Ces personnes au potentiel hors norme (PlanèteSanté.ch, novembre 2015)

Ces personnes au potentiel hors norme (PlanèteSanté.ch, novembre 2015)Un article à propos du surdouement vient de paraître cet après-midi chez nos amis suisses :!:

 

"Ces personnes au potentiel hors norme", sur PlanèteSanté.ch :up:

 

Pour son papier, Elodie Lavigne est allée interroger 3 experts helvètes :
- Marie Pretti, neuropsychologue à Lausanne
- Laurence Chappuis, psychologue & psychothérapeute à Lausanne
- le Dr Nicolas Guberan, psychiatre & psychothérapeute au Mont-sur-Lausanne

 

Plus qu’un phénomène de librairie, l’intelligence à haut potentiel est une réalité pour environ 2 à 5 % de la population adulte. Une particularité que certains découvrent tard et qui n’est pas toujours bien vécue.

Leur cerveau est en ébullition perpétuelle. Les pensées fusent et défilent sans relâche dans leur tête. Les adultes qui découvrent leur surdouance sur le tard ont passé une partie de leur vie à se demander s’ils n’étaient pas fous, à douter en permanence de leurs capacités, à se sentir en décalage avec le monde. Ces victimes du «syndrome de l’imposteur» se remettent excessivement en question. Ils perçoivent qu’ils sont différents, sans en comprendre les raisons.

Des sentiments qui contrastent fortement avec l’idée qu’on se fait généralement de la surdouance –que certains appellent la surefficience–, un potentiel d’intelligence hors norme qu’on imagine forcément synonyme de réussite et de bonheur. Tout n’est pas si simple. D’abord, «la surdouance est une différence, et non une supériorité», précise d’entrée de jeu Nicolas Guberan, psychiatre et psychothérapeute au Mont-sur-Lausanne et spécialiste du sujet.

« Pas forcément premiers de classe, un tiers d’entre eux se situe dans la moyenne. Un tiers suit un parcours chaotique, fait d’incompréhension, de rejet et d’échecs ou simplement d’un sentiment de mal-être diffus. Et un tiers réussit à exploiter son potentiel et consulte plus rarement, déclare Marie Pretti, neuropsychologue à Lausanne. Ces derniers, souvent universitaires, mènent généralement une carrière brillante ». Ils n’échappent cependant pas aux remises en question excessives liées à leur tourbillonnante pensée et à leur hypersensibilité, malgré la reconnaissance sociale dont ils jouissent.

 

 

POUR LIRE la SUITE :arrow: c'est ici !

 

 

:idea: pour aller plus loin, mon billet sur le Wais (test d'efficience intellectuelle pour grands adolescents & adultes) ;)

 

Et celui expliquant comment sont élaborés ces tests :-D

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

4 commentaires à “Ces personnes au potentiel hors norme (PlanèteSanté.ch, novembre 2015)”

  1. Thirty dit :

    Merci. Article assez intéressant même si après avoir écouté Nicolas Gauvrit je me dis que certaines caractéristiques dans l’article semblent être erronées, notamment sur le mode de pensée ( nous penserions plutôt comme le commun des mortels mais de manière plus rapide ou plus conséquente simplement, cela me paraît plus parlant par empirisme, réflexion et analyse du sujet …)

    • A. Zebrounet dit :

      Perso, il y a aussi cette « rumeur » absurde de cerveau droit qui me chiffonne ! On sait que ce sont des bêtises, mais c’est repris, encore & encore :( (-> http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2015/03/25/que-sais-je-les-enfants-intellectuellement-precoces/)
      De même que le 1/3 , 1/3 , 1/3 :down:

  2. lutin dit :

    Merci pour ce blog… Toujours bcq d’intérêt à le parcourir.
    Et oui les » 1/3.1/3.1/3″, sont pour moi très anxiogènes.
    Mon grand a été diagnostiqué avant l’été et mon 2ieme il y a qqs semaines, et lorsque je vois le comportement de ma dernière… Je ne me pose plus trop de questions!
    Comme tous les parents, je m interroge sur l avenir de mes loulous et ce genre de « prédiction » m’angoisse .



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article