Julien, 13 ans, 146 de QI et sept ans de calvaire à l’école (Libération, janvier 2013)

Julien, 13 ans, 146 de QI et sept ans de calvaire à l'école. Un tiers des enfants précoces seraient en grande souffrance scolaireLibé a mis en ligne un article très touchant sur un jeune homme de 13 ans, Julien, THQI, ayant vécu des années très difficiles à l'école : "Julien, 13 ans, 146 de QI et sept ans de calvaire à l'école" :(

 

La semaine dernière, l'Afev (Association de la fondation étudiante pour la ville) lançait un « pacte national contre l'échec scolaire », dénonçant un système français élitiste qui délaisse les moins bons. Mais il est aussi peu adapté pour les enfants intellectuellement précoces. Un tiers d'entre eux seraient en grande souffrance scolaire, allant parfois jusqu'au décrochage. Julien, 13 ans, a dû attendre des années avant d'être reconnu comme précoce.

« Avant, l'école c'était ... » Julien peine à trouver ses mots. Le garçon ne manque pas de vocabulaire. Bien au contraire. Enfant précoce, il s'exprime particulièrement bien pour ses 13 ans. Mais ce qu'il a vécu est difficile à décrire. « Quand je leur parle, ils ne me comprennent pas », disait-il à sa mère dès la maternelle à propos des autres élèves. Bénédicte Grimoux sentait que son fils était en avance : « A 2 ans, il parlait quasi couramment, en employant même le subjonctif. » Le décalage est encore plus frappant concernant ses centres d'intérêts. En maternelle, Julien préférait parler Egypte ancienne plutôt que dessins animés.

 

Attention, comme me l'a très justement fait remarquer une amie au Canada, cet article est du "réchauffé" 8-O Libé l'ayant déjà publié il y a plus d'un an, il a simplement été remis en avant (http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2012/01/20/julien-13-ans-146-de-qi-et-sept-ans-de-calvaire-a-lecole/).

 

Mais il reste édifiant malgré tout, & inquiétant quant aux capacités de l'Education Nationale à accueillir, ou non, tous les enfants dans un climat favorable à leur épanouissement !? :cry:

 

POUR lire l'ARTICLE en INTÉGRALITÉ :arrow: c'est ici !

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

10 commentaires à “Julien, 13 ans, 146 de QI et sept ans de calvaire à l’école (Libération, janvier 2013)”

  1. slqc dit :

    je suis triste pour cet ado et outrée par le comportement de ces « instits » ( entre «  » car pour moi, ce n’en sont pas).quel scandale! :-x
    les mots me manquent….

  2. Fredauboulot dit :

    Quelle tristesse… :(

  3. Marie dit :

    Nos EIP sont souvent les souffre-douleurs psychologiques de certains enseignants, peu portés au respect envers les enfants en règle générale. Il faudrait mettre un guide d’éducation bienveillante à tout éducateur.

    Une éducation rigide, avec des EIP, c’est aller droit dans le mur, puisque l’éducation rigide repose sur la superiorité de l’adulte sur l’enfant. Or, un EIP est souvent plus malin que l’adulte qui lui fait face et qui, lui, se croit naïvement tout-puissant et en mission de le prouver.

    On ne laisserait pas nos enfants à des assistantes maternelles aussi peu pédagogues. Alors pourquoi nous laissons-nous berner parce que c’est l’École…

    Nous sommes les seuls avocats de nos enfants. Alors restons toujours à l’écoute de leurs ressentis. Et n’hésitons-pas à les déscolariser lorsqu’ils rencontrent des milieux toxiques à ce point. De toutes façons, ils apprennent plus par eux-mêmes que via l’enseignant.

    Merci pour votre revue de presse prolifique sur ce sujet qui nous touche en plein coeur.

  4. helene dorlan dit :

    Nous avons connu les galères pour nos enfants, le soutient de la famille est la meilleure façon de pouvoir s’en sortir… Quant à l’école public… peu mieux faire… il y a 20 ans c’était du démolissage de surdoués… Ils ne nous comprenaient pas et s’en fichaient royalement !
    Depuis, il y a eu quelques avancées… mais en France quand vous avez quelque chose de plus que les autres on vous met de côté très souvent… la réussite et l’intelligence dérange les médiocres… Dommage pour la France qui perd bien des compétences en ne les mettant pas en avant pour le bien de tous…

    Mon fils a « bac moins sept », il s’en sort et pas grâce à l’école mais grâce au soutient de la famille et surtout son intelligence !

    NE PERDEZ PAS ESPOIR ET TENEZ BON FACE A TOUS CES IGNORANTS QUI NE COMPRENNENT RIEN !!!

  5. Anne dit :

    Cet article est aussi intéressant, même s’il n’est pas parfait bien sûr :)

    http://www.liberation.fr/societe/01012384481-la-plupart-des-precoces-sont-de-mauvais-eleves-alors-qu-ils-ont-un-haut-potentiel

  6. Fabienne dit :

    ça me fait l’effet du « déjà vécu », quasiment mot pour mot, avec mon fils qui a quasiment le même âge et pourtant, le diagnostic a été posé lorsqu’il avait 4 ans 1/2 en Moyenne Section…
    depuis : SOUFFRANCE !!!

  7. brig.isabel dit :

    nous connaissons cette violence des enseignants a leur encontre.enfant paresseux idiot nul insolent..rien d autrewa ajouter. trop de souffrance

  8. Stéphane dit :

    « Et voilà, monsieur se prend pour un génie » combien de fois j’ai pu entendre cette phrase ou assimilé ? Combien de fois on es haï par les autres élèves et parfois adulé par certain prof (ce qui en rajoute) parce qu’ils ont enfin un élève qui s’intéresse à ce qu’il dit… J’ai commencé à parler à 8 mois, quand mes parents m’ont mit à l’English school of Paris, je refusais de parler anglais hors des cours (c’était pourtant obligatoire) et j’ai fait un tel rejet que même maintenant je rechigne à lire en anglais, alors que je le parle couramment, malgré moi. D’ailleurs j’étais le souffre douleurs dans cette école. Encore cette année où j’ai passé un CAP de cuisine dans une formation adulte j’étais détesté par absolument tout le monde jusqu’à la directrice de l’établissement. Je parles trop, je pose trop de question, je ne m’intègre pas… etc… et j’ai 49 piges… Comment si on y pouvait quelque chose… alors on se replis dans son monde, on devient solitaire, on s’habitue à provoquer la jalousie ou l’uber admiration, mais on se sent quand même seul parfois. Et on est tout à fait certain qu’on va devoir prouver encore et encore ce qui est une évidence pour nous, notre lot quotidien.

    • vajpay dit :

      pas un genie juste quelqu’ un qui accepte de reflechir sans etre hypnotiser par « ces jeux que nous donne Caesar » …combien d entre nous on entendu ,mr je sais tout,pretententieux,etc…et au bout du compte la solitude et le silence de milliers de personnes qui pourraient grandement servir une société qui les reduit au silence et à l abnégation…..en attendant regardons la chine qui detecte ,valorise les talents (quelqu’ils soient ) !



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article