Psycho: sommes-nous tous hypersensibles ? (LeVif, avril 2015)

Psycho: sommes-nous tous hypersensibles ? (LeVif, avril 2015) Le magazine belge LeVif.be vient de publier un article sur les personnes hypersensibles, en lien avec le livre coécrit par Arielle Adda & Thierry Brunel : "Adultes sensibles et doués. Trouver sa place au travail et s'épanouir" ;)

 

Après les bipolaires, les enfants rois et les pervers narcissiques, les hypersensibles sont le dernier sujet à la mode au pays des psys. A juste titre? Nous avons enquêté.

On les dit à fleur de peau, empathiques, mais aussi créatifs et intuitifs. Outre-Atlantique, les hyper- sensibles agitent autant les pros du divan que les people. Le mot (ou plutôt l'acronyme HSP, "highly sensitive people") a fait son entrée dans le jargon anglo-saxon au tournant des années 2000, avec la publication du best-seller de la psychothérapeute américaine Elaine N. Aron - gourou des hypersensibles aux Etats-Unis -, intitulé Ces gens qui ont peur d'avoir peur. Mieux comprendre l'hypersensibilité (éd. de l'Homme). Celle-ci affirme que près de 1 personne sur 5 est concernée par ce phénomène.

Sur la Toile, les forums de discussion et les self-tests - ces questionnaires qui aident à "s'autodiagnostiquer" - essaiment. A l'évidence, on ne cherche plus à réprimer son hypersensibilité, on la revendique. Même les célébrités - tels les acteurs Winona Ryder et Johnny Depp - brandissent l'appellation comme un étendard sur les plateaux télévisés. Mais à quoi la reconnaît-on ?

 

 

POUR LIRE l'ARTICLE en INTÉGRALITÉ :arrow: c'est ici !

 

Et bien sûr, Arielle Adda est également l'auteure de ces 3 excellents ouvrages :

- "Adultes sensibles et doués. Trouver sa place au travail et s'épanouir"
- "L'enfant doué : l'intelligence réconciliée"
- "Le livre de l'enfant doué : le découvrir, le comprendre, l'accompagner sur la voie du plein épanouissement"

 

 

     

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

12 commentaires à “Psycho: sommes-nous tous hypersensibles ? (LeVif, avril 2015)”

  1. patrick misse dit :

    Excellent article, oui, il faut d’abord s’autoriser à vivre, car il n’est pas facile de vivre écorché vif… Ensuite, il faut apprendre à gommer ses souffrances et sublimer ses jouissances… pour s’épanouir… Oui, on peut y arriver….

  2. Excellent article , je retrouve parfaitement mon fils mais surtout , cela m a encore amené des réponses notament sur l hypersensibilité physique . Des détails dont je respectaient l importance mais qui maintenant ont un sens . Se lit tout seul passant de l enfant a l adulte , c est génial !!

  3. C’est très certainement incurable en effet ! Il faut donc apprendre à vivre avec, sans le refouler mais en se protégeant toutefois ; sinon la vie est invivable. Parfois je m’abstiens de regarder les informations, sachant que je ne suis pas émotionnellement capable ce jour ou ce moment-là d’en supporter les horreurs…
    Je doute que le nombre d’hypersensibles augmente : ils sont moins refoulés, c’est tout. Il y a eu des époques et des cultures ou le stoïcisme était de mise, en particulier pour les hommes. Il y a peut-être un effet de mode, qui permet aux hyper sensibles de faire leur coming out ? Durera-t-il ?
    En ce qui me concerne c’est un état naturel et je suis plutôt à m’étonner sans cesse de la tolérance des gens « normaux » pour toutes ces choses qui me choquent, me gênent, me rendent malade (au deux sens du terme) : c’est eux qui me semblent bizarres !

    • rainbow dit :

      Je suis d’accord mot pour mot avec ce que vous dîtes. :up:

    • CarolineW dit :

      Bonjour Dumbo,

      « Parfois je m’abstiens de regarder les informations, sachant que je ne suis pas émotionnellement capable ce jour ou ce moment-là d’en supporter les horreurs… »
      => j’ai définitivement réglé le pb: plus de télé ni de radio qui représentent pour moi le musée des horreurs.
      Le fait de ne pas savoir qu’un avion s’est écrasé ou que tel groupe de terroristes ….ou encore que Machin va skier aux vacances de Février ne m’apporte rien et ne handicape nullement dans ma vie sociale , et de toutes façons les gens adorant parler de ce genre de choses, d’une façon ou d’une autre je finis par l’apprendre ;)

      • Pareil !
        Je n’ai plus jamais regardé seule et spontanément la télé depuis environ 30 ans et je coupe systématiquement les infos et surtout les pubs à la radio (épuisant !). Je jette un œil prudent sur google actualités, me dépêchant de descendre vers la section santé/sciences, et encore, dans les bons jours.
        Mais j’assume moins que vous : j’ai un peu honte de faire l’autruche, même si je sais bien qu’être au courant n’égale pas, quoi que semblent en penser la plupart des gens, être mûr et responsable, car après tout, à part s’indigner que fait-on pour lutter personnellement contre toutes ces horreurs, concrètement parlant ? Souvent rien du tout.
        C’est le problème d’un fonctionnement en tout ou rien : si on ne dévoue pas toute sa vie à une bonne cause, alors on a vite tendance à se décourager face à toute la misère du monde, à ne rien faire du tout…
        Il faut alors se contenter de faire de petites choses au quotidien, une goutte d’eau dans le désert mais mieux que rien : discuter un peu avec une personne très seule, sourire et plaisanter avec les inconnus croisés aux caisses des magasins ou ailleurs, etc.
        Quand à l’aspect vie sociale : j’ai la chance de n’avoir pas à supporter de vie de bureau, d’avoir un cadre de vie plutôt très calme niveau stimuli et mes amis, triés sur le volet, comprennent très bien !

  4. Joelle dit :

    Mon hypersensibilité m’handicape assez souvent: une ancienne collègue fumait, buvait du café et des boissons à la taurine et devait fréquenter des snacks … Toutes ces odeurs m’indisposaient comme si j’étais enceinte. J’évite de me rendre en ville le samedi parce les bruits m’épuisent ou m’agressent …. Et pareil que Dumbo certains jours je me sens happée par les mauvaises nouvelles et ca prend des proportions ingérables: le monde s’écroule et je ne peux rien y faire …. Donc je n’ai pas forcément envie de me revendiquer de cette hypersensibilité là … Par contre entendre au delà des bruits de la ville les chants des oiseaux ou voir les arbres penchés qui ont poussé en s’adaptant au relief qu’ils croisent … Ou être émerveillée aux larmes de voir passer une étoile filante … Des petits bonheurs que ma sensibilité m’offre … Ca me fait supporter ma singularité !

      •  » Toutes ces odeurs m’indisposaient comme si j’étais enceinte » : c’est tout à fait ça ! Et bizarrement, je trouve que ça empire avec les années (et ne parlons pas des jours de migraine où c’est tout bonnement insupportable).
        Et je suis bien d’accord aussi sur le côté positif : être en alerte pour repérer et profiter à fond de n’importe laquelle petite chose détail qui aura soulevé notre intérêt, se permettre de vivre à fond dans l’instant, et juste dans l’instant, est très délassant.
        De plus cette hyper-esthésie peut être très utile dans certains exercices, professionnels ou autres.
        Le principal souci est qu’elle n’est quasiment jamais perçue comme telle, puisqu’on pense que les autres ressentent la même chose mais sont plus patients, plus tolérants, moins « chochottes ». Et pourtant il serait indispensable de s’en rendre compte le plus tôt possible pour ne pas choisir un mode de vie qui deviendra ultra pénible et générateur de troubles somatiques, coulant alors de source.

        • Joelle dit :

          Une petite situation cocasse: nous sommes une fois rentrés dans un nouveau restaurant fraichement décoré….Humm l’odeur du bois exotique me chatouillait les narines…je me suis levée et j’ai dit à mon mari « je ne peux pas rester ici »….je me suis levée et j’ai passé en revue le restaurant pour trouver la place moins exposée à cette odeur…je reniflais (discrètement) chaque place et le serveur me regardais bizarement et tout simplement je lui ai répondu « je cherche ma place »….il n’a rien compris à la situation et mon mari m’a dit en complice « tu es insortable »…
          Au bureau je ne dois pas lever la tête pour savoir qui passe à côté de moi je connais les odeurs de mes proches collègues….’je sais que tu es là je t’ai senti »….

          • Tant que vous ne vous mettez pas à quatre pattes en aboyant ! LOL
            Mes enfants me reprochent toujours de les renifler :roll: et quand je sens quelque chose de douteux dans un endroit, je pars en chasse moi aussi, jusqu’à trouver d’où ça vient !
            Autrefois les médecins goûtaient l’urine de leurs malades pour voir s’il y avait du sucre dedans : on dédaigne trop nos sens aujourd’hui… 8)

  5. superbes rayures dit :

    Bonsoir je me retrouve dans cet article et me retrouve dans tous vos propos. C’est à la fois déroutant et cela me rend heureuse de voir que je ne suis pas la seule et cela me fait chaud au coeur.
    C’est la première fois de ma vie que certaines personnes ressentent les choses comme moi et vous ne pouvez imaginer le bien que cela me fait j’avais tellement honte de réagir de la sorte mais je ne pouvais m’en empêcher c’est dire à quel point cela me fait du bien. Le seul qui comprenait parce-qu’il ressent les mêmes choses c’est mon loulou zèbre de 10 ans et déjà grâce a lui je me sentais mieux alors maintenant……
    Merci vraiment à toutes et à Alexandra pour ce si bel article



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Répondre à patrick misse