Notre rencontre avec Arielle Adda

Quand nous avons rencontré la psychologue qui a bilanté notre zébrillon pour la 1ère fois, à 4 ans & des poussières, autant dire que nous ne connaissions rien du surdouement, des tests, des psy spécialisés ou non ! :-|

 

Comme je l'ai relaté dans ce billet ( :arrow: Comment tout a commencé), la visite chez un psy n'était pas à notre initiative, mais correspondait à une demande de ma mère, qui était très insistante depuis déjà pas mal de temps pour qu'il passe des tests.

 

Nous n'avions pas de problèmes particuliers avec notre fils, il était très bon élève, vif, de toute évidence très intelligent, joyeux, etc.

 

La psychologue, au demeurant très bien (mais aussi très fraîchement diplômée), avait donc été choisie totalement au hasard des pages jaunes (je l'avoue ! :-D ). Mon unique critère de sélection se bornait à la situation géographique du psychologue sur qui je jetterai mon dévolu...

 

La question de la compétence spécifique concernant la douance des enfants ne s'est pas posée une minute. Je ne savais rien de tout ce monde & n'avais pas même imaginé que certains psys étaient plus au fait que d'autres sur le sujet. Nous étions totalement hors de toute connaissance à ce niveau.

 

Finalement sans le savoir (ni le vouloir !), nous étions très bien tombés : la psychologue en question s'avérait être spécialisée dans les problèmes scolaires & les bilans psychométriques... & elle se trouvait à quelques kilomètres à peine de la maison :) 

 

Le hasard (l'intuition :!: :?: ) fait parfois bien les choses...

 

Lors de l'entretien de restitution, cette psy nous avons ainsi conseillé de refaire passer un bilan au zebrounet, lorsqu'il aurait 6 ans révolus. Il avait en effet passé avec elle le WPPSI 3 (le test pour la période pré-scolaire), & elle pensait que lui faire passer un WISC 4 (qui se passe grosso modo de 6 à 17 ans) serait très intéressant car le WISC est beaucoup plus fin, précis & nous apporterait de nombreuses précisions utiles.

 

Les Tribulations d'un Petit Zèbre, le livre du blog !

 

 

En début d'année 2010, je me mis donc en quête d'un psy qui serait cette fois-ci choisi avec soin pour ses connaissances en matière d'enfants doués. Je m'y prenais à l'avance pour ne pas être dans la précipitation, ne sachant pas quel délai d'attente on m'imposerait.

 

Vous vous demandez peut-être pourquoi nous ne sommes pas retournés chez la psychologue clinicienne qui lui avait fait passer le 1er bilan, puisque je précise qu'elle était très bien !? Et c'est une bonne question ;)
Tout simplement car depuis, j'ai beaucoup lu & beaucoup appris sur le sujet. Je sais aujourd'hui (contrairement à mes connaissances inexistantes à l'époque) que le choix du psychologue qui s'occupera de la passation & de l'analyse est de première importance. Quitte à devoir faire de la route...

 

Je pense que si cette 1ère psy était compétente (excellent contact, bilan sérieux, compte-rendu écrit complet, je n'ai vraiment rien à lui reprocher), elle n'était tout de même pas suffisamment bien armée pour un enfant doué du type de notre zébreau.

 

La compétence ne remplace pas l'expérience, or quelqu'un ayant 30 ou 35 ans n'a pas le même vécu professionnel & personnel que quelqu'un qui est au contact d'enfants & d'adultes surdoués depuis plus de 30 ans !

 

Dans la mesure où notre fils ne passera pas chaque année une batterie de tests, je tenais à ce que le choix du psychologue soit fait avec soin pour le WISC afin d'optimiser ce bilan (qui est toujours quelque chose de fatiguant pour l'enfant & de coûteux pour la famille).

 

Deux références incontestables s'imposèrent à moi : Arielle Adda & Jean-Charles Terrassier.
J'avais de la chance : ces 2 précurseurs en matière de hauts potentiels étaient toujours en activité, l'une sur Paris, l'autre sur Nice. Mon choix s'est finalement porté sur Mme Adda, dont j'aimais les livres & les interviews.
Je pris contact avec elle en laissant un message sur son répondeur téléphonique... puis elle me rappela un matin, en personne.

Nous avons discuté un long moment par téléphone, c'était pour moi l'occasion de lui expliquer le parcours de notre fils, les résultats du WPPSI, l'école & l'ennui. Elle me proposa un rendez-vous, très certainement courant octobre ou novembre de l'année (des mois d'attente donc).

 

Très bien, nous n'étions pas pressés ! Nous savions déjà qu'il était zébré, & ce nouveau test serait un complément d'informations en quelque sorte, pas une révélation. Je lui précisais malgré tout qu'en cas de désistement dans son agenda, elle n'hésite pas à me le faire savoir car mon activité me permettait de me libérer comme bon me semble, & sauter dans un TGV était possible pour moi à tout moment.

 

Et c'est ce qui arriva :roll:  Peu avant la fin de l'année scolaire, Arielle Adda m'appela pour m'indiquer un créneau qui venait de se libérer dans son carnet de rendez-vous (merci les départs en vacances des parisiens :smile: ).

 

La date de l'entretien & du test fut donc fixée, début juillet... ainsi que celle, une semaine plus tard du compte-rendu (qui aurait lieu avec le papa, mais sans notre petit bonhomme).

 

 

 

 

J-1, départ de Lyon pour Paris avec mon loustic. Nuit passée dans le calme d'un hôtel du 6ème, face à la Tour Montparnasse (le test était programmé pour la matinée suivante, un peu short pour monter sur Paris le matin même...).

 

Puis vint la première rencontre avec Mme Adda dans son cabinet cossu : une femme impressionnante d'intelligence & de simplicité :hearts:

 

Quel bonheur d'échanger avec quelqu'un d'aussi "humain", d'aussi vif d'esprit !
D'une grande gentillesse & disponibilité, elle dégage en même temps une impression de sérénité & d'énergie très positive. Le courant passe tout de suite très bien entre nous, comme entre elle & le zébrillon qui est impatient de commencer le test.

 

Le temps pour moi de baver devant une magnifique boutique de Cupcakes, d'aller faire un tour à la Grande Épicerie & au Bon Marché, de flâner sur le boulevard Raspail & passer devant le Lutetia.

 

Puis sur le chemin du retour de croiser Évelyne Thomas (ancienne animatrice de talk-show racoleurs produits par Jean-Luc Delarue) qui marchait en poussant un vélo, à quelques rues du cabinet de Mme Adda.

 

Le test fini, la psychologue me rassure, d'un ton chaleureux :

 

"Ça s'est très très bien passé ! Il a été parfait"

 

 

Bon... Mme Adda semble ravie, le loustic est aussi très content, de lui, de sa rencontre avec cette dame très à l'écoute & très fun semble-t-il, de la promesse que je lui avais fait d'aller visiter la Tour Eiffel durant l'après-midi, avant de rentrer sur Lyon :)

 

Une semaine plus tard (6 jours très précisément !!!), nous revoilà dans le 6ème arrondissement de Paris, le Z'homme & moi, pour l'entretien de restitution.
En attendant l'heure du rendez-vous, nous nous baladons dans les petites rues adjacentes & tombons nez à nez avec Gérard Depardieu, sur un gros scooter, qui traverse notre trottoir pour entrer dans un hôtel particulier en travaux (décidément... :-P ).

 

L'heure arrive & nous pénétrons dans le cabinet d'Arielle Adda, toujours aussi agréable & apaisante.

 

Le nouveau test a plus que confirmé le 1er, les scores du zébrillon plafonnent littéralement (au point d'obtenir plus que ce qui est mesurable à son âge sur certains subtests). La psychologue nous brosse un portrait très précis, très juste de notre garçon.
Elle a rédigé un compte-rendu très détaillé, ne compte pas son temps pour discuter avec nous & répondre à nos questions (nous restons près de 2 heures avec elle).

 

Elle nous demande de rester en contact avec elle & de ne pas hésiter à l'appeler en cas de souci, de difficulté. Elle nous conseille sur l'école, sur la manière de présenter ces nouveaux résultats à sa future nouvelle maîtresse à la rentrée prochaine. Elle nous déconseille par exemple vivement de communiquer les chiffres, ça ne sert à rien selon elle, si ce n'est à affoler le corps enseignant qui se focalise sur ce point & stigmatise l'enfant surdoué.

 

Elle préconise plutôt de faire lire une copie du compte-rendu (sans les chiffres), si toutefois l'enseignante se montre intéressée & ouverte, mais de ne pas laisser cette copie à l'école...

 

Voilà comment s'est passé notre rencontre avec Arielle Adda :round:

 

Je ne regrette pas d'avoir patienté quelques mois pour qu'elle ait lieu, pas plus que je ne regrette mon choix d'être allée la consulter elle, plutôt qu'un ou une autre.
Sa compétence n'est plus à démontrer en matière de surdouement, c'est un fait établi, mais j'ai également pu constater que malgré sa renommée, elle a su demeurer accessible, sur tous les plans. Ses tarifs sont restés très raisonnables (moitié moins chers que certains centres dans lesquels les gens ont à faire à des "collaborateurs" pas toujours très soucieux de l'éthique...). Sa disponibilité & son sérieux sont tout autant remarquables !

Une belle personne, dévouée à la cause qu'elle a toujours défendue avec M. Terrassier... bien avant la vague commerciale sur laquelle surfent aujourd'hui d'autres professionnels du secteur.

 

 

 

:arrow: Crédit photo GAPPESM, Arielle Adda en conférence le 02 mai 2009 à Montpellier, "L'adulte doué : un parcours particulier"

 

 

:idea: notre témoignage est paru, en 2016, aux éditions Eyrolles : "Les Tribulations d'un Petit Zèbre, le livre du blog !" :-D

 

 

Quand parait le livre

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

35 commentaires à “Notre rencontre avec Arielle Adda”

  1. arlette Vidal-Naquet dit :

    Oui, Arielle Adda est remarquable, dévouée et surtout délicieuse, c’est mon amie, et je vous remercie
    d’avoir si bien raconté votre rencontre avec cette personne d’exception.

    En toute cordialité. Arlette Vidal-Naquet

  2. Chrodegang dit :

    Bonjour,
    j’ai moi aussi rencontré Arielle Adda, et j’ai été ravie! Je l’ai vue deux fois dans son cabinet, et elle n’a pas jugé utile de me faire tester, ce qui m’a été d’une grande aide (j’avais du mal à accepter une certaine pression de la part de mon entourage qui voulait ABSOLUMENT que je passe un test pour confirmer ce que tout le monde savait déjà, ce qui allait complètement à l’encontre de mes convictions, bref) pour prendre confiance en moi. Je me sentais un peu désavouée de la part de certaines personnes et pouvoir rentrer chez moi en disant qu’une personne de la trempe d’Arielle Adda m’attestait sans avoir besoin de me tester m’a permis de faire taire tout-le-monde! En plus, elle a voyagé dans le pays dans lequel j’enseigne maintenant, drôle de coïncidence!

  3. Bonjour
    je découvre votre blog que je trouve très intéressant. j’ai une expérience de trois enfants doués que je relate dans mon site-blog ainsi que mon expérience personnelle. planète surdoué. mes enfants sont plus âgés, et je dois dire que je ne voulais pas ou n’osais pas parler d’eux avant qu’ils aient terminé leurs études. et ce tellement ce phénomène est mal compris . dans mon site je ne parle pas d’ailleurs de mon dernier fils qui est adolescent. le net n’existait pas il y a 15 ans . c’est une merveille aujourd’hui de pouvoir s’exprimer librement.
    je recherche des témoignages d’adulte surdoués en réussite ou en non réussite pour comprendre mieux ce qu’il faut faire et ne pas faire.
    Notre grande chance a été de rencontrer Arielle Adda, chance que je remercie tous les jours.

    • CAPELET Corinne dit :

      Bonjour,
      J’ai 44 ans et suis une adulte surdouée en non réussite mais je préfère dire dont la réussite n’est pas accessible.
      J’ai toujours été une excellente élève en primaire avec un esprit de compétition très aiguisé. Quelques semaines après l’entrée en CM1, je suis tombée malade (congestion pulmonaire) et suis revenue à l’école début décembre pour les contrôles de fin de 1er trimestre. Sans avoir eu les cours, j’ai été première de ma classe. Et là tout s’est enchaîné sans que je comprenne vraiment. L’euphorie retombée, j’ai très vite compris que j’étais différente. Personne ne m’a expliqué ma différence et j’ai mis sous silence mes peurs, mes angoisses, mon mal être. Malheureusement je n’ai eu aucun soutien tant familial que scolaire. Peu à peu je me suis enfermée tout en cherchant mon parce que, j’ai beaucoup observé les autres. J’ai eu énormément de difficultés, il m’a fallu apprendre à apprendre. J’avais la sensation que mon cerveau s’était arrêté. Je suis allée jusqu’en 3ème année de fac sans jamais rien terminer.
      Dans votre post vous demandez ce que qu’il faut faire et ne faut pas faire. Ma réponse est simple, pour la zèbre que je suis : se mettre à la place de son enfant, lui expliquer sa différence en lui disant que c’est un atout, ne pas l’abandonner, le rassurer, l’aimer en le lui disant tout le temps, trouver ensemble une issue de secours qui lui permettra de supporter la vie. Nous avons plus tout autre enfant besoin de reconnaissance, à mon âge encore je cherche la reconnaissance de mes parents, c’est vital.
      Ce qui me réconforte à l’heure actuellement c’est de constater que des parents ont compris qu’être surdoué n’est pas seulement être plus doué, comme je dis nous avons un excellent jeu de cartes et nous cherchons notre mode d’emploi. Nous sommes si sensibles que souvent nous nous cachons derrière nos colères. Bon courage

      • tobeornottobeazebre dit :

        Votre témoignage m’a donné les larmes aux yeux. Je crois en effet qu’on a avant tout besoin d ‘amour. Je ne sais pas si j’étais ou non surdouée (facilités très fortes jusqu’au « bout » mais aucune stabilité, toujours envie d’aller voir ailleurs, de découvrir autre chose; là; cela ne fait que 7 ans que je fais le même métier avec 4 ans de pause congé parental et j’en ai déjà marre…depuis un certain temps! Et surtout une incapacité à « travailler » (le seul fait d’écouter et d’écrire les cours me suffisait (fac de maths comprise) mais je crois aussi qu’à chaque fois que j’ai arrêté mon chemin pour voir ailleurs, c’était par peur de l’échec, par peur de la découverte du subterfuge… ).
        En tous les cas, je me pose la question pour mes enfants et eux, je les ferai tester (rendez-vous pris pour cet été), on verra, je me leurre peut-être complètement (remarque, cela vaudrait peut-être mieux car vu qu’ils se débrouillent plutôt très bien, ce serait mieux qu’ils soient dans la norme car le chemin serait alors bien plus facile. Le hic, c’est que mon fils, après avoir sauté une classe pour aller au CP (on a fait le forcing, cela faisait 2 ans qu’il pleurait en allant à l’école) se retrouve encore premier de classe et passe son temps dans ses rêves (dixit lui-même car en attendant autre chose à faire, il aime bien « imaginer des choses mais il oublie d’écouter la maîtresse quand vient le moment »)).
        Bon, bref, comme d’habitude, je pars dans mes parenthèses… en tous les cas, merci pour ce site et merci pour ces commentaires.
        Pour en revenir à ce que disait Corinne, oui je crois que le soutien et l’amour de l’entourage sont essentiels. De mon côté, il était simplement « normal » que j’aie des 20 à la pelle, le contraire m’aurait fait placer du côté des demeurés et si j’avais échoué, cela aurait été mon entière faute. Paradoxalement, les seules fois où j’essayais de me mettre au travail, je voulais du soutien et je n’avais le droit qu’à « à quoi cela te servirait avec tes notes? ». Toute vélléité de retour à la « normalisation » était anéantie et il était quand même plus intéressant que je me rende utile plutôt que je perde mon temps à des choses inutiles (le souvenir le plus amer est celui du Brevet des Collèges, je voulais avoir des super notes et j’avais donc décidé de réviser mais non, y’avait un déménagement à faire et j’étais bien mieux à faire des cartons et du nettoyage que travailler pour quelque chose que j’avais déjà via le contrôle continu. C’est absurde de se remémorer ça mais j’aurais voulu voir de quoi j’étais capable car même si mes notes se sont révélées comprises entr e 33 (en maths, j’avais oublié de tourner la dernière page…) et 38/40, j’avais envie d’atteindre la perfection…que je n’ai pas atteinte. Et si ce souvenir se maintient c’est qu’il correspond, je crois, au dernier moment où j’ai vraiment été motivée à me mettre au travail (après, c’était juste un « il faudrait quand même que je m’y mette un peu!)).
        Bon, bref, ce qui me gêne un peu dans la notion de réussite scolaire, c’est qu’on estime que l’on a réussi avec le BAC (enfin, c’est le sentiment que j’ai). Pour ma part, j’ai un sentiment d’échec, un sentiment d’inachevé tout en n’ayant aucune motivation particulière pour des métiers autres qu’artistiques (ce qui paraît aberrant moi qui suis dans un boulot scientifique et que je m’intéresse réellement aux grands « pourquoi » de l’univers), J’ai un cruel manque de confiance en moi, et j’avoue, j’ai un peu honte de déballer mon sac surtout que mon échec n’a peut-être rien à voir avec une quelconque précocité (aucun test n’a été fait). Enfin…c’est le bon côté de l’anonymat!!!

  4. julien dit :

    Bonjour,

    Très bon résmué. Cet article n’est qu’un parmis tant d’autres me confirmant qu’il est temps que je mette fin à mes questions en rencontrant ce type de personne.
    Un neveu détecté surdoué et ma soeur qui, ayant fait cette découverte a aussi passé le test. Et moi, me perdant dans mes interminables questions existentielles, jusqu’à ce que mon psychologue depuis 2 ans me dise que je sois surdoué (prêt à l’accepter).

  5. J’ai eu l’occasion de rencontrer Madame Adda lorsqu’elle a testé mon fils en 1998 et ma grande fille en 2000.
    A l’époque, mon fiston allait voir un psychologue avec qui il discutait gentiment, qui me faisait part de certaines observations sur son caractère et son mode de fonctionnement.
    Finalement, l’analyse du caractère de l’enfant fait par Arielle Adda après un seul entretien et les tests recoupait ce que m’en avait dit le psychologue après quelques mois de rendez-vous. Ca m’a rassurée sur les deux ! Le psy m’a dit qu’il aurait pu lui faire passer les tests, mais il pensait que mon fils aurait un peu saboté les résultats. La seule chose qu’il ait sabotée, c’est le subtest du code, comme beaucoup d’enfants HQI.
    Quant à notre fille, nous l’avions sous-estimée, ses résultats étaient assez élevés également. Devant sa réserve et sa timidité, Mme Adda nous a conseillé de ne pas essayer de lui faire sauter une classe comme elle aurait pu au vu de ses résultats.

    Ce que j’ai bien apprécié avec Arielle Adda, c’est qu’elle a su prendre soin des parents au moment du debriefing. Et nous dire que nous aussi nous étions probablement zébrés. Elle nous a autorisé à le penser, c’est libérateur. Nous nous étonnions du nombre d’enfants doués que nous rencontrions dans notre entourage, notamment les enfants de nos vieux copains-copines se révélaient tous plus ou moins doués, mais à l’école il y en avait plein aussi. Elle nous a « rassurés » : il n’y en avait pas plus, mais « qui se ressemble s’assemble »…

  6. shararouge dit :

    Bonjour,

    Je suis une nouvelle lectrice de votre blog. Je m’excuse d’abord pour les fautes , car la langue française n’est pas ma langue maternelle (je suis russe). J’ai une fille de 12 ans (en 5 eme) qui fait son scolarité à la maison il y a 2 ans.
    Nous avons pris un rendez vous avec Arielle Adda pour le mois prochain .Pour quoi je vous écris ça …? J’ai un track, car après notre discussion au téléphone avec Arielle Adda je n’arrête pas de lire et de faire des recherches sur internet en cherchent les informations sur les enfants HP. Je suis devenue accro de ça. J’ai pris un rendez vous avec Adda pour le fils de mon mari de son premier mariage, car il a arrêté l’école en dernier année de Bac, il continue lycée avec le CNED. Il était toujours un garçons son problème , bon eleve,mais…..voila. Son grand frère a arrêté l’école à 15 ans, il a était détecté comme HP en Israel à l’âge de 12 ans. Je ne pense pas que ma fille est HP,plutôt mon fils de 18 ans de mon première mariage que me semble un HP.Ma fille est très « mystérieuse » d’après sa maitresse de la CM2.Elle a commencé parler bien deux langues avant 2 ans plus elle comprend de puis son naissance très bien hébreu, car elle est née en Israel et à la maison nous parlons hébreu ente mon mari et moi en temps en temps ,(je n’aime pas quand il me corrige en français, il est « parisien »…) Désolée ,j’ai un peut m’éloigner de la thème, comme me dit ma fille: » j’ai trop de chausse à la fois dans ma tête et cela m’empêche de bien se concentrer sur un seul chausse ».Quand je lui ai demandé combien des chausse elle m’a répondu : « comme tout le mondes ,maman, 100 chausse dans une minute, enverrons ».Le garçon pour qui j’ai pris le rendez vous ne veux pas faire le test, et j’ai décidé de le faire à ma fille. En faite, j’ai compris pourquoi je parle de tous ça, parce que je n’ai pas envie de dire la vérité. La vérité c’est que après lire tous ces livres et toutes ces rencontres avec les « zebres » je me sens tellement bien dans leurs troupeau à eux que je n’ai pas envie de le quitter,mais je serai obliger de le faire, si le test sera négative, je peur d’entendre la frase: »Votre fille est très intelligente, mais elle n’est pas une surdouée ».Et oui, je suis une folle, je le sais, vous avez pas besoin de me le dire. Sauf, bien sur ,si je dessinerai des traits noir et blanc moi même ou de penser que je suis une zèbre-albinos .

    • Rainbow dit :

      Il me semble que lorsqu’on maîtrise 2 langues à 2 ans, ça démontre certainement une bonne dose de précocité quand on voit que la plupart des enfants à cet âge balbutient à peine dans leur langue maternelle. Evidemment, vous n’aurez de certitude qu’après avoir fait passer les tests chez un psychologue, mais les signes sont bien là.
      Quant à vous même, je trouve que votre français écrit est beaucoup plus construit et correctement orthographié que nombre de nos concitoyens français dont les fautes d’orthographe ou de grammaire se retrouvent même dans les sous-titres des reportages du journal de 20h.
      Que vous soyez « zèbre » ou non ne vous oblige nullement à quitter le « troupeau » comme vous dîtes, l’émulation existe dans les 2 sens, bien crétin celui qui penserait le contraire. Les gens « normaux » et même les « déficients » ont parfois un esprits d’à propos et des réflexions très pertinentes sur tous les sujets, même s’ils ont du mal à suivre les raisonnements ( parfois un peu alambiqués il faut bien le reconnaître) des zèbres de tout poils. J’aime votre expression: « zèbre-albinos », elle est très poétique et en même temps, elle montre bien à quel point les zèbres sont obligés de jouer les « caméléons » pour essayer de s’adapter aux autres.
      Tout se passera bien.
      Amicalement : Rainbow.

      PS: « Phrase » et non pas « frase » / « Chose » et non pas « Chausse ». Sinon, le reste est plutôt pas mal !

      • shararouge dit :

        Cher(e) Rainbow (j’aime bien votre pseudonyme, ça vous va bien),

        Merci beaucoup pour votre réponse.
        Je ne sais pas si vous êtes une femme ou un home, mais je suis sur que vous êtes quelqu’un de bien (je le « sens » ,comme ma fille me dit sauvent).

        Amicalement,
        Shararouge

    • Zebrounet dit :

      Je comprends ts bien votre angoisse & en même temps, je pense, votre impatience ;) Vous verrez Arielle Adda est une femme formidable, qui est elle-même zébrée & qui comprend & décrypte donc à merveille les petits & les grands zèbres :up:

      « comme tout le monde,maman, 100 choses à la minutes, environ »
      :) Et c’est là où les personnes HQI se trompent complètement. Nous avons tous tendance à penser que réfléchir perpétuellement, avoir une machine à penser dans la tête est le lot de TOUS, mais c’est faux. Quelqu’un qui est surdoué (s’il n’a pas été identifié étant enfant) ne se sent pas surdoué, au mieux il se sait différent, voire « extra-terrestre », mais en aucun cas plus intelligent. Car il suppose que cette pensée omniprésente est partagée par tous les êtres humains, sans se douter que c’est en fait quelque de peu répandu !

      Je pense que vous faites bien de passer le cap du bilan. Je crois que dès que la question se pose (ce qui veut dire qu’il y a des éléments qui font se questionner…) il faut en avoir le coeur net pour ne pas passer à côté de quelque chose d’aussi important sur na nature profonde. Il y a tant d’adultes qui n’ont pas été identifiés étant enfants & qui en souffrent alors toute leur vie, qu’il est primordial de repérer un haut potentiel intellectuel le plus jeune possible. Mettre des mots, une réalité sur un sentiment de différence est tellement bénéfique !!!

      J’espère que vous nous tiendrez au courant de la manière dont s’est déroulée la rencontre avec Mme Adda :-D

      • shararouge dit :

        Merci beaucoup,Zebrounet.

        Je vous tiendrai au courant de la manière dont s’est déroulée la rencontre avec Mme Adda.

        A bientôt,
        Shararouge

    • karen dit :

      Bonjour Shararouge !

      J’ai trouvé votre texte touchant mais je vous avoue que la dernière partie m’inquiète un peu. Vous semblez avoir peur de la réponse suite au test de votre fille car vous craignez de devoir quitter le troupeau des zèbres.

      Tout d’abord, je ne sais pas si cela est vraiment bénéfique de vouloir à tout prix faire partie d’un groupe, quel qu’il soit :) Même si vous faites les tests pour vous-mêmes et que vous n’êtes pas THQI ou HpP ou surdouée ou peu importe la terminologie, cela ne vous empêchera pas d’avoir des accointances avec les personnes ayant les caractéristiques de la douance.

      Je crains que cet état d’esprit, l’envie d’être un zèbre, ne puisse vous amener à ressentir inconsciemment une déception qui serait dommageable pour votre fille : tu es intelligente mais tu n’es pas surdouée. Imaginez alors sa douleur…Cela dit, je vous souhaite sincèrement qu’elle le soit, vous pourrez ainsi comprendre son comportement « mystérieux » et vous serez outillée pour l’aide.

      Mais si ce n’est pas le cas, il faudra vous rappeler que chaque être humain est unique et a sa valeur intrinsèque, qui ne dépend ou ne devrait pas dépendre pas du chiffre du QI. La vie est le plus beau cadeau que l’on puisse recevoir dans la vie et je pense que notre mission est de faire quelque chose de cette vie, de tailler cette masse informe pour en faire un diamant :)

      En lisant la plupart des articles sur la douance, j’ai reconnu ma fille mais aussi mes propres caractéristiques (lucidité, source de souffrance dans les relations avec les autres car j’ai toujours l’impression de deviner leurs mobiles et surtout hypersensibilité, véritable éponge à émotions au point de me sentir parano parfois). Je n’irai pas me faire tester car je suis heureuse de ma vie et j’ai toujours vu mon décalage par rapport aux autres comme une force car je suis individualiste et j’aime être différente.

      En revanche, j’ai contacté une psychologue pour ma fille car son comportement provocateur à l’école m’inquiétait. La psy m’a dit après avoir posé ses questions que les critères de doucance étaient là et m’a conseillée la faire tester à 4 ans. Lorsque arrivera le moment des résultats, c’est le profil psychologique qui m’importera le plus et non le chiffre car je veux l’aider avant tout à affronter les difficultés de la vie, Qu’elle soit surdouée ou non, je serai toujours fière d’elle.

      • shararouge dit :

        Bonjour Karen,

        Merci pour votre attention à moi et à ma fille.
        Comme j’ai écris, j’ai commencé de m’intéresser à la thème d’enfant HP, après l’arrêt de l’école de son demi-frère à ce moment ma fille était déjà déscolarisée et travaillait à la maison avec le CNED et son demi-frère âiné jamais eu le Bac . Jusque-la j’ai jamais pensé d’avoir un enfant HP . Pour moi un enfant HP n’est pas qu’un enfant très intelligent, mais aussi un enfant different des autres. Je sais que ce que ça vont dire….Vous avez eu la chance de détecté votre fille comme HP plutôt . Avant de prendre rendez-vous avec Arrielle Adda j’ai passé deux fois chez deux orthophonistes différents ( verdict -« aucun problème »). Mais , si votre enfant oublie des mots en écrivant la phrase,ne comprend pas les consignes (elle les ne lit pas jusque à la fin ) ou comprend, mais en « directe » ,un jour fait très bien un exercice très difficile en math et le lendemain ne peux pas répondre a une question simple, un enfant de 9 ans qui vous dit la phrase : »je préfère les animaux à les être humains », je ne parle pas de problèmes à l’école avec les enfant. Je peux vous assurer que, si, vous ne connaissez rien sur les enfant HP ou un peux ,comme la plus part des gens (et moi à ce moment), ça fait peur.
        Elle est heureuse à la maison, mais je vois que l’école lui manque (même si elle fait un école de compétition du tennis 4 fois par semaine, karaté et natation).
        Je sais que ma fille est unique et je l’adore (croyez moi ,réster à la maison pendant 2 ans pour une femme comme moi – ce n’est pas facile). Je cherche les réponses à tous mes questions et j’espère que ma fille en fin sera heureuse.

        • karen dit :

          Bonjour Shararouge !

          Votre texte me rassure, je craignais que vous ne focalisiez que sur la découverte du potentiel intellectuel de votre fille. Mais je comprends maintenant que vous cherchez avant tout des pistes de solutions pour l’aider de votre mieux,

          Il y a de fortes chances qu’elle soit HP, vu l’ennui que lui réservent les exercices répétitifs. En tant qu’enseignante, j’essaie toujours de proposer des activités variées et ludiques car j’ai toujours détesté les batteries d’exercices destinés à intégrer la leçon. C’est difficile d’ être capable d’anticiper les explications du prof et vraiment rébarbatif de refaire de surcroît une multitude d’exercices sur le même thème.

          Bonne chance dans votre recherche. Pour ma part, je fouille maintenant du côté de la littérature montessorienne. On connaît la méthode mais très peu les écrits de Maria Montessori qui sont un pur régal pour moi :) (L’enfant, l’esprit absorbant, éduquer le potentiel humain et éducation pour un monde nouveau.) J’ai une vision humaniste et un peu idéaliste de la vie et du coup, les théories de ce médecin me plaisent car elle nous incite à respecter la nature profonde de l’enfant et à suivre ses aspirations .Ma fille est en train d’apprendre à lire toute seule car je refusais de l’aider, de peur qu’elle ne s’ennuie arrivée à l’école, et après avoir lu ces ouvrages, je prends conscience qu’il est important, voire vital, de respecter le rythme de l’enfant. Ses problèmes de comportement ont commencé lorsque je lui ai dit cette phrase stupide : tu es encore trop petite pour lire :(

          Bon courage à vous !

  7. shararouge dit :

    Bonjour à tous!

    Nous restons dans le troupeau!

    Amicalement,
    Shararouge

  8. chantal brichet dit :

    J’avais lu quelques articles d’Arielle Adda,et je les avais trouvés passionnants et amusants. Tout ce qu’elle relatait était tellement vrai.
    Puis j’ai émis quelques hypothèses sur la précocité et les surdoués, sur le blog d’un confrère médecin comme moi, qui connaissait Arielle Adda, disant que j’aimerais la rencontrer.
    Arielle Adda m’a téléphoné en me disant très gentiment « arrètez d’écrire vos idées sur internet , elles sont très bonnes, on va vous les voler ».Je lui ai retéléphoné une autre fois, et j’ai retrouvé cette meme écoute bienveillante.
    Médecin scolaire, j’avais écouté Olivier Révol raconter le parcours d’un surdoué dyslexique ayant un trouble de l’attention,c’était exactement le mien, avec toutes les émotions que j’avais ressenties.Je me savais dyslexique, je me connaissais aussi TDAH, mais j’étais persuadée d’etre idiote.Je pensais n’avoir réussi que parce que les études de médecine étaient assez faciles(à mes yeux).
    En Centre de référence à Sainte-Anne, et à Cogito’z, il m’a été dit: »inutile de faire un QI, qui sera difficilement interprétable, il est évident que vous etes haut potentiel ». Tous les surdoués rencontrés m’ont dit « vous etes surdouée ».
    Mais comment calcule-t-on le QI des personnes ayant le meme profil que moi ?

    • Rainbow dit :

      Si les scores aux différents subtests sont trop hétérogènes ( plus d’un écart type), on ne peut donner un chiffre de QI global car il n’aurait aucune valeur statistique. C’est ce qui s’est produit pour mon fils et ma fille qui plafonnent certains subtests et obtiennent quasiment le maximum (QI verbal le plus fréquemment, autour de 155) mais qui ont la norme absolue à des subtests mettant en jeu la vitesse d’écriture par exemple ( autour de 110). Comme au weschler l’écart type est de 15, on voit bien que la disparité des scores est trop importante pour donner un QI global.
      Comme nous l’a expliqué le neuropsy, le QI global n’est pas indiqué car il serait « minoré » par la plus basse « performance » qui dans ce cas est plutôt représentative d’une dysgraphie (donc contournable à défaut de corrigeable) et comme les plafonds des tests ne peuvent pas être atteints par hasard, on considère donc que l’enfant a un très haut potentiel….

      • chantal brichet dit :

        Merci Rainbow,
        Effectivement, je sais, car j’ai lu des bilans d’élèves surdoués dyslexiques, que souvent on extrapolait en analysant les tests, que l’enfant était surdoué.
        Pour mon fils, qui a le meme profil que moi,et me ressemble, il n’y a pas eu de problèmes car il a obtenu nettement plus de 130 en verbal , comme en performance, mais je l’ai toujours trouvé bien plus intelligent que moi .
        M’étant reconnue dans « trop intelligent pour etre heureux », je lui ai offert, et il a été boulversé de s’y reconnaitre aussi.Il s’est empressé de passer les tests.
        Chez moi, le verbal sera faible, n’ayant acquis la lecture avec compréhension qu’en troisième ,eu un 4/20 en allemand première langue au bac, obtenu avec mention cependant,et ayant une mémoire de travail déficitaire.Ma dyslexie compensée n’ayant pas été « découverte »ni prise en charge.Dysgraphique aussi , je bénis l’arrivée de l’ordinateur et le demandait pour mes élèves.
        Mais si on souhaite aller chez MENSA, que faire ?

        • Rainbow dit :

          Chez Mensa, je crois qu’ils sélectionnent les surdoués forts en logique et en mathématiques. Ils ont leurs propres tests de sélection, mais ceux-ci n’ont pas grand chose à voir avec des tests psychométriques. Comme je le disais, ce sont plutôt des épreuves logico-mathématiques. Pour moi, Mensa ressemble un peu à un  » ghetto de matheux » mais ce n’est que mon opinion ! :roll:
          Je crois qu’il n’y a qu’en essayant que l’on peut voir si on les réussi ou non…

          • babbaluci dit :

            :) C’est rigolo, Rainbow! Il y a quelques jours, j’ai voulu passer leur pré-test et voici ce que je leur ai écrit (avant de connaître la réponse : recalé! :(
            « Emoustillé, je viens de faire votre pré-test. Il s’agit d’un test dit d’intelligence classique et je me pose la question : le Q.I. est-il votre seul critère? Chipoter avec des chiffres et des petits dessins, ça mesure quoi, au juste? Dans la presse, les « surdoués » sont dits également hypersensibles. Alors, ce genre de test, ça fait peut-être partie de la carapace? »
            Dans le petit royaume d’à côté, où je vis, on leur fait souvent de la pub dans les media, alors qu’on parle très peu de tous les autres zèbres.
            Quant à moi, comptable retraité de 66 ans, je pense depuis longtemps en avoir beaucoup de symptômes et des rayures peut-être mais en tout cas la trajectoire d’un électron libre (et aussi les revers et les bleus, mais à quoi bon raviver?).
            Karen dit : « Je n’irai pas me faire tester car je suis heureuse de ma vie et j’ai toujours vu mon décalage par rapport aux autres comme une force car je suis individualiste et j’aime être différente. » Avec un peu moins de bonheur et de force, je suis arrivé à la même conclusion.

  9. MILAZZO dit :

    Bonjour,
    Et je vais écrire « Oups » car en fait j’habite les Alpes Maritimes, et déjà Marseille ce n’est pas la porte à côté, alors Paris pour rencontrer Mme ADDA ; je n’ai plus de solutions alors pour sortir Natacha de là où elle est « coincée », à moins qu’elle soit complètement normale ? sauf qu’elle ne veut plus rien faire…
    Si quelqu’un peut m’aider, me conseiller MERCI
    Elle a bien sur passé des tests enfants qui ont démontré un pb de vocabulaire, sauf que personne ne nous a guidées et arrivée à la 5ème, ma fille a commencé à dégringoler : en avance d’une année (c’est peu) puisque le CP a été sauté (lisait à 4 ans), redoublement de la 3ème, puis redoublement de la seconde et là plus rien du tout…
    Une psychologue m’a envoyé à la figure « mais pourquoi vouloir vous cantoner à mettre votre fille dans cette catégorie » (psychologue clinicienne) ; par contre le contact est bien passé avec Mme SIAUD FACCHIN, une personne très bien et qui a tout de suite compris Natacha, elle nous a juste conseillé certains bilans (orthoptique, orthoponique et psychomotricien) le seul ayant montré un souci étant l’orthophonie (retard vocabulaire ???? en cours de traitement).
    Pour le reste, rien de changé, je vois mal Natacha se lever à 6h00 pour faire 2h de trajet en train vers Marseille (Cannes) : elle baisse les bras, et pourtant cela lui aurait été d’une grande aide, sachant qu’elle aurait du refaire une seconde (qu’elle a déjà essayé 2 fois dans un cursus scolaire normal qui ne convient pas bien sur).
    Voilà, je suis juste tristement déçue.
    Un avis serait le bienvenu
    Anne-Marie

    • anne dit :

      Bonjour Milazzo,

      peut-être pourriez-vous regarder du côté de l’Ecole du Cerene. http://www.cerene-education.fr.
      Le fondateur est un neuropsychologue. Je me permets de vous le mentionner suite à l’expérience d’une amie dont l’enfant après 1 an et demi de suivi orthophonique (auprès d’un professionnel reconnu par ses collègues) ne progressait absolument pas. Ayant contacté le resp de CERENE, Hervé Glazel, celui-ci l’a orientée après un échange téléphonique assez long vers une autre orthophoniste. Le bon diagnostic a été alors posé et des progrès ont été perçus dès le mois suivant. Comme quoi un bon professionnel n’est jamais à l’abri d’une erreur de diagnostic et il faut parfois passer par un second.
      Bref, peut-être pouvez-vous regarder le site, et déjà les contacter en expliquant vos difficultés, y compris et surtout la réticence de votre adolescente. Ne vous laissez pas impressionner par les blocages téléphoniques ou les coûts de bilan qu’on vous mentionne. Insistez pour avoir au préalable un entretien téléphonique avec un responsable. Peut-être qu’un échange téléphonique avec vous et/ou votre fille pourra déjà faire bouger les choses pour qu’elle accepte de faire les bilans qu’ils proposent. Cette école et les bilans proposés ne se cantonnent pas à la précocité ou les troubles « dys » mais justement prennent en compte qu’un enfant en difficulté peut répondre à plusieurs problématique.
      Je vous souhaite beaucoup de courage car avec l’adolescence, vous attaquez une période très délicate, mais c’est maintenant que vous devez tenir bon pour votre presque plus enfant et vous.
      Bien à vous
      Anne

  10. chantal brichet dit :

    Réponse à Milazzo : il existe des lycées expérimentaux, qui aident les élèves en difficultés. Il y en a un à Oléron, un autre à Paris.(demander des précisions à l’éducation nationale).
    Je connais celui d’Oléron, face à Fort-Boyard, où les élèves sont logés chez l’habitant. Une élève de ma connaissance, en échec scolaire ,notes catastrophiques à l’issu d’un redoublement de la 3ème, a réussi son bac, avec 20/20 en langue. Scolarité adaptée à la personnalité de chacun, qui peut choisir les matières qu’il travaillera, c’est d’ailleurs comme ça que j’ai obtenu mon bac avec mention : en ne travaillant que les trois matières scientifiques à gros coefficients, ignorant totalement les autres matières, car je suis dyslexique.

  11. Loles dit :

    J’ai très peur, très très peur. Je me reconnais mais je n’ai pas été testée. Et en plus, je ne vais pas trop bien dans le deriers temps. J’a besoin de conseils. Elle es gentille, Mme.Adda? Elle ne va pas se moquer de moi? Elle va me couter très cher?

  12. Rajounet dit :

    Bonjour Zebrounet,
    merci pour cet article (je l’avais déjà lu il y a quelques temps, mais il prend un sens particulier aujourd’hui). :roll:
    J’aimerais beaucoup rencontrer Mme Adda, pour faire tester mes enfants. Mon fils a déjà été testé avec le WPPSY et par psy scolaire ( :( ) il y a 2 ans et demi. Il faudra donc refaire ce test quand il ira mieux, puisqu’il se soigne maintenant du traumatisme vécu à l’école. :evil:

    Ma cadette a 4 ans et demi. Si pour mon fils les signes de précocité étaient/sont évidents, pour elle non. Elle va très bien à l’école mais elle n’est pas en avance… En revanche, sur le plan émotionnel, là il y a matière à se poser des questions. Bref, Je crois qu’il est possible qu’elle se sur-adapte, sachant que son frère lui met la barre bien haute et que nous-même n’avons jamais vu en elle une enfant particulièrement brillante, mais plutôt une petite fille joyeuse et qui allait prendre le temps de franchir les étapes de la vie (elle est née avec 3 mois d’avance).

    Je cherche donc un psychologue vraiment au fait de la précocité et capable de déjouer ce genre de « tours » s’ils existent bien. Et surtout très humain, capable de prendre en compte les questionnements des parents vis à vis de leurs enfants. Ca fait longtemps que je cherche ce genre de personne, sans avoir réussi à trouver. J’ai écouté cette semaine AA dans sa dernière conférence (merci à toi et à ton blog ;) ), et j’ai été très séduite.

    Bref. Je voudrais savoir s’il est toujours possible de rencontrer AA en consultation et, si oui, comment la joindre. :-D

    Merci de m’avoir lu.

    • Zebrounet dit :

      « Je voudrais savoir s’il est toujours possible de rencontrer AA en consultation et, si oui, comment la joindre. »
      Oui, elle est tjrs en activité :-D
      Elle est ds l’annuaire, sur Paris 6ème, tout simplement. Par contre, les délais d’attente sont ts ts longs (en juin dernier, lorsque nous nous sommes vues pour cette conférence -> http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2013/06/27/conference-arielle-adda-au-chuv-de-lausanne-sur-invitation-de-lasep-juin-2013/ , les prochains RDV étaient pour le printemps 2014 !).

      Il faut donc compter avec des délais de ce type si vous envisagez de faire bilanter votre miss par Mme Adda, mais l’attente est à la hauteur de ses qualités & de son expérience ds le domaine ;)

      • Rajounet dit :

        Merci Zebrounet.
        Je viens d’appeler : la voie d »AA sur un répondeur me dit que je ne peux pas laisser de message mais envoyer une « télécopie ». Je suis un peu perplexe. Faut-il que j’envois un fax? Ou que je retente ma chance une autre fois? Je n’ai pas trouver d’adresse mail pour la contacter.
        Merci pour votre aide.

  13. Marie dit :

    Bonjour a vous toutes et tous,

    Tout d’abord merci pour tous ces commentaires très enrichissants mais a la fois qui suscitent davantage de doutes, de questionnements.
    Pour ma part je suis maman d’un petit garçon de presque 4 1/2. Depuis son tout jeune âge je me pose énormément de question sur son comportement en espérant qu’il devienne plus calme moins agité, arrête de poser sans cesse des questions (vraiment parfois trop c’est trop :-)) et surtout cesse ses crises de colère incontrôlables. Ces crises a répétitions depuis son plus jeune âge sont insupportables, épuisantes, nous rendent tristes furieux et perdues a la fois. Nous vivons a l’étranger et changeons fréquemment de pays, nouvelles cultures, nouvelles langues, nouveaux amis. Notre enfant a une facilité pour les langues déconcertantes, très vite il faisait de très belle phrases en anglais , et en français, il a eu pas mal de mot arabe a son répertoire et maintenant vivant en Amérique latine, en ecole bilingue il parle très bien l’espagnol ( après 4, 5 mois dans le pays). Son français est bien évidemment parfait et s’il reste plus timide pour s’exprimer en anglais car les gens ne le parle pas autour de lui il le comprend très bien.
    Bref il est très vif, a toujours la bougeotte sauf s’il est super captive, adoré les puzzle, legos, jeux de construction, ordinateur, l’histoire de la vie, les avions (une passion pour les avions). Après 3 tentatives d’école (il était trop agité, problème de propreté, colère, rejet des règles, impatience, toujours envié d’être avec les enfants plus grands) nous avons trouvé une école qui la encore voulait nous l’expulser car trop insolant incontrôlable mais qui a accepter que la pedoterapeute de l’école nous oriente a la maison pour le tranquilliser et l’aider a réduire ses angoisses. Il est vrai qu.il a toujours été ts vite angoisse, si on le mettait sur le siège auto par exemple oppose de son frère il trouvait qu’il aurait un accident car il était trop prêt des voitures (côté gauche) , si nous partons en ballade en montagne en voiture et que la jauge d’essence est trop basse c’est une crise car nous risquons d’avoir une panne et d’avoir un accident et tomber dans le vide…..bref toujours une inquiétude qui nous paraissait pour ses 3 ans bien en décalage. Nous n’avons jamais pensé à un enfant zèbre car ne connaissions pas du tout le sujet. Le problème est que cela maintenant fait trop longtemps que nous souffrons de ses colères incontrôlables. A l’école il s’est métamorphose depuis l’échange que nous avons eu avec le corps enseignât et la thérapeute (d’après les maitresses). Il a même reçu en fin d’année 2 diplômes d’excellence académique pour ses performances. Elles se sont beaucoup intéressées à lui et il semblerait qu’il se soit apaise a l’école. En revanche a la maison si parfois c’est une ange aidant adorable etc….ce peu être un démon (:-( ). Il a des crises inattendues pour la moind contrariété, frustration. Aussi après avoir consulté 2 psychologues ( en pre retraite) a droite à gauche lors d’un rapide passage dans le village de nos familles pour ses 2 ans et ses 3 ans sans plus de compréhension. Notre enfant paraissait un ange il fallait que nous parents le rassurions , lui donnions beaucoup d’amour et soyons patient…ça passerait….vraiment on été perdu, on y comprenait rien. On se sentait même coupable, trop sévère parfois??? Bref on a encore tenu 1 ans mais vraiment ça reste un enfer a la maison, il nous fait honte lorsque parfois nous voyageons, nous sortons et qu’il a une contrariété ou je ne sais pas quoi et qu’une crise commence. On ne le contrôle plus, il nous dit que nous devons mourir, qu,il va nous jeter dans le ciel et que l’on va s’écraser par terre (moi ou a son père sa dépend). Qu’il n’est pas méchant que c’est nous, que ce sera le dernier survivant sur la planète. Bref il y a tout un tas de choses affreuses qui peuvent sortir en plus de claquage de porte, parfois destruction de la porte avec la brosse a dent électrique etc etc……menace de vouloir taper mais n’en fait rien. Bref il est dans un état second et cela peu durer durer et rien ne le calme. Être sévère fait l’effet inverse du résultat souhaite, il faut arriver a détourner son attention sur autre chose car il semble jouer un rôle, il se regarde même parfois dans un miroir, une vitre…bref on se croit au théâtre mais c’est dur!!! :-(
    Tout cela pour essayer de vous dire que souffrant de ce comportement qui nous rend triste et qui se s’améliore pas a la maison du moins j’ai recherche des pistes, des cas comme le notre sur internet et je suis tombée sur des personnes qui disaient avoir ce comportement avec leurs enfants testes HP. De fil en aiguille je suis tombée sur ce blog et je voulais donc partager mon témoignage avec vous pour savoir si certain d’entre vous avait rencontre ce problème. J’hésite a aller faire tester mon fils car nous sommes a l’étranger. Je pensais rentrer en france et prendre un RDV avec un psychologue spécialise dans les enfants précoces pour voir si son problème serait lier à ça et a une éventuelle incompréhension? nous soufrons breaucoup car ces crises sont a répétition intenables. Nous voyons combien il est mal lorsqu’il a ces colères et pensons qu’il est malheureux même si a côté il peut a l’opposé être hyper souriant et joyeux et toujours aller au devant des gens et des enfants. Merci pour les commentaires que vus apporterez à mon témoignage, l’avait vous vécu? pourriez vous le recommander un psychologue sur Paris (malheureusement je ne peux pas me permettre d’attenter des mois car ce serait prendre un RDV sur Paris pour octobre 2013). Je veux comprendre ce que mon garçon vit, a et l’aider ainsi que nous aider. Je n’ai trouvé aucun centre dans le pays ou nous vivons actuellement. Mon témoignage est certes un peu long mais j’espère à travers ce blog trouver une certaine aide, des pistes, une orientation qui nous rassurerait.
    Bonne soirée a vous toutes et tous, marie
    (Veuillez m’excuser pour les fautes )

  14. Carolina dit :

    Je pense qu’il faut chercher de l’aide, voir un psychologue spécialisé (même à l’étranger!) au plus vite. Votre histoire m’a fait beaucoup penser à celle de ma famille, surtout le comportement de votre fils, les grosses colères, « ange » à l’école, « démon » à la maison, etc…le mien c’était pareil. Nous aussi, nous voyageons et changeons de pays et vie assez fréquemment. Je pense que même si on est au « bout du monde », il faut chercher de l’aide, pour votre et fils et pour vous parents, c’est très important. Je ne sais pas où exactement vous êtes en Amérique Latine, mais si vous avez besoin de quelque chose, n’hésitez pas, car moi aussi je suis actuellement dans ce coin. Ne découragez pas!

  15. Une maman dit :

    Bonjour,

    Cet article n’est pas tout récent mais je pose quand même ma question. Savez vous si Arielle ADDA lors du bilan, fait aussi les tests pour le TDAH? Pensez vous qu’elle connaisse bien cette problématique couplé à la précocité ? Je pense que ma fille à peut être ce double profil et j’aimerais l’emmener voir Arielle ADDA.
    merci d’avance

    • A. Zebrounet dit :

      « Savez vous si Arielle ADDA lors du bilan, fait aussi les tests pour le TDAH? »
      Le diagnostic pour le TDAH doit se faire auprès d’une équipe pluridisciplinaire (& non d’un seul psychologue !). Il faut en outre obligatoirement qu’il soit validé par un médecin (généralement un psychiatre ou pédopsychiatre), car il s’agit d’un trouble neurologique (de la même manière que le syndrome d’Asperger, lui aussi diagnostiqué par une équipe pluridisciplinaire & soumis à validation d’un médecin).

      « j’aimerais l’emmener voir Arielle ADDA »
      Alors je vous conseillerai de la contacter sans tarder (Paris, 6ème) car je sais que son carnet de RDV est très très plein :up:

  16. Eva dit :

    Je suis tombée sur cet article et celui sur le fait que certains HP ont un QI qui ne peut être calculé. J’ai fait un bilan récemment et je tombe sur un QI hétérogène à 113 avec le profil décrit dans l’article. Et je me reconnais pourtant dans bien 80% si ce n’est plus des caractéristiques du « surdoué ».
    Vos articles m’ont réellement donné envie de rencontrer Arielle Adda pour avoir son analyse, car la psy qui m’a testé prend surtout en compte le QI je crois et ce « malgré certains éléments d’anamnèse »
    Je vais donc contacter Arielle Adda en espéranr qu’elle m’accorde tôt ou tard un rdv pour une consultation et qu’elle m’éclaire sur tout ça…!
    Merci en tout cas pour ce magnifique blog



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article