Les différents rapports officiels français

Les différents rapports officiels françaisDifférents rapports officiels ont été rédigés en France au cours des dernières années sur le sujet de la douance & de la place à accorder à ces enfants surdoués.

 

- le rapport DELAUBIER, datant de janvier 2002 - format PDF

 

- le rapport DRUGRUELLE / LE GUILLOU, datant de mai 2003 (& faisant suite au rapport Delaubier) - format PDF

 

- le rapport THÉLOT (de la Commission du débat national sur l’avenir de l’École présidée par Claude Thélot), datant d'octobre 2004

 

 

A l'exception du rapport Thélot, tous ont été confiés à des inspecteurs d'académie (C. Thélot étant haut fonctionnaire). Le plus marquant de tous étant sans conteste le rapport Delaubier (du nom de son auteur, Jean-Pierre DELAUBIER), car il a ouvert la voie & était très complet.

 

Les Tribulations d'un Petit Zèbre, le livre du blog !

 

 

Le 14 février 2001, Jack LANG, alors Ministre de l'Education Nationale, a chargé Monsieur Delaubier, Inspecteur d'Académie & directeur des services départementaux de l'Education Nationale (Val de Marne), de mettre en place un groupe de travail afin de progresser sur la question des enfants intellectuellement précoces.
Il aura fallu attendre d'être en 2001 pour qu'en France, l'Education Nationale s'intéresse enfin - un peu ! - à ces enfants. J-C Terrassier tentait pourtant d'alerter chaque année, depuis 1970 ( :!: ) les différents Ministres de l'Education. Pendant ces années, combien d'enfants doués auront souffert dans des écoles non averties & non adaptées... :-?

 

Le rapport Delaubier était ainsi remis à J. Lang en janvier 2002 & développait 9 grandes propositions :

 

-1ère voie de proposition : mieux connaître les élèves «intellectuellement précoces »

 

- 2ème voie de proposition : prévenir les difficultés

 

- 3ème voie de proposition : accueillir les familles & les accompagner tout au long de la scolarité

 

- 4ème voie de proposition : apporter une réponse aux difficultés rencontrées dès l'école primaire

 

- 5ème voie de proposition : adapter le rythme d'apprentissage aux besoins de chacun

 

- 6ème voie de proposition : développer à l'école, comme au collège, les possibilités d'enrichissement des parcours scolaires

 

- 7ème voie de proposition : dans le second degré, accueillir les élèves à QI élevé dans des classes hétérogènes encadrées par des équipes pratiquant une pédagogie innovante & différenciée

 

- 8ème voie de proposition : former les enseignants (vers une formation à la « diversité »)

 

- 9ème voie de proposition : définir des stratégies globales de prise en charge des élèves manifestant des aptitudes particulières

 

 

Aujourd'hui, en 2010, la réalité pratique est toujours tristement bien éloignée de ces propositions & autres préconisations. Rien n'est réellement fait pour ces enfants ! Le regard des enseignants réfractaires este inchangé, l'ignorance des autres est toujours la même (aucun module sur les enfants surdoués n'est inclus dans les formations des IUFM :oops: ) & les difficultés & dialogues de sourd auxquels se heurtent les familles sont elles aussi toujours identiques.
Et ce, même en dépit d'un nouveau guide, très récent, puisqu'il date de décembre 2009 (lisez ce billet pour infos complémentaires).
Combien d'années devrons-nous attendre pour que les progrès & aménagements joliment couchés sur le papier prennent forme au quotidien, & pour tous ?! Et plus uniquement, comme c'est actuellement le cas, cetaines choses mises en place pour une poignée de privilégiés ayant l'immense chance de tomber sur un directeur d'école ouvert, ou une instit elle-même maman de petits Z.
Le principe d'égalité tant mis en avant par l'Education Nationale quand il s'agit d'aménagements spéciaux, n'est qu'une utopie à ce jour. Car l'injustice est flagrante, permanente, éclatante.

 

Actuellement le regard que l'école pose sur un enfant doué n'est fonction que de "chance". Il n'y a pas de place pour les notions de "mérite" ou de "réel besoin".
En effet, malgré tous les critères réunis (test officiel de QI reconnu, avis psy, résultats scolaires, etc.), un petit zèbre n'aura pas le même chemin selon qu'il tombe sur une équipe enseignante ouverte & au fait de la réalité de ces enfants-là ; ou à l'inverse sur une équipe rigide qui refusera d'entendre parler de différence :cry:
Ainsi dans certaines écoles le saut de classe sera facilement pratiqué, presque avec légèreté, parfois même test ni avis psy, & sans demande des parents ou de l'enfant.
Et dans d'autres écoles, sans tenir compte des bilan & tests démontrant de façon irréfutable qu'il s'agit d'un enfant HQI, faisant fi de l'avis psy, des rencontres avec les parents, de la souffrance manifestée par l'enfant surdoué, ce même saut de classe sera rendu inaccessible & prendra la forme d'un véritable combat opposant la famille & l'école, avec toutes les complications que cela implique pour l'enfant qui se trouve au milieu.
Quelle équité dans ces situations, faisant partie intégrante des problèmes habituels rencontrés par les parents d'enfants surdoués ? Ceci n'étant qu'un exemple (vécu ! :-| ) parmi tant d'autres situations difficiles.
Autant de blocages qui pourtant, ne devraient pas exister au regard des textes de loi, si ces dispositions étaient réellement appliquées, & soient une réalité palpable dans l'ensemble des établissements scolaires français.

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article