Mention « Très bien » au bac S pour un Mentonnais… de 14 ans (Nice Matin, juillet 2015)

Mention "Très bien" au bac S pour un Mentonnais... de 14 ans (Nice Matin, juillet 2015)Ce matin encore, 2 articles sur de jeunes bacheliers à la mention Très Bien :roll:

 

Les médias s'en donnent à cœur joie ces jours-ci, tant en France (dans cet article il s'agit d'un adolescent intellectuellement précoce de l'académie de Nice) qu'à l'étranger (dans le billet suivant je vous parlerai d'une jeune surdoué tunisien) ;)

 

Je sais d'avance les grognements qui vont être faits par e-mail ou MP, sur des groupes de discussion ou des commentaires en direct sous ce billet :

 

Les médias mettent toujours en avant des enfants ayant sauté de nombreuses classes, très scolaires, ce qui crée de la confusion chez les enseignants confrontés à de EIP n'ayant pas eu d'accélération... & qui, par ricochet, n'aide pas ces enfants-là à être compris par les instits' & profs (ayant alors dans l'idée qu'un "vrai" surdoué, c'est celui qui a 4 ans d'avance &/ou qui a, au minimum, 18 de moyenne générale), etc.

 

Voire même des réactions pointant le fait que ce type d'article rabaisse, méprise les familles d'enfants surdoués « normaux » :oops:

 

Aussi je vais répondre ce que j'explique dans ces cas-là, à chacun, en privé : j'entends parfaitement les craintes & les mécontentements, mais les publications de ce genre sont de saison, résultats du Bac & du brevet obligent :up:

 

Tout comme à la période de rentrée scolaire, on (comprendre par là la presse) met volontiers en avant des enfants hors norme (au sens strict du terme). C'est le grand jeu des médias... depuis des décennies.

 

Cependant, ces enfants existent ! Ils ne sont pas plus légitimes que d'autres à représenter à eux-seuls LE surdouement, pas plus effectivement que des HPI présentant des trouble(s) Dys & étant en difficultés scolaires. Et ce car la douance prend de multiples apparences (voir par exemple ce billet sur les 6 grands profils d'enfants intellectuellement précoces).

 

Il n'en demeure pas moins que ces enfants surdoués là sont bien l'un des visages du surdouement !
Ils existent, une fois encore. Au même titre que des surdoués cadrant moins avec les clichés habituellement connus (& ils sont nombreux je suis bien placée pour le savoir).

 

Personne n'a à se sentir rabaissé, blessé, méprisé ou menacé par eux. Sous entendre, comme je le lis parfois, qu'on ne devrait pas les montrer me semble terriblement injuste pour ces enfants, pour leur famille, car une fois encore les EIP avec un (T)HQI homogène & qui fonctionnent particulièrement bien scolairement parlant existent, c'est un fait.
Devraient-il, pour satisfaire certains, avoir honte de ce qu'ils sont ? Taire leur profil cognitif ou leur parcours (que d'aucuns assimilent souvent à tort à une autoroute dorée) ? :-|

 

A mon sens la réponse est non. Pas plus que des enfants HPI arborant un autre profil, une autre réalité de la précocité intellectuelle.

 

Le blog partage dans cette catégorie ("Articles & docs intéressants") tous les articles des grands médias ayant trait au haut potentiel intellectuel. En ce moment donc, effectivement, il y a souvent des publications de ce type, car elles sont le reflet des sujets d'actualité qui animent la presse quand il est question de haut ou de très haut QI. Parenthèse refermée ;)

 

En septembre prochain, Lucas Darlavoix entrera en prépa scientifique au lycée Masséna, il aura tout juste 15 ans.

 

Scolarisé au lycée privé Saint-Joseph de Roquebrune, il vient d'obtenir son Baccalauréat avec mention Très Bien, examen passé à l'âge de 14 ans :!:

 

Lucas a sauté 3 classes : Moyenne Section, le CM1 & la 4ème (presque comme le zébrillon ! Pour lui : CP, CM1 & 4ème) :)

 

Décelé surdoué à l'âge de 2 ans, un Mentonnais vient de décrocher son admission à l'examen du bac S avec la mention "Très bien". A 14 ans, celui qui se destine à une carrière d'ingénieur, est aussi un mordu de console et sait jouer du hautbois au conservatoire.

"Pourquoi faire une fête ? Ça n'a rien d'exceptionnel ! Et puis, ce n'est que le début…", répond-il quand on lui demande de quelle façon il compte célébrer son admission à l'examen. Humilité déconcertante.

Les boucles brunes de Lucas Darlavoix s'agitent. D'une chemise cartonnée, il sort ses résultats au bac : 16,84/20 de moyenne générale, 20 en anglais, 18 physique, 19 en italien, 17 en philo… "Mais en maths, je n'ai eu que 14/20, j'aurais pu mieux faire", lance-t-il avec son large sourire.

 

 

POUR LIRE la SUITE de l'ARTICLE :arrow: c'est ici !

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

23 commentaires à “Mention « Très bien » au bac S pour un Mentonnais… de 14 ans (Nice Matin, juillet 2015)”

  1. Vrancg dit :

    Bonjour,
    Il y a encore 2 autres jeunes hommes de Michelet avec 3 ans d’avance qui ont obtenu une mention bien mais qui n’ont pas été médiatisés, ce qui fait de 2015 une très belle cuvée pour la région niçoise :)
    Cordialement

  2. Frédérique dit :

    14/20 seulement en maths? En effet, c’est pas terrible! :-D

  3. LucEt dit :

    Il faut aussi répondre aux critiques de tous bords que c’est la seule solution que propose l’éducation nationale française…
    Il faut aussi répondre qu’une mention très bien est « plus facile » à obtenir en S qu’en L.

    Ici, deux mentions TB pour deux élèves de S, l’un de 15 ans (avec 19 en math), l’autre de 17 ans – qui a dû passer son bac en deux ans pour cause de maladie : des épreuves l’an dernier, d’autres cette année – (avec 20 en philo).

    Si nous avions d’autres propositions, nous les étudierions avec la plus grande attention !

  4. Alexandra remet parfaitement bien les choses en perspectives : on ne peut pas en vouloir aux médias de nous donner du sensationnel, c’est leur job et ça plait (d’ailleurs ça m’épate moi ces petits jeuneots qui passent le Bac !) et il serait parfaitement injuste de cacher ces enfants et leurs succès sous prétexte qu’ils ne sont pas représentatifs de la moyenne des enfants HP !
    Après ce serait super si des émissions de grande écoute en profitaient pour rebondir là-dessus et montrer, expliquer comment s’exprime la douance, dans toutes ses facettes, sans oublier les fréquents troubles associés.

    Après je me pose une question, par curiosité : ces petits zébrillonets qui passent le Bac avec 3 ans ou plus d’avance ne sont-ils pas principalement de THPI ? (plutôt que des HPI tout court, quoi)

    • A. Zebrounet dit :

      « Après je me pose une question, par curiosité : ces petits zébrillonets qui passent le Bac avec 3 ans ou plus d’avance ne sont-ils pas principalement de THPI ? (plutôt que des HPI tout court, quoi) »
      Je pense qu’il le sont en effet :)

      • LucEt dit :

        Je ne sais pas quelle nuance vous faites.
        C’est aussi une question de date de naissance, d’environnement, de bienveillance de l’école (je veux dire d’absence d’œillères), de présence parentale (un thqi dont les parents ne peuvent pas se consacrer à son parcours scolaire parce qu’ils doivent tous les deux travailler à plein temps n’a pas le même bagage de départ qu’un enfant qui pourra faire du violon dés ses 4 ans ou apprendre le japonais ou faire quelques années d’école à la maison librement choisie, au hasard.)
        Il serait intéressant à ce propos de connaitre le parcours scolaire et familial de 100 enfants qui ont une mention TB à 14 ans. Combien suivent une scolarité ordinaire dans un établissement ordinaire, sans classe cham ou bilangue ou …, mis à part les sauts de classes.
        Je serais aussi intéressée de savoir combien de mentions TB en S pour combien en L.

        • J’ai eu une réponse de la bouche du cheval – du zèbre pardon – Alexandra ! :smile:

          Je crois que c’est une histoire de conditions nécessaires et suffisantes : il faut être THPI pour sauter 3 classes (condition nécessaire) mais ce n’est pas suffisant bien sûr : comme le souligne LucEt, il faut aussi que l’entourage soit favorable à ce genre d’épanouissement.

          • LucEt dit :

            Quelle différence, donc, entre hqi-hpi et thqi-thpi ?

            • A. Zebrounet dit :

              Aucune :)

              HQI = HPI (ce 2 termes différents qui désignent une même réalité : une personne surdouée)

              de même que THQI = THPI (là encore, la même notion malgré des sigles différents. A savoir un QI Total ≥ à 145)

              Voir ce billet : http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2015/05/22/petit-lexique-en-lien-avec-le-surdouement-a-lusage-des-neophytes/ :up:

              • LucEt dit :

                Ma question a été mal comprise. Quelle différence en hqi et thqi ? Un seuil ?

                • A. Zebrounet dit :

                  La réponse est (également) ds ma réponse précédente :)
                  THQI (ou THPI) se dit à partir de 145 de QI Total oui, donc un seuil retenu plus haut.

                • LucEt dit :

                  hqi : 130-145
                  thqi : + de 145

                  Oui, ces très jeunes bachelièr-es doivent tou-tes être thqi, c’est quasi certain. Enfin… thqi très homogènes probablement.

                  Ce serait intéressant de savoir quelle est la proportion filles-garçons chez les bachelièr-es de 14 ans. Sachant que les filles ont plus de mal à s’exprimer en sciences-math, t-hqi ou pas.
                  Et qu’il y a plus de mentions tb en S qu’en L… ;-)

  5. LucEt dit :

    Un début de réponse à ma dernière question ?

    Mentions obtenues en 2013

    45,2 % des lauréats de la série Économique et sociale
    28,1 % avec mention assez bien
    12,8 % avec mention bien
    4,3 % avec mention très bien

    41,4 % des lauréats de la série Littéraire
    25,7 % avec mention assez bien
    11,1 % avec mention bien
    4,6 % avec mention très bien

    57,5 % des lauréats de la série Scientifique
    28,3 % avec mention assez bien
    18,7 % avec mention bien
    10,5 % avec mention très bien

    Je ne sais pas ce que vaut ce site… http://www.epicureweb.fr/breves/une-mention-au-bac-2014-les-probabilites-et-taux-de-reussite-par-series-33515/

    • Frédérique dit :

      Il est évident qu’il est plus facile d’avoir 20/20 en maths ou en physiques qu’en français, philo ou HG.
      Mais en fait, je ne vois pas bien pourquoi tu insistes autant sur les différences de mention en fonction de la filière. De toute façon, il est fort probable que la majorité des THPI avec 3 ans d’avance ou plus se dirigent vers la filière scientifique…d’où ces résultats et ces reportages.

      • Vrancg dit :

        Bonjour,
        Le bon sens voudrait que vous ayez raison et pourtant…
        Je ne suis pas si sûr que ce soit encore le cas aujourd’hui, peut-être à cause de consignes du ministère ou d’une évolution dans la façon de corriger…
        Mais si je me réfère aux notes des élèves que je côtoie (quelques classes), j’ai vu beaucoup plus de 20 en Français qu’en maths (tout en tenant compte du fait qu’il y ait 2 notes en Français et une seule en maths évidemment),
        Ensuite, si on compare les résultats publiés des jeunes médiatisés sur cette session 2015, il semble, là encore, y avoir assez peu de 20 en maths.
        Les notes dans les matières littéraires restent bien sûr plus subjectives, mais pas forcement inférieures et le 18/20 n’est plus vraiment la note maximale d’un devoir.
        Cordialement

      • Laurence dit :

        Je suis tout à fait d’accord avec vous,pour la simple raison qu’en math il y a un barème de notation alors qu’en francais ,philo non,

        Chaque prof de francais a son propre barème,c’est le probleme relevé actuellement à l’e.n.

        Pour preuve,je vous invite à lire » la constante macabre « d’André antibi

  6. Tatiedent dit :

    Bonjour,

    Je trouve tous ces articles concernant ces petits ados avec leur bac à 14-15 ans très bien car ils mettent en lumière le haut potentiel. Ce qui est sensé ouvrir la porte vers d’autres articles d’approfondissement parlant des autres facettes du HP.

    Malheureusement, ce n’est quasiment pas le cas …

    D’où la confusion qui s’instaure dans l’esprit des gens … HP=petit génie
    Sans voir tous les autres côtes!

    Ce qui dessert tous les autres enfants/ado/adultes HP … Et c’est bien dommage …

  7. agnes dit :

    Question bête, mais ou est ecrit que ce jeune bachelier est HQI ou THQI?
    Peut etre que le gamin est tres scolaire simplement et pas zebra (je n’ai rien pour ou contre c’est une simple constatation qu’on pense 3 sauts de classe et HQI)

    • A. Zebrounet dit :

      Pour rappel en France -> au delà d’un saut de classe (donc, à partir de la 2ème accélération de scolarité) il FAUT justifier du surdouement de l’enfant ;) (car les accélérations, lorsqu’elles concernent plus d’une année encore une fois, sont réservées aux EIP & conditionnées par un bilan & un test reconnu : échelle de Wechsler ou K-ABC, uniquement)

      Aussi, rien ne dit qu’un enfant ayant une année d’avance est (T)HQI en effet (il peut tt à fait n’être que ts scolaire), mais un enfant qui affiche 2, 3 ou 4 ans d’avance est nécessairement (T)HQI validé :up:

      • Aeleg dit :

        Cette condition est peut-être récente ou n’est pas connue de l’intégralité du corps enseignant, j’ai dans mon entourage une jeune fille qui rentre en khâgne avec deux ans d’avance sans avoir été testée. Cette exemple est peut-être l’exception qui confirme la règle, mais rien ne peut donc assurer que ces jeunes bacheliers ne soient pas juste très scolaire.



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article