Adulte surdoué : et si vous l’étiez sans le savoir ? (Doctissimo, mai 2016)

Adulte surdoué : et si vous l’étiez sans le savoir ? (Doctissimo, mai 2016)Doctissimo vient de publier un diaporama sur le thème "Adulte surdoué : et si vous l’étiez sans le savoir ?" :up:

 

Car les adultes se découvrant être à Haut ou Très Haut Potentiel Intellectuel, c'est à dire (T)HPI, sont nombreux :!:

 

Ils réalisent parfois qu'ils sont surdoués suite au bilan de l'un de leur enfant, ou encore un lisant ou visionnant le témoignage d'un autre adulte qui leur parle, soudainement.

 

Les questionnements, les doutes, le besoin de savoir (de faire valider cette impression par un psychologue) accompagnent alors généralement ces gens :oh:

 

Voici un extrait du diaporama en 10 points, crée par Anne-Flore Gaspar-Lolliot, pour Doctissimo :

 

Adulte surdoué : et si vous l’étiez sans le savoir ? (Doctissimo, mai 2016)Et si j’étais surdoué ? Telle est la question qui vous taraude depuis un moment déjà. Un reportage télévisé qui résonne en soi, un témoignage de magazine bouleversant qui semble détailler sa vie… un hasard suffit à nous interroger sur un éventuel haut potentiel (HP) intellectuel. Si cet étrange (pres)sentiment s’accompagne d’une souffrance inexpliquée depuis des années et de certains signes révélateurs, il est peut-être temps de ravaler ses doutes et ses idées reçues et d’oser pousser la porte d’un cabinet de psychologie pour solliciter un bilan. Découvrez quelques signes qui peuvent vous mettre la puce à l’oreille. En effet, certaines personnes sont diagnostiquées sur le tard et s’aperçoivent de leur douance à l’âge adulte.

1/10 J’ai tout fait plus tôt
On ne devient pas surdoué, on naît avec cette particularité. Et bien qu’un haut potentiel s’épanouisse logiquement mieux dans un environnement intellectuellement stimulant, les premiers indices de précocité surviennent très tôt : étiez-vous un bébé plus éveillé que les autres ? Disait-on de vous que vous regardiez les choses et les gens intensément, que vous "observiez" le monde qui vous entourait à seulement quelques semaines de vie ? Avez-vous su faire des phrases complexes très jeune ? Etiez-vous PLUS impatient, PLUS angoissé, PLUS mauvais dormeur… que les autres bébés ?

 

 

Et les titres des 9 autres points :

 

2/10 Je me laisse déborder par mes émotions

3/10 J’ai plusieurs sens surdéveloppés

4/10 Je possède une curiosité illimitée

5/10 Je ressens un décalage permanent

6/10 Je "souffre" d’empathie

7/10 J’éprouve des difficultés relationnelles

8/10 J’ai très peu confiance en moi

9/10 Je (me) questionne sans cesse

10/10 J’ai un parent proche précoce

 

 

POUR LIRE la SUITE :arrow: c'est ici !

 

 

:idea: la journaliste s'est inspirée des 2 ouvrages suivants, signés de psychologues spécialistes du surdouement :

 

❃ "L'adulte surdoué à la conquête du bonheur - Rompre avec la souffrance", de Monique de Kermadec (ma critique est à retrouver sur cette page ;) )

 

❃ "Trop intelligent pour être heureux ? L'adulte surdoué", de Jeanne Siaud-Facchin

 

       
Cliquez pour ouvrir            Cliquez pour ouvrir

 

 

 

:arrow: & je vous conseille aussi la lecture de ces billets que j'ai publié sur le blog; parmi les nombreux que j'ai écrit à propos des adultes :

 

- "Adulte surdoué, questionnements à propos du test"

 

- "Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Wais (IV)"

 

- "Comment est construit un test de QI ?"

 

- "Pourquoi je n’en parle pas dans la vraie vie ?" (en 2 parties)

 

- "Coming-out intellectuel… faut-il parler de son surdouement ?"

 

- "Ces drôles de zèbres (France Culture, novembre 2015)"

 

- "Moi, surdoué ? Vous plaisantez ! (Migrosmagazine.ch, août 2012)"

 

- "L’adulte doué & ses parents (Arielle Adda pour le Journal des Femmes, mai 2016)"

 

- "Mais quels livres choisir sur le surdouement ? Et pour quel public ?"

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

3 commentaires à “Adulte surdoué : et si vous l’étiez sans le savoir ? (Doctissimo, mai 2016)”

  1. Fab dit :

    Hello,

    Argh !!! 10/10 et le pire c’est que je me dis « à quoi bon passer un test de QI à mon âge ? »

    J’ai un fils diagnostiqué HPI/HQI qui le vit très bien et un second pour lequel on ne sait-pas trop mais tant que ça ne lui pose pas de problèmes, laissons-le tranquille. C’est peut-être encore une erreur… Une de plus.

  2. Milie dit :

    1 : je ne sais pas
    10 : je ne sais pas

    2 : c’est moi… parfois (prise de parole en public et entretien surtout)
    3 : c’est moi, sauf quand il m’arrive d’être très concentrée sur un qqch, il m’arrive d’oublier un repas dans le four ou sur le feu, il finit par brûler donc… l’odeur je m’en rends que Très Très tard à ces moments-là…

    4, 5, 6, 7, 8 et 9 : 100% pour moi

  3. Maya dit :

    100 % juste…

    Mais à quoi bon passer un test de QI dont le paradigme est encore et toujours l’intelligence chiffrée ? Mon intellect a été gâché dès le CP par l’école, qui m’a déclarée « nulle en maths » et m’a ensuite abandonnée à mon sort pendant toute ma scolarité. Aujourd’hui, à 39 ans, je suis en thèse, car j’ai repris ma vie intellectuelle en mains et je m’éclate !

    Toutefois, me faire diagnostiquer à mon âge par un test reviendrait à accepter de nouveau l’étiquette infâmante de l’école… car « nulle en maths » j’étais, donc « nulle aux tests de QI fondés sur les chiffres » je serai. J’ai un immense blocage au niveau des chiffres. Je n’ai donc pas envie de revivre ça, car je sais que l’intelligence est multiple, cependant l’intelligence des tests proposés est très limitée. Je suis donc condamnée à rester dans le doute quant à ma douance, et c’est très dur à vivre, cette non-reconnaissance.

    Une double-peine.



:) :-D 8) :oops: :( :-o LOL :-| :-x :-P :-? :roll: :smile: more »

Commenter cet article