Zebraska, un roman sur les HP pas vraiment réussi

Zebraska, un roman sur les HP pas vraiment réussi J'ai beaucoup hésité à faire un billet sur ce livre belge nommé "Zebraska" & signé Isabelle Bary qui m'a gentiment été envoyé par l'attachée de presse des éditions Luce Wilquin :-|

 

Hésité car pour être honnête & comme j'en ai fait part en privé à l'auteure qui me relançait, je n'ai vraiment pas accroché à cette lecture.

 

Or n'ayant pas pour habitude ni envie de tromper mes lecteurs, pas plus que d'affirmer que j'ai adoré alors que ce n'est pas du tout le cas, en parler impliquait de donner mon véritable avis sur ce livre & forcément, de ne pas en dire beaucoup de bien.

 

Ce qui m'ennuyait...

 

Mais très nombreuses ont été les personnes à me demander un billet à propos de ce bouquin ou cherchant à connaître mon ressenti à son sujet. Il sera donc plus simple pour moi d'en publier un, en expliquant tout cela, plutôt que de répondre 20 fois par semaine à ces mêmes questions :!:

 

Voici donc mon opinion - qui n’empêchera pas, j'en suis convaincue, d'autres lecteurs d'apprécier la lecture de cet ouvrage - car tout est affaire de goût :up:

 

Présentation de l'éditeur :

 

Martin Leroy, quinze ans six mois et vingt-deux jours, vient de recevoir un étrange cadeau : un paquet de feuilles reliées. Il croit d’abord à une farce – on ne lit plus de livres en 2050 –, mais lorsqu’il découvre sur la première page la dédicace À mon petit zébron Marty, il est pris d’un véritable tremblement. Au risque de paraître ringard, il entame clandestinement la lecture de ce texte qui dévoile la vie mystérieuse et bouleversée d’un enfant Haut Potentiel dans les années 2010 et celle de sa mère touchante et burlesque à la fois… Il comprend peu à peu qu’il n’est pas étranger aux secrets bien gardés que renferme le récit.

On les appelle HP, HPI, surdoués, précoces, zèbres… Comme la plupart d’entre nous, Isabelle Bary ignorait tout de leur monde extra-ordinaire avant d’y être inopinément plongée. À l’abri de toute prétention, avec tendresse, humour et fantaisie, Zebraska tente de démystifier ces enfants pas comme les autres, menottés à des clichés fumistes et si souvent incompris.
Un roman où se reconnaîtront en souriant tous les parents soucieux de léguer tant bien que mal leur héritage à leurs enfants.

 

Pour le dire rapidement sans tourner autour du pot, j'ai trouvé ce roman plutôt mal écrit & peu agréable à lire :(

 

La boulimique de livres que je suis s'est ennuyée ferme en tournant les pages & si j'ai pour principe de toujours finir mes lectures, même les plus insupportables (attention je ne parle pas de celui-ci, mais d'ouvrages vraiment très extrêmes ou difficiles à poursuivre pour moi, comme "Une semaine de vacances" de Christine Angot qui est probablement un de mes pires souvenirs libresques !), ce fut vraiment sans aucun engouement & en traînant la patte.

 

J'ai trouvé que le style & la façon d'amener les "caractéristiques" des surdoués étaient lourds, manquant vraiment de finesse :-?

 

Tout au long de ma lecture, j'ai eu dans la tête l'image d'une auteure voulant à tout prix caser ces fameuses particularités, à la manière d'un listing qui serait post-ité sur l'écran d'un PC pour n'en oublier aucune, quitte à tout balancer en vrac :hypno:

 

Il ne suffit pas à mon sens de parler de surdouement ou de synesthésie pour que le bouquin soit réussi ou applaudi... Il faut surtout une histoire construite, étoffée qui fasse office de colonne vertébrale solide & réfléchie, sans oublier un savoir-faire pour conter le tout de façon intéressante.

 

J'aurais vraiment voulu être enthousiaste parce que ce livre me semblait plein de promesses, ce qui m'a d'autant plus déçue.
Ce que j'attends d'un roman - quel que soit son sujet - c'est de me transporter, de m'emmener ailleurs, de m'embarquer sur un tapis volant sans même que je ne m'en rende compte :smile:

 

Cela n'a pas fonctionné cette fois-ci, avec moi en tous cas, & je suis désespéramment restée clouée au sol ! Mais ce n'est que mon ressenti & je vous invite bien sûr à le lire pour vous faire votre propre idée :round:

 

:idea: pour lire une sélection de livres contemporains (bons comme moins bons selon moi, j'en ai fait pour chacun une courte critique) où il est question de douance, suivez ce lien :-D

 


Cliquez sur la couverture pour
ouvrir les détails de Zebraska

 

 

Voici le podcast de l'émission La librairie francophone, diffusée sur France Inter le 1er novembre dernier, dans laquelle la libraire bruxelloise Déborah Damblon avait mis en avant "Zebraska" (à 33'47) :

 

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

14 commentaires à “Zebraska, un roman sur les HP pas vraiment réussi”

  1. superbes rayures dit :

    Bon je l’ai commandé et devrait le recevoir mercredi. On verra bien….
    En tout cas merci pour ton avis c’est toujours intéressant de connaître le ressentit de chacun.
    Bonne journée

  2. Sabine dit :

    Ha…….pour ma part je l’ai lu trés rapidement et j’ai bien aimé le côté « fiction ».

  3. Dumbo dit :

    Ah, le côté « liste de choses à caser », je ressens ça parfois… et ça me bloque toujours aussi beaucoup.
    J’ai été voir du côté de votre lien, « les surdoués dans la littérature récente » et je vais y retourner, je ne connais pas tout.
    D’une manière générale, je me demande si la meilleure manière de mettre en scène des jeunes (ou plus vieux d’ailleurs) « surdoués » dans un roman n’est pas indirecte, sans aucune étiquette ou au moins sans insister. Je pense même que de très nombreux auteurs de jadis s’ignoraient très certainement en tant que surdoués, mais mettaient instinctivement en scène des personnages qui leur ressemblaient, fonctionnant ainsi. Je pense en particulier à un auteur que j’adore, Victoria Clayton, qui doit avoir dans les 70 ans maintenant, que je vous conseille chaudement.
    Pour en revenir aux romans récents, avez-vous lu ceux de John Green ? La notion de douance n’est pas forcément abordée de front (sauf dans « Le théorème des Katherine ») mais les personnages sont tous clairement concernés, même ceux qui ne sont pas clairement pointés comme particulièrement brillants, comme l’est Hazel, dans « Nos étoiles contraires », ou le Colonel dans « Où es-tu Alaska ». Leurs amis, même moins spectaculairement productifs d’un point de vue académiques, sont pourtant de toute évidence également desados surdoués et cette dualité, surdoué évident / surdoué pas flagrant est très intelligemment exprimée, tout simplement par l’exemple.
    Pour moi ce romancier, avec Marie-Aude Murail du côté de chez nous, sont des références en la matière. D’ailleurs « mes ados surdoués » (enfants + leurs amis) sont très fans de ces auteurs, où ils se retrouvent vraiment bien. C’est très drôle, spirituel, intelligent et consistant dans les réflexions traitées, en restant moderne.
    Détail amusant j’ai eu l’occasion de lire certains avis de lecteurs à propos de « The fault in our stars » (« Nos étoiles contraires ») sur Amazon.com, qui se plaignaient du fait que « les ados ne parlaient pas du tout comme ça !! »
    Eh ben si, ceux que je connais sont tout à fait de la même eau – ce qui m’a d’ailleurs conduit à être particulièrement tourneboulée par ma lecture du roman pré-cité… :cry:

    • babim11 dit :

      « D’une manière générale, je me demande si la meilleure manière de mettre en scène des jeunes (ou plus vieux d’ailleurs) « surdoués » dans un roman n’est pas indirecte, sans aucune étiquette ou au moins sans insister. »

      Je souris parce que hier soir, numéro trois, 9 ans, en pleine lecture Harry Potter, a levé sa tête du livre pour nous parler d’Hermione:
      « elle veut tout lire, tout savoir, tout comprendre… en fait elle comme moi mais en fille! »

  4. HOUILLON dit :

    Bonjour,
    Oui,peut-être que tout est affaire de goût,mais il y a des gens qui ont vraiment de très mauvais goûts…Le but principal d ‘une critique et quelque soit la nature de ses goûts personnels est d ‘aider des personnes à faire de bons choix dans leurs lectures,de ne pas dépenser d ‘argent inutilement,et de ne pas perdre leur temps à aller voir ce qui ne vaut pas la peine d ‘être vu…Moi,et pour le moment,je n’ai pas à me prononcer sur vos compétences à écrire des critiques sur des livres à lire ou pas,mais au regard de la grande qualité de votre blog, il serait fort dommage de négliger vos critiques… Je ne lirai pas ce livre.

  5. Anthony dit :

    Bonjour,
    Eh bien, pour le coup, et contrairement à d’habitude (parce que j’apprécie votre blog), je ne suis franchement pas d’accord avec vous…
    Moi j’ai aimé Zebraska : ça m’a plu, et même ça m’a touché.
    Je ne sais pas si le but d’Isabelle Bary était de faire un listing de toutes les caractéristiques des zèbres, comme vous semblez le penser (il y a largement de bouquins et de sites Internet sur le sujet). En revanche, j’ai trouvé l’intrigue sympa, l’aller-retour entre la place des zèbres dans la société en 2010 et 2050 intéressante : bref, c’est un roman !
    Mais surtout, émotionnellement, ça vient toucher la corde sensible du « déjà vécu » : franchement, ce livre est un livre pour parents d’enfants surdoués !

  6. Coraline dit :

    Bonjour,

    Je ne partage pas les propos de ce billet. En effet, maman d’un petit zèbre, j’ai véritablement dévoré ce livre qui permet de faire ressentir les situations et émotions particulières de ces enfants.
    Je suis passée au travers de cette lecture par de nombreux états d’esprit et émotions mêlées :
    – De la découverte (pourquoi les mouches tournent autour d’une ampoule !)
    – Des questionnements
    – Des sourires
    – De l’intensité (l ‘impression de ressentir et vivre les ambiances de colère et de frustration)
    – Des insomnies (les neurones en ébullition…)
    – Des évidences
    – Des confirmations (mon enfant est bel et bien de « ceux-là » !)
    – Des désillusions
    – De l’espoir
    – Et… Une révélation… Je suis Mamiléa… Je suis sans doute une maman zèbre ! Tout s’éclaire alors !…

    Bref tout cela pour vous dire que j’ai fait un grand pas en avant (et pris une bonne claque en même temps !!!). Dorénavant A chaque ouragan à la maison je tente de « penser » Zebraska…

  7. Béa dit :

    Bonsoir,

    Je fais partie de ceux qui ont aimé … Je me suis reconnue dans beaucoup de situations de ce livre. J’ai trouvé justes les émotions qu’il a refait naître chez moi.

    J’ai eu l’espoir que, lisant ce livre des personnes extérieures au sujet puissent « vivre » ou en tous cas comprendre un peu mieux l’intensité de petits bouts de mon quotidien : les crises, les questions sans réponses, le désarroi devant le désespoir de mes enfants.

    Quand j’en parlais les gens me répondaient souvent, ah oui, mon fils aussi ou c’est normal, c’est pareil chez tous les enfants… Les gens qui me regardent en pensant que décidemment mes enfants sont vraiment mal élevés. Certains même ne se gênent pas pour me le dire ! S’ils savaient : peut être avec ce livre. ( je l’ai donné à lire à mes beaux parents, on verra).

    Zébraska ne m’a pas emmené ailleurs, il m’a replongé dans mon quotidien en me donnant de l’espoir : celui d’y arriver malgré tout, d’être comprise par ceux qui ne connaissent pas le sujet et surtout surtout l’espoir d’une meilleure intégration, d’un système mieux adapté pour mes zèbres, et cela ce n’est pas rien !

    Merci Me Barry.

  8. monique levins dit :

    Bonjour,
    Juste étonnée, surprise même. Grand-mère d’un enfant HP, j’ai adoré ce voyage à Zebraska. J’ai trouvé qu’il apportait de la légèreté et beaucoup d’émotion à ce sujet difficile. De l’espoir aussi. Cela peut plaire ou ne pas plaire, d’accord….. Quant à l’écriture, franchement que reprocher à cette belle plume ? Moi, cette lecture m’a vraiment enthousiasmée.

  9. Fany dit :

    Bonjour,
    Je suis également surprise par la critique. Pour ma part j’ai été embarquée vers Zebraska. dévoré dans la soirée….Mamilea…c’est moi aussi, c’est nous, les mamans de HP. Et après 2 jours et 2 nuits de tourments à me dire que je n’étais qu’au début du long voyage qui nous attend…que ça m’a fait du bien de voir que je ne suis pas seule dans ma souffrance, que mes enfants sont « normaux », juste HP, et que mes ressentis le sont également. J’ai beaucoup aimé malgré la violence des mots, la violence des émotions de Mamiléa.

  10. Roseline dit :

    Très étonnée par ce billet. J’ai également lu en une soirée cette fiction qui pointe avec justesse le quotidien des HP et leur famille. Belle histoire pleine d’humour, de sensibilité et au niveau de la forme, quel rythme, quelle belle construction. Grand merci à Isabelle Bary pour ce roman!

  11. Thierry dit :

    Bonjour,
    Tout d’abord merci d’oser la critique malgré l’inconfort. Pour ma part, j’ai aimé sans pour autant le dévorer. L’écriture manquait de fluidité. Par contre, j’ai 44 ans comme Mamilea lorsqu’elle se projette et mon fils a 15 ans, tiens donc! Je nous ai retrouvé à 99% tout au long de ce récit. J’ai particulièrement aimé les passages rythmés où l’auteure fait écho du flux abondant et dispersé en pensées des protagonistes. Tellement vrai ;-)

  12. Isabelle dit :

    J’ai beaucoup aimé cette histoiree. Mon Thomas est tout tellement ce zèbre. Bouleversée, émue et un petit réconfort de ne pas être les seuls extraterrestres sur cette terre :roll:



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Répondre à Sabine