« On ne guérit que de l’idée que l’on s’est faite de soi… » (Le Huffington Post, juillet 2015)

"On ne guérit que de l'idée que l'on s'est faite de soi..." (Le Huffington Post, juillet 2015)Un article qui intéressera de nombreux (nombreuses ?) adultes surdoués dans le Huffington Post français : ""On ne guérit que de l'idée que l'on s'est faite de soi..." " :-|

 

J'écris que le papier touchera plus la gent féminine HPI que masculine, mais il faut souligner qu'il y a aussi des garçons concernés par ces troubles (plus qu'on ne le pense d'ailleurs) :!:

 

J'ai encore eu hier des échanges avec la maman d'un garçon intellectuellement précoce de 16 ans mal dans sa peau, & souffrant de dysmorphie corporelle :(

 

Voici donc un court article signé Sabrina Palumbo, qui est également la présidente de l'association SabrinaTCA92, mais aussi l'auteure du livre mis en avant dans le papier : "L'âme en éveil, le corps en sursis"...

 


Cliquez sur la couverture du livre de Sabrina
Palumbo pour en ouvrir les détails

 

 

"Par l'éveil de leur conscience, les hommes et les femmes qui sont prêts à exhumer leur histoire des ténèbres de l'oubli pourront apporter plus de lumière et de clarté dans le ciel sombre de notre monde déchiré." (Alice Miller).

Bon nombre de jeunes filles anorexiques ne comprennent pas leur sentiment de décalage permanent. Qualifiées de "brillantes" elles racontent souvent s'ennuyer à l'école, elles trouvent que les autres sont un peu trop lents et se décrivent en revanche comme des bêtes de travail. En société c'est la même chose: elles ont l'impression de subir le "ronron" quotidien. Les conversations paraissent futiles, les préoccupations du commun des mortels ne les intéressent pas. Elles veulent plus. Elles veulent autre chose. Que veulent-elles? Elles ne le savent pas elles-mêmes...

Le mal-être est pourtant bien réel. Au point de se laisser mourir parfois.

 

 

POUR LIRE la SUITE :arrow: c'est ici !

 

 

:idea: & les 2 autres références d'ouvrages cités dans ce papier :

 

- "Différence & souffrance de l'adulte surdoué - Édition augmentée" de Cécile Bost
- "Le drame de l'enfant doué" d'Alice Miller

 

      
Cliquez pour ouvrir           Cliquez pour ouvrir

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

2 commentaires à “« On ne guérit que de l’idée que l’on s’est faite de soi… » (Le Huffington Post, juillet 2015)”

  1. Marielle dit :

    Mille mercis pour le partage de cet article. C’est la description de ma vie: anorexie, incompréhension…
    C’est grâce à votre blog que je commence à comprendre mes 3 Zèbrillons et par la même occasion me comprendre moi-même.
    On se sent moins seul..
    Merci encore!
    Marielle

  2. CarolineW dit :

    Bonjour,

    Il est rare qu’un anorexique s’en sorte définitivement. Ce serait plutôt un sursis ou du répit.
    Et je sais de quoi je parle, je « pratique » depuis plus de 15 ans ;)

    On dit que l’anorexie est une des seules maladies ou le malade est amoureux de sa maladie et ne veut pas guérir.
    Ce qui, dans mon cas , s’avère vrai. Je suis pour ainsi dire stabilisée, dans la mesure où mes jours ne sont pas en danger ( et d’ailleurs je n’ai pas envie de mourir) mais là où les autres me qualifient de squelettique je me vois énorme.
    J’en ai pris mon parti et arrive néanmoins à vivre normalement et avoir une vie sociale à peu prés normale.



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article