Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Wisc-V, test de QI pour enfants

Il y a quelques années, j'avais publié ce billet sur le Wisc-IV :)

 

Ce test psychométrique pour enfants en âge scolaire était sorti en 2004. Et comme toutes les échelles de Wechsler, le test est actualisé grosso modo tous les 10 ans :!:

 

Il devenait donc urgent d'actualiser tout ça...

 

C'est chose faite en France fin 2016 (mis sur le marché avant, en Amérique du Nord) :up:

 

Si vous êtes familier du blog, vous le savez déjà : les échelles de Wechsler se déclinent sous 3 formes, en fonction de l'âge du sujet :

 

- le WPPSI, qui est la forme pré-scolaire du test. Il s'adresse aux enfants de l'âge de 2 ans & 6 mois, à 7 ans & 3 mois

 

- le WISC, qui concerne les enfants de 6 ans à 16 ans & 11 mois

 

- le WAIS, qui s'adresse aux jeunes & aux adultes, de 16 ans à 79 ans & 11 mois

 

 

Comme je l'ai écris en préambule, le Wisc-V (c'est à dire le Wisc dans sa 5ème édition) est sorti à l'automne 2016. Il est par conséquent LA seule & unique version qui doit être utilisée par le psychologue qui testera votre enfant à compter de cette date :)

 

Pourquoi me direz-vous ?
Parce que seule la version la plus récente doit être utilisée. Elle vient aussitôt remplacer l'édition précédente qui n'a dès lors plus de valeur.

 

Mais pourquoi, certains se demanderont encore :?:
Eh bien parce que l'actualisation régulière des tests est capitale. Elle permet de compenser ce que l'on appelle l'effet Flynn & de coller au mieux à l'époque des personnes ciblées par le test d'efficience intellectuelle.
Aussi, ne pas utiliser la version en vigueur (celle la plus récente) est une faute de la part du psychologue ou neuropsychologue qui vous recevra pour bilanter votre enfant (tout autant valable pour les adultes eux-mêmes bilantés).

 

Voyez ce billet pour mieux comprendre comment est construit un test psychométrique valide ;)

 

Attention, si tous les psychologues savent parfaitement quelles sont les éditions en vigueur, il arrive parfois (essentiellement pour des raisons financières, mais aussi pour des raisons de confort personnel. Qui dit nouvelle édition, dit changements & besoin de se former de nouveau, pour interpréter le nouveau test) que certains d'entre eux retardent peu ou prou l'achat de la dernière édition. Comptant sur la méconnaissance du public pour ce domaine, dans une démarche peu éthique & professionnelle.
On voit même encore, en 2017, des psy bilanter avec des Wais-R, ou des Wisc-III... il faut savoir que cela existe, même si cela reste des cas exceptionnels (dans le mauvais sens du terme) :(

 

Précision importante : en revanche, un test dans une ancienne édition & qui a été passé à la bonne période (j'insiste sur ce point : la mise en relation de la version avec la date de passation :!: ), reste parfaitement valable. On n'a absolument pas à repasser un bilan psychométrique à chaque actualisation. Soyez rassurés :up:

 

Revenons au Wisc. Il est donc le test généralement exigé par l'Education Nationale & par les écoles spécialisées en cas de demande d'aménagements, de sauts ou glissements de classe (au delà de un saut, qui lui est accessible à tous les élèves, & pas réservé aux enfants surdoués), d'intégration de classes EIP, etc.
Les échelles de Wechsler sont les seules, avec le K-ABC, reconnues en France pour parler d'enfants à haut potentiel intellectuel à l'école (ce qui exclue de fait le Nemi, par exemple...).

 

La répartition des résultats se fait selon une courbe de distribution normale de l'intelligence, également appelée courbe de Gauss. La moyenne est établie à 100, avec un écart-type de 15 points :)

 

On considère hors norme des scores s'éloignant de deux écarts-types en dessous ou au dessus de cette moyenne. Le seuil de 130 pour commencer à parler de douance n'est donc choisi arbitrairement, comme on peut parfois le lire ou l'entendre. Il s'explique par la construction statistique, cette distribution normale qui est toujours caractérisée par cette apparence en cloche, avec une large majorité des sujets au centre, & deux extrémités qui s'affinent très rapidement de part & d'autre de ce gonflement central.

 

La répartition exacte est la suivante :

 

- de 2,2 à 2,3% de la population présente un QI Total ≤ 70 & donc, un retard mental (dont 0,13% présente un QI Total ≤ 55)

 

- 95% de la population présente un QI Total compris entre 70 & 130 (de l'intelligence faible à l'intelligence supérieure, en passant par la norme, norme qui peut être moyenne basse ou moyenne haute)

 

- de 2,2 à 2,3% de la population présente un QI Total ≥ 130 & donc un haut potentiel intellectuel (dont 0,13% présente un QI Total ≥ 145, pouvant être qualifié de Très Haut Quotient Intellectuel. Soit à peine plus d'1‰. Ce taux tombe alors à 0,025% pour un score à partir de 150, soit seulement un peu plus d'1 personne sur 5000 !)

 

La courbe de Gauss selon l'échelle de Wechsler, l'échelle de Cattell ou encore le rang centile :

 


© Création originale d'Alexandra Reynaud pour Les Tribulations d'un Petit Zèbre. Reproduction sans autorisation écrite strictement interdite

 

 

Le Wisc-V a été étalonné sur 1100 enfants & adolescents (comme la version 4 l'avait elle-même été lors de sa préparation à l'époque ).

 

Le score de QI est un chiffre (oui, on parle bien de chiffre...) relatif. Le QI Total est ainsi obtenu par comparaison à l'échantillon témoin de ces 1100 jeunes qui ont permis d'étalonner le test avant sa sortie officielle.

 

L'ordre d’administration des subtests est établi par le manuel de passation, mais cette 5ème édition du Wisc est plus souple sur certains points. Elle permet notamment au praticien de créer ses propres batteries en associant à sa guise les subtests de chacun des outils disponibles sur la plateforme en ligne de l'éditeur des tests.

 

Il se passe plus rapidement que l'édition précédente, si l'on s'en tient aux épreuves obligatoires qui permettent l'obtention des indices menant au QI Total. Avec une durée moyenne plus courte, ramenée à 60 minutes pour la passation des seuls subtests principaux :-o

 

Mais un bilan psychologique ne comprend en général pas qu'un Wisc. Il faut y ajouter des tests de personnalité, parfois d'autres échelles ou questionnaires (si le praticien est neuropsychologue & suspecte un TSA par exemple, ou un TDA/H). De plus, le (neuro)psychologue a la possibilité d'affiner le profil dressé de l'enfant par une myriade de subtests supplémentaires, selon ceux qui lui sembleront les plus pertinents :smile:

 

Ses consignes de passation ont été clarifiées & on note une large augmentation des supports visuels, au détriment de l'exploration de la sphère langagière... :-?

 

Chose très importante : comme tous les tests psychométriques, il doit se passer en tête à tête avec le psychologue (toujours sans les parents) & surtout, en UNE SEULE SÉANCE ! Les échelles de Wechsler sont des tests scientifiquement valides notamment car standardisés. C'est à dire qu'ils s'appuient sur une passation dans des conditions identiques, quel que soit l'enfant, quel que soit le psychologue.

 

Le (neuro)psychologue va observer l'enfant pendant cette passation : c'est quelque chose de capital (un test psychométrique n'est pas un QCM !). Sa fatigabilité est par conséquent très importante dans ce type d'exercices, de même que ses réactions face à l'ennui, la difficulté ou à l'inverse la facilité.
C'est pourquoi, si l'on fractionne le test en 2, 3 séances, voire plus... (ce que font souvent les psychologues scolaires), on casse totalement ce rythme de passation :-?

 

Ainsi il est important que le sujet qui passe le test le fasse dans des conditions normées & conformes aux instructions du manuel. C'est cette rigueur d'une procédure standardisée, commune à tous, qui garantit la fiabilité de ces tests.

 

Ce nouveau Wisc-V donc...

 

Il a été entièrement remanié ! C'est un vrai grand changement, pas une banale actualisation de ce qui existait déjà :-D

 

Et l'ambition de ses créateurs était de tendre à le faire correspondre au DSM-5 (le Manuel Diagnostique des Troubles Mentaux, dans sa 5ème édition), qui permet aux psychiatres de poser des diagnostics (pas strictement pour des maladies mentales, puisque on y retrouve les critères diagnostiques du TDA/H, des Troubles Autistiques, etc.). En vue de mieux contribuer aux diagnostics qui s'y rapportent.

 

A commencer par un virage novateur : terminés les 4 indices (ICV, IRP, IVT & IMT). La 5ème édition du Wisc en compte désormais 5 principaux, répartis comme suit :

 

Indice de Compréhension Verbale (ICV, celui-ci n'a pas changé)

 

Indice Visuo-Spatial (IVS, c'est un des petits nouveaux :!: )

 

Indice de Raisonnement Fluide (IRF, c'est le second petit nouveau...)

 

Indice de Mémoire de Travail (IMT, comme dans la Wisv-IV)

 

Indice de Vitesse de Traitement (IVT, là encore comme dans le Wisc-IV)

 

 

En définitive, c'est l'ancien Indice de Raisonnement Perceptif qui a implosé pour donner corps à deux nouveaux indices. Il s'est scindé en IVS & IRF :-|

 

Autre changement qui peut paraître étonnant, voire déstabilisant, le nombre d'épreuves imposées pour estimer un QI Total. On passe de 10 épreuves obligatoires pour le Wisc-IV (& 5 facultatives) à 7 obligatoires pour cette nouvelle mouture, plus 8 épreuves facultatives. Dans l'objectif de réduire la durée de passation pour l'enfant.

 

Ces épreuves obligatoires (qui sont appelées des subtests) font appel à des processus mentaux complexes. Chacune est composée d'items (c'est à dire de questions), rangés par difficulté croissante. D'une vingtaine à une trentaine d'items selon les subtests. Au bout de plusieurs items échoués, l'épreuve s'arrête & le (neuro)psychologue fait passer l'enfant au subtest suivant. Et ainsi de suite jusqu'à la fin de la passation.

 

Ces subtests obligatoires sont (les images d'illustrations ne sont pas issues du Wisc, ni même d'aucun test de Wechsler, afin préserver le secret des véritables items dans chaque épreuve) :

 

Dans l'ICV (Indice de Compréhension Verbale)
Particulièrement sensible au niveau d'études des parents de l'enfant & à son environnement, cet indice relève de l'intelligence dite cristallisée. Il est le plus fortement corrélé à la réussite scolaire, & reflète la performance verbale du sujet, indépendamment de ses capacités d’attention, de concentration ou de la vitesse de réalisation des tâches (anciennement désigné par "QI Verbal" dans le Wisc-III). Il mobilise les connaissances acquises au fil de la vie.
Ses 2 subtests obligatoires sont :

- Subtest "Vocabulaire"
On considère cette épreuve comme déterminante & témoin de la facilité à apprendre. Elle met en œuvre la mémoire sémantique, mais elle est également sensible aux troubles de la mémoire de travail & au milieu socio-éducatif. Il s'agit de définir des mots, dans un ordre croissant de difficulté.
Exemple d'item (ne figurant pas dans le Wisc-V) : Que signifie « dérober » ?

- Subtest "Similitudes"
Chaque item est constitué de deux mots différents, la tâche consistant à identifier quelle est le lien, la ressemblance entre ces mots.
Exemple d'item (ne figurant pas dans le Wisc-V) : En quoi « une chaussette » & « un T-shirt » se ressemblent ?

* * * * *

Dans l'IVS (Indice Visuo-Spatial)
Il fait appel à l'intelligence dite visuelle. Cet indice va mesurer la capacité du sujet à analyser, à encoder & à manipuler physiquement ou mentalement des objets & des formes pour leur donner sens.
Son seul subtest obligatoire est :

- Subtest "Cubes"
Il est chronométré, avec une moindre importance dans le Wisc-V de cet aspect "temps limité". Ainsi, seul un bonus sur les 4 derniers items en cas de rapidité de résolution a été conservé. Il exige la manipulation d'objets - les fameux 9 cubes de Kohs, à faces blanches, rouges & bicolores - avec pour consigne de reproduire une figure présentée, à l'aide de ces cubes. Toujours de manière graduelle, item après item.
Il est le seul subtest du Wisc-V mobiliser un travail manuel (l'autre subtest de l'IVS, les puzzles visuels - épreuve optionnelle, étant strictement de l'ordre de la manipulation mentale dans l'espace).

* * * * *

Dans l'IRF (Indice de Raisonnement Fluide)
Il est presque aussi sensible au niveau d'études des parents que l'ICV, & très influencé par l'effet Flynn. Cet indice va évaluer la capacité du sujet dans la résolution de problème en trouvant la clé logique de celui-ci.
Ses deux subtests obligatoires sont :

- Subtest "Matrices"
Inspirées des fameuses matrices de Raven (qui existent en tant que telles & sont très utilisées pour mesurer l'efficience intellectuelle des autistes non-verbaux, par exemple), il s'agit d'observer un enchaînement logique de symboles, de signes. Il faut être en mesure d'extraire quelle est la règle qui permet cet enchaînement, cette évolution & de donner la réponse de la dernière ligne ou case.
Ce subtest fait appel à l'intelligence fluide.

- Subtest "Balances"
Il s'agit de présente au sujet des illustrations de balances à plateaux ; le but étant que l'enfant sélectionne parmi 5 possibilités de réponses, & dans un temps limité & chronométré, le poids manquant qui va permettre d'équilibrer les plateaux. Cette épreuve implique une bonne maîtrise de logique inductive & déductive, dans l'intelligence dite fluide. Elle met également en action la mémoire de travail.

* * * * *

Dans l'IMT (Indice de Mémoire de Travail)
Comme son nom l'indique, cet indice porte sur les facultés mnésiques du sujet, à court terme, & sur le traitement de l'information maintenue pour effectuer une tâche. L'objectif étant d'utiliser le plus grands nombre d'informations, en allant le plus vite possible.
Son seul subtest obligatoire est :

- Subtest "Mémoire des chiffres"
L'objectif est d'évaluer l'empan mnésique direct & inversé du sujet. Le jeu consistant pour l'enfant à être en mesure de retenir une série de chiffres présentée verbalement par le psychologue, puis de parvenir à restituer ces éléments, selon les consignes. Avec trois séries d'exercices : en ordre direct, en ordre inverse, & en les replaçant en ordre croissant.

* * * * *

Dans l'IVT (Indice de Vitesse de Traitement)
Il mesure la rapidité cognitive du sujet & met l’accent sur la performance du sujet dans des domaines nécessitant rapidité & précision d’exécution C'est un indice très sensible au degré d’habileté graphomotrice de l'enfant, de même qu'aux dyspraxies puisqu'il fait intervenir le geste d'écriture, tant dans son épreuve obligatoire que dans celle optionnelle.
Son seul subtest obligatoire est :

- Subtest "Code"
Il s'agit de compléter un ensemble cases vides sur plusieurs planches de papier, à l’aide de signes codés (avec le modèle de codage visible en haut de page) & dans un temps limité, chronométré par le psychologue. C'est une épreuve évaluant les capacités visuo-constructives, la vitesse de traitement de l’information, l'automatisation d’une procédure, l'attention & les capacités motrices. Mais c'est aussi une épreuve très faiblement saturée en facteur g (peu corrélée à l'intelligence générale).
A noter enfin qu'elle est généralement chutée par les personnes (T)HQI - enfants comme adultes - qui n'y trouvent que peu d'intérêt & sont très vite lassées par cette activité répétitive & peu stimulante.

 

 

Ces subtests sont notés par notes standard allant de 1 à 19, leur moyenne étant fixée à 10 & leur distribution est la suivante :

 

- de 1 à 6 : déficitaire (= inférieur à la norme)

- 7 : faible

- de 8 à 12 : compris dans la norme

- 13 : fort

- de 14 à 19 : supérieur (on considère cependant que le seuil du surdouement s'exprime dans ces scores de subtest lorsque la note est ≥ à 16)

 

 

Le QI Total (ou QIT), également appelé QI global est limité à 160, comme toujours sur échelle de Wechsler :!:

 

Comme à chaque nouvelle édition, dans un premier temps, on observe une légère baisse des
scores dans tous les groupes de population, y compris chez les enfants à haut potentiel.

 

Et comme je l'ai expliqué plus haut il s’obtient sur la base de 5 indices principaux, eux mêmes plafonnés ainsi :

 

◈ l'ICV (Indice de Compréhension Verbale), qui va de 45 à 155

◈ l'IVS (Indice Visuo-Spatial), qui est lui aussi limité à 155

◈ l'IRF (Indice de Raisonnement Fluide), de même : limité à 155

◈ l'IMT (Indice de Mémoire de Travail) , limité à 155

◈ l'IVT (Indice de Vitesse de Traitement) , limité à 155

 

 

:idea: il est important de souligner que ce QI Total est une note composite, totalement distincte de la somme des notes standard ! Il ne sert par conséquent à rien d’additionner les 5 indices dans l'espoir d'obtenir un QI Total, si le psychologue a estimé qu'il n'était pas représentatif ;)

 

Je vous ai fait ce petit schéma pour résumer les liens entre subtests obligatoires, items, indices principaux & QI Total (merci de ne pas l'utiliser sans mon autorisation écrite) :

 

 

 

A ces 7 subtests obligatoires viennent s'ajouter 8 épreuves supplémentaires & optionnelles qui pourront éclairer sur le profil cognitif de l'enfant qui est examiné :)

 

Voici le détail de ces 8 subtests facultatifs, classés par indices de rattachement :

 

Dans l'ICV (Indice de Compréhension Verbale)
Ses 2 subtests optionnels sont :

- /// Subtest supplémentaire "Compréhension" \\\
Chaque item comprend une situation ou un problème de la vie en général ; l'objectif étant que l'enfant apporte des réponses à ces questionnements (les réponses sont notées mot à mot).
Exemple d'item (ne figurant pas dans le Wisc-V) : Pourquoi un enfant ne peut-il pas conduire une voiture ?

- /// Subtest supplémentaire "Information" \\\
Cette épreuve porte sur les connaissances générales non spécifiques à laquelle le sujet doit répondre. On pourrait dire que c'est de la culture générale.
Exemple d'item (ne figurant pas dans le Wisc-V) : Qu’est ce qu’un thermomètre ?

* * * * *

Dans l'IVS (Indice Visuo-Spatial)
Son seul subtest optionnel est :

- /// Subtest supplémentaire "Puzzles visuels" \\\
Le sujet doit identifier, parmi 6 choix possibles, 3 images qui vont correspondre à l'image abstraite qui lui est soumise, sans rien de concret entre les mains. Cette épreuve évalue les habiletés de l'enfant à manipuler mentalement des images.

* * * * *

Dans l'IRF (Indice de Raisonnement Fluide)
Son seul subtest optionnel est :

- /// Subtest supplémentaire "Arithmétique" \\\
L'objectif ici est la résolution de problèmes mathématiques en un temps limité, sans disposer de l’énoncé sous les yeux (& sans support écrit).
C'est une épreuve évaluant les capacités de résolution de problèmes, de raisonnement (mise en place de stratégies), de calcul mental, de mémoire de travail, de compréhension d’énoncés verbaux complexes, de mémoire auditive à court terme & d'attention.
Exemple d'item (ne figurant pas dans le Wisc-V) : A la fin de la journée, un épicier a vendu 36 bouteilles d'eau. L’après-midi, il en a vendu 17. Combien de bouteilles a-t-il vendu dans la matinée ?

* * * * *

Dans l'IMT (Indice de Mémoire de Travail)
Ses deux subtests optionnels sont :

- /// Subtest supplémentaire "Mémoire des images" \\\
L'enfant est mis face à un ou plusieurs stimuli & il doit, passées quelques secondes, le ou les retrouver parmi plusieurs propositions qui lui sont faites. Cette épreuve - contrairement à celle obligatoire "Mémoire des chiffres" - a l'avantage de porter sur la mémoire auditive, mais aussi sur la mémoire visuelle !

- /// Subtest supplémentaire "Séquence lettres / chiffres" \\\
Ce subtest propose à chaque item une série contenant un mélange de chiffres & de lettres non ordonnées. L'enfant doit alors les restituer en respectant à la fois l'ordre croissant numérique & l'ordre alphabétique.
Exemple d'item (ne figurant pas dans le Wisc-V) : K-2-C-7-S (la réponse attendue est 2-7-C-K-S)

* * * * *

Dans l'IVT (Indice de Vitesse de Traitement)
Ses deux subtests optionnels sont :

- /// Subtest supplémentaire "Symboles" \\\
Comme dans le subtest "Code", il s'agit ici d'aller vite, mais sans commettre d'erreur. L'enfant doit barrer un symbole lorsqu'il l'a reconnu dans les images proposées. C'est une épreuve qui fait intervenir la discrimination perceptive & la vitesse de traitement de l’information. Très influencée par les déficits de l'attention &, pour une part, des déficits de la mémoire de travail.

- /// Subtest supplémentaire "Barrage" \\\
L'épreuve fait appel à l'attention visuelle sélective & demande à l'enfant beaucoup de vigilance. En effet, le sujet doit être attentif & barrer 2 formes géométriques cibles en un temps limité & en respectant les couleurs de ces formes, l'objectif étant d'avancer le plus possible dans ce délai imposé & chronométré. Epreuve qui fait intervenir le geste graphomoteur.
Concentration et vigilance, . Capacité d’organisation de la tâche, de structuration de l’espace disponible.

 

 

A quoi peuvent venir s'ajouter, si le psychologue le juge utile, selon l'enfant en face de lui, 5 indices complémentaires, dont 3 nouveautés :

 

- Indice de Raisonnement Quantitatif (IRQ), qui est la première nouveauté & s'étend de 40 de QI jusqu'à 160 ;

 

- Indice de Mémoire de Travail Auditive (IMTA), qui est une autre nouveauté, toujours allant de 40 à 160 ;

 

- Indice Non-Verbal (INV), dernier nouvel indice supplémentaire de ce Wisc-V, allant de 40 à 160 ;

 

- Indice d’Aptitude Générale (IAG, que l'on connaissait déjà puisqu'il pouvait être privilégié dans le Wisc-IV, allant lui aussi de 40 à 160)

 

- Indice de Compétence Cognitive (ICC, qui comme l'IAG existait déjà dans l'édition précédente du test, allant toujours de 40 à 160)

 

 

Le (neuro)psychologue de votre enfant peut tout à fait n'en choisir aucun s'il estime que le QI Total, obtenu sur la base des 5 indices principaux (ICV, IVS, IRF, IMT & IVT), est suffisamment éclairant pour comprendre le fonctionnement cognitif de votre loustic. Ou il peut aussi choisir de délaisser le QI Total au bénéfice du seul IRQ par exemple :up:

 

C'est toute l'idée de cette nouvelle édition du Wisc : se libérer du QI Total, du chiffre unique & lourd, pas toujours très parlant. Et permettre au praticien d'explorer une large palette de compétences, même chez les enfants avec trouble(s) Dys, les enfants non-verbaux (ou dysphasiques), les enfants avec déficience intellectuelle, les enfants en dépression, ou encore les enfants présentant un TDA/H, ou une forme d'autisme.

 

Privilégier l'interprétation & l'observation clinique, & ne plus donner au(x) score(s) une toute puissance comme c'était le cas jusqu'au Wisc-IV. Ainsi on peut espérer, à terme, ne plus entendre de la bouche de psychologues qu'à 129 de QI un enfant est dans la norme, mais qu'à 130 il est surefficient.

 

La pratique de ce nouveau Wisc-V devrait inciter ces praticiens (à la condition qu'ils soient bien formés à son analyse) à modifier quelque peu leur compréhension de la douance, & si tout va bien, à mettre enfin en perspective un profil cognitif (qui peut, par les outils offerts par le Wisc-V être très complet) avec une anamnèse, une personnalité. Et surtout, ne plus brandir LE chiffre comme seul élément d'une mise en évidence ou non d'un haut ou très haut potentiel intellectuel :up:

 

Je vous ai fait ce récapitulatif des 5 indices supplémentaires avec les subtests qu'ils comprennent (là encore, merci de ne pas utiliser l'image sans mon autorisation) :

 

 

 

Ces indices complémentaires ont donc pour vocation de mieux coller aux enfants avec divers troubles avérés ou suspicion de troubles :

 

- l'Indice de Raisonnement Quantitatif (IRQ) qui permet de dépister des troubles spécifiques en calcul, les difficultés en calcul mental & identifier le raisonnement quantitatif ;

- l'Indice de Mémoire de Travail Auditive (IMTA) qui permet d’évaluer les capacités d’encodage, de stockage & de manipulation mentale des informations présentées sur un support auditivo-verbal ;

- l'Indice Non-Verbal (INV) qui permet une mesure de l’intelligence générale sans sollicitation du langage expressif (enfants souffrant d’un trouble du langage…) ;

- l'Indice d’Aptitude Générale (IAG)qui est une estimation de l’aptitude générale qui met moins l’accent sur la mémoire de travail & la vitesse de traitement. Cet indice permet d’identifier les forces & faiblesses de l’enfant en comparant l’intelligence générale aux autres fonctions cognitives ;

- l'Indice de Compétence Cognitive (ICC) qui renseigne sur les ressources dont dispose l’enfant pour retenir les informations nécessaires à sa compréhension des énoncés, & à partir desquelles il devra déployer un raisonnement pour la résolution de problèmes.

 

 

Il arrive fréquemment que le QI Total ne soit pas interprétable, car les profils dits hétérogènes sont les plus fréquents. Pourquoi ?
Et bien parce que le psychologue considère que l'écart entre les indices principaux est trop élevé pour qu'un QI Total ait un sens & soit représentatif des véritables capacités cognitives de l'enfant.

 

Attention, il est TOUJOURS "calculable" (les guillemets sont là à dessein), mais il n'aura tout simplement pas de sens. En cas d'hétérogénéité, il sera tout simplement non significatif des facultés réelles du sujet. Il n'y a donc aucun intérêt à le donner puisqu'il ne reflète pas les véritables capacités cognitives de l'enfant :!:

 

A partir d'un écart de 15 points (un écart-type en fait) entre deux indices principaux, il est communément admis qu'il y a "hétérogénéité" dans les résultats. Si l'écart est de 0 à 14 points, on parlera alors de résultats "homogènes" & le QIT sera calculé sans problème. Mais surtout, plus important encore, il aura une valeur, un sens :roll:

 

De même il n'est pas rare, lorsque certains indices plafonnent (c'est à dire atteignent le seuil maximum mesurable, sur 5 les indices principaux, comme je le précisais plus haut le plafond est de 155), d'avoir d'énormes écarts entre l'indice le plus haut & l'indice de plus bas. Mais l'indice le plus bas peut rester élevé dans l'absolu, il peut n'être chuté qu'au regard des autres résultats du sujet :-o

 

Ne jamais perdre de vue cet impératif de contextualisation. Voilà un exemple de grille de Wisc-V d'un enfant à très haut QI homogène, sans comorbidité (c'est à dire sans trouble associé), avec épreuves obligatoires & certaines complémentaires. Attention, chaque enfant est unique & il y a autant de profils cognitifs que d'enfants intellectuellement précoces. Tous les EIP n'ont donc pas nécessairement un profil calqué sur celui-ci.

 

 

 

On voit que le subtest "Code" est chuté dans l'Indice de Vitesse de Traitement, par rapport aux autres scores obtenus. Car si l'on prend cette donnée sans la rapporter au profil de cet enfant, on s’aperçoit qu'il obtient un résultat normal, au sens strict du terme (à savoir, dans la norme) puisque scoré à 10, qui est exactement la moyenne.

 

 

A noter que certains psychologues en France préfèrent exprimer les résultats en rang percentile ! Vous trouverez dans ce billet tout ce qu'il faut pour décrypter cette présentation des scores :up:

 

Autre point qui peut dérouter les parents : de plus en plus de psychologues choisissent de donner les résultats chiffrés dans un intervalle de confiance.

 

Il peut être de 95% comme de 90%, selon le choix du professionnel (en général en psychologie, on reste sur 5% de marge d'erreur, donc intervalle de 95%). Ce qui a le grand défaut à mon sens de compliquer encore un peu plus la lecture du bilan par des non-initiés en les noyant sous de multiples chiffres :-|

 

J'attire une fois de plus votre attention (je l'ai déjà souvent écrit sur ce blog :) ) sur le fait que la passation d'un test est quelque chose d'important. Et c'est aussi une chose que l'on ne peut pas réitérer si on estime l'avoir insuffisamment réussi, ou si le psychologue ne vous a pas plus... Le manuel de passation est très clair, & même si peu de psy l'ont lu en intégralité, il recommande de respecter un délai de deux ans entre la passation de deux tests identiques. C'est à dire de même version, afin d'éviter ce que l'on appelle l'effet mémoire.

 

Il n'y a par contre aucune contre-indication pour (faire) repasser un test dans une version plus récente. Exemple : un enfant a passé en septembre 2016 un Wisc-IV avec un psychologue scolaire n'ayant pas fourni de compte-rendu écrit complet & la famille souhaite lui faire repasser un bilan chez un psychologue privé spécialisé. Il n'y a aucun problème pour que l'enfant passe le Wisc-V, même si cela se fait dans les semaines qui suivent son Wisc-IV, les deux éditions étant largement assez éloignées pour que n'existe pas du tout cet effet d'apprentissage :up:

 

 

Côté lecture, à ce jour en France il n'existe qu'un livre sur le Wisc-V : "Aide-mémoire du Wisc-V", signé de Bernard Jumel aux éditions Dunod

 


Cliquez sur la couverture du
livre pour ouvrir les détails

 

 

:idea: je termine ce grand billet par une découverte :)

 

J'ai trouvé des jeux américains qui ressemblent fort aux cubes de Kohs, en mode plus complexe, & qui peuvent être à la fois ludiques pour les enfants qui aiment ce types de manipulations, & très utiles à ceux ayant des faiblesses dans la sphère visuo-spaciale : "les cubes Q-bitz" :hearts:

 


Cliquez pour ouvrir les détails
des géniaux cubes Q-bitz

 

 


Cliquez sur l'image pour ouvrir
les détails des cubes Q-bitz solo

 

 


Cliquez pour ouvrir les détails
des cubes Q-bitz extreme

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

12 commentaires à “Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Wisc-V, test de QI pour enfants”

  1. Excellent article, clair et passionnant comme toujours ! Merci Alexandra ☺

    Et quelle bonne nouvelle ! Les anciens tests étaient vraiment inadaptés pour les enfants présentant des dys. Entre la fréquente comorbidité de dys (du genre dyslexie + dysorthographie + dysphasie + troubles de l’attention) et le manque de confiance en soi qui en découle… le test risquait fort de mal représenter le fonctionnement de l’enfant.

  2. Lilibis dit :

    Merci !

  3. claire dit :

    Merci beaucoup Alexandra.

    J’zvais passé le WISC III quand j’étais jeune. Ca m’a aidé à comprendre.

  4. stef des dit :

    Bonjour,
    mon 2 eme a passé le IV, qi inferieur a 130 mais non significatif avec de nombreux signes de precocités.
    Est ce que vous pensez qu’il serait bien de lui faire passer le v?

    Sachant que mon premier est a la porte du tres haut qi ( dailleur il a eu 146 pour le verbale) et que je vais a la fin de l annee scolaire 17/18 faire tester mon 3eme ( et dernier) qui pour lui je n ai aucun doute.

  5. lucile dit :

    Bonjour,
    psychologue (qui n’exerce plus) et maman de zébrette, je me permets d’intervenir…YOUPI , vive le nouvel indicateur, on l’attendait !

    On « estime » qu’il faut attendre 2 ans pour repasser un test, c’est le temps « estimé » de l’oubli, c’est vous dire la valeur scientifique !!!

    Mais quoi qu’il en soit, je vous conseille vraiment d’attendre au moins 2 ans pour passer le V si le IV a été passé car des épreuves (subtest) sont les mêmes, et si la validité du test est mise en question un jour par un prof, un éducateur, une administration, tous vos efforts pour aider votre enfant seront vains… la patience a des vertus !

    Ensuite, il ne faut le repasser « que » si on en attend un effet face à la souffrance de l’enfant (que cela débloque une prise en charge, un changement à l’école, que l’enfant va de mal en pis…). Sinon, ce sera juste un chiffre quelque part qui pourra « handicaper » plus q’autre chose.

    voilà ma réaction à chaud !

  6. Mereck dit :

    A propos des jeux qblitz présente en fin d’article, je signale le jeu « klocki » sur Android. Court mais très agréable, le jeu reprend le même style, avec des restrictions de déplacements des « faces » et sont aussi en 3d.

  7. Sandrine64 dit :

    Très Très bien !!!

  8. Camille dit :

    Bonjour,

    Le commentaire de Lucile renforce une question latente chez moi. Mes deux enfants ont été testés à Moins d’un an d’intervalle mais avec le IV pour l’aîné et le V pour le second. Je suis un peu étonnée par certaines différences entre leurs résultats, et me demandais donc si la différence entre les deux tests pouvaient expliquer cela ? Pour être un peu plus claire, le nouveau test est-il, sous certains aspects, plus « dur » que l’ancien (afin de compenser l’effet flynn) ?

    Merci beaucoup en tout cas pour cet article en ore une fois très précis et utile.

    • Blog dit :

      Bonjour Camille,

      Au-delà des différences entre les échelles qui sont, à mon sens, pas majoritairement à l’origine des différences observées entre les résultats de tes deux enfants, il faut prendre en compte tout simplement les différences entre tes deux enfants. Une prise en compte essentielle pour eux leur propre individualité. Quoiqu’il en soit, leur profil (âge…) et leurs propres différences intraindividuelles avec leur propre évolution peuvent induire cela. Si je peux me permettre un conseil (à partir d’expériences personnelles et professionnelles): essaie de ne pas tomber dans cette comparaison qui peut être nocive pour l’un d’eux, voire les deux.

  9. Inna dit :

    Bonjour,

    Mon premier a passé le test Wisc-V à tout juste 6 ans et il a un score très bas pour le « Code » qui est à 6, en plus « Symboles » et « Matrices » à 11, tandis que les autres résultats sont tous assez haut.
    Est-qu’il faut y voir la signe de « Dys » quelque chose? La psychologue à juste suggérait de traiter l’anxiété par l’homeopathie.
    Existe-t-il des indices plus parlant pour détecter des eventueles troubles à partir de ce test?

    Merci pour cette article, la representation des résultats en graphique m’a beaucoup aidé dans la compréhension du bilan.

  10. SYLVIE dit :

    Mon fils a passé le wisc IV et on me dit que l’on ne peux pas le classer précoce a cause de l’item sur la mémoire de travail. Il a été mis en conclusion se rapproche fortement d’un haut potentiel. Je suis allée voir à la suite un spécialiste haut potentiel qui m’a dit que c’était dommage qu’il ait passé ce test car le wisc V était maintenant beaucoup plus affiné et que pour lui il l’aurait classé car beaucoup d’enfant n’ont pas un profil homogène. A L’école c’est devenu très difficile.

  11. Stephanie dit :

    Bonjour, je viens de faire passer le V a mon fils de 7 ans sur les conseils de sa maitresse car très en avance sur les autres de sa classe. Les résultats sont très heterogenes car il a eu 108 a l’ICV et de 126 a 135 aux autres indices, avec également de grands ecarts dans les subtest (11-12 au 1er subtest et 18 au 2eme).
    Il ressort donc avec un qit a 124. Elle ne le considere pas comme eip, mais je m’attendais à ce qu’elle cherche les raisons de cette hétérogénéité.
    Qu’en pensez vous ? Merci d’avance de votre réponse



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article