[VIDÉO] Arielle Adda pour le Collège Latin : « L’indispensable apprentissage de la persévérance » (novembre 2015)

[VIDÉO] Arielle Adda pour le Collège Latin : « L'indispensable apprentissage de la persévérance » (novembre 2015)Une nouvelle interview-vidéo d'Arielle Adda par le Collège Latin vient d'être mise en ligne ;)

 

Il s'agit de la 15ème vidéo de la série: « L'indispensable apprentissage de la persévérance » :-D

 

Un sujet qui, j'en suis certaine, parlera à de très nombreux parents d'EIP qui peinent lorsque que le moment du collège arrive :!:

 

Le goût de l'effort, le sens de la persévérance étant parfois bien compliqués à acquérir pour ces enfants si habitués de tout faire avec fluidité & rapidité, sans fournir de véritable travail :oops:

 

 

 

Et je vous propose pour plus de clarté de retrouver ci-dessous l'historique de l'intégralité des interviews vidéos, dans leur ordre de publication sur YouTube & de partage sur Les Tribulations d'un Petit Zèbre :

 

- dans ce billet de décembre 2014 :
n° 1 « La douance en question »
n° 2 « Douance & polémiques »

- dans celui de janvier 2015 :
n° 3 « Réalité de la douance »
n° 4 « Douance & scolarité »
n° 5 « Douance & scolarité 2 »
n° 6 « Douance & scolarité 3 »

- au mois de mars 2015 :
n° 7 « L'enfant doué & l'adulte »
n° 8 « Les enfants doués sont des trésors »
n° 9 « La douance dans la fratrie »

- en avril 2015 :
n° 10 « La morale dépend de la logique »

- dans le dernier billet de 2015/2015, datant du mois de mai :
n° 11 « Le conformisme est-il bon pour les doués ? »

- au mois de septembre 2015 :
n° 12 « Douance & pensée en arborescence »

- au début du mois d'octobre 2015 :
n° 13 « Douance & pédagogie Montessori »

- puis toujours en octobre :
n° 14 « Les associations pour doués, surdoués, précoces, EIP, THQI, zèbres, etc. »

 

 

:idea: bien sûr, je vous rappelle qu'Arielle Adda est également l'auteure de 3 magnifiques ouvrages sur le haut potentiel intellectuel :- "Adultes sensibles & doués. Trouver sa place au travail & s'épanouir" (ma critique est à retrouver sur ce billet)

- "L'enfant doué : l'intelligence réconciliée"
- "Le livre de l'enfant doué : le découvrir, le comprendre, l'accompagner sur la voie du plein épanouissement"

 


Cliquez sur la couverture du livre pour plus de
détails pour pour commander "Adultes sensibles &
doués. Trouver sa place au travail & s'épanouir"

 

 

     

Cliquez pour ouvrir        Cliquez pour ouvrir

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

4 commentaires à “[VIDÉO] Arielle Adda pour le Collège Latin : « L’indispensable apprentissage de la persévérance » (novembre 2015)”

  1. Michèle dit :

    Merci Alexandra !
    Je ferai voir (et écouter surtout) cette intervention de Mme Adda à mon fils. Très intéressante pour les parents aussi !
    Bonne journée !

  2. @emaOT5 dit :

    « si ça ne passe pas tout de suite c’est que ça ne réussira jamais »

    « c’est pas grave, j’ai pas su, question suivante… »

    Mais est-ce qu’il y a un intérêt dans la réussite ? On dirait que tout le monde part du principe que réussir est gratifiant mais ça ne l’est pas forcément, en particulier au collège.
    Donc ce n’est pas forcément parce que l’élève pense qu’il ne réussira pas même si il fait des efforts qu’ils n’en fait pas, mais parce qu’il pense que réussir ça ne vaut pas la peine de faire des efforts. Au fond il peut y avoir une absence totale d’envie de réussir.

    Bien que je ne sois pas EIP j’ai eu une scolarité au primaire dans laquelle je n’ai jamais eu à faire d’efforts. Je passais l’essentiel de mon temps à rêvasser dans mon monde imaginaire très vaste et de temps en temps je jetais un coup d’oeil au tableau pour voir où on en été. La plupart du temps je m’ennuyais, parfois je découvrais quelque chose mais c’était de la découverte pas de l’apprentissage (dans le sens on donne une information, elle devient donc connue, la compréhension de l’information ne portant pas plus à réflexion que si je dis qu’il était 11h quand j’ai écris ce message).

    Quand je suis arrivée au collège j’ai commencé à avoir des incompréhensions, en maths notamment, à partir de la 4ème (fonctions affines). Comme je n’ai fait aucun effort je ne sais toujours pas ce qu’est une fonction affine et mes notes sont devenues brusquement catastrophiques à partir de la 2sd.

    Je ne pense pas que le problème soit que j’étais incapable de faire des efforts, j’en ai fait pour suivre les cours liés aux options d’Arts Appliqués, j’en ai fait pour acquérir un bon orthographe alors que j’ai commencé à travailler ce domaine en 1ère (quand j’ai commencé à afficher mon travail et à produire des textes personnels) puis j’en ai fait pendant ma licence de japonais.

    Le truc c’est que jusqu’en 4ème les maths étaient extrêmement faciles pour moi. Je n’avais donc aucune raison de refuser de faire les exercices, je les intégrais dans mes tâches comme j’intégrais d’étendre le linge en rentrant des cours : « ce n’est pas grand chose et ça fait plaisir aux gens, puis il semble que ça doive être fait ». Ça ne veut pas dire que j’ai eu un jour un intérêt pour les maths. Par conséquent, si j’ai arrêté net à la première difficulté c’est parce que je savais, pour avoir réussi jusqu’à présent (19/20 de moyenne annuelle en 5ème), que réussir ne m’apporterait aucune satisfaction. Ma réaction d’arrêter était juste comme « bon, je vous aime bien, mais là vous me faites un peu chier ».

    Quand j’ai entendu dans une conférence un scientifique américain expliquer que l’univers est plat, avec un modèle mathématique, j’ai regretté pour la première fois d’avoir arrêté les maths. J’ai pensé qu’être capable de visualiser intellectuellement la forme de l’univers était beau et intéressant. J’en ai un peu voulu aussi à mes enseignants de ne jamais m’avoir dit qu’on pouvait exprimer la forme de l’univers en langage mathématique, si je l’avais compris plus tôt je me serais peut être mise à étudier sérieusement les maths au lieu de faire mes exercices distraitement devant la télé en attendant que l’essorage soit terminé.

    Bref, pour que les enfants EIP fassent des efforts je pense qu’il faudrait leur montrer le plus tôt possible qu’il y a quelque chose au bout, quelque chose de beau, de grandiose, qui vaut la peine de courir après.

  3. Naturelle dit :

    Comment apprendre la notion de persévérance ? En disant de ne pas abandonner ? D’essayer encore ? Je doute que ça se passe par ce genre de parole. Quelqu’un aurait une piste ? Merci.



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Répondre à Naturelle