L’adulte surdoué à la conquête du bonheur. Rompre avec la souffrance

L'adulte surdoué à la conquête du bonheur. Rompre avec la souffranceEn septembre dernier, je vous parlais de "L'enfant précoce aujourd'hui. Le préparer au monde de demain" de Monique de Kermadec (billet à retrouver par ici...) :)

 

Voici aujourd'hui mon avis sur son dernier livre, que j'ai eu la chance de pouvoir découvrir en avant-première, une 15aine de jours avant sa parution officielle : "L'adulte surdoué à la conquête du bonheur. Rompre avec la souffrance" :!:

 

Ce nouvel ouvrage s'intéresse donc à l'adulte à haut potentiel intellectuel, & en particulier à l'adulte (T)HPI en souffrance.

 

Mais avant tout, qui est l'auteure, Monique de Kermadec ?

 

Psychologue clinicienne & psychanalyste, recevant sur Paris, elle a dans un premier temps étudié aux Etats-Unis, où elle a obtenu un doctorat de philosophie, puis en France en psychologie, avec un DESS & DEA de psychologie clinique.

 


Cliquez sur la couverture pour ouvrir les détails
de "L'adulte surdoué à la conquête du bonheur"

 

 

Présentation de l'éditeur :

 

Depuis des années, Monique de Kermadec est à l'écoute de la solitude et de l'extrême difficulté à s'intégrer des adultes surdoués.

Elle explore ici la souffrance particulière de ces personnalités à part et ses conséquences sur la famille, la profession, ou l'amour. Et propose d'y remédier par un travail de reconnaissance de la souffrance, par l'acceptation de son abandon, par le travail de résilience.

Il est possible de sortir de situations d'échec en créant un lien nouveau avec le monde... à condition de s'en donner les moyens. Mais les outils thérapeutiques à disposition aujourd'hui ne conviennent pas tous aux adultes surdoués.

Ce livre en propose une évaluation critique afin de les orienter vers les outils qui leur seront d'une aide efficace. Forte de son expérience de thérapeute, Monique de Kermadec apporte ainsi un démenti lumineux à l'idée que souffrir serait une fatalité.

 

 

J'ai retrouvé avec grand plaisir la belle plume de Monique de Kermadec :-D

 

J'aime beaucoup son style, fluide, clair & feutré. Ses mots sont à la fois emplis de bienveillance & éclairants, sans jamais tomber dans une vulgarisation "facile". Ce qui fait vraiment à mon sens la différence avec nombre d'autres auteurs :up:

 

Le sommaire de l'ouvrage, que je vous mets en détails pour que vous puissiez vous faire une idée du développement des chapitres :

 

Prologue

Introduction

Préambule : Bref rappel des caractéristiques de l'adulte surdoué, ou à haut potentiel

1. Une souffrance spécifique
Une différence radicale
Différence = souffrance, une fatalité ?

2. La souffrance dont se plaint l'adulte surdoué
La solitude
L'absence de liens fructueux avec les autres
Le manque d'amours & d'amitiés
L'incompréhension de la société & de son évolution

3. Comment sortir de sa souffrance ?
La souffrance comme identité
Evaluer son rapport personnel avec la plainte
Accepter de renoncer à sa souffrance

4. La résilience
Qu'et-ce que la résilience
Profil & portrait du résilient
Les mécanismes de défense du résilient
L'assistance à la résilience

5. Renouer avec soi-même
Le dialogue intérieur
Faux self, vrai self
Trouver les ressources & la méthode
Repérer ce qui a aggravé sa souffrance
Accepter de revivre sa souffrance pour la dépasser

6. Opérer une mue
Les atouts, les moyens
Les erreurs à éviter
Une liste des obligations vis à vis de soi-même
Apprendre à s'aimer

7. Les méthodes & les dangers
L'intelligence émotionnelle
L'intelligence spirituelle
Les dangers à éviter en allant vers les autres
Les terrains de création de liens

8. La boîte à outils pour aider à la réparation du lien
La prise en charge par une thérapie
La promesse des neurosciences
La méditation en "pleine conscience"
En résumé

Conclusion

 

 

Si ce livre n'avait pas été, je crois sincèrement qu'il aurait manqué au paysage des bouquins français sur la douance :round:

 

J'ai vraiment beaucoup aimé sa lecture, qui sonne pour moi d'une façon sans doute quelque peu différente dans la mesure où
- je suis moi-même THQI découverte à presque 30 ans
- je suis blogueuse, & confidente (sans toujours le vouloir ;) ) de très nombreux adultes, qu'ils soient encore en phase de questionnements ou qu'ils aient déjà passé un bilan mettant en évidence un haut ou très haut potentiel

 

J'ai retrouvé tellement d'éléments qui constituent la vie intérieure des adultes surdoués qui partagent avec moi leurs douleurs, leurs craintes & leurs incompréhensions qu'il me semble évident que ce livre pourra les aider à mieux se comprendre & s'accepter !

 

Monique de Kermadec saisit avec beaucoup de finesse les tourments de ces adultes hors norme, & parvient à en expliquer les mécanismes dans des pages qui moi m'ont passionnée. Détaillant l'attachement à la souffrance de certains adultes doués, qui font de cet état une véritable identité...

 

Elle s'attache à expliquer pour ensuite permettre aux lecteurs concernés de remédier à cette souffrance, à ces tourments qui les entravent :smile:

 

Je suis formelle : si la souffrance est quasiment inévitable chez le plus grand nombre d'adultes surdoués, surtout s'il n'ont pas été reconnus comme tels dans leur enfance par les tests d'évaluation de leur QI & s'ils n'ont pas, de ce fait, reçu une éducation adaptée à leur complexité, elle n'est pas une fatalité contre laquelle rien ne pourrait agir. Mais pour agir, & savoir de quelle façon agir, il faut encore comprendre comment l'adulte à haut potentiel définit sa souffrance.

 

 

Pour Monique de Kermadec, tout part de "leur difficulté à établir des liens avec les autres" :up:

 

Et je ne peux qu'acquiescer. Je dirais même qu'il me semble que beaucoup d'adultes (T)HPI se reconnaissent dans le syndrome d'Asperger sur cette seule & unique base :-?

 

Sans toutefois être aspies (s'ils allaient au bout d'un diagnostic bien plus lourd & complexe que celui du surdouement), ni mesurer l'ampleur du reste des particularités du SA...

 

Ce qui est plutôt une bonne nouvelle pour eux. Non que présenter le syndrome d'Asperger soit un drame (du tout), mais parce qu'il est tout de même plus heureux & plus facile de savoir qu'aller vers les autres, quand on le souhaite si fort, peut se faire en travaillant sur les incompréhensions entre eux & l'extérieur.

 

Cela laisse entrevoir une porte de sortie (ce que n'ont pas les aspies, ou largement plus difficilement).

 

Car ces difficultés à communiquer ne résultent pas des mêmes causes lorsqu'on est seulement surdoué, ou lorsqu'on présente un TSA (Trouble du Spectre Autistique), couplé ou non avec une douance :!:

 

Pourtant la solitude, & surtout, le sentiment d'être incompris des autres produisent les mêmes effets. Ils créent une vulnérabilité, voire une mise en danger & un enfermement dans cette situation de souffrance :(

 

Monique de Kermadec souligne à ce titre les dangers de cette tendance qu'ont beaucoup d'adultes doués à vouloir trouver un clone d'eux-mêmes & épluche, toujours avec bienveillance & souci d'éclairer pour amener vers la compréhension, les erreurs qu'ils font dans cette quête de l'autre (quelle soit amicale ou amoureuse).

 

Ne pas aller vers "le même", mais vers les points communs.

 

 

Dans "L'adulte surdoué à la conquête du bonheur. Rompre avec la souffrance", la psychologue consacre un chapitre entier, magnifique d'un bout à l'autre, à la résilience :hearts:

 

Phénomène particulièrement impressionnant chez les personnes intellectuellement douées dont je vous parlais dans ce billet, il y a quelques mois :)

 

Elle passe également en revue les différents outils actuellement proposés aux adultes surdoués pour atténuer, voire se débarrasser de la souffrance qu'ils traînent tel un boulet attaché à la cheville...

 

Mais souligne, toujours avec des mots choisis & un bon sens qui fait du bien, que seul l'intéressé est acteur de son mieux-être. Et qu'il faut, pour aller mieux, le choisir & y travailler.

 

Les outils, les accompagnements ne servent à rien sans renonciation à cette souffrance :oops:

 

Rien ne se fera sans effort, & sans participation active.

 

Mais l'ouvrage est extrêmement positif ! Il ne sombre pas dans un défaitisme tristounet, bien au contraire : il amène le lecteur à prendre conscience de ses ressources, de ses capacités propres qui sommeillent en lui :up:

 

Il le guide, aussi sûrement qu'un fil d'Ariane, pour créer le désir d'aller vers le changement, "d'opérer une mue" comme l'écrit l'auteure, & enfin se donner les moyens de changer ce qui l'éloigne du monde & des autres.

 


Cliquez sur la couverture pour ouvrir les détails
de "L'adulte surdoué à la conquête du bonheur"

 

 

En conclusion, "L'adulte surdoué à la conquête du bonheur. Rompre avec la souffrance" me parait être une lecture incontournable pour tout adulte surdoué :-D

 

Que l'on soit en souffrance ou que l'on ait réussi à la dépasser, il apporte de précieuses réponses pour celui qui s'interroge sur les singularités de cette population échappant à la norme.

 

Sa lecture demande à mon sens du temps, & porte à la réflexion, à l’introspection :round:

 

Il ne s'agit pas d'un énième livre creux sur le haut potentiel intellectuel, mais à l'inverse d'un ouvrage profond, qui se démarque par son analyse. Et qui doit par conséquent être lu avec une attention pleine & entière pour en saisir toutes les subtilités :bigheart:

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

24 commentaires à “L’adulte surdoué à la conquête du bonheur. Rompre avec la souffrance”

  1. Diep Tran dit :

    Merci Alexandra! Ayant eu la chance d’avoir rencontrée Monique de Kermadec en rdv, je ne peux que confirmer vos propos. La lecture de ses livres me semble également différente des autres auteurs que j’ai tendance à voir comme trop manichéens, et vous dites assez justement « vulgarisation ».
    Comme vous, découverte à presque 30 ans, mais O combien salutaire.
    La résilience paraît normale chez nous, jusqu’à ce qu’on se rende compte qu’on fait beaucoup plus que la majorité des gens… se relever de différents traumatismes, avancer, transformer le tout en de belles expériences pour grandir, et ce, même si certains d’entre nous dont je fais partie ont tendance à avoir la souffrance en identité de fond…
    Le HPI a la capacité de sublimer sa propre vie s’il le veut, j’en reste persuadée.
    Une très belle année à toutes et tous et rdv sur les différents groupes Facebbok EIP et cie ;)

  2. Ingrid dit :

    hihi ravie de découvrir enfin le genre de livre que j’attends depuis longtemps et qui semble correspondre à mon approche :-D J’ai hâte de pouvoir découvrir ce qu’elle peut m’apprendre.

  3. Fred dit :

    Intéressant, je ne savais pas qu’il y avait des livres sur le sujet (j’atterris ici par un lien Facebook). S’il y avait un livre de référence à lire sur le sujet, ce serait lequel ? J’ai vu « Trop intelligent pour être heureux » sur Amazon disponible de mon côté de l’océan.

    • A. Zebrounet dit :

      @Fred , vos « attentes » & vos besoins ne seront pas les mêmes selon que vous soyez néophyte ou très connaisseur du sujet :) C’est pq j’ai fait cette page :arrow http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2013/12/16/quels-livres-sur-le-surdouement-pour-quel-public/ :up:

      Alexandra

      • Fred dit :

        Super merci !

      • Fred dit :

        Il semble que mon premier « bet » était le bon, je vais commencer par celui-là. J’ai également décidé de passer un test ce printemps, voir si je suis encore aussi brillant qu’avant ;)

        • Fred dit :

          Woah, c’est fascinant et épeurant de lire ça, c’est comme si l’auteur savait à quoi je pense :|

          • Chemery dit :

            Bonjour Fred, je suis comme vous tombée « par hasard » -mais est-ce un hasard -sur ce blog ci après avoir lu le temoignage d’un jeune homme de 25 ans qui témoignait avec rage de sa douleur de vivre et en accusait sa « douance ».
            Mon fils de 25 ans lui ressemble comme un frère et je ne sais plus à quel saint me vouer d’autant qu’il s’enferme dans une souffrance ombrageuse et résignée.

            Je n’avais jamais songé que sa belle intelligence et sa sensibilité hors normes pouvaient être les responsables de son mal de vivre et je renais à l’espoir.

            Le livre dont vous parlez est il celui de Mme de Kermadec? vous même qui semblez bien connaître le monde des personnes surdouées, seriez vous en mesure de recommander un type de therapie brève – ou un therapeute- susceptible de l’empêcher de continuer à handicaper ses espérances…
            Merci par avance
            Claude Chemery

  4. Thirty-one dit :

    Merci, ce livre va me parler c’est certain.

  5. Naturelle dit :

    Votre présentation donne envie de lire ce bouquin qui, du fait de son titre, ne m’aurait pas intéressé. Je n’aime vraiment pas les ouvrages portant sur la souffrance. J’aurais préféré y voir une référence au fonctionnement, à l’approche différente des HP ou que sais-je encore….mais pas sur la « souffrance » obligatoire du HP. Je n’accroche pas au côté Calimero.

  6. Christel dit :

    Bonjour,

    Une question concernant ce nouveau livre de Monique de Kermédec.
    Est-il complémentaire du livre « Adulte surdoué, apprendre à faire simple quand on est compliqué »? Seul livre que j’ai lu sur la douance.
    Merci

    • A. Zebrounet dit :

      Pas complémentaire ds le sens de « suite » (celui-ci peut se lire sans avoir lu celui que vous lisez actuellement) :)
      Mais étant écrit par la même auteure, si vous appréciez son style, je vous conseille vivement la lecture de ce nouvel opus qui apporte BCP de nouveauté & est à mon sens un ouvrage d’une qualité exceptionnelle :up:

  7. Camille dit :

    Bonjour à tous, et très bonne année 2016 pour commencer !
    Je me permets de poser la même question que Christel, je suis en train de lire « Apprendre à faire simple… » en même temps que son dernier ouvrage sur les enfants.
    C’est une auteure que j’ai découverte avec plaisir, grâce à ce blog.
    Alors un grand merci !

  8. Fred dit :

    Si j’avais à choisir entre l’ancien livre de la dame (qui m’a été recommandé par une personne surdouée) et le nouveau, lequel me conseillez-vous ? Je viens de finir celui de Siaud-Facchin.

  9. Agnes dit :

    J’ai trouve le livre tres general, generique, rien de nouveau, elle a repris beaucoup de choses du livre « the gifted adults ».

  10. Aurélie dit :

    Je me demandais quoi lire après siaud-facchin, voilà ma réponse. Merci madame zèbre. Plus généralement la zebritude est toute neuve pour moi, loin d’être une certitude encore et je trouve ici une immense source de renseignements. Merci.

  11. hepburn dit :

    je suis en pleine lecture du chapitre 3 et je dois avouer être gêner par certains de ces propos sur la victimisation. un enfant surdoué battu par ses parents , ne doit donc pas rejeter la faute sur ses parents ? pour sortir de son état de victime il faut accepter sa souffrance…
    et puis page 51 je cite  » le recours aux discours victimaires des minorités qui cherchent ainsi a obtenir de la majorité…la reconnaissance au nom de leur difficultés d’intégration, intégration de fait rendue impossible par ce statut lui-même » »
    donc les handicapés en fauteuil ont tort de se victimiser ? ils doivent cesser de vouloir des rampes d’accès aux bus ?
    son raisonnement ne tiens pas au cas par cas. j’avais aimer son autre ouvrage , mais jusque là je suis extrêmement déçu, je ne comprends pas ce raisonnement .

    • Miaou dit :

      Je suis d’accord avec vous, le 3ème chapitre n’a pas sa place dans ce livre. Il est très culpabilisant et rempli de verbiage psychanalytique parfaitement superflu. Ce chapitre où l’auteur associe la notion de rumination à celle de plaisir et qui, parfois, contredit ce que l’on peut lire dans d’autres chapitres, est tout-à-fait dispensable. A tel point qu’on le croirait rajouté à la va-vite pour s’éviter les foudres de l’intelligentsia psychanalytique.

      • Tartine dit :

        Je ne suis pas d’accord. En tant que peut-être zèbre (la quasi totalité de ma famille l’est mais je n’ai jamais fait de test), je peux assurer que l’on peut trouver un côté rassurant à la souffrance. Parfois on la crée même volontairement pour garder une habitude rassurante. Je n’irai pas jusqu’à parler de plaisir dans la souffrance, mais de la même façon qu’un autiste à besoin de ses habitudes, la souffrance peut en être une qui rassure.

        PS: je n’avoue tout ceci que cachée derrière mon pseudo et à grand peine. Il m’a fallu lire beaucoup de choses pour faire ce travail sur moi et convenir que je crée ma propre souffrance.

  12. Catherine dit :

    Bonjour,
    Début d’année très compliqué et vraiment chaotique (autant le boulot que couple)…et un résultat qui est tombé lundi dernier (après 2 années de profondes réflexions)…situation surréaliste….par ou commencer, par ou continuer…comment savoir quelles décisions sont à prendre pour boulot, couple,…j’habite Bruxelles. Je suis votre site depuis quelques temps car j’ai mon filleul qui est HP. Vraiment, par ou commencer???? Est-ce vraiment à cause de moi que mes boulots foirent? Est-ce uniquement à cause de moi qu’il existe des tensions à la maison? Comment faire la part des choses….le livre est une première piste « théorique »….comment arrêter mes pensées et prendre les choses concrètement en main, sans émotions?
    Merci. Une « jeune » fille perdue. (37 ans)

  13. bob dit :

    un livre bâclé
    a eviter

    • Nathalie dit :

      As-tu un meilleur livre à conseiller Bob ?

      • A. Zebrounet dit :

        Je conseille celui-ci, de Fabrice Bak -> http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2013/11/02/la-precocite-dans-tous-ses-etats/ (mais à destination des gens déjà très connaisseurs de la douance :up: ).

        Sinon, je vous conseille cette page -> http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2013/12/16/quels-livres-sur-le-surdouement-pour-quel-public/ :)

        Alexandra

  14. Nathalie dit :

    Bonjour et merci Alexandra. J’ai très envie de le lire.
    Mon parcours est particulier car c’est après trois années de thérapie pour dépression et de lectures personnelles que je reconnais être HPE-HPI. Ma psy clinicienne ne connait pas ce sujet.
    La thérapie est elle différente ? La douance est elle un paramètre important à prendre en compte ?
    Toujours est-il que j’ai retrouvé confiance.
    Félicitations pour vos commentaires sur tous ces ouvrages.



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article