L’heure du bilan de l’année de 2nde pour le ̶z̶é̶b̶r̶i̶l̶l̶o̶n̶ zébr’aspie :)

Cela faisait un petit bout de temps que je n'avais pas posté de billet pour vous donner des nouvelles du zébrillon...

 

Vous avez été nombreux à m'en réclamer.
Alors voilà ! ;)

 

Par où commencer ? Peut-être par le fait qu'il n'est plus tout à fait ce que l'on pourrait appeler un "petit" zèbre du haut de son mètre 75, campé dans ses tongs taille 46 :roll:

 

Je précise qu'il a toujours été grand (très au dessus de la moyenne de la courbe de croissance "garçons" du carnet de santé, si tant est que ce soit une réelle référence... ce dont personnellement je doute parce qu'il me semble que la génération actuelle est plutôt grande & que les carnets de santé n'ont pas nécessairement revu leurs chiffres). Mais aujourd'hui - nouveauté - il est devenu le plus grand de la maison, dépassant désormais son pôpa :)

 

 

Le jeune zébr'aspie a donc 13 ans, & il est toujours aussi fan de Star Wars & des avions :smile:

 

Il ne sait toujours pas faire ses lacets ; mais on s'en fout ! ;)
Comme je l'avais exprimé dans cette interview sur Vivre FM, cela n'a rien d'un drame de notre point de vue. Il fera l'acquisition de cette "compétence" (toute relative) quand du côté praxique il sera prêt & qu'il en manifestera la volonté, tout simplement.

 

Outre l'allongement en hauteur, il y a eu également d'autres changements. Si vous suivez le blog attentivement vous le savez déjà, il avait repris le chemin du lycée à son entrée en 2nde. Et ce, après un an de HomeSchooling avec le CNED pour effectuer sa classe de 3ème, avec 3 ans d'avance (sauts du CP, du CM1 & de la 4ème).

 

C'est lui qui avait choisi de faire sa 2nde au lycée. Il lui en avait fallu du courage pour reprendre le chemin de l'école, après les deux premières années de collège très douloureuses. Pour ceux qui n'auraient pas suivi, vous pourrez vous rattraper par ici :-P

 

Au lycée, plus aucun souci au niveau des relations avec les autres ! Aucune moquerie, aucune tension ou bousculade (verbale ou physique). Le loustic a pu dire très librement qu'il avait 12 ans à cette époque là sans subir la moindre brimade.
Il s'était senti en confiance dès la matinée d'intégration, & ça c'était fabuleux :!:

 

Il avait d'ailleurs trouvé un petit groupe de trois camarades un peu décalés eux aussi, à leur manière (l'un avec AVS plus ordinateur, les deux autres avec respectivement un & deux ans d'avance). Trois petits gars sympathiques parmi lesquels il se sentait à l'aise. Deux d'entre eux étaient dans sa classe, dont celui avec l'AVS. Les trois garçons & l'AVS formaient ainsi un petit îlot parmi les autres élèves.

 

Ils n'avaient aucune relation en dehors du lycée (sans que ça ne gêne mon zébreau), & ça lui suffisait amplement. Les relations sociales - même lorsqu'elles se passent bien - restent grandement énergivores.

 

Cependant la reprise après les vacances de Noël fut très compliquée pour lui (j'avais évoqué la chose par là).
La fatigue qui découlait des journées passées au lycée, dans le bruit perpétuel d'une classe de 35, était tellement importante qu'il s'écroulait de plus en plus souvent de sommeil, dès qu'il revenait à la maison à 17h30 :(

 

Le besoin de se reposer, de s'isoler de ces sons agressifs continus qui lui arrivent sans filtre, prenait des proportions incroyables. Jusqu'au jour où il n'a plus réussi à faire face.

 

Le maximum avait été fait pour alléger autant que possible les journées. Pas de cantine, pas de stress annexe. Mais il souffrait véritablement. Ses difficultés sensitives & sensorielles étaient telles que l'épuisement qu'elles entrainaient était extrême. Et nous le voyions son père & moi sombrer dans une routine qui n'était pas vivable.

 

S'endormir en fin d'après-midi pour ne se relever que le lendemain matin à 07h00 & se préparer à retourner au lycée. Voilà à quoi étaient réduites ses journées.

 

Nous avons enchaîné en ce mois de janvier plusieurs visites chez le médecin pour investiguer d'éventuelles carences, ou autre problème qui provoquerait cette exténuation. Sans résultat.

 

En mars dernier, pour la sortie de mon livre "Asperger & fière de l'être", j'écrivais un article pour le magazine Féminin Bio dans un dossier consacré à l'autisme. Papier dont voici un extrait :

 

Être parent d’un adolescent n’est pas évident, mais les difficultés d’une famille atypique, située sur le spectre autistique, ne sont pas celles rencontrées par une famille standard.
À l’âge où la plupart des ados sont en quête d’autonomie, ne jurent que par les réseaux sociaux et les expériences amoureuses, chez nous aucun intérêt porté au smartphone, aux sorties ou aux vêtements à la mode.

[...] Pourtant l’entrée dans cette phase transitionnelle qu’est l’adolescence complexifie le quotidien.

L’hypervigilance aux stimuli externes est décuplée, les codes sociaux, encore peu accessibles (ils seront appris à force d’efforts constants tout au long de la vie, comme on apprend une langue étrangère), rendent les échanges avec les autres anxiogènes et douloureux. Au point de faire sourdre une dépression, aussi insidieuse que destructrice, engendrant épuisement sensoriel et lassitude physique.

Il faut être en mesure de consoler, de temporiser. Surtout durant la délicate période du collège. Les prédateurs sont nombreux et l’ado aspie est une cible idéale en se tenant à l’écart des groupes, en ne saisissant pas le second degré, en étant réfractaire à toute nouveauté là où les camarades sont en recherche de sensations fortes.

Les soucis relationnels s’apaisent au lycée, qui valorise l’unicité ; mais parfois les épreuves vécues au collège laissent des cicatrices.

 

 

Après plus d'un semestre passé dans cette fatigue croissante, il a souhaité reprendre une scolarité par le CNED.
Il est évidemment compliqué, pour ne pas dire impossible, de demander aux 34 autres élèves bavards, à l'enseignant(e) qui parle pour faire son cours (avec parfois une voie forte &/ou stridente...), à l'AVS présente pour aider celui qu'elle a en charge de garder le silence & ne plus faire aucun bruit quand le trop plein est atteint côté zébr'aspie :(

 

C'est à lui de faire avec le fonctionnement normal de la classe, & non l'inverse. Mais il n'y parvenait plus tant il se sentait oppressé à mesure que les semaines filaient.

 

Nous avions RDV avec le chef d’établissement pour présenter le problème. Lui-même parent de 2 jeunes adultes HPI, il a été EXTRÊMEMENT bienveillant (plus que tous ceux que nous avions pu croiser jusqu'à ce jour dans la scolarité du loustic) & a proposé différentes options.

 

A bout de souffle, notre garçon ne voulait plus qu'une chose : se mettre en retrait de ce qui l'agressait insidieusement. Il n'a pas voulu de mi-temps en classe / mi-temps à la maison, ou de cours à la carte. Ce qui lui importait c'était de retrouver un quotidien serein.

 

Le seul aménagement sur lequel il a sauté avec entrain fut l'offre de poursuivre au lycée la préparation du BIA (le Brevet d'Initiation Aéronautique, dont je vous parlais dans ce billet). Ce qui lui permettrait de rester en lien avec l'établissement comme avec les camarades qu'il aimait bien :up:

 

 

 

Pour rester dans la sphère du BIA, ceux qui suivent mon compte Instagram ont pu avoir quelques photos de l'avancement de sa formation, entre vols aux commandes, journées de stage & parrainage :-D

 

D'ailleurs à ce propos, quelques-uns se sont étonnés de photos avec le visage du loustic alors que jusque là je n'en postais jamais. C'est vrai, & pour cause : il a 13 ans révolus ;)

 

Les dispositions de la COPPA, c'est à dire la loi Children's Online Privacy Protection Act qui vise à protéger la vie privée des moins de 13 ans sur le net, primaient à mes yeux. Ce sont elles qui font que les mineurs de 13 ans ne peuvent légalement pas ouvrir de compte sur les réseaux sociaux par exemple.

 

Lorsque j'ai démarré ce blog, il en avait 4... & le temps passe. De la même manière qu'il a souhaité reprendre son prénom dans le livre Les tribulations d'un petit zèbre : Épisodes de vie d'une famille à haut potentiel intellectuel, il n'a plus voulu apparaître "caché" sur les photos partagées dès lors qu'il avait franchi le seuil des 13 ans.

 

Ce qui tombait à pic avec la diffusion du reportage de l'émission 36,9°C sur la RTS en Suisse.
Le voici lors du tournage, avec le journaliste Christophe Ungar :

 

 

 

L'année s'est donc poursuivie de cette manière sur le second semestre : CNED pour les cours & préparation du BIA au lycée & à l'aérodrome, & il en fut très heureux.

 

Il a passé les épreuves de l'examen mercredi dernier parmi une foule d'autres jeunes (j'étais très étonnée qu'ils soient si nombreux pour notre seul département, je m'attendais à un comité bien plus restreint). Nous avions d'ailleurs embarqué avec nous le copain de classe accompagné de son AVS, qui lui aussi passait le BIA.

 

Et mon zébr'aspie n'attend maintenant qu'une chose avec impatience : pouvoir préparer le BB (le Brevet de Base), à passer à partir de 15 ans. Il permet de voler seul dans un rayon de 30 km autour de l'aérodrome de départ :)

 

En attendant, & alors qu'il n'a jamais été une grand fan de l'univers de J.K. Rowling, il a découvert les audio livres de Harry Potter (les premiers tomes ont été enregistrés par Bernard Giraudeau, & il faut reconnaître que sa voix & son ton sont vraiment très agréables). Et depuis il engloutit les volumes de cette saga qu'il redécouvre totalement :hearts:

 


Cliquez pour ouvrir l'audio livre de
"Harry Potter à l'École des Sorciers"

 

 

L'écoute des aventures du jeune sorcier l'occupe pas mal ces temps-ci, tout comme la remise en eau de la piscine chez nous après hivernage & toujours, évidemment, ses rêves de pilotage.

 

En plus des 2 vols avec instructeur pour la formation pratique dans le cadre du BIA, il en a déjà effectué plusieurs autres aux côtés de son parrain à l'aéroclub. Ce qui le comble de bonheur à chaque sortie.
Et entre 2 douceurs de ce type, il y a eu nombre de choses fun pour une jeune personne de cet âge suite à la sortie de mes livres. Comme la visite de grandes radios sur Paris (il adoooore les régies des studios), la rencontre avec des personnalités, comme avec des lecteurs qui avaient aussi le sentiment de le connaître. Il m'a souvent accompagnée ces mois derniers & a pu se rendre compte que d'autres vivaient aussi ce qu'il avait traversé.

 

Et puis il y a évidemment toujours les jeux vidéo & surtout, les simulateurs de vol !!! Ce qui a du reste fait naître une nouvelle passion : le bricolage de PC. Il a pimpé son PC gamer, & sur sa lancée, entièrement refait l'ordinateur de son père (qui se retrouve avec une usine à gaz sans n'avoir rien demandé LOL ).

 

Voilà où nous en sommes en ce 1er juin 2017.
On ne va pas se mentir, pour ma part j’étais plutôt très déçue que tous ses efforts pour revenir à une scolarité ordinaire soient anéantis. Je sais combien il lui avait fallu de courage pour vaincre ses craintes.

 

Cela étant dit, pour l'avoir moi-même vécu & subi en essayant de trouver à l'époque du lycée une solution par mes propres moyens, je suis également bien placée pour savoir combien ce genre de gêne peut être difficile à vivre, profondément :-o

 

 

Ce mode de fonctionnement est à ce jour celui qui a sa faveur. Les circonstances de cette nouvelle scolarisation à domicile sont vraiment très différentes de celles qui nous avaient amenés à opter pour un break en IEF en fin de 5ème.

 

Tout est apaisé aujourd’hui, il n'est pas question d'un sauvetage mais d'un choix éclairé. Ce qui change tout.

 

Il n'a pas envie de retourner physiquement au lycée l'an prochain pour son année de 1ère, & se trouve bien ainsi. Après tout, il faut pouvoir l'entendre.

 

Le rôle de parent est de veiller au bien être de l'enfant, pas de le faire entrer au chausse-pied dans un moule de normalité. Et si c'est ce qui lui convient le mieux, après avoir essayé différents schémas, soit :round:

 

 


 

Les Tribulations d'un Petit Zèbre, le livre du blog !

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

29 commentaires à “L’heure du bilan de l’année de 2nde pour le ̶z̶é̶b̶r̶i̶l̶l̶o̶n̶ zébr’aspie :)”

  1. Patricia pinel dit :

    Ah la la ! On devient sage à force de contourner ou résoudre les difficultés ! On apprend à prendre un minimum de distance avec les’autres, et on apprend à s’écouter, ce qu’on avait desappris par notre education.
    Et on les trouve les solutions ! Celles qui nous conviennent à nous et à personne d’autre.
    Elle est là, la clé

  2. Isa LISE dit :

    Bravo de l’entendre ainsi ! Et bon retour dans le monde sans école physique!

  3. Bruno DARCET dit :

    Bonjour Alexandra,

    j’ai eu l’occasion de vous croiser dans les conf’ AFEP (de loin, histoire de ne pas ajouter de stress)… cette petite famille est bien sympathique :-)

    merci de ce témoignage qui balance au mieux entre respect de la vie privée et exposition à vues pédagogiques : pas facile !

    Ca fait du bien de lire que des HP / ASPIE peuvent trouver un chemin qui leur convient voire une forme de sérénité : ça change des sites/blogs ne relatant que la douleur (qui existe et est bien réelle mais il y a toujours un chemin praticable pour se sentir mieux).

    amitiés :)

  4. KaRimelo dit :

    Le plus important est qu’il puisse continuer à apprendre et avancer. Nous savons tous que le système scolaire n’est adapté qu’à une majorité et qu’il faut le rendre plus malléable si on veut que celui ci puisse accueillir dans les meilleures conditions tous les enfants :)

    Bon courage

  5. Esmeralda dit :

    Est-ce que votre fils fait aussi partie de la communauté Aspie, il n’a que quelques caractéristiques ?
    Quoiqu’il en soit, c’est toujours un plaisir d’avoir de ses nouvelles, et encore plus de savoir que vous avez trouvé une formule qui lui convienne. Cela fait plusieurs mois que je suis le blog et que je lis des articles plus anciens. J’ai également lu votre premier livre, que j’avais trouvé profondément touchant et authentique, et je compte bien lire « Asperger et fière de l’être » très bientôt.

    Bonne continuation et bon courage à toute la famille !

  6. anne-hélène dit :

    Wow, je suis toute remplie d’émotions diverses et variées… Sans même savoir pourquoi… Bravo à la maman et au papa d’être aussi près des besoins de votre enfant. C’est ce que je m’acharne à faire moi aussi. J’ai eu l’occasion d’agrémenter certains échanges (polis et constructifs) avec des enseignants (de primaire à notre niveau) de liens vers ce site. Cela aide vraiment à se faire comprendre.. :) Merci!

  7. Valérie dit :

    Cela fait toujours plaisir d’avoir des nouvelles :-D et je trouve qu’il se dégage une belle sérénité de ce papier, Je pense que bien accompagés et écoutés il y a une certaine facilité qui vient avec les années – cela donne du courage.
    Par contre j’ai une question qui en soit est absolument triviale et dont la réponsque quelque part ne me regarde pas mais la voilà tout de même: je suis votre blog depuis des années et j’étais toujours absolument certaine que votre fils n’était pas aspie… pour me rassurer sur ma mémoire je viens de relire le première paragraphe de la rubrique « pourquoi ce blog » sur les autres tribulations et cela y est écrit :?: noir sur blanc. La question a une certaine dimension personnelle: est-ce que je peux être certaine pendant des années que mon enfant n’a pas une certaine caractéristique – en sachant de quoi je parle car je l’ai – et de découvrir plus tard que si ?

    de toute façon merci pour votre blog :-)

    • Oui, j’ai lgts cru qu’il n’était « que » THPI, jusqu’à une prise de conscience à son entrée au collège :up:
      Je développe tout cela dans mon 2ème livre :arrow: http://amzn.to/2regjy6

      Mais l’attente pour un diagnostic peut être (très) longue, même pour les enfants (3 ans pour moi, 2 pour lui !). Ainsi, dans l’attente d’une validation ou non de cette intuition, j’avais d’ailleurs modifié la page d’accueil des Tribulations en ces termes :

      • le zébrillon (vous l’aurez compris, c’est un nom d’emprunt ;) ). Garçon THQI, aujourd’hui âgé de 11 ans, sans troubles associés (mais avec, a minima, des traits autistiques) ; il est collégien avec 3 sauts de classe (en 3ème cette année)

      A minima… puis le diagnostic est arrivé ;)
      J’évoque aussi dans le livre ma vision de la relation entre douance & syndrome d’Asperger :up:

      Alexandra

      • Valérie dit :

        Merci pour votre réponse Alexandra
        Votre deuxième livre est sur ma liste mais pas encore commandé :)
        Tout de bon !

        Valérie

  8. Zazaa dit :

    Quelle orientation en première ? Ici, fin d’année de seconde très difficile aussi, avec une grosse perte de motivation en février/mars. On n’a pas encore basculé sur le CNED, mais on y pense…

    • 1ère S :)
      J’espère de tt cœur que la motivation va revenir chez vous :bigheart:

      Alexandra

      • Zazaa dit :

        Dans son lycée, beaucoup d’EIP visant S se retrouvent en STL (Science et Technologie de Laboratoire). Ils y décrivent une ambiance « cool » (ils sont moins nombreux). Il y a pas mal de TP ce qui réduit l’ennui et les questions du type « pourquoi je vais au lycée, je peux apprendre ça à la maison ? ». En revanche, la formation est moins théorique et il faut avoir un super dossier pour espérer accéder à certaines formations post-bac…

  9. Rainbow dit :

    Chez nous on prépare le brevet des collèges, la grosse difficulté étant le manque de méthode et de travail en règle générale de notre zèbre :evil: . L’adolescence c’est vrai que ce n’est pas facile :-x c’est même rien de le dire ! :hypno: Les moyennes sont toujours bonnes et même très bonnes, mais notre zèbre a été très déstabilisé en recevant des notes moyennes au brevet blanc en Histoire/géo et en Français. Manque de méthode dis-ai-je, tête dans la lune en cours, particulièrement en Histoire/géo car il n’apprécie pas du tout sa prof. Je dois dire à sa décharge que ses cours sont souvent décousus, que sa méthodologie n’a pas changé depuis la sixième classe pendant laquelle elle était aussi sa prof, et qu’elle préfère leur projeter des films ou des émissions de type « c’est pas sorcier » plutôt que de faire un cours « à l’ancienne ».
    Tout ceci, plus l’opposition quasi systématique de l’ado face à « l’autorité » parentale, m’a amenée à prendre les choses en mains en Français et en Histoire/géo voici un peu plus d’un mois. En premier lieu, on a revu ensemble comment argumenter dans une rédaction (mon zèbre manquant cruellement d’imagination malgré un énooooorme vocabulaire et de nombreuses lectures fantastiques et de SF, allez-comprendre, mais manquant peut-être aussi de confiance en lui).
    Le brevet blanc suivant a montré que cela n’avait pas été inutile, sa note en rédac a bien augmenté même s’il peut encore mieux faire, mais du moins il a repris un peu confiance et ça ce n’est pas rien. En effet, il ne comprend toujours pas ou pas forcément ce que l’on attend de lui même quand ça semble simple et limpide: lui cherche toujours midi à 14h, fait des digressions hors-sujet ou au contraire, a du mal à « broder » sur un sujet qu’il maitrise pourtant.
    En Histoire/Géo par exemple, c’est très frustrant pour lui comme pour moi quand j’essaie de le faire « accoucher » de ce dont il est capable mais qu’il garde pour lui. Si je lui dis « pourquoi ne parles-tu pas de ça par exemple? Tu ne te rappelles pas avoir lu ça? Comment est-il possible que tu parviennes me citer qui a découvert tel élément chimique à la faveur de tel évènement, et comment ne parviens-tu pas à me raconter la guerre froide alors que nous avons lu les chapitres ensembles? :?: :!: 8-O
    Chez mon zèbre, le manque de motivation est directement lié à la personnalité du prof et l’intérêt qu’il porte au sujet traité. :round:
    Enfin, je suis plus optimiste ces derniers jours car il semble plus à l’aise au fur et à mesure que nous voyons le programme d’histoire/géo ensemble, à la faveur d’un livre de 3ème différent du sien que j’ai acheté le mois dernier. À ce propos, les cours actuels dans ce domaine précis me semblent TERRIBLEMENT succincts en comparaison de ceux que nous avions au même âge, avec toutes les dates que nous avions à retenir. :-?
    L’autre jour, alors que je l’emmenais chez le coiffeur pour arranger un peu ses cheveux non coupés depuis Noël (il se planque derrière), il a expliqué à la coiffeuse éberluée que son oral porterait sur la limite permo-triasique et il lui a fait la version complète avec questions-réponses qu’elle pourrait éventuellement se poser à l’appui…. :roll:

  10. Bergamote dit :

    Bonjour,
    Merci pour ces nouvelles Alexandra. Ce sont de bonnes nouvelles dans l’ensemble et « bravo » à ce chef d’établissement qui a cherché des solutions, c’est quand-même rare d’avoir autant de bienveillance. Le cned, c’est bien, les cours sont chouettes, je trouve. Je crois que cela convient bien aux petits zèbres….(ou grand), enfin c’est un bon compromis. Chez nous, c’est également serein depuis qu’on est passé au cned, nous ne regrettons pas une seule seconde et c’est grâce à vous. Encore merciiiiiiiii.!!!!

  11. Marie Tchetnga dit :

    Oui que de bonnes nouvelles, très serein ce billet.
    Mes 3 enfants vont en école privée à l’entrée, j’espère y retrouver aussi un peu de sérénité…. C’est compliqué avec 3 HP en permanence, et une école très peu ouverte sur le sujet je dirai même qui refuse :-(
    Merci à vous Alexandra d’écrire….!!!

  12. cathy dit :

    Bonjour et merci pour vos post.
    Je suis en attente de diagnostic pour mon fils (premier rdv prévu le 30 juin au CRA d’Amiens après un an d’attente !). Il se sent beaucoup mieux en 5ème depuis son changement de collège dans le privé mais cela reste fragile… Je pense déjà beaucoup au choix du lycée et nous irons visiter un lycée privé à Compiègne qui à priori a créé des classes spéciales pour les EIP; a voir…
    je redoute le moment où il faudra peut être recourir au CNED.. Comment faire quand on travaille ? et comment faire pour éviter du coup qu’il passe toutes ses journées devant ses jeux vidéo ?
    Merci en tout cas et merci pour le lien pour les harry potter !! le mien ne jure plus que par les livres audio ou les livres lus par maman !

    • Papylirus dit :

      Le CNED s’est beaucoup modernisé ces dernières années et atteint de mieux en mieux son objectif avoué de véritable « école », avec un encadrement réel. De plus, ils portent plus d’intérêts à la validation du niveau qu’à l’exécution de tous les exercices, ce qui permet de passer peu de temps là où ça va et plus là où c’est nécessaire. J’aurais quand même tendance à recommander de garder les devoirs à rendre pour quand les parents sont dans le coin.

      Laisser le bonhomme tout seul à la maison pose d’autres problèmes que de vérifier son zèle scolaire. Si il joue pendant que vous êtes au travail, deux solutions : soit ça ne se remarque pas dans les résultats, et on s’en fiche ; soit les résultats s’en ressentent, et il suffit de décaler l’horaire scolaire de 8h-16h à 16h-coucher. Non, le problème, c’est d’être dans une zone de confort… ‘y en a qui ont une frousse incroyable s’ils sont seuls à la maison. Si ce n’est pas le cas du vôtre, ma foi, pourquoi pas ? Il faudra quand même être plus vigilant que s’il restait dans le système classique, mais dans l’idéal il faudrait être vigilant tout le temps.

  13. Juliette dit :

    Quel incroyable évolution, quelle abnégation. Malgré les épreuves le bonheur semble être au rendez-vous ( je l’espère) pour vous tous. Sacré exeme. Merci de partager Célé avec nous.

  14. Soflo dit :

    Comme je l’ai dit dans dautres pages du blog ma psychologue m’a identifiee ainsi que ma fille de 5 ans zebres. Depuis je suis le blog et ai acjeter des livres. Cela me fait du bien surtout pour moi qui ai eu une phobie scolaire au lycée. Ma fille en grande section de maternelle ai tres bien dans sa classe et dans cetye ecole où la direcyrice a souhaité lui faire sauté en milieu d’année la moitié de la TPS ey la moitié de la PS. Eyant dans une classe à 2 niveaux c’était ideal pour me rassurer concernant sa socialisation. Je sais bien quelle soit actiellement epanouie que cela peut changer.
    Mais jessaie dapaiser mes peurs pour la rassurer et bien distinguet ses emotions des miennes (pas toujours facile).
    Je suis tres contente pour vous Alexandra que votre fils soit bien dans sa scolarité avec vos choix certainement difficiles à faire.
    Ma fille passe en CP en septembre. Je me prepare en lisant à larrivee des devoirs qui j’espère passerons comme le reste sans trop de bracage de sa part…et de la mienne!
    Merci à vous de me faire sentir mon seule!

  15. Soflo dit :

    Excusez moi des fautes d’orthographe ! Mon clavier de telephone ne repond pas à ma motricité fine pourtant sans souci identifié ! Lol
    Bon courage du coup pour me decrypter. Désolée

  16. Papylirus dit :

    Le CNED sauve des vies.

  17. Mullissime dit :

    Bonjour, avez-vous envisagé le port de protections auditives faites sur mesure? Un spécialiste peut déterminer les fréquences gênantes et utiles en classe . C’est une piste s’il souhaite un jour retourner en cours… Je suis prof des écoles et zèbre et je souffre de plus en plus du bruit. J’essaie actuellement de trouver un moyen de me faire payer ces protections par mon employeur .

  18. Abygaël dit :

    Je ne réponds pas au principal, mais bon…

    « la courbe de croissance « garçons » du carnet de santé, si tant est que ce soit une réelle référence… ce dont personnellement je doute parce qu’il me semble que la génération actuelle est plutôt grande & que les carnets de santé n’ont pas nécessairement revu leurs chiffres »
    Ça me fait sourire. Je veux bien croire que les chiffres ne sont plus d’actualité, que la nouvelle génération est plus grande mais… je fais partie des 3% (selon le carnet de santé) à être SOUS la courbe. Alors s’il y a des très grands, il y a aussi les très petits ! :-P

    C’était mon petit commentaire x)

    Bonne continuation à vous :bigheart: (et à ce blog !)



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article