De l’intelligence

intelligence

Howard E. GARDNER, chercheur & professeur de psychologie à l'Université Harvard, est connu à travers le monde pour sa théorie révolutionnaire sur les intelligences multiples :up:

 

En France son ouvrage est publié chez Odile Jacob : "Les Formes de l'intelligence" :)

 

Il est parvenu à analyser le fait que l'intelligence n'est pas une mais qu'elle est au contraire multiple ! Il définit ainsi 8 formes d'intelligence totalement indépendantes les unes des autres, bien que susceptibles d'interagir entre elles.

 

Voici les différentes formes d'intelligence, selon H. Gardner, sachant que toutes ne peuvent être mises en évidence par les tests de QI :

 

l'intelligence verbo-linguistique

l'intelligence logico-mathématique

l'intelligence visuo-spatiale

l'intelligence naturaliste

l'intelligence musicale-rythmique

l'intelligence corporelle-kinesthésique

l'intelligence interpersonnelle

l'intelligence intrapersonnelle

 

It's not how smart you are... but HOW are you smart ?
Howard Gardner

 

 

Ainsi, pour reprendre la liste & la développer :

 

- L'intelligence verbo-linguistique est l’aptitude à penser avec des mots & à employer le langage pour exprimer ou saisir des idées complexes. C’est la forme d’intelligence la plus commune. On la retrouve chez les écrivains & les poètes. Elle est aisément mise en évidence dans les tests de QI, notamment dans la sphère verbale.
L'intelligence verbo-linguistique (aussi appelée "verbale") consiste à utiliser le langage pour comprendre les autres & pour exprimer ce que l'on pense.
Elle permet l'utilisation de la langue maternelle, mais aussi d'autres langues. C'est aussi l'intelligence des sons, car les mots sont des ensembles de sons. Les personnes auditives ont ainsi beaucoup plus de facilité à entendre des mots que de voir & de retenir des images. Tous les individus qui manipulent le langage à l'écrit ou à l'oral utilisent l'intelligence linguistique : orateurs, avocats, poètes, écrivains, mais aussi les personnes qui ont à lire & à parler dans leur domaine respectif pour résoudre des problèmes, créer & comprendre. Victor Hugo maîtrisait à merveille ce type d'intelligence.

 

- L'intelligence logico-mathématique permet une grande capacité à calculer, mesurer, faire preuve de logique & résoudre des problèmes mathématiques & scientifiques. Tout comme l'intelligence verbale, on la ressent très nettement dans les tests de QI.
Les individus présentant de haut scores dans cette forme d'intelligence analysent les causes & les conséquences d'un phénomène ou d'une action & sont capables d'expliquer le pourquoi des choses. Ils ont aussi tendance à catégoriser & à ordonner les objets. Ils aiment les chiffres, l'analyse & le raisonnement.
Il existe une dimension non verbale & abstraite dans cette intelligence car des solutions peuvent être anticipées avant d'être démontrées.
Albert Einstein ou Alex Fratzl font partie de cette catégorie de personnes.

 

- L'intelligence visuo-spatiale qui est la capacité à visualiser, se représenter des objets dans l'espace, s'orienter dans son propre environnement. En d'autres termes, utilise les capacités intellectuelles spécifiques pour avoir mentalement une représentation spatiale du monde. Cette forme est également représentée dans les tests de QI.
Les Amérindiens voyagent en forêt à l’aide de leur représentation mentale du terrain. Ils visualisent des points de repère : cours d’eau, lacs, types de végétation, montagnes… & s’en servent pour progresser ; des navigateurs autochtones font de même & naviguent sans instrument dans certaines îles du Pacifique.
Toute activité qui demande de résoudre des problèmes & de créer dans le domaine visuo-spatial exige l’utilisation de ce type de capacités intellectuelles. Les géographes, les peintres, les dessinateurs de mode, les architectes, les photographes, les caméramans mettent à profit ce potentiel intellectuel. L’architecte Le Corbusier en est un bon exemple.

 

- L'intelligence naturaliste est l’intelligence de la personne capable de classer, de discriminer, de reconnaître & d’utiliser ses connaissances sur l’environnement naturel, sur les animaux, sur les végétaux ou sur les minéraux. Elle a une habileté à reconnaître des traces d’animaux, des modèles de vie dans la nature, à trouver des moyens de survie ; elle connaît les animaux ou les plantes qu'elle doit éviter, les espèces qui lui permettront de se nourrir. C'est l'intelligence du chasseur-cueilleur de la forêt, du biologiste, du botaniste, de l’écologiste, etc.
Les personnes qui possèdent cette intelligence aiment tenir un cahier de notes d’observations ; elles aiment prendre soin d’animaux, cultiver un jardin et sont en faveur de l’établissement de parcs dans leur ville ; elles sont adeptes de la conservation de leur environnement. Les individus dans les sociétés traditionnelles utilisent cette intelligence de façon exceptionnelle.

 

- L'intelligence musicale-rythmique constitue la capacité à penser en rythmes & en mélodies, à reconnaître des modèles musicaux, les mémoriser, les interpréter, en créer, être sensible à la musicalité des mots & des phrases.
On reconnaît particulièrement cette intelligence chez quelqu’un qui fredonne souvent, bat la mesure, se met à danser sur le moindre rythme & saisit facilement les accents d’une langue étrangère.
Cette forme d’intelligence est donc particulièrement développée chez les musiciens (compositeurs exécutants, chefs d’orchestre) & chez tous les techniciens du son (ingénieurs du son, fabricants d’instruments de musique, accordeurs). Elle se trouve aussi chez les poètes & dans les cultures à forte tradition orale. Mozart ou Michael Jackson sont de bons modèles de cette forme d'intelligence.

 

- L'intelligence corporelle-kinesthésique est la capacité à utiliser son corps ou une partie de son corps pour exprimer une idée ou un sentiment, pour réaliser une activité ou pour créer.
Il existe donc un potentiel intellectuel, qui permet par exemple, au joueur de basket-ball de calculer la hauteur, la force et l’effet du lancer au panier, ou au danseur de faire passer nombre d'émotions dans ces pas & sa gestuelle.

 

- L'intelligence interpersonnelle (ou sociale) concerne la capacité à percevoir & distinguer les humeurs, les intentions, les motivations & les sentiments d'autrui, d’agir & de réagir avec les autres de façon correcte & adaptée.
Elle l’amène à constater les différences et nuances de tempérament, de caractère, de motifs d’action entre les personnes. Elle permet l’empathie, la coopération, la tolérance. Elle permet de détecter les intentions de quelqu’un sans qu’elles soient avouées. Cette intelligence permet de résoudre des problèmes liés à nos relations avec les autres ; elle nous permet de comprendre & de générer des solutions valables pour les aider.
Dans les sociétés primitives, l’organisation sociale était importante, la chasse nécessitait la collaboration & la participation du clan. Les groupes gravitaient autour d’un chef qui en assurait la solidarité & la cohésion.

 

- L'intelligence intrapersonnelle sollicite plus le champ des représentations & des images que celui du langage. Il s'agit de la capacité à décrypter ses propres émotions, à rester ouvert à ses besoins & à ses désirs.
C'est l'intelligence de l'introspection, de la psychologie analytique. Elle permet d'anticiper sur ses comportements en fonction de la bonne connaissance de soi.

 

 

A noter que Gardner, auteur notamment du livre "Les Formes de l'intelligence" présente l'intelligence existentielle (ou spirituelle) comme la "8ème & ½", & non comme une 9ème forme d'intelligence à part entière...
Cette forme d'intelligence se définit par l’aptitude à se questionner sur le sens & l’origine des choses. C’est la capacité à penser nos origines & notre destinée.
L'intelligence spirituelle, existentielle ou morale est encore illustrée comme l’ aptitude à se situer par rapport aux limites cosmiques (l'infiniment grand & l'infiniment petit) ou à édicter des règles ou des comportements en rapport aux domaines de la vie.

 

Selon certains auteurs, l'existence de polymathes (un polymathe étant un individu qui excelle dans de nombreux domaines qui ne sont pas nécessairement reliés) invalide cette théorie.
En effet, les formes d'intelligence sont, pour Gardner, exclusives : un individu est soit porté vers les sciences, soit vers les arts, etc. Or, les polymathes réunissent couramment & simultanément 4 ou 5 formes d'intelligence ; & ces différentes intelligences interagissent entre elles. Elles ne seraient donc pas "exclusives" ;)

 

H. Gardner n'est cependant pas le seul a avoir présenté une théorie sur la multiplicité des intelligences. Dans le cas des adultes, Peter KOESTENBAUM a présenté la sienne. Puis plus tard, Tony BUZAN dans "Une tête bien faite : exploitez pleinement vos ressources intellectuelles" ajoutera même l'intelligence sexuelle.

 

Par chez nous, le français Rémy CHAUVIN avait, dès les années 1975, déjà évoqué ces différentes sortes d'intelligence :-D
On peut s'en rendre compte dans ce billet...

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

5 commentaires à “De l’intelligence”

  1. Syïlis dit :

    Un article intéressant, je n’étais pas exactement au courant des travaux de ce chercheur.
    Je suis étonnée qu’il ait pensé ces intelligences comme étant exclusives… peut être s’agit-il simplement de dire qu’il y en a toujours dominante par rapport aux autres même si les autres sont elles aussi bien développées… enfin je ne peux que spéculer alors je me tais.

    « Les polymathes réunissent couramment & simultanément quatre ou cinq formes d’intelligence 8)  » … :roll:

  2. kyrilluk dit :

    La « theorie » des intelligences multiples est de la mauvaise science (voir de la pseudo-science). En effet, elle n’est pas validable sur le plan experimentale (au contraire du QI par exemple).

    • taz dit :

      Ce n’est qu’une théorie, pas une connaissance établie.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie#Sciences :
      En sciences, une théorie est un modèle ou un cadre de travail pour la compréhension de la nature et de l’humain. […]
      Pour qu’une théorie soit considérée comme faisant partie des connaissances établies, il est habituellement nécessaire que celle-ci produise une expérience critique, c’est-à-dire un résultat expérimental qui n’était prédictible par aucune autre théorie établie.

      Le QI est certes mesurable de manière expérimental mais ne constitue pas une théorie. C’est une valeur qu’on juge pas trop mal corrélée avec un nombre limité de facettes de l’intelligence humaine. Essentiellement une moyenne sur deux « axes », l’axe logico-mathématique et l’axe verbo-linguistique. L’intelligence ne se réduit pas aux capacités logico-mathématiques et l’axe verbo-linguistiques qui elles-mêmes ne se réduisent pas à des axes linéaires gradués, conçus artificiellement pour distribuer une population selon une gaussienne.
      (Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Quotient_intellectuel#La_validit.C3.A9_:_Le_QI_mesure-t-il_l.27intelligence_.3F)

      Ce qui n’enlève rien à son utilité pratique si on l’utilise pour ce qu’il est. Les psychologues disent tous que le QI n’est qu’un élément du tableau clinique de la surdouance et qu’on peut être zèbre sans avoir un QI exceptionnel.

      La théorie des intelligences multiples, même si elle n’est pas établie, propose une typologie des dimensions de l’intelligence, plus riche que la vision scalaire du QI.

      Petite question à tous les zèbres : vos difficultés de vie viennent-elles plus d’une sur-efficience sur un ou plusieurs axes de Gardner ou au contraire d’une sous-efficience sur d’autres malgré un HQI par ailleurs ?

      Par mon expérience personnelle, je serais enclin à penser qu’une sur-spécialisation de l’intelligence peut être source de souffrance et qu’un bon généraliste est souvent plus heureux qu’un virtuose. En tant que parent, je suis attentif à ce que ma fille ait des opportunités diverses d’activités, de jeu et de plaisir mobilisant les différentes facettes de l’intelligence, à ce qu’elle ne se ferme pas une typologie d’activités qui ferait d’elle à terme une personne plus ou moins incomplète mais au contraire qu’elle se développe de manière équilibrée.

      • Blitz dit :

        Je n’ai rencontré qu’un hyperspécialiste (un cousin de ma femme), il avait énormément de difficultés relationnelles et de vie courante, mais je ne saurais garantir que ça vienne de là ni que ça générait plus de souffrance que son statut de zèbre… Mon aîné est « généraliste », ce qui aide incontestablement à l’école, il s’intègre bien grâce à un caractère étonnament sociable et se passionne pour la musique (merci le conservatoire), je ne peux qu’espèrer que ça continue ainsi…



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article