Les enfants surdoués. 100 questions / réponses

Amis lecteurs, c'est un livre dont je voulais vous parler depuis un moment déjà...

 

Mais l'écriture de mon troisième bouquin m'a contrainte à reporter ce billet :-P

 

Aussi, je suis très heureuse de pouvoir (enfin !) le faire en ce dernier jour des enfants du mois de janvier :)

 

Il s'agit du premier ouvrage de la psychologue Charlotte Parzyjagla, "Les enfants surdoués. 100 questions / réponses" :-D

 

Il est paru aux éditions Ellipses.

 

Avant d'aller plus loin, la présentation de l'éditeur :

 

Les surdoués suscitent toujours autant de questions : soit ils sont encensés, jalousés pour leurs aptitudes, soit ils sont dénoncés à cause de leurs comportements excessifs, plaints pour leurs éventuelles difficultés. Qui sont-ils vraiment ?

Cet ouvrage est dédié aux parents, médecins, enseignants, étudiants en psychologie, surdoués adultes. Il permet d'abord de saisir les enjeux autour de la question de l'intelligence et de décrypter un bilan cognitif. Il expose ensuite les grandes idées nécessaires à la compréhension du fonctionnement des enfants précoces : pensée divergente, hypersensibilité, besoin de sens, de justice, dyssynchronie, etc.

Si la plupart des enfants surdoués vont bien, d'autres au contraire, traverseront certaines difficultés. L'ouvrage permet d'identifier les raisons de ces difficultés afin de les éviter et d'y remédier. Et enfin, il regorge de conseils pratiques, clairs et accessibles, pour nouer une relation bénéfique avec l'enfant, trouver le bon professionnel, faire les choix éducatifs et scolaires judicieux.

Sans se départir des connaissances scientifiques actuelles, l'auteur offre une lecture phénoménologique de ses observations cliniques pour permettre au lecteur de saisir la dynamique qui régit le fonctionnement haut potentiel. Son pari, c'est de rendre compte de l'hétérogénéité des comportements de ces enfants tout en montrant leurs spécificités communes. Un débat s'ouvre sur le lien qui existe entre efficience intellectuelle et caractéristiques psychologiques.

 


Cliquez sur la couverture pour ouvrir les détails
des "Enfants surdoués : 100 questions / réponses"

 

 

Et le sommaire (des 100 questions abordées :!: ) :

 

NOTION D’INTELLIGENCE, ANALYSE DES TESTS
1. Qu’est-ce que l’intelligence ?
2. Facteur g ou intelligences multiples ?
3. L’intelligence est-elle héréditaire ?
4. L’intelligence dépend-elle du niveau socioculturel ?
5. À partir de quel QI est-on surdoué ?
6. À quel âge peut-on faire passer un test ?
7. Quels sont les tests agréés par l’Éducation Nationale et qu’est-ce qu’ils mesurent ?
8. Quelles sont les compétences évaluées par chaque subtest des WISC IV et V ?
9. Qu’est-ce qui va changer avec le WISC V ?
10. Les tests de QI agréés sont-ils infaillibles ?
11. Quels sont les critères d’homogénéité d’un profil cognitif ?
12. Que fait-on lorsque le QI total n’est pas calculable ?
13. Qu’est-ce que l’IAG et l’ICC ?
14. Pourquoi ne calcule-t-on pas un QI total lorsque ses « composants » sont hétérogènes ?
15. La distinction « profi l laminaire et complexe » est-elle pertinente ?
16. Pourquoi les surdoués obtiennent-ils souvent des notes plus faibles à l’IVT ?
17. L’évaluation du QI suffi t-elle à la détection du surdoué ?
18. Le test de QI est-il adapté pour détecter un surdoué ?
19. Peut-on augmenter son QI en s’entraînant aux tests ?
20. Le QI évolue-t-il avec l’âge ?
21. Le QI détermine-t-il vraiment l’intelligence ?
22. Quelle est la vision de la psychanalyse sur le surdon intellectuel ?

PROFIL, FONCTIONNEMENT DU SURDOUÉ
23. Peut-on cesser d’être précoce ?
24. Comment nomme-t-on les enfants surdoués ?
25. Quelles sont les premières manifestations de la précocité ?
26. Quels sont les indices annonciateurs de la précocité ?
27. Enfant surdoué ou « victime » de l’effet Barnum ?
28. Le surdon est-il un diagnostic psychiatrique ?
29. Les enfants surdoués ont-ils de la personnalité ?
30. Que veut dire « L’enfant surdoué est hypersensible » ?
31. Comment se manifeste l’hyperexcitabilité chez l’enfant surdoué ?
32. Comment se manifeste la curiosité de l’enfant surdoué ?
33. Le cerveau des enfants surdoués fonctionne-t-il différemment ?
34. Qu’est-ce que « penser en arborescence » ?
35. Avez-vous une pensée divergente ?
36. Comment expliquer la pensée divergente ?
37. Qu’est-ce que le défaut d’implicite commun ?
38. Qu’est-ce que la dyssynchronie ?
39. Les enfants surdoués sont-ils plus capricieux que les autres ?
40. Les enfants surdoués sont-ils plus matures ou plus immatures ?
41. Pourquoi les enfants surdoués recherchent-ils la vérité ?
42. Pourquoi les enfants surdoués sont-ils idéalistes ?
43. Pourquoi les enfants surdoués ont-ils un sens de la justice particulièrement aiguisé ?
44. Pourquoi peut-on dire que les enfants surdoués ont de l’humour
et quelles sont les particularités de cet humour ?
45. Est-il vrai que les surdoués ont beaucoup d’empathie ?
46. Quel rapport les enfants surdoués ont-ils avec l’autorité ?
47. Comment se caractérise le besoin de sens de l’enfant surdoué ?
48. Les enfants surdoués sont-ils humains ou élitistes ?
49. Pourquoi certains surdoués sont-ils « manipulateurs » ?
50. Y a-t-il une différence entre les garçons surdoués et les filles surdouées ?

LES ÉVENTUELLES DIFFICULTÉS DE L’ENFANT
51. Pourquoi dit-on que les surdoués sont plus résilients que les autres ?
52. Diffi cultés d’adaptation avec les camarades : mythe ou réalité ?
53. Les surdoués ont-ils une fragilité identitaire ?
54. Quelles sont les possibilités d’erreurs diagnostiques, à l’adolescence, chez les surdoués non détectés ?
55. Quels sont les éventuels effets pervers dont peuvent être victimes les surdoués non détectés ?
56. Quelles affections sont les plus typiques de l’enfant surdoué ?
57. Les enfants surdoués sont-ils plus sujets à la dépression ?
58. Comment se caractérise la dépression de l’adolescent surdoué ?
59. Les enfants surdoués sont-ils plus anxieux ?
60. Pour quelles raisons l’anxiété peut-elle se manifester chez l’enfant surdoué ?
61. Quelles sont les particularités du sommeil des enfants précoces ?
62. Comment expliquer certains troubles du sommeil des enfants précoces ?
63. Les surdoués sont-ils souvent dysgraphiques ?
64. Surdoué ou TDAH ?
65. Le TDAH existe-t-il vraiment ?
66. Peut-on cumuler surdon intellectuel et TDAH ?
67. L’enfant surdoué est-il un enfant avec autisme Asperger ?
68. Peut-on être surdoué et porteur du syndrome d’Asperger ?
69. Pourquoi certains surdoués se retrouvent-ils en échec scolaire ?
70. Pourquoi certains surdoués ont-ils du mal avec la méthodologie ?
71. Pourquoi les enfants surdoués ont-ils parfois du mal à justifier leurs pensées ?
72. Quelles sont les particularités de la crise d’adolescence d’un surdoué ?
73. Quel rapport les enfants surdoués ont-ils avec l’ennui ?
74. Pourquoi les enfants surdoués se sentent-ils parfois seuls ?

CONSEILS PRATIQUES
75. Pourquoi certains surdoués peuvent-ils passer pour des idiots ?
76. Les enfants surdoués sont-ils intolérants à la frustration ?
77. Comment savoir s’il est judicieux de faire tester son enfant ?
78. Pourquoi est-il important de faire passer un test de QI quand on a un doute sur la précocité de son enfant ?
79. En quoi savoir que son enfant est surdoué change-t-il quelque chose ?
80. Tous les « psys » sont-ils formés à détecter et prendre en charge le surdon ?
81. Où faut-il faire tester son enfant ?
82. Faut-il dire à son enfant qu’il est surdoué ?
83. Est-il judicieux de parler de la précocité à l’enseignant ?
84. Faut-il faire tester les frères et sœurs si un enfant est surdoué dans la fratrie ?
85. Les enfants surdoués s’épanouissent-ils à l’école ?
86. Pourquoi certains enfants précoces ne sont-ils pas heureux à l’école ?
87. Faut-il faire sauter une classe à son enfant ?
88. Faut-il scolariser les enfants précoces dans une école spécialisée ?
89. Est-il préférable de faire l’école à la maison ?
90. Est-il judicieux de faire l’école à la maison en cas de phobie scolaire ?
91. Les enfants surdoués font-ils partie des élèves à besoins éducatifs particuliers ?
92. Faut-il stimuler son enfant surdoué ?
93. Quels types d’activités conviennent généralement aux surdoués ?
94. Comment imposer un cadre à l’enfant ?
95. Comment aider l’enfant surdoué à canaliser son énergie ?
96. Comment inculquer le sens de l’effort à l’enfant surdoué ?
97. Comment gérer la sensibilité de l’enfant surdoué ?
98. Quelle attitude avoir avec son enfant précoce pour nouer une relation bénéfique ?
99. Les enfants surdoués sont-ils voués au malheur ?
100. Comment permettre à l’enfant surdoué de s’épanouir ?

Bibliographie

 

 

Même si je ne vous ai pas fait de billet spécifique plus tôt, les habitués du blog ont déjà eu quelques indices leur permettant de savoir que j'avais pas mal aimé ce livre, au point de le faire figurer dans la toute nouvelle section "Le coin des parents" de ma traditionnelle sélection de Noël :roll:

 

Il n'y a donc pas un grand mystère autour de mon avis général. Mais je tenais à lui consacrer une page complète, parce qu'il est à ce jour mon GROS coup de cœur "automne / hiver 2017-18" :hearts:

 

Voilà, c'est dit ! LOL

 

 

Sur la forme d'abord : ce qui est à mon sens vraiment remarquable dans ce livre - préfacé par la psychologie Mathilde Mignon - c'est la présentation. En effet, l'organisation en 100 questions rappelle fortement la collection des 100 idées des éditions Tom Pousse, mais dans une optique plus concrète. D'ailleurs, le sous-titre pose le décor : "questions de parents / réponses de spécialistes" :up:

 

Un enfant précoce ne cesse donc pas d'être précoce en grandissant, il est simplement nommé de façon différente.
(extrait de la question 23 du livre)

 

 

Cela donne un bouquin de 160 pages que l'on peut lire comme bon nous semble, en allant piocher dans le sommaire le thème qui nous interroge. Et pas forcément dans une chronologie classique, chapitre après chapitre.

 

Mais surtout un ouvrage très précis & qui passe au crible vraiment TOUT ce que les parents, ou certains professionnels (je pense notamment au enseignants, à d'autres psychologues peu au fait de la douance, aux infirmiers scolaires, etc.), peuvent se demander. Le balayage est large & le rythme est (d'en moyenne) une question par page.

 

Il permet donc d'être synthétique & d'aller à l'essentiel. Petit inconvénient tout de même, le revers de la médaille : cela interdit de développer des points qui, parfois, mériteraient de l'être. Ceci étant dit, il existe une quantité astronomique de livres vers lesquels le lecteur pourra se tourner pour creuser tel ou tel aspect. A noter qu'une partie de ces livres est citée dans la bibliographie en fin d'ouvrage, & que vous en trouverez bien d'autres dans ma sélection des meilleurs ouvrages selon le public visé :idea:

 

Il ne faut pas perdre de vue l'objectif du livre qui n'est pas de détailler tout ce qui touche au surdouement des enfants (si c'était le cas, il ferait 600 pages...), mais d'être dans une démarche de questions / réponses en vue d'expliciter une thématique très étendue tout en faisant tomber les préjugés qui l'accablent.

 

 

Et sur le fond : l'auteure a une vision qui me paraît très saine de la douance. Et ça se ressent tout au long du bouquin. Toute en justesse & en mesure, s'appuyant autant sur sa pratique que sur les connaissances les plus récentes, sans jamais verser dans un excès de zèle :up:

 

L'écriture est feutrée & très agréable, les mots sont choisis & précis ; mais le ton parfois peut-être un peu trop distant. On sent une volonté de ne pas se disperser ni dériver vers un grand n'importe quoi. Rester focus sur un objectif informatif visant à être le plus efficace possible dans les réponses apportées. Ce qui est parfaitement louable, mais se fait me semble-t-il, par moment, au détriment d'une certaine complicité avec le lecteur qui pourrait attendre un peu plus d'émotion dans les tournures de phrases :oops:

 

Toujours est-il que les réponses sont, dans leur grande majorité, limpides & accessibles à tous. Je précise que les questions 85, 86, 88, 89 & 90 sont traitées par la psychologue Claire Grand (dont j'avais beaucoup aimé à l'époque le "Toi qu'on dit : Le syndrome d'Asperger expliqué aux enfants" :up: ).

 

Je ne suis pas toujours totalement de l'avis des réponses données, mais c'est une question de point de vue. Ça se discute, tout simplement ;)

 

En revanche, un point m'a agacée parce que c'est quelque chose que je modère encore & encore depuis des années. Il se trouve dans le titre même de la question n° 12 : "Que fait-on lorsque le QI total n’est pas calculable ?"

 

On pourrait s'attendre à ce que Charlotte Parzyjagla rebondisse sur ce terme, si souvent employé par les parents ou les praticiens, mais non. La réponse passe à côté & reprend le mot sans déconstruire cette idée reçue. Voici comment débute la réponse :

 

Un QI total n'est pas calculable quand les résultats sont trop hétérogènes.

 

 

Or le QI Total est TOUJOURS "calculable" (au vrai sens du terme) :-|

 

Il aurait été plus exact de parler de QI Total "représentatif"... ou non, car RIEN n’empêche ou n'interdit le psy d'obtenir (& quelquefois de donner) ce score global, même avec 50 points d'écart entre l'indice le plus élevé & le plus bas.

 

Tout l'intérêt de la réponse à cette question est de faire valoir l’inutilité de donner un tel score, dans la mesure où il ne sera pas à l'image des capacités réelles de la personne qui a passé le test. Mais il me semble indispensable de le faire tout en expliquant que ce fameux terme "calculable" est un abus de langage.

 

Détail me diront certains, mais c'est un manque de précision qui ne rectifie pas une erreur souvent commise, & je trouve cela dommage :(

 

Les enfants précoces [...] sont plus dépendants de leurs parents dans le sens où ils ont besoin d'être davantage rassurés, soutenus, câlinés que les autres enfants, mais ils sont très vite autonomes dans leurs réflexions, ils n'ont pas besoin de leurs parents pour penser : ils cernent les gens rapidement & facilement, par exemple.
(extrait de la question 40 du livre)

 

 

Cette remarque n'enlève rien à la qualité générale des "Enfants surdoués. 100 questions / réponses" qui est de mon point de vue - & de loin - le meilleur ouvrage récemment sorti sur la douance chez les enfants :round:

 

A lire sans réserve, pour tout public :up:

 


Cliquez sur la couverture pour ouvrir les détails
des "Enfants surdoués : 100 questions / réponses"

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

7 commentaires à “Les enfants surdoués. 100 questions / réponses”

  1. Roberta dit :

    Entièrement d’accord avec ton avis de lecture ! D’ailleurs depuis sa sortie, je le conseille régulièrement tant aux parents qu’aux professionnels.

  2. Alyalis dit :

    Bonjour Alexandra Raynaud,

    Quand vous cité  » Les enfants précoces […] sont plus dépendants de leurs parents dans le sens où ils ont besoin d’être davantage rassurés, soutenus, câlinés que les autres enfants, mais ils sont très vite autonomes dans leurs réflexions, ils n’ont pas besoin de leurs parents pour penser : ils cernent les gens rapidement & facilement, par exemple.
    (extrait de la question 40 du livre) », pouvez-vous être plus précise quand vous dites : « mais c’est un manque de précision qui ne rectifie pas une erreur souvent commise, & je trouve cela dommage »? Qu’elle est l’erreur souvent commise?

    En vous remerciant d’avance,
    Alyalis

    • Alyalis dit :

      Correction « Alexandra Reynaud »

    • Bonjour,

      Euh… ce n’es pas du tout ce que j’ai écrit !?? :-?
      Relisez-moi :

      ——–

      En revanche, un point m’a agacée parce que c’est quelque chose que je modère encore & encore depuis des années. Il se trouve dans le titre même de la question n° 12 : « Que fait-on lorsque le QI total n’est pas calculable ? »

      On pourrait s’attendre à ce que Charlotte Parzyjagla rebondisse sur ce terme, si souvent employé par les parents ou les praticiens, mais non. La réponse passe à côté & reprend le mot sans déconstruire cette idée reçue. Voici comment débute la réponse :

      CITATION : Un QI total n’est pas calculable quand les résultats sont trop hétérogènes.

      Or le QI Total est TOUJOURS « calculable » (au vrai sens du terme) :-|

      Il aurait été plus exact de parler de QI Total « représentatif »… ou non, car RIEN n’empêche ou n’interdit le psy d’obtenir (& quelquefois de donner) ce score global, même avec 50 points d’écart entre l’indice le plus élevé & le plus bas.

      Tout l’intérêt de la réponse à cette question est de faire valoir l’inutilité de donner un tel score, dans la mesure où il ne sera pas à l’image des capacités réelles de la personne qui a passé le test. Mais il me semble indispensable de le faire tout en expliquant que ce fameux terme « calculable » est un abus de langage.

      Détail me diront certains, mais c’est un manque de précision qui ne rectifie pas une erreur souvent commise, & je trouve cela dommage :(

      ——–

      Alexandra

      • Mia dit :

        Bonjour Alexandra,

        Voilà pour mon témoignage personnel.

        Quand j’ai passé le test l’an passé, la psy n’a pas voulu me donner mon chiffre final, car elle estimait qu’il était faux. J’ai dû insister pour qu’elle me le livre quand même (107). Or, pour toutes les questions qui concernaient des calculs (même ultra-simples pour la plupart des gens), j’ai répondu au hasard et en panique (maudit chronomètre qui ne me permettait pas de compter sur mes doigts ou bien de dessiner ma réponse !), car je vis un grave blocage face au calcul depuis la petite enfance. Mon résultat (bien au-dessus de la moyenne en Verbal) s’en est trouvé très altéré, au point de fausser le diagnostic HP. En outre, d’après la psy, je suis bien HP (par mon comportement, mon vécu, etc., soit tout ce qui n’est pas « calculable » dans la Wais).

        Pour finir, je comprends tout à fait que sa décision première ait été de ne pas me révéler ce chiffre de 107, car il mettait clairement en discussion la validité du test par rapport à la validité de son diagnostic HP. Pire qu’un koan japonais. Insoluble.

        Oui, mon QI n’a pas été calculable en fonction de ma façon de répondre, mais comme ma façon de répondre n’est pas calculable en termes de chiffres… le chiffre est forcément faux.

        « Incalculable » doit être le mot poli pour dire que la Wais est faillible LOL LOL LOL

        Bonne journée à vous :)

  3. Alyalis dit :

    Oui, je vois, je croyais que quand vous aviez dits:
     » mais c’est un manque de précision qui ne rectifie pas une erreur souvent commise, & je trouve cela dommage »; cela concernait la citation qui suit. C’est pour cela que je m’interrogeais :roll:

    Merci pour vôtre précision :)

    Alyalis



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article