Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Wais (IV)

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Wais (IV)J'avais fait, voilà près d'un an, un article sur le WISC-IV. Voici aujourd'hui un gros plan sur le test pour adultes : le WAIS (dans sa version actuelle, c'est à dire la 4ème édition) :)

 

Petite précision, certains disent (écrivent) "la" Wais en justifiant qu'il s'agit d'UNE échelle de mesure.
En français certes le mot "échelle" est féminin, mais en anglais le terme "scale" est bien entendu neutre. D'autre part il figure autant dans le sigle WAIS (Wechsler Adult Intelligence Scale) que WISC (Wechsler Intelligence Scale for Children) ou WPPSI (Wechsler Preschool and Primary Scale of Intelligence), sans que ceux qui ont opté pour une féminisation de l'abréviation "Wais" ne disent pour autant "la Wisc" ou "la Wppsi" ;)

 

En toute logique, à savoir appliquer la même règle pour les 3 tests, personnellement j'ai toujours préféré parler du Wais, tout comme du Wisc & du Wppsi. Mais chacun fait comme il le sent :-P

 

Le Wais est donc le test de l'échelle standard (échelle de Wechsler) dédié aux grands adolescents & aux adultes.
D'autres tests existent, mais il est celui qui possède la plus grande validité scientifique & c'est pourquoi, comme pour les 2 modèles dédiés aux enfants, il est très largement utilisé par les psychologues français pour bilanter.

 

Il s'adresse ainsi aux jeunes à partir de 16 ans jusqu'à 79 ans & 11 mois précisément.

 

 

Les Tribulations d'un Petit Zèbre, le livre du blog !

 

 

Ce test psychométrique (nom réel d'un "test de QI"...) fait partie du bilan psychologique réalisé par le psychologue pour déterminer, entre autres choses (mais c'est là le domaine qui nous intéresse sur ce blog !), si la personne qui le passe est ou non surdouée.

 

Un bilan psychologique comprend plusieurs choses :

 

° un entretien clinique avec le psychologue

° un test psychométrique (généralement le Wais, mais ce peut être un autre test. En tous cas, ce sera nécessairement un test standardisé & étalonné, rien à voir donc avec les "tests" trouvés sur le net ou dans les magazines...)

° un ou des tests de personnalité (type les taches d'encres du test de Rorschach ou le test projectif nommé TAT, pour Thematic Apperception Test)

 

Nombreux sont les adultes au chemin de vie atypique ou à la pensée divergente qui se questionnent sur leurs facultés cognitives.
La plupart du temps, l'élément déclencheur provient du bilan de leur enfant. Bilan qui a révélé un haut, ou un très haut, potentiel intellectuel chez ce dernier & qui est suivi d'un entretien appelé de restitution avec le psychologue, qui "parle" dans bien des cas aux parents qui commencent dès lors à se demander si eux aussi, ne sont pas concernés.

 

Que ces interrogations surviennent après l'identification d'un EIP dans la famille ou à la suite d'une lecture inopinée, d'une discussion avec un ami ou encore d'une émission télé ou radio, les difficultés à sauter le pas sont toujours les mêmes.
J'en parlais dans ce billet, il n'est pas simple pour un adulte d'oser aller au bout de ses questionnements & de pousser la porte d'un psy en présentant la chose ainsi :

 

Je crois que je suis un adulte surdoué qui s'ignore 8-O

 

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Wais (IV)Voilà pour la présentation du contexte... revenons maintenant au WAIS-IV, qui intrigue autant qu'il effraie bien des gens.
Si les parents sont rarement hésitants sur la nécessité de passer par un bilan pour confirmer la douance de leur progéniture, ils sont cependant beaucoup plus craintifs pour eux quant à être évalués.

 

Peut-être parce que l'on considère souvent normal le fait que l'évaluation fasse partie intégrante de la vie des enfants (à l'école, dans les activités sportives extra-scolaires), & qu'en tant qu'adulte, tout cela nous semble lointain & nous affole un peu !?

 

Pourtant le bilan est le seul moyen de valider ou à l'inverse d'écarter l'hypothèse d'un haut ou d'un très haut QI.
L'auto-diagnostic n'est pas un diagnostic ! :-|

 

Les tests passés auprès de psychologues sont révisés à peu près tous les 10 ans. Comprendre par "révisés" qu'ils sont actualisés & par conséquent remplacés pour mieux coller à l'évolution de la société, & notamment pour contrecarrer l'effet Flynn représentant une augmentation de 0,3 point de QI tous les ans dans l'ensemble de la population.
La dernière version du Wais étant la 4ème édition (d'où le nom Wais-IV), parue en France en 2011 (aux Etats-Unis par exemple, le Wais-IV est sorti en 2008 !).

 

Toute personne qui souhaite aujourd'hui passer un bilan psychométrique avec l'échelle de Wechsler doit se voir proposer le Wais-IV & non une version antérieure (Wais-III par exemple... ou plus ancienne encore).

 

D'autre part, un test n'est valable que dans le pays pour lequel il a été élaboré & dans lequel il a été étalonné. Il ne s'agit pas seulement de langue, mais de culture au sens large.
Ainsi le test Wais-IV français est différent en un certains nombre de points du Wais-IV belge, suisse ou canadien francophones !

 

Pour que tout se passe au mieux, il est capital de s'assurer, avant la passation de ce bilan que le test sera bien le Wais-IV. De même qu'il est capital de s'assurer de la réelle capacité du psy à réaliser, décrypter & analyser votre bilan.
Dites-vous bien que tous les psychologues ne sont pas aptes (pas formés, pas habitués non plus) à manier les outils psychométriques, loin de là ; & que tous ne sont pas toujours suffisamment fiables dans la finesse de leur analyse & leur compte-rendu.

 

Or un bilan a un coût (non remboursé !). Et je reçois trop souvent des témoignages d'adultes ayant le sentiment de s'être fait "voler" par un psy au final peu connaisseur, ayant bâclé le compte-rendu &/ou en ayant l'impression d'avoir perdu de l'argent pour n'être pas plus avancés.

 

C'est pourquoi je conseille de bien prendre le temps de se renseigner pour trouver le bon professionnel avec qui passer son bilan.
Ce billet pourra vous aider dans cette recherche, les associations de parents d'enfants HPI étant bien sûr souvent confrontées à des demandes de bilans pour adultes :)

 

Il est important de souligner qu'il y a un délai de 2 ans à respecter entre la passation de 2 tests identiques & de même version !
Il n'est par conséquent pas conseillé de s'adresser dans les mois qui suivent à un autre psy pour repasser un Wais-IV, si le 1er bilan Wais-IV s'est mal passé &/ou n'a pas apporté de réponses :hypno:

 

Et ce dans le but d'éviter ce que l’on nomme « l’effet mémoire » (aussi appelé « effet de la pratique », ou encore « effet test-retest »), c’est à dire des résultats qui seraient nécessairement faussés par la mémorisation, même parfaitement inconsciente (dite de mémoire implicite !) des différents items, ainsi que la familiarisation avec les tâches demandées.

 

Il n'y aurait rien de changé sur le fond (car on ne "devient" pas HPI !), mais sur la forme il y aurait une augmentation de fait & donc, le test n’aurait strictement plus aucune valeur.

 

La répartition statistique des résultats du Wais comme des autres tests de Wechsler se fait selon une courbe de distribution normale de l'intelligence (également appelée courbe de Gauss ou répartition normale de l'intelligence).
La moyenne est établie à 100, avec un écart-type de 15 points. Il est important de considérer le QI Total pour ce qu’il est, à savoir une note attribuée à un fonctionnement cognitif dans un contexte particulier. Il n’est pas une mesure exacte de l’intelligence mais est à considérer comme un indicateur de la qualité du fonctionnement cognitif d’un individu à un instant T :up:

 

La courbe de Gauss selon l'échelle de Wechsler ou de Cattell & le rang centile :

 


© Création originale d'Alexandra Reynaud pour Les Tribulations d'un Petit Zèbre. Reproduction sans autorisation écrite strictement interdite

 

 

La répartition est la suivante :

 

- 2,5% de la population présente un QI Total ≤ 70 & donc, un retard mental (dont 0,13% présente un QI Total ≤ 55)

 

- 95% de la population présente un QI Total compris entre 70 & 130 (de l'intelligence faible à l'intelligence supérieure, en passant par la norme, norme qui peut être moyenne basse ou moyenne haute)

 

- 2,5% de la population présente un QI Total ≥ 130 & donc un haut potentiel intellectuel (dont 0,13% présente un QI Total ≥ 145, pouvant être qualifié de Très Haut Quotient Intellectuel. Soit à peine plus d'1‰. Ce taux tombe alors à 0,025% pour un score à partir de 150, soit seulement un peu plus d'1 personne sur 5000 !)

 

 

Le Wais-IV comporte 3 nouveaux subtests qui n'étaient pas présents dans le Wais-III : "Puzzles visuels", "Balance" & "Barrage".
Il a été étalonné sur 876 sujets en France, & cet étalonnage a été réalisé par tranche d'âge, justement pour masquer les effets de l'âge.

 

Ainsi le Wais-IV distingue 11 tranches d'âge que voici :

 

- 16-17 ans (plus précisément, de 16 ans 0 jours à 17 ans 11 mois & 30 jours)
- 18-19 ans (11 mois & 30 jours, & ainsi de suite)
- 20 à 24 ans
- 25 à 29 ans
- 30 à 34 ans
- 35 à 44 ans
- 45 à 54 ans
- 55 à 64 ans
- 65 à 69 ans
- 70 à 74 ans
- 75 à 79 ans

"20 à 34 ans" étant une tranche d'âge supplémentaire qui a été appelée "groupe de référence"

 

Chaque tranche d'âge disposant de sa propre table de conversion des notes brutes aux subtests en notes standards.
Pour en savoir plus sur la construction des tests psychométriques, vous pouvez vous référez à ce billet :roll:

 

Le test se passe sur une durée pouvant aller de 60 à 90 minutes en moyenne pour les subtests principaux, mais comme je le précisais plus haut un bilan psychologique ne comprend pas que le Wais seul, il faut y ajouter des tests de personnalité, d'éventuels subtests supplémentaires, etc.
Tant & si bien que l'on compte généralement 3 bonnes heures pour une passation agréable.

 

Ce test est bâti autour de 10 subtests principaux, & 5 subtests qui ne sont qu'optionnels & qui ont été élaborés pour permettre une meilleure appréciation qualitative, rendre possible une substitution d’épreuves en situation de re-test, ou pallier à une erreur ou à une impossibilité au moment de l’administration.
En effet ces subtests supplémentaires peuvent très bien ne pas être passés lors de votre bilan, alors qu'un ami les aura eu tout ou partie. Ce sera laissé à l'entière appréciation du psychologue qui décide seul de ces questions-là, en fonction de ce qu'il juge intéressant à analyser dans votre cas :!:

 

:idea: il faut savoir que le manuel d'administration prévoit la possibilité de substituer la note du subtest supplémentaire à celle du subtest principal afin de calculer les indices. Cependant, une seule substitution est possible pour chaque indice & il n'est pas possible au psychologue de calculer le QIT ou l'IAG lorsqu'il a effectué plus de 2 substitutions en tout.

 

Ces subtests sont notés par des notes standards allant de 1 à 19, leur moyenne étant fixée à 10, l'écart-type étant de 3 points & leur distribution allant comme suit :

- de 1 à 6 : déficitaire (= inférieur à la norme)

- 7 : faible

- 8 à 12 : compris dans la norme

- 13 : fort

- 14 à 19 : supérieur (on considère cependant que le seuil du surdouement s'exprime dans ces scores de subtest lorsque ≥ 16)

 

Les résultats à chacun de ces subtests (allant donc de 1 à 19) peuvent faire l'objet d'une comparaison dite intra-indices (j'y reviendrai plus tard dans ce billet :roll: ).

 

Mais avant d’apparaître sous forme de notes standards, elles sont dans un premier temps des notes brutes !

 

Chaque subtest a ses règles de cotation. La cotation donne la note brute obtenue subtest par subtest, puis chacune de ces notes brutes est alors convertie par le psychologue (à l'aide d'une table de conversion Wais-IV) en note standard, c'est à dire comprise entre 1 & 19.
Il est important de comprendre que le tableau de conversion des notes brutes en notes standard dépend de l'âge de la personne qui a passé le test :up:

 

Les tests psychométriques étant standardisés, l'ordre d’administration des subtests doit toujours être le même. Il est défini par le manuel de passation du Wais-IV & chaque psychologue doit s'y tenir.
De même, chaque subtest commence toujours avec un exemple concret de façon à permettre à la personne de bien saisir ce qui est attendu. Puis il faut appliquer le principe mis en avant par cet exemple, & évoluer dans le subtest par niveau progressif de complexité des items (les items étant les questions à l'intérieur de chaque subtest) :up:

 

Le QI Total (= QIT), également appelé QI global (limité à 160 sur l'échelle de Wechsler) s’obtient à partir des 4 indices suivants :

◈ l'ICV (Indice de Compréhension Verbale), qui est limité à 150

◈ l'IRP (Indice de Raisonnement Perceptif), qui est limité à 150

◈ l'IMT (Indice de Mémoire de Travail) , qui est limité à 150

◈ l'IVT (Indice de Vitesse de Traitement) , qui est limité à 150

 

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Wais-IV - Les Tribulations d'un Petit Zèbre

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Wais-IV - création Les Tribulations d'un Petit Zèbre

 

Comme vous l'indique le schéma ci-dessus que j'ai préparé pour ce billet, 3 épreuves ne sont pas proposées après un certain âge.
Les subtests "Barrage" (dans l'IVT), "Séquence Lettres-Chiffres" (dans l'IMT) & "Balances" (dans l'IRP) ne sont pas proposés aux personnes âgées de plus de 70 ans du fait d’un effet plancher. Autant les étalonnages américains que français ont mis en évidence un tassement vers le bas des résultats obtenus par cette population, entraînant des notes globalement basses &, de ce fait, non discriminantes. Ceci permet aussi à la passation de ne mettre les sujets en difficulté mais de constituer évaluation précise et adaptée aux facultés de chacun.

 

A noter qu'un indice permettant d’évaluer la détérioration mentale, utilisé auprès des sujets âgés ou présentant un trouble de la personnalité, est en cours d’élaboration !

 

Le détail des subtests :

 

Dans l'ICV (Indice de Compréhension Verbale, non chronométré). Il reflète la performance verbale du sujet indépendamment des capacités d’attention, de concentration ou de la vitesse de réalisation des tâches (anciennement désigné par "QI Verbal") :

- Subtest "Similitudes"
Il est composé d'une 20aine d'items, rangés par difficulté croissante (ce sera du reste toujours le cas !). Chaque item est constitué de 2 mots différents, la tâche consistant à trouver une ressemblance entre ces 2 mots.
La cotation de ce subtest est, selon les réponses données : 0 / 1 / 2 points. C'est une épreuve concernant l'intelligence cristallisée & permettant d'évaluer la capacité de catégorisation de l'individu. Intéressante sur le plan clinique, elle peut traduire différents niveaux de développement cognitif.
Exemple de question : En quoi une récompense & une punition se ressemblent-elles ?

- Subtest "Vocabulaire"
Il est composé d'une 30aine d'items pour lesquels il s'agit de définir les mots présentés.
La cotation de ce subtest est, selon les réponses données : 0 / 1 / 2 points.
C'est une épreuve concernant l'intelligence cristallisée, liée au facteur g (c'est à dire le facteur général de l'efficience intellectuelle !), fortement corrélée au QI. On considère cette épreuve comme déterminante & témoin de la facilité à apprendre. Mais elle est également sensible aux troubles de la mémoire de travail & au milieu socio-éducatif.
Exemple de question : Que veut dire le mot « conjecture » ?

- Subtest "Information"
Il est composé d'une 30aine d'items. Chaque item constitue une question d'information (c'est à dire portant sur des connaissances générales non spécifiques) à laquelle il faut répondre par oral.
La cotation de ce subtest est, selon les réponses données : 0 / 1 point.
C'est une épreuve fortement corrélée avec le résultat d'ensemble de la Wais & bien que dépendant du niveau de scolarisation & des opportunités d'apprentissage, elle est une bonne mesure du facteur général d'intelligence.
A noter qu'elle est peu sensible au vieillissement.
Exemple de question : Qu’est ce qu’un thermomètre ?

/// Subtest supplémentaire "Compréhension" \\\
Il est composé d'une 20aine d'items constituant chacun une situation ou un problème de la vie en général. L'objectif étant d'apporter des réponses, oralement là encore, à ces questionnements (les réponses sont notées mot à mot).
La cotation de ce subtest est, selon la précision des réponses données : 0 / 1 / 2 points.
Concrètement, le psychologue doit ici évaluer le degré de compréhension pour chaque réponse à partir d'une liste de réponses-types. Cette épreuve fait appel au bon sens & aux règles de fonctionnement de la société, elle mesure le niveau de raisonnement logique verbal.
Subtest considéré comme une mesure typique de l'intelligence cristallisée & de l'intelligence sociale en raison du caractère conventionnel des réponses. Il est peu sensible à la détérioration mentale & aux effets de l'âge.
Exemple de question : Pourquoi y a-t-il un âge minimum pour voter ?

 

 

Dans l'IRP (Indice de Raisonnement Perceptif, chronométré). Cet indice reflète la performance du sujet dans des tâches qui dépendent peu de la vitesse de traitement (anciennement désigné par "QI de Performance"), il constitue une bonne mesure des capacités visuo-spatiales du sujet :

- Subtest "Cubes" (il s'agit des fameux cubes de Kohs, du nom de leur créateur Samuel Khos)
Il est composé d'une 15aine d'items, rangés par difficulté croissante (& comme pour l'ICV, ce sera toujours le cas dans tous les subtests de l'IRP), avec intervention motrice (c'est à dire manipulation des cubes). Chaque item représente une figure à reproduire à l'aide de 2, 4 ou 9 cubes bicolores comportant une face rouge, une face blanche, une face rouge & blanche.
La cotation de ce subtest est : 0 / 1 / 2 points, avec une bonification en fonction du temps de réponse (de 1 à 3 points supplémentaires). A l'inverse, en cas de temps dépassé, & ce même si la figure est correctement reproduite, le score sera minoré.

C'est une épreuve mettant en action l'organisation visuo-spatiale, visuo-constructive & qui nécessite la mise en référence de l’espace par rapport au sujet lui-même. Crée en 1920 pour évaluer l'intelligence indépendamment du langage, elle est sensible aux effets de l'âge dès 45 ans.

- Subtest "Matrices"
Il est composé d'une 20aine d'items pour lesquels il faut identifier sur une feuille, parmi 5 réponses possibles, laquelle complète la matrice dont il manque une partie.
La cotation de ce subtest est : 0 / 1 point.

C'est une épreuve évaluant l'intelligence fluide & visuo-spatiale, le raisonnement logique sur du matériel non verbal & constituant une excellente estimation du facteur g.
Elle est par contre très sensible au vieillissement.

- Subtest "Puzzles visuels"
Il est composé d'une 20aine d'items. Une image est présentée & il s'agit de sélectionner parmi 6 possibilités de réponses les 3 pièces de puzzle qui permettent de reconstituer le puzzle complet (ici encore, comme dans les matrices, sans aucune intervention motrice, tout se fait en désignant du doigt, sur un livret Wais-IV).

C'est une épreuve censée être plus fiable que l'ancien subtest "Assemblage d’objets" qui était présent dans le Wais-III !

/// Subtest supplémentaire "Complètement d'images" \\\
Il est composé d'une 20aine d'items. Il s’agit de trouver le détail manquant sur chaque carte présentée, ici encore en pointant du doigt ou en nommant uniquement (aucune manipulation d'objet n'est requise).
La cotation de ce subtest est : 0 / 1 point.

Cette épreuve analyse la capacité d’observation, les capacités concrètes visuo-spatiales & l'exploration visuelle. A noter que de par sa grande facilité & le fait qu'elle soit peu discriminante, elle était utilisée dans le Wais-III pour débuter le test & mettre en confiance le sujet.

/// Subtest supplémentaire "Balances" \\\
Il est composé d'une 20aine d'items. Sur un livret Wais-IV, on présente au sujet une ou plusieurs illustrations de balances à plateaux. Le but étant qu'il sélectionne parmi 5 possibilités de réponses, & dans un temps limité, le poids manquant qui va permettre d'équilibrer les plateaux.
La cotation de ce subtest est : 0 / 1 point.

Cette épreuve, qui est donc limitée dans le temps, implique une bonne maîtrise de logique inductive & déductive. Elle met également en action la mémoire de travail.

 

 

Dans l'IMT (Indice de Mémoire de Travail). Cet indice met l’accent sur les performances du sujet dans des domaines nécessitant des capacités de concentration & d’attention vis-à-vis d’informations verbales, des capacités de formulation & de résolution mentale de problèmes. Ces épreuves supposent la répétition de l’information stockée ainsi que la coordination de plusieurs traitements cognitifs. :

- Subtest "Mémoire des chiffres"
Il est composé d'une 30aine d'items répartis désormais en 3 séries d'exercices : mémoire des chiffres en ordre direct, en ordre inverse & enfin (nouveauté du Wais-IV) en ordre croissant. Le jeu consiste à être en mesure de retenir une série de chiffres présentée verbalement par le psychologue & de parvenir à restituer les éléments, selon les consignes.
La cotation de ce subtest est, selon les réponses données : 0 / 1 / 2 points.
C'est une épreuve qui mobilise la mémoire à court terme (empan endroit) & la mémoire de travail (empan envers), elle permet de mesurer les capacités du sujet à retenir, à court terme, des informations tout en les manipulant mentalement.

Exemple : Le psychologue donne « T-9-A-3 », le sujet doit répondre « 3-9-A-T »

- Subtest "Arithmétique"
Il est composé d'une 20aine d'items ayant pour but la résolution de problèmes mathématiques en un temps limité, sans avoir l’énoncé sous les yeux (ni aucun support).
La cotation de ce subtest est : 0 / 1 / 2 points, selon la justesse de la réponse & la difficulté de l’item.
C'est une épreuve évaluant les capacités de résolution de problèmes, de raisonnement (mise en place de stratégies), de calcul mental, de mémoire de travail, de compréhension d’énoncés verbaux complexes, de mémoire auditive à court terme & d'attention.

Exemple : A la fin de la journée, un boulanger a vendu 56 pains. L’après-midi, il en a vendu 19. Combien de pains a-t-il vendu le matin ?

/// Subtest supplémentaire "Séquence lettres / chiffres" \\\
Il est composé d'une 10aine d'items. L'objectif est ici de pouvoir restituer dans l’ordre alphabétique & croissant une série de chiffres & de lettres donnée oralement dans le désordre par le psychologue.
La cotation de ce subtest est : 0 / 1 point.
Cette épreuve analyse la mémoire de travail & l'attention du sujet.

Exemple : K-2-C-7-S (la réponse attendue est 2-7-C-K-S)

 

 

Dans l'IVT (Indice de Vitesse de Traitement, chronométré). Cet indice met l’accent sur la performance du sujet dans des domaines nécessitant rapidité & précision d’exécution, il reflète également la capacité à initier, organiser des stratégies efficaces d’action &/ou la capacité à réaliser rapidement une tache simple :

- Subtest "Symboles"
Il se présente sous la forme de séries de 2 groupes de symboles. Le sujet doit indiquer si oui ou non il retrouve 1 des 2 symboles isolés dans le groupe de 5 symboles. Le temps de passation est limité à 2 minutes.
La cotation de ce subtest est fonction du nombre de réponses correctes produites dans le laps de temps autorisé.

C'est une épreuve qui fait intervenir le repérage & l’analyse visuelle de formes graphiques complexes, la discrimination perceptive & la vitesse de traitement de l’information. Très influencée par les déficits de l'attention &, pour une part, des déficits de la mémoire de travaille, elle évalue très rapidement la vitesse de traitement, particulièrement sensible au vieillissement puisque l'on considère que les performances déclinent à partir de l'âge de 30 ans !

- Subtest "Code"
Il s'agit de compléter un ensemble de 10aines de cases vides sur plusieurs planches, à l’aide de signes codés (avec le modèle de codage visible en haut de page) & dans un temps limité à 120 secondes, chronométré par le psychologue.
La cotation de ce subtest est fonction du nombre de case correctement remplies en un temps limité. Il est important de réaliser une analyse qualitative de cet exercice, les erreurs étant source d’informations importantes.
C'est une épreuve évaluant les capacités visuo-constructives, la vitesse de traitement de l’information, l'automatisation d’une procédure, l'attention & les capacités motrices. Mais c'est aussi une tâche d'apprentissage très faiblement saturée en facteur g & extrêmement sensible au vieillissement (dès l'âge de 40 ans).

A noter enfin qu'elle est systématiquement chutée par les personnes HQI ou THQI, qui n'y trouvent aucun intérêt & sont ennuyées par cette activité répétitive & creuse.

/// Subtest supplémentaire "Barrage" \\\
Le sujet doit barrer 2 formes géométriques cibles en un temps limité & en respectant les couleurs de ces formes, l'objectif étant d'avancer le plus possible dans ce délai imposé & chronométré.
La cotation de ce subtest est : 0 / 1 point.

Cette épreuve analyse la mémoire de travail & l'attention du sujet.

 

 

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Wais (IV)Il arrive, finalement assez régulièrement, que le QI Total ne soit finalement pas donné. Pourquoi ?

 

Et bien parce que les résultats des indices sont jugés trop hétérogènes. C'est à dire que l'écart entre eux est trop élevé pour qu'un QI Total ait un sens réel &, surtout, soit représentatif des véritables capacités cognitives de l'individu.

 

Attention, il est cependant TOUJOURS "calculable" au sens strict, mais il sera simplement non significatif. Il n'y a donc aucun intérêt à le donner puisqu'il ne reflète pas les véritables capacités cognitives de l'individu :!:

 

 

A partir d'un écart de 15 points (soit un écart-type), il est communément admis qu'il y a "hétérogénéité" dans les résultats. Si l'écart est de 0 à 14 points, on parlera alors de résultats "homogènes" & le QIT sera calculé sans problème. Mais surtout, plus important encore, il aura une valeur, un sens :roll:

 

Il faut cependant veiller à ne pas comprendre l'homogénéité comme un impératif d'écart faible entre les 4 indices :-?
On prend principalement en compte l'écart existant entre l'ICV (Compréhension Verbale) & l'IRP (Raisonnement Perceptif). Il est effectivement extrêmement fréquent d'avoir un IVT (Vitesse de Traitement) bien plus faible que les 3 autres indices.

 

Si on parle d'homogénéité (ou d'hétérogénéité) inter-indices, visant donc à permettre le calcul d'un QI total qui soit significatif ; il faut aussi s'intéresser à la comparaison intra-indices. C'est à dire à la question de l'homogénéité, ou à l'inverse de l'hétérogénéité, à l'intérieur d'un même indice (que ce soit l'ICV, l'IRP, l'IMT ou l'IVT).

 

Ainsi, lorsqu'il y a plus de 3 points de différence entre les subtests d'un indice, il y a hétérogénéité sur l'indice (car comme expliqué un peu plus haut, l'écart-type des scores en terme de notes standards de chacun des subtest est de 3 points) :!:

 

Exemple : prenons l'ICV qui, sur le Waiv-IV, est limité à 150.
Il est composé de 3 subtests obligatoires -> Similitudes, Vocabulaire, Informations (& d'un subtest optionnel -> Compréhension).
Des scores homogènes dans cet indice pourraient être :

Similitudes 19
Vocabulaire 19
Informations 18 (1 seul point d'écart entre le 3 subtests)
(cela donnerait une note composite à l'ICV autour de 150)

Avec des scores hétérogènes, on pourrait avoir :

Similitudes 13 (6 points, c'est à dire 2 écart-types, de différence entre Sim & Voc)
Vocabulaire 19
Informations 15 (4 points entre Voc & Info)
(cela donnerait, évidemment, une note composite d'ICV bien plus basse)

 

De même il n'est pas rare, lorsque certains indices plafonnent (c'est à dire atteignent le seuil maximum mesurable), d'avoir d'énormes écarts entre l'indice le plus haut & l'indice de plus bas des quatre :-o

 

Je tiens à préciser aussi qu'un QI Total non-calculable ne signifie en aucun cas que le bilan n'est pas interprétable ! Confusion que l'on retrouve très souvent dans les propos que rapportent les parents ou les adultes qui me demandent de l'aide ou un avis (pour un Wais comme pour un test enfant) :down:

 

Si le psychologue est réellement compétent & connaisseur il saura interpréter un bilan, quand bien même celui-ci serait hétérogène (ce qui, une fois encore, représente la grande majorité des cas).
Pour analyser les résultats, le clinicien s’appuiera sur :

 

- les compétences spécifiques & indépendantes mises en évidence par les 4 indices
- les notes standard obtenues à chacun des subtests (principaux & complémentaires) dans une démarche d’analyse intra-individuelle
- la répartitions des différentes notes par rapport à la norme dans une démarche d’analyse inter-individuelle
- l’analyse des forces & des faiblesses du sujet
- son expérience clinique & ses observations qualitatives lors de l'entretien comme de la passation elle-même

 

Par exemple, des profils de ce type sont assez fréquents chez les surdoués, enfants comme adultes :

ICV 148
IRP 123
IMT 116
IVT 103

 

Dans ce cas précis, les 25 points séparant l'ICV de l'IRP ne permettent bien entendu pas de calculer un QI Total qui puisse être représentatif, mais n'empêchent absolument pas l'interprétation du test.

 

L'analyse du psychologue pourra alors se baser sur d'autres points, les résultats à observer pouvant être :

- le niveau global par le biais du QI Total, à la condition donc que les 2 principaux indices soient homogènes (QIT qui, je le répète une fois encore, n'est pas une moyenne arithmétique, mais un score global compensé !!! :-x En d'autres termes, il est une moyenne statistique)
- les niveaux spécifiques par le biais des indices
- les notes standards à chacun des subtests (qu'ils soient obligatoires ou optionnels)
- les points forts & les points faibles de l'enfant (à savoir la répartition des notes standards par rapport à la moyenne du sujet, dans chaque domaine)
- les notes additionnelles
- l’analyse qualitative & clinique (attitude de l'enfant face aux épreuves, face à la difficulté)

 

Dans le cas de résultats hétérogènes (voire très hétérogènes), le psychologue essaiera toujours d'identifier la cause de ces écarts & s'il ne parvient pas à définir ce qui est à l'origine.
Il est aussi possible que des trouble associés (Dys, TDA / TDA-H, TED, etc.) rendent les scores moins homogènes, mais ici encore, un psychologue connaisseur saura détecter les signes qui permettront de comprendre :smile:

 

Il existe en outre un indice que l'on pourrait qualifier d'alternative possible au QI Total : l'IAG (Indice d'Aptitude Générale).

 

Le psychologue pourra ainsi calculer l'IAG pour le Wais-IV s'il estime que celui-ci pourrait apporter quelque chose au bilan :up:

 

Il s'agit d'une note composite optionnelle, calculée à partir de la note standard des 3 subtests obligatoires de l'ICV & des 3 trois subtests obligatoires de l'IRP. Sa moyenne est établie à 100 & son écart-type est de 14,99.
Son intérêt ? Très simple : obtenir une note globale qui soit moins sensible à la mémoire de travail & à la vitesse de traitement, comme peut l'être le QI Total.


 

On recommande également son calcul pour les personnes souffrant d’atteintes neuropsychologiques affectant la mémoire ou le temps de réponse.
L'utilisation de l'IAG pourrait permettrait, selon ses partisans (dont fait partie le Pr Jacques Grégoire, docteur en psychologie & auteur de "L'examen clinique de l'intelligence de l'enfant. Fondements et pratique du WISC-IV"), une estimation plus stable & plus représentative du facteur g, rendant mieux compte du niveau de compétence intellectuelle.

 

Comment interpréter les différences entre indices ? Par exemple un IRP significativement inférieur à l'ICV) ?
Les hypothèses interprétatives varient énormément selon le profil des sujets & l’analyse qualitative qui est faite des résultats !
N'oubliez pas : le psychologue qui a procédé à la passation & à l'analyse de votre bilan est la personne la plus à même de répondre à toutes vos questions, car il s'agit de ses observations, de son travail ! C'est aussi pourquoi il est très important de bien choisir son psy, comme je l'expliquais déjà plus haut. Une fois le bilan réalisé, on ne peut décemment pas s'autoriser à aller voir un autre professionnel avec son test en main pour lui demander une nouvelle analyse du travail fait par un autre :oops:

 

 

A noter que certains psychologues, en France comme à l'étranger, préfèrent exprimer les résultats en rang percentile ! Pas de panique, vous trouverez dans ce billet tout ce qu'il faut pour décrypter cette présentation des scores :up:

 

Autre point qui peut dérouter : de plus en plus de psychologues choisissent de donner les résultats chiffrés dans un intervalle de confiance.

 

Il peut être de 95% comme de 90%, selon le choix du professionnel. Ce qui a le grand défaut à mon sens de compliquer encore un peu plus la lecture du bilan par des non-initiés en les noyant sous de multiples chiffres tout en ne se mouillant pas trop (pour le psy) :-|

 

Ainsi un QI global de 142 qui sera exprimé dans un intervalle de confiance de 95% se présentera de cette façon : QI compris entre 133 & 146. Le même QIT de 142, s'il est présenté dans un intervalle de 90% ira de 134 à 145 :dots:

 

 

:idea: pour aller plus loin, je conseille cet excellent ouvrage écrit par le Docteur en psychologie Dana Castro : "Pratique de l'examen psychologique en clinique adulte 2e ed. - Wais IV, MMPI-2, Rorschach, TAT" :up:

 


Cliquez sur la couverture pour ouvrir les détails de
Pratique de l'examen psychologique en clinique adulte

 

 

Mon 2ème livre, sur le syndrome d'Asperger avec ou sans (T)HPI :

 

Par l'auteure des Tribulations d'un Petit Zèbre

 

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

223 commentaires à “Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Wais (IV)”

  1. E. Nicaise dit :

    Article très bien écrit, bravo. Juste une petite remarque de l’ordre du détail. Il y a une erreur dans le graphisme de la répartition de la population selon la loi Gaussienne (probablement un problème d’arrondi) car on retrouve 2,2% de la population au delà de deux écart-type et non 2,5% (pour être plus précis, il s’agit de 2,1% entre deux et trois écart-type et 0,1% au dessus).

    Ensuite, j’aimerais apporter une réflexion sur la valeur réelle des indices. Comme vous le mentionnez, certains psychologues donnent les valeurs en termes d’intervalles de confiance. Bien que cela semble plus compliqué, c’est surtout nécessaire pour refléter le fait que ces valeurs ne sont pas absolues. Le résultat peut varier en fonction de l’état de fatigue, de l’état émotionnel, de la chance de tomber sur une question ou un exercice connu, etc. Rappelons bien qu’on ne mesure pas l’intelligence, on l’évalue. Une mesure sous-entendant que je peux la comparer à un étalon et que j’obtiens systématiquement le même résultat. Ce n’est clairement pas le cas des tests psychométriques.

    Pour ce qui est du QIT, son utilité est très relative. Pour le psychologue, savoir si un enfant à plus de 130 ou moins de 130 est non-pertinent. N’oublions pas que le choix de deux écarts-type comme limite de la douance est un choix on ne peut plus arbitraire. En général, on place aussi les personnes ayant un QIT de 125 avec au moins un des indices au dessus de 130 dans la catégorie des HPs. Cela reste néanmoins une décision arbitraire et cliniquement inutile, voir même parfois nuisible (lire l’article de Sylvie Tordjmann sur l’effet néfaste de l’étiquette d’EHP). Ce chois est d’ailleurs plus politique qu’autre chose car il permet de s’occuper d’enfants ayant ce que certains appellent un profil HP alors qu’ils ne rentrent pas strictement dans la définition, dans la limite, définie par les institutions spécialisées et les politiques.

    Ce qui est intéressant dans un test psychométrique c’est de déterminer les forces et les faiblesses en termes de processus cognitifs, cela afin de pouvoir comprendre l’origines de certaines difficultés d’apprentissage ou de vie. Le problème, c’est que dès que certaines personnes voient un QIT supérieur à 130, elles s’imaginent qu’elle connaissent déjà tout de la personne car « il a un profil HP » et il est donc probablement très sensible, avec un sens de la justice exacerbé, des sens surdéveloppé, etc… bonjour les stéréotypes et surtout, attention aux étiquettes et aux prophéties auto-réalisantes.

  2. Verdillon dit :

    Bonsoir,
    J’ai une question à propos du Wais III :
    En 2012, après que mes deux enfants aient été testé et qualifiés de précoce, ma femme m’a « offert » le passage du test chez une psychologue Lyonnaise.
    Je n’y connaissait rien à l’époque et lorsque j’ai eu le dossier complet après 3 semaines d’attente, j’ai noté que j’avais passé un Wais III avec un QI de 155.
    Pensez-vous qu’il y aurait un intérêt a repasser le Wais IV ?

    • A. Zebrounet dit :

      Il n’y a pas d’intérêt à repasser un test ds la version supérieure de manière générale… mais, comment se fait-ce qu’en 2012 vous ayez passé un Wais-III ? C’est ça la question ! :(
      Car pour le coup, ce n’était pas la version en vigueur. Vous auriez du, déjà à cette période, passer la 4ème édition…

      • Verdillon dit :

        Bonne question !
        Je suppose que cette psychologue n’avait pas encore acheté le nouveau Wais, vu son prix…
        Mais bon, cela change t il beaucoup les choses au résultat ?

        • TURON-LAGOT dit :

          Bonjour,
          S’il est effectivement dommage que la psychologue n’ai pas utilisé la version 4, vous pouvez tout de même tenir compte des données qui vous ont été transmises (elles ne seront pas si erronées, d’autant plus que, comme cela a été dit plus haut, il y a un intervalle dans lequel vous vous situez et vos scores se trouvent sans doute dans les intervalles de la nouvelle version).

          • Verdillon dit :

            Merci pour ces réponses.
            Il est vrai que, à part le score, c’est la description de la psychologue qui m’a beaucoup aidé à me comprendre.
            Après 2 ans, je continu à découvrir des nouvelles facettes de cette « Zébritude » dans ma vie de tout les jours. Et surtout, des explications à mes 23 années de « malaise » passé à chercher la « clé »…
            C’est pas toujours simple tous les jours mais j’ai les outils pour aller de l’avant.

            • Eric TURON-LAGOT dit :

              A l’occasion… je recherche des personnes qui se posaient des questions et que le bilan a aider. Je souhaite avoir des témoignages sur « l’avant » et « l’après ». Si vous vous sentez capable de… cela m’intéresse.

              • Fab dit :

                Eric: f.clerc@abul.org

              • Anne dit :

                Bjr,
                J’ai passé le wais IV ce matin, suite à un auto-diagnostic de zébritude… Je suis à votre service pour un « avant-après », sachant que je n’ai certes pas encore les résultats mais ai ressenti un énorme changement depuis cette révélation. La lecture d’articles et le visionnage de vidéos m’ont en effet brossé un portrait de moi-même si précis que j’en suis tombée des nues.
                Dans l’espoir que ce test confirmera mon hypothèse (j’ai l’impression d’être dans l’attente du passeport qui me permettra de rejoindre enfin mon pays…)
                À votre disposition, donc, et avec plaisir, chez l.ane.bate@gmail.com

                • Sim dit :

                  Anne,

                  J’aime ta phrase « j’ai l’impression d’être dans l’attente du passeport qui me permettra de rejoindre mon pays », ça me parle tellement !

                  Depuis quelques semaines je suis dans cet état. Après une première séance chez une psychologue elle n’a pu s’empêcher de me faire part de sa quasi certitude que je serai une « surdouée », elle en est une aussi et l’a découvert après avoir fait passer un bilan à sa fille qui avait des difficultés scolaires (entre autres).
                  Elle m’a recommandé de lire « trop intelligent pour être heureux » et cette lecture m’a bouleversée, j’ai pleuré tout au long de ma lecture car j’ai eu le sentiment que pour la première fois de ma vie on mettait des mots précis sur ce que je ressentais. Du coup j’ai dévoré tous les livres que j’ai pu trouver sur le sujet forum etc…
                  Je dois passer le test dans 2 semaines, et j’ai vraiment l’impression, pour rejoindre ce que tu disais d’être dans un hall d’aéroport, bloquée, dans l’attente d’un pass qui me permettra de me retrouver/ trouver enfin !

                  Que le test valide ou pas cette soi disant « surdouance », je m’estime heureuse dans tous les c

    • chimera dit :

      Bonjour,
      Effectivement le WAIS III est accepté s’il a été passé avant octobre 2012.
      Cordialement,

  3. Marouchkae dit :

    Bonjour, votre billet m’a beaucoup plus !

    Je l’ai lu en comparant un peu avec les résultats de mon propre test et certaines choses m’ont quelque peu intriguée, peut être est-ce lié au fait que j’ai passé un WAIS-III alors que c’était en janvier de cette année…

    Tout ça pour dire : J’ai un IVT de 150 (oui, j’ai la note maximale alors que vous sembliez dire que c’est généralement la note la plus faible, il faut croire que je suis montée à l’envers…), un ICV de 145, un IMT de 130 et un IOP (IRP je suppose) de 110. Ce qui me fait un écart de 35 points entre mon IRP et mon ICV. Pourtant, la psychologue qui m’a fait passé le test m’a donné mon QIT de 136 sans me préciser que ce n’était peut être pas représentatif. Est-ce normal ?

    • Eric TURON-LAGOT dit :

      Bonjour,
      La structure DU WAIS 4 (je vais m’habituer à utiliser le masculin comme il est indiqué dans l’article… ;-)) est vraiment différente de celle de la version 3 : IOP et IRP ne sont donc pas comparables.
      Vous n’êtes pas « montée » à l »envers si votre VT est aussi fort : c’est sans doute une très efficace coordination visu-motrice (œil-main) qui vous confère ce talent. Cependant, avec les autres scores, on pourrait plutôt penser que c’est votre mémoire visuelle qui peut vous avoir grandement aidée.
      En fait, ce sont surtout les notes standardisées qui ont un intérêt… Encore une fois : le total est la synthèse des indices qui sont eux-mêmes la synthèse des notes standardisées… Et parfois, la synthèse de la synthèse perd de son intérêt… D’où la primeur que j’accorde aux notes standardisées.
      Dans tous les cas : C’EST NORMAL… Vous êtes normale ; rien de particulièrement alarmant.

      • CarolineW dit :

        Monsieur Turon-Lagot,

        je suis à la recherche de votre livre qui traite du WISC4.
        Il ne se vend plus sur Internet.
        Est-il prévu une ré-redition ou existe t-il un site où je suis succeptible de le trouver ?
        Merci d’avance de votre réponse

        • Eric TURON-LAGOT dit :

          Bonjour,
          Oui, cette première édition est en rupture de stock, donc introuvable à présent… Une seconde édition est en cours, qui devrait sortir en juillet de cette année.
          Dès sa parution, je ne manquerai pas d’en avertir la rédactrice en chef de ce blog…
          En espérant que cette rupture de stock ne vous sera pas trop dommageable.

  4. Bonjour,

    J’ai passé début octobre le WAIS III. Suite à cet excellent billet et certains commentaires à propos des éditions III et IV, j’ai posé la question à la psy qui m’a fait passer le test à titre personnel et avec qui notre association EVEA (Ensemble Vivons l’Education Autrement) et l’école Talentiel travaille régulièrement.

    La version 4 de la WAIS apporte beaucoup plus…. aux ECPA (Les Éditions du Centre de Psychologie Appliquée) en termes d’argent mais rien de plus aux psys :-)

    De sont point de vue, il s’agit plutôt d’une arnaque marketing pour proposer une version re-costumisée de la version précédente car ils voulaient refaire un étalonnage. Autant le WISC IV est vraiment différent du III autant la version WAIS IV n’apporte rien de mieux.

    Les « nouveautés » proposées (Puzzles visuels, balance et barrage) dans la version 4 ne sont pas suffisamment intéressantes à son goût pour qu’elle réinvestisse plus de 2000 € de matériel. Ca n’apporte vraiment pas plus à son analyse.

    Le fait qu’elle fasse systématiquement les sous-tests optionnels « symboles » et « séquence lettre chiffre » permet d’avoir une analyse en 4 indices en plus des 2 QI.

    J’espère que mon commentaire rassurera ceux qui ont fait le WAIS III.

    Olivier
    Association EVEA (Ensemble Vivons l’Education Autrement)
    http://www.facebook.com/evea.education.autrement
    Ecole Talentiel, école primaire pour enfants précoces
    http://www.talentiel.fr
    http://www.facebook.com/ecoleTalentiel

    • Eric TURON-LAGOT dit :

      Bonjour Olivier,
      Concernant « l’arnaque » des ECPA, il est vrai que ces outils sont chers, il est vrai qu’ils ne sont pas parfaits… mais il est aussi vrai qu’ils vieillissent et qu’un certain nombre de repères utilisés pour ces évaluations perdent de leur pertinence voire de leur utilité après une dizaine d’année, notamment du fait de l’évolution des sociétés.
      Sans être un grand défenseur des ECPA, il faut tout de même reconnaître que peu d’entreprises utilisent des référentiels de travail vieux de 10 ans.
      J’ai entendu les mêmes arguments concernant la WISC IV, absolument décriée à sa sortie.
      Je milite pour la mise à jour aussi fréquente que possible des connaissances et des compétences, et 10 ans d’usage d’un outils sensé être adapté à une population humaine me semble pas mal déjà.
      Maintenant, rassurons-nous : les concepteurs s’assurent malgré tout de la compatibilité des résultats entre la version 3 et la 4 afin que les résultats de l’une de ces échelles ne soient pas totalement décalés de ceux de la suivante.

  5. CarolineW dit :

    Bonjour,
    Ma question repose davantage sur la répartition Gaussienne que sur le WAIS proprement dit:
    Elle est relative au fameux 2,5 % de personnes ayant un QI > 130. Je suis presque sure que la réponse est sur le blog mais mes recherches demeurent infructueuses :)
    Comment les professionnels ont réussi à quantifier cela ?
    Car, on le sait, tous les surdoués ne sont pas identifiés, seulement ceux qui consultent.
    Ce chiffre serait donc la résultante d’études menées sur X milliers d’individus et que l’on aurait testés ? Dans le cas contraire, comment a t-il été établi ?
    Merci de votre éventuelle réponse.

    • Eric TURON-LAGOT dit :

      Bonjour Caroline,
      Vous avez raison : tous le surdoués n’ont pas et ne seront jamais (je pense…) identifiés.
      Cependant…
      Pour créer de tels outils, on commence par tenter de définir les choses que l’on souhaite mesurer (qui rentreraient donc dans la définition de l’intelligence – je préfère dire des fonctions cognitives). Ensuite, on imagine des exercices qui pourraient mesurer cela (pas facile…). Puis, on propose plusieurs cas pour un même exercice et on teste ces cas sur un panel de gens : ce panel permet de s’assurer que les questions sont compréhensibles, adaptées, et qu’elles atteignent plutôt bien leur objectif. Ensuite, on fait passer ces questions à tout un tas de gens, pris totalement au hasard mais répondant à des critères de niveau d’étude et de sexe (autant de filles que de garçons, et un panel de catégories professionnelles ou de niveau d’étude représentatif de la France ou des pays francophones).
      Le fameux 2,3% ne vient pas d’un constat ni d’une étude : il vient du fait que la courbe théorique de répartition gaussienne (choisie comme modèle mathématique de répartition des performances cognitives- on aurait pu prendre un autre modèle, mais celui-ci collait vraiment bien à ce que l’on constatait) donne, à 2 écarts-type, un pourcentage de présence de 2,3%. On a donc ajusté les questions posées à cela : les deux dernières questions ne peuvent être répondues correctement que par 2,3% de la population. On les sélectionne donc pour obtenir ce pourcentage.
      Comme vous le voyez, le montage est un peu fait « à l’envers » : on veut 2,3% et on choisit des questions de difficulté croissante pour obtenir cette répartition.
      La « réalité », c’est-à-dire lorsque l’on demande à des gens tirés au hasard de se prêter à une telle évaluation, donne des résultats très très proches de ce modèle théorique de référence. C’est pour cela qu’on le conserve.
      Un exemple que je donne souvent : si vous mesuriez la longueur des brins d’herbe de votre jardin, vous pourriez faire la moyenne de ces longueurs et vous auriez, à peu de choses près, 2,3% des brins d’herbe qui s’éloignent de cette moyenne de plus de 2 écarts-type (en plus grand et en plus petits).

  6. Po dit :

    Question bête : comment on prononce « WAIS » ? Doublevéhahihesse ? Ouahisse ? Wahisse…? :-?

  7. Tiens donc, je le prononçais Ouaisse… :-P

  8. sophia dit :

    bonjour à toutes et tous;

    J’aimerais avoir un éclairage sur le résultat de mon wais 4 dont la passation date de 2013. je n’ai pas eu suffisamment d’explication sur celui …

    la psychologue a supposé que l’échec aux cubes étaient dû à une dyspraxie…ce qui a été contredit..longtemps après ,par une neurologue( j’avais auparavant pris des séance de psychomotricité …inutiles) .

    Lors de l’épreuve !!! j’ai été prise de panique et d’angoisse …et la psychologue m’a demandé s’il ne serait pas souhaitable de reporter le test….les raisons de cette panique sont identifiables ..peur de l’échec ( notamment scolaire ,chaotique depuis la maternelle) l’inhibition intellectuelle et la dépression ( j’avais entamé une psychanalyse peu de mois avant)….que du bonheur… mais j’ai continué car je savais que je n’aurai pas eu le courage de le repasser .

    Dans son compte rendu , elle fait état de mon débordement émotionnelle qui a influencé le résultat mais cela n’explique pas tout
    .
    raisonnement perceptif

    cubes 8
    matrice 11
    puzzle 11
    matrice 11

    COMPREHENSION VERBALE

    similitudes 16
    vocabulaire 15
    information 11
    comprehension 11

    Memoire de travail
    Chiffre 13
    arithmétique 14

    vitesse de traitement
    CODE 14
    symbole 16

    global 122

  9. Fonzette dit :

    Bonjour

    Un grand merci pour cet article, d’une précision incroyable
    J’ai 40 ans et passé le test hier.
    J’attends le résultat avec une certaine angoisse, car j’ai du mal à croire ce que mon psychologue m’a annoncé, en novembre dernier. Je serais une zèbre qui s’ignore.
    Malgré cela, ce serait la réponse à toutes ces années de sentiments de différence et de décalage si profond.

    Une remarque, et question personnelle :
    En passant le test (qui a duré 2h00 pour ma part – subtests supplémentaire ; séquences lettres/chiffres) j’ai éprouvé des période de lassitude terrible (notamment pour le subtest code)mais et surtout des moments d’angoisses au point d’en avoir les larmes aux yeux, pdt le test arithmétique. J’ai pris l’habitude de me déconnecter de mon entourage, du monde qui m’entoure et j’ai depuis des difficultés à « écouter » l’autre.
    Cet état d’angoisse peut il générer des erreurs d’interprétations ou le WAIS prévoit il cela ?
    D’autant que j’ai eu plusieurs séances avec mon psychologue, avant le WAIS, d’où ma découverte de mes soit disant rayures

    Encore merci pour cet article et pour vos retours

  10. Claire dit :

    Merci pour cet article… Très précis, très zèbre! J’ai passé le test ce matin, verdict 146… beaucoup d’émotions… j’essaye de m’habituer à l’idée… je ne sais pas bien quoi en faire pour l’instant

  11. Luckyunik dit :

    Bonjour à tous,

    Après de nombreuses recherches, c’est sur ce site que je pose ma question en espérant y obtenir une réponse..
    Merci en premier lieu de prendre ce temps pour me lire.
    En un second temps, désolé pour les possibles fautes d’orthographe et de frappes (je ne peux me relire étant pressé car sur mon lieu de travail).
    Faisant suite à un perpétuel questionnement relatif à ma potentiel douance, je me suis résolu à réaliser un bilan auprès d’un psychologue compétent.
    Recommandé par l’AFEP, celle ci m’a reçue semaine passée.
    Un moment difficile, car je suis quelqu’un de très stressé, enclin à douter de moi.
    Le fait est que je me suis donc présenté à ce bilan au plus bas de ma forme (malade, insomnie la nuit du jour J).
    Résultat en deux phrases clés du bilan:
    – Ces échelles n’étant pas suffisamment homogène (écarts de plus de 20 points), il n’est pas possible d’obtenir un quotient intellectuel global valide. On peu donc conclure que Mr XXX dispose d’excellentes aptitudes intellectuelles.
    – Pour conclure, au vu des scores réalisés à Similitudes (16) et Matrices (19), Mr XXX possède des capacités intellectuelles évidentes, qui lui donnent une réelle aisance et beaucoup de facilités, et qui l’incluent dans le champ de la précocité intellectuelle.

    Certes cela me dit que je suis précoce, mais au regard des éléments mentionnés ci-dessus, je n’arrive pas à me satisfaire de cela.. Comment disposer d’une réelle certitude si l’on arrive pas à calculer mon score..
    Je « sais » que le score n’est qu’un nombre, mais j’ai comme une impression d’inachevé.. J’avais misé sur ce test pour, soit avoir plus confiance en moi, en mes capacités; soit pour être convaincu que toutes ses questions n’était que les tribulations d’un petit non zèbre qui réfléchit beaucoup trop et trop mal…

    Du fait, certains doutes m’animent encore… et je ne me sens pas libérer.

    Que dois-je en conclure selon vous ?

    Merci beaucoup pour votre attention.

    Cordialement,

    • Bonjour,

      Je comprends bien votre frustration ! La conclusion semble en effet bien floue. Je vous conseillerais bien de vous documenter, d’explorer des pistes en « dys » (un peu mon dada mais c’est quelque chose de très important à prendre en compte tant ces troubles masquent souvent le haut potentiel… et réciproquement !) et de lire des ouvrages parlant des adulte surdoués. En effet les chiffres émanant de tests sont un reflet d’une réalité complexe, d’un fonctionnement cérébral et émotionnel bien particulier, et ces chiffres ont leurs limites. J’aime bien le livre de Monique de Kermadec (faire simple quand on est compliqué) ainsi que celui de Cécile Bost (pour une vision de l’intérieur). Je pense que leur lecture pourrait vous éclairer. Sinon vous trouverez de nombreux conseils de lecture ici-même.
      Bon courage ! :)

      • Luckyunik dit :

        Merci pour votre retour !!

        J’avais déjà lu le livre de MDK, et étais entré en contact avec elle.
        Je crois que je suis compliqué et que du fait il est finalement normal que ce ne soit pas simple :)
        Merci encore de m’avoir répondu.

        • Oui c’est vrai, le compliqué ne devient jamais vraiment simple, mais je crois que pour beaucoup qu’apprendre les réalités sur la douance (j’aime ce terme québécois ^-^) est une bouffée d’oxygène : tout s’explique ! comme disait Sempé (bon il disait aussi « rien n’est simple tout se complique » -_- ).
          Il y a une phrase qui m’a beaucoup frappée dans le livre de Cécile Bost, qui dit peu ou prou ça : « Il faut alors revoir toute sa vie passée à travers ce nouveau filtre ». Et bien sûr cet exercice – celui de tout reprendre et de tout comprendre à la lueur d’une réalité qu’on devinait instinctivement mais en pensant fantasmer – est assez long et très troublant. Mais enrichissant et moteur ! Beaucoup, j’espère, ressentent ce soulagement, ce sentiment d’autorisation, de débridement, plutôt que qu’un sentiment de gâchis, d’injustice, lui aussi bien légitime.

    • Morgane C. dit :

      Bonjour Luckyunik,
      j’ai été surprise par votre commentaire car je me suis retrouvée face au même problème que vous. En effet, j’ai récemment passé le test WAIS IV mais mes résultats ont été trop hétérogènes (19 d’écart entre ICV et IRP). J’ai tout de même obtenu une note de 19 en Vocabulaire et 16 en Similitudes. Je me retrouve donc complètement perdue face à ses résultats. Je cherchais une réponse claire et précise mais cela reste très vague en vue de l’hétérogénéité des différents indices.
      Est-il donc possible d’envisager qu’un individu avec de tels résultats puisse être précoce ?

  12. Mélusine dit :

    bonjour! je viens de (commencer à) lire votre article et je relève 1 point pour lequel j’ai reçu d’autres informations; il s’agit du délais si on souhaite repasser ce test: la directrice du centre* où je l’ai passé, qui l’a elle-même repassé 2 fois parce qu’elle ne croyait pas aux conclusions (elle est HP ;) ) dit qu’on doit attendre 6 mois et pas 2 ans… (* il s’agit des centres relaxeau, « spécialisés » HP, en Belgique)
    je continue ma lecture ;)

    • Mélusine dit :

      ha, si, autre chose déjà ;) Le Wais est UN test, non? D’où LE Wais me semble plus grammaticalement correct…

      (tien, ça me fait penser qu’en Belgique on dit « le » bio alors qu’en France on dit « la » bio… )

      • Enquêteuse dit :

        La WAIS car c’est UNE échelle (scale).
        Mais je suis d’accord pour dire le WAIS!

        En France on dit la biologie (matière enseignée à l’école) et le bio[logique] (notamment les aliments « bio »)

  13. zebeuleu dit :

    Pour ce qui est du subtest « code » il n’est pas systématiquement chuté par les personnes HQI ou THQI : je suis le « high score » de la psy qui m’a fait passer le test ;) Mais ce qui m’a amusé, c’est que ça m’a rappelé mon enfance, et le code secret élaboré avec ma voisine :D

    • Marc dit :

      Bonjour,
      Je vous rejoins sur ce point. J’ai obtenu 17 au subtest « Codes », sans le trouver ennuyeux et sans l’appui d’un référentiel comme celui que vous invoquez.
      Tout était « défi » lors du passage de mon WAIS-IV. Pour exagérer un peu (mais pas beaucoup…), j’ai joué ma vie à chaque subtest. ;-)
      Belle journée @ vous,
      Marc

  14. Anna S. dit :

    Concernant le bilan psychologique en tant que tel, vous faites souvent référence aux test de la personnalité, type Rorschach et TAT. Je ne vais pas polémiquer sur le sujet, mais ça me donne toujours envie de rire de voir ce genre d’outils couplés à une échelle de Wechsler. Le reste du monde ne les utilise plus depuis 70 ans. Et à raison.

    • A. Zebrounet dit :

      C’est vrai ! (mais la France a, ds ce domaine là également, bcp de retard)
      Qd on voit que les thèses psychanalytiques st tjrs TRÈS présentes ds les Facs, qui forment aujourd’hui les psychologues de demain… :-|

      • Anna S. dit :

        C’est bien plus qu’un simple retard, c’est une volonté affirmée de vérouiller le domaine de la santé mentale en France (un petit résumé qui peut sembler à charge, mais qui est ma foi plutôt juste : http://www.lamaisondelautonomie.com/discours-psychanalytique/ ), pour des motivations qui sont loin d’être honorables.
        Pour le sujet qui nous intéresse (les conséquences sont quand même bien moins dramatiques que pour la prise en charge des autistes par exemple), le fait que de si nombreux psychologues refusent de donner les chiffres du QI est à rapporter directement à cet état de fait. Les psychologues (jeunes et plus si jeunes) d’orientation analytique vous diront qu’on ne doit pas étiqueter un individu, sous peine de ne le voir réduit qu’à un concept, qui peut avoir un pouvoir dévastateur sur la psychée. Derrière tout ça, je reste convaincue que c’est simplement pour conserver le pouvoir de celui qui sait sur celui qui ne sait pas (combien d’enfants suivis depuis des années dans les CMPP, dont les parents n’ont jamais obtenu de diagnostic malgrés des troubles importants et manifestement d’origine neurobiologiques?).
        Et plus c’est abscons, plus ça marche (cf Lacan).
        Il suffit de voir les associations de parents d’enfants autistes se faire traiter de ramassis d’hystériques par les grands pontes de la pédopsychiatrie pour se rendre compte de l’état affligeant de la psychologie en France.
        Les choses changent, mais il est malheureux qu’aujourd’hui les professionnels ouverts soient presque tous cantonnés à l’activité libérale (des structures comme certains CRA sont par contre à la pointe, mais tellement submergés de demandes…).
        Heureusement, le reste du monde n’a pas attendu la France pour avancer, et il existe d’autres domaines de la psychologie qui ont de moins en moins de peine à se faire entendre.
        Et derrière tout ça, ce sont des familles en souffrance.

    • Virginie dit :

      Bonjour.

      Je suis obligée de répondre à votre commentaire car je suis psychologue et j’utilise souvent le Rorschach et le TAT. Ces deux tests ne sont pas forcément analysés avec la théorie psychanalytique, il existe la méthode Exner par exemple qui s’appuie sur la psychologie comportementale. De plus, ces deux tests peuvent être de précieux outils diagnostiques, notamment en cas de suspicion de structure de personnalité psychotique. Et ils apportent de nombreuses réponses sur les angoisses du patient et sur ses mécanismes de défense et la souplesse qu’il peut avoir dans leur utilisation.
      Certes nous avons beaucoup de retard en France en psychologie, notamment dans ses préjugés et sa vison de « soins pour les fous » par la société, mais ces deux tests ne sont pas à jeter à la poubelle, tout dépend de comment on s’en sert et surtout dans quel but. Il ne faut surtout pas qu’ils soient obligatoirement couplés à un test de QI, ils ont un objectif propre et important.

  15. J.VERRIERE dit :

    Bonjour,
    j’ai des doutes depuis un moment déjà, mais je me trouve trop prétentieuse pour passer des tests.
    Auriez-vous une adresse sur nantes à me conseiller, je suis presque décidée :)
    merci de votre aide

    • Wlasta dit :

      Bonjour, j’ai franchis le pas il y a 2 mois et je ne m’en suis toujours pas remise :) mais aucun regret. Je vous conseille Véronique BURBAN, elle est sur Rezé près de la place du 8 mai (facile d’accès avec L3 du tram).
      Elle a testé ma fille, une de mes meilleurs amies (qui se ressemble s’assemble, ce n’est pas que pour le couple :)
      Elle testera sûrement mon fils d’ici quelques mois.
      (Vous pouvez la voir sur YouTube en faisant une recherche sur son nom, elle avait participé à l’intelligence day, il y a quelques années.

  16. Guihard dit :

    Bonsoir,
    Pour ma part j’ai pris rendez-vous avec une psychologue de l’afep qui avait déjà reçu ma fille (je ne sais pas si je peux citer son nom), qui m’a accueillie très gentiment, a pris le temps de m’écouter avant de réaliser le test. Les résultats, associés à de nombreuses lectures, ont apporté un éclairage nouveau à mon histoire, même si cela ne résoud pas mes difficultés au quotidien. cela m’a en tous cas encouragée à reprendre des études universitaires à plus de 40 ans! Test ou pas test, il y aura toujours un certain nombre de personnes pour vous dire que vous croyez avoir tout vu tout fait, simpoement parce que vous êtes touche-à-tout, et que ce tout vous stimule malgré vous, de manière trop intense pour ceux-là…

  17. Aurélia dit :

    Bonjour, je viens de finir de lire votre article et je suis perplexe, j’ai passée le WAIS IV en Avril dernier, et le résultat quoi que déjà élevé, ne serais peu être pas exact! Je m’explique, il y a en gros 2 mois j’était sur un groupe Facebook d’entraide pour personne ayant des phobies sociale, dépression et autres joyeusetés, j’essayais de trouver du réconfort car au bout du rouleau… ( étant moi même « victime » d’anxiété sociale, agoraphobie, …) bref, je commentais je ne sais plus quelle poste et un petit jeune est venu me parler en privé, me disant comme quoi il avait les mêmes symptômes,…. Moi dubitative et voyant sa photo de profil, lui est dit tout bêtement, tu est tout jeune pour avoir se genre de préoccupation, bla bla bla…, tu dois être précoce… ( je disais cela en l’air, me disant que si jeune il souffrait déjà…) et la il me dit que oui il est eip… Moi, hein? Quoi? Eip? Kesako? Et là il m’explique… Et de fil en aiguille me dit que j’en suis aussi car il a le don de détecter les surdoués!! Moi, non impossible je suis débile,… Et là dessus je pars me renseigner… Stupéfaction quand je vois les descriptions et autres « caractéristiques  » de la zébritude…. Mais on parle de moi!! La maman de ce jeune qui ( zèbre également et présidente d’une association local pour enfant précoce) me téléphone, m’interroge, et me donne le même discours que son fils. Elle me conseille le livre de JSF et me dit de revenir vers elle, le constat est accablant, la psychologue a écrit certains passages sur moi… :hypno: :-? Bref, j’ai pris rdv avec une psy ( recommandée par l’afep) pour passer la WAIS IV et là, résultat très hétérogène, ( 133 ICV, 118 IRP, 112 IMT et 94 IVT, , pour un résultat total de 123 entre 118 et 126 avec un intervalle de confiance à 90%). Le teste est il erroné? Sachant quand plus du reste j’étais en dépression et sous l’effet de lexomil ( pris à cette période à haute dose, sauf le jour du reste pour être au top)? J’ai posée la question sur le groupe de JSF et beaucoup de zèbres m’ont répondu que le résultat était biaisé, pour plein de raisons…. Écart de résultat au dessus de 15, résultat hétérogènes, dépression, médicaments, … La psy a t-elle mal fait son boulot? J’ai rdv vendredi prochain avec une neuropsychologue pour réinterpréter le résultat, sur conseil de la présidente de zebradulte, non pas que je veuille faire partie du troupeau, mais je cherche juste des réponses à qui je suis?…Ai-je raison de chercher des réponses? Est-ce légitime compte tenu de la souffrance ressentit par beaucoup de zèbres? Quand pensez-vous? Désolée pour le pavé, je suis perdu…

    • Lamikaouette dit :

      J ai envie de te dire que comme tous les tests ou toutes les evaluations basees sur un « one shot », il faut etre en forme et lucide pour donner le meilleur de soi. Un peu comme pour un concours.

      Si tu etais fatiguee, non motivee, et sous substances psychoactives, je ne vois pas comment tu aurais pu donner le meilleur de toi même au moment du test. Test qui est sensé mobiliser tes capacités cerebrales sur un temps relativement long, avec la contrainte du chronometre, et donc energivore.

      Ce test donne une « image » de tes « capacites » à un instant T. Donc il a donné l image de tes capacites quand tu es fatiguee, non motivee et sous substances psychoactives!

    • Je pense que votre score de 133 en verbal suffit à confirmer que votre mode de fonctionnement cérébral est bien celui d’une personne HP. Le test est formaté pour être homogène. S’il ne l’est pas l’indice le plus haut indique le potentiel de la personne, les indices bas d’éventuels troubles associés, des handicaps (en dys, troubles de l’attention).
      C’est une bonne idée d’aller voir une neuropsy vous vous aider à y voir plus clair ; elle ne repassera pas le test complet, mais pourra vous proposer des tests et bilans supplémentaires pour rechercher des troubles associés qui existent peut-être chez vous – mais qui sont peut-être aussi le reflet, comme le pointe Lamikaouette, de votre état de stress et de la prise de médicaments.

  18. Sam Lesage dit :

    Bonjour,
    je m’adresse à vous tous qui connaissez bien ce genre de sujets : j’ai passé il y a déjà quelques temps le WAIS IV et bien que le psychologue m’ait donné de très bonnes explications sur ma manière de fonctionner (en détaillant les quatre items séparément), il m’a avoué être très surpris par mes résultats et ne pas savoir comment les interpréter plus généralement (en comparant notamment au restant de la population).
    J’ai en effet obtenu des scores très hétérogènes que je vous donne ici :
    ICV 150
    IRP 147
    IMT 70
    IVT 130.
    Que pensez-vous de cet écart ?
    Je dois dire que ces résultats ont suscité en moi plus d’interrogations que de réponses.
    Merci d’avance,
    Sam

    • A. Zebrounet dit :

      L’ICV & l’IRP étant vraiment ts élevés, l’un plafonnant, l’autre quasiment (pour rappel, comme je l’explique ds mon billet le maxi mesurable pour chacun de ces 2 indices ds le Wais est de 150), l’écart avec l’IMT est d’autant plus grand en effet…

      Dans ts les cas, soyez certain que vous êtes THQI (à très haut QI). Avec 2 indices si hauts & un 3ème à 130 il n’y a aucun doute ;)

      Pour l’IMT totalement en décalage, le psy a-t-il envisagé une dyscalculie ? (voir ce billet http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2015/05/22/petit-lexique-en-lien-avec-le-surdouement-a-lusage-des-neophytes/) qui aurait pu plomber le subtest Arithmétique par ex ?
      J’ai eu qqs témoignages d’adultes ds ce cas là, THQI avec des scores très importants, mais une dyscalculie (dt ils n’avaient pour certains même pas pris conscience avant ce bilan).

      • Sam Lesage dit :

        Merci beaucoup pour vos réponses, A. Zebrounet et Dumbo l’éléphant volant.
        Le psy m’a dit qu’il n’avait jamais vu de cas pareil et qu’il était très désemparé face à ce type de score.
        Pour ce qui est des troubles de l’attention, au vu des conséquences (je suis sorti en effet complètement à plat), je vais me pencher sur la question.
        Pour ce qui est de la dyscalculie, c’est également possible, j’ai des souvenirs de cours de maths épouvantables à l’école primaire, alors que je les étudie actuellement ! (Le passage des chiffres au lettres a été vécu pour moi comme une véritable délivrance !).
        Je me demande aussi si ce résultat ne pourrait pas non plus être lié à un déficit de ma mémoire auditive (lors de l’épreuve de l’IVT consistant à placer des chiffres sous des symboles, je n’ai pas eu besoin de regarder de nombreuses fois le code fourni au départ pour réussir).
        Qu’en pensez-vous ?

        • A. Zebrounet dit :

          « Je me demande aussi si ce résultat ne pourrait pas non plus être lié à un déficit de ma mémoire auditive (lors de l’épreuve de l’IVT consistant à placer des chiffres sous des symboles, je n’ai pas eu besoin de regarder de nombreuses fois le code fourni au départ pour réussir). »
          C’est aussi possible oui.

          Je m’étonne tt de même de la réaction du psy… :(

          • Sam Lesage dit :

            Je ne sais pas trop quoi penser du compte rendu en effet. En tout cas, merci beaucoup pour vos éclaircissements !

  19. A vue de nez je dirai que l’indice de mémoire de travail pourrait être bien le signe de troubles de l’attention (qui peuvent très bien n’être pas associés à de l’hyper activité) que vous compenseriez grâce à votre fonctionnement en HP, à la force du poignet mental… :smile:
    Avez-vous ressenti une immense fatigue après les tests ? Compenser ce genre de troubles peut vider complètement !

  20. Virginie dit :

    Bonjour,

    Etant psychologue et faisant passer beaucoup de bilans, je me permets une petite remarque. Je trouve votre article intéressant, surtout pour des personnes non formées à ce sujet, mais une chose me déplaît. En effet, vous montrer des exemples de question et cela peut avoir beaucoup d’impact sur les résultats d’un test si une personne les voit avant de le passer. Certes il n’y a qu’un exemple à chaque fois, qui ne correspond pas forcément d’ailleurs aux items de la WAIS-IV, mais cela donne une idée générale de ce qui est attendu au patient et il n’y aura donc plus l’effet de « surprise ». Il y a aussi un gros risque que les gens cherchent les réponses avant le test ou qu’il y ait ce qu’on appelle un effet d’apprentissage, les résultats risquent donc d’être biaisés. De plus, on ne mesure pas que des chiffres lors d’un bilan, mais aussi l’angoisse face à un objet inconnu et la façon d’y répondre.
    Peut-être serait-il judicieux de réécrire cet article avec moins de précision ou au moins de préciser en gros au début qu’il ne faut pas lire votre article avant d’avoir passé le test car cela risque d’avoir un fort impact sur les résultats.

    Cordialement.

    • A. Zebrounet dit :

      Bjour,

      Cela fait bien lgts que « l’effet surprise » n’est plus de mise, entre le net & les émissions télé qui se multiplient (ds lesquelles on voit très régulièrement des éléments précis des tests de Wechsler, notamment) :)

      Tout ce qui est montré dans ce billet est donné par Pearson,en accès libre sur Internet. Or, vous n’êtes pas sans savoir que, même sans ce billet, les gens ont accès aux images du net… ;)

  21. Lalabel dit :

    Bonjour,

    Je viens de recevoir les résultats du WAIS IV. J’ai eu quelques éléments à l’oral la semaine dernière, mais sans avoir les résultats sous les yeux, ce qui fait que je ne comprends pas tout.
    En gros j »ai retenu que je n’ai pas de grosses difficultés, et j’ai carrément demandé si j’étais inférieurement intelligente et on m’a dit que non, pas du tout. Mais c’est tout. en tout cas c’est ce que j’en ai retenu…

    Pouvez-vous m’expliquer cette histoire de percentile, je ne suis pas sûre de l’avoir bien saisis…

    Voici mes résultats :
    – ICV de 129 (percentile 97, intervalle 121-134)
    – IRP de 130 (percentile 98, intervalle 123-134)
    – IMT de 114 (percentile 82, intervalle 107-119) => j’ai du mal avec les énoncés et la prise en compte de toutes les informations données. Mes soucis d’attention ne m’ont pas aidé non plus…
    – IVT de 148 (percentile 99.9, intervalle 135-150).

    D’avance merci pour votre (ou vos) réponse(s), j’ai besoin de comprendre tout ça en langage « pour les nuls ». :-)
    – IRP

  22. Lalabel dit :

    J’ai oublié de dire que mon profil cognitif est hétérogène (mais ça, vous l’aviez remarqué) avec percentile 99 et intervalle 132-142. :-)

  23. Je ne suis pas la plus spécialisée pour interpréter les résultats, mais à vue de nez je dirais que votre fonctionnement est manifestement à haut potentiel (surdoué quoi) avec des troubles de l’attention qui affecte votre mémoire de travail qui serait sinon dans la même norme que les autres scores, soit 130.
    Ce trouble associé (qu’on met dans la même besace que les troubles en dys) me semble d’ailleurs très fréquemment rencontré dans la population HP.
    Pour les percentiles eh bien il me semble que 97 veut dire que vos résultats vous placent dans le 3% de la population supérieure ie que 97 % des gens ayant passé ce test ont fait moins bien que vous !

    • Lalabel dit :

      Merci beaucoup Dumbo pour cette réponse qui m’étonne quand même, car cela voudrait dire que mon résultat général (ou mon QI total) me situe dans le 1% supérieur, alors que je ne me suis jamais sentie plus intelligente ou plus capable (parfois même l’inverse) que les autres.

      Après c’est sûr que mes problèmes d’attention m’ont souvent gêné dans la vie de tous les jours et mon apprentissage scolaire (on me disait « dans la lune », « déconnectée » ou « dissipée »), et c’est en me concentrant sur deux choses à la fois que j’arrive à me concentrer pleinement (même si maintenant avec l’âge ça va mieux). D’ailleurs pendant cette partie du test, je me disait « ohlala, je n’arrive pas à me concentrer, arrête de penser à des trucs… », j’ai du mal à stopper mes pensées :-D

      Ce qui m’étonne quand même, c’est qu’on ne m’a pas dit quoi que ce soit à part que je n’ai pas de difficultés intellectuelles particulières (j’ai fait le test dans le cadre d’un diagnostic Asperger qui s’est avéré négatif).

      Du coup tout ça m’interroge… Et c’est surtout nouveau pour moi, je découvre un peu ce test et ses interprétations!

      •  » alors que je ne me suis jamais sentie plus intelligente ou plus capable (parfois même l’inverse) que les autres » : Bienvenue au club ! :-D
        Pourtant c’est très logique : plus on est intelligent plus on est capable d’appréhender l’immensité de ce que l’on ne sait pas, de ce que l’on ne comprend pas. Une caractéristique rémanente des « surdoués » est leur humilité, même s’ils peuvent paradoxalement paraître arrogants à cause de ça : on pense sincèrement que ce qu’on l’on fait / sait n’a rien d’extraordinaire, que c’est à la portée de tous, et cette conviction peut irriter certaines personnes, surtout si elles aimeraient bien faire la chose en question et ne le peuvent pas !
        Une autre caractéristique des personnes à haut potentiel est de ne jamais se comparer à quelqu’un qui navigue dans les mêmes domaines d’excellence et être bluffé par d’autres, qui nous épatent : par exemple un homme (ou femme ^-^) d’affaires génial ne va pas se comparer à un autre homme d’affaire, mais à un pianiste, à un scientifique – et se trouver finalement assez médiocre par rapport à cette personne.

        « D’ailleurs pendant cette partie du test, je me disait « ohlala, je n’arrive pas à me concentrer, arrête de penser à des trucs… », j’ai du mal à stopper mes pensées » => un grand classique du cerveau hamster ! Mais il y a une différence à perdre le fil parce qu’on est passé à autre chose, par petits bonds successifs – classique des cerveaux de ce genre, qui tournicotent toujours – à perdre le fil et tourner soudainement à vide – caractéristique du trouble de l’attention, du moins selon ma propre expérience !

        Bonnes fouilles par ici et ailleurs :smile:

        • Lalabel dit :

          Encore merci Dumbo pour ces infos, en effet je me retrouve plutôt dans ces descriptions.

          Je pense que je devrais rappeler le centre qui m’a fait passer le test pour en savoir plus, au moins qu’ils m’expliquent les résultats plus en détail et me disent quoi faire de tout ça!

          Très bonne soirée et je vais effectivement fouiller (me connaissant, jusqu’à en avoir la migraine 8) )!

  24. VINCENT dit :

    Bonjour, j’ai une question concernant l’intéret à 15 ans de passer le WISC ou vaut-il mieux attendre 1 an pour passer le WAIS ? y a t-il vraiment une différence au niveau des résultats ? j’ai lu que les scores pouvaient « plafonner » avec un WISC et donc se révéler plus haut si l’ado fait le WAIS 1 an plus tard, est-ce vrai ? je souhaite faire tester ma fille qui est en « attente », nous voulions attendre, mais elle a de gros soucis d’angoisses et terreurs la nuit (je viens de découvrir ça !) et je pense que tout ça (le testde son petit frère, les discussion depusi 6 mois à ce sujet plus le passage du brevet des collèges) remonte à la surface… Du coup je me demande si c’est utile d’attendre encore 1 an.
    Si les résultats risquent d’être les mêmes autant lui faire passer le WISC, par contre, si vraiment on a des chances d’en apprendre davantage avec le WAIS, je pense qu’elle pourra encore attendre 9 mois… merci d’avance pour votre avis éclairé ! C’est la moins perturbée de mes 3 enfants mais je pense aujourd’hui qu’elle a enfou tout ça au plus profond et que j’ai réveillé les troubles qu’elle avait profondément enfoui au fond d’elle toutes ces années… aujourd’hui elle a besoin de savoir, et je pense qu’elle est concernée elle aussi par tout ça…

  25. Buda85 dit :

    Bonjour,

    J’ai passé le test WAIS IV (et les tâches d’encre) fin juin.
    Le compte rendu avec la psychologue est prévu en fin de semaine prochaine.
    Evidemment le temps d’attente me parait interminable et j’ai refait des dizaines de fois le test dans ma tête. Je commence à appréhender le résultat.

    C’est très difficile de se faire un avis seul :

    En sortant du centre où je l’ai passé, je me suis rendu compte que j’avais donné une mauvaise réponse à une question de culture générale alors que je connaissais pourtant parfaitement la réponse. Je m’en suis voulu pendant plusieurs jours…
    J’ai été particulièrement stressé par l’IMT que je pense avoir loupé.

    Pour l’IVT je n’ai pas du tout rempli la totalité des cases dans les 2 subtests mais la psychologue m’a dit que ce n’était pas fait pour être totalement rempli. Je n’ai donc pas d’avis. Et à vrai dire, je n’ai pas trop repensé aux 2 tests de l’IVT.

    Pour l’ICV, j’ai eu l’impression de trop parler, donc je n’ai pas vraiment d’avis non plus sur la réussite ou non des différents subtests.

    En revanche la seule impression positive, c’est pour les tests de l’IRP pour lesquels il me semble ne pas avoir eu de réelles difficultés. Même si je relativise car je ne connais pas les modalités d’analyse. J’ai même plutôt apprécié ces tests (Cubes, puzzles, et matrices). En fait, ce sont les seuls tests où j’ai l’impression d’avoir été dans une maitrise totale.

    Question : il semble que beaucoup de personnes réussissent moins bien l’lRP par rapport à l’ICV et l’IMT.

    Est-ce que quelqu’un ici a un avis sur l’IRP ?

    Par avance merci,

  26. Buda85 dit :

    Bonjour,

    J’ai eu les résultats de mon test WAIS IV hier.

    Malheureusement mon profil est très hétérogène avec de bons résultats en ICV et IRP.
    Je le redoutais un peu car le compte rendu est forcément plus général que lorsque le calcul du total est réalisable.
    Hormis l’ICV aucun autre Indice n’est vraiment calculable car mon anxiété a fortement perturbé l’ensemble du test. Je le savais mais je ne pensais pas que c’était à ce point.
    La psychologue m’a fait une analyse indice par indice en prenant bien soin de préciser que c’était d’ordre générale.

    Je suis un peu frustré car les 2 psychologues (l’une que j’ai rencontré avant le test pendant 3/4 d’heure et qui m’a fait le compte rendu et celle qui m’a fait passer le test) ne me connaissent pas et je trouve que l’analyse était trop supperficielle et rapide…

    Mais bon! Peut-il en être autrement avec un profil hétérogène ?

    Bref, je crois que l’important est de gérer mon anxiété chronique inhibante, ce qui aura un effet vertueux à moyen terme me permettant de mieux utiliser mes capacités réelles.

    Ce qui me rassure dans la conclusion du compte rendu est que mon intellgence est jugée « puissante » et que je suis « doué » dans l’intelligence verbale.

    Vos témoignages et réactions seront appréciés car je sais que la population de ce forum est bien placée pour comprendre ma situation du moment.

    Par avance merci,

    Bonne journée,

  27. Carolyn dit :

    Bonjour à tous,

    Tout d’abord, je voudrais préciser que mon message est destiné à ceux qui ont passé le Wais IV ainsi aux psychologues, mais pas à tous ceux qui se posent des questions avant de le passer. Je préfère prévenir ces derniers que mon message pourraient les perturber inutilement, et que de toute façon ils ne pourront pas me répondre. Aux autres, je les remercie de me lire, de me donner leur avis, et de me faire partager leurs connaissances.
    Je ne vais pas m’étendre sur les raisons qui m’ont amenée à passer ce test, que j’ai passé hier, mais juste peut-être préciser que la suspiçion de haut potentiel est provenue d’un médecin psy -formé sur la question du haut potentiel- il y a déjà deux ans. Ce médecin m’a avoué que selon lui il n’était pas nécessaire que je passe le test, elle était certaine de son « diagnostic » . Toutefois, j’ai quand même voulu faire un bilan neuropsy complet, car il y avait aussi un doute sur un éventuel trouble de l’attention, et autant les tests de qi ne pouvaient peut-être pas m’apporter de plus-value particulière, autant les tests d’attention le pouvaient, car il existe des traitements médicamenteux performants (même s’ils ont aussi parfois des effets secondaires et qu’un traitement chimique n’est pas forcément unique ou idéal). J’ai commencé par les tests d’attention, qui se sont avérés très positifs. Au contraire du moindre trouble, mon attention augmentait un peu au fur et à mesure du test, ce qui, selon la psy, révèlerait même un effet d’« apprentissage » (et serait plutôt rare).
    J’ai passé le test wais IV hier, et j’aurai les résultats mercredi.
    Concernant le wais, je suis très déçue. J’ai le sentiment que je n’aurai que très peu de réponses à mes questions, et j’éprouve beaucoup de doutes sur la fiabilité et la pertienence de ces tests pour les hauts potentiels, non seulement pour les repérer, mais également pour les aider. Car finalement, à quoi sert ce test s’il ne sert à rien ? Je m’explique. Je pense avoir réussi assez parfaitement les subtests liés à l’indice verbal, mais il me semble que tout le monde possédant un niveau universitaire peut les réussir, c’est vraiment trop facile. Par ailleurs si la psy me trouve des erreurs malgré tout, je ne pense pas du tout que ces erreurs seraient susceptibles de révéler des limites ou des particularités au niveau de mon intelligence verbale. Je lis, travaille, écris, dans ma vie quotidienne, avec des éléments littéraires, et à partir de concepts esthétiques et philosophiques, subtils, passionnants, et complexes, et je ne vois pas en quoi mal répondre à une épreuve de catégorisation sur la similitude entre un lapin et une oie (c’est une question imaginaire, mais du même style que celles du wais, vous l’aurez compris,) aurait la moinde pertinence. C’est presque stupide.
    Par ailleurs, je me pose des questions sur l’impact d’une éventuelle liberté de pondération accordée aux psy concernant les subtests de cet indice, car s’il est assez facile d’organiser une pondération standardisée pour les réponses aux autres indices (choix de réponses et chrono), comment peut-il en être de même pour les questions ouvertes des similitudes ? Si je réponds que le lapin et une oie sont deux animaux qui se mangent, est-ce que cela lui convient ? Si je lui dis que ce sont deux animaux qui sont souvent blancs, que l’on trouve souvent dans les fermes et qu’ils se mangent, est ce que c’est mieux ? Si la question ne m’intéresse pas et que je ne vois pas où elle veut en venir, et que je lui dis que ce sont deux animaux et qu’à part ça ils ne se ressemblent pas, j’ai tout faux ?
    Bref, je trouve ce subtest peu pertinent, et je crains que la pondération soit aléatoire et peu fiable. Qu’en pensez-vous ?
    Je pense aussi que m’importe quel professeur de français peut répondre à tous les subtests liés à l’indice verbal parfaitement, est-ce que cela veut dire que tous les professeurs de français sont des hauts potentiels ?
    Enfin, tous les test de qi verbal sur internet sont au moins aussi performants que le wais. Je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus sensible et de beaucoup plus fin. Par ailleurs, le fait que seules les compétences verbales orales soient évaluées me semble très insuffisant par rapport à une complète évaluation des compétences verbales orales et écrites qui pourrait compléter, affiner, voire modifier les réponses et les scores.

    Ensuite, je pense avoir fait un quasi sans faute aux matrices et aux cubes, et en revanche avoir répondu à peu près au hasard pour les puzzles car j’ai manqué de temps. Il se trouve que j’ai aussi eu besoin de beaucoup de temps pour les matrices, mais là, la psy me l’a laissé, pas pour les puzzles, ni pour les complètements d’images (et d’ailleurs je n’ai pas trouvé la plupart des anomalies dans le temps imparti). Est-ce que cela veut dire que mon raisonnement perceptif est lent ? Que je ne suis juste pas douée en visuo spatial ? Est-ce que la vitesse n’est pas importante pour le subtest des matrices ? Pourquoi ne l’est-elle pas et le serait t-elle pour les puzzles ou les complètements d’images ? Ne serait-ce pas intéressant de savoir si j’aurais pu répondre juste aux complètements d’images, ou aux puzzles au bout d’un certain temps ? Pourquoi n’est-ce pas prévu ? Quelle est la possibilité d’une analyse qualitative si ma réponse hors temps n’est pas prise en compte ?
    Je me souviens avoir un jour effectué le pré-test mensa en ligne, et j’avais quasi tout juste (37 bonnes réponse sur 40), mais j’étais largement hors délai, et donc je n’avais aucune chance de rentrer dans le club mensa, et je me souviens avoir lu sur un forum qu’un examinateur de chez mensa disait que tout le monde pouvait répondre juste au bout d’un certain temps, d’où la nécessité de chronométrer. Ceci pose tout de même d’importantes questions. S’il était vrai que la puissance du raisonnement perceptif était fortement lié à la vitesse, mais que tout le monde possédait la même capacité de raisonnement au bout d’un certain temps, déjà pourquoi n’aurais je pas fait 40 réponses justes sur 40 puisque j’ai pris tout mon temps, mais seulement 37? Ensuite, est-ce que cela voudrait dire que même un déficient mental pourrait au bout de plusieurs jours s’il le faut répondre parfaitement aux questions du pré-test mensa, ou aux matrices du wais ? Si cela était vrai, alors dans la vie courante, il suffirait de laisser chacun avancer à son rythme et tout le monde pourrait avoir les mêmes aptitudes ?
    Cea me semble socialement très attirant, mais hélas empiriquement très improbable, car autrement pourquoi seuls certains chercheurs scientifiques résolvent certains problèmes et pas d’autres ?

    Je précise que pour la vitesse de traitement pure, j’ai réussi un subtest des « barrages » très rapidement, donc je n’ai pas de problème de vitesse, hormi lorsqu’il faut résoudre un problème (et réfléchir). Cette lenteur de réflexion qui me caractérise apparemment ne peut pas se résumer à une analyse de toutes les possibilités à envisager, (je l’ai fait parfois, mais pas à chaque fois), ou bien à une volonté de vérification (encore une fois pas systématique). Il est vrai que je ne voyais pas l’intérêt d’être rapide, mais pour les matrices, j’essayais avant tout de comprendre la logique, et ensuite de trouver d’abord ma réponse, et parfois ma réponse n’était pas celle proposée, et il m’a ensuite souvent fallu du temps pour trouver celle attendue.

    Enfin, je suis déçue de ne pas avoir passé le subtest supplémentaire « balance », alors que je pense avoir raté puzzles et complètement d’images, et réussi parfaitement les matrices. La psy n’aurait-elle pas eu besoin de celui-là en plus pour affner son analyse ?
    Enfin, je n’ai pas encore les résultats, donc je réflechis peut-être un peu à vide, mais pas tout à fait je crois, car si j’ai bien compris qu’il fallait du temps à la psy pour corriger, elle m’a quand même donné à la fn des éléments de réponse, notamment sur mon quasi sans faute aux matrices, et aussi sur le fait que j’avais parfois fait des erreurs dans les autres subtests, mais aussi souvent répondu juste aux questions les plus difficiles, et cela m’interroge aussi. Je crois qu’il n’y a pas de pondération spéciale pour les questions plus difficiles de la fin, n’est-ce pas curieux et révélateur d’une pondération très imparfaite du wais?
    J’espère que malgré la longueur de mon message, j’obtiendrais des réponses et des avis. Merci beaucoup….

    • Sollucet dit :

      Bonjour
      Lors de la passation de mon test en juin dernier, j’en suis arrivée aux mêmes conclusions que toi! Je ne trouve pas ce test adapté même s’il a confirmé au final mon HPI. Par exemple, certaine de ma capacité en vocabulaire, je n’ai pourtant pas plafonné!!! Ce qui me semble impensable car tout était trop facile… Qu’en est-il pour toi? Au point de vue de tes résultats?
      Je suis très déçue de ce test qui est fortement lié à l’interprétation du psy. J’étais trés révoltée en sortant et la psy en a conclu que j’étais à ce point perfectionniste que quelque soit le score j’aurais été déçue!!! C’est en partie vrai, mais ce n’est pas seulement cela! Je venais pour avoir confirmation de ce que je savais intuitivement, et j’ai eu l’impression d’une arnaque organisée et d’avoir perdu du temps et de l’argent!
      Bref il serait temps de trouver un vrai outil ( qui évalue aussi l’écrit…) pour dépister les zèbres

  28. titititi dit :

    J’ai passé mon test vendredi je ne sais pas vraiment quoi en pensé :s L’attente va être longue jusqu’à vendredi.

    Voila mes estimations personelles de réussites du test:

    Indice de Compréhension Verbale:

    Subtest Similitudes 55%
    Subtest Vocabulaire 55%
    Subtest Information 80%

    Indice de Raisonnement Perceptif:

    Subtest Cubes: 95%
    Subtest Matrices: 80%
    Subtest Puzzles visuels: 85%

    Indice de Mémoire de Travail:

    Subtest Mémoire des chiffres: 75% (J’ai fait jusqu’à 9 ou 10 chiffres sur les trois séries, je sais pas trop si c’est bien ou pas)
    Subtest Arithmétique: 95%

    (Indice de Vitesse de Traitement:

    Subtest Symboles: 80%
    Subtest Code: 55% (en plus je me suis rendu compte que j’ai inversé deux des codes donc bon …)

    Voila voila, j’ai vraiment aucune idée de ce que ca va donner :/

  29. Noémie dit :

    Bonsoir,
    Est-ce que quelqu’un aurait une bonne adresse pour passer un bilan sur Lyon ?
    Je suis tombée par hasard sur un article d’un surdoué qui expliquait beaucoup de choses de sa vie qui correspondaient aussi à la mienne à ma propre surprise. Je viens de dévorer « trop intelligent pour être heureux »… et je pense pouvoir sauter le pas et faire un bilan si j’en trouve un pas trop cher… Enfin je ne sais pas trop…

  30. Barby dit :

    Bonjour,

    Je suis en train de découvrir depuis 2 jours un monde qui me ressemble beaucoup, avec des gens qui m’ont l’air enfin « normaux » (ça fait vraiment présomptueux mais en même temps c’est parce que mon référentiel tend à changer, grâce à vos nombreux témoignages au fil des pages internet).

    Je me suis inscrite au test MENSA qui aura lieu à Paris le 13 septembre et je souhaite savoir si certains d’entre vous l’ont déjà passé? Que vous a-t-il apporté ou pris?
    Avez-vous complété avec un WAIS IV?
    Connaissez-vous un psy sur Paris pour lequel il ne faudrait pas vendre son rein droit (je n’ai plus de gauche car j’ai récemment été voir un dermato et un rhumato)?

    Est-ce que selon vous le fait de s’identifier dans la quasi totalité des caractéristiques des HP mais sans en avoir forcément le QI, est suffisant pour sentir une appartenance à cette communauté que vous composez? Et du coup, envisager (enfin) une psychanalyse basée sur ces informations/ pistes de réflexion ?

    Merci de votre temps

    • valérie44 dit :

      Bonjour Barby,
      Tu dis « Est-ce que selon vous le fait de s’identifier dans la quasi totalité des caractéristiques des HP mais sans en avoir forcément le QI, est suffisant pour sentir une appartenance à cette communauté que vous composez? » Eh bien je me sens un peu comme toi, ne pensant pas avoir le haut potentiel intellectuel mais partageant vraiment beaucoup de ressentis avec celles et ceux qui s’expriment ici, me retrouvant complètement dans les diverses descriptions qui sont faites de la douance dans toutes ses dimensions.
      Personne ne peut te refuser cette sensation d’appartenance, elle t’appartient et je pense qu’aucun de ceux qui écrivent ici ne la monnaiera.
      De même te faut-il une quelconque approbation pour entamer une psychanalyse qui tienne compte de ce sentiment d’appartenance ? Seul compte ton ressenti, je parle pour moi et j’espère ne choquer personne mais je crois que personne ici ne considère la douance comme un bien à préserver jalousement, tant c’est quelque chose de lourd à porter et à vivre, une sorte de fardeau intime. Il n’est jalousé que par ceux qui ne le portent pas…

    • valérie44 dit :

      et puis… il n’y a pas deux doués pareils, ainsi que tu peux le voir…

  31. Lit-et-Rature dit :

    Bonjour,
    Je suis agreablement surprise de lire et voir des informations tres interessantes utiles aux surdoues ainsi qu’a leur famille: ;)chapeau!
    Je n’ai pas d’enfant surdoue(car pas d’enfant ;))et a ma connaissance ou «meconnaissance»pas de parents surdoues(je viens d’un milieu modeste ,famille ou les tests de QI sont meconnus car inutile et surtout couteux!)
    J’ai effectue en Aout 2013 un test de QI et la neuropsychologue m’a effectue le WAIS Wechsler 3:mon score etais de 110.
    Aussi si je me permets de vous demander si il est necessaire ou pas de refaire le test , car avec le recul certains points de l’ensemble du deroulement du test et du test m’ont surprise:
    -Affirmer la surdouance (vous «etes surdouees et le test vous le confirmera!) et non l’hypothese d’une sourdouance(vous etes «peut etre sourdoue mais les tests infirmeront ou confirmeront l’etat»!)=lors de l’annonce de mon score et a l’analyse de ce dernier:«vouloir creuser une tranchee pour aller s’y cacher est pour moi le sentiment qu’elle m’a inspiree!»(car vraiment tres surprise du score!).
    -Un recueil de donnee court ,rapide et seule (Donnees personnelles non verifiables me concernant:je peux «fantasmer» ou m’approprier des souvenirs et capacites fausses :Comment en peu de temps peut-on avoir et analyser des infos et seul?a part en etant surement ?;).
    -Le jour du test etait tombe dans un moment non propice:le lendemain d’un travail de nuit(je suis infirmiere),manque de sommeil du fait du travail mais aussi peur des «examens ou epreuves en tout genre!»,periode de «burn out» melange a une volonte de reconversion professionnel mais paralyser par un manque de confiance en soi present et alimentant par des collegues de travail qui vous malmenent en vous traitant de «folle» … elle ne m’a pas conseille d’attendre d’etre prete!…m’a trouvee «combative»(le maquillage emotionnelle existe bien mais je dois ma combativer a ma foi… et autres!)…..
    Quel conseil re-donneriez vous?
    Cordialement «Lit-et-Rature»

  32. Lit-et-Rature dit :

    Ps=je voulai dire «etant venale» ,«alimenter», «combativite»

  33. Louise dit :

    bonjour

    Merci pour votre article très complet et les commentaires associés qui éclairent un peu plus mon chemin ainsi que mes questionnements de plus de 25 ans. J’ai 50 ans.
    J’ai bcp de mal à m’identifier comme personne Intelligente ou avec une intelligente supérieure à la moyenne et pourtant je constate ma personnalité et mes comportements très proches de ceux décrits pat J Siaud Facchin dans son livre « trop intelligent pour être heureux ».
    Et pourtant mes capacités logiques et scientifiques me semblent ils sont moyennes, même avec un diplôme Universitaire (DESS).
    Je n’ai jamais été remarquée lors de ma scolarité, mise à part ma vivacité et pour mon …étourderie.

    Pourriez vous me dire si il existe t-il en préalable à ce Test, des consultations pour avancer sur le diagnostique ( initier…). Mon intention est d’apporter une réponse à mon questionnement plus que de connaitre mon score, Qu’en ferai je avec les autres ?
    A la lecture de vos riches commentaires, je ne me sens pas rassurée sur les interprétations des résultats, pour certains des personnes testées. Que faire avec ces doutes qui s’ajoutent à des années de quête ?
    L’intention initiale n’était elle pas de savoir qui nous sommes et comment mieux se border ?

    Merci par avance de vos réponses

    Bien cordialement
    Mon métier, l’accompagnement des Autres, je suis Coach.
    Catherine

  34. Isa dit :

    Bonjour j’aimerai savoir si il y a une liste de professionnel qui sont habilité à passer ces tests la ?
    Je suis en Bretagne et je ne sais pas vers qui me diriger ….
    Merci .

    Bonne journée .

  35. Mr jer dit :

    Bonjour à tous, j’aimerais passer le test toutefois j’ai un problème auquel ceux qui ont passé le test pourrons me répondre, je vais exposer ma situation puis vous l’énoncer.

    Depuis tout jeune je n’ai jamais fourni aucun effort dans les domaines ne m’intéressant pas et au contraire travaillé de manière obsetionelle dans ceux qui m’attiraient.

    Par conséquent, je possède de nombreuses connaissances dans certains domaine mais j’ai un manque ennorme de culture générale, j’ignore certaines chose qu’un enfant de 8 ans ou moins connais. Je serait par exemple incapable de vous citer les pays frontaliers de la France si vous me le demandiez. En revanche si vous me dites combien font 23 x 345, je peux vous donner la réponse en moins de 5 secondes montre en main. J’ai par ailleurs regardé les cubes de Khos et je sais que je j’éprouverai aucune difficulté à reproduire les forme géométrique peut importe leurs complexité. Pour ce qui est de définir des mots ou trouver le rapport qui les unis même s’ils semble opposés, je n’aurais aucun mal non plus, dans la mesure ou j’en connais le sens bien évidement.

    Mon problème est donc le suivant, j’ai lu plus haut qu’il y avait une partie culture générale dans le test: quels types de question contient il? Y’as il des question du style géographie ou histoire de mais encore de politique élémentaire?

    Je ne souhaite en aucun cas qu’on me donne les question que contient le test car souhaite être évalué à ma juste valeurs. Seulement lorsque je suis en situation d’inconfort émotionnel, je ressent une immense précision pouvant aller jusqu’à la crise de panique incluant hurlement et violence physique(je me cogne la tête contre les murs ou me met des coups de poings tout seul) à mon propre égard. Ce qui peut se produire si je me sent acculé de question de culture générale auxquelles je ne peut pas répondre par ignorance en étant parfaitement consient qu’un enfant pourrait le faire.

    Ma crainte est donc d’être confronté à une telle situation qui m’empêcherai de poursuivre le test.
    Pouvez vous donc me renseigner sur cette partie culture générale?

    • Juliette dit :

      Ah, ne vous posez pas de question…. perso, j’en reviens toujours pas et moi aussi je trouve que aucune culture générale. Faite vous confiance, même si facile de dire cela car j’en ai aucune. ceci dit au fond de moi, je savais, je crois.
      bon courage

    • Cc dit :

      Oui, exactement, faites vous confiance.
      Aucune raison de paniquer, on ne sait pas, on ne sait pas…je suis prof de sciences et c’est aux questions concernant ce domaine que j’ai eu TOUT FAUX. Heureusement, il y avait les autres questions auquelles j’ai répondu n’importe quoi… Courage !!!

  36. Sab dit :

    Bonjour
    savez vous où je pourrai passer le test sur Paris pour un tarif disons…raisonnable?
    Depuis que je me suis documentée sur le sujet, (maman solo d’une petite fille avec un papa HP) j’ai réalisé que peut-être je l’étais également, ce qui expliquerait pas mal de choses.
    Merci d’avance.

  37. fanny dit :

    Bonjour,
    Je viens enfin de passer le test du Wais iv hier (suite au diagnostique EIP d’un de mes enfants 5 ans auparavant) et je me pose mille questions..
    Quelque chose me chiffonne beaucoup: Outre le fait d’avoir l’impression d’avoir raté beaucoup d’items.
    – J’ai passé un temps très long pour le test . Presque 4 heures!, en incluant quelques items supplémentaires . Je me demandais si c’était bien normal de la part de la psy de m’octroyait autant de temps mais aussi si ce n’était pas pathologique que je prenne autant de temps!
    – Un doute aussi m’envahit: Si la psy n’avait pas bien fait son travail? En effet j’ai lu dans ce billet (très bien écrit par ailleurs!) qu’on calcule les résultats en fonction de l’âge. Seulement elle ne m’a pas demandé mon âge!!!
    Merci pour vos réponses…

  38. Bénou dit :

    Bonjour,

    Je viens de passer le WAIS IV et je n’ai pas encore reçu le bilan mais je me souviens de mes deux scores extrêmes: ICV 150 et IVT 102… Le psychomoteur de mon fils supposait une dyspraxie de ma part (pas mal d’éléments probants mais aucun bilan l’attestant). Bref, devant l’annonce (un peu blasée de mes résultats: j’ai dit 150 pas mal et 102 pas terrible) il m’a dit que 150 ce n’est pas super mais exceptionnel et qu’avec tant d’écart entre ces deux indices, il y a probablement sous-évaluation du QI évidemment non interprété. Ca me semble tiré par les cheveux mais en même temps, je n’arrive pas à croire en ces résultats tellement peu représentatifs de ce que j’ai toujours cru savoir de moi. Je suis curieuse de savoir ce que vous en pensez…

    • A.Boitout dit :

      Bonjour,

      Je pense qu’il serait intéressant de demander au praticien de vous expliquer les différents subtests qui composent l’IVT et de voir où les difficultés sont apparues. De plus, il serait pertinent de lui demander vos résultats au subtest « cubes » qui se trouve dans l’IRP. Avec ces différentes données vous pourrez mieux appréhender une éventuelle dyspraxie.

      J’espère avoir pu être utile.

  39. Julien dit :

    Bonjour,

    Superbe article la « vraie » question là dedans est : Comment choisir le praticien qui nous fera passer le WAIS IV ?!!! Y a-t-il un référentiel ? Des associations ? J’ai envie de passer ce test et cet article m’a quelque peu mis en stress, étant déjà – de base- quelqu’un de stressé, j’ai peur que cette angoisse puisse fausser le résultat du test le jour « J » !

    Qu’en pensez-vous ?

    • A.Boitout dit :

      Bonjour,

      En tant que psychologue spécialisé en neuropsychologie, je vais un peu prêcher pour ma paroisse mais je vous conseil fortement de vous diriger vers un de mes collègues. je m’explique, comme cela a été souligné dans ce blog, le diagnostic ne se limite pas à la passation psychométrique. C’est un tout et le professionnel en face de vous doit pouvoir vous expliquer et vous…rassurer. La passation d’un test est angoissante en soi. Il est logique et surement sain d’être inquiet quand à cette épreuve. Or, pour ma part, la plupart des personnes que je rencontre dans le cadre d’un diagnostic sont anxieuse. De ce fait et de par ma formation, nous passons un temps important avec le patient pour limiter le niveau d’angoisse. Je conseil donc de ce diriger vers un psychologue et de préférence avec un bagage en neuropsychologie.

      J’espère avoir pu être utile.

  40. MALEYA dit :

    BONSOIR!
    je suis en pleine prise de conscience de ce que je pourrais être.Mais ayant une estime minable de moi même j ai très peur de passer ces tests.
    Je suis complétement chamboulée depuis toutes mes lectures sur »la surefficience mentale » que je préfère appeler hyper activité cérébrale…tout à coup tout prend un sens et tous les liens se font…je suis vraiment secouée de m y retrouver autant mais j ai une si mauvaise estime de moi, une anxiété prononcée et une capacité hors norme à me bloquer et tout saboter que j ai très peur que ces tests soient un échec!d’autre part je dors extrêmement peu et j ‘ai aussi peur que ça ne joue pas en ma faveur car je me sens diminuée…
    Cependant, auriez vous quelqu’un à me conseiller dans le Vaucluse?(je suis dans le coin d ‘avignon).
    Je vous remercie!

  41. Anne dit :

    Bonjour,

    Après avoir écouter une émission à la radio et avoir parcouru ce blog j’en viens sérieusement à me demander si je ne serais pas concernée par la surdouance. Ce qui m’aurait paru totalement exclu auparavant. Cela expliquerait bien des choses sur le plan psychologique. Mais il y a quelques années j’ai effectué un bilan de compétences avec une série de tests qui n’avaient rien révélé de particulier.
    Si j’étais vraiment surdouée n’aurais-je pas été détectée dans le cadre ce bilan de compétences ?
    D’avance merci pour vos réponses.

  42. valérie44 dit :

    Bonjour,
    Je consulte ce site ainsi que d’autres, belges, canadiens… depuis 6 mois, moment où j’ai pris conscience d’un coup de ce qu’était la douance et que je pouvais l’être, « douée ».
    Tout ça à cause d’une émission « la tête au carré » de France Inter sur le sujet. Ma curiosité était professionnelle, étant instit et ayant régulièrement 1 ou 2 enfants doués dans ma classe. Sauf qu’à l’éducation nationale nous ne sommes absolument pas formés pour reconnaître et aider ces enfants. Il nous faut nous renseigner par nous-mêmes, il nous faut être curieux et avoir envie d’aller plus loin que le vocable « précoce » largement répandu dans l’institution sans savoir ce que ça veut dire exactement. Un enfant doué, avec des aptitudes scolaires au-dessus de la moyenne, un an d’avance et des difficultés relationnelles, tous les collègues le détectent. Malheureusement si l’enfant doué s’écarte de ce schéma-là et qu’il est, en plus, en échec, il sort de l’écran radar et est juste décrété ch… Si les parents osent émettre l’idée que leur enfant est peut-être doué, la cause est entendue, qu’est-ce qu’ils se croient ?!?
    Suite à l’émission, où ce qui était dit de la douance ne me parlait pas pour moi, j’y ai pensé pour la fille d’une amie, gamine que j’avais eue en classe, pour mon ex-compagnon et sa fille. Tout d’un coup j’ai réalisé que j’en connaissais en fait plusieurs.
    J’ai aussi pensé à mes enfants. Cela nous a permis d’en parler ensemble et de libérer la parole avec des ressentis dont ils ne m’avaient jamais rien dit (ils sont tous les 3 adultes) mais j’ai aussi vu d’un autre oeil leur enfance et ça faisait complètement sens. J’ai compris beaucoup de choses.
    Dans le droit fil de ce bouleversement j’ai enfin « entendu » cet été ce que me disait une amie qui m’affirmait que j’étais « douée », alors que j’avais balayé d’un revers de la main cette affirmation que je trouvais fantaisiste seulement 2 mois avant.
    Hypersensible, empathique, ayant un sens aigu de l’injustice, rebelle, ne rentrant pas dans les cases, limite misanthrope, pessimiste et j’en passe, oui… Cependant je ne considère pas avoir un haut potentiel intellectuel, aussi ai-je décidé de passer le test WAIS IV pour savoir à quoi m’en tenir, pour moi et mes enfants.
    Ca y est, c’était ce matin. Résultat vendredi prochain. L’angoisse tout du long, mes mains tremblaient avec les cubes, j’ai eu beaucoup de mal avec les suites de chiffres, dans l’ordre, en désordre et par ordre croissant à partir de 7 ou 8, l’horreur pour ce qui était auditif d’ailleurs, ce qui ne m’étonne pas car je sais être plutôt visuelle.
    Durant le bilan clinique qui précède le test, j’étais en larmes une grande partie du temps et maintenant, alors que j’écris ceci, c’est pareil. La psychologue a été très claire sur tout et très à l’écoute, heureusement, j’ai pu parler en confiance.
    J’ai encore une semaine à angoisser en attendant les résultats. Je reviendrai les partager ici.
    Merci de m’avoir lue, merci d’être là.

    • Joelle dit :

      Ce qui m’avait perturbée c’est que finalement tout ça donnait un sens à toutes sortes de situations vécues dans mon enfance. Finalement je n’était pas folle ou bizarre. Ça m’a libérée. Je sais maintenant à plus de 40ans que je pense d’une façon qui n’est pas evidente pour la majorité des gens et même si je me bâts certaines fois comme DonQuichote je sais pourquoi et je l’accepte plus facilement.

  43. valerie44 dit :

    Bonjour à toutes et tous, au hasard de mes recherches j’ai trouvé ce qui suit sur le livre et les recherches de Cécile Bost :
    http://www.adulte-surdoue.org/2011/bibliotheque-2/difference-et-souffrance-de-ladulte-surdoue-cecile-bost/

    « Que se passe-t-il donc réellement au niveau cérébral? Plusieurs études se sont penchées sur la question et rapportent une architecture cellulaire particulière (densité neuronale doublée dans les lobes frontaux et pariétaux, matière blanche plus rapidement constituée et plus dense, hémisphère droit plus développé) et un circuit de traitement de l’information différent (coopération des deux hémisphères plus rapide et plus importante que dans la population tout-venant, utilisation d’aires supplémentaires, activité électrique plus élevée, consommation de glucose plus faible d’où un rendement meilleur). Ces deux éléments sont à la source de la grande performance du cerveau d’un surdoué, ils sont aussi ce qui constitue sa plus grande vulnérabilité, avec dans l’arbre des possibles : épilepsie et hallucinations (hyperactivité cérébrale paroxystique), maladies auto-immunes, troubles psychiatriques, dépression (dépression existentielle, désintégration positive, mal identifiées et mal prises en charge, avec des conséquences potentiellement graves) et suicide. »

    Ce dernier point fait douloureusement écho en moi, mon 2è fils ayant pensé au suicide dès ses 10 ans et étant toujours, à 28 ans, très fragile sur ce plan, Depuis peu il est conscient de sa douance, ce qui lui fait mieux comprendre le pourquoi de ses ressentis et de son fonctionnement.

    Quant à moi, je sais depuis quelques jours que j’ai une maladie auto-immune, ce qui fait partie des possibles mentionnés dans l’article.

    Toujours est-il que le fait qu’on puisse avancer une explication concrète, physique, au don et au surdon me rassure, je dois l’admettre. Il en est peu question et j’aimerais, si possible, avoir votre éclairage sur la question de ce qui est décrit comme une réalité neuro-physiologique par C. Bost.

  44. Lna dit :

    Bonjour à tous !
    Bon, j’ai passé mon Wais4 au mois de mai et me retrouve avec un profil hétérogène que la psychologue a chiffré à l’oral entre 119 et 125. Par contre sur le compte rendu écrit elle précise que les écarts sont tels qu’elle ne peut pas chiffrée….Elle dit que je suis précoce verbale mais pas surdouée avec pourtant une personnalité totalement atypique et hypersensible (est ce que ça a un rapport avec mon métier de danseuse?) A ses dire j’ai une vision toute particulière du monde, bizarre! en plus chaque être humain qui existent sur cette planète a forcément sa vision toute particulière du monde non? Oh la la la la et maintenant qu’est ce que je fais avec tout ça?? à partir de quel chiffre est-on précoce partout? Par ailleurs, comment calmer mes analyses incessantes sur tout et n’importe quoi, comment calmer mon flow et mon débit de paroles qui finissent par saouler le commun des mortels….bref! de l’aide please pour apaiser ma conscience….Je croyais que ce test m’octroierais une paix mais en fait c’est le contraire qui se passe : Je me pose encore plus de questions sur « mais qui suis-je? » pourquoi je me sens presque tout le temps décalée par apport à la plupart des gens ( sauf avec les artistes « habités », les « Réveillés » et les gens bien conscient de l’invisible), Pourquoi ai-je des cycles d’exaltation intense où par exemple je ressens l’NRJ, les vibrations des gens et bien malgré moi dresse un tableau ultra rapide de qui ils sont, ou ils en sont ds leur vie et surtout le niveau de leur âme.( oui bon je sais ça parait fou !).. suivit de cycles de « go down » ? pourquoi est ce que je me prends la tête à ce point là sur l’injustice du monde et l’injustice en général au point ou j’essaie de créer des concepts (j’adore!) pour une meilleure circulation entre êtres humains avec des idées racines tels que : bienveillance, valorisation, faire exalter les potentiels de chacun pour une meilleure circulation et un meilleur échange des savoirs, élever sa conscience et sa relation à l’NRJ, élever ses vibrations positives, les distribuer. Développer les potentiels invisibles tels que la télépathie, l’intuition+++, la clairvoyance etc….Enfin bref… j’me làche aujourd’hui sur ce site car j’aime bien justement, la bienveillance et l’entraide qui s’en dégage, la qualité des infos aussi. Et cette idée de communiquer les uns avec les autres pour trouver nos solutions me plait vraiment beaucoup. Voilà !

  45. Lna dit :

    Alors au plaisir prochain d’échanger….

  46. valerie44 dit :

    Je pense que ce que tu ressens Lna, ces hauts et ces bas, vient de l’hyperstimulabilité qui va avec la douance, le haut potentiel, enfin ce qu’on voudra et qui nous caractérise. Des zèbres ont ainsi pu être diagnostiqués par erreur comme étant bipolaires. Le site ci-dessous (belge) en parle aussi :

    http://www.douance.be/douance-ahp-accueil.htm

    Sur la page suivante, on retrouve ce que tu évoques (parlez-vous comme une mitraillette ?)
    http://www.douance.be/douance-ahp-self-test.htm

    http://www.douance.be/douance-ahp-hyperstimulabilite.htm

    Garde ta belle énergie, ne lâche rien.

  47. valerie44 dit :

    Bonjour,

    J’ai répondu à Lna ici hier, et apparemment ce commentaire n’a pas passé le filtre de la modération.
    Est-ce parce que j’y donnais des liens vers un site belge, site qui parle par ailleurs aussi de Jeanne Siaud-Facchin ? Est-ce parce que, quelque part, il contient des informations biaisées ou fausses ? Ne doit-on pas donner de telles informations ici (il me semblait pourtant avoir lu ici une critique de la psychanalyse française) et ai-je dépassé des limites, par ailleurs inconnues de moi car non explicitées ? Ou bien est-ce tout simplement une erreur de manip ?
    J’aimerais savoir le pourquoi du comment, sachant que vous avez mon adresse mail et que cette demande d’explication s’adresse à la webmaster du site et que je ne sais pas comment la (je pense que c’est vous, Alexandra) joindre autrement. Mais peut-être n’avez-vous pas encore eu le temps de me répondre ?
    Par avance merci.

  48. valerie44 dit :

    Oups !!!
    doublement, triplement désolée, contrite et battant ma coulpe !!!
    Au moment où je poste cette damnée demande d’explication, je vois s’afficher le message précédent à Lna qui ne s’affichait pas il y a encore 5 minutes grmbbbbllll
    et voilà que ça me fait pleurer parce que j’ai encore réagi plus vite que mon ombre, que tous les jours il m’arrive un truc dont je me mords les doigts et que là, en plus, tout le monde peut le voir…
    Je vous demande à toutes et tous de m’excuser de mon hyperéactivité qui trouve ici sa plus évidente expression.
    J’ai vu la neuropsychiatre vendredi pour le rendu de mon passage du WAIS IV.
    Je n’ai pas pu emporter la feuille de mes résultats ni celle de la courbe de Gauss, elle doit me les envoyer la semaine prochaine avec le compte-rendu, par voie postale et par mail. Ce délai supplémentaire, après plusieurs insomnies en attendant le rendez-vous de restitution, est une autre source de frustration et de confusion pour moi.
    Sur cette feuille était noté chaque subtest avec une note standard et une autre note juste avant (je ne me rappelle plus, c’était sans doute ma note), ainsi qu’une précision par rapport à la courbe de Gauss (très supérieur, supérieur, moyenne), un percentile et un intervalle. Aucun chiffre global pour chacun des 4 indices, pas de chiffre total non plus. Elle n’en a pas parlé et je n’ai pas « osé » le demander, un peu comme si je ne me sentais pas « légitime » à me croire une douée qui s’est ignorée jusqu’à ces derniers mois, que tout cela c’était de la prétention. Toutefois la nuit suivante, j’ai eu une grosse insomnie et lui ai envoyé dans la foulée un mail pour lui expliquer ma frustration, mon besoin de données, de chiffres pour matérialiser cet abstrait indicible.
    Elle avait bien pris soin, après sa restitution de l’anamnèse médicale et psy et avant de me dévoiler la feuille de résultats, de me dire qu’il n’y avait pas de consensus en France, ni à l’international, sur la douance mais que pour certains, comme Jeanne Siaud-Facchin, mon hypersensibilité, mon empathie, couplées à mes résultats, à l’ICV notamment (très supérieur) mais aussi à la mémoire de travail et à la vitesse de traitement, me plaçaient dans cette population à haut potentiel. Concernant le raisonnement perceptif les résultats étaient en dents de scie, très bons pour les cubes mais en dents de scie pour les matrices et les puzzles avec des réussites puis juste après échec… hétérogénéité donc, ce qui doit empêcher de chiffrer cet indice.
    J’éprouve cependant un sentiment d’inachevé et j’espère qu’elle voudra bien me communiquer les résultats car je n’ai pas les clés pour les calculer à partir des résultats aux subtests.
    Ma zébritude prouvée, cela me donne plus d’assurance, cela assoit ma conviction de douance pour mon fils aîné (en rupture avec la scolarité classique dès la 2nde et qui est maintenant chef de travaux avec une vingtaine de chantiers à gérer) et ma petite dernière (25 ans, qui fait une thèse de doctorat) qui ne croient ni l’un ni l’autre être différents de monsieur et madame tout le monde et ne voient pas ce que ça leur apporte de se savoir, doué, de l’admettre, qui ne voient pas comment ça peut les aider à vivre mieux. Mon 2è fils se reconnait, lui, totalement, comme zèbre.
    Voilà… je me sens mieux de vous avoir écrit ici même si la communication est différée.

    • A. Zebrounet dit :

      Bjour :)

      Il faut parfois laisser le temps à votre navigateur (Chrme, Edge, FireFox, Safari, etc.) d’actualiser les pages (navigateurs qui ont tendance à conserver « l’image » de la page telle que visitée la fois précédente). On peut donc ne pas visualiser qq chose qui est pourtant déjà en ligne, si son navigateur ne rafraîchit pas véritablement l’entièreté de la page :up:
      (valable pour tous les sites ;) Pas que ce blog !)

      Qd vraiment plus rien ne s’actualise convenablement, il ne faut pas hésiter à vidanger vos fichiers ds le cache de votre navigateur, cela le forcera à aller chercher les infos les plus récentes :)

      Alexandra

  49. valerie44 dit :

    Merci Alexandra, super réactivité, à bon escient celle-là !
    Y a juste que je ne sais pas comment « vidanger les fichiers dans le cache du navigateur » (mozilla). Comment on procède ? Est-ce pareil qu’actualiser ?
    Valérie

    • A. Zebrounet dit :

      « je ne sais pas comment « vidanger les fichiers dans le cache du navigateur » (mozilla). Comment on procède ? Est-ce pareil qu’actualiser ? »
      Non ce n’est pas la même chose ;)
      Actualiser une page se fait par le petit bouton « flèche qui tourner sur elle-même vers la droite » ( :arrow: http://www.faclic.com/comment-actualiser-page-web-16243.html)

      POur vider le cache (à ne faire que de temps à autre, qd vous voyez que les pages ne sont plus rafraîchies au fil de vos visites sur les sites où vous surfez) :arrow: https://support.mozilla.org/fr/kb/comment-vider-le-cache-de-firefox

  50. Joy dit :

    Bonsoir,

    Tout d’abord, je trouve votre site très complet et objectif, bienveillant, ce qui fait plaisir.
    Cependant, je trouve qu’illustrer les différents subtests par des photos de ces subtests, justement, n’est pas très judicieux, cela participe à biaiser le test. Certains diront que je suis tatillon car ce n’est qu’une photo et que chaque subtest est composé de plusieurs items, mais il y a une réelle incidence, surtout qu’une partie des personnes qui lira cet article sera enclin à passer ce test.

    Merci pour ce partage en tout cas :)

    Bonne continuation !

    Joy

    • valerie44 dit :

      Cette remarque a déjà été faite, aussi je me permets de recopier en partie la réponse qu’avait faite Alexandra, en date du 8 juillet 2015 :

      « Cela fait bien lgts que « l’effet surprise » n’est plus de mise, entre le net & les émissions télé qui se multiplient (ds lesquelles on voit très régulièrement des éléments précis des tests de Wechsler, notamment) :)

      Tout ce qui est montré dans ce billet est donné par Pearson,en accès libre sur Internet. »



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article