Le homeschooling au collège, avec 3 ans d’avance

Le homeschooling au collège, avec 3 ans d'avanceSi vous êtes un habitué des Tribulations, vous savez que cette année le zébrillon est en homeschooling (scolarisation à domicile) ;)

 

Il réalise sa classe de 3ème, avec 3 sauts de classe (CP, CM1 & 4ème), en étant inscrit au CNED :up:

 

Pour les autres, je viens d'en rappeler les grandes lignes, mais les séances de rattrapage sont à retrouver par là pour celles & ceux qui le veulent (dans l'ordre chronologique) :

 

- Bilan de fin de 5ème, quand 2 années d’avance se transforment en…

 

- Cette année le « back to school » sera un « back to homeschool » pour le zébrillon (en 2 parties)

 

 

Vous avez été très nombreux à me demander des nouvelles ces dernières semaines, depuis le dernier billet qui en traitait, mais j'ai été fort occupée sur un projet dont vous entendrez parler dans les prochains mois :)

 

Alors voilà le tant attendu billet de news :roll:

 

Hum... par où commencer ?

 

♦ Côté organisation
J'avais construit un emploi du temps, calqué sur ceux ordinaires de classes de 3èmes, & basé sur un principe simple : une heure = une séance du CNED.

 

Il faut savoir que les cours du CNED sont divisés en 12 grandes séquences, qui - pour les matières principles - se soldent par un devoir à rendre en fin de séquence (& pour les matières secondaires, le rendu des devoirs se fait au rythme d'un toutes les 2 séquences).
Ces séquences sont elles-mêmes divisées en séances de travail :!:

 

Mais nous avons très vite pris la mesure de la difficulté à suivre ce planning à la lettre. Pourquoi ? Car dans la plupart des matières, le zebrounet avance bien plus vite que ce fameux "un heure / une séance"...

 

Ce qui a un brin mis le souk dans mon organisation bien carrée :-P

 

Il a par conséquent fallu s'adapter, & assouplir les règles pour en pas aller trop vite & respecter le calendrier de progression.

 

Bien sûr, tout est fonction des besoins & des possibilités de chacun, c'est ce qui est plaisant avec l'IEF (l'Instruction En Famille). On est libre de s'organiser de façon à ce que cela soit le plus efficace & confortable possible :-D

 

Ce qui laisse tout de même pas mal de temps pour les loisirs ! Et qui dit loisirs, dans le monde du jeune zèbre, dit informatique, gaming & univers Star Wars :up:

 

Le homeschooling au collège, avec 3 ans d'avance

 

Cette image de gamer au passage de la nouvelle année (trouvée par le z'homme sur le Net) m'a d'ailleurs fait hurler de rire !!!

 

Je ne sais pas vous, mais ici, ça nous parle LOL

 

Pour revenir à l'organisation, je me doutais qu'un planning aussi rempli qu'un temps passé au collège ne serait pas forcément adapté, puisqu'il faut enlever, quand l'enfant travaille à la maison sur des cours du CNED :
- le temps de déplacement, d'installation de toute la classe (l'enfant n'a qu'à se poser sur sa chaise, & le voilà prêt à démarrer)
- le temps de prise de note des cours (les cours sont entièrement rédigés sur fascicules)
- le temps d'attente entre chaque exercice, transition, etc. (l'enfant avance à son rythme, sans besoin de patienter en attendant les camarades)

 

Le temps de travail est largement plus efficace, c'est incontestable :up:

 

Je me souviens, durant ma propre scolarité, du nombre de fois où j'ai estimé dans ma tête le temps perdu au collège ou au lycée. J'avais constamment le sentiment de pédaler dans le vide, de faire du surplace. Attendant les autres dans un ennui aussi mortel que silencieux, parce qu'il fallait de toutes façons se plier à ces rituels absurdes à mes yeux.

 

Le temps de travail effectif représentait pour moi quelque chose comme 15 minutes par heure de cours, le reste étant d'interminables rappels à l'ordre des enseignants (destinés à d'autres), des changements de classes bruyants & lents, des récréations sans intérêt, des explications répétées 10 fois, etc. :(

 

Or, je ne crois pas que cela ait changé en une 20aine d'années. Le zébrillon m'ayant confié s'être souvent dit la même chose...

 

 

♦ Côté administration
Comme je vous en avais parlé, le homeschooling doit faire en France l'objet de 2 déclarations. La première auprès du DASEN de l'académie, la seconde auprès du maire de la commune de résidence.

 

Et donc, cette double déclaration est suivie d'une enquête de la mairie. Dès la première année d'IEF, puis tous les 2 ans (si poursuite de cette scolarisation à domicile).

 

Article L.131-10 du Code de l’éducation, modifié par la loi du 07 mars 2007

« Les enfants soumis à l’obligation scolaire qui reçoivent l’instruction dans leur famille, y compris dans le cadre d’une inscription dans un établissement d’enseignement à distance, sont dès la première année, & tous les deux ans, l’objet d’une enquête de la mairie compétente, uniquement aux fins d’établir quelles sont les raisons alléguées par les personnes responsables, & s’il leur est donné une instruction dans la mesure compatible avec leur état de santé & les conditions de vie de la famille. Le résultat de cette enquête est communiqué à l’autorité de l’Etat compétente en matière d’éducation.

Lorsque l’enquête n’a pas été effectuée, elle est diligentée par le représentant de l’Etat dans le département ».

 

 

Cette enquête relève de la responsabilité du maire de la commune où vit l'enfant, comme le détaille la circulaire n°2011-238 du 26 décembre 2011 relative à l'instruction dans la famille, section II L'instruction dans la famille est un choix de la famille > paragraphe 2. Enquête du maire :)

 

Nous avons donc reçu la visite du maire de notre village, qui devait remplir ce formulaire d'enquête :!:

 

En quoi cela consiste-t-il exactement ? Il s'agit de s'assurer des conditions de vie & de travail de l'enfant (où étudie-t-il dans la maison par exemple, est-il ou non inscrit à un organisme de cours à distance), des compétences du ou des adultes qui l'accompagne(nt), des raisons pour lesquelles l'IEF a été retenue (parcours propre de l'enfant), du projet de la famille (durée de l'IEF).

 

Bref rien de très extraordinaire, & une volonté qui peut sembler plutôt louable & légitime de l'État de vouloir vérifier que l'enfant n'est finalement pas soustrait à une vie scolaire classique par la volonté de parents enrôlés dans des mouvements inquiétants ou malsains.

 

Seul bémol que je mettrais personnellement sur le fond de la question : jamais ce type "d'enquête" n'est menée auprès des familles qui scolarisent leur(s) enfant(s) classiquement. Est-ce pour autant un gage d'équilibre & de bien-être de l'enfant ?
Bien évidemment pas.

 

De même que des familles extrémistes, ou pas nettes de quelque manière que ce soit, peuvent tout à fait scolariser leurs enfants & demeurer particulièrement toxiques, malgré cette vie scolaire dans les normes. Ou bien considèrerait-on, dans les académies, que ce seul contact avec un enseignant suffise à contrebalancer les effets néfastes d'un cadre familial dégradé ?

 

Dommage que l'IEF soit finalement perçu, via ce type de traitements spécifiques, comme une forme de mise en danger potentielle d'un enfant par ses parents...

 

Bon ceci dit, tout s'est très bien passé pour nous & le maire de notre commune (où nous vivons depuis plus de 10 ans, & que je ne connaissais pas) était absolument charmant, bienveillant & vraiment très agréable :up:

 

Toujours côté administration, j'ai finalement pu récupérer le dossier scolaire de mon garçon !

 

Et si je dis "finalement", c'est parce que ce fut très très long, & qu'il m'a fallu insister pour l'obtenir :-?

 

Je l'avais demandé fin juin au dernier collège où le loustic était scolarisé l'an passé, lorsque j'ai informé de la scolarisation via le CNED à la rentrée suivante, & avais eu pour réponse de la part de la principale :

 

Nous allons vérifier auprès de l'académie si le dossier scolaire, dans le cas de l'IEF, revient effectivement à la famille & nous vous l'enverrons par La Poste durant l'été...

 

 

Bien sûr, rien durant l'été, pas plus de dossier scolaire expédié à la rentrée. J'ai donc relancé, plusieurs fois (par courrier, par téléphone), jusqu'au jour où on m'a appelée pour que je passe au collège (qui entre temps avait changé de direction) le récupérer.

 

Car il faut savoir que le dossier scolaire ne s'envoie jamais aux familles par courrier, comme me l'avait assuré la principale (d'autant qu'un dossier scolaire de collégien qui a toujours été scolarisé classiquement est tout de même épais) mais est à retirer en personne par les parents ou responsables légaux, en signant une décharge :)

 

Dossier qui est personnel, qui sera exigé lorsque l'enfant sera de nouveau scolarisé, & qui n'a absolument pas à rester dans l'enceinte d'un établissement quitté par l'élève.

 

Pourtant, certains établissements refusent tout bonnement de le rendre aux familles, ou bataillent de toutes leurs forces pour freiner cette restitution.

 

Et encore dans la rubrique administrative, l'inscription à l'examen du DNB (le Diplôme National du Brevet) a été faite par nos soins au mois de décembre. Car quand l'enfant est en homeschooling ou en privé hors contrat, c'est à la famille de se charger de son inscription à l'examen :round:

 

 

♦ Côté vécu & projet
Le zébrillon vit globalement bien ce homeschooling, mais il y voit néanmoins une poignée d'inconvénients pour être honnête.

 

Lesquels ? Celui d'être toujours aussi seul notamment. Si l'an passé avait été une année désespérante de solitude (en termes d'amitié), cette année est à ce niveau là assez similaire. Car étudier chez soi, mine de rien, ce n'est pas évident à gérer.

 

On se retrouve seul, face à ses cours, sans contact avec l'extérieur. Et même si cet "extérieur" est redoutable, incompréhensible & fait souffrir, le fait d'en être exclus est parfois compliqué à vivre :(

 

Voir sa mère non-stop toute la journée en guise de prof / camarade / encadrant / cantinière peut être lassant au fil des mois, & je comprends que certains jours soient pesants pour lui.

 

Pour moi ça l'est aussi parfois. Il a fallu m'adapter à ce nouveau mode de vie & de travail, trouver un équilibre différent. Pas évident pour une aspie de modifier des habitudes très ancrées & d'accepter de ne pas avoir - ou pas aussi librement qu'avant - des moments rien qu'à soi.

 

Avoir son enfant qui étudie à la maison place le parent dans la peau d'un enseignant, & les limites sont alors redéfinies. C'est une réalité, un élément à prendre en compte & pourtant rarement évoqué dans les écrits sur le homeschooling : il faut parvenir à gérer une relation parent / enfant qui s'en trouve quelque peu modifiée :!:

 

Et moi qui suis quelqu'un de très indépendant & solitaire, ayant l'habitude de vivre l'essentiel de la journée seule, dans le silence, j'ai aujourd'hui un loustic présent à mes côtés tous les jours, en permanence. Cela n'a probablement pas l'air d'un si gros bouleversement vu de l'extérieur, mais vécu de l'intérieur, c'est considérable.

 

Cela pourra sembler paradoxal, mais le zébrillon me dit de temps à autre être nostalgique du temps où il allait chaque jour au collège. Mais tout en ne regrettant surtout pas ce choix du homeschooling & de n'être plus confronté aux difficultés sociales qu'il éprouve face à des collégiens lambda :-|

 

Il a conscience de la chance qu'il a de pouvoir étudier à la maison après 2 années très éprouvantes, cependant il aimerait pourtant tellement être "comme tout le monde" & avoir la complicité d'une amitié.

 

Notre objectif était, lorsque nous avons opté pour l'IEF, de lui permettre de souffler une année, puis de reprendre une scolarisation ordinaire, au lycée.

 

Nous avons prochainement rendez-vous avec la proviseure d'un lycée privé, à taille humaine, pour envisager ce fameux retour en cours à la rentrée 2016. Mais je ne peux m'empêcher de redouter ce moment.

 

Celui où il faudra de nouveau essayer de s'insérer dans une classe, aller vers les autres tant bien que mal, être parmi eux tout en se sentant décalé... Comme le dit l'adage, chat échaudé craint l'eau froide.

 

Au moment où j'écris ces lignes, je n'ai aucune idée de comment tout cela pourra se faire. Je ne veux pas non plus aller trop vite, pas plus que transmettre mon anxiété à mon loustic qui, est-il besoin de le souligner, angoisse lui aussi de son côté à l'idée de ce retour dans un établissement.
Attendons déjà de voir comment se passera cet entretien au lycée...

 

Et comme nous en parlions avec le maire lors de sa visite, je pense aussi que j'aurais toute ma vie regretté de ne pas avoir levé cette option d'IEF, alors que j'en avais la possibilité logistique (en travaillant chez moi). Option qui s'est imposée avec force à la fin de la 5ème, dans de grandes souffrances psychologiques & des idées noires très présentes :oops:

 

 

♦ Côté cours & devoirs du CNED
Je trouve (& c'est là un avis qui n'engage que moi ;) Sans être enseignante, mais en ma qualité de parent ayant toujours eu un œil très attentif sur les enseignements donnés au zebrounet) que le niveau est assez inégal selon les matières.

 

Ils suivent le programme officiel, forcément, mais je suis étonnée de la forme prise par les fascicules de langues dont les consignes sont entièrement rédigées dans les langues en question. Ce qui peut être très déroutant & compliqué pour un enfant s'il doit travailler seul.

 

Et ce qui me laisse plus perplexe encore : les annales de l'épreuve d'anglais du DNB montrent bien que jamais les consignes ne sont données en anglais. Pourquoi donc les fascicules d'anglais, d'allemand, d'espagnol (& sans doute des autres langues vivantes) sont-ils rédigés de cette façon ? Mystère... 8-O

 

Exception faite de cette remarque, je trouve les cours assez bien pensés. Ils ne posent en tous cas pas de souci particulier à mon zébreau qui a bien accepté leur présentation, leur construction, leur progression.

 

En Français il a travaillé sur un texte qui lui a tant plu qu'il lui a donné envie d'acheter & de lire le recueil entier, composé d'une 20aine de nouvelles de science-fiction : "Lune de miel en enfer" de Fredric Brown :-D

 


Cliquez sur la couverture pour ouvrir
les détails de "Lune de miel en enfer"

 

 

En revanche, il me semble que les devoirs sont toujours un peu "en dessous" point de vue qualité & exigence. Mais peut-être est-ce volontaire ? C'est à dire proposer des exercices plus ardus dans le cours, afin de parer à toutes situations & de stimuler les élèves les plus chevronnés, mais rester dans un niveau "normal" dans le devoir correspondant :?:

 

Toujours est-il que l'outil permettant de rendre en ligne les copies est très pratique ! Il évite les envois par courriers, coûteux à la longue, lents puisque les devoirs transitent beaucoup avant d'arriver chez les enseignants correcteurs. MAIS (il y a un gros mais :smile: ) les délais de correction sont incroyablement longs, même en renvoyant le devoir par voie électronique :-o

 

Il ne faut pas être pressé pour être averti de l'arrivée d'une correction & d'une note. Cela se compte, sans exagérer, en semaineS (avec un "s" :roll: ) :hypno:

 

Les copies corrigées sont alors disponibles sur l'espace inscrit de l'élève, téléchargeables en PDF & les notes également dispo dans un livret récapitulatif.

 

 

♦ Côté perso

 

A presque 12 ans, le loustic entre dans la puberté. Je lui ai pris ce petit livre, vraiment très bien fait (& qui existe aussi version filles :up: ) : "Qu'est-ce qu'il m'arrive ? destiné aux garçons", par Alex Frith & Adam Larkum, paru aux éditions Usborne :smile:

 

Egalement disponible :arrow: "Qu'est-ce qu'il m'arrive ? destiné aux filles", signé Susan Meredith & Nancy Leschnikoff, toujours chez le même éditeur

 

     
Cliquez pour ouvrir          Cliquez pour ouvrir

 

 

Voici un extrait de chacun des 2 petit guides, le premier à destination des ados de la gent masculine :

 

Qu'est-ce qu'il m'arrive ? version garçons

 

 

Et de la gent féminine :

 

Qu'est-ce qu'il m'arrive ? version filles

 

 

Voilà les nouvelles neuves concernant l'année de 3ème du jeune zèbre :-D

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

27 commentaires à “Le homeschooling au collège, avec 3 ans d’avance”

  1. misse patrick dit :

    Oh merci de ces bonnes nouvelles! Je suis heureux du bilan globalemnet très positif et vous souhaite un plein succès. Courage à toute la famille et j’espère que vous trouverez un petit nid douillet au lycée à taille humaine…

    • Une autre Sylvie dit :

      Bonjour à tous,
      Merci Alexandra pour ces nouvelles. Moi aussi comme d’autres lecteurs, je les attendais.
      A l’attention de M. Misse. J’ai lu votre roman. J’ai adoré. Je voulais vous le dire. Il m’a terriblement marqué. Je passais du rire aux larmes. Il est poignant et léger à la fois. Merci pour ce bon moment de lecture.
      Bonne journée.

  2. superbes rayures dit :

    Coucou merci pour toutes ces nouvelles de vous deux et pour toutes ces explications scolaire et vos sentiments. Bon c’est plutôt positif et cette expérience vous aura fait avancer. Pour la suite pas besoin d’anticiper…..laisse venir. Bonne continuation à vous deux vous êtes supers.

  3. des dit :

    Oui merci des nouvelles, sa donne envie mais mon mari et moi travaillont a l exterieur.
    Mon fils est en cm1 ( l ecole a refusé le saut car trop de paperasse….) a les meme reflexions :la maitresse passe son temps a crié et on avance pas dans le travail.
    Il s ennuie et la maitresse dit qu ils sont en retard dans le programmee.
    D ou colere et sentiment d injustice.
    En septembre, je pense lui payer des cours cned plus poussé en anglais et math.

    • christelle dit :

      depuis quand l’école refuse sous pretexte qu’il y a trop de paperasse ! n’importe quoi , ne les écoutez pas il s’agit du bien être de votre enfant, si la directrice d’école refuse et envoyer directement un courrier à l’inspection académique, la décision d’un ou plusieurs sauts de classe et collectif et non pas du seul bon vouloir de l’institutrice. Pour mon fils il y avait la psy scolaire, la maitresse E, le médecin scolaire, l’instit qui était également la directrice, Elle ne voulait pas car elle avait programmé l’ESS le 4 juillet (en pensant etre tranquille !) quand j’ai demandé le saut de classe j’ai cru la perdre ! Et après rdv à l’IA théo est passé de CM1 à 6ème.
      En gros il a fait sa primaire en 3 ans

    • christelle dit :

      depuis quand l’école refuse sous pretexte qu’il y a trop de paperasse ! n’importe quoi , ne les écoutez pas il s’agit du bien être de votre enfant, si la directrice d’école refuse , envoyer directement un courrier à l’inspection académique, la décision d’un ou plusieurs sauts de classe et collectif et non pas du seul bon vouloir de l’institutrice. Pour mon fils il y avait la psy scolaire, la maitresse E, le médecin scolaire, l’instit qui était également la directrice, Elle ne voulait pas car elle avait programmé l’ESS le 4 juillet (en pensant etre tranquille !) quand j’ai demandé le saut de classe j’ai cru la perdre ! Et après rdv à l’IA théo est passé de CM1 à 6ème.
      En gros il a fait sa primaire en 3 ans, il a fait son collège normalement et est actuellement en seconde général dans un lycée privé à petit effectif – courage il faut souvent se battre :) patience et zenitude !

    • Rébecca dit :

      Bonjour Christelle,

      je ne comprends pas du tout l’attitude de l’école de ton enfant. Mon fils a sauté le CM1, il est cette année en CM2. Son maître a eu un échange téléphonique avec la psy qui avait préconisé le saut, il a échangé avec ses collègues qui ont tous été partants, ils ont mis le nom de mon fils dans la colonne CM2: 0 paperasse, pas le moindre document écrit, ils en ont touché 2 mots à l’IEN en lui parlant d’autre chose, il a dit qu’ils avaient bien fait, totalité du temps de gestion de l’affaire: 1 mois…
      Il faudrait que tu télécharges les textes officiels et que tu les montres à l’école parce que le bien-être de ton enfant est en jeu
      Bon courage!

    • Valérie dit :

      L’école de votre enfant peut pratiquer des sauts de classe, c’est à dire des raccourcissements de cycle sans aucune paperasse, sans l’accord d’un maître du Rased ou du psychologue scolaire.
      Dans l’école où j’enseigne, il y a au moins un élève préscolaire par classe. Il y en a déjà eu 3 dans un même niveau.

      • Bonsoir,
        Vous voulez dire que dans une école publique, c’est juste l’enseignant ou l’enseignante de l’enfant qui donne l’avis de saut de classe ? Vraiment pas besoin d’autres avis ?
        Merci pour votre réponse.

  4. Éloïse Mataguez dit :

    Bonjour,
    Merci pour ce retour sur les cours du CNED. Mon fils qui a comme le votre 3 ans d’avance va prochainement quitter les lycée pour l’IEF, et je cherchais justement des témoignages concernant le vécu CNED.
    J’ai déjà pratiqué l’école maison pour le primaire, mais pour le lycée (il est en 1ère S), c’est un nouveau défi ! J’ai aussi desco un de ses petits frères qui commence le primaire.

  5. Myriam dit :

    Merci beaucoup pour ce partage que je vais m’empresser de faire lire à mon homme quand il rentrera de déplacement.
    Bonne continuation

  6. Valérie dit :

    Merci Alexandra pour ces nouvelles. JE dois aussi dire que comme beacoup je me demandais comment vous alliez. parce que votre blog, ce ne sont pas seulement les super infos que vous donnez sur le sujet, c’est aussi vous et votre famille, on s’attache :-D

  7. coqilico dit :

    Pour l’enquête mairie, c’est pas que l’école contrebalance.
    C’est que les enseignants voient les élèves tous les jours, et si il remarque des changements de comportement, des traces de coups ou autre, il peut faire appel à des professionnels :
    Le médecin scolaire qui peut faire intervenir le serivce à l’enfance et soustraire l’enfant à sa famille si il est en danger. Mais c’est une grosse responsabilité pour l’enseignant.
    Convoquer les parents
    Il y a aussi des démarches (je ne sais plus comment) pour faire intervenir une assistante sociale.

    Bref en théorie l’école est le médium de la mairie pour s’assurer que l’enfant est en bonne santé, et dans de bonne disposition.
    Problème, certain enseignant ferme les yeux, à partir de quand intervenir, le proces d’Outraux est dans de nombreux esprits, la peur de mal faire… Bref une grosse responsabilité sur les épaules des enseignants qui ont 30 gamins à gérer au quotidien.
    Et en plus si l’enseignant intervient et qu’il y a soustraction de l’enfant, les parents savent où il travaille (-pour lui péter la gueule), et parfois même où il vit.

    Et en fin de maternelle il y a aussi la visite de la PMI, pas obligatoire en IEF, du coup, il y a des proces différent à l’école qui explique la non visite de la mairie.

  8. christelle dit :

    bonjour, je suis très contente que tout se basse relativement bien. C’est clair que ce n’est pas une aventure si banale, pour y avoir moi même pensé, mais renoncé, je ne me sentais pas capable d’avoir autant de casquettes !
    Par contre je ne comprends pas les annales d’anglais, car de mémoire il ‘y a pas de langue
    à l’examen mais seulement des maths, du français, de l’histoire géo et de l’histoire des arts, le reste est en contrôle continu. Mais cela à peut être changé depuis l’an dernier !
    bonne continuation à vous et bravo pour votre courage et votre remise en question

  9. Anna dit :

    Merci pour ces nouvelles rassurantes.
    Vous avez réussi à trouver le bon compromis et sans aucun doute la meilleure solution pour le zébrillon.
    Je souhaite que le lycée soit à l’écoute et que les inquiétudes seront dissipées (en partie au moins). :)
    En attendant bonne continuation et à bientôt pour les prochaines étapes !

  10. mlca66 dit :

    bonjour
    merci pour ces nouvelles très positives et qui doivent vous apporter à tous (n’oublions pas le reste de la famille !) plus de sérénité :-)

    vous y avez déjà pensé j’en suis sûre, mais est ce qu’une ouverture vers d’autres enfants/ados de son âge via une activité sportive/culturelle/artistique/manuelle ne lui permettrait elle pas de préparer le retour au système collectif ? et pourquoi pas se faire des copains ? ici je teste en ce moment pour mon zèbre (garçon) de 11 ans des séances de poterie cela fonctionne par 10 séances hebdomadaires et on peut commencer n’importe quand dans l’année ^^

  11. Fabienne dit :

    Heureuse d’avoir des nouvelles! Et triste que ton loulou se sente encore seul. Il y a sûrement des familles qui font l’ief vers chez vous. De part mon expérience (en 5eme année d’ief), le pourcentage d’enfants zèbres en IEF est important! Ton fils trouverait peut être un copain. Chez nous, c’est le cas, ils ont tous les deux plusieurs copains zèbres, pas besoin de beaucoup, ils sont satisfaits. Bonne suite, :)
    Fabienne

  12. Caro dit :

    Super super super! Oui, je suis contente de lire la suite des aventures du Zebrillon (et de sa maman/famille)!
    Je fais parti de celles (et ceux? ) qui demandaient des nouvelles.
    Pour l’apprentissage, tout semble bien se dérouler, d’ailleurs je me demandais à ce sujet (et peut être que la réponse est dans « assouplir les règles prévues »): le loustic arrive à accepter un rythme de vie « normal » (je n’aime pas ce mot), à se coucher à des heures similaires de celles des enfants qui vont à l’école? Arrive t-il toujours si bien à se mettre au travail?
    J’imagine le mien, qui en grand négociateur, gratterai sur l’heure du coucher ou le temps de travail…
    Bref!
    Un grand merci pour votre sincérité et tout ce partage très personnel. :)
    Bonne continuation!

    • Solios dit :

      Pour zebrillon je ne sais pas mais mon onze ans à son emploi du temps bien détaille avec ses cours , ce qu’il doit y faire ( expos , documentaires, etc…) son heure de lever , repas et douche…. N’oublions pas qu’on parle d’un ado. C’est cadre et cela le rassure donc il suit bien les documentaires et les films débordent souvent sur l’heure suivante, le matin il ta souvent un peu de retard à l’allumage mais en contrepartie il prolonge souvent aussi quand le thème lui plait.
      Il n’est qu’en Sixieme ( je pense qu’il aurait fallu qu’on pose une bombe a l’école pour réussir a obtenir un saut de classe) donc c’est facile.
      En anglais les questions sont en anglais et traduite en français à côté.

  13. patinage dit :

    Bonjour ! Merci pour ce témoignage. Comme nous pratiquons le CNED depuis qu’elle a 5 ans et que ma fille a 8 ans à présent, cela est sans doute plus facile qu’avec un adolescent. Par contre, contrairement à votre fils, elle a des activités de loisirs avec des amis de son âge chaque semaine : échecs, natation, patinage sur glace, théâtre-cinéma et violon. Elle participe aux camps de jour également à chaque période de vacances scolaires et est en garderie du soir avec des enfants de 6 à 12 ans. Elle termine actuellement son CM2 et rentre donc cette année au Collège français par le CNED (nous vivons au canada depuis 3 ans). Je vous souhaite de trouver une organisation qui vous convienne à tous les deux rapidement. Au plaisir.

    • A. Zebrounet dit :

      Je précise que le zébrillon a (cette année, comme toutes les précédentes) des activités sportives & culturelles en dehors de la maison ;)
      Mais cela ne change rien au sentiment d’isolement sur le plan scolaire !

      Je parle bien de l’impression, lors des périodes de cours, de ne voir que moi, sous différentes casquettes :)
      Et non « ds l’absolu »…

  14. Hélène dit :

    Bien contente d’avoir des nouvelles!
    Ce ne serait pas envisageable, une fois par semaine, de retrouver d’autres enfants en home schooling pour un projet commun? une ouverture, une continuité du programme à proposer aux autres? (film, livre, etc…)

  15. Vrancg dit :

    Merci pour les nouvelles.
    Et tant qu’on y est : meilleurs vœux à toute votre famille ainsi qu’aux lecteurs!
    Vrancg

  16. Calade dit :

    Pour celle qui se posait la question, quand on passe le Brevet en candidat libre (ce qui est le cas via le CNED), il faut passer toutes les matières à l’écrit.

    C’est un bilan positif ! Mais ça doit être effectivement très particulier d’être ensemble 24h/24!

    Ici nouvelle aventure avec un glissement du CM1 au CM2 lors des dernières vacances… (je ne sais pas comment je peux apporter notre témoignage dans la catégorie « Glissement »)
    Je suis épatée avec quelle facilité il est passé d’un niveau à l’autre… Et me pose donc la question de « ce seul saut sera-t-il suffisant jusqu’au lycée pour assouvir sa soif de connaissances et pour apaiser sa relation avec l’école ? »

  17. famille à rayures dit :

    De bonnes nouvelles quand même! Malgré les doutes il est mieux à la maison car il vaut mieux qu’il bénéficie d’une année de sérénité loin de toute méchanceté mesquinerie et jalousie. Il ne faut pas qu’il en doute car ce qu’il a vécu jusqu’à maintenant n’aurait pas changé. Je ne me souviens pas bien mais il me semblait qu’il faisait quelques activités à l’extérieur n’y a t il pas eu la chance de croiser des enfants sympas? parfois je me demande si un retour aux classes garcons et filles séparés au college n’aiderait pas les enfants à grzndit plus en harmonie avec eux memes et avec les autres!!! Bonne continuation et bon choix pour cette année!!!!

  18. jo dit :

    Bonjour,
    pour une autre ouverture d’esprit à l’école…alternative

    Nous avons réussi a ouvrir une école associative (Calendreta ribeirona, groupe calandrete promouvant l’enseignement en occitan, pédagogie freinet/oury) en 2015,
    12 élèves inscrits de 3 à 10 ans, une maitresse, une aide, et depuis peu une jeune en service civique.
    Et pouvoir avancer à son rythme dans chaque matière quelque soit sa « classe » d’âge est une des qualité de cette structure.
    L’autonomie dans les tâches
    Le respect de vie dans un groupe par la responsabilisation

    La joie de ma fille qui me dit qu’on va être en retard à l’école alors que pour d’autres activités elle a toujours 50 trucs à faire avant de partir (faut pas oublier de coucher les poupées, faire un dessin pour maman, réaliser un poisson en pâte à modeler…

    C’est vrai que les structures de ce genre concernent surtout la maternelle ou l

  19. Pic Pique dit :

    Bonjour,

    Ici on fait l’IEF depuis toujours, en chemin on a découvert que nos loulous étaient zèbres.

    Pour ce sentiment de solitude ne peut-il être pallier en pratiquant des activités extra-scolaire ou en rencontrant d’autres familles IEF. Je ne sais pas où vous habitez mais il y a de plus en plus de parents qui se retrouvent et organisent des visites, ateliers via des forums/groupes IEF d’une région. Il y a aussi me semble t-il un groupe destiné aux ados en IEF.

    Planifier en IEF, avec un zèbre encore en plus ! Héhé pas possible du tout ! Il adore il fonce et fait trois fois plus que ce qui est attendu, ça ne lui plait pas il freine des deux pieds et on se retrouve vite avec des niveaux très hétérogènes selon les matières, sujets ! Encore plus pour nous qui n’utilisons pas de CPC mais juste des supports variés. Mais c’est cela que j’adore avec l’IEF à la carte, l’enfant est libre dans ces apprentissages et en tant qu’accompagnant nous devons nous renouveler sans cesse. Ici la petite nouveauté de la rentrée pour ma presque 9 ans : faire des maths en anglais. Elle adore, elle préfère même cela aux maths en français ! Elle avait déjà 2 à 3 ans d’avance cela a permis d’intégrer un nouveau challenge et de faire aussi du 2 en 1.

    Comme dit plus haut je ne me vois pas comme « maîtresse », « enseignante » de mes enfants, mais comme accompagnante et pourtant c’était mon métier. J’essaye dans la mesure du possible de les laisser en autonomie, ma plus grande travaille ce qu’elle veut, dans l’ordre qu’elle veut, je suis là si elle a besoin, N’ayant jamais connu une situation de déscolarisation et ayant toujours vécu en situation d’iEF il est vrai que cela me parait finalement assez étrange de se dire que c’est une situation qui peut poser problème, comme quand les gens me disent « ah je ne sais pas comment vous faîte pour les avoir toute la journée avec vous ! »

    Pour les temps à soi, c’est quelque chose de très important, il faut que cela soit clair entre vous, fixer une plage horaire où chacun fait ce qu’il lui plait et ne doit pas déranger l’autre. Avoir du temps pour soi, à soi c’est la clé pour que tout le monde soit épanouie.

    En gros c’est un rythme, une place que chacun doit trouver pour se sentir libre et heureux dans cette situation d’IEF,

    Je suis sure que votre IEF va encore évoluer. je ne sais pas si vous continuerez l’année prochaine vu que cela n’a pas l’air dans vos plans mais si vous faîtes une 2ème année cela sera différent de la précédente.

    A voir la suite de vos aventures dans un prochain article !



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Répondre à Solios