison !!! Il n a pas appris à lire seul mais a l école , à parler tres tôt et tres bien , est très actif , anxieux angoissé!!!! Commence tout mais fini rien , aime la
    Musique ca l apaise !!!’se mêle de tout , pas tres apprécier des adultes peut passer pour insolent des fois , à une très bonne mémoire .
    Il est deja rentre de l école avec un jean neuf coupé au ciseau !!! ( c est lui qui avait fait ca en classe ) me ramène tres souvent des créations en papier coller de l’école , si on l écoutait il s’érait Tjrs devant la TV mais ce n est pas le cas , aime les jeux sur tablette (stratégie) déteste les
    Puzzles mais aime le jeu « Risk »,
    Voilà un aperçu de mon fils , je suis tellement perdu par tout ca que je ne sais pas si c est notre éducation ou si il est precoce , mais il est épuisant et ca depuis sa naissance mais n’ayant pas d autre enfant pas de point de repere pour dire si c est normal de dire ou faire ce que faisait mon fils mais l entourage ( famille école…) il est vite répéré et tout le monde a vite un avis sur lui ( ce qui m attriste car il est très souvent méprisé des autres ) pour moi sa maman c est le pire car c est un gentil garçon qui peut tenir des sujets et des conversations d adulte , il est tres câlins , voilà les grandes lignes sur mon fils meme si j ainbcp d autre trucs a dire , mais merci de m aider à le
    Comprendre

    • mamanenpleindoute dit :

      je reconnais mon garcon dans votre texte, il a 6ans . Je me pose les memes questions que vous et je suis inquiète pour ses relations tant avec les enfants de son age qu’avec les adultes. Je suis aussi tres triste qu’il soit si vite catalogué… nous le faisons tester mardi … je serais heureuse de discuter avec vous par mail si vous le souhaitez.

  43. Lamikaouette dit :

    Bonjour.

    Je découvre tout juste le monde des hyper efficients intellectuels (c est le terme que je préfère, le moins péjoratif en ce sens qu’il ne va pas se coller à une norme sociale mais se réfère à un état).

    Il y a 3 jours, j’ai appris qu’une camarade de classe de mon aîné (qui a 4 ans et demi), s’est faite testé et a été décelée hyper efficiente. Je suis resté assez perplexe car je ne savais pas qu’il existait des tests efficaces pour détecter un individu hyper efficient.

    Alors je me suis renseigné, et vu les blogs, articles, billets, extraits de livres, etc… que j’ai pu lire (vraiment beaucoup à vrai dire), j’ai pris la décision de faire tester mon fils.

    Il nous étonne depuis sa naissance… Pensez vous que tous les enfants rejettent leur parents pour contempler pendant 1 heure le mobile au dessus de leur lit à seulement 1 mois? Ou que tous les enfants puissent rester des demi journees entieres dans des livre d images, créant des piles de dizaines de livres autour de lui, à seulement 2 ans. 2 ans d ailleurs, l’age de l alphabet et des nombres (le tout connu en un mois seulement grace a winnie l ordi vtech?) Là, il s interesse aux creations de phonemes, alors on lui explique a la demande.

    Tout ce que je vous raconte s est produit sans que nous lui demandions quoi que ce soit. Sans même notre intervention. Quant la maitresse nous a dit que la lecture c etait oas avant le CP (« Desolee! ») je me suis juste dit qu il risquais de bien s ennuyer et on s etait preparé a lui faire decouvrir des acrivites annexes, en nous disant que ca allait se tasser…

    Maintenant, je me dis que s il est hyper efficient, ca ne s arretera jamais. Alors si il est comme ca, autant le savoir et s adapter a sa condition.

    Il est effectivement tres probable que mon epouse et moi meme nous fassions tester aussi (son histoire ressemble à beaucoup d autres que j ai pu lire). Quant à moi je ne sais pas. Je ne me suis jamais vu comme celà. Et mon enfance et mon adolescences ont été ponctués de tres sympathiques correcrions et surtout d’un mantra, auquel j’ai fini inconsciemment par croire: « Bon a rien ». Mantra faux puisque j ai eu une scolarite certeq moyenne mais sans accrocs (et sans investissement de ma part).

    Bref tout ca pour vous dire que j estime important qu un enfant soit testé, car, à la lumiere de tout ce que j ai pu lire, connaitre son etat ne peut que nous aider a le rendre heureux. Ou du moins a ne pas lui compliquer la vie.

    Merci a vous pour toutes vos explications tres claires et tres fournies.

  44. souray dit :

    slt cest une forte suspicion que mon ado de 23ans est precoce ca etait tres douloureux pour moi et mon mari de passer a cote durant tout le parcours difficile de mon fils tres intelligent depuis sonprescolaire il cherchait atout comprendre il bousillait les jouets pour comprendre leurs fonctionnement douee dun perfectinnisme il cherchait le fond du pobleme lors des etudes au lycee mais apres un primaire brillant et un college plutot tres bien cest la chute a la 3eme et au bac avec 3fois pour le decrocher et au controle tres douede la musique de lacaricature il faisait tout sortir par humour solitaire il trouve sa paix dans sa chambre devant son pc il discute de tous les problemes anciens et futuristes de l humanite et de lafin du monde tres cultive il ne se sent convaincu que par la logique tres exigent envers soi meme des la premiere difficulte il baisse les mains et se sous estime tout est sa faute il ecrit des romantscience fixion en francais et en anglais il atoujours besoin detre epaule…. VOILA mon fils actuellemen il fait des etudes en preparatoire en russie lacademie medicale est rude vu ses abscences et le retard de revision aprs deux ans de lobtention du bac une annee il afait du cinema une il est reste ala maison ilse trouve alors incapable de poursuivre ses etudes en premierre annee medecine en langue ni russe ni anglaise et cest la depression et l je pannique je ne sais pas coment agir esque je lui explique son cas devraije confirmer avant en sachant qualage de20ans il avu deux psycologues et un prof en psy un peudo psy et aucun na fait signe de HP merci pour votre coordination et pour le soins de faire part de vtre avis

  45. barbeneli dit :

    Bonjour.

    Je suis une peu perdue.

    Nous avons récemment eu RDV avec une psychologue pour enfant, pour notre fille de bientôt 3 ans. Nous l’avons consultée car nous rencontrons des difficultés au quotidien. Notre fille est très demandeuse d’apprentissages, fait des acquisitions en décalage avec les enfants du même âge, fait face à de nombreuses angoisses, une hypersensibilité, etc.

    A l’issu de l’entretien de 2h, devant les informations qu’on a pu lui transmettre, et le temps qu’elle a passé avec notre fille, elle suspecte une précocité.

    A présent on ne sait pas quoi faire avec ça. Doit-on d’après vous réaliser un test pour peut-être « officialiser » cette piste ? La psychologue nous a dit que c’était une réflexion que l’on devait avoir avec mon conjoint. Sauf que nous n’avons aucunes ressources pour peser le pour et le contre.

    Merci pour votre réponse

  46. Gwen dit :

    Mon fils de 8 ans a passé un wisc 4 , cela a duré 1h avec la psy !!! Elle nous a rien dit sur une éventuelle précocité mais nous a donné rdv dans 15 jours pour les résultats !!! Est ce normal ? Merci pour vos réponses

    • A. Zebrounet dit :

      Bjour,

      Sur le RDV dans 15 jours, oui c’est tout à fait normal :) Cela s’appelle l’entretien de restitution -> http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2009/05/04/comment-tout-a-commence/

      C’est même plutôt bon signe, car cela indique que la psychologue est probablement sérieuse dans la démarche de son analyse (ce qui ne veut pas dire qu’elle soit automatiquement compétente, ça ce sera à voir dans son compte-rendu… seulement qu’elle envisage les tests de la bonne manière !).
      Un bilan n’est pas un QCM ou un test binaire, mais demande au contraire une analyse très fine pour être bien interprété :up:

      Perso je suis tjrs très méfiante des psy qui donnent le jour même une feuille « diagnostic » que laquelle figurent certes, des scores, mais rien d’autre (puisqu’aucun recul n’a pu être pris par le praticien sur le patient qu’il vient à l’instant de bilanter). Leur objectif étant de perdre le moins de temps possible, mais en bâclant totalement le travail.

      Aussi, mieux vaut qq’un qui fait les choses dans les règles :-D

      Pour la durée du test… une heure c’est plutôt court, mais c’est dans le temps minimum indiqué (« il se passe généralement sur une durée allant de 60 à 80 minutes » -> http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2013/11/25/tout-ce-que-vous-avez-toujours-voulu-savoir-sur-le-wisc-iv/

      Il n’y a donc plus qu’ patienter tranquillement pour avoir les conclusions de la psy :)

      • Gwen dit :

        Merci bcp pour votre réponse , pour ce qui est du prix j ai du payer 180€ . Elle m a dit que mon fils avait ete tres attentif ( ce qui m a étonné car lui qui n’aime pas les devoirs en général mais la elle nous a dit que c était nouveau et que cela l intéressait , moins vers la fin du test il voulait que ca se termine vite ) plus qu a patienter !!! J appréhende un peu le resultat mais si il l était cela expliquerait pas mal de chose !! Et sinon j espère que ca nous apportera une réponse sur son comportement .
        Encore merci de votre réponse

  47. Gwen dit :

    Merci de m éclairer
    Mon fils a eu les résultats de son wisc 4
    ICV 126
    IRP 102
    IMT 88
    IVT 106
    Merci de me dire ce que cela signifie

  48. mamanenpleindoute dit :

    Le Test approche a grand pas … je doutes plus que jamais…

    Et si nous nous trompions ? Et si notre enfant n’allait mal qu’a cause de la mauvaise éducation que nous lui donnions ? Sommes nous des parents trop inquiets ? Somme nous TROP attentif de sorte a ce que nous ayons une image erronée de lui ?

    J’aimerais avoir ce point de vue lointain sur mon fils ; celui d’une personne qui le vois avec des yeux détachés.
    Hélas je suis sa maman, je ne peut prendre que très peu de distance tant nous sommes proche.

    Mon amour inconditionnel me jouerait il des tours jusqu’à aller tout imaginer ? Jusqu’à l’identifier, par je ne sait quel processus, a tout ce que je lit sur les enfants a haut potentiel ?

    Il ne sait pas lire à 6 ans, et n’y porte pas d’intérêt …
    Il ne passe pas ses journées a dévorer les encyclopédies …
    Il aime jouer comme tous les autres enfants …
    Il est curieux et pose beaucoup de questions, mais les autres n’en font ils pas autant ?

    Je n’ai pas de point de comparaison.

    Je suis inquiète, j’aimerais tellement le sentir profondément heureux …
    Car si ce n’est pas ça … a quoi se raccrocher ? Comment l’aider ?

    Mais nous avons besoin de savoir son papa et moi … pourquoi avons nous besoin de ça ?

    Je ne voudrais pas rater quelque chose, si c’était vraiment cela ?
    Il vaut mieux faire passer ce test pour rien que se demander toute sa vie …d’autant plus que tout cela raisonne en moi …

    Le gros problème c’est qu’il a un coût et que cela a des conséquences sur toute la famille.
    Mais qu’es ce que l’argent par rapport a tout ça ?

    Des questions, des questions et encore des questions, tout tourne en boucle dans ma tête …

    « Mon grand » fait sa rentrée au CP ce mardi matin et passera le test dans la foulée l’après midi, cela va être très excitant et fatiguant … je suis inquiète par rapport a son comportement durant le test.

    J’ai peur que cela fasse beaucoup dans une seule journée, j’ai peur qu’il refuse ou qu’il se mette a pleurer et me cramponner comme quand il est trop angoissé.
    Peur qu’a l’inverse il soit agité, trop agité comme a son habitude quand il est fatigué.

    J’ai peur des réactions du psy face a « Mon Grand » même si je me rassure en me disant que c’est un spécialiste et qu’il trouvera certainement le moyen de l’ »accrocher » …

    J’ai peur des questions a mon égard… j’appréhende le « qu’es ce qui vous emmène ici ? »
    Comment répondre a ça ? … et toujours la peur de ne pas être légitime, de passer pour une maman TROP fière et orgueilleuse … suis je cette maman ? Es ce que le problème c’est moi ?

    • Laurence dit :

      A la question, »qu’est ce qui vous amène ? »,,,,,,les plaintes des maitresse me semble deja bien décrit dans votre post,ainsi que les relations difficile avec ses camarades,les difficultes que vous rencontrez à la maison.

      Le test vous servira aussi à ecarter peut être un trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyper activité,(très bon site qui peut vous servir si besoin,TDAH FRANCE)ou autres dysfonctionnements.

      J’ai envie de dire «  »relaxe » » c’est pas un entretien d’embauche :-D ,(bon c’est facile pour moi de le dire aujourd’hui)CA fait juste 5 ans que mon fils a passé son test :roll:

      Bon courage

      • mamanenpleindoute dit :

        Et voila ! le test a été passé dans la joie et la bonne humeur pour notre Zèbre (oui ses rayures sont confirmées…) il a beaucoup aimé ce moment de « jeux » et s’est montré très coopératif , ce qui a été très « réconfortant » pour nous qui connaissons bien son caractère de très grand provocateur :-x
        et maintenant ?!
        …et bien nous sommes soulagés car ,pour répondre a nos inqiétudes, non ! nous ne sommes pas fous d’etre aller « imaginer » que ce soit cela ! et OUI nous avons été assez attentif pour l’envisager …
        Alors a vous qui hésitez je ne dirais qu’un mot foncez !
        Et puis merci pour ce site qui nous a aidé a mettre les mots sur ce que nous avions pu observer a la maison :smile:

  49. Gwen17 dit :

    bonsoir

    pourriez-vous me conseiller un ou une psychologue en charente maritime pour effectuer un bilan ?
    merci

    • Shadowfax dit :

      @Gwen17

      Bonjour,

      Le mieux, si vous n’avez pas de retour par « bouche à oreille » d’autres parents concernés, est de contacter les associations nationales (AFEP, ANPEIP), qui possèdent des antennes locales (des parents, bénévoles) dont les coordonnées sont dispos sur leurs sites. Ils fournissent des listes de psychologues qu’ils recommandent pour la passation des tests psychométriques.

      Bon courage



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article