[VIDÉO] Plongez dans le monde des enfants à haut potentiel intellectuel : « Le courage de grandir » (France 2, avril 2018)

Après ce long week-end de Pâques, & hier, cette journée mondiale de sensibilisation à l'autisme, ce soir les enfants (T)HPI seront à l'honneur sur la télévision publique :-D

 

En effet, le magazine Infrarouge diffusera en 2ème partie de soirée le nouveau documentaire réalisé par la journaliste Marie Drucker :round:

 

Il s'agit d'un film inédit de 52 minutes, intitulé "Le courage de grandir" :)

 

Marie Drucker l'a tourné sur deux années en immersion dans l'école parisienne Georges Gusdorf, qui est un établissement scolaire privé laïc & hors contrat, spécialisé dans l'accueil des enfants & des adolescents à haut potentiel :!:

 

La journaliste a d'ailleurs présenté son film en avant-première à toutes les personnes liées l'établissement, & pour tout vous dire, des lecteurs dont les enfants y sont scolarisés m'ont rapporté qu'il était tout simplement magnifique :up:

 

Voici la présentation officielle du documentaire :

 

Autour de nous, ces dernières années, le mot « précocité » revient de plus en plus fréquemment.

De plus en plus d’enfants de tous milieux sociaux souffrent de maux qui ne sont ni des maladies, ni des handicaps et qui se manifestent, de prime abord, par une incapacité à vivre, à grandir sans difficulté, « comme les autres ».

Tout semble complexité, souffrance, violence parfois et - il faut bien le dire - cauchemar pour les parents.

Qui sont ces enfants - entre 2 et 5 % des enfants scolarisés en France dont 1/3 en échec scolaire total en fin de 3ème -, pourtant sains et valides, dont la vie est faite, si tôt, d’une grande souffrance ? Tous ont un point commun : des capacités intellectuelles différentes des enfants de leur âge. Des interrogations, des questionnements, des préoccupations qui font d’eux des enfants intellectuellement « hors norme ».

 

 

Parmi les articles intéressants, deux ont retenu mon attention.

 

Celui de Télérama, qui a publié "Marie Drucker retourne à l'école", signé François Ekchajzer, dont voici un extrait :

 

Comment être précoce dans une Education nationale qui préfère les élèves modèles ? Marie Drucker aborde avec finesse la question dans “Le courage de grandir”, son deuxième essai documentaire présenté au Fipa.

Un an après Détenues, formidable documentaire consacré à des femmes purgeant de lourdes peines et pour qui la prison s’avère un lieu de (re)construction, Marie Drucker confirme son entrée dans un genre où elle n’était pas attendue avec Le courage de grandir, projeté à Biarritz le 27 janvier, en clôture du Fipa. Elle y aborde la problématique des enfants précoces, inadaptés à un système scolaire peu enclin à s’adapter à eux, mais qui trouvent à l’école Georges Gusdorf (Paris, 15e) des réponses correspondant à leurs besoins particuliers.

« Avant de commencer, j’ai vu ce qui s’était fait sur le sujet, explique Marie Drucker. Des reportages sensationnalistes sur le mode “regardez : il peut remettre en ordre un Rubik’s Cube les yeux fermés en 45 secondes !”, ou “il est surdoué… et pourtant au chômage !” Rien qui colle au réel dans sa pluralité. Rien qui rende compte de ce que vivent ces enfants tout à fait bien portants sur les plans physiologique et cognitif, mais qui souvent souffrent à l’école. »

A travers une construction très libre et très fine de paroles et de scènes de vie savoureuses, dans lesquelles se fait jour la pensée de petits, de grands, de parents, d’enseignants, Le courage de grandir pose un regard d’une belle justesse sur une question de société dont on comprend très vite qu’elle excède le champ de la précocité. Car ce que vivent ces enfants « différents » (ou un peu plus « différents » que d’autres) interroge dans sa globalité un système scolaire, supposé se conformer à la réalité et aux besoins de chacun plutôt qu’à un élève-type, modèle d’élève, élève modèle.

 

 

POUR LIRE la SUITE de l'ARTICLE de TÉLÉRAMA :arrow: c'est par ici !

 

 

Et deuxième article, publié dans Terrafemina.

 

Titré "« Le courage de grandir » : Marie Drucker à la rencontre des enfants précoces", il est signé Léa Drouelle.

 

En voici les premières lignes :

 

Dans son nouveau documentaire "Le courage de grandir", qui sera diffusé sur France 2 mardi 3 avril à 22h45, Marie Drucker nous ouvre les portes de l'école Georges Gusdorf et dévoile une série de portraits d'enfants dotés de capacités intellectuelles hors du commun, d'une grande sensibilité et d'une personnalité singulière. Rencontre.

En France, quelque 500 000 enfants sont précoces. Malgré leurs facilités, ils rencontrent souvent des difficultés à s'adapter au système scolaire classique et à "être comme les autres". Voici le point de départ du documentaire Le courage de grandir, réalisé par Marie Drucker et qui sera diffusé mardi 3 avril dans l'émission de documentaires Infrarouge, qu'elle présente chaque semaine depuis la rentrée.

Depuis qu'elle a choisi de se consacrer à l'art du documentaire, Marie Drucker n'a pas peur d'explorer ses sujets à fond ni de sortir des sentiers battus. En 2017, son film Détenues racontait la reconstruction d'anciennes femmes incarcérées. Cette fois, la journaliste s'aventure loin de l'univers carcéral pour se tourner vers celui de l'école en nous présentant des enfants aux capacités intellectuelles exceptionnelles pour leur jeune âge. En d'autres termes, des enfants précoces. Au début, Marie Drucker commence à se renseigner sur le sujet comme ça, par simple curiosité. Jusqu'à ce qu'elle réalise que l'idée qu'elle s'en faisait était loin de correspondre à la réalité du quotidien de ces enfants...

Le documentaire s'ouvre avec l'image d'un petit garçon en classe. Vêtu d'une cravate, très à l'aise face à la caméra, il explique qu'il est bon en tout et très fort en maths, et que sauter une classe grâce à une seule matière "c'est balèze". On s'attend donc à une succession de petits génies qui se livreront à des concours intellos et qui en mettront plein la vue aux adultes. Sauf que c'est tout l'inverse.

 

 

POUR LIRE la SUITE de l'ARTICLE de TERRAFÉMINA :arrow: c'est par là !

 

 

Et je vous propose enfin, histoire de se mettre en appétit, quatre extraits du documentaire :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je précise que, comme toujours, le documentaire sera suivi d'un débat ;)

 

On estime à plus de 500 000 le nombre d'enfants surdoués en France. Des enfants qui rencontrent des difficultés à s'adapter au système scolaire classique et à « vivre comme les autres ». C'est à Paris, à l'école Georges Gusdorf, que se raconte l'histoire de quelques-uns d'entre eux, âgés de 8 à 16 ans. Une école spécialisée qui leur permet de renouer avec eux-mêmes et de trouver le courage de grandir.

Ainsi Alice, arrivée à l'école Georges Gusdorf à l'âge de 11 ans. Quelle voie va-t-elle pouvoir trouver cette année dans cet établissement qui propose un enseignement différent ? Héloïse, 15 ans, bien que brillante, doit faire beaucoup d'efforts pour s'adapter au « système »/

 

 

:arrow: à retrouver donc ce soir, 03 avril 2018, à partir de 22h45 sur France 2... ou en replay ici même ensuite :round:

 

 

MISE À JOUR du 04 avril 2018 👉🏻 le replay est à retrouver ci-dessous (& visible depuis tous pays ! :smile: ), en deux parties ⤵

 


Partie une...

 

 


Partie deux...

 

 

Quelques mots pour vous donner mon sentiment sur le film :)
Pour ma part, j'ai beaucoup aimé ce documentaire. J'ai surtout apprécié son ambiance, sa discrétion, sa tendresse. On sent que Marie Drucker ne juge pas ces enfants ou ces familles, elle n'est pas dans une posture racoleuse ou sensationnaliste :up:

 

« Le courage de grandir » ébranle l'image caricaturale (& habituelle) des enfants précoces. Il les montre tels qu'ils sont : atypiques, mais tous différents :roll: Certains plus exubérants que d'autres, certains plus au fait des codes sociaux que d'autres (je pense notamment à Joséphine... qui m'a beaucoup fait sourire à titre personnel), certains plus scolaires que d'autres.

 

Seul regret : que ça n'ait pas duré plus. J'ai eu la sensation que les 52 minutes étaient passées très très vite :(

 

Alors bien sûr, je savais d'avance ce qui allait être reproché à ce documentaire, & certains commentaires sur la toile le confirment largement...

 

Dans le débat qui suivait, la psychologue Jeanne Siaud-Facchin soulignait, à juste titre, que l'on a des enfants surdoués dans TOUS milieux. Mais le film, en étant tourné au sein d'une école privée hors contrat d'apprentissage ne montre que des enfants issus de milieux très favorisés (pouvant mettre 8 000 euros par an dans la scolarité de leur enfant).

 

D'autres reproches sont faits sur l'aspect essentiellement scolaire du regard porté sur ces enfants dans le documentaire...

 

Ou encore sur l'absence d'explications en voix off, notamment pour parler des troubles tels que les Dys, le TDA/H, l'autisme.

 

Bref, il n'est jamais facile de contenter tout le monde :-|

 

 

Je termine ce billet sur cette vidéo, passage de Marie Drucker - accompagnée de Héloise, Alice & Joséphine - sur la plateau de Quotidien, de Yann Barthès :bigheart:

 

 

 

 

 


 

 

🚩 Pour aller au-delà du blog, de mon côté je suis l'auteure de ces trois livres...

 

Deux témoignages parus aux éditions Eyrolles :

- "Les Tribulations d'un Petit Zèbre. Épisodes de vie d'une famille à haut potentiel intellectuel", sur la douance ( = précocité intellectuelle, surdouement, zébritude, haut potentiel intellectuel, surefficience mentale ;) )

 

- "Asperger & fière de l'être. Voyage au cœur d'un autisme pas comme les autres", sur le syndrome d'Asperger & le combo Haut Potentiel / Asperger. Un regard unique en France sur les liens entre TSA & haut potentiel intellectuel ❤

 

          
Cliquez pour ouvrir                   Cliquez pour ouvrir

 

 

Et très bientôt un dernier opus, dans cette fameuse collection Parent au top "L'Enfant atypique. Hyperactif, haut potentiel, Dys-, Asperger… faire de sa différence une force" :roll:

 

 

 

💬 Amis (futurs) lecteurs, ce petit mot pour vous annoncer que la date de sortie de mon prochain livre, « L'Enfant atypique. Hyperactif, haut potentiel, dys, Asperger… faire de sa différence une force », sera non pas le 19 avril comme annoncé au départ, mais fin mai / début juin 👍🏻

 

Je suis navrée de ce contretemps, mais la collection "Parents au top" aux éditions Eyrolles - imprimée en couleurs & construite de manière très ludique - demande du temps & énormément de travail à tous les intervenants qui œuvrent en coulisse. Or, le nouveau volume à paraître a lui-même été retardé (« On ramène le calme à la maison. Aider votre enfant à calmer stress, agitation, anxiété et angoisse ») & va sortir en librairie d'ici quelques jours, décalant de fait la parution du mien :-o

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

19 commentaires à “[VIDÉO] Plongez dans le monde des enfants à haut potentiel intellectuel : « Le courage de grandir » (France 2, avril 2018)”

  1. Espoir dit :

    Bonjour,
    Hâte de voir ce reportage, c’est vraiment dommage que ça soit en 2ème partie…
    Par contre ce que je reproche à ce genre de reportage, c’est que l’on parle que des écoles spécialisées (ma fille y a été 2 ans et grâce à cette école, elle a retrouvé goût à la vie et oui à 6 ans….), maintenant elle est dans un cursus classique (l’école a fermé). Pourquoi ne parle t-on pas des enfants « précoce » à l’école classique, car c’est là que les enfants rencontrent de vrais difficultés; des souffrances (et même nous les parents), surtout quand on tombe sur des instits qui dénigrent l’enfant, qui ne veulent pas comprendre…. J’aimerais vraiment un jour voir un reportage sur ces enfants à l’école dite classique, car franchement ces enfants là souffrent énormément même bien entourés.

    • Alyalis dit :

      Bonjour Espoir,

      il est vrai qu’il est difficile de voir des reportages sur les enfants précoces (ou non) en souffrance scolaire dans le milieu scolaire classique même. Pourquoi? tout simplement parce que l’enfant dont l’enseignant pratique cette maltraitance refusera d’être filmé en action ou s’il accepte, jouera la comédie, c’est-à-dire, qu’il jouera le professeur irréprochable. Il ne se montrera pas car il risque gros à agir comme ça. Ce n’est pas pour rien que les parents qui rencontrent un instituteur ou institutrice border-line, racontent toujours que ce dernier ou cette dernière cherche à faire croire que l’enfant raconte des mensonges pour X ou Y raisons.

      IL n’y a que les élèves témoins de ça ou victime qui peuvent en parler. Ou quand cela arrive, les autres enseignants s’ils arrivent à en avoir la preuve…

      J’ai hâte d’être à ce soir pour voir le reportage!!
      C’est bien cette école qui est fermée aujourd’hui?

      • Espoir dit :

        Oui, vous avez tout à fait raison, je n’ai pas pensé à ce point de vue. C’est vrai que l’enseignant met les tords sur l’enfant et en est même à dire qu’elle ne croit pas aux tests que ma fille a passé (elle nous a même demandé à les repasser pour être sûr et bingo aussi haut voir plus qu’avant), bref vraiment pas simple pour l’enfant. Je suis si triste pour ma fille, heureusement qu’elle s’épanouie dans le sport.
        L’école spécialisée de ma fille a fermé mais ce n’est pas celle du reportage.

  2. Fleur dit :

    Bonjour,

    J’ai aussi vraiment hâte de voir se reportage, mon fils aura 11 ans au mois de Juin, et depuis quelques années, il est suivi par une équipe éducative car ses problèmes de comportement ont commencé très tôt, à son entrée en maternelle, à peine 3 ans les premières réflexions étaient : Votre enfant parle très très bien, a déjà un stock de vocabulaire très enrichi.. et cela n’a pas cessé depuis.. (pourtant il a appris à lire qu’au CP pas avant), cependant mon fils a de très forts troubles associés et ce en s’aggravant, il est sur liste d’attente pour faire un bilan neuropsychologique et pluridisciplinaire (6 mois d’attente encore), depuis quelques mois maintenant et à l’aide de la psychologue scolaire, du directeur d’établissement, du médecin scolaire et de la maitresse, on cherche des solutions pour qu’il puisse finir l’année de CM2 sans trop de souffrance.
    Il n’a plus d’ami et est rejeté de toute part, il me dit (pas plus tard qu’une semaine) même que cela ne sert à rien d’avoir des amis si c’est pour se faire jeter, reprendre, jeter, que ca lui fait trop mal et du coup autant ne pas avoir d’amis pour éviter de souffrir (ce sont ses mots).
    Le bilan QI avait été fait à ses 7 ans avec une moyenne de 126, cette année il a une moyenne de 109 mais avec des notes très différentes selon la forme d’intelligence, il a 130 en logico verbale linguistique, et sous la barre des 100 (et du coup cela baisse sa moyenne globale et n’est pas représentative de ses capacités => dixit la psy scolaire) en mémoire de travail, et cela est paradoxal avec le fait qu’il apprend une poésie d’un trentaine de ligne en moins de 10mn montre en main (ce qui me fascine toujours autant).
    Sa précocité n’est pas déterminée par le bilan, mais la psychologue scolaire appui bien sur le fait qu’on ne peut pas se baser uniquement sur ce test, car mon fils a des troubles complexes à côté, il est hypersensible, a de très grosses difficultés à se concentrer, se met très difficilement à l’écriture (alors qu’il sait très bien écrire), remue sans arrêt, fait énormément de bruit en classe, hyperactif, et se réfugie dans ses dessins et ses petits scénarios avec ses legos et se renferme dans sa bulle dès qu’il se sent pas bien en classe, il fait tout pour se faire sortir de sa classe exprès : « Maman, je fais exprès de me faire sortir de la classe, car je n’en peux plus de ma classe, ils me disent tout le temps que je ne travaille pas (la maitresse lui laisse faire 2 exercices sur 4 par exemple car il a beaucoup de mal à finir non pas parce qu’il ne sait pas mais parce qu’il n’en n’a pas du tout envie) », et a contrario à l’oral il lève toujours la main et veut toujours faire des exposés. Il va travailler uniquement si il en dualité, c’est à dire avec quelqu’un qui l’accompagne à côté, la maitresse le fait très régulièrement mais même ca mon fils maintenant ne l’accepte plus, du coup quand la maitresse voit que mon fils est sur le point de ne plus suivre et de se refugier dans sa bulle, commence à faire de plus en plus de bruits, elle l’envoie chez le directeur pour le faire souffler, et cela fonctionne.
    Il se mêle de tout, intervient de façon permanente dans toutes les conversations d’adultes et discute les discussions en donnant son point de vue alors que l’on ne lui a pas demandé, on lui dit toujours qu’il doit arrêter de faire ça, mais rien n’y fait, il continue, et nous répond : « pourquoi n’aurais-je pas le droit de dire ce que je pense, même si je suis un enfant, pourquoi les enfants ne peuvent pas discuter de conversations d’adulte ?
    nous sommes dans un pays de liberté d’expression ».. etc.. bref on peut rentrer dans des conversations très longues dans lesquelles il défendra son bout de steak avec voracité en disant que tout le monde à tord sauf lui, ce qui peut paraître être de l’impertinence et qu’il est « mal élevé ».. il invente sans arrêt des maquettes, des jeux de construction et de logique, il adore ca, il aime lire ses BD et livres mais pas les livres de l’école, il a un humour exceptionnel et ce depuis tout petit, il est hyper sensible, quand il n’arrive pas à faire quelque chose il en pleure de rage et pourtant cela peut paraître invraisemblable qu’il se mette dans ces états pour si peu, il comprend bien plus vite les règles d’un jeu de société que nous les adultes, et paradoxalement il a beau apprendre par cœur ses tables de multiplication, il n’arrive jamais à les ressortir, Il m’a déjà fait changer mon point de vue sur pas mal de choses en discutant avec lui, il a regard très distancié avec les choses courantes de la vie, m’a questionné à 4 ou 5 ans sur la mort, comment c’est de mourir, comment on fait pour aller au ciel, car ce n’est pas possible d’avoir des ailes qui poussent dans le dos !!!
    Ses réflexions sont incroyables, exemple :
    A l’Age de 7ans, un matin en prenant le petit déjeuner d’un ton très calme, il me dit « maman puis-je te poser une question ? » je lui réponds « oui bien sur je t’écoute », il me demande « maman, si un jour je deviens homosexuel, est-ce que tu me rejetteras comme certains parents font avec leur enfants ? » pardonnez moi l’expression mais j’étais sidérer par la maturité de sa question je ne savais même pas qu’il connaissait et savait le mot « homosexuel », donc je lui ai répondu d’un ton calme en lui disant : « pas du tout, je ne te rejetterai absolument pas, tu peux aimer les filles, les garçons ou encore les deux, tu fais ce que tu veux, du moment que tu es heureux c’est ce qui importera ». il me répond : « j’en étais sure mais je voulais juste savoir au cas où, mais je te rassure je préfère nettement les filles », je lui réponds : « tu as le temps mon chéri tu verras bien, ne t’en fait surtout pas pour ca ».
    Je vais tenter de faire un dossier pour le collège Charcot à Joinville, et si il n’est pas pris alors je vais faire une demande d’AVS en parallèle pour le collège classique, sinon ce sera catastrophique, il ne veut déjà plus aller à l’école, ca l’ennui, il dit que les autres ne le comprennent pas, qu’ils sont méchants, que la maitresse ne le comprend pas, que personne l’écoute à l’école, que c’est pour cela qu’il se fait sortir de la classe, et bien sur la maitresse me dit : attention à ce qu’il vous dit car cela ne reflète pas forcément la réalité en classe, quand il se sent persécuté alors que les autres veulent soi disant l’aider », je lui avais répondu que mon fils me dit effectivement que vous ne le croyez pas, mais que vous ne savez pas tout ce qu’il se passe en dehors de la classe, c’est à dire dans la cour de récréation et dans les couloirs..
    Je l’élève seule, et je vous avoue que ca me fait mal en tant que maman de le voir en souffrance, pas dans le moule de l’école, il me dit souvent : « maman je sais que je ne suis pas comme les autres, je suis différent mais je n’arrive pas à faire autrement » clairement on pensait qu’il avait un spectre autistique alors que non, on doit diagnostique sa TDA-H car cela crèe les yeux qu’il a ce trouble en plus de tous les autres..

    Si des rencontre sont faites avec les autres parents et enfants, j’aimerais bien pouvoir me joindre à vous pour pouvoir discuter et aussi faire rencontrer d’autres enfants à mon fils qui ont les mêmes troubles, au moins une fois cat honnêtement l’angoisse me gagne par moment, l’angoisse de ne pas savoir si il décrochera ou bien s’il sera pris en charge à temps, car il doit vraiment être pris en charge, il arrive au bout, il sature complètement à l’école, il ne veut plus en entendre parler, l’autre jour il a décidé comme ça de partir de sa classe en disant : « Je m’en vais, j’ai mes clefs, je rentre chez moi » du coup il a atterri chez le directeur qui a su gérer la situation.. (Mon fils m’a dit que c’est ce qu’il avait voulu, pour pouvoir sortir de la classe et être tranquille dans une autre sans travail à faire)

    • Judith dit :

      Bonjour,
      Il paraît en effet fort probable que votre fils ait un trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité et c’est étrange que l’école ne l’ait pas suggéré avant ce qui aurait pu permettre à votre enfant de se sentir déjà mieux à l’école. Ce trouble peut impacter les résultats des tests de QI et un psychologue expert sur le sujet est d’habitude en mesure de déceler un trouble spécifique (TDA, dys…) en complément d’une précocité surtout lorsqu’il y en a un écart très important entre les résultats des différentes parties du test. C’est très bizarre qu’il y ait une différence aussi importante entre les 2 passations, c’est le même test qui a été passé les 2 fois (wisc ?) avec le même psychologue ? Il est évident, et malheureusement, que votre fils est en souffrance à l’école et cela malgré tout ce que sa maîtresse et le Directeur font pour essayer de le rendre le plus épanoui possible. Est ce qu’il voit un pedo-psychiatre spécialisé sur la précocité ? Il pourrait certainement l’aider à vivre plus serainement sa précocité. N’hésitez pas non plus à contacter le référent précocité de l’éducation national de votre département pour trouver le mode de scolarité qui lui serait le plus adapté ( choix du collège, adaptations spécifiques en classe…). Bon courage à vous deux ! Judith

  3. joron dit :

    Bonsoir, Fleur en vous lisant j’ai l’impression que c’est moi qui parle de mon fils âgé de 12 ans. Nous avons découvert sa précocité l’année dernière. Il a fait sa rentrée en sixième, et je suis désemparée face à la réaction (ou non réaction de l’académie). En gros on me propose de retirer mon enfant du système scolaire, car l’école classique ne lui convient pas. Avoir un enfant précoce, c’est angoissant, car c’est avoir un enfant solitaire, facilement harcelé à l’école, car différent. C’est supporter le regard des autres parents et le jugement des enseignants, parce que votre enfant ne rentre pas dans la norme. Aller d’un spécialiste vers un autre inlassablement, puis essayer la médecine parallèle. On reproche à mon fils d’être ce qu’il est, comme si on lui reprochait d’être un garçon ou d’avoir les yeux bleus, car oui il ne tient pas en place, parle comme un jeune adulte tout en écrivant comme un enfant de sept ans…et oui il n’aime pas les répétitions alors il n’apprendra pas facilement sa conjugaison ou les tables de multiplication ! bonne chance et bon courage à vous parents, et à vos enfants.

  4. Chrislag dit :

    Bonjour,
    Reportage très émouvant en effet et qui m’a personnellement « retournée ».
    En tant que maman d’un (peut-être même 2 ou 3, nous devrons certainement les faire tester…) EIP, je n’ai pas appris grand chose sur son mode de fonctionnement, ses difficultés à s’intégrer, sur la montagne d’énergie et de courage qu’il doit déployer tous les jours pour entrer dans le moule de notre société qui n’est pas faite pour lui et qui ne le comprend pas. Par contre, j’ai été simplement contente de voir que oui, des adultes savent comprendre ces enfants, savent les rassurer et leur donner confiance en eux pour qu’ils apprennent, qu’ils puissent s’épanouir un peu et que, enfin, ce soient les adultes qui s’adaptent à eux… Si seulement ce genre d’école pouvait se développer partout en France et devenir beaucoup plus accessibles…
    Malheureusement, j’ai été très frustrée par le débat et particulièrement le discours du représentant du ministère qui m’a semblé tellement creux et abstrait sur les mesures à prendre… Bon, au moins, le constat est fait (et c’est déjà une grande avancée) : il faut prendre en charge ces enfants de façon différente et il faut donc que l’EN évolue. Par contre, je n’ai toujours pas compris ce qu’il y aura dans le plan 2018-2019… Et entre les belles paroles du ministère qui promet référents EIP formés et parcours adaptés, et la réalité du terrain avec des inspecteurs butés et fermé, il y a un fossé abyssal… Croisons les doigts !

  5. Alyalis dit :

    Bonjour Alexandra,
    la dernière image que vous montrez avec Marie Druker et les enfants est-elle tirée d’une émission? Si c’est le cas, pouvez-vous nous renseigner? Que je cherche la rediffusion :)

    Je partage vôtre avis, j’aurai aimé aussi que cela dure plus longtemps. C’était beau de les voir réfléchir tous ensemble sur des sujets tel que la philosophie.
    Pour ce qui est du débat, il aurait été bien qu’il y ait plus de protagoniste car le représentant de l’EN a fait comme à chaque fois: j’en dis un peu mais pas trop. Ce que je crains c’est que les mesures qu’ils vont mettre en place soient pensées à la va-vite juste pour dire qu’ils se sont penchés sur la question… Il n’avait pas l’air de connaître son sujet et c’est dommage pour un représentant :/

    Bonne journée

    • Bonjour :-D

      Oui, elle est tirée de l’émission Quotidien, de Yann Barthès, sur TMC. Il y a ce lien :arrow: https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/invitees-marie-drucker-trois-jeunes-enfants-precoces-presentent-courage-de-grandir.html mais il semble que ce ne soit qu’un extrait, & non un replay intégral !?? :(

      Amicalement,
      Alexandra

    • Ah si !!! :) Je crois que ce lien ( https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/quotidien-premiere-partie-3-avril-2018.html ) donne accès au replay de toute la partie de l’émission avec Marie Drucker & les jeunes (T)HPI invitées sur le plateau de Yann Barthès ;)

      Alexandra

      • Alyalis dit :

        Merci Alexandra, je regarderai et je me dis qu’avec Yann Barthès, ce sera encore plus intéressant dans les échanges :)

  6. ABC123 dit :

    Bonjour,
    Maman de 3 EIP (testés), je ne réagis habituellement pas aux articles de ce blog – que je lis avec plaisir, et qui m’ont en particulier orientée vers des ouvrages très enrichissants.
    Mais là, j’ai envie de réagir : je n’ai pas du tout aimé ce reportage. Hormis peut-être une phrase d’un des papas, qui souligne que l’objectif, au final, est la « réinsertion ».
    Oui, les enfants précoces ont des besoins particuliers qui vient de leur fonctionnement. Oui, j’ai reconnu beaucoup de traits caractéristiques dans les protagonistes (merci Joséphine pour ta vérité). Oui, l’école n’est pas toujours un lieu d’épanouissement pour eux. Oui, les relations sociales sont compliquées. Oui, les interlocuteurs (enseignants, psy…) ne sont pas toujours bienveillants. Et là je mets un bémol, car dans le parcours de nos enfants, nous avons aussi rencontrés des personnes formidables, qui les ont compris et réellement aidés. Et oui, il leur faut le courage de grandir…
    Mais n’y a-t-il pas moyen de le faire autrement que dans une prison dorée où la complaisance semble de mise ??
    Je ne pense en effet pas que la photo de ce reportage, qui ne creuse pas ses idées, mais montre juste des enfants (qui parfois ont une tendance exaspérante à se regarder le nombril), soit représentative des enfants précoces.
    J’ai pensé plusieurs fois à déscolariser un de mes enfant, ou à le mettre dans une école « adaptée » et je ne l’ai jamais fait. Car je ne suis pas intimement persuadée que ce soit la solution. Ceci n’est que mon avis et mon ressenti, je ne prétend pas que ce soit applicable à tous.
    En effet, l’enjeu n’est-il pas pour ces enfants d’apprendre à apprivoiser leur environnement ? Ok, en y laissant le moins de plumes possible. Mais au final, ce monde qui nous entoure, on vit dedans non ? Et si on ne veut pas être malheureux toute sa vie, il faut bien à un moment en comprendre les codes… Ceci ne signifie pas se sur-adapter, mais juste réaliser sa différence, l’accepter et vivre avec. Et je pense que l’on peut aider nos enfants à cela, en y passant certes de l’énergie, mais en les accompagnants dans le « vrai » monde. Plutôt que de les parquer avec leurs semblables. C’est un peu violent, désolée, mais je suis ressortie du reportage avec cette impression.
    Je n’ai personnellement pas envie que mes enfants deviennent adultes avec l’idée que le problème, ce sont les autres. Et bien entendu, qu’ils n’intègrent pas non plus que le problème c’est eux.
    Juste, qu’il n’y a peut-être pas de problème, mais seulement des différences.
    Merci de m’avoir lue.

    • Alexia dit :

      Merci d’avoir si bien exprimé mon ressenti également. En gros éviter à ses enfants de se polariser sur eux-mêmes et essayer au maximum de s’adapter au monde qui nous entoure… sans y laisser son âme évidemment !

  7. ferlouis dit :

    Ou est l’égalité homme/femme dans ce documentaire?Cette égalité qu’on nous rabâche à longueur de temps?
    On nous fait le portrait de 4 filles pour un seul d’un garçon effacé.Et le temps consacré au garçon est dérisoire comparé aux filles.
    Voilà comment on traite un sujet intéressant : à grand coup de féminisme!
    Ce documentaire est là pour nous dire en filigrane que les surdoués,les enfants précoces, se trouvent essentiellement chez les filles.Alors que l’intelligence et le génie serait plus du côté des hommes, l’histoire est là pour en témoigner.C’est le monde de l’inversion.
    C’est choquant mais pas étonnant car l’idéologie féministe se retrouve aujourd’hui partout : films,séries,documentaires,tous les médias;jusque dans la langue française avec l’écriture inclusive.
    Pas étonnant non plus quand on voit qui a réalisé ce truc.
    Documentaire Honteux.
    (j’imagine que ce message ne sera pas publié puisqu’il dit la vérité.)

    • Bonsoir,

      Votre analyse est surtout terriblement faussée, en particulier appliquée au monde de la douance :down: En réalité, pour une fois, la lumière est mise sur des filles à haut potentiel, celles-la même généralement peu ou pas représentées dans les reportages.
      Il faut savoir que la gent féminine est très minoritaire dans les cabinets de psychologues, les associations pour enfants surdoués ou les classes pour EIP. Les filles sont moins bien repérées, plus tardivement identifiées alors même qu’il y a une répartition statistique identique de l’intelligence entre garçons & filles :(

      Voyez par exemple ces billets :
      – http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2015/09/11/et-si-elle-etait-surdouee/

      – http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2018/04/15/douee-moi-haut-potentiel-conjugue-au-feminin/

      – http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2016/02/19/femmes-surdouees-trop-intelligentes-pour-etre-heureuses-le-figaro-madame-fevrier-2016/

      Alexandra

  8. Ferlouis dit :

    Bonjour,

    A aucun moment il est question du problème de détection des filles à haut potentiel intellectuel dans ce documentaire sauf dans le court débat de fin où Marie Drucker ,questionnant le directeur général de l’enseignement scolaire, en fait très vaguement allusion : «Aujourd’hui, souvent,on attend que le mal-être se manifeste parce que,on l’a vu dans le film , beaucoup de ses enfants masquent tout,gardent tout pour eux,notamment les filles.Les classes du système public sont souvent surchargées,les profs sont souvent débordés…».
    Puis,Jeanne Siaud-Facchin répondra plus clairement à MD :«…et puis l’autre chose que vous avez soulignée Marie,et qui est particulièrement importante, c’est que effectivement, il faut être prudent avec les filles, parce que les filles ont des capacités d’adaptations et d’inhibitions qui les rendent souvent totalement adaptées, en tout cas elles semblent adaptées au système.Et là aussi, il y a autant de filles que de garçons…».
    J’ai bien aimé le « notamment les filles »de MD car dans ce documentaire, il n’y a qu’un garçon dont on apprendra qu’il a 10 de moyenne,que c’est un gros fainéant(et de plus il zozote)!Ce garçon n’a pas été pris par hasard…il fait valoir les filles qui sont toutes brillantes et en particulier Héloise dont la moyenne frôle les 18 et dont les enseignants ne tarissent pas d’éloges.

    Donc le problème de la détection des filles HPI n’est pas le sujet de ce documentaire.Si cela avait été le sujet, on aurait parler que de filles.Or ce n’est pas le cas.
    Non,le sujet de ce documentaire est bien : les enfants précoces,surdoués,à haut potentiel, qui rencontrent des problèmes d’adaptation dans un cycle scolaire normal.
    Donc mon analyse n’est en rien faussée…elle est très juste et ce documentaire souffre bien d’un problème d’égalité dans le choix des enfants.
    En effet, le documentaire dure 66 minutes:
    Le temps consacré aux 4 filles(Joséphine,Alice,Ellie,Héloise) est de 56 minutes.
    Le temps consacré au seul garçon(Octave)est de 10 minutes et encore en comptant large.Il y a bien un autre garçon, Léo le frère d’Ellie,qui appararait dans le générique,mais qui ne sera jamais interviewé.Donc un déséquilibre flagrant que rien ne justifie.
    En préambule, Marie Drucker dit bien:«J’ai interrogé des filles et des garçons…». Faux!quatre filles et un garçon!
    Certes,des tout petits,pour la plupart des garçons,auront la parole de 15m27 à 17m23 lors d’un cours de philo de CP.Deux minutes que j’ai inclues dans les dix minutes consacrées au portrait d’Octave.

    Et j’aimerais savoir dans quels documentaires les filles à HPI ne sont pas ou peu représentées comme vous dites?Avez-vous des références?
    Et avez-vous des chiffres concernant la représentation des femmes dans les cabinets de psychologues, les associations pour enfants surdoués et les classes EIP?
    Est-ce vraiment une réalité?Sur quoi vous vous appuyez pour affirmer ça?

    J’ai visité les liens que vous me conseillez.Donc 70 % des HPI seraient des garçons et 30 % de filles.Et si ce chiffre reflétait tout simplement la réalité?Pourquoi vouloir a tout prix atteindre l’égalité?(névrose typiquement féministe). Est-ce vraiment l’égalité que vous recherchez ou ne serait-ce pas plutôt la domination comme par exemple en école de médecine où aujourd’hui les femmes représentent plus de 70% des étudiants?
    Selon vous,et de l’avis madame Siaud-Facchin d’ailleurs, il y aurait autant de filles que de garçons HPI.Pourtant les chiffres montrent le contraire.Donc c’est la course au 20% restant afin d’atteindre l’égalité…(quelle absurdité).
    Les filles étant scolarisées depuis longtemps au même titre que les garçons, je ne vois pas en quoi elles seraient moins bien détectées.

    Pour finir je dirais que ce documentaire est bien féministe.
    Féministe jusque dans son affiche où la plus brillante des filles de ce documentaire apparait cheveux aux vent.C’est Héloise dont la mère dira qu’elle s’intéresse au féminisme.
    De plus, on apercevra dans sa chambre un drapeau LGBT(à 29m45)… :) Rien n’est laissé au hasard!Voilà les deux idéologies dominantes du moment.
    Féministe jusque dans les paroles de certaines filles où la critique du père revient plusieurs fois telle Alice qui dit qu’avec son père la relation n’a jamais été formidable,qu’il n’accepte pas que sa fille soit aussi intelligente que lui.(il faut voir ce qu’elle dit,c’est triste de lui laisser dire ça de son père)
    On sent la rengaine féministe qui nous chante que les hommes dans l’histoire humaine ont empêché le développement des femmes.Or on peut expliquer la quasi absence des femmes dans les grands noms qui ont marqué l’histoire,et plus généralement la place de la femme dans nos sociétés, par une importante et sacrée raison:la procréation.
    Quand on sait que la grossesse c’est 9 mois en moyenne,que l’allaitement durait souvent plusieurs années (le lait maternel est de composition différente d’une année à l’autre pendant 4 ans,donc l’enfant a besoin d’être allaité longtemps) et que s’occuper d’un enfant cela demande énormément d’investissement,on comprend mieux que la femme a été centrale dans le développement de l’humanité,et que les hommes ont été des protecteurs,des guerriers,des ingénieurs(construire,bâtir,fabriquer,trouver des solutions pour protéger la famille et le clan a certainement aiguisé l’intelligence des hommes et leur génie)
    Dire que les hommes sont des oppresseurs est une malhonnêteté et un mensonge.
    Je pense que naturellement l’homme est plus voué pour la création et la femme à la procréation.Ainsi est faite la nature.
    Bien sûr, aujourd’hui cela ne veut plus rien dire.
    Aujourd’hui tout s’inverse,tout se bouscule,plus rien ne va de soi.
    On parle de GPA et de PMA.On aura bientôt des usines à bébés et les femmes,libérées du fardeau de la procréation, pourront développer pleinement leur potentiel…
    Mais c’est un peu tard..le génie masculin a marqué l’histoire :) :
    BACH,BEETHOVEN,MOZART,HANDEL,VIVALDI,WAGNER,EINSTEIN,NEWTON,HEGEL,
    KANT,SHOPENHAUER,NIETZSCHE,FLAUBERT,BALZAC,HUGO,PICASSO,REMBRANT,VEERMER,BOTTICELLI,RODIN,FREUD,JESUS, pour n’en citer que quelques-un…

    Bon weekend.

    • Bonsoir,

      Inutile monsieur de me harceler de messages, les commentaires en attente de validation ne sont examinés que lorsque je suis disponible pour le faire :!:

      Vos propos sexistes & votre vision du monde sont affligeants à mes yeux. Mais cela vous appartient, & n’a pas grand chose à voir avec le thème de ce blog. Merci à l’avenir de trouver un autre endroit pour répandre vos théories & prises de position, car je ne validerai plus aucun message de cet ordre :down:

      Alexandra

  9. rive dit :

    Bonjour,
    je souhaitais voir la video « le courage de grandir » car malheureusement je l’ai raté et la directrice de l’ecole de mon fils nous l’a recommande.
    Votre lien ne fonctionne plus.Sera t-il possible de la revoir bientôt? sinon ou puis-je la trouver?

    MERCI BEAUCOUP PAR AVANCE
    Lise

    • Si si, le replay (ou plutôt LES REPLAYS… car il y a 2 vidéos) est toujours là :!:

      À retrouver dans le billet juste sous la phrase
      « ✅ MISE À JOUR du 04 avril 2018 le replay est à retrouver ci-dessous (& visible depuis tous pays ! :smile: ), en deux parties ⤵ »

      Il y a une partie une, & une partie deux :up:

      Bon visionnage :)
      Alexandra



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article