Le blog cité dans « Quelle intégration scolaire pour les enfants précoces ? »,grande lettre d’informations de la MAIF destinée aux enseignants

Le blog cité dans "Quelle intégration scolaire pour les enfants précoces ?",grande lettre d'informations de la MAIF destinée aux enseignantsLa MAIF vient de publier une belle lettre d'informations à destination des enseignants sur la question "Quelle intégration scolaire pour les enfants précoces ?" :-D

 

Sous forme de grand dossier vraiment très complet de 6 pages, cette lettre fait notamment parler Jean-Charles Terrassier, grand psychologue pionnier du sujet du surdouement en France depuis le début des années 70, fondateur de l'ANPEIP, qui se fait malheureusement bien trop rare dans les médias aujourd'hui :round:

 

Il est l'auteur de 2 livres que toute personne voulant comprendre la douance devrait avoir lu "Les enfants surdoués ou la précocité embarrassante" & "Guide pratique de l'enfant surdoué : reprérer et aider les enfants précoces" :up:

 

   

 

Les Tribulations d'un Petit Zèbre y sont citées à plusieurs reprises, avec notamment des liens directs vers certains articles :)

 

La notion d’égalité des chances a sans doute freiné l’intérêt de l’Éducation Nationale pour les Enfants Intellectuellement Précoces. Mais désormais, des dispositions peuvent
être prises pour ces « EIP », au nom de la prévention de l’échec scolaire.

Encore faut-il détecter ces jeunes à temps ! Pour cela, la mesure du QI est l’outil de référence, surtout s’il est utilisé avec les précautions conseillées par le psychologue Robert Voyazopoulos…

 

Lettre d'infos MAIF : quelle intégration pour les EIP ? (cliquez pour ouvrir au format PDF)

Lettre d'infos MAIF : quelle intégration pour les EIP ? (cliquez pour ouvrir au format PDF)

 

 

Robert Voyazopoulos est lui aussi auteur de livres, dont l'excellent "L'examen psychologique de l'enfant et l'utilisation des mesures - Conférence de consensus" que je conseille vivement :!:

 

 

 

Une précision nécessaire tout de même : personnellement je ne partage pas sa vision du bilan quant aux résultats transmis ou non (dans ce cas précis, ce serait donc "non") aux parents :oops:

 

Pour sa part, Robert Voyazopoulos ne donne pas ce chiffre quasi magique au terme d’une consultation : : « Cette échelle est utile pour le psychologue, car elle permet de repérer des niveaux de développement ou de fonctionnement, une qualité d’expression ou d’usage des processus de pensée. Mais aux parents, plutôt qu’une donnée brute, je donne des fourchettes, des zones d’expression des fonctions de l’enfant ».

 

Je l'ai déjà souvent exprimé sur des groupes, en réponse à des messages ou encore sur certains billets comme celui-ci sur les rangs centiles : je ne suis pas pour cette rétention d'informations (ni aucune autre, d'ailleurs !) :-|

 

Mais il est vrai qu'il faut que le psychologue, lorsqu'il donne ce compte-rendu chiffré, fasse preuve d'une grande pédagogie puisque tout ça est évidemment très flou & très abstrait pour les néophytes.
Ce qui demande du temps & une forme d'investissement de la part du professionnel pour expliquer que, justement, il ne s'agit pas de "chiffre magique"... (à ce propos, un billet sur le chiffre rond...), que l'enfant (ou l'adulte) ne se résume pas à ce chiffre, qu'il s'agit d'une photo à un instant T, etc.

 

Il me semble néanmoins légitime, en tant que parent ou personne bilantée, de demander à avoir TOUS les éléments en main sur son enfant ou son propre bilan psychologique, quitte à faire quelques menues recherches sur le Net &/ou dans les nombreux livres à disposition pour se familiariser avec les outils psychométriques ;)

 

Non seulement les gens sont en mesure de comprendre si on leur donne les éléments pour, mais quand bien même ils ne le seraient pas tous, ou pas de la façon attendue par le psychologue, ils doivent avoir le droit de savoir & de ne pas être infantilisés ni considérés comme "incapables de faire quelque chose de ces scores" :roll:

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

8 commentaires à “Le blog cité dans « Quelle intégration scolaire pour les enfants précoces ? »,grande lettre d’informations de la MAIF destinée aux enseignants”

  1. monique dit :

    Bonjour,

    Merci pour cette information très utile.

    Je suis tout à fait d’accord que les parents et les personnes testées ont droit à l’information complète les concernant. Il s’agit de prendre le temps de bien expliquer et d’examiner toutes les craintes autour de la précocité. C’est ce que je fais lors de mes retours de bilans

    Bien cordialement

    Monique BOTTON
    psychologue

  2. Agnes dit :

    Ben moi j’ai des GROS doutes sur qui va recevoir ou lire la lettre d’information. Je viens de demander a des copains et famille dans l’EN (prof ou administratifs) dans differentes academies et personne n’a rien vu ou entendu parler… donc j’ai des doutes!

  3. nathalie dit :

    Je suis toujours perplexe quant à l’utilité pratique de ce genre de documents. Les recommandations me paraissent très vagues.
    Cela est même inquiétant : quel sort est réservé aux élèves « ordinaires » s’il faut être « surdoué » pour qu’on se donne la peine d' »identifier les points problématiques » ou « valoriser et encourager » ?

    Il me semble qu’il faudrait des indications et des mesures concrètes, par exemple essayer de cadrer un peu plus les conditions du fameux saut de classe qui dépendent beaucoup des avis personnels des uns et des autres. Ainsi dans certaines écoles avec certains enseignants, c’est assez facile, dans d’autres circonstances ça l’est moins. Du coup c’est compliqué pour les parents, on n’ose pas, c’est mal vu..

    Je pense aussi à des initiatives comme le cours Euler en Suisse.

    Enfin c’est dommage de ne pas citer le rapport « L’état de la Recherche sur les enfants dits surdoués » (Google le trouve facilement) rédigé par des universitaires qui essaye d’introduire un peu d ‘objectivité sur la question.

    • A. Zebrounet dit :

      « Cela est même inquiétant : quel sort est réservé aux élèves « ordinaires » s’il faut être « surdoué » pour qu’on se donne la peine d’ »identifier les points problématiques » ou « valoriser et encourager » ? »
      Je crois que le problème est pris à l’envers là !? C’est précisément pour combattre les idées reçues & les préjugés (du style « un surdoué est 1er de la classe », « un surdoué s’en sortira tjrs tout seul s’il est un vrai surdoué », etc.), & permettre à tous d’avoir les mêmes chances que ces docs sur les EIP sont importants.

      Après… que le public visé (les enseignants ici) lise ou non, « entende » ou non ce qui est expliqué, malheureusement c’est un autre débat comme en parlait plus haut Agnès. Tt comme ce module de formation -> http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2013/10/09/personnalisation-des-parcours-des-eleves-intellectuellement-precoces-eduscol-octobre-2013/ , seuls les enseignants volontaires seront allés de leur propre initiative le chercher…

      Mais je pense qu’il ne faut pas opposer les causes & surtout, ne pas penser que ce qui est fait pour les EIP le sera au détriment des autres enfants :!:

  4. nathalie dit :

    Il ne s’agit pas d’opposer les causes, je me suis sans doute mal exprimée. Au contraire l’idée est bien sûr que les enseignants tiennent davantage compte de la psychologie et des spécificités de tous leurs élèves.

    En gros ce que je lis dans ce document est que certains enfants ont des difficultés et qu’il faut les aider au maximum. On ne peut qu’être d’accord, et c’est sans doute ce qu’essaye déjà de faire l’ensemble du personnel enseignant. Je ne vois pas comment la lecture de ce document pourrait faire changer grand chose. Qu’est ce qu’on fait une fois qu’on a lu ça ?

    Simplement à travers les témoignages présentés on voit qu’on est en présence de profils très différents : de l’élève qui a redoublé son CP (parce qu’il ne réussissait pas à apprendre à lire ?) à celui qui décroche en fin de collège, du timide à l’extraverti, les situations et les recours sont très divers, et la dénomination globale « surdoué » n’éclaire pas vraiment la situation.

    Je pense que pour essayer d’être un peu plus efficace il faudrait proposer du concret.

  5. HOUILLON dit :

    Bonjour,
    Moi,et d’emblée,j’ai vraiment été fort surpris par cette parole qui m’a interpellé immédiatement :  » La notion d’égalité des chances à sans doute freiné l’intérêt de l’éducation nationale pour les enfants intellectuellement précoces. » Pour tenir de tels propos,il ne faut vraiment pas connaître la tragique réalité de l’éducation nationale,où l’échec scolaire y est massif,et même avec cette notion d ‘égalité des chances qui pourtant devrait à elle seule former toutes les bases d’une véritable conscience pédagogique qui mu le travail quotidien de chaque professeur auprès des élèves…Il est bien et fort consternant à lire,et à voir que l’on ne fait pas réellement de distinction précise entre la notion d ‘égalité des chances et l’égalitarisme qui tient plus à des convictions idéologiques…En attendant,enfants précoces,et non enfants précoces,ce sont bien eux qui souffrent à l’école…Autrement,et pour le reste,moi,je suis convaincu que mieux vaut informer les professeurs sur les enfants précoces que de les laisser dans l’ignorance,ce qui hélas,est encore le cas pour des milliers de professeurs qui ne parviennent toujours pas à bien connaître leurs élèves avec toute leur singularité…L ‘école idéale pour les enfants est encore au stade du rêve ou de l’utopie.Franchement,ce n’est pas demain que l’on mettra fin aux souffrances scolaires qui affectent tant d ‘enfants…

  6. Anne-Laure dit :

    voici mon ressenti après une conférence de MAIF sur la scolarisation des EIP à Plédran (22), ma 1ere du coup j’en attendais peut être aussi,
    je suis déçue, et je comprends pourquoi au niveau education nationale ça avance aussi lentement!!! durant 1h30 pas une fois le mot arborescence, hyperémotivité ou hypersensibilité, logique différente……pas de reconnaissance des mal être dû à un mauvais accompagnement de l’équipe, pour lui c’était une magnifique expérience d’avoir des enfants comme ça (ok c’est super mais c’est usant)
    pas de soucis social pour les enfants et le harcèlement a à peine été évoqué
    et puis une sorte de pied d’estale avec un discours sur le « patrimoine familial » où je ne me suis pas du tout reconnu, sur le fait que de nos jours les familles n’investissent plus sur le batit, ou les placements banquiers mais sur l’intelligence……
    et puis un dédain comme l’exemple de la mère célibataire assistante maternelle qui pour lui ne peut pas fournir un milieu adapté à son enfant EIP, perso je suis paysanne dans le centre-bretagne, et pourtant nous parlons géopolitique tous les jours, un accès à la culture grâce aux différentes institutions et internet…bref beaucoup de préjugés à mon goût et rien de très pertinent.
    l’intervenant était robert voyazopoulos, je sais pas si certaine bretonne y était, et si vous connaissez ce monsieur!!!



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article