« Envoyé spécial » : quand l’émission tombe dans les clichés sur les surdoués (Le Nouvel Obs, juin 2012)

Hier soir un lecteur du Nouvel Obs a publié un billet fustigeant l'émission Envoyé Spécial la suite, consacrée samedi dernier au enfants surdoués.

 

Cet auteur, qui se fait appeler "Padraig O'Mara", rappelle brièvement ce qu'est le surdouement :dots:

 

Les surdoués, des "petits Mozart" à l'école ? Pas toujours, loin s'en faut, contrairement à ce que décrivait le 15 juin l'émission "Envoyé spécial"... Pour notre contributeur Padraig O'Mara, les enfants surdoués sont trop souvent réduits à des poncifs.

Dans "Envoyé spécial", le jeudi 14 juin dernier, un reportage retraçait le parcours d'enfants qui avaient fait le sujet d'une première émission sur les surdoués et nous offrait un regard sur leur vie actuelle d'adolescent, d'adulte. Et racontait comment ils ont réussi ou non.

Malheureusement, peu de clarification est à noter sur le sujet de la "surdouance". Pendant le reportage, on les caractérise tour à tour de surdoués, de génies, d'enfants prodiges ou précoces... Et l'on assiste alors à un grand mélange des genres.

Qu'est-ce qu'un surdoué ?

Tout d'abord, on assimile toujours le quantitatif et le qualitatif. Car on peut obtenir un QI de plus de 130 et ne pas être surdoué. Ce test inventé par Alfred Binet il y a un peu plus d'un siècle offre une vision linéaire, logico-mathématique de l'intelligence, qui correspondait aux attentes productivistes de la société industrielle de l'époque. (1)

Etre surdoué, c'est tout d'abord un mode de fonctionnement intellectuel atypique, une activation des ressources cognitives dont les bases cérébrales diffèrent. Une façon d'être intelligent. (2)

 

POUR lire l'ARTICLE dans son INTÉGRALITÉ :arrow: c'est ici !

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

19 commentaires à “« Envoyé spécial » : quand l’émission tombe dans les clichés sur les surdoués (Le Nouvel Obs, juin 2012)”

  1. Rainbow dit :

    D’accord avec lui sauf peut-être quand il dit que l’on peut avoir un QI de 130 et ne pas être surdoué 8-O . J’ai des doutes quant à cette affirmation. Quelqu’un a t-il des précisions à donner à ce propos? :idea:

    • Zebrounet dit :

      Et bien c’est la théorie défendue par certains psy (notamment J. Siaud-Facchin & de son équipe) :-o
      Ex. de réponse où l’une des psychologues travaillant dans un de ses centres évoque cette question : http://www.cmonecole.fr/enfants-surdoues-comment-gerer-au-mieux-leur-scolarite-d-126.html

      « On peut donc avoir moins de 130 au test de QI et être surdoué, parce qu’on aura ces caractéristiques. Inversement, on peut avoir plus de 130, et ne pas être surdoué, mais juste très intelligent … notamment dans le cas d’enfants qui ont tendance à surinvestir leurs capacités intellectuelles pour se rassurer. »

      Siaud-Facchin y fait également allusion dans son bouquin sur les enfants ! (& peut-être aussi dans celui des adultes !? à vérifier…)

      Pour ma part, autant je pense que le QI est un élément d’identification, parmi d’autres, & je crois qu’il est possible d’être surdoué tout en « foirant » un test (par anxiété, à cause d’une inhibition intellectuelle importante ou d’une phase dépressive), le surdouement se repérant néanmoins sur le bilan de personnalité & dans le fonctionnement cognitif pour tt psy connaisseur ; autant je suis comme toi TRÈS sceptique quant à obtenir un score de 130 ou plus, tout en étant malgré cela « dans la norme » :-?

      • Rainbow dit :

        Ouais c’est bizarre, mais en même temps il n’existe pas de « frontière » bien définie ( et c’est tant mieux) et ceci doit figurer l’écart du fameux « seuil » du surdouement que certains évoquent dès 120/125….

  2. gene dit :

    je suis d’accord à 100% avec lui et d’ailleurs il y a beaucoup plus de gens qui ont de telles capacités mais qui l’ignorent surtout chez les adultes . Malheureusement l’image qui est véhiculée par les médias actuellement leur nuit beaucoup . bonne journée

  3. Nathalie dit :

    Je me suis TRES souvent posée cette question. Peut on avoir un QI relevant de la douance et ne pas être HP ?
    En tant de néophyte Je pense que oui…
    Après on m’assure que ce n’est pas possible pour des QI > 150. Qu’ils sont forcément HP.
    Ben si on le dit…..
    pourtant…. au jour le jour, ce n’est pas toujours flagrant :-o

    • olivhood dit :

      Etant dans la catégorie précitée des plus de 150 (bon ok juste 2 points au dessus ça joue pas forcément), je peux assurer ici n’avoir aucun don pour rien à part m’attirer des ennuis.

      ça compte ? :roll:

      • Nathalie dit :

        Ceci dit pour les chiffres THQI (et au dessus de 150 en particulier) je me demande (pour une fois en accord avec mon homme) quelle validité on peut donner aux tests.

        Le QI est un rang dans une population.

        Quand le rang est plus faible que 1/3000…. et que l’échantillon n’a même pas 3000 personnes…

        Euh???

        Bon d’accord, c’est une construction mathématique… mais je crois que les tests sont particulièrement inadapté pour tester les extrêmes.

        En tout cas tu me rassures Olivhood…
        Quant à ton don, ça dépend ? Tu le travailles ou pas? C’est un « potentiel » ou tu l’exploites vraiment? :)

        • Zebrounet dit :

          « je crois que les tests sont particulièrement inadapté pour tester les extrêmes »
          C’est certain ! Il y a d’ailleurs même moins de personnes du côté THQI de la courbe, que du côté déficience mentale sévère. On dit svt que la courbe de Gauss est symétrique, mais c’est faux, elle ne l’est pas tt à fait :!: En réalité les THQI ne st pas aussi nbreux que les gds déficients mentaux. Ils st donc d’autant + difficile à trouver pour étalonner les tests, d’où la saturation sur certains subtests chez les sujets les + performants.

          C’est pourquoi certains psy disent qu’au delà d’environ 145, le chiffre n’est plus vraiment représentatif :dots:

          • Sany dit :

            pour avoir a la maison, des representants de la zone de danger, 8) mon dernier et moi, (et très certainement mon homme mais pas testé, et s’en fiche..) ben, non, en eftet, « ca n’est pas toujours flagrant »..mais ca veut dire quoi ca « flagrant »? parce qu’on a 150, on se doit de parler comme une encyclo et d etre maitre en divers domaines scientifiques au quotidien?…eh..pardon, je saisis pas bien.
            on peut oui avoir 150 et etre paumé, perdu, maladroit en société, avoir l’air niais..(et oui s’attirer des ennuis olivhood….)c’est meme parfois une spécialité.
            mon fils a été qualifié de limité avant d’etre testé thqi au wisc…ds l’urgence avant qu’on ne le mette en cliss ou fasse redoubler X fois au primaire…aujourd’hui après une prise en charge adaptée et une acceptation, il a un an d’av et est « bien », ds une structure bienveillante;.mais ça aurait pu etre la cata. et combien passent au travers des mailles?)
            alors non, je ne vois pas bien le rapport entre avoir 150 etla « visibilité » de la douance.. :roll:

            c’est de la psychometrie, avec ses limites, bien sur…(mais c’est utile parfois.)
            après ne pas focaliser sur les chiffres c’est bien aussi…mais ca s’apprend bien plus tard.

            PS et en effet le don ( mozart, etc) est sans doute indépendant de l’intelligence.(même si bcp de petits eip ont aussi un don artistique, mais ps tous!)
            j’ai l’oreille absolue, un don pour la musique donc (qu’il faut travailler pour qu’il sorte comme un diamant brut..)mais je le considère comme extra de mon don intellectuel (plus une annexe de mes perceptions sensorielles dues au SA.)
            et einstein est aussi parait il asperger..(mais bon la liste de personnes soit disant asperger, ou encore thada, ou dys, est longue, totu le monde l’y retrouve ds son élément..(et ds son asso..) :-D

            autre chose je dis ca ici parce que je ne sais pas ou le poser..ca me fait drole de voir bcp de mamans d’eip parle de leur propre enfant comme d’un extra terrestre.je suis sans doute un très mauvais exemple;.mais de plus en plus quand on m’apelle,(bénévole d’asso) on me dit « ah mais oui mon fils /fille est partciulier, j’ai d mal a comprendre son fonctionement, ils pensent comme ça vous savez ces enfants la, etc etc..moi ca me perturbe puisque etant hqi , je peine a penser que ces enfants soient si « differents » de leur parents..et chaque fois ca me brule les levres de dire « mais vous etes sur qu’i;l est si different? c’est votre enfant quand meme »..moi ca me perturbe cette nouvelle donne de l’enfant « doué » qui pense differement, qu’on ne » comprend pas » (ds l’école, a la maison..) qu’i faut « a tout prix essayer de comprendre, vous savez, il est si fragile,ona peur de mal faire, et on ne sait plus »;…ben..c’est avant totu un enfant quoi, le votre surtout;.alors arretez de le penser E.T, et il n’a pas changé avec un test de QI… :-| un enfant hp c’est aussi un enfant ca ne devient pas un ovni centre de l’univers , eternel incompris par le monde entier;.(mêm si certes il faut le prendre en compte et trouver un juste equilibre, il y a une exageration ds ce mouvement, ou c’est moi?…)
            pardon pour le HS mais ca me turlupine…

            • Nathalie dit :

              « j’ai peine à croire que ces hp soient si différents de leurs parents ».. 8)

              C’est un peu le souci ici… Tellement pas différente que son père ne croit pas du tout qu’elle soit HP :-)
              Sauf que moi je crois qu’il est un zèbre qui s’ignore :-)

              En l’occurrence il ne croit pas du tout à ses angoisses ou son hypersensibilité. Pourtant il devrait ..lol… Et on vit ensemble depuis 25 ans… il devrait avoir l’habitude, à force de me voir pleurer à la moindre conversation sérieuse (même sans enjeu, sans tristesse, sans raison d’émotivité spéciale)… Meuh non… il ne comprend toujours pas et est encore surpris! lol

              Bah c’est chouette de se surprendre encore après 25 ans :-)

              Et la réflexion que je me prends le plus dans la figure en ce moment au sujet de ma fille c’est « les chiens ne font pas des chats »…

              Bon, je te rassure.. elle n’est pas plus le centre du monde avant qu’après le test de QI et de manière générale n’est pas incomprise par le monde entier.
              Elle, se dit juste incomprise de son père.. mais elle le disait déjà avant le wisc :-D

  4. apres21h dit :

    Bonsoir,

    Mon loulou est un zèbre. Il est en échec scolaire.

    La raison principale est qu’il ne vit pas l’instant présent. Quand il écoute une leçon au bout de quelques minutes il est déjà passé à ce qu’il va faire dans une heure, dans un jour, dans une semaine… pendant qu’il s’habille, il réfléchi à une machine extraordinaire qui permettrait de transformer les rêves en réalité, alors mettre ses vêtements à l’endroit… c’est très secondaire!
    Au lieu d’écrire la dictée, les mots que dit la maîtresse l’entraînent dans une histoire formidable, et son cerveau est en ébullition, tellement, qu’il arrête de noter les phrases qui lui sont dictées…

    Il regarde un film, il a besoin de parler, de comprendre d’expliquer, de raisonner et a beaucoup de mal a se laisser guider par l’histoire…

    Non les Zèbres ne sont pas des génies, le mien, est un petit garçon de 8 ans, plein d’une sensibilité et d’une naïveté touchante, qui est capable de comprendre des concepts très abstrait avec beaucoup de finesse, mais n’arrive pas à lasser ses chaussures et faire du vélo…

    Mon zèbre trouve plus simple de se dire que 7+7=14 et que 14+14=28 plutôt que d’apprendre par coeur que 4×7=28…

    Mon fils va dans une association, ou il fait des activités avec d’autres Zèbres, et il me dit qu’ils se comprennent, ne se moquent pas de lui, qu’il a l’impression que c’est facile avec eux…

    Non les zèbres ne sont pas tous des Mozarts…

  5. llili dit :

    Bonjour,

    Mon fils B, 7 ans et demi a été detecté zèbre il y a 3 mois et je pense qu’il faut un peu de temps pour lire, comprendre relativiser sur le sujet car comme dit précedemment on passe par beaucoup d’états (doute, déni, sensation d’avoit un ET à la maison, peur de l’avenir etc) mais ces enfants ont aussi les qualités de leurs « défauts » : beaucoup d’humour (ou trop ?) une facilité à comprendre les concepts, un esprit pouvant parraître adulte qui engendre une complicité avec les adultes. Il faut admettre qu’ils peuvent être agréables et qu’en tant que parents faire le tri entre les limites de l’enfance et le respect de sa façon de pensée spécifique n’est pas évident…

    En ce qui nous concerne je pense que son papa est un hp (qui ne voit pas l’intérêt de le savoir adulte) et pour lui le comportement de B n’a rien d’anormal. Il faut dire que B n’a pas montré de signes particuliers comme la lecture avant l’âge etc ou alors nous étions trop occupés à d’autres choses (b était allergique au gluten jusqu’à 5 ans et nous étions un peu absorbés par essayer de lui donner une vie normale à l’école…) ?

    Pour moi, non hp, son comportement est différent et peut surprendre. Je ne le considère pas comme un ET mais j’essaie de comprendre ses spécificités et ses difficultés car elles sont réelles. Ce n’est pas que mon constant, mais celui de la maîtresse, des grands parents etc. Mon zèbre est dans les limites de la THQI et sa dysynchronie est donc plus prononcée et peut-être plus visible…

    Nous mettons des choses en place comme l’orthopsie la graphotherapie et rencontrerons l’école en début d’année prochaine pour voir quels amenagements sont possibles car b refuse un saut de classe car très accroché au « social ». C’est d’ailleurs ce côté qui nous attriste car il a de très grandes attentes et ne semble pas trouvé d’assez grandes connivences pour s’attacher à des enfants en particulier.

    Comme beaucoup de parents nous nous posons des questions sur va t’il trouver un equilibre et des amis en s’adaptant ou faudra t’il a un moment x envisager un environnement fait d’enfants précoces ? nous avons un autre enfant dans son école que l’on a commencé a inviter de temps en temps pour qu’il se sente moins « seul » ou plus « compris » et attendons de voir l’avenir…

    J’ai toutefois du mal à tenir le « rythme » de ses questions et son côté très actif… Je suis une maman qui travaille et son papa travaille ecore plus…Y a t’il d’autres parents d’enfant hp ( b a une petite soeur qui semble être du mêmerofil….) ui se sentent épuisés ?

    lili

    • pascale dit :

      mon dieu , oui :roll: et même souvent , parfois nous nous sentons débordés,émus, amusés , impressionnés et exaspérés ….en même temps!
      anecdote : Axel est dysynchrone comme beaucoup et suivi par une orthoptiste , les activités physiques ne sont pas vraiment son domaine de prédilection à l’ exception de la course curieusement ( son côté  » cours Forrest ») : après une semaine de découverte du tennis , avec décomposition et intellectualisation de chaque mouvement , même le plus évident pour le commun des mortels ( comme regarder la balle que l’ on doit frapper) , ses moniteurs le traitant ouvertement comme un alien au mieux ,comme un débile léger mais sans l’ empathie requise que cela devrait générer au pire , nous avons dû souligner devant ses larmes de défaite et de frustration qu’ il ne fallait pas confondre le sport et ceux qui l’ enseignent ou le pratiquent , qu’ il avait tenu le coup avec opiniâtreté et que cela nous rendait fier ; tout n’ est pas toujours simple :( A l’ inverse son humour , ses répliques ciselées et ses connaissances enthousiasment sa prof de solfège ,quand bien même n’ a t il aucun sens du rythme , elle l’ encourage et comme il fonctionne beaucoup à l’ affect , ça marche !
      Nous essayons de suivre , de multiplier les expériences avec plus ou moins de bonheur pour ces émotifs par nature . Nous travaillons beaucoup mais nous sommes secondés par des mamies et amis , chacun apportant une vision , une passion , des jeux ,des accès différents ; il sait parfaitement « utiliser » les ressources de tel ou tel pour rebondir et il apprend la persévérance à travers les expériences qu’il fait , nous essayons juste de le guider et de ne pas le laisser s ‘enfermer dans une case confortable du type « je suis nul en sport , je n’ en ferai plus  » .
      Bon courage , profitez bien des vacances !

  6. Bonjour Lili…

    Oui, parfois je me sens épuisée.. par ma zébrette qui a l’âge de ton fils ou à peu près, mais aussi (surtout?) par d’autres aspects de ma vie personnelle et professionnelle …

    Mais quand elle me regarde en me disant « maman est-ce que tu t’es déjà occupée de toi aujourd’hui? Parce que s’occuper de nous c’est bien, mais il faut penser à toi ».. ça me requinque pour le reste de la journée :-)

    Quant aux amis…. ma zébrette n’en a guère. Elle a plein de camarades, pas d’ami(e)s. Mais je pense que ça vient d’elle. Quand je l’observe à la rentrée de l’école, ou lors d’une sortie, d »un événement scolaire, je vois plein d’enfants venir la solliciter.
    Et elle dit souvent « tout le monde veut être mon ami.. mais moi des fois j’ai besoin d’être seule. Et puis quand je suis avec X c’est Y qui n’est pas content ».
    Et elle ne le leur dit pas avec la diplomatie adéquate.

    Fille unique, elle adore être invitée… mais il y aura toujours un moment, malgré sa joie et son excitation, où elle ira se mettre plus ou moins en retrait, pour un temps plus ou moins long.

    De mon côté, j’ai connu des amitiés formidables, durables, profondes, essentielles…. mais c’était au collège. Point de souvenirs d’amitiés avant. Des copains, des camarades oui, mais pas d’ami(e)…Je ne crois pas cela inquiétant.

    L’environnement d’EIP.. je ne le souhaite pas (à titre personnel) pour l’école. Ils vivent dans une société plurielle et il vaut mieux les aider à s’adapter au pluriel, à trouver leurs solutions pour résoudre les difficultés (sans renoncer à ce qu’ils sont) plutôt que d’aplanir pour eux ces difficultés de la vie et les ghettoiser (c’est un peu fort… ) et les faire se sentir « à part ». Ils ne sont pas à part, mais une part de la société.

    Ensuite, elle a un copain également THPI dans sa classe. Mais ils sont copains de « travail », de discussion pour résoudre tel problème du défi math, pour s’affronter dans leurs théories.. (ils ont tous les deux un enseignement différencié) mais dans la cour de l’école, ils sont si différents qu’ils n’ont pas d’atomes particulièrement crochus. Et cela me semble logique. « Ce ne sont pas des enfants tout à fait comme les autres, mais comme les autres ce sont des enfants  » (O. Revol). Et comme les autres, ils peuvent avoir des affinités..ou pas.

    Pour un enfant en difficulté sociale, il peut être intéressant de voir si il accroche mieux avec d’autres EIP…. mais (ça n’engage que moi) sans lui présenter cela comme une rencontre EIP. Car si il n’en trouve pas d’enfants avec qui ça accroche.. que lui restera-t-il comme espoir d’aller mieux?

    Les associations proposent plein de sorties / activités spéciales EIP… Je n’ai pas encore franchi le pas..

    j’espère que tu pourras profiter de vacances pour recharger les batteries… :-)

  7. llili dit :

    Merci beaucoup à cheval à rayures et pascale pour ses commentaires positifs et bonnes vacances à tous.

    • pascale dit :

      Pour ce qui est des associations : nous avons franchis le pas mais sans lui présenter l’ association comme un club de zèbres : on avait juste dit que c’ était une association pour faire des sorties dans la région avec des adultes et des enfants de son âge .constat : pas des amis bien sûr mais immédiatement des connexions et de évidences ; de belles journées partagées et au bout du compte il a découvert tout seul que ces enfants là avaient décidément bien des choses à se dire ,et la question est tombée : » ce sont des zèbres hein ? » Alors dans un 1er temps il a refusé d’ y retourner car il ne voulait pas se reconnaître comme ce qu’il considérait comme « anormal » puis devant la sympathie naissante qu’ il éprouvait vis à vis de 2 ou 3 enfants , l’ attrait des sorties , le plaisir de les revoir l’ a emporté et là ce fut: » Cy est un zèbre maman? » « oui « ,  » il est cool ! il joue à de supers trucs ! il est normal  »  » qui a dit qu’il ne l » etait pas? » et rediscour sur le sujet puis  » ben finalement , c » est cool d ‘ être un zèbre » et l’ acceptation fut acquise au fil de ces rencontres . Cela lui a permis de trouver un équilibre , il y a l’ école où on n’ en parle pas et où il est courtisé , a des copains mais pas d’ amis , le conservatoire et « chez les zèbres » où il vit sans entrave et dans l’ égalité sa particularité , sans la revendiquer ni la renier , en la situant à sa juste place : comme un élément de sa personnalité comme un autre que l’ on ne « planque pas  » mais qui ne fait certainement pas de vous un anormal . Cela lui a permis de s’ accepter totalement , ce n’ est d’ ailleurs plus vraiment un sujet d’ inquietude pour lui . Du coup , ses relations sociales en général , tous lieux confondus, s’ améliorent car il ne joue pas au caméléon , il reste zébré mais s’ adapte au groupe :-D

  8. llili dit :

    Je pense aussi qu’il peut y avoir meilleure connivence avec d’autres zèbres car les jeux sont différents. Il semble que les jeux soient plus « recherchés » et c’est cela qui plait à b.En allant jusqu’au bout du raisonnement, beaucoup de jouets/jeux sont détournés de leur usage initial, ce qui donne parfois des idées dangereuses…ce qui peut contribuer à ma fatigue…
    Moi aussi, j’ai constaté que mon fils a sympatisé avec 2 précoces à l’école et les a « reconnus » même si chacun a sa propre personnalité. Je pense tout comme toi que cela fait partie de sa personnalité et je trouve l’idée de ne pas se » planquer » intéressante mais au vu du nombre d’EIP réduit dans la population, cela n’est pas simple dans le quotidien…
    Pour l’instant nous sommes un peu pris par les suivis (graphotherapeute) et ateliers mis en place suite à bilan psychomoteur mais j’ai espoir d’avoir un peu de temps le wk pour rencontrer d’autres zèbres à la rentrée. Y aurait t’il des personnes interessées dans le val d’oise/yvelines pour une rencontre entre enfants de 7/8 ans ?
    d’ici là bonnes vacances à tous



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article